• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron, RIP, et démocratie directe

Macron, RIP, et démocratie directe

Lundi 10 décembre – que c'est loin déjà ! - le Président Macron a battu les records de l'audimat. Plus de 20 millions de téléspectateurs ! Mais du terne discours, lu sur un prompteur, non sans conviction cependant, il apparut rapidement qu'il n'en resterait pas grand chose sinon le show du représentant de commerce que vous avez envie de mettre à la porte. Espérant la fin du mouvement social, le gouvernement ne se sent plus de joie, la masquant maladroitement tout en envoyant les gendarmes et les CRS « nettoyer » les ronds points...

 

ENFANTILLAGES ET STRATEGIES

Jeune, c'était déjà un véritable artiste de théâtre. Sa compagne d'aujourd'hui l'avait encouragé dans ce mode d'expression. Et on s'était aperçu de son talent notamment lors de la campagne électorale présidentielle.

Ministre, il se voulait déjà stratège, décidé à favoriser l'investissement quitte à le payer par un flot de licenciements. Sa jeunesse, son talent, ses réussites (1) son aplomb avaient séduit les puissants du capitalisme financier. Celui-là ne pourrait-il pas retarder, pour la forme, la faillite un système d'un système d'exploitation mal en point ?

Mais Rastignac en a trop fait. Le show qui avait parfaitement débuté, se transformait en glissade mal controlée. C'est tout juste si, croisant les pauvres, il ne leur tirait pas la langue ! Pire que Sarkozy...

A présent qu'il y avait le feu dans la maison un petit méa culpa s'imposait donc. Les mensonges, lus sur le prompteur, étaient ensuite débités avec un air de sincèrité désarmant. L'oeil mouillé, le jeune homme nous exposa pompeusement quelques crottes de souris dans le plus bel emballage possible. Magré la belle escorte claironnante des médias, c'était nettement insuffisant !

DEMOCRATIE DIRECTE D'AUTREFOIS

Après le cinquième samedi de rassemblement, où les médias s'acharnèrent, à coups redoublés, pour dire que « maintenant c'était fini ! », un sujet de revendication courait parmi les Gilets Jaunes : le RIC, Référendum d'Initiative Citoyenne. Cette revendication institutionnelle pouvait s'intègrer à l' aspiration plus large à un nouveau régime basé sur la Démocratie Directe.

Peut-être certains en avaient-ils un peu rabattu à ce sujet ?

Médias et gouvernement ne ratèrent pas la balle qui s'offrait ainsi à eux. Peu de Gilets Jaunes, surtout parmi ceux – les plus « raisonnables » - évoquant le sujet, ne remettent en question la nature même de l'Etat (2).

Cependant des institutions peuvent paraître très « démocratiques » Mais que valent-elles vraiment si elles permettent toujours l'exploitation du plus grand nombre par une oligarchie ? En en mot rien ne change si les rapports économiques permettent toujours à la même classe de dominer les autres, comme c'est le cas dans le système actuel, aujourd'hui dominé par le capitalisme financier ? De la même façon qu'on montrait, avant la Révolution, dans les années 1770, en France, qu'il pouvait exister d'autres régimes que la monarchie, comme la République des Pays Bas ou la Rébublique de Venise, on nous sert aujourd'hui le système helvétique, ou, encore, plus problèmatique, l'antique Athènes de Périclès.

Rappelons simplement que la Confédération Helvètique s'est formée au Moyen-Age autour de petits cantons fédérés. Cette conception fédéraliste est importante, laissant une certaine autonomie à chacun des cantons, et notons aussi au passage, qu'elle heurte frontalement la conception jacobine de la République Française basée sur le centralisme d'Etat. Mais que ce soit en Suisse, paradis des « votations » et des financiers, ou dans la Venise des Doges, qui détenait ou détient encore le Pouvoir ? La bourgeoisie des marchands, des banquiers et en aucun cas la classe des travailleurs, des exploités. Car c'est bien en terme de classe qu'il faut poser le problème. S'il s'agit de garder au pouvoir d'abord économique puis politique, la même classe de possèdants, à quoi bon ? Et c'est bien sûr à cette confusion que le Pouvoir tente aujourd'hui de se raccrocher en France.

DEMOCRATIE DIRECTE QUAND TU NOUS TIENS !

La conception moderne de la Démocratie Directe nait au XIXe siècle avec l'émergence de la classe ouvrière. Et ses premiers promoteurs en sont Proudhon et les anarchistes, prétendant organiser la société autour du fédéralisme et d'une répartition équitable des richesses. Il est remarquable qu'une des section de l'AIT (3) parmi les plus influentes, soit alors la section jurassienne, donc Suisse.

Après la défaite de la Commune de Paris, le mouvement ouvrier se divise, une partie restant fidèle au fédéralisme, les anarchistes, une autre, influencée par Marx et Engels, se tournant vers une conception centraliste, les sociaux-démocrates. Dans la pratique la Démocratie Directe, en tant que système révolutionnaire anti capitaliste, n'a existé qu'en un seul pays : l'Espagne de 1936. Les anarchistes et les anarcho-syndicalistes tentèrent d'organiser une nouvelle société basée sur l'Autogestion et la Démocratie Directe qui concerna 9 millions de personnes, avant de succomber sous les coups du fascisme et des communistes staliniens. D'autres tentatives, à travers d'âpres combats, ont vu le jour ces dernières années, comme le mouvement zapatiste au Mexique.

Comment faire en France pour construire une nouvelle société basée sur la Démocratie Directe ?

Il faut se consacrer aux problèmes concrets, à la question économique en premier lieu. L'objectif n'est pas de faire du profit mais de satisfaire des besoins afin que tout le monde vive convenablement. Il faut bien comprendre que la production de biens de consommation, avec les moyens de production modernes, ne représente aucune difficulté. Le potentiel industriel ou agricole est là. La mécanisation et la technologies existantes permettent de produire avec peu de travail humain et l'on peut satisfaire largement, sur place, tous les besoins de la population d'un pays comme la France. Un système autogestionnaire basé sur un Conseil de la Production et un Conseil de la Consommation peut facilement se mettre en place grace à l'informatique et internet. C'est avant tout l'information qui doit circuler afin que soient bien repéré les besoins et les ressources (4). Hormis quelques oligarques capitalistes un tel système doit pouvoir intégrerr toute la population. Il concerne en effet tous les travailleurs, les travailleurs potentiels (chômeurs), les artisans, les petits commerçants...

Le capitalisme financier est le dernier stade du capitalisme....

qui peut agoniser longtemps cependant si les exploités ne se décident pas à reprendre les choses en mains. L'impossible valorisation du capital (5) ne lui donne aujourd'hui plus aucune perspective sinon guerre et destruction ; Arrêtons de mendier auprès de l'Etat ce qui, en fait, nous appartient déjà. Cause commune !

 

(1) « A la fin de sa carrière bancaire, il réussit à nouer de bons contacts avec Peter Brabeck-Lemathe, le PDG de Nestlé. Il se voit donc confier par Rothschild la négociation du géant agro-alimentaire, qui souhaite racheter une branche de l’entreprise Pfizer, spécialisée dans le lait infantile. Une très grosse opération. Grâce à la médiation d’Emmanuel Macron, le deal est confirmé, et Nestlé débourse près de 9 milliards d’euros. C’est suite à cette opération réussie qu’Emmanuel Macron devient millionnaire « En 18 mois, de 2011 au premier semestre de 2012, avant sa nomination comme secrétaire général adjoint de l’Elysée, il a gagné 2,4 millions d’euros chez Rothschild », a révélé BFMTV. . « Emmanuel Macron, quel est le gros coup qui lui a permis de devenir millionnaire  ? » Gala, Marine Gilbert, 05/05/2017

(2) Voir sur internet « L'appel de Commercy » où les Gilets Jaunes ont là, par contre, une claire vision des choses !https://manif-est.info/L-appel-des-gilets-jaunes-de-Commercy-853.html

(3) AIT : Association Internationale des Travailleurs, née à Londres en 1864 et dissoute, de fait, en 1872.

(4) Dans mon petit ouvrage « Tchôk » on trouvera un texte sur la révolution tunisienne où est proposé un schéma organisationnelle inspiré des anarcho-syndicalistes du début du XXe siècle.

(5) Sur les vraies causes de la faillite du capitalisme financier voir « Krachs, spasmes et crises finale » https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 18 décembre 2018 11:12

    Le titre de l’article : Macron, RIP, et démocratie directe.

    Macron, RIP (Requiescat in pace) ?

    Je ne lui en veux pas à ce point.


    • patwa 18 décembre 2018 14:12

      @amiaplacidus

      1/ L’immense liberté littéraire grammaticale, orographique, l’image la métaphore, les traditions du débat, les coups classiques qui passent tellement souvent qu’on ne peut pas te condamner, puisque mille autre font jurisprudence.

      Démission, ou Décapitation ? Ce panneau n’est pas une menace de mort, c’est une alégorie révolutionnaire du roman national, voyons. 

      Plutot que de chasser le sanglier, pourquoi ne pas chasser Le banquier ? Non seulement il est impossible de savoir si je veux Le chasser, mais aussi si je parle d’un notable local ou international, ou si je fait juste une rime d’actualité.

      Moi si, mais j’aimerai pas prendre 4 mois et 15K€ pour « menace de mort sur le chef de l’état », du coup je vais le dire d’une maniéré qui arrangera mon avocat. Comme par-exemple, moi si, sous toi non. Je ne suis qu’un esprit de contradiction.

      1/ La liberté artistique. Si tu chante ou que tu danse, tu peut a peut prés dire ce que tu veux. Sauf si t’est vraiment connu. Exemple poétique.

      Plutot que de chasser le sanglier, pourquoi ne pas chasser Le banquier ? Non seulement il est impossible de savoir si je veux Le chasser, mais aussi si je parle d’un notable local ou international, ou si je fait juste une rime d’actualité.

      « Avez vous vu la mobilisation sous le pont d’Avignon ?
      Bientôt nous dansons sur le cadavre de macron ! »

      1/ La liberté militante. Si tu écris que tout ce que tu exige, tu l’exige par la loi et la démocratie, ben... tu peut rétablir la peine de mort, respecter la rétro-antériorité. Rendre passible de peine de mort le fait de signer un traité sans l’accord de la majorité des citoyens, vraie (inscrit ou pas, blanc ou pas)

      Je demande aux député de voter une loi, qui spécifie que le prochain président qui signera un traité sans referundum internationalement salué comme d’une transparence et d’une sincérité exemplaire, sera pendu a un arbre, modalité d’application a débattre entre les assemblées.
      .
      Je demande le référendum d’exécution populaire, pouvoir décapiter le chef des armées, avec 7.000.000 signature. Avec une première sommation de démissionner et une seconde de le faire arrêter, on est pas des sauvages.

      ++


    • nemo3637 nemo3637 18 décembre 2018 19:09

      @patwa
      Peut-être faudrait-il réactualiser « La Carmagnole » pourtant interdite dans 112 pays ?
      RIP sont ici les initiales pour « Référendum d’Initiative Populaire », genre de chausse-trappe qui sera utilisé par le Pouvoir pour détourner la colère populaire.
      « Pendu à un arbre »...« Décapiter le chef des armées »... Il y a là un côté morbide, même si ces expressions se veulent sans doute caricature et (mauvaise) plaisanterie


    • patwa 20 décembre 2018 11:13

      @nemo3637

      Le reste est brouillon, mais je persiste a dire qu’une déclaration, qu’une pancarte

      « Je demande le REP, Référendum d’Exécution Populaire, pouvoir décapiter le chef des armées, avec 7.000.000 signature. Avec une première sommation de démissionner et une seconde de le faire arrêter, on est pas des sauvages. »

      Ne saurais être qualifié d’apologie du meurtre et moi condamné par la justice.

      Je respecte les institution le processus d’élaboration législatifs jm’adresse a mes représentants légitimes par un média tout a fait pignon sur rue et accessible aux militants partisans et syndicaux qui ont accès a ces représentants.

      Je suis legal, monsieur le juge hallal casher bio, je respecte la lettre ;)


    • Anatine 18 décembre 2018 12:38

      Comment utiliser et detourner ce « grand debat », sans le rejeter mais pour accroitre la pression et avancer...Un apprentissage d’une nouvelle modalité d’action

      Il faut lier la concertation au RIC, pour renforcer le mouvement, sa dynamique décentralisée, developper les consensus, et bien sur, eviter le piége de la synthèse controlee des comites theodules.

      Pour qu’elle soit concrète et traduite en mesures... et prenne des le depart la forme d’un engagement a imposer à l’etat.

      En partant du principe que le RIC s’appliquerait au niveau de la commune, la région et de l’etat : les attentes seront formulées sous forme de questions pour un RIC.

      1. Par thème, jusqu’a 3 questions parmi celles qui auront été formulees seront choisies dans chaque commune.

      2. Par thème, chaque commune choisira par votation 3 questions parmi les questions posées par 10 communes tirées au hasard dans la région.

      Donner a chaque commune le pouvoir de participer au consensus. Les propositions des autres renforcent ses choix.

      3. Les questions retenues par les communes seront classees par nombre de citations dans les communes et les 5 premieres retenues au niveau de la région.

      4. Chaque région organisera un vote sur la région pour valider si oui ou non chaque question est bien une priorité. Au moins 2 questions devront etre validees avec un vote « oui » de 70% au minimum.

      Chercher la representativite dans l’expression des attentes.

      5. Ces 2 questions de chaque region sont remontees au niveau de l’etat. Les autres feront l’objet d’un debat regional et de propositions regionales.

      6. Le parlement choisira une question par region. Si une question a ete choisie par au moins 3 regions, elle est choisie d’office.

      Un Referendum national sera organise. Oui ou non pour chaque proposition. Les 3 premières seront portees au debat parlementaire pour une proposition de loi sous 2 mois.

      L’etat et le mouvement font un pas tout en restant dans le rapport de forces necessaire.


      • nemo3637 nemo3637 18 décembre 2018 19:13

        Le parlement choisira une question par region

        Compter sur les godillots de service pour choisir et censurer ce qui leur conviendra !


        • Anatine 18 décembre 2018 20:42

          @nemo3637

          Question de rapport de forces. L’approche a pour but de l’etablir


        • nemo3637 nemo3637 18 décembre 2018 20:48

          @Anatine
          L’approche a pour but de l’etablir
          En allant voter ?


        • Anatine 19 décembre 2018 00:50

          @nemo3637

          « Les attentes sont formulees sous la forme de questions pour un RIC » c’est donc aussi suggerer une solution possible - une question bien posee c’est la moitie de la reponse -

          Une meme attente peut suggerer plusieurs reponses. Il y a donc aussi debat sur les solutions possibles. Il s’agit de proposer des questions acceptables par les autres communes, celles portees par un debat et des echanges qui dépassent la perimetre de la commune. Un premier niveau de filtre.

          Une question reflete donc une attente et une facon d’y repondre. Elle force l’exercice democratique et au pragmatisme.. Ce n’est pas dire « je veux... » mais « voudriez-vous... ». La commune ne promeut pas elle-meme ses questions a la région, les autres communes votent pour. En agregant l’interet de toutes les communes , on preselectionne celles qui retiennent l’attention de la majorite. C’est la validation de la sequence precedente. Deuxieme niveau de filtre.

          toutes les communes decouvre la liste des questions preselectionnees. A ce niveau les opinions politiques vont jouer un role sur le choix des questions par vote.

          On en arrive a votre question. Une question presentée au parlement exprime une attente et sa formulation, une orientation sur la solution attendue. Le parlement choisit les questions sauf celles posees par 3 regions qui lui sont imposees (pour stimuler les echanges et debats).

          Le parlement fait une proposition de loi en reponse a l’attente exprimee et connait l’orientation attendue pour ce qui concerne la solution. Il doit convaincre que sa loi est la bonne et a valider qu’elle serait applicable. Le referundum porte sur la loi : repond t-elle à l’expression du besoin et l’orientation attendue de la reponse.


        • nemo3637 nemo3637 19 décembre 2018 10:31

          @Anatine
          C’est parfait...en théorie.
          Il présuppose que le fondement de notre société, le système libéral, reposant sur les trois piliers, Justice, Exécutif, Législatif, soit fondamentalement juste et démocratique. Or un tel système, génial au demeurant, a été conçu, d’abord en Angleterre, pour que les plus nantis gardent toujours le pouvoir. Tout en donnant l’impression à chaque individu (« le citoyen ») qu’il a les mêmes droits qu’un autre.
          Ainsi les députés qui forment la majorité du Parlement, ou les « corps intermédiaires » régionaux, ne laisseront jamais passer des décisions ou même des consultations qui remettraient vraiment en question l’exploitation de l’homme par l’homme, ce qui fait l’essence du capitalisme.
          Et un chef d’état comme Napoléon III, sans aller jusqu’à concevoir un système de démocratie directe, devint le roi du plébiscite (on appelle cela aujourd’hui un référendum...) croyant ainsi conforter, populariser son pouvoir. Un an après l’organisation de sa dernière consultation, son régime s’écroulait...
          J’aurai aimé développer ma démonstration en prenant l’exemple de la Constitution de l’ex URSS, modèle de démocratie... sur le papier ! Et qui permettait, comme aujourd’hui encore et toujours en Russie, à une oligarchie tyrannique de garder le pouvoir.
          Cela dit le peuple est souvent comme Saint-Thomas et ne croit que ce qu’il voit (ou croit voir). Donc, il faudra passer par ce genre de tentative-usine à gaz- pour mieux comprendre la nature exacte de notre société...


        • Anatine 19 décembre 2018 17:17

          @nemo3637

          0) nous disposons de l’internet, de sa memoire et d’un multitude de reseaux concues pour nous organiser.

          1) Le but n’est pas de disposer d’une approche parfaite mais de sortir du syndrome de la feuille blanche, que le processus soit le plus transparent et surtout verifiable.

          2) mettre en oeuvre un tel processus est d’une complexite maitrisee et par apprentissage nous pouvons en simpkifier el’usage (facebook est une usine a gaz).

          3) Le vrai probleme, RIC ou non, est de faire emerger des consensus (au pluriel)


        • nemo3637 nemo3637 19 décembre 2018 18:08

          @Anatine
          La grande victoire du système actuelle est l’acculturation, ou plutôt la perte de la mémoire. Ainsi il est difficile de se référer avec suffisamment de précisions, à ce qui s’est passé voici plus de 20 ans. On se veut « ’apolitique ».... Aux Etats-Unis la mémoire ne dépasse pas 15 ans. Il est donc difficile d’avoir une discussion sérieuse sans se référer aux expériences passées. L’existence d’internet peut faciliter la communication mais aussi l’aliénation et les « fake news ». Seule l’action collective sur le terrain, l’Action Directe, paie.


        • Anatine 19 décembre 2018 18:53

          @nemo3637

          Le mouvement des gilets s’exprime sous une nouvelle forme d’action collective. Macron a ete elu en jouant sur des facteurs conditionnant l’action collective, les entreprises conditionnent la consommation que vous pouvez aussi ramener a une forme d’action collective. Etc. je ne vais pas remonter a Napoleon ou a Staline. J’essaie de vous dire que l’action collective est entre dans le champ d’application des technologies (mon domaine de travail) que ce soit pour propager des fakes news ou vous aliener. Vous pouvez aussi vous approprier ces techniques pour conduire votre action collective et cknstruire du sens. La somme des bordels ne produit pas de l’ordre a long terme, ca se saurait. Une revolution c’est bien mais faut savoir en sortir par le haut. Je vous laisse donc a vos certitudes.


        • nemo3637 nemo3637 19 décembre 2018 22:22

          @Anatine
          Je n’ai aucune certitude. Sinon un background d’expériences, comme la révolte dans les Antilles de 2009, qui ressemble par bien des points au mouvement des Gilets Jaunes. C’est moins loin que Napoléon ou Périclès. Ce n’est pas l’« appropriation de technologie » qui permettront de changer cette société injuste. Juste un outil comme pourrait l’être ...un fusil.
          Les « consultations citoyennes » permettront d’enterrer le mouvement social par du blabla, le cul devant son écran d’ordinateur ou en écrivant quelques lignes dans le « cahier de doléances » d’une mairie, servant de papier de toilettes pour Macron ou d’autres.
          Dire qu’« une révolution c’est bien mais il faut savoir en sortir » montre que vous ne savez pas ce qu’est une révolution. Il faut savoir sortir... des images d’Epinal, comprendre qu’un changement social peut s’organiser non pas « par le haut » mais à la base. Et cela n’a rien à voir avec « le bordel ».


        • Anatine 20 décembre 2018 11:46

          @nemo3637

          J’ai l’impression que nous sommes dans un dialogue de sourds.... Bien sur que c’est un outil. Dans mon message initial je decris un processus qui part de la base pour y revenir !! Non ? je souligne que l’outil peut securiser le processus en le rendant transparent et verifiable, (s’il n’est pas controle par l’etat ) A chacun son expertise....

          Vous semblez penser que je vais dans le sens de la demarche du gouvernement dans une attitude de revolutionnaire de salon. Ni l’un, ni l’autre.

          Perdonnellement, je constate que le gouvernement n’a en rien change de cap Pour l’instant, il a juste appris qu’il va devoir etre plus attentif pour ne pas etre débordé. Cela n’empeche n’a pas empeche qu’ils aient peur.. Je n’attends rien du gouvernement en l’etat actuel et il est clair que prendre notre destin en mains est definitivement la seule solution.

          Donc, nbien sur que cela passe par l’action et que le changement ne s’opere pas derriere un ecran. Ai-je dit quelque chose en ce sens ? Comme Onfray je rappelle que les gilets jaunes doivent attirer des competences dans divers domaines dont l’informatique...

          Je comprends la strategie d’enfumage du gouvernement. C’est la premiere raison pour laquelle j’ai decrit un procesus qui vaut ce qu’il vaut, avec l’idee de proposer un cadre pour aider a decoder ce que le gouvernement va proposer (en visant l’opinion pas les gilets jaunes).

          Pour ce qui concerne les revolutions mon experience se limite a faire avancer des projets d’entreprises dont 99% ne veulent pas initialement. Il y a 25 ans que je suis un « gilet jaune » dans mon domaine...La votre est differente et tant mieux.

          Pour finir, en sortir par le haut exprime l’idee que cela soit pour le benefice de tous. Formule consacree. Quant a la sortie de la revolution, encore une formule toute faite mais l’idee reste entiere, je pense a l’etape suivante : l’evolution ne se decrete.

          En conclusion. Arretez de vouloir me faire dire ce que je n’ai pas dit. Je viens par periode participer a ce forum. Nous vivons une periode unique..


        • révolQé révolQé 19 décembre 2018 09:49

          La 1ere des choses à faire ( pour ceusses qui ont encore une TV...) était de ne pas regarder son discours afin qu’il comprenne bien qu’on en a rien à foutre de ce qu’il peut dire ou penser.

          N’oubliez pas de penser printemps comme il l’a suggéré aux gnous ,printemps risque fort d’être jaune et sanglant cette fois

          afin d’être productif.


          • Arthur Gohin 19 décembre 2018 10:14

              Ah bon, 20 millions d’auditeurs ? Et bien je n’en suis point, et je n’ai rien lu non plus de son discours, et je n’en veux rien savoir. En effet ce séducteur cynique ne croit pas un seul mot de ce qu’il dit publiquement, alors pourquoi gâcher un petit bout de ma vie à faire attention à lui ?

              Ses vraies pensées sont la communion avec les Rothschilds et d’autres choses aussi peu reluisantes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès