• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron : une biographie trop parfaite

Macron : une biographie trop parfaite

Emma­nuel Macron est né le 21 décembre 1977 à Amiens. Son signe astrologique est double, puisque il est exactement à la date lisière entre Sagittaire et Capricorne, deux signes par ailleurs complexes. Jupiter, astre de succès et de réussite, est curieusement le maître du signe du Sagittaire, signe qui ne reconnaît aucune limite ni aucune contrainte. Le Capricorne, lui, est habituellement décrit comme un adepte de l'organisation sans faille, détestant l'improvisation et l'incertitude. On voit bien ici se dessiner – quoiqu’on pense de cette pseudo science qu’est l’astrologie – certaines coïncidences avec la réalité.

Il nait dans une famille aisée : il est le fils d'un couple de méde­cins spécialisés. Son père est neuro­logue, sa mère pédiatre, et tous deux sont profes­seurs au CHU d'Amiens, ce qui leur procure de très confortables revenus. Il a un frère et une soeur, et passe une grande partie de son enfance chez sa grand-mère, ses parents étant sans cesse à la tâche. Il suit sa scola­rité chez les Jésuites de la Provi­dence à Amiens. L’éducation des jésuites est à la fois austère et beaucoup tournée vers l’étude des textes, ce qui sans doute expliquera son amour de la littérature, qu’il partagera par la suite avec son épouse Brigitte. Elève brillant – il est lauréat du Concours géné­ral de français à 16 ans – il se passionne égale­ment pour la musique et décroche le troi­sième Prix de piano du Conser­va­toire d'Amiens. Ce simple détail montre que nous avons affaire à un surdoué, catégorie très particulière, à la personnalité souvent torturée.

En termi­nale, il gagne la capitale, et le lycée Henri-IV. Diplômé de Sciences Po Paris, il entame ensuite un cursus univer­si­taire à Nanterre. En 1999, il est assis­tant du grand philo­sophe contemporain Paul Ricoeur et parti­cipe à la rédac­tion de l'un de ses derniers ouvrages. Après une maîtrise de philo­so­phie sur Machia­vel (trois années d'étude qui lui seront utiles dans le monde impitoyable de la politique), il rédige son mémoire de DEA sur l'Inté­rêt géné­ral, lecture et prin­cipes de la philo­so­phie du droit de Hegel. Il est donc un exégète d'Hegel, ce qui n'est pas le moindre des paradoxes !

En 2002, il intègre l'ENA – promo­tion Léopold Sédar Senghor – d'où il sort diplômé en 2004. Il noue à ce moment plusieurs amitié avec des condisciples : Boris Vallaud, Najat Vallaud Belkacem (qui est d’Amiens comme lui) et l’ex conseiller de Hollande Gaspard Ganzer.

Le jeune Rastignac débute sa carrière à l'Inspec­tion des Finances, d'abord inspec­teur adjoint en avril 2004, puis inspec­teur des Finances en octobre 2005. En juin 2007, il est chargé de mission auprès du chef de service de l'Inspec­tion géné­rale des finances. C’est un développement classique, mais terne et convenu, de son cursus. En 2008, la banque Roth­schild l'engage. Son ascen­sion au sein de la banque d'affaires est fulgu­rante, au point qu’il en devient asso­cié-gérant en décembre 2010 ! Macron conduit jusqu’à son terme plusieurs fusions/ acquisitions, et engrange trois millions d’euros de rémunération sur cette période au total.

En mai 2012, il accepte la propo­si­tion de François Hollande, rencon­tré en 2007 lors d'un dîner mondain chez Jacques Attali, de rejoindre l'Elysée en tant que « secré­taire géné­ral adjoint de la prési­dence ». La suite est connue : le 26 août 2014, il est nommé Ministre de l'Econo­mie, de l'Indus­trie et du Numé­rique dans le deuxième gouver­ne­ment de Manuel Valls. Les deux ne s’apprécient que modérément, mais on une estime « technique » l’un envers l’autre. Le 30 août 2016, Emma­nuel Macron démissionne. Son mépris pour son mentor politique est devenue, lui, intenable : l’immobilisme et l’incapacité à décider de Hollande constituent aujourd’hui, selon tous ses proches, le contre-exemple à ne jamais suivre. Quelques semaines plus tard, le 16 novembre, Emmanuel le winner annonce offi­ciel­le­ment sa candi­da­ture à l'élec­tion prési­den­tielle 2017.

On ne peut comprendre l'actuel Président de la République que si l'on retient plusieurs axes de cette courte bio.

1 / C’est un homme surdoué, bon pianiste, doué d’une mémoire phénoménale (il peut citer des pages entières de tirades du théâtre classique), travaillant sans cesse - ses envois de SMS la nuit sont quotidiens – qui sans aucun doute est hors norme. Et précisément, ce trait de personnalité n’est il pas, paradoxalement, une faiblesse en cela qu’elle le situe hors des autres ?

2 / C’est un bourgeois de province qui n’a pas connu la disette. Pire : son parcours ressemble typiquement à ceux qui forment la caste tenant le monde dans ses serres.

Le défi pour Emmanuel Macron consistera donc, au fond, à se hisser au dessus de ce qu’il est, et fut.


Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 17 novembre 08:27

    oupss...le nouveau « dégénéré » au pouvoir est dans paris match cette semaine...Les derniers « gaulois » résistants sont en bretagne à bouffer les algues vertes nouvel eldorado !


    • TSS 17 novembre 09:15

      Ce gérontophile a passé sa vie à chercher une mère de

       substitution .Le debut de sa vie d’homme que l’on nous vend

       comme une belle histoire d’amour n’est en fait qu’un vulgaire

       detournement de mineur qui aurait dû normalement envoyer

       mémé brigitte derrière les barreaux mais dans la grande

       bourgeoisie amiénoise on s’arrange.... !!


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 novembre 09:17

        « On ne peut comprendre l’actuel Président de la République que si l’on retient plusieurs axes de cette courte bio. »


        La vie de ce monsieur ne regarde que lui et ses proches. Son profil psychologique est très différent de celui de Sarkozy qui est lui-même très différent de cui de Hollande, mais les trois servent les mêmes maîtres, cuisinent les mêmes plats avec des sauces différents et produisent les mêmes résultats.

        Stendhal et Balzac sont de grands auteurs, et leurs études de l’« âme » humaine permettent à leurs lecteurs d’aiguiser leurs capacités de discernement. La Bruyère avait déjà montré la voie en analysant les « caractères ».

        Mais ce ne sont pas les profils des personnages qui permettent de comprendre les mécanismes de la société, ce sont les rapports de forces entre les classes sociales dans lesquelles ils sont intégrés.

        Macron n’est pas un sujet de littérature, mais un homme politique, et c’est ce qu’il fait qui nous importe, pas ce qu’il est.

        • bob14 bob14 17 novembre 09:30

          @Jeussey de Sourcesûre....Un homme politique ?..pas plutôt un gamin capricieux dans les jupes de sa mère de substitution ?.. smiley


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 novembre 09:54

          @bob14


          ... ou tout simplement l’illustration de ça : NARCISSISME

        • bob14 bob14 17 novembre 10:26

          @Jeussey de Sourcesûre...

           Une définition du psychisme

          Le psychisme est d’abord une entité théorique, un modèle construit à partir des comportements affectifs et relationnels des individus humains afin de les expliquer. Par modèle, on entend un système abstrait et simplifié qui permet des explications et des prévisions. En psychopathologie, la clinique permet d’établir des faits et la théorie cherche à en donner une explication rationnelle. Cette explication, dans le champ de la psychopathologie, se synthétise en un modèle du psychisme, souvent nommé la structure psychique, car ce modèle forme un ensemble structuré....Prenons l’exemple d’un individu ayant des conduites relationnelles identiques et répétitives. Ceci doit nécessairement être inscrit et mémorisé chez cet individu pour expliquer la constance des conduites objectivement constatées, car il n’y a pas de génération spontanée des conduites humaines....Les « processus psychiques » sont de trois types : les processus archaïque, primaire et secondaire. On peut dire que ce sont des modes de fonctionnement de l’appareil psychique comme l’écrivent Laplanche et Pontalis (Laplanche J. et Pontalis J.-B., Vocabulaire de psychanalyse, Paris, PUF, 1978). Il s’agit du traitement des affects et des représentations concernant soi-même, l’environnement concret et social, et surtout la vie relationnelle, étroitement liés à l’investissement pulsionnel. Il y a donc une mixité des processus....Le psychisme est le concept de ce rassemblement d’influences hétérogènes, dont il faut reconnaître qu’il est chaotique et conflictuel....en fait bébé Macron est un grand malade !


        • gueule de bois 17 novembre 10:45

          @Jeussey de Sourcesûre
          C’est une excellente mise au point parfaitement résumée par la formule finale.


        • Fergus Fergus 17 novembre 12:53

          Bonjour, Jeussey de Sourcesûre

          Pas mieux !


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 novembre 14:15

          @Jeussey de Sourcesûre


          Il s’est surtout miré dans ses livres : ou l’ivresse d’Hannibal LECTOER.

        • bob14 bob14 17 novembre 17:27

          @bob14....Une maquilleuse a demeure ça fait pas un peu tantouse  ?


        • roby 17 novembre 18:16

          @Jeussey de Sourcesûre
          il est un peu tard pour se préoccuper de ce qu’il fait nous nous avons tous besoin de vaseline 



        • Robin Guilloux Robin Guilloux 17 novembre 09:22

          Si je puis me permettre, Emmanuel Macron n’a jamais été l’assistant de Paul Ricoeur, pour la bonne et simple raison que le titre de « maître-assistant » n’existait plus quand Emmanuel Macron a accédé à l’âge adulte... Par ailleurs le statut de « maître-assistant » nécessitait de détenir l’agrégation, ce qui n’a jamais été le cas d’Emmanuel Macron. Il a été son assistant éditorial" à la fin de sa vie pour son livre intitulé La mémoire, l’Histoire, l’oubli paru aux éditions du Seuil en 2002, mais il n’a jamais enseigné. Les biographes entretiennent un flou artistique sur cette question, comme sur bien d’autres. Pour avoir connu Paul Ricoeur à Nanterre dans les années 80, j’ai du mal à saisir le lien intellectuel et éthique entre les deux hommes. 


          • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 novembre 09:27

            @Robin Guilloux

            Le lien ? Ce sont tous les deux des enfants de Pétain !

          • Trelawney Trelawney 17 novembre 09:33

            Dans une famille bourgeoise provinciale, un fils, champion de piano, qui a des bonnes notes en dissertation, fait un cursus scolaire somme toute banal. N’importe qui un peu doué pour les études fera Henri IV, science po et l’ENA les doigts dans le nez.

            Une fois l’ENA fini il entame une carrière de fonctionnaire, histoire de se faire un petit carnet d’adresse contre quelques compromissions. Il choisira ensuite la banque où il fera ses gammes dans la nomenklatura économico-politique.

            On le présentera à Hollande qui le prendra comme conseiller avec ou pas son consentement on s’en fiche puisque déjà ce qu’a à dire ou à ordonner Hollande n’est plus d’actualité. Ensuite carrière de ministre et ensuite candidat à l’élection présidentielle.

            La question est qui l’a mis sur les rails, parce que ce type est trop lisse pour y arriver tout seul.

            Aujourd’hui son mouvement transformé en parti politique n’est qu’une baudruche qui se dégonfle lentement. 200 personnes pour regarder le débat de LREM sur Facebook, c’est le symbole d’un parti politique qui se réuni dans une cabine téléphonique. Même EELV en perte de vitesse arrive à faire mieux.

            Aujourd’hui tous les pouvoirs économique, législatif, gouvernemental, préfectoral, politique et syndical sont concentrés à l’Elysée et sous la férule d’un quarteron de conseillers qui m’ont plus l’air de putschistes que de démocrates.

            Aujourd’hui la presque totalité des français qui ont déjà déserté les bureaux de vote depuis belle lurette ne bouge même plus une oreille, préférant œuvrer pour leurs affaires personnelles, même et surtout si ça doit détruire la cohésion nationale et la république qui va avec.

            On verra dans 4 ans et demi si ce Rastignac des temps modernes va réussir dans son entreprise, Mais qui est le Vautrin qui se cache derrière ce Rastignac, là est la question.


            • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 novembre 09:49

              @Trelawney

              « La question est qui l’a mis sur les rails, »

              La réponse est : Attali et le lobby qui n’existe pas...

            • Yanleroc Yanleroc 17 novembre 09:58

              @Trelawney
               Alain Juppé, François Hollande, Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont tous les quatre étaient sélectionnés comme Young Leaders de la French American Foundation, respectivement en 1982, 1996, 2012 et 2012.


               MACRON a-t-il été ciblé par la CIA ? "Assange nous a appris qu’en 2012, la CIA a demandé à la NSA de suivre de près la campagne présidentielle française et ses différents protagonistes. WikiLeaks souligne que Macron est cité dans une e-mail d’Hillary Clinton, alors Secrétaire d’État, datant de 2012 où le personnage est décrit avec beaucoup de précision, mentionnant, notamment, qu’il était “un banquier en fusions et acquisitions” chez Rothschild à Paris, diplômé de l’ENA, ayant travaillé à l’Inspection Générale des finances et (pouvant) aussi devenir haut fonctionnaire au ministère de l’Économie”...

            • ZenZoe ZenZoe 17 novembre 09:37

              Macron a une très haute opinion de lui-même, mais il n’est pas un surdoué. Il a surtout bénéficié de ses origines bourgeoises aisées : réseaux, argent, codes... et peut-être aussi de l’admiration sans borne de son entourage.
              Bref, pour l’instant, je ne vois en Macon qu’un enfant gâté. Avec un programe qui s’adresse surtout aux enfants gâtés de la république.


              • Yanleroc Yanleroc 17 novembre 10:11

                @ZenZoe, Existe t-il des surdoués qui soient des salauds ?..

                Au mieux c’ est un hybride et Brigitte nous a rejoué « RoseMary’s baby » ..

              • Fergus Fergus 17 novembre 13:10

                Bonjour, ZenZoe

                Macron n’est pas le « dégénéré » décrit par Bob14, mais au contraire un type intelligent et un ambitieux très doué sur le plan stratégique.

                Dans mon article en ligne, j’ai mentionné « deux coups de maître » à propos du timing du lancement de son mouvement et de la date de sa démission du gouvernement, et je le maintiens. Avec le premier il s’est donné les moyens ultérieurs de sa candidature ; avec le second, il a coupé au bon moment l’herbe sous le pied tout à la fois de Valls - alors positionné sur le même créneau - et de Hollande. La chance (affaire Fillon), le soutien des médias, et l’adhésion d’une partie significative des électeurs modérés ont fait le reste.

                « Avec un programme qui s’adresse surtout aux enfants gâtés de la république. »

                Effectivement. Mais il bénéficie de la légitimité que lui a donnée l’élection, et plus encore du fait que les (contre)réformes qu’il met en œuvre figuraient très largement dans son programme. Ceci explique sans doute l’échec cuisant des luttes sociales actuelles dans une société française caractérisée par la résignation des classes populaires, anesthésiées par la doxa libérale décomplexée.

                Hélas !


              • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 18 novembre 07:32

                @Fergus

                « un type intelligent et un ambitieux très doué sur le plan stratégique. »

                « La chance (affaire Fillon) »

                Plutôt que d’attribuer cette aptitude à une stratégie élaborée, et à la chance les révélations sur Fillon, il faut peur-être chercher l’explication des ces deux élément clés chez Henri de Castries, président du groupe Bilderberg depuis 2012.

                Si Attali a été le découvreur de jeune talent, de Castries a été le scénariste, l’impresario et le réalisateur de ce film catastrophe.



              • Yanleroc Yanleroc 18 novembre 08:32

                @Jeussey de Sourcesûre, je ne sais pas si Fergus est très « Bilderberg » ?..


              • Trelawney Trelawney 18 novembre 08:55

                @Jeussey de Sourcesûre
                On tire des plans sur la comète avec des « Youg Leader » ou du « Bidelberg » ou que sais-je, mais je peux vous dire que les gens qui on mis en place ce Macron n’agissent pas au grand jour, ni dans des coteries pour personnes en mal de notoriété.

                C’est beaucoup plus subtile et ça s’appelle : préservation des intérêts de la planète et des humains qui y habitent.
                Certains, dont vous penserons qu’il y a une minorité qui se gave et une majorité qui souffre, mais a y regarder de prés, le sort de la majorité qui souffre s’améliore ne serait-ce qu’en Chine, en Inde, en Afrique, même s’il est vrai que cette amélioration se traduit par un « écrêtage » des niveaux de vie dans les différents pays.
                On peut toujours mettre cela sur le dos de la mondialisation et faire comme les anglais mais c’est nos conditions de vie sur cette planète qui l’impose et il n’y a pas d’autre solution. C’est aussi pour cela que dès qu’une personne arrive au pouvoir et cela dans n’importe quel pays du monde, elle applique une politique identique à son prédécesseur, même si celui ci était un opposant.

                Pour revenir à Macron : derrière ce type se cache une pris de pouvoir antidémocratique puisque macron agit sans tenir compte de la démocratie parlementaire, des revendications syndicale, de la négociation entre les divers partis politiques et même de ce que pourrait dire ou vouloir son partie politique LERM. Il n’est pas seul à faire cela et je ne sais pas qui est derrière lui, même si je pense qu’il faut regarder du coté des banques

              • Robin Guilloux Robin Guilloux 17 novembre 09:49

                Paul Ricoeur a effectivement eu un moment de faiblesse lorsqu’il était prisonnier de guerre, à l’instar de la plupart de ses camarades et uniquement au début. Dans la déréliction ambiante, Pétain était considéré à tort comme un « sauveur ». François Dosse en parle d’ailleurs avec honnêteté dans sa biographie, mais on ne peut pas dire que Ricoeur ait été « pétainiste ». En échange, sa pensée politique relève du « christianisme social », alors que la pratique (je ne parle pas de sa pensée que j’ignore et je ne préjuge pas des surprises, bonnes ou mauvaises, que nous réserve l’avenir) d’Emmanuel Macron est en-deçà de celle des « utilitaristes » anglais (libéralisme non redistributeur). C’est sur les capacités du capitalisme dans sa phase actuelle à redistribuer, notamment en direction des classes moyennes et populaires que sera jugée l’action d’Emmanuel Macron. Mais je pense que les contraintes (dette, critères de convergence européens, austérité imposée par l’Allemagne, déficit public, pression du patronat...° sont tellement fortes qu’il sera bien obligé de renoncer d’éventuelles préoccupations éthiques (justice sociale). La philosophie n’a pas grand chose à voir avec tout ça, à part celle qui nous incite à « réduire nos besoins » smiley


                • keiser keiser 17 novembre 11:58

                  @Robin Guilloux

                  « Vous n’avez pas le monopole de Ricœur ! » Tel est (en substance et le jeu de mots en moins) le message envoyé à l’attention d’Emmanuel Macron par un cénacle guère habitué à ce genre de coups d’éclat : le comité scientifique du fonds Ricœur. « S’il existe une philosophie ricœurienne du politique, il n’y a pas de politique ricœurienne », écrivent-ils dans un communiqué mis en ligne discrètement le 30 octobre dernier.

                  L’Obs (15/11/2017)


                • leypanou 17 novembre 10:28

                  cette courte bio.
                  1 / C’est un homme surdoué
                   : arrêtons ce genre de qualificatif stupide. Il a intégré l’ENA comme des tas d’autres gens.

                  Quelqu’un qui n’a pas été fichu d’intégrer l’école normale supérieure est surdoué ? Et puis des normaliens -et politiciens- , on en a un paquet, des Juppé, Fabius, Wauquiez, Le Maire, etc, etc : je n’ai pas l’impression que leur parcours scolaire exceptionnel ait eu des résultats exceptionnels dans l’amélioration de notre vie de tous les jours.


                  • Trelawney Trelawney 17 novembre 11:03

                    @leypanou
                    Un instituteur à la retraite m’a dit un jour : « Durant toute ma carrière, je n’ai jamais vu aucun élève surdoué, mais des parents d’enfants surdoués, j’an avais tous les ans » smiley


                  • chantecler chantecler 17 novembre 13:17

                    @leypanou
                    Ah pardon !
                    Robert Brasillach a été un normalien .
                    Sa carrière plaide pour lui :
                    Fasciste , soutien admiratif de Franco, pétainiste , collaborateur et directeur de « je suis partout », délateur permanent , D.E .
                    Bon, il n’est pas mort de façon naturelle et De Gaulle n’a eu aucune indulgence pour lui à l’issue du procès .
                    Il a démontré qu’avec les mots , en bon idéologue , on peut tuer .
                    Histoire un peu complexe car ses écrits , ses pamphlets ont largement été expurgés après guerre pour n’en faire qu’un pov écrivain .
                    Lire « intelligence avec l’ennemi : le procès Brasillac » .folio .


                  • damocles damocles 17 novembre 18:36

                    @leypanou
                    il a echoué 2 fois au concours d’entrée de normale-sup ... 


                    DES ENARQUES ? IL EN SORT DES PELLETEES TOUS LES ANS, ils investissent la haute administration et les ministeres et la France va de plus en plus mal...

                  • Jeekes Jeekes 17 novembre 10:41

                    ’’ses envois de SMS la nuit sont quotidiens’’
                     
                    Faut dire qu’avec mémé il doit lui rester pas mal de temps de libre, la nuit...
                     
                     smiley
                     


                    • keiser keiser 17 novembre 11:30

                      S’est marrant mais il y a comme une ressemblance avec l’auteur de cette hagiographie et Macron.
                      Peut être un effet miroir ?
                      Et tout cas, surdoué ou pas, mettre autant d’énergie à vouloir être le président est pour moi un signe de grand désordre mental. 


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 novembre 12:29

                        Il est double comme l’est le Maät. Et son noeud est dans le signe de la balance. Au moment de son élection, jupiter étaint conjoint à la tête du DRAGON. 21 décembre : JANUS. Jupiter en scorpion sera bientôt conjoint à son uranus de naissance ;


                        • Robin Guilloux Robin Guilloux 17 novembre 12:44

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                          Ah ! je me disais aussi ! smiley 


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 novembre 12:53

                          @Robin Guilloux


                          N’oubliez pas que je suis l’amie de la cousine de la Ministre de l’« agri »culture".

                        • Robin Guilloux Robin Guilloux 17 novembre 13:10

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                          Vous devriez « cultiver » votre amitié avec la cousine de la ministre. Vous pourriez décrocher la médaille du mérite agricole. Moi, je n’ai pas su y faire avec Paul Ricoeur, sinon je serais peut-être président aujourd’hui smiley

                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 novembre 13:22

                          @Robin Guilloux


                          La situation est complexe. Comme la gauche : famille divisée,... Sac de noeud.

                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 novembre 12:39

                          Bizarre, mon commentaire a disparu. En plus, il sait choisir sa Ministre de la culture. Et last but not least : son soleil de naissance est conjoint à mercure. Le GRAND HERMES TRISMEGISTE. 

                          29ème degré du sagittaire : « Dans son atelier, un forgeron travaille sur son enclume. Non loin de lui, une bêche est fichée dans le sol. » (version Janduz)

                          Caractère secret, intuitif et indépendant. On ne fait confiance qu’à ses grandes capacités intellectuelles et à son savoir étendu. La voie choisie comprend très probablement des travaux pénibles et exige des efforts constants, beaucoup de temps et de concentration. La réussite et la fortune peuvent être obtenues da


                          • Robin Guilloux Robin Guilloux 17 novembre 12:45

                            Un Ricoeur, sinon rien !


                            • Robin Guilloux Robin Guilloux 17 novembre 12:59

                              Emmanuel Macron se targue d’une relation privilégiée avec Paul Ricoeur, mais il faut savoir que Paul Ricoeur était un homme très affable et très abordable, pour peu qu’on lui témoigne le minimum de respect qui lui était dû en raison de ses compétences et de sa fonction, surtout après le coup de la poubelle qui m’avait personnellement beaucoup choqué (il ne méritait pas ça). Emmanuel Macron a été reçu avec la même gentillesse qu’un autre. Seulement il y a des gens qui savent faire valoir leurs relations et transformer une souris en montagne. Apparemment ça s’apprend quand on veut faire de la politique. Je trouve ça très agaçant cette manière de monnayer ses amitiés et de se faire valoir, surtout de la part d’un homme qui est parti pour pratiquer un libéralisme impitoyable qui est aux antipodes de la vision humaniste et chrétienne que Ricoeur avait de la politique. C’est le règne de l’imposture.


                              • sukhr sukhr 17 novembre 13:05

                                Un bon article de cirage de pompe qui ne change rien au fait que l’auteur avec sa gueule de terroriste consanguin au service de l’AF est étroitement surveillé par les RG. Il a déjà sa petite fiche un joli S dessus. 



                                • alinea alinea 17 novembre 13:51

                                  Putain qu’est-ce qu’on est content d’avoir un chef aussi studieux, qui a subi son formatage avec tant d’enthousiasme, qui n’a jamais déçu ses maîtres en n’ayant jamais l’idée d’une idée qui pût les déranger !
                                  Quel zèle à plaire à ses supérieurs, sans pour autant perdre de vue que sa récompense était d’alourdir ses poches. Ça a un nom, ça, non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires