• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mai 68 a « tuer » l’école de la République

Mai 68 a « tuer » l’école de la République

 

Mai 1968 : une révolte typiquement française

Si mai 68 a eu autant de retentissements et de conséquences sur la société française (et toute son offre politique) c'est d'abord parce que lnotre société fut plus lente et pusillanime à intégrer le changement et le progrès économique et social d'après-guerre

- La société française a mis beaucoup de temps pour se mettre à niveau (songeons qu'en 1970 nous avions un des plus mauvais réseau téléphonique d'Europe) et surtout elle a été constamment bloquée par ses corporations, ses habitudes et ses conformismes sociaux et politiques

- Mai 68 aura constitué une gigantesque et brutale remise à niveau : les moeurs (la contraception interdite jusqu'en 1967, l'avortement punissable de prison), les rapports sociaux (un chef d'Etat tout puissant, une bipolarisation héritière de la lutte des classes et de la guerre froide) ou de l'école (une école élitiste où il s'agissait de distinguer une élite tout en assurant un service éducatif basique pour tous les autres).

Mai 68 a permis de libérer (en partie) les entraves qui corsetaient les Français mais il est aussi responsable du naufrage de notre école

Si aujourd'hui les événements de 68 avec leurs barricades, leur gestes révolutionnaires, leurs discours ou les "références" politiques (Mao, Lénine ou le Che) semblent datés et passés de mode, l'école de la République a malheureusement subi 68 au point qu'elle est devenue aujourd'hui une vaste maison des jeunes (sans la culture), un asile pour le plus grand nombre, chargée de garder au chaud des millions de jeunes abusés sur leurs connaissances, leurs compétences et souvent leur avenir social et professionnel (un "master" pour devenir caissier en supermarché)

Il aura fallu, 40 ans, deux générations pour casser l'école

Après 68 la société française procéda (sans le dire) à un partage insidieux des tâches entre ses deux composantes principales de droite et de gauche
la Droite politique se vit attribuer la responsabilité de affaires économiques, financières et militaires.
Pour la Gauche il lui fut attribué la culture, le social (évidemment) et aussi l'éducation (dont la formation fait partie).
L'école est conçue pour transmettre et instruire pas pour déconstruire ou faire plaisir à des apprentis sorciers

Les anciens "soixante-huitard" se rabattirent donc sur l'éducation pour déconstruire la société (ou lutter contre les "inégalités")

N'ayant réussi qu'à ébranler la société française (ou tout au moins à la sortir du consumérisme et du matérialisme) les soixante-huitard prirent l'école d'assaut et entreprirent de mener leurs expérimentations sociales avec un laboratoire de 15 millions d'élèves et 100 milliards de budget (facs comprises).

Successivement il s'est agi (sous prétexte de libérer) 

- de déconstruire l'école de Jules Ferry, 

- de diaboliser la hiérarchie (mais aussi l'entreprise) pour rétablir une supposée égalité des chances (qui en fait se retourne totalement aujourd'hui contre le pauvres en favorisant les seuls enfants bénéficiant d'un environnement familial structurant et éduqué) 

- de casser le mérite, les examens et la valeur travail.

Les réformes qui ont "tuer" l'école

- le collège unique (1977, une réforme de Gauche réalisée par la Droite et entreprise sous prétexte d'égalité des chances et de mixité social et qui consista à mélanger tous les élèves dans une marmite scolaire en imaginant ainsi donner une chance à tous

- la lecture globale : plutôt qu'apprendre la lecture marche après marche on s'est ingénié à faire de l'enfant un innovateur qui reconnaîtrait les mots dans leur globalité (on lit sans connaître les lettres ni les syllabes)

- les maths modernes : la théorie des ensembles et les bases de numération percutèrent les compétences des enseignants et surtout laissèrent sur la touche les familles.

- le bac pour tous (80% de bacheliers) : s'appuyant sur les résultats de l'industrie japonaise (Toyota notamment) on imagina le lycée pour tous (après avoir bâti à la va-vite le collège unique)

l'école est à terre mais les gauchistes refusent la responsabilité de ce désastre 

Le travail manuel dévalorisé, l'apprentissage et les entreprises diabolisées, l'effort vilipendé... ont contribué à faire de l'école ce qu'elle est devenue aujourd'hui : une institution qui compte ses jours de vacances, dépassée par la société de la connaissance, ressassant des leçons datant de Jules Ferry alors que l'information, la connaissance et la compétence envahissent le monde mais désertent notre pays.


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 11 mai 2018 09:22

    Mouais...

    L’école à Jules a fait les hussards noirs qui ont envoyé tout une génération, dans l’ordre et en chantant , crever en rangs serrés dans les tranchées... Génération étant un abus de langage, une classe sociale serait plus exact. La guerre de 14 est présente dans Proust, sous forme de rumeur chez les domestiques.

    De nouveaux prêtres, laïques certes, mais tout aussi efficaces pour garder le troupeau dans l’ornière et préserver un ordre pas avare de guerres, de colonisations, de corruptions.

    Ne soyez pas trop prompt à mettre au crédit de boutonneux manipulés ce qui revient en réalité à Hollywood, au noyautage de la presse et des cadres des grandes écoles.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 mai 2018 11:43

      @Clocel

      Oui vous avez bien raison, que des ânes à l’époque ;

      la domination allemande en 1914 eût été une grande victoire révolutionnaire comme on les aime


    • Clocel Clocel 11 mai 2018 11:52

      @Olivier Perriet

      Ça va mieux ?

      Allez... Essuie-toi...


    • Dzan 11 mai 2018 09:49

      Hummmm !
      d’égalité des chances et de mixité socialE


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 mai 2018 09:49

        Du fait de mon âge, je me suis toujours trouvée à cheval entre l’ancien et le nouveau. Ce qui me permet de juger les deux. Les mathématiques et l’arrivée de la théorie des ensembles. La méthode globale, j’y ai réchappé (ouf !), la compétition élitiste qui glissa vers le travail en équipe, la valorisation de l’enseignement dit créatif à la place des fondations ou de la base. le lacanisme et Deleuze contre Freud. L’économie sociale et libérale (Etat Providence) contre la juste rémunération du travail (compensée par la charité pour les plus faibles). L’auteur devrait aussi se rappeler que cet élan vers un futur qui jeta l’enfant avec l’eau du bain avait aussi été préparé par les futuristes un peu délirants (les pilules qui remplaceraient la nourriture, la conquète de l’espace,...). 68 était un paradoxe. Mélange de retour aux traditions (écologie) et sape des traditions : respect de l’autorité, du temps nécessaire à l’apprentissage. Résumé : 50/50. Négatif : régresssion vers le tout tout de suite. Positif : recherche d’une plus grande authenticité. Du Yang on est passé au YIN. Sans transition. Normal que les acquis n’aient pas tenus. Positif : introduire l’idée de plaisir dans l’apprentissage. Négatif : ne garder que le plaisir en omettant d’apprendre.


        • Pimpin 11 mai 2018 10:05

          Très bon article, c’est exactement mon constat après mon passage et celui de mes enfants à l’éducation nationale.


          • mmbbb 11 mai 2018 20:13

            @Pimpin article un peu stereotype «  Le travail manuel dévalorisé » Connaissiez vous la condition des apprentis dans l ancien monde après la cesure de mai 68 L apprenti en usine etait considéré comme un negre il se tapait toute la merde et recevait souvent des quolibets La generation precedente recevait des torgnolles Les contremaitres etaient souvent des capo Par cet exces le travail manuel a ete deprecie par ceux qui devaient transmettre les savoirs L EN considerait le travail manuel comme un enferment de classe Quant a Eric , j avais une collegue femme ayant ete jeune chez les soeurs , elle reçu des brimades Ne lui parlez plus de religion Je fus interne , on nous parquait c ’est tout et je rejoins Pierret l education de masse est mal gere . Je ne veux pas etre le chantre de mai 68 mais ce qui m agace et de ne pas vouloir voir que l ancien systeme avait de gros defauts Cet auteur ne parle que de l EN, je le rassure il y a une selection de fait et il n y a jamais eu autant d ecoles privees dans ce pays L EN doit gerer desormais la « mixté sociale » pronée par l elite ce vouloir vivre ensemble . L ecole privee et les grandes ecoles preparatoires sont faites pour l elite Par ailleurs selon la cour des comptes dans un rapport de 2014 a mis en exergue que notre systeme est tres elitiste Mai 68 n a rien change , en cela c ’est une vraie revolution comme dans le guepard de Visconti « changer pour que rien ne change  » A l auteur faites la sortie des grande ecoles non pas en imperméable mais avec un stylo et cahier et noter la CSP des parents et dresser des statistiques. 


          • Allexandre 12 mai 2018 21:32

            @mmbbb
            Il est vrai que votre commentaire n’est pas du tout stéréotypé. Et je ne parlerai pas de la référence au « Nègre esclave » ou « colonisé, bon à se taper toute la merde. C’est vraiment honteux de considérer un apprenti »blanc« comme un »nègre". C’est sûr, c’était mieux au temps des colonies !!!


          • Decouz 11 mai 2018 10:16
            Mouvement typiquement français ? Oui si on en reste au mois de mai, oui si on veut dire qu’il y a eu une particularité française, mais l’année 68 a été marquée par des mouvements sociaux et politiques partout dans le monde qui ont eu des conséquences par la suite.

            "L’année 1968 s’est traduite par une inflexion majeure dans l’hémisphère occidental comme dans l’hémisphère communiste. Gardons-nous de la réduire aux revendications sociétales des étudiants parisiens. À San Francisco, Berlin, Rome, Bruxelles, Pékin... comme à Paris, il y eut l’avant et l’après-68."

            Le mouvement du 22 mars, précurseur des événements de mai, avait pour objet la guerre du Viet-Nam qui suscitait des protestations dans le monde entier.


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 mai 2018 10:20

              @Decouz


              Vous avez raison de nuancer. Chacun a vécu l’expérience (j’étais trop jeune et n’en ai connu que les conséquences) selon son éducation et le contexte politique dans lequel ils se trouvaient. Les couples adultères craignaient encore le coup de sonnette à cinq du mat,....

            • Garibaldi2 12 mai 2018 01:58
              @Decouz

              Tout à fait, le mouvement de mai 1968 s’inscrit dans un mouvement mondial, en pleine contestation de la guerre du VIêt-Nam, en pleine contestation de la main mise de Moscou sur les pays satellites ; c’est un mouvement qui touche l’Italie, l’Allemagne, ... Ce n’est pas du tout un mouvement simplement franco-français.

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 mai 2018 10:38

              Le chiffre 6 est toujours associé aux diableries et aux excès sexuels. Tant phalliques (Barbarella, con’quête" de l’espace) que féministe,.....quant à 69,...je n’en dirai pas plus. 


              • Allexandre 12 mai 2018 21:34

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                Et à qui est associé le chiffre 6 ?


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 mai 2018 10:38

                Je crois que vous inversez les causes et les effets.

                Le système universitaire et secondaire d’avant Mai 68 n’était pas plus « fonctionnel »

                Les questions de l’enseignement au lycée, de la sélection à l’université, de l’enseignement supérieur et secondaire de masse se sont posées dès les années 50.

                Mai 68 est la conséquence d’un enseignement supérieur de masse fort mal géré, et non la cause de tous les problèmes.

                D’ailleurs on n’a toujours pas vraiment répondu à toutes ces questions plus de 60 ans après


                • HELIOS HELIOS 11 mai 2018 10:46

                  @Olivier Perriet

                  Merci a vous, la réalité est bien là... ce n’est pas Mai 68 qui a changé quoi que ce soit, c’est seulement l’exceeellllente excuse qu’ont intériorisé les fainéants, les jouisseurs et les manipulateurs cachés derrière des revendications beaucoup plus nobles que ce que veulent bien le dire tous ceux qui veulent que rien ne change !

                • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 mai 2018 10:50

                  @HELIOS

                  Quand vous parlez des fainéants et des manipulateurs.....

                  Vous voulez parler de ceux qui n’ont rien trouvé de mieux que la démonisation de mai 68 pour expliquer tous les problèmes de la société, à la façon d’Eric Zemmour, je suppose ?

                   smiley


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 mai 2018 10:54

                  @Olivier Perriet


                  et d’ailleurs, tout fut impulsé le 6 du 6 66..... smiley))

                • Allexandre 12 mai 2018 21:40

                  @Olivier Perriet
                  Vous écrivez n’importe quoi. La France a été le pays le plus « vieux » jusqu’en 1970. C’est seulement les effets du baby boom qui ont modifié la situation, alors les années 1950 et l’enseignement de masse, vous repasserez. C’est le primaire qui a posé un souci car on n’avait jamais vu déferler autant d’enfants en France depuis le XVIIIè siècle.


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 mai 2018 00:56

                  @Allexandre

                  Avant guerre, il n’y a que les fils de bourgeois qui allaient au collège lycée, qui ne constituait pas d’ailleurs particulièrement des établissements d’excellence, puisque, si on avait les moyens, on pouvait y glander aussi ; dans Marcel Pagnol (début XXe siècle) c’est très bien expliqué : le fils d’instituteur à qui est réservé une bourse, qui doit être très studieux, et les enfants de bourgeois qui ont les moyens (mais ça il ne s’en rend compte que plus tard) qui « se permettent » de faire la bazar en cours smiley

                  c’est à partir des années 50-60 qu’il n’y a plus eu de sélection (par l’argent) dans l’enseignement secondaire, et c’est là que la massification a commencé et les questions avec (je dis bien commencé).

                  Le Cité universitaire de Nanterre elle ne devait pas être très vieille en 1968, juste comme exemple.


                • zygzornifle zygzornifle 11 mai 2018 10:53

                  Mai 68 a bon dos elle est aussi responsable du dérèglement climatique ....


                  • eric 11 mai 2018 10:55

                    L’école créée par nos rois et l’église catholique a commencé à se dégrader dès que les républicains l’ont colonisé. C’est bien antérieur à 68.

                    Sous l’ancien régime, on a de l’ordre de 10 000 écoles dans le pays ( 52 000 aujourd’hui, mais la population a doublé et à l’époque, les filles étaient peu scolarisées... C’est à dire que le ratio nombre d’élève sur nombre d’école a en réalité peu changé...Comme le montre Emmanuel Todd, les conscrits de la révolution et de l’empire sont majoritairement alphabétisés ; C’est même pour cela qu’ils auraient fait la révolution d’après cet auteur...

                    L’église représentant le volet social de l’État, la vente des biens du clergé prive les français d’hôpitaux d’asiles, et...d’écoles. Bref, des moyens, en particulier immobiliers, des services sociaux.
                    D’autre part, comme toujours, les terroristes promettent de raser gratis, mais aucune de leur école pour 400 habitants ne sera construite. Ils avaient d’autres priorités de court termes...Notamment raccourcir les instits, curés et bonnes sœurs.

                    C’est donc à nouveau la Royauté qui remet en place une école digne de ce nom avec la loi Guizot. (1830). Elle prévoit notamment non pas la gratuité générale, mais l’aide aux plus pauvres pour accéder à l’enseignement. C’est quand même autre chose que quand les impôts de tous permettent aux enfants de riches d’étudier gratuitement à Henry 4 et aux enfants de pauvres d’avoir le même privilège dans les établissements ghettos ou on envoie les profs débutant non ?

                    La loi Falloux ( un catho tradi) sous le président Louis Napoléon, va généraliser l’enseignement aux filles.

                    Notre école est sur pied. Du reste on sait à quel point le 19 ème et la période du troisième empire connurent le progrès tous azimut et notamment le progrès social et économique pour tous.

                    Pendant toute cette période et jusqu’à nos jour, les postions de gauche, leur lois, leurs programmes, visèrent à peu prêt exclusivement des objectifs idéologiques, (égalité égalité) quantitatifs ( des crédits et des postes pour nous), la revanche sur l’instituteur prussien et sur le concurrent catholique.
                    Ainsi, les principales lois de gauche en matière d’école se limitèrent de tout temps à restreindre la liberté d’enseigner - pourtant inscrite dans les droits de l’homme- afin de tenter de contrôler les esprits.

                    On en est là : l’accord occulte des syndicats qui cogèrent le ministère, interdit que plus de 20% des élèves soient sauvés du public dans l’enseignement confessionnel. Mais la catastrophe est telle que les écoles hors contrat se multiplient, y compris comme recours pour les familles modestes.

                    Les gauches exigent la carte scolaire pour les enfants des autres, au nom de la mixité sociale, alors que celle-ci est un objectif idéologique et non un objectif pédagogique, sauf à croire que le niveau des gamins serait exclusivement lié à leur milieu social et que les profs n’y changeraient rien. « Des crédits et des postes ». Dernier épisode en date, les syndicats contestent l’objectif du ministre : que les gosses sachent lire écrire et compter. Cela contrevient à leur liberté pédagogique...

                    Alors que le privé était un recours pour les enfants en difficulté, il trust désormais toutes les places d’honneur ; Cela se voit beaucoup pour l’enseignement général, parce que les magazines lus par les classes moyennes en font un marronnier ; Ils savent les sujets qui intéressent leurs lecteurs : leurs enfants. Au concours général, grâce à Henry 4 et Louis le Grand, le public arrive encore à quelque cartons On le sait moins, mais « l’école du peuple », le technique, le professionnel, là c’est vraiment éloquent. Sainte Dudule de la Contraception a un quasi monopole des prix....

                    Quand on sait que l’électorat de toute les gauche traitent les frontistes de Bac moins 4 alors qu’il est jeune et qu’on a 80% d’une classe d’âge au bac, on devine le mépris profond des pseudos lettrés pour les manuels en particulier et les prolos en général. Pour eux, ce sont des « mauvais en classe »....D’où leur désintérêt pour cette partie de l’enseignement. Le comble est atteint dans l’enseignement agricole...A l’époque 50 % de privé, et les établissements, même publics, disant au ministre, diminuez nos subventions si vous le voulez, mais surtout, ne nous rattachez pas à l’EN....

                    Les gauches cassent l’école parce que pour elles c’est un moyen au service de leur agenda politique et non un service public dût au peuple et qui doit tenir compte de ses attentes.
                    Mais aussi parce qu’elles ont les moyens de sauver leurs propres gosses grâces à leurs privilèges, leur patrimoine culturel hérités

                    Mais le poisson pourrit par la tête comme on dit en russe. Au dernier concours ENS Ulm que j’ai regardé, la première en éco. sortait de chez les curés. . Elle n’était pas la seule...Une « miss tala » en puissance (plus belle des cathos à Normal Sup.). Car l’école catho apprend aussi aux filles à être des filles, aux garçon des garçons.

                    C’est sans doute pourquoi la réforme de l’école à visé à faire admettre des gens sur dossier ( c’est à dire à la note de gueule) parallèlement à ceux qui rentrent sur concours...

                    Mais cela ne marchera pas, car même la fille et petite fille de normalien de gauche du public, pénétrée de la théorie des genre qui n’existe pas dès son plus jeune âge, finira par copier sa copine catho pour essayer d’avoir l’air d’une femme.

                    Pour civiliser les barbares, l’Évêque Remi, inventa la femme féminine et la mit dans le lit de Clovis. Lassé des walkyries transgenres façon Femen, faisant le coup de poing avec leur francisque sur les lourds chariots francs, notre bon Roi fit France...

                    Regardez les gamines en fonction des établissements.. ;Pas un hasard si tous les hiérarques de gauche se remarient avec des BCBG pour les socio démocrates et des beurettes pour les gauches de gauche. Les femmes qui échappent aux canons du genre socialiste..... !


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 mai 2018 11:27

                      @eric

                      Eh ben dites donc..... Donc vous nous proposez de revenir au temps de Louis Philippe, si je comprends bien ?

                      Je ne sais pas si ce programme va recueillir la majorité des gauches de gauches, ou simplement des Français normaux, en tous cas vous vous serez fait plaisir, et c’est bien ça l’essentiel, après tout smiley


                    • eric 11 mai 2018 14:56

                      @Olivier Perriet
                      Soyez à ce que l’on vous dit bon sang ! A Napoléon trois ! Maintenant qu"on à mis les filles dans les écoles, on aurait du mal à les en sortir. Quand à la majorité des gauches des gauches, elle vit des denier de L’En pour une très large part, donc elle est hostile à toute vraie réforme de l’école, sans parler de sa démocratisation. Mais ce n’est pas grave. Une majorité de 20 % c’est entre 10 et 20. Par ailleurs pour des raisons liées aux statuts, ces gens ont peu d’enfant.
                      Ce sont les 80% qui détruiront l’église scolaire socialiste par la fuite progressive...


                    • Sparker Sparker 11 mai 2018 21:43

                      @eric

                      Hé bé Ricounet, ça s’arrange pas à ce que je vois....


                    • eric 12 mai 2018 08:43

                      @Sparker

                      Cela empire vous voulez dire. Pour être bien sur de ne pas être confondu avec le « peuple », la petite classe moyenne revendicatrice, vivant sur fonds publics ségrégative et surexcitée s’est choisie un logos qui est un jeu de mot sur une lettre grecque...

                      Le plus amusant étant qu’il y a sans doute plus d’élèves du privé qui comprennent e que les Fifies’ veulent dire avec leur FI grec que d’électeurs mélenchonniens du base si on en juge sur leur culture général par ailleurs...


                    • Sparker Sparker 12 mai 2018 19:46

                      @eric


                      Aie aie aie, ça se con-firme, une saignée vite, une saignée...

                    • eric 13 mai 2018 10:38

                      @Sparker

                      Nous y sommes. Le Marxisme ! Inventé au début 19 ème, à l’époque des saignées et des vases communiquant !

                      Et encore, la saignée tirait vers sa fin... La gauche date d’une époque ou on pensait que tirer du sang mauvais éclaircirait le fluide comme on vidait les puis pourris en en tirant de l’eau. La science se limitait à croire que si on faisait descendre un réservoir d’eau au niveau de l’autre, alors il n’y aurait plus de fuite et tous le monde serait « égal »... ;
                      Mais se n’est pas seulement parce que l’immobilisme est rassurant que les classes moyennes en transition sociale, qui sont les gauches, aiment tellement ces idées. C’est aussi parce qu’elle sont faciles à comprendre...


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 mai 2018 10:57

                      Et en plus, l’année 66 etait une année cheval de feu,.... Le Pire en Chine,....


                      • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 11 mai 2018 13:43
                                                      LE RETOUR DE PERCEVALVE !

                                         N’ a pas changé . Voit partout des Gochistes dans l’ EN etc... etc...

                                       

                          

                        • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 11 mai 2018 13:53
                                Elève Percevalve !

                                                     On ne peut pas comprendre l’informatique et l’electronique si on

                          n’a pas appris la numération en base 2 et 12.


                                                     Quant à la théorie des ensembles elle était enseignée en 2 nd C, en 1966.
                                  







                          • gueule de bois 11 mai 2018 21:46

                            @Jean-Yves TROTARD
                            Quant à la théorie des ensembles elle était enseignée en 2 nd C, en 1966.
                            Bémol ! C’est seulement le langage et les notations de la théorie des ensembles qui sont enseignés au lycée. La théorie des ensembles c’est le boulot de Cantor, qui aboutit à classer et à comparer les infinis. rien de tout cela n’a jamais été enseigné au lycée ni en 66 ni plus tard.
                            Cela dit l’idée d’adopter le langage de la théorie des ensembles pour présenter les mathématiques n’était pas une mauvaise idée, et il semble qu’avec la contre-réforme on ait jeté le bébé avec l’eau du bain.


                          • gueule de bois 11 mai 2018 22:09

                            @Jean-Yves TROTARD
                            On ne peut pas comprendre l’informatique et l’electronique si on

                            n’a pas appris la numération en base 2 et 12.
                            J’aurais plutôt dit en base 2, 8 et 16. Jamais vu une quelconque utilisation de la base 12 qui pourtant est une des meilleurs possibles (divisibilité par 2,3,4 et 6) alors que la base usuelle est une des plus mauvaises (divisibilité par 2 et 5).
                            Dieu n’est pas mathématicien, sinon il nous aurait gratifié de 6 doigts à chaque main.
                            Enfin, pour conclure il y a 10 sortes de gens, ceux qui comprennent le binaire et les autres.

                          • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 12 mai 2018 08:56
                            @gueule de bois
                             
                                          Exact. Je m’ai trompé : C’est base 8 et 16 que j’aurais du dire. 
                             



                          • Eric F Eric F 11 mai 2018 14:25

                            Les « évènements » de 68 ne sont pas une spécificités française, il y a eu un courant libertaire dans de nombreux pays. L’enseignement des années 70 n’avait pas les caractéristiques d’inefficacité qu’il a pris depuis lors, on ne peut mettre sur le dos de « 68 » toutes les décisions prises par la suite : errements d’expériences novatrices contradictoires, nivellement par la généralisation d’études théoriques longues pour tous, etc.


                            • jeanpiètre jeanpiètre 11 mai 2018 19:13

                              @Eric F
                              cette date marque d’ailleurs un tournant dans les objectifs de l’école, passer d’ élément éclairé même au niveau 3 ème, au niveau pièce de rechange pour les employeurs. faut dire une école qui rend éveillé est une épine dans le pied du capitalisme de cartel déguisé en démocratie


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 mai 2018 14:31

                              La guerre quarante par rapport à mai 68 en terme d’évènement fut comparativment bien plus dramatique. Comme si Eros était toujours plus « douteux » que « Thanatos ».


                              • Sparker Sparker 11 mai 2018 16:36

                                « L’école est conçue pour transmettre et instruire pas pour déconstruire ou faire plaisir à des apprentis sorciers »

                                L’école est faite pour trier les meilleurs au profits des industriels et des marchands (banquiers compris) en manque d’ingénieur et autres cadres, le reste devenant la valetaille à exploiter corvéable à souhait et nourrie au lance pierre. T’avais qu’à bosser à l’école ducon... dis le à tes gosses sinon...
                                Elle n’a pas été orientée dans l’intérêt du développement de l’individu et donc du peuple, seul intérêt d’une école républicaine.

                                L’école de Jules Ferry et celle qui a permis notre société en carton pâte névrosée...


                                •  C BARRATIER C BARRATIER 11 mai 2018 19:55

                                  Les enseignants n’ont pas été des soixante huitards. C’est autre chose qui détruit l’école : la paresse

                                  Ecole,projets reforme Blanquer examen critique http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=296

                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 mai 2018 20:02

                                    @C BARRATIER


                                    les enseigants n’étaioent pas soixante-huitard, dans les écoles catholiques, certes non. Mais ailleurs,les soirée ou l’on se passait le calumet après les cours,.... Petite anecdote. Dans mon lycée, ma prof de math nous avait enfermé comme otage dans la classe parce qu’elle estimait être insuffisament payée, perchée sur un banc avec un drapeau rouge à la fenêtre. L’affaire à duré deux heures. Belle partie de rigolade....

                                  • Sparker Sparker 11 mai 2018 21:41

                                    @C BARRATIER

                                    Ha ! et qu’est-ce qui génère la paresse ?
                                    Ce serait pas la compétition par hasard ?


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 mai 2018 20:03

                                    les enseignants n’étaioent pas soixante-huitards, dans les écoles catholiques, certes non. Mais ailleurs, les soirée ou l’on se passait le calumet après les cours,.... Petite anecdote. Dans mon lycée, ma prof de math nous avait enfermé comme otage dans la classe parce qu’elle estimait être insuffisament payée, perchée sur un banc avec un drapeau rouge à la fenêtre. L’affaire à duré deux heures. Belle partie de rigolade....


                                    • izarn izarn 12 mai 2018 01:08

                                      Certes Mai 68 est à l’origine de tout les désastres... smiley
                                      Continuez votre discours de droite moisie. Ou gauche, peut importe ! smiley
                                      Vous savez ce que je pense des gens d’avant Mai 68 ?
                                      Des connards...
                                      Vous croyez 5mn pov’con, que les jeunes vont revenir en l’année 1967 ? Je ne parle pas ici du mouvement hippie, mais de la situation réelle des jeunes à l’époque.
                                      Sans blague ?
                                      Vous refusez la contraception ? (Jouir sans entrave, c’était le topo)
                                      Vous refusez le droit de vote aux femmes ?
                                      Vous refusez aux femmes d’avoir un carnet de chèque ?
                                      Mais ma mère, connard, dans sa jeunesse n’avaient même pas droit à ça !
                                      Alors c’était mieux avant, avec tes fachos de parents profs nullards...
                                      Ca n’a pas changé, rassures-toi !
                                      Ils ont changé la tactique de sélection des frères de race c’est tout...
                                      Tout doit changer pour que rien ne change...
                                      ...Giuseppe Tomasi di Lampedusa.

                                      (Le Guépard)


                                      • Jean Keim Jean Keim 12 mai 2018 08:36

                                        Tant que nous penserons que l’école doit enseigner un contenu elle aura toujours des thuriféraires et des dénigreurs, nous confondons souvent quoi penser et comment penser.


                                        • Sparker Sparker 12 mai 2018 19:47

                                          @Jean Keim


                                          Je vous entend mais je crois que vous allez beaucoup trop loin pour la majorité de ce forum, enfin c’est toujours bien de le dire.
                                          Bien à vous.

                                        • Hecetuye howahkan 12 mai 2018 19:59

                                          @Jean Keim



                                          salut jean...quoi penser...oui c’est vrai.....

                                          mais comment penser est à la portée de tous potentiellement..et dans les faits de quasiment plus personne, point d’arrogance ici ,juste l’énoncé de ce qui pour moi est un fait évident ...

                                          nous régressons dangereusement c’est clair..

                                          je ne pense pas que nous soyons tombé aussi bas et désespérés depuis la dernière partie de comète qui nous a balayé il y a 11600 ans, d’âpres Graham Hancock , il y aurait une relation de cause à effet entre l’arrogance humaine et cela...mais ceci est une autre histoire ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès