• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mai 68 en Egypte ?

Mai 68 en Egypte ?

Les récents événements en Tunisie, en Egypte, ainsi qu’au Yémen, livrent leur cortège d’interrogations et autres ambiguïtés sur l’interprétation de ces révoltes car en pareille situation, le maître mot est « transition ». On sait parfaitement ce que les manifestants ne veulent plus. L’ancien régime. On cerne à peu près les causes de ces soulèvements. Certaines sont conjoncturelles, d’autres plus anciennes, ancrées dans des décennies de pratiques exercées par des régimes autoritaires avec l’emploi de la peur, pour ne pas dire de la terreur. Les populations ont courbé l’échine pendant ces années mais, changement de génération oblige, les jeunes, notamment issus des classes moyennes et convenablement instruits, ayant accès aux technologies modernes de communication, n’entendent plus être privés de parole et surtout, d’avenir. Les nouveaux moyens de communication ont créé des forces sociales que n’ont pas anticipé les régimes en place, ni du reste les dirigeants occidentaux qui les ont soutenus sans comprendre l’agacement des populations. A ces facteurs sociaux se sont ajoutés les conditions économiques liées à la crise des matières alimentaires. Et c’est cette conjonction qui a mis les peuples dans la rue.

Deux comparaisons historiques peuvent être effectuées. En premier lieu, on verra dans ces révoltes des peuples de pays arabes le signe d’une vers la démocratie et on pourra se raconter une belle histoire, comme celle écrite par Fukuyama sur l’évolution naturelle des nations vers un régime démocratique accordant possibilité d’élection, liberté de parole et reconnaissance de l’individu par l’Etat (thème hégélien s’il en est) Cette transition s’est opérée dans les pays d’Amérique latine depuis la décennie 1990. N’oublions pas que dans les années fin 1970 et 1980, le Chili et l’Argentine étaient gouvernés par des militaires dirigeant des régimes pas plus tendres que ceux de Ben Ali ou de Moubarak. Médias contrôlés, arrestations arbitraires, tortures, disparitions d’opposants, corruptions. Ces mots s’appliquent tout aussi bien au Chili de Pinochet qu’à la Tunisie de Ben Ali. Evidemment, les Etats-Unis soutenaient le Chili, ayant même prêté la main au renversement du gouvernement Allende par les militaires menés par Pinochet. C’était un 11 septembre 1973. Ces mêmes Etats-Unis ont longuement soutenu le président Moubarak. Les diplomates américains trouvant en quelque sorte naturel qu’un pays de culture arabo-musulmane soit dirigé ainsi. Et puis cette dictature arrangeait bien la géopolitique axée autour du destin d’Israël. Il était tout aussi naturel que les Tunisiens soient dirigés par un régime autoritaire livrant les richesses du pays à quelques clans mafieux. L’histoire retiendra sans doute la complaisance des dirigeants occidentaux à l’égard de ces régimes et qui sait si nous n’avons pas affaire à quelque déni de réalité, pour ne pas dire autisme systémique, pratiqué par la plupart des dirigeants sur cette planète sont le point de vue est centré sur la gouvernance et non pas sur ce que ressentent les populations, sur les aspirations des gens, sur les conditions d’existence moyennes, sur les vécus ordinaires. A force d’être entre eux, les gouvernants occidentaux ne comprennent le monde que du point de vue du dompteur qui dresse son cheval puis le soigne et le lave à l’étable.

Cette première comparaison effectuée entre les pays arabes et les pays latino-américains ne tient pas parce que les ressorts de la transition sont bien différents, autant que les cultures, les conditions économiques, historiques, démographiques et technologiques. L’Argentine et le Chili ont pratiqué une transition en douceur, menée avec des forces beaucoup intempestives mais soutenues, appliquées tel un conatus démocratique agissant de manière consensuelle au sein des classes moyennes, bourgeoises, populaires et dirigeantes. Les transitions démocratiques ont pris plusieurs années dans ces pays. Par contre, en Tunisie et en Egypte, les dirigeants ne semblent pas avoir cette conscience historique et croyaient leur mandat irrévocable, ainsi que leurs pratiques presque éternelle. Moubarak songeant d’ailleurs remettre les clés du pays à son fils, pour que rien ne change. La conscience historique, elle s’est manifestée dans les populations et peut-être, chez une partie des gradés de l’armée. Autant dire que ces révoltes embarrassent les pays occidentaux mis devant leurs contradictions, ces pays donneurs de leçon démocratique, récitant la même litanie aux Chinois depuis trois décennies, mais ne comprenant pas le sort des peuples arabes lassés des dictatures. En mai 68, les prolétaires ont été associés aux frondes étudiantes, avec l’intervention d’un média inédit, la télévision, puis quelques meneurs et un mouvement de grande ampleur qui a surpris les gouvernants. On retrouve les mêmes ingrédients en Egypte, avec le poids d’une jeunesse impatiente, l’appui de nouveaux médias et des populations qui souffrent sur le plan économique. N’en déplaise aux commentaires et autres appréciations officielles, le soulèvement en Egypte s’apparente à mai 68 mais nul ne sait quel nouveau régime peut accoucher tant le chaos règne. Tout dépendra des forces et des attitudes des responsables, certains devant rester, certains partir et d’autres arriver. Après la foule, la plage vide et la page blanche.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • loco 4 février 2011 11:21

     Bonjour,

     Il semble qu’il manque, pour assurer une comparaison avec 68, deux éléments :
    - des organisations syndicales
    - des organisations politiques


    • agent orange agent orange 4 février 2011 13:09

      Il manque surtout une forte présence juive dans ce mouvement. Où sont les Cohen Bendit, Krivine, Finkelkraut, Glucksmann, Benny Lévy, Kouchner, Geismar, Kravetz, Weber, Gluckstein & co ?
      A moins que ce soit une nouvelle Affaire Lavon... ?


    • baska 4 février 2011 16:33

      Agent orange, les Levy soutiennent « à mort » la clique pharaonique et expriment leur solidarité à moubarak. Ils pensent même que « le régime égyptien est assez fort pour surmonter cette vague de manifestations ». Il faut comprendre ces Levy, le pharaon est leur seul allié arabe de la région qui participe activement à l’étranglement des gazaouis et combat les « méchants du Hamas ». S’ils le perdent, ça sera une catastrophe pour sion.


    • Blartex 4 février 2011 17:18

      En tous cas, le ras le bol y-est !


    • fwed fwed 4 février 2011 12:57

      Mai 68 ????
      Ah, ah, ah.... vraiment trop drôle ces vieux Français


      • therasse therasse 4 février 2011 13:04
        Et si on recentrait le débat sur le problème de fonds ? La faim comme conséquence des dictatures, mais surtout du capitalisme mondial. Il y a deux ans, déjà, le Monde Diplomatique avait prévu ce qui se passe aujourd’hui : hier, la Tunisie, aujourd’hui l’Egypte, quelques flamèches en Algérie, une manifestation monstre au Yémen ce jeudi : 

        http://www.monde-diplomatique.fr/2008/05/BEININ/15861

        Qu’y aura-t’il au menu demain ?

        • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 4 février 2011 13:45

          C’est plutôt la FIN des dictatures et non la FAIM des peuples qui poussent la "rue arabe’ à la révolte pour ne pas dire REVOLUTION.


        • Pyrathome pyralene 4 février 2011 15:16

          mai 68 ?? rien à voir.....
          Regardez ça ;

          sheeldon
          (xxx.xxx.xxx.102) 4 février 13:16

          http://regardsdefemmesmusulmanes.bl...

          "

          « J’ai été payé 5 000 livres pour semer le chaos dans les manifestations du Caire »

          Selon la personne qui a filmé cette vidéo, cet homme était du coté des partisans de Moubarak pendant les affrontements qui ont eu lieu hier au centre du Caire. Arrêté par des manifestants d’opposition hier soir, il a avoué devant sa caméra qu’il avait été payé par les autorités pour s’attaquer au cortège et crier « Vive Moubarak ».

          Une vidéo similaire a été tournée par un de nos contacts au Caire, Ramy Raoof. Et un autre de nos Observateurs, Ismail Iskandrani, affirme que des personnes auraient avoué avoir été payées pour semer le trouble dans les manifestations à Alexandrie.
          Ces images ont été filmées hier soir par Mohamed Abd Elatty, journaliste freelance et blogueur au Caire. L’homme qui y témoigne affirme qu’on lui aurait proposé la somme de 5000 livres (621 euros) pour intégrer les milices qui ont participé aux affrontements de mercredi sur la place Tahrir.
          En Égypte, des milices connues sous le nom de « baltgia », formées de jeunes recrutés dans les quartiers pauvres, seraient parfois utilisées par les services de sécurité pour mater les manifestations. Selon certains analystes, ces baltgias serviraient ici à semer le chaos pour préparer une possible intervention des autorités pour rétablir l’ordre.
          Des policiers en civil sont également présents dans les rangs des émeutiers. L’organisation Human Rights Watch a confirmé hier que des cartes de police avaient été retrouvées sur plusieurs personnes habillées en civil et impliquées dans des pillages au Caire et à Alexandrie."

          Mêmes techniques que celles employées lors des manifs sur les retraites chez-nous, en plus caricatural évidemment, chez le tyran criminel Moubarak......D’ailleurs, c’est la France qui a formé la police Égyptienne...
          Feraient-ils la même chose en France, en Europe, aux US..... si le peuple se soulevait ?


          • slipenfer 4 février 2011 16:58

            J’ai un pote qui reviens des Carpates.
            Pour lui tout cette affaire n’est ni une révolution ni des émeutes
            mais un épanouissementsmiley

             


            • Blartex 4 février 2011 17:31

              Cet article est relégué au fin fond d’Agora.
              Signe que ça n’intéresse personne, ou signent qui se signent ?
              À slipenfer, les « carapates », ils sucent le sang , contrairement aux péripathétiputes. Qui elles (où bien lui) sucent autre chose. De la vie.
              Si ce n’est ni une révolution ni une émeute, comment appelez vous ça ?


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 février 2011 11:10

                Oui si l’ambition française se concrétise : On aura un grand bordel pharaonique avec la génaralisation de l’inceste !

                La Révolution mondiale se fera, elle se fera avec les nouveaux concepts définis dans la « DECLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS HUMAINS » ( Vaie démocratie, justice sociale, devoirs et droits humains«  ! Il y’aura ici et là des réussites et des échecs mais elle se fera !

                La France a été la première a entamer maladroitement des »réformes«  ; ces bricolages »intérieurs« accompagnés de l’incitation et de perfidie à »l’extérieur« , auront des conséquences à la hauteur de la malice française.

                Les populaces qui cultivent les comportements hors la loi, qui confondent malice et intelligence ; qui crachent ouvertement sur les lois fondamentales qui permettent l’équilibre social, la paix et la sérénité se verront dévaluées et jetées dans les profondeurs de la médiocrité !


                La Révolution mondiale est déjà en marche, elle est en train de dessiner le futur de chaque pays en fonction de son réel mérite !


                Là où je sens un devoir de pédagogie, je le fais bénévolement...


                Voir les liens ci-dessous ou tapez dans recherche www.google.com 
                 »Mohammed MADJOUR el watan"


                http://www.elwatan.com/evenement/une-nouvelle-ere-pour-l-egypte-02-02-2011-109898_115.php


                http://www.elwatan.com/evenement/la-gerontocratie-plutot-que-la-democratie-02-02-2011-109872_115.php

                http://www.elwatan.com/dossier/entre-autoritarismes-et-revoltes-populaires-quelles-alternatives-pour-le-maghreb-01-02-2011-109721_151.php


                http://www.elwatan.com/evenement/basma-kodmani-les-societes-arabes-sont-toutes-en-train-de-briser-les-chaines-01-02-2011-109729_115.php


                http://www.elwatan.com/weekend/idees/l-esprit-contestataire-des-annees-80-ressourcement-pour-les-combats-en-cours-28-01-2011-109108_181.php


                Mohammed MADJOUR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès