• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Manifestation des suprémacistes sous les auspices des gauchistes

Manifestation des suprémacistes sous les auspices des gauchistes

Lénine avait parfois de ces phrases qui résumaient une problématique complexe. Ici, le leader bolchévique démasque la fumisterie démocratique bourgeoise et les hauts cris d’hypocrisies devant la montée des régimes totalitaires que le capital hégémonique fomentait en sous-main pendant la sévère crise économique.

« Dans tous les pays, la croissance du mouvement révolutionnaire prolétarien suscite les efforts convulsifs de la bourgeoisie et des agents qu’elle possède dans les organisations ouvrières pour imaginer les arguments philosophico-politiques capables de servir à défendre les exploiteurs. La condamnation de la dictature et la défense de la démocratie figurent au nombre de ces arguments. » (Lénine [1])

 

Lénine avait parfois de ces phrases qui résumaient une problématique complexe. Ici, le leader bolchévique démasque la fumisterie démocratique bourgeoise et les hauts cris d’hypocrisies devant la montée des régimes totalitaires que le capital hégémonique fomentait en sous-main pendant la sévère crise économique.

En 2018, le monde capitaliste est à nouveau en crise économique et le capital joue à la fois du cirque électoral et de la menace fasciste, terroriste, suprémaciste, néonazie, autant « d’arguments philosophico-politiques » que les riches répandent à tout vent via leurs médias, alors que le « blackout » recouvre les luttes grévistes prolétariennes, comme cette grève des cheminots français liquidée par leurs alliés petits-bourgeois dans le mouvement ouvrier.

 

Le feuilleton de la dernière malversation mondialement médiatisée

 

Dimanche, le 12 aout dernier, une petite trentaine de « suprémacistes blancs » et de néonazis ont marché devant le Capitole à Washington sous les projecteurs et devant des centaines de caméras venues du monde entier. Pourtant, ils étaient des centaines de milliers d’ouvriers lors des manifestations en France et ils n’ont jamais obtenu une telle couverture médiatique. [2]

La mise en scène avait été particulièrement soignée et les médias assurant une large couverture aux préparatifs avaient promis quelques centaines de « suprémacistes et de fascistes ». Les rabatteurs de la go-gauche « antifa » jouèrent leur rôle et promirent des affrontements justifiant le déploiement d’un appareil policier imposant. Un déploiement attestant de l’impartialité de l’État des riches dans ce cirque médiatique monté de toute pièce. Mais qu’importe le nombre de manifestants (30) et d’opposants (2000), les initiateurs du spectacle ont rempli leur mission grâce à leurs collabos gauchistes « antiracistes », j’explique.

 

Pourquoi ce show télévisé devant le Capitole ?

Ce « show réalité » avait trois objectifs : 1) essaimé l’idée que la droite extrémiste, soutenue par le Parti républicain américain (le Bonnet blanc de la prochaine mascarade électorale), et adoubé par Donald Trump le « Bad boy » échappé de sa Tower, constitue une menace pour la pseudo démocratie étatsunienne. 2) Accrédité l’idée que les groupies de la go-gauche (des enragés parfois violents) sont aux aguets et qu’ils s’opposent véritablement à la montée de la droite extrémiste et qu’ils protègent la « démocratie » en compagnie du Parti démocrate (le Blanc bonnet de la prochaine mascarade électorale). 3) Conforté le mensonge que l’État des riches et sa police sont au-dessus de la mêlée et font respecter le droit démocratique de manifester et de contre manifester avec impartialité… « Prolétaires américains remettez votre destin entre les mains des flics états-uniens, ceux qui tuent les blacks sur la rue » semble le message subliminal de la gauche radicale.

Pourtant, il faudra que les organisateurs et leurs policiers infiltrés reprennent l’exercice, car ce cirque a mobilisé bien peu d’activistes. C’est que la vieille recette des années trente ne fait plus recette. En ce temps-là les appareils politiques de droite, comme les apparatchiks de gauche, mobilisaient des millions de militants, c’était le bon temps. Aujourd’hui, les prolétaires n’adhèrent plus à ces chimères que la petite-bourgeoisie colporte et tente de faire renaitre, de droite comme de gauche, attestant du murissement de la conscience de classe du prolétariat. Les prolétaires ont appris suite à la Seconde Guerre où mène l’embrigadement fasciste ou communiste – 200 millions de tués et mutilés pour se retrouver aujourd’hui à la croisée des chemins… sans destinée.

Ainsi, « Une étude menée par le politologue George Hawley, de l'université d'Alabama, révèle que seulement 5,64 % de la population blanche non-hispanophone, épouse les trois idées qui composent le socle idéologique des suprémacistes : fort sentiment identitaire blanc, foi en la solidarité entre Blancs, et sentiment de persécution contre les Blancs. Rapportées en termes démographiques, ces croyances concerneraient 11 millions d'individus sur les 330 millions que comptent les États-Unis. » [3]

Le constat est probant il n’y a pas de sentiment anti-immigration, proraciste ou suprémaciste au sein du prolétariat américain, pourtant, lors d’un sondage CBS : « 61% des personnes interrogées estiment que les tensions raciales se sont accrues durant l'année écoulée » [4] …résultat des lynchages publics perpétrés par les flics ?

L’immense majorité de la population n’est pas raciste et pourtant ces gens ont le sentiment que les tensions raciales se sont accrues dans le pays. Vous avez ici la démonstration comment l’État bourgeois, et les médias mainstream, manigancent, avec le concours de la droite et la complicité des rabatteurs de gauche, pour créer un sentiment d’insécurité afin de présenter le gouvernement « démocratique » des riches comme la voie modérée appelant le peuple à se ranger derrière l’état-major capitaliste, la véritable source du terrorisme.

  

La duplicité de la go-gauche apparait à travers ses slogans au cours de la manifestation. Il en est ainsi depuis le remplacement de Barack Obama, l’ami de la petite-bourgeoisie embrigadée. Une bannière proclamait que : « Trump est responsable de la division de l’Amérique » ! Trump n’est qu’une potiche au service de la classe des riches effrayés à la pensée que le dollar va bientôt s’effondrer et que des dizaines de millions de prolétaires paupérisés et de petits-bourgeois précarisés risquent de se lancer à l’assaut de la Maison-Blanche si leurs larbins politiques ne parviennent pas à les divisés selon la nationalité, la race, l’origine ethnique, la religion, la langue, le degré de pauvreté, etc. Mais surtout, le capital doit faire croire à tous ces gens à la télé que l’État fétiche, ce fauteur de guerre dont la gauche s’entiche, est le garant du salut de la race, de la langue, de la sécurité, de l’impartialité et de l’équité de la nation, alors que la seule « valeur » qui importe à l’État des riches c’est la valeur du pétrodollar. Les oligarques savent que c’est sous cette condition que L’État bourgeois pourra enrégimenter la troupe des salariés pour la lancer en guerre contre les prolétaires de l’adversaire.

 

ARTICLE DISPONIBLE SUR LE WEBMAGAZINE http://WWW.LES7DUQUEBEC.COM

 

Faut-il mordre aux hameçons que tend la bourgeoisie ?

Sous aucun prétexte les prolétaires ne doivent se laisser distraire de leur lutte gréviste pour de meilleures conditions de vie et de travail, et de leur opposition radicale à l’État des riches, car c’est ainsi qu’ils rançonnent le capital et le mettent à mal. Sous aucun prétexte les prolétaires ne doivent céder aux sirènes de l’antifascisme, de l’anti-islamisme, de l’anti-suprémacisme, ou de l’antiterrorisme qui sont autant de leurres jetés devant les ouvriers pour les appâtés et leur faire abandonner leur lutte de résistance quotidienne et les amenés à appuyer l’État des riches ce fauteur de guerre suppôt du terrorisme. La classe ouvrière n’est pas raciste, n’est pas tentée par le fascisme, n’est pas suprémaciste comme le démontre son absence à ces manifestations au service des riches.

Que les bobos réformistes mènent la danse des contre-manifs assurant la publicité à ces évènements ignorés des ouvriers et impopulaires. Nous savons par avance que malgré tous leurs efforts la classe des prolétaires ne s’enrôlera pas dans ce fatras, ni à droite ni à gauche, au grand dam du capital qui devra se résigner à continuer à utiliser son appareil d’État répressif pour écraser la résistance populaire.

 

 

Notes

 

[1] Thèses sur la démocratie bourgeoise et la dictature prolétarienne, 1° congrès de l’Internationale communiste, mars 1919.

[2] http://www.lefigaro.fr/international/2018/08/12/01003-20180812ARTFIG00191-quelques-dizaines-de-supremacistes-defilent-a-washington.php

[3] http://www.lefigaro.fr/international/2018/08/12/01003-20180812ARTFIG00191-quelques-dizaines-de-supremacistes-defilent-a-washington.php

[4] https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/08/13/conspuee-l-extreme-droite-n-ose-pas-se-montrer-a-washington_5341854_3222.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • cyborg 17 août 2018 17:50

    Crier au feu qu’on a allumé soi-même
     
    Que l’anti-racisme soit un spectacle paravent sponsorisé par le système c’est évident. Comme tout ce qui est capitalo-compatible, écologie, anti-spécisme, féminisme, LGBT, ethnocentrisme etc. Mais... L’anti-racisme c’est aussi ça :
     
    https://francais.rt.com/international/53379-suede-musulmane-refuse-poignee-main-entretien-embauche-gagne-proces
     
    Une réalité matérielle qui pousse à la destruction des nations, pour l’individualisme multiculturel. Quand Lénine disait que la haine des nations, à l’époque des peuples (Staline commissaire aux « nationalités » veut dire aux peuples de l’URSS), était l’internationalisme des imbéciles, c’est que tout communisme a besoin d’un fond. Marx parle du mir russe à défaut d’avoir un vrai prolétariat en Russie. L’internationalisme n’est pas l’absence de nation. Quand Marx dit que les prolétaires n’ont pas de nation, c’est parce qu’on leurs a enlevées ! Alors sans nation il faut régresser vers la race où la religion, où accepter l’utilitarisme de la marchandise comme idéologie.
    Et matériellement le capitalisme défait ce fond holiste d’un socialisme éventuel. ça c’est pas du vent... Les islandais ont mis les banksters en taule, un vrai petit peuple.

     


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 18 août 2018 18:30

      @cyborg

      Vous ne devriez pas colporter ce mensonge des islandais mettant leur banquier en tôle, Un seul en a été menacé et cherchez le aujourd’hui il n’y est déjà plus = foutaise que cette Fake new sans importance


       Votre remarque sur LÉNINE-STALINE est plus substantielle et j’y ai répondu il y a deux ans dans ce livre sur LA QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L’IMPÉRIALISME MODERNE 


      Merci de votre post toujours aussi substantiel 

    • cyborg 19 août 2018 11:08

      @Robert Bibeau
      En attendant la fausse conscience de rechange, l’ancienne, la nation, la civilisation,la culture (cette pure aliénation dit Hegel), bref le village avec sa place du village typique (non virtuel comme Internet) et son église typique pour les uns où le café typique pour les autres, c’était ce substrat. Austromarxistes où Sombart.
       
      Et avec le transhumanisme, c’est le capital qui cherche l’aliénation de rechange à la nation où l’alternative à la lutte des classses.
       
      Les US, avec leur colons, et leur rêve de fortune, + leur protestantisme arriviste à la Weber, ont été une éprouvette heuristique du capitalo-mondialisme multiculturel, modèle qu’ils ont fait passer chez nous via les traites de l’UE. Et la nation instrument impérialiste est devenu ennemi du mondialisme, dialectique classique.
       
      Les gauchistes cosmopolites béats du « fatalisme téléologique des lendemains qui chanteront quoi qu’il advienne », genre « baisse tendancielle du tx de profit sera le paradis », où « métissage heureux », ont laissé faire l’oligarchie pour faire des US le monde. « Pourquoi l’Amérique ne sera jamais socialiste » disait Sombart. La réponse est : parce qu’en attendant que les burkinis et les indiens locaux de tout poil soient métissés, qu’une idéologie alternative soit inventée, c’est le Capital qui a la main. Et il est pas con, lui.
       
      Alors il est inévitable que ceux qui disaient « nous voulons le socialisme mais sans l’internationalisme piège à cons » gagnent les esprits. Québec aussi. Et ceux qui disent juste « internationalisme socialisme piège à cons » ça marche aussi.
       
      De là, s’enfonçant dans sa connerie, et s’enfonçant par la elle même, la gauche devient un parti immigré colonial mondialiste. « Il faut arrêter l’immigration » disait Marchais qui comprenait le piège à cons. De toute façon les jeux sont faits, l’UE de l’Ouest, va vers un individualisme régressif de déracinés sur pied et de colons (Orban, Afd, RN, Salvini, les symptômes).
       
      Mais comme disait Marx sur le « global intellect » qui triomphe au final, la science et le transhumanisme sont aussi une contradiction interne du mvmt réel du paradigme actuel capitaliste. L’Avoir pâlit face à l’Être immortel... la mort de la Mort dans la démographie explosive. Mais c’est pas des lendemains qui chantent à mon avis... plutôt une histoire d’Espace Vital.
       


    • covadonga*722 covadonga*722 17 août 2018 18:19

       aiguisons nos longs couteaux sur les bords des trottoirs....


      • Xenozoid Xenozoid 17 août 2018 18:20
        @covadonga*722
        tu sais que ça ne changera rien, cela fera du bien,c tout

      • Xenozoid Xenozoid 18 août 2018 18:09

        @Xenozoid

        et on me traite de nihiliste
        conda
        tu n’est pas devenu esclave d’une machine oultil,pas hasard

      • covadonga*722 covadonga*722 17 août 2018 18:23

         yep au stade ou j’en suis moi 5 mm de bonheur c’est tout bon ......



        • cyborg 17 août 2018 20:56

          Au colon massacreur des gentils indiens qui dansaient avec les loups  smiley
           
          La vérité objective d’une théorie scientifique, sociologique, politique, institutions, morales, du racisme du KKK à l’astronomie de Galilée, Copernic et Kepler, en passant par l’astrologie où l’alchimie, fût elle totalement décortiquée par la mise à jour historico-sociologique de sa « genèse sociale », n’en est pas pour autant épuisée ni tranchée.
          Nombreuses théories erronées dans leur genèse (l’atomisme) se sont révélées pertinentes. L’astrologie fausse a gaspillée la connaissance mathématiques vraie, mais l’alchimie fausse a ouvert la voie à la chimie vraie. Idem les religions, l’art etc.
          Marx a un passage magnifique où il parle de l’art grecque, d’esprits baisés par leur religion, leur communautarisme antique, leurs préjugés, mais qui nous émeut toujours, nous hommes modernes blasés et condescendants avec cette histoire d’obtus suprémacistes hellènes... Comme disait Aristote, la blondeur des scythes est signe de barbarie. smiley
          Bref c’est pas parce que le racisme aurait une genèse crétine qu’il serait faux...
           
          De la part d’un 5ème dan en marxisme
          Lénine Empirocriticisme, Marx Critique de l’idéologie politique, Engels, Staline (mon préféré)


          • JulietFox 18 août 2018 14:48
            @cyborg
            Pourquoi, toujours dans la logorrhée de certains le terme go- gauche et jamais droi- droite

          • zzz'z zzz’z 18 août 2018 10:29

            En fait, rien n’a changé ; la sûreté des états promis à la dilution laisse les manifestants et les contre-manifestants s’écharper sous les yeux des instigateurs de cette mise en servage du peuple. Ce peuple divisé, hors sol, hors classe, n’a plus aucune radicalité et laisse ballotter ces espérances électorales ; ses convictions lui sont vendues par des stories-telling à la Sarközy, — un fait divers → une loi — basées sur l’émotion que procure les MSM.


            BÊÊÊÊÊH, BÊÊÊÊÊH, BÊÊÊÊÊH ont une réservation sur un aller simple vers l’abattoir.

            • zzz'z zzz’z 18 août 2018 10:35

              @zzz’z
               ballotter ces espérances →  ballotter ses espérances


              Désolé.

            • Robert Bibeau Robert Bibeau 18 août 2018 18:41

              @zzz’z



              Vous vous trompez monsieur 

              Savez-vous le pourcentage d’ouvriers FRANCAIS qui n’a pas participé à la dernière mascarade électorale en France  ??? Plus de 60% d’ouvriers (non compris les petits-bourgeois qui votent massivement) 

              Le prolétariat Français (et italien incidemment) se rapproche ainsi des scores de mépris pour ces polichinelles politiques qu’affiche le prolétariat américain le plus en pointe dans ce domaine 

              Faut se renseigner avant d’accusé ma classe de la maladie des bobos 

              Merci pour votre post monsieur ZZZZZ



            • hezol 19 août 2018 04:44

              @Robert Bibeau

              Ta classe, le mec qui sort mascarade, incidemment et polichinelle, c’est probablement pas le prolétaria, méme si tu as bien entendu le droit d’étre sensible a leurs causes.






            • Robert Bibeau Robert Bibeau 19 août 2018 17:26

              @hezol



              MAUVAISE RÉPONSE CAMARADE 

              MA CLASSE EST BIEN LE PROLÉTARIAT AUJOURD’HUI QUE JE SUIS PRÉCARISÉ ET PAUPÉRISÉ COMME LE SERONT DES MILLIONS DE PETITS-BOURGEOIS COMME MOI QUAND LA CRISE ÉCONOMIQUE AURA SÉVIT ENCORE PLUS DUREMENT 


              JE NE FAIS QUE DEVANCER LE PELOTON MON COMPAGNON 

              ROBERT BIBEAU 

            • zzz'z zzz’z 20 août 2018 09:57

              @Robert Bibeau
              C’est bien ce que j’écrivais. À force de supercheries, le peuple est désorienté ; cela se voit dans votre mue, dans l’abstention…


              Beaucoup ont compris que cautionner la peste plutôt que le choléra, ou inversement, n’est qu’un jeu de dupes. Dans la constitution, en république française, le peuple est déclaré souverain¸les devoirs régaliens sont pour le bénéfice du peuple… La réalité est toute autre ! Les droits régaliens bafoués, je ne vois pas pourquoi l’on continue de nous réclamer l’impôt. À moins que ce soit pour nous brimer, et ainsi, nous faire prendre l’habitude de payer pour du vent…

              Le « diviser pour mieux régner » est mis en échec par le je-m’en-foutisme pour les « luttes » proposées.

            • Crab2 20 août 2018 12:03

              Lénine ou Robespierre : même combat anti démocratique - même méthodes de gouvernance par l’assassinat ou le la déportation ( goulag ) pour l’un et l’adoption de la guillotine comme système politique de gouvernance pour l’autre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès