• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Manifestations, compter et recompter

Manifestations, compter et recompter

Hier, grève donc, manifestations partout en France et comme toujours les différences entre les comptages de la police et des syndicats montrent des écarts phénoménaux.

 
http://idata.over-blog.com/0/22/65/09/API/2010-05/052710_2256_Manifestati1.pngVoila une image qui représente assez bien la méthode de la police, j’y reviendrai.
 
Pour hier les résultats pour Paris par exemple, 90 000 selon la CGT, 22 000 selon la police… Cherchez l’erreur !
 
Mais l’explication est plutôt simple en fait, elle tient du système de comptage des uns et des autres.
 
Les syndicats : Comptage par lignes au sein du parcours en plusieurs points puis une moyenne et enfin multiplication selon la taille du cortège. Cela peu sembler valable mais le fait est qu’il y a souvent des queues de cortège moins fournies et des trous à l’intérieur de celui-ci. Cependant l’avantage de cette technique c’est que la moyenne prend en compte les gens arrivant en milieu de manifestation et ceux qui en partent avant la fin.
 
http://idata.over-blog.com/0/22/65/09/API/2010-05/052710_2256_Manifestati2.pngLa police : Comptage pas groupe en un point. Souvent effectué d’un espace en hauteur, appartement ou toit. Avec un de ces petits compteurs manuels actionnés à la main on compte le nombre de groupes d’environ 10 ou 20 personnes ou par rangées, au pifomètre. Il est bien évident que selon le placement de ce comptage dans le parcours les résultats seront grandement différents. De plus ne sont pas comptés les trottoirs ou il y a généralement beaucoup de monde qui suit la manifestation sans pour autant faire partie des cortèges syndicaux.
 
Evidemment ces nombre ne sont jamais donnés bruts les uns les autres, selon leur utilité ils sont légèrement (ou pas) modifiés. Il n’y a qu’à voir les réactions des acteurs syndicaux et politiques.
Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, a estimé jeudi 27 mai que la « faible mobilisation » enregistrée venait « valider la méthode du gouvernement » sur les retraites, selon une déclaration à l’AFP.
Les syndicats eux vantent une journée de manifestation spectaculaire qui a rassemblé plus d’1 000 000 de personnes à travers le pays, soit beaucoup plus que la dernière et crient victoire.
 
Les uns réduisent et les autres gonflent, c’est de bonne guerre.
Malheureusement les écarts sont généralement si grands que les deux cotés se discréditent en essayant de nous faire avaler leurs couleuvres.
 
Et pour TF1 les chiffres des manifestations sont inférieurs à ce qui était espéré par les syndicats et la journée ne marquera pas les esprits, je n’en attendais pas moins de Lolo Ferrari qui ne s’est pas demandée si la pluie battante tout l’après-midi à paris pouvait avoir un lien avec le fait que tout le monde ne s’y soit pas rendu.
Et ça se dit journaliste ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 28 mai 2010 11:56

    c’est encore mieux à Marseille , 80000 selon les syndicats , 12000 selon la police !!!
    soit une echelle de 1 à 8 !
    où est la vérité ? je sais en tout cas que 80000 est pas crédible , les bus fonctionnaient , mes enfants ont pu aller en cours normalement , les poubelles ont été ramassées , une journée quasi normale !


    • Abraracoutrix 28 mai 2010 12:07

      une précision (de taille) les journalistes de TF1 ne sont pas des journalistes, ce sont des laquais du pouvoir. Les vrais journalistes d’ailleurs n’existent plus ou pas, les journalistes d’investigation, les journalistes qui vont sur le terrain ; Ceux qui nous « donnent l’information » ne font en fait que relire des dépêches d’agence, ou annoner quelque texte rédigé par leur « rédacteur en chef ». Celui de TF1 en l’occurence a ses bureaux Bd du Fg St Honoré... 


      • eric 29 mai 2010 08:55

        C’est un faux débat. Les flics sont des fonctionnaires de police assermentés. Ils comptent de la même manière, que gauche ou droite soient au pouvoir. Il le font d’autant plus sérieusement que 1) ces chiffres leurs sont utiles opérationnellement. Où et combien de fonctionnaires envoyer.2) Le « pouvoir » à lui même besoin d’info.
        D’autre part, il existe un moyen simple et peu couteux de compter assez objectivement : les portiques de comptage, tels qu’employés par les assoc catho lors des manifs école libre et pacs de mémoire. On sous évalue peut être un peu les arrivants en cours de route, on est pas complètement à l’abri de triche, mais en gros, on a une idée assez précise. Au besoin, on peut recourir à des observateurs extérieurs neutres, si le but vraiment d’avoir une idée précise.

        Les solutions existant, le fait qu’elles ne soient pas mise en œuvre constitue bien un élément de confirmation à priori que ceux qui défilent ne tiennent pas plus que cela à se compter réellement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès