• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Manifeste pour les valeurs de France. Ensemble, faisons société (...)

Manifeste pour les valeurs de France. Ensemble, faisons société !

 

(1) Des constats alarmants

La modernité et le matérialisme ont progressivement érigé en modèle le néolibéralisme. Ce système économique et politique fondé sur l’avoir, la croissance et le profit, a érigé en valeurs, dans toutes les sphères de la société, les inégalités, l’individualisme, la consommation à outrance et l’hypercompétitivité. 

« Pour Ricardo, le profit n'a d'autre but que de fournir aux capitalistes les moyens de la croissance. Pour Joan Robinson, le profit est non seulement le moyen de la croissance, mais il en est le but ». Ce modèle qui institue les inégalités en asservissant les individus, à l’échelle du globe et des sociétés, montre aujourd’hui ses limites et des signes d’essoufflement. Cette gestion du monde et de ses richesses, encore dominante aujourd’hui, a conduit la planète à une crise complexe : crises économiques et financières, tensions et conflits géopolitiques, crises et catastrophes environnementales. Nous payons le prix de la surexploitation par l’homme des richesses que la terre avait à nous offrir.

En France, ce contexte global a un impact concret sur notre modèle de société et sur nos modes de vie. On assiste depuis plusieurs décennies à la désagrégation de valeurs qui ont fait historiquement la richesse et l’identité de la France (solidarité, partage, fraternité, citoyenneté, justice, liberté, excellence, culture). Cette réalité se décline en problématiques complexes interdépendantes dont les conséquences conditionnent et altèrent notre idéal de société :

- Système éducatif en crise, inégalitaire, impuissant face aux enjeux de société et d’avenir.

- D’un point de vue humain, creusement des inégalités (sociales, économiques, culturelles, environnementales, sanitaires), phénomènes de repli, d’exclusions isolement des personnes, rejet de l’autre, violences, délinquance, ségrégation sociale et spatiale, communautarisme.

- Dislocation de la famille, du modèle et des valeurs qu’elle incarne, des liens de proximité, appauvrissement de la vie locale. 

- Phénomènes de précarité, système économique qui exclue un pan tout entier de la population.

- Désintérêt et désengagement des citoyens, notamment des jeunes, vis-à-vis de la vie politique.

Notre modèle de société, ainsi que le creuset et l’identité de notre nation ne sont ni monolithiques, ni figés. Ils se sont forgés et enrichis au fil des siècles grâce à des générations de femmes et d’hommes venus d’horizons divers, qui ont œuvré pour le bien et la pérennité de ce pays et de ses citoyens. Nous aspirons à nous inscrire dans la continuité de cet héritage.

 

(2) Des valeurs et des convictions

Ethique et éducation

Nous croyons et nous portons une conception large de l’éthique et de la morale. Celles-ci ne sont pas coupées d’une spiritualité, comprise au sens large, vécue au quotidien. C’est tout d’abord le respect de la vie, de la dignité et de la personne humaine, de la différence, dans la sphère privée, publique, au travail, sur la route. Le respect est au cœur de l’éthique et de la morale que nous défendons. L’éducation que nous prônons repose sur la mise en valeur des qualités et des aptitudes de chacun, ainsi que sur l’esprit d’ouverture (sur l’autre, sur le monde). L’éthique des relations sociales est d’abord fondée sur le respect de l’altérité, de l’intimité de chacun, des spécifiés des hommes et des femmes, du respect de l’autre, de ses convictions et de ses appartenances (ethniques, géographiques, religieuses, politiques, etc.). 

L’évolution du droit, notamment dans le domaine de la bioéthique, dans le sens d’une déconsidération d’une éthique fondée traditionnellement sur le respect inconditionnel de la personne humaine, de son corps, est inquiétante.

Nous pensons que la famille ainsi que les valeurs qu’elle porte et qu’elle véhicule sont en danger. L’épanouissement de celle-ci conditionne l’équilibre et le devenir de notre société. C’est pourquoi, nous plaçons la famille et son épanouissement au cœur de l’édifice social, au cœur du modèle moral et éthique que nous défendons.

A l’échelle de l’individu, il est essentiel de se réapproprier des valeurs telles que l’intégrité, la probité, l’honnêteté, le sens de l’honneur, du devoir, et de les transmettre à nos jeunes générations.

 

Justice, paix et solidarité

Ces valeurs, intimement liées entre elles, fondent notre idéal de société. Veiller à la pérennité et à la consolidation de ces valeurs constitue notre priorité. Comment à notre échelle et dans notre quotidien contribuer à combattre l'individualisme, les inégalités, les violences l’insécurité et les injustices, qui caractérisent un modèle social et économique qui institue la compétition dans toutes les sphères de la vie ?

La mise en œuvre et les applications sur le terrain de ces valeurs, qui sont pour nous une priorité, ont des effets et des fruits perceptibles sur le long terme. Elles se déclinent sous plusieurs formes et concernent différents champs d’action : contribuer à l'insertion sociale et professionnelle de nos concitoyens, accompagner et orienter les jeunes dans la construction de leur parcours de vie, venir en aide aux plus démunis, aux personnes vulnérables, atteintes de handicaps, aux personnes âgées, aux personnes souffrant de solitude ou de tout autre mal généré par une société et une économie qui créent de la distance entre les individus.

Chacun peut contribuer à faire évoluer les choses, dans la mesure de ses capacités et de ses moyens, à penser et à concrétiser la solidarité de manière individuelle et collective, en agissant au plus près des personnes, en privilégiant les liens de proximité et les initiatives à taille humaine.

Chacun aspire naturellement à un mieux-être ensemble et à vivre en sécurité. Le mal-être et les souffrances vécues chaque jour autour de nous ne peuvent nous laisser indifférents. Nous avons le devoir de cultiver à chaque instant ces valeurs qui fondent nos idéaux républicains. Elles agissent sur la qualité de notre bien-être global, tout comme les phénomènes de violences, qui touchent notre quotidien, les différentes classes d'âge, et portent atteinte à une société de paix à laquelle chacun aspire et a droit.

 

Appartenance, attachement à la nation, engagement citoyen et collectif

La volonté et l'engagement ne peuvent être sincères que si le cœur est habité par un véritable sentiment d'appartenance et d'adhésion à la nation, à ses valeurs et à son identité.

Seules les personnes attachées à cette valeur centrale pourront faire France, faire société, et être acteurs de l'émergence d'un modèle de société plus fraternel, emprunt d'humanité et de solidarité. Elle se concrétise dans la défense des valeurs universelles qui fondent notre pays, dans un idéal de justice partagé, dans le respect de l'autre et dans une solidarité qui s'exprime dans l'aisance et dans la difficulté.

Nous croyons que notre pays et ses habitants pourront mieux se porter si nous pensons et agissons collectivement, aux côtés de toutes les bonnes volontés qui œuvrent ou qui sont prêtes à œuvrer pour bâtir une société plus juste et plus apaisée. La force du collectif n'est plus à démontrer. Elle prend sa pleine dimension lorsqu'elle est incarnée par des individus capables de s’unir pour partager des valeurs communes, à même d'agir dans un esprit de concertation et profondément responsables quant au devenir de leur pays. Le partenariat, sous toutes ses formes, l’initiative locale et le travail en réseau sont à repenser pour créer des synergies et des dynamiques innovantes et propices à l’épanouissement des personnes. Une de nos priorités est de contribuer à redonner sens à la citoyenneté, fondement de notre démocratie qui repose d’abord sur des valeurs, telles que la solidarité vécue au quotidien, le respect, le civisme et le savoir-vivre.

 

Sobriété, modération et bien-être durable

Nous jouissons en France de richesses inestimables, qui parfois perdent à nos yeux de la valeur au sein d'un système fondé sur la consommation et le paraître. Notre patrimoine local, naturel, humain et culturel, nos relations de voisinage, de quartier, nos forêts, nos parcs, nos infrastructures culturelles (musées, bibliothèques, stades, etc.), nos marchés, nos associations, sont autant de richesses, de lieux de vie, qui profitent chaque jour au bien-être, à l'épanouissement des individus et de notre société. Revenir aux plaisirs simples de la vie, se satisfaire de ce que l'on possède, valoriser chaque jour l'existant, représentent une des clés d'un bien-être intérieur durable. Un des défis consiste à reconcevoir la notion de « bonheur » principalement fondée aujourd'hui sur des considérations matérielles.

Dans les pays dits avancés, la surconsommation, le gaspillage sous toutes ses formes a conduit la planète à une crise environnementale sans précédant qui nous oblige à repenser en profondeur nos modes et nos rythmes de vie. Longtemps, l’homme a conçu les richesses qu’offrait la planète comme étant inépuisables. Aujourd’hui les différents types de pollution, l’épuisement des ressources naturelles, l’extinction d’espèces végétales et animales réduisant la biodiversité, nous rappellent à la réalité, nous obligent à reconcevoir notre rapport à l’environnement, et notre conception du bien-être. Le respect du vivant participe à notre bien-être global et durable, à la fois physique, mental et spirituel. 

 

Travail et excellence

Ces valeurs, qui représentent un des moteurs de notre société, s'expriment dans les domaines du savoir, de la recherche scientifique, de l'agriculture, de l'industrie, de l'artisanat, de la culture, de l’art. Le savoir-faire de notre pays dans nombre de domaines, comme celui de la santé, des infrastructures, de l’aménagement ou de l’innovation, n'est plus à prouver. Le sens de l’effort, la persévérance, sont des valeurs qui ont permis à des générations d’hommes et de femmes de faire de la France ce qu’elle est.

Dans une société de l’information qui impose des rythmes de vie particuliers, le capital temps, à l’heure de l’individualisation, des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, est à valoriser dans la perspective de conjuguer réalisation de soi, valorisation des compétences, vocation et action dans l’intérêt de la collectivité. La réussite et la concrétisation de ses projets prennent une dimension particulière lorsqu’ils dépassent notre propre intérêt et s’inscrivent dans une démarche collective.

Le dévouement est une forme de sacrifice gratifiante : être au servir des plus démunis, de ses proches, de ses voisins, de ses concitoyens, valorise la personne humaine et l’élève moralement et spirituellement.

 

D’autres valeurs fondamentales sont au cœur des convictions que portent bon nombre de nos concitoyens :

La spiritualité, la fraternité, la citoyenneté, le civisme, le savoir-vivre, la liberté, le droit…

Si l’identité de la France et de ses citoyens est en perpétuelle évolution, se remodèle en permanence, les valeurs qui incarnent notre pays sont elles intemporelles. Donner sens et profondeur aux valeurs qui fondent la République est un chantier qui s’inscrit sur le long terme et implique le citoyen et la société civile dans son ensemble.

 

(3) Quels défis ?

  • Défendre une conception de l’identité de la nation qui permette la convergence des valeurs humaines, culturelles qui la fondent, et des convictions morales que nous portons en tant que citoyens. Permettre à chaque Français d’affirmer et de vivre sa pleine appartenance à la nation, son identité culturelle française, en œuvrant en faveur de la convergence de celle-ci avec les valeurs qu’incarnent ses convictions profondes. Les héritages culturels des Français, divers, sont des richesses que nous souhaitons voir converger pour le bien de la nation, dans le respect de nos valeurs communes et des spécificités de chacun.

  • Bâtir et défendre une vision de la société qui rassemble ses différentes composantes, qui permet au citoyen français de vivre dans le respect de l’autre et de son altérité. Agir avec toutes les bonnes volontés de la société civile qui s’inscrivent dans cet esprit, dans la perspective d’enrichir les valeurs universelles qui fondent la nation et qui lui donnent sens : liberté, égalité, fraternité, non-violence, éthique, famille, justice, paix, solidarité, excellence, honneur, etc. Contribuer à faire rayonner ces valeurs en France et à travers le monde.

  • Lutter contre toute forme d’injustice et d’inégalité au sein de notre société. 

  • Lutter contre toute forme de communautarisme, de repli, d’idéologie et de comportement sectaires.

  • Promouvoir une conception de l’éducation, notamment auprès des jeunes générations, fidèle aux valeurs humaines universelles, respectueuse de la différence, ouverte sur son environnement, ancrée dans nos valeurs citoyennes et républicaines, et consciente des enjeux de société, d’aujourd’hui et de demain. 

 

Jamel Khermimoun

Géographe, chercheur et auteuŕ

http://www.lesvaleursdefrance.fr/

 

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • titi titi 20 novembre 2020 16:53

    @L’auteur

    « Si l’identité de la France et de ses citoyens est en perpétuelle évolution »

    Non.

    Il n’y a plus d’identité. Et c’est bien le problème.

    Penser que bien trier ses déchets et utiliser l’écriture inclusive puisse devenir l’horizon indépassable de ce qui fut la « Grande Nation », c’est nier la France.




    • la mandale ou rien VY-rus T 20 novembre 2020 18:20

      @OMAR

      c’ est la blague du vendredi ?
      tu vient dire au FDS qu’ il n’ ont aucun droit chez eux ?


    • titi titi 20 novembre 2020 18:37

      @OMAR

      Parle nous de l’Algérie : de ses savants, de ses inventeurs, de ses prix Nobels

       !
      Raconte nous toutes les grandes inventions de ta nation !
      Quels édifices monumentaux nous ont légué la Renaissance, le Moyen Age, et l’Antiquité dans ton pays !
      Fait nous rêver !

      Mais de grâce laisse la France tranquille.
      Elle n’a pas besoin de toi.

      Même si je sais que toi tu as besoin d’elle. Pour exister et pour subsister.


    • la mandale ou rien VY-rus T 20 novembre 2020 19:00

      @titi

      Ha non titi l’ antiquité c’ etait les romain ... pas les muzz , de meme qu’ une bonne parti du moyen age (pre 700) ...

      L’ Algérie était verte et irrigué , les romain avait planter de nombreuse foret ...
      ouvert des minne , canaliser l’ eau , repousser la limite du desert .

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_monuments_romains#Alg%C3%A9rie


    • titi titi 20 novembre 2020 20:45

      @VY-rus T

      Justement. J’aimerai bien qu’Omar nous parle de cet héritage...
      Déjà en tant que musulman, admettre qu’il y avait quelque chose « avant »
      Et en tant qu’Algérien nous dire ce que le génie algérien a fait de cet héritage.


    • la mandale ou rien VY-rus T 20 novembre 2020 22:05

      @titi

      c’ est un peut comme si tu interrogeait un nouveau née sur la physique quantique ...
      A part son biberon il ne connait pas grand chose a l’ univers ...

      Avec un érudit comme salman rugdy tu pourrais peut être avoir un dialogue , 
      mais avec OMAR ça ne sera qu’ insulte et hypocrisie , autant lui mettre des baffe sans poser de question des qu’ il nous manque de respect .


    • la mandale ou rien VY-rus T 20 novembre 2020 22:11

      @titi

      Jamel khermimoun est bien plus apte a te répondre .

      Docteur en sciences humaines de l’université Paris-Sorbonne, né en région parisienne, Jamel Khermimoun est spécialiste des questions de gouvernance et de développement durable.



    • sylvain sylvain 20 novembre 2020 17:40

      Les valeurs présentées ici me parlent toutes plutot bien . Quand a savoir si ce sont les valeurs de la france c’est un autre problème . Si on regarde son histoire ce n’est pas si evident, même si il semble qu’elle évolue (ait ??) dans ce sens .

      Disons au moins qu’il existe des tensions . Par exemple les gens vont ils bosser par sens du devoir, , vocation, honnêteté, envie d’excellence, ou à coup de pieds au cul ?? Un peu des deux, et très inégalement . Un chercheur ou un artisan passioné devront surement se donner des coups de pied au cul de temps en temps, mais pour celui qui est à la chaine ou à la caisse d’un supermarché ce sera tout les matins (il y a toujours des exceptions, mais c’est une tendance) . La plupart des boulots vraimlent indispensables sont durs et rébarbatifs et ils sont imposés . Ils sont durs car ils sont imposés et ils sont imposés parcequ’ils sont durs et indispensable . Mais on peut espérer changer ça aujourd’hui .

      Tout ça pour dire que les valeurs présentées dans l’article peuvent être françaises si les personnes se réclamant de la france le décident, mais qu’elles ne le sont pad intrinsèquement, ni même traditionellement . On peut d’ailleurs penser qu’elles parleraient à la plupart des humains de cette planète, et qu’elles pourraient rassembler bien plus largement


      • Khermimoun 20 novembre 2020 22:04

        @sylvain
        Tout à fait d’accord avec vous ! Et il y a du boulot !
        Le terme qui me vient en vous lisant : le système asservit les individus. Après, un autre modèle est à penser, et viendra le jour où le système en place devra, bon gré mal gré, laisser sa place. Replacer l’humain et les valeurs qu’il incarne dans son fore intérieur au centre, c’est la seule voie de sortie qui se présente à nous. Comment ? Déjà peut-être en réfléchissant ensemble avec toutes les bonnes volontés, écoeurées de voir nos vies rythmées par l’esclavage des temps nouveaux qu’imposent les sociétés dites modernes.


      • sylvain sylvain 20 novembre 2020 22:30

        @Khermimoun
        le système asservit les individus

        j’appelle ça la société de contrainte . Ce dont vous parlez irait vers une société d’adhésion, de préférence une version sans soma . C’est à mon avis une distinction plus importante que communisme ou capitalisme . 


      • sophie 20 novembre 2020 17:44

        Bin moi j’y vois un peu du petainisme re-design


        • Attila Attila 21 novembre 2020 22:42

          @cettegrenouilleci
          Récemment, un commentateur dont je n’ai pas noté le pseudo (honte à moi) a fait part de son témoignage. Il est parti travailler aux États-Unis, puis, au bout de 20 ans, il est revenu en France.
          Je cite de mémoire : « Quand je suis revenu en France, les français avaient plein de mots américain dans la bouche, la même mentalité, les mêmes mœurs »
          Accepter de parler la langue des autres dans sa vie ordinaire, c’est accepter d’être colonisé non seulement par la langue mais aussi dans l’idéologie et les modes de vie.
          On ne peut pas défendre le modèle social français, par exemple, en parlant le globish.

          .


        • zygzornifle zygzornifle 21 novembre 2020 12:47
          Manifeste pour les valeurs de France

          Le manifestant n’ayant plus le droit de diffuser les images de violence policière ces derniers vont pouvoir enfin transformer nos rues en abattoirs a ciel ouvert avec toute la bénédiction de ce gouvernement dictatorial et celui qui ronchonnera sera présenté illico presto au juge pour sa condamnation immédiate ....

          Les journalopes auront le droit de filmer le sang dégoulinant des tonfas mais les chaines a la solde de Macron ne diffuseront pas les images ....


          • xana 21 novembre 2020 12:55

            Bof. Un programme « tout le monde il est bien gentil » pour tenter de faire diversion ?

            Il n’y a pas de diversion à faire. Les « plus que riches » sont en train de faire le coup de force pour finir de s’emparer de la planète, en France comme ailleurs.

            Ce n’est pas le moment de rêver à une société bisounours.

            C’est le moment de tuer les riches et leurs valets.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité