• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Marché de dupes

Marché de dupes

Devant les congratulations de la presse économique et des organisations d’entrepreneurs au sujet du démantèlement des 35 heures et surtout du vote des salariés de l’entreprise Continental, on finit par se demander s’il reste une opposition, du moins un avis contraire dans ce beau pays de France.

Bien que comme une grande majorité de Français, je ne me fasse plus beaucoup d’illusion sur les médias institutionnels - qui, comme chacun a pu le constater sont en quasi-totalité acquis à notre chef de l’Etat - j’avais envie de savoir s’il restait des responsables politiques capables d’asséner autre chose que "c’est pas bien..." ou "il faut être réalistes..." Eh bien, dans l’opposition, ils ne sont plus beaucoup à être audibles ou du moins à passer plus de temps sur l’avenir des Français que sur celui de leur formation politique.

"S’il n’en reste qu’un je serais celui-là", pourrait-on dire de Gérard Filoche.

Ce membre du bureau politique du PS exerce toujours son job d’inspecteur du travail et continue avec constance à mettre en avant des fondamentaux qui ne sont pas issus des manuels, mais de la réalité quotidienne des lieux de travail.

Alors lorsqu’il s’exprime sur les 35 heures et l’affaire Continental, il est intéressant de découvrir qu’il reste des citoyens engagés qui ne confondent pas politique et carrière. Il a accepté de me transmettre ce texte.

Je lui laisse la parole :

Sans les 35 heures les salaires baisseraient...

Et à Continental, contrairement à ce que toute la presse, écrit, les 35 heures ne peuvent légalement pas être remises en cause ! La loi est la loi pour tous, y compris à Continental ! Ce que fait Continental c’est de baisser le salaire horaire de 3 % environ pour neutraliser le coût des heures supplémentaires entre 35 et 40 heures.

Tout le monde est aux 35 heures dans le salariat. Elles sont générales. C’est une loi d’ordre public social. Il n’y a pas un salarié de ce pays qui ne dépend pas des 35 heures. Elles se calculent hebdomadairement. Et leur équivalent mensuel est 151 h 66 et leur équivalent annuel est 1 607 heures (depuis que 7 heures de travail taxées ont été rajoutées).
Les 35 heures ce n’est que la durée légale, pas la durée effective du travail.
C’est le point de repère de calcul des salaires et des heures supplémentaires.
La durée légale de 35 heures déclenche le seuil des heures supplémentaires.
La durée légale de 35 heures déclenche le seuil du temps partiel.
Le Smic est calculé sur les 35 heures et sur 151 h 66 ainsi que tous les salaires mensualisés et les grilles des salaires conventionnels.

La remise en cause des 35 heures aurait pour effet de faire disparaître les heures supplémentaires donc de diminuer les majorations de salaires qui leur sont liées. (Il existe différentes majorations : financières à 25 %, à 50 %, à 100 %, et avec repos compensateur à 25 %, à 50 %, à 100 %. Chaque majoration correspond à un seuil, 35 heures, 44 heures, au contingent annuel, ou une circonstance, dimanche, nuit, etc.)

L’entreprise Continental contrairement à ce qu’écrit à tort toute la presse, ne peut revenir sur les 35 heures et “passer aux 40 heures”. C’est impossible, les patrons qui présentent les choses ainsi et les journaux mentent. Car la loi est la loi : les 35 heures s’appliquent aussi à Continental !

Cela veut dire, que, même après avoir fait voter leurs salariés pour travailler 40 heures, les bulletins de paie doivent continuer de faire figurer le salaire brut affecté aux 151 h 66 et sur une ligne distincte, les heures supplémentaires majorées de 25 % entre 35 et 40 heures. Ces dernières sont forcément majorées de 25 % car c’est la loi... Toute autre bulletin de paie serait illégal !

Alors que se passe-t-il ? Pour ne pas payer les majorations, l’employeur va baisser le taux horaire de toutes les heures de façon à amortir les 40 heures ! Donc la vraie information que devrait donner la presse sur Continental ce n’est pas que les 35 heures sont remises en cause, mais que le taux horaire est baissé de façon à ne pas payer la majoration des heures supplémentaires entre 35 et 40 heures...

C’est fantastique que, dans ce pays, on soit si mal informé, ou plutôt qu’on soit désinformé à ce point ! Il s’agit d’un cas délibéré de baisse du salaire et de baisse du taux des heures supplémentaires (d’environ 3 %) , pas d’un cas de remise en cause des 35 heures !

On peut défendre les 35 heures et hausser les salaires, les caisses ne sont pas vides !

Grâce aux 35 heures contrairement à tout ce qui est dit, en l’an 2000, non seulement il y a eu entre 350 000 et 450 000 emplois crées (la fourchette est large, mais reconnue par tous), mais il y a eu aussi une augmentation de la masse salariale globale. Pas des salaires nominaux, et cela a manqué ! Mais le “gel” des salaires n’a été le fait que de 2 à 3 % des accords signés à l’époque (1998-2002), on ne peut l’imputer à la réduction de la durée du travail encore moins à l’acceptation des syndicats. Cela a été le fait de la “guerre contre les 35 heures” déclarée par le Medef : c’est encore le patronat qui a fait du chantage aux salaires de 2002 à aujourd’hui alors que ses profits se sont envolés ! (Les entreprises du CAC 40 ont gagné 57 milliards de profits en 2003, 66 milliards en 2004, 87 milliards en 2005, 100 milliards en 2006 et sans doute davantage en 2007).

Que l’on ne nous dise pas que les caisses sont vides, la “cagnotte privée” n’a jamais été aussi pleine, les 500 familles françaises les plus riches ont gagné 80 milliards d’euros de plus en 2006 qu’en 2005, c’est là qu’il faut prendre l’argent, imposez les sociétés et les grandes fortunes, faire payer les 500 familles, il y a de l’argent pour les salaires à reverser !

La remise en cause des 35 heures annoncée par le cafouillage des mesures gouvernementales sur les heures supplémentaires, les RTT, les comptes épargne-temps, l’intéressement, la participation, devient ridicule. Il ne résoudra pas le problème de l’écart croissant entre les prix et les salaires. Il ne résoudra pas l’exigence grandissante d’une meilleure répartition des richesses produites par les salariés.

Il fallait augmenter le Smic, il fallait aligner par la loi les minima conventionnels sur le Smic, il faut rendre les heures supplémentaires plus coûteuses que l’embauche à 50 % dès la première heure, il faut baisser le contingent annuel d’heures supplémentaires de façon à faire jouer la majoration à 100 % des heures qu’il engendre lorsqu’il est dépassé, il faut provoquer les embauches, et faire reculer le chômage de masse, remplacer les partants en retraite, il faut limiter la durée maxima du travail de 48 heures à 44 heures, imposer les deux jours de repos consécutifs hebdomadaires pour tous, il faut pousser aux négociations annuelles obligatoires, afin de pousser à la fois à l’embauche et aux hausses de salaires.

Là serait la bonne politique gouvernementale pour commencer un rattrapage des salaires puisque 160 milliards d’euros sont, hélas, passés des mains des salariés aux mains des actionnaires.

Il faut baisser le coût du capital (pressions, négociations, contrainte, impôts progressifs, directs) et hausser le coût du travail (pression, négociations, baisse des impôts indirects, hausse du Smic, et des salaires de la fonction publique).

Gérard Filoche, mercredi 19 décembre 2007

Crédit
Devant les congratulations de la presse économique et des organisations d’entrepreneurs, il était important d’obtenir la réaction d’un socialiste sur le démantèlement des 35 heures. Dans la mesure où on mesure un peu plus le manque de réaction de la direction du PS, je tiens à remercier Gérard Filoche de m’avoir transmis sa réaction.

Gérard Filoche


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Ronny Ronny 21 décembre 2007 11:34

    @ article intéressant. Dommage qu’il soit dupliqué en partie !

    je souscris en grande partie à ce qui suit : Que l’on ne nous dise pas que les caisses sont vides, la “cagnotte privée” n’a jamais été aussi pleine, les 500 familles françaises les plus riches ont gagné 80 milliards d’euros de plus en 2006 qu’en 2005, c’est là qu’il faut prendre l’argent, imposez les sociétés et les grandes fortunes, faire payer les 500 familles, il y a de l’argent pour les salaires a reverser !

    En évitant quand même d’en faire un problème de familles riches ultra minoritaires contre les « masses laborieuses » pauvres. C’est le système financier qu’il faut ponctionner pour qu’il restitue au monde du travail ce qu’il lui a pris. On se rappellera de chiffres que donnent plusieurs éconmistes et qui montrent presque partout dans les pays riches une inversion entre part travail et part des revenus financiers au cours des 20 dernières années.

    Pour cela, il faudrait instaurer des taxes sur les transactions financières, essentiellement sur les fond speculatifs en tentant d’éviter de taxer l’investisement productif. Il faudrait aussi revoir un certain nombre d’allégements fiscaux qui n’ont de sens pour notre société que s’il sont aussi productifs, générateurs d’emploi par exemple (revoir le fonctionnement des aides à l’installation si l’entreprise délocalise après quelques années, ou les crédits impot recherche dont l’efficacité n’est jamais évaluée).

    C’est donc à la financiarisation qu’il faut s’attaquer, et très fort. Malheureusement sur le coup le PS est mal placé pour parler ( je suis « de gauche » pourtant !) puisque, lorsqu’il ne l’a pas promue, il a accompagné cette financiarisation alors qu’il était au pouvoir...

    Sur le principe du « les caisses sont vides » : effectivement, on diminue les revenus de l’Etat par des allégements de charges et par un refus de l’imposition juste, on accroit les dépenses sans les budgétiser (la régionalisation a entraine une explosion de la fonction publique territoriale, dont je reconnais l’utilité mais dont nos politiques n’ont pas pris en compte le cout !), on, fait des cadeaux à des catégories hyper privilégiées, et on laisse filer la dette dont la charge nous coute le seul montant de l’import sur le revenu...

    Cela permet tout simplement de mettre le secteur public « en fallite » et de transférer un certain nombre de ses zones d’actions au privé. Action renforcée par l’AGCS qui interdit de toutes façons aux états de soit disant fausser la concurrence du secteur marchand qui aura bientôt accès à tout ce qui était du ressort des Etats : santé, éducation, et, on commence à le voir par exemple aux USA, en Irak, au RU à la justice, et à la sécurité intérieure et extérieure.

    Il s’agit là rêve du rêve humide des ultra libéraux, auquel le PS a malheureusement prété la main, si je peux me permemttre ce jeu de mots d’un goût tout aussi douteux que la société qui nous attend ... smiley


    • tvargentine.com lerma 21 décembre 2007 13:20

      « T’as bien raison de bosser 40h par semaine » Les salariés de l’usine de pneu Continental de Sarreguemines en Moselle viennent de voter à une majorité écrasante lors d’un référendum libre ,au retour des 40h/semaine en échange de valorisation de leur rémunération.

      Cette victoire de la raison venant de la classe ouvrière et des cadres démontrent bien que dans ce pays,les 35h versions Aubry n’ont pas été une loi sociale mais anti-sociale.

      Anti-sociale car cette loi n’a fait que vérouiller les salaires et mettre en place une organisation du travail productiviste sans répartition des résultats par redistribution sur les salaires comme cela se faisait avant ette loi.

      Le passage de l’Euro aura permis une chose,celui de faire ressortir le danger de ce type de loi qui ne peut que produire des travailleurs pauvres et ne donnent plus aucunes perspectives d’évolution salariales pour des salariés (ouvriers,cadres)

      Les salariés l’ont bien compris et le message est fort.

      T’as bien raison de bosser 40 heures ,car ton salaire c’est celui de la sueur

      C’est aussi cela la rupture de la pensée unique d’une caste de politiciens qui se prétendaient socialistes mais dont la finalité idéologique de cette loi n’était que de rendre « service » aux vieilles revendications patronales sur l’annualisation du temps de travail et de la « flexibilité » des horaires sans redistribution.

      T’as bien raison de bosser 40 heures ,car ton salaire tu le mérite et tu n’a pas à être esclave d’une loi qui engendre ta pauvreté et t’aménes à devenir un travailleur pauvre.


      • Redj Redj 21 décembre 2007 15:46

        « Anti-sociale car cette loi n’a fait que vérouiller les salaires et mettre en place une organisation du travail productiviste sans répartition des résultats par redistribution sur les salaires comme cela se faisait avant cette loi. »

        Mais vois-tu, ce n’est pas parce que tu reviens en arrière, que les salaires vont se débloquer et que l’organisation va être moins productiviste !! Effectivement le salaire va augmenter, mois beaucoup moins que si c’était payé en heures supp. Quant à la productivité, l’employeur ne va surement pas demander de la baisser. Pour résumer, c’est le même nombre d’heures qu’avant les 35h mais aux conditions des 35h. Alors OUI c’est clairement un marché de dupe, un chantage pour ne pas le nommer, mais ça ton dogmatisme t’empêche de le voir.


      • maxim maxim 21 décembre 2007 14:02

        belle reference Gérard Filoche ..

        un ancien des jeunesses communistes révolutionnaires qui en est encore au grand soir ,à faire rendre gorge aux patrons ( y compris les petits qui gagnent moins que le smic),c’est du Besancenot Laguillier force 10.....

        style « on les aura tous ,tous des pourris,on va les dépouiller etc !!!! »

        un malade, un dingue !!!!

        il n’y a qu’a le voir lors d’un débat,il a les yeux qui lui sortent de la tête de haine pour les libéraux .....

        un triste sir votre Filoche !


        • Philippe D Philippe D 21 décembre 2007 14:22

          @ l’auteur :

          Et s’il ne restait qu’un fieffé et irréductible imbécile Gérard Filloche pourrait bien être celui-là, en effet !

          «  »Que l’on ne nous dise pas que les caisses sont vides, la “cagnotte privée” n’a jamais été aussi pleine, les 500 familles françaises les plus riches ont gagné 80 milliards d’euros de plus en 2006 qu’en 2005, c’est là qu’il faut prendre l’argent, imposez les sociétés et les grandes fortunes, faire payer les 500 familles, il y a de l’argent pour les salaires à reverser !«  »

          Le coup des 500 familles, encore ! Quelle calamité ce gars là et ceux qui en sont encore là.

          Et vous, vous lui faites une tribune ! Vous pensez réellement que cette idée recuite (et les autres du même acabit) fait avancer la réflexion ? Je ne vais pas vous redémontrer pour la dix-millionième fois l’ineptie de telles paroles qui n’ont jamais eu qu’une utilité politique pour « attirer les masses laborieuses » et qui parviennent maintenant à peine à assurer un petit 2% des vôtes au PCF.

          La vision économique de Gérard Filloche est à peu près aussi utile à notre réflexion que la vision de Mme de Fontenay sur le comité Miss France ! C’est à dire un vague témoignage d’un passé, une « Madeleine de Proust » qui pourrait nous émouvoir un peu si tant était que nous y prêtions une quelconque attention.


          • dani 25 janvier 2008 21:08

            Heureusement, il existe encore quelques Gérard Filloche, pour aiguillonné quelques vérités que les profiteurs et les escrocs, encouragés par l’hypocrisie collective, s’ingénus à nous cacher.


          • maxim maxim 21 décembre 2007 15:08

            ah oui,j’oublais les 500 familles ,comme du temps des Boussac,De wandel,Lazare,Leroy,Del Ducca ,Beghin,et consorts ....

            les 500 familles,elles se sont volatilisées depuis belle lurette ,les grosses fortunes ce sont les gens du Golfe ,des Russes,quelques Américains,des Chinois ,des Hindous .....

            et le pognon il est parti en 1981 quand la gauche est passée au pouvoir ,à tel point que le gouvernement de l’époque avait empèché de sortir avec plus de 5000 francs du territoire ,et de dépenser plus de 2000francs par jour..... que des passeurs professionnels faisaient transiter des liquidités par valises pleines en Belgique ,en Suisse,au Luxembourg,en Andorre,pour que les hommes d’affaire puissent travailler efficacement .....

            et c’est pas tout du temps de Jospin et de sa clique,même manoeuvre,des fortunes se sont envolées vers des cieux plus cléments .....celles là on ne les reverra plus !

            votre Filoche,c’est un nostalgique de cette époque !!!


            • Icare 21 décembre 2007 15:41

              Monsieur, vous devriez comprendre que même si cet argent s’est envolé, il n’aurait jamais été utilisé pour le bien de la nation française.

              Alors franchement, arrêtez de croire que si cet argent était soit disant resté, la situation serait meilleure ^^

              Vous manquez d’esprit critique et n’avez aucun esprit d’analyse.


            • maxim maxim 21 décembre 2007 16:18

              le bien de la nation Française,c’est de mettre les gens au boulot,de leur donner du pouvoir d’achat,d’être compétitif vis à vis de la concurrence,d’exporter ,de créer des richesses....

              vous croyez que l’on peut dépouiller les riches pour redistribuer aux pauvres ,comme Robin des Bois ou Mandrin ???

              c’est du roman,la seule richesse ,c’est celle que l’on crée par le travail,et il faut retenir ceux qui ont les capitaux et qui veulent investir ,pas d’investissement,pas de boulot ,pas de boulot ,pas d’oseille.....

              et certains auront beau nous debiter des arguments dignes de tribuns d’arriére salle de café ,les beaux discours que l’on faisait aux ouvriers dans les années 20 ou 30 ...« les salauds de riches et les gentils travailleurs »,discours qui font la fortune et le fond de commerce de bonimenteurs souvent fainéants et profiteurs de la détresse humaine !!!

              les ouvriers et les « exploités » ont été 53% à dire non à ces discours ronflants qu’on leur sert depuis des decennies .


              • Redj Redj 21 décembre 2007 16:30

                « la seule richesse ,c’est celle que l’on crée par le travail »

                ==> Entièrement d’accord, donc diminuons le revenu du capital au profit de celui du travail. Les gens ne demandent pas plus que ça !


              • Gilles Gilles 22 décembre 2007 05:58

                Maxim

                « e bien de la nation Française,c’est de mettre les gens au boulot,de leur donner du pouvoir d’achat,d’être compétitif vis à vis de la concurrence,d’exporter ,de créer des richesses.... »

                Justement de 98 a 2005 les 2500 familles les plus riches (0,01% de la population) a engrangé une hausse de revenus de 42,6% et le salaire représente moins de 30% de leurs revenus

                LA MASSE DES MOINS RICHES SEULEMENT 4,6%....confirmé par une étude de l’Insee qui dit qu’en 30 ans le pouvoir d’achat a stagné (mais les profits et la productivité explose...)

                Au passage, depuis 2002, depuis l’UMP roi, la tendance s’est raffermit. Revenus populaires quasi a zero de croissance, revenus de nantis explosant. Avec la Tepa ça va empirer, surtout si des boites comme Continental contourne le dispositif des 35 heures

                Alors bosser pour créer des richesses, oui, mais en profiter aussi !


              • maxim maxim 22 décembre 2007 10:00

                @Gilles ....

                et bien justement ,je suis pour le réinvestissement d’une partie des bénéfices dans l’outil de travail ,mais que l’on prenne les mesures fiscales nécessaires pour ne pas décourager les investisseurs de le faire chez nous ...

                il faut un équilibre entre le profit,normal pour celui qui crée de l’emploi ( il est normal qu’il en vive bien )et le pourcentage à replacer dans la production pour péréniser la bonne marche de cet outil qui permet aux employés d’avoir du travail et d’en vivre decemment,et à l’employeur ou à l’entreprise ,de dégager des bénefices qui lui permettent de vivre ,et de continuer l’activité dans laquelle elle a investi ,en fait,oui, c’est une question d’équilibre ...... mais cette idée de l’auteur de prendre l’argent aux riches ....c’est d’un autre temps ,c’est un raisonnement qui ferait rire un gamin de 6 eme de notre époque ....

                mais oui,il faut relancer l’argument que si personne ne bosse ,et bien nous n’aurons rien ,c’est peut être simpliste ,mais c’est la réalité,c’est une question de bon sens .........


              • donino30 donino30 21 décembre 2007 17:11

                « Ce membre du bureau politique du PS exerce toujours son job d’inspecteur du travail »

                Tiens, ces deux activités vont en effet assez bien ensemble. C’est curieux, vous n’avez pas remarqué, on ne voit que rarement des petits patrons, c’est à dire le moteur de l’économie, prodiquer leurs conseils au bureau bu PS. Autrement dit, le genre d’inepties populistes citées par ce monsieur « Filoche » sont toujours prodiguées par des gens qui n’ont jamais essayé de les mettre en pratique.

                Ah ces bienveillants intellectuels, heureusement qu’ils sont là pour nous faire rire en ces fêtes de fin d’année ! Voilà qu’on nous ressert le discours du « y-a-qu-a-prendre-aux-riches » avec un aplomb effrayant.

                Tout simplement grotesque.


                • Stéphane Swann 22 décembre 2007 07:58

                  On nous ressort le coup du pauvre petit patron comme la victime désignée de la doctrine socialiste, mais le petit patron sera la première victime (et sa société avec) d’une crise financière sérieuse qui ne manquera pas de survenir dans le petit jeu des apprentis-sorciers du capital. Il y a un monde bien plus grand entre le grand capital et le petit patronat qu’entre ce petit patronat et le salariat.

                  La gestion des 35h par le MEDEF est l’exemple typique d’une réforme qu’ils n’ont jamais pu souffrir et qu’ils ont juré à la mode revancharde d’abattre par tous les moyens, à commencer par son idée même. Mais la revanche prend du temps, on bloque les salaires, on met sur le dos des 35h, tous les malheurs du modèle social, la non atteinte des objectifs financiers dans des proportions qui frisent le ridicule, tirant partie à merveille de la fonctionnarisation du syndicalisme français...

                  Alors on nous dit que taxer, seuls dans notre coin, davantage le capital de manière a ce que chacun contribue en raison de ses capacités, nous expose à une fuite massive... Aveux d’échec consternant de la politique en tant qu’elle se doit d’organiser la société pour le bien de tous, car pendant ce temps la dette file... et nous ne disposons plus d’instrument monétaire pour y remédier... donc point de salut hors l’impôt, parce que avant que la croissance et la réforme de l’état puissent ramener le budget en excédent, la dette aura pris encore quelques milliards. Bien sûr restent l’argenterie et les bijoux de familles... sur lesquels lorgne avec avidité... le grand capital...

                  Après ces temps de volontarisme délirant, la rigueur n’est pas loin... et la TVA « sociale » avec... qui n’aura de sociale que le nom et d’ici quelques temps, ce sera la TVA tout court... Je le répète point de salut hors l’impôt... mais le capital va bien s’en tirer lui...


                • wiztricks 21 décembre 2007 20:41

                  Filoche est un caractère.

                  Nous ne sommes pas nécessairement d’accord avec lui mais son regard a quand meme le mérite de nous ouvrir les yeux sur nombre de problèmes.

                  Certes, avec la concurrence des pays à bas salaires (et sans droits), nous pouvons nous faire des soucis sur les avantages sociaux acquis depuis la dernière guerre.

                  Les chantages à la délocalisation et les 35 heures ont été des prétextes utilisés par la droite et le MEDEF pour flexibiliser le travail en France : dans nombre de secteurs, nous ne savons même plus combien d’heures sont effectivement travaillées.

                  Bon d’accord, l’allongement de la durée de vie et notre pyramide démographique font que le mode de répartition choisi il y a 60 ans pour financer maladie et retraite ne sont plus viable - si leur financement ne repose que sur le travail.

                  Ceci dit, où nous trouvons des solutions (de financement) où il faudra accepter que nos parents soient à directement à notre charge ou crèvent de froid et de faim.

                  Si ce n’est pas ce que nous voulons, il faut bien que ceux qui gagnent beaucoup aient une attitude plus responsable et acceptent qu’une part plus importante des profits dégagés par le travail de tous soit redistribuée de façon transparente. Cordialement.
                  - W


                  • Gilles Gilles 22 décembre 2007 06:03

                    Doninon, maxim et consort sont vraiment de pauv’ nazes.

                    Essayez au moins de réfléchir, bande de guignols ! Proposez, écrivez que l’on vous étrille. Mais vous en êtes bien incapable


                    • maxim maxim 22 décembre 2007 10:14

                      ah oui ???

                      pourquoi des nazes ???

                      parce qu’on est pas de votre avis ?

                      et qu’est ce qui vous permet d’insulter celui qui ne vous rejoint pas ......

                      je ne suis pas du tout en phase avec l’auteur de cet article ,mais m’avez vous vu une seule fois l’insulter ????

                      vous êtes sur un blog citoyen ,pas chez des chiffonniers ....

                      Agoravox n’est pas une poubelle !!!!


                    • Le péripate Le péripate 22 décembre 2007 11:14

                      Probablement Maxim pense que d’écrire "un malade, un dingue !!!! il n’y a qu’a le voir lors d’un débat,il a les yeux qui lui sortent de la tête de haine pour les libéraux ..... un triste sir votre Filoche ! " est une haute manière d’élever le débat.


                    • Jocrisse Le Franc 25 décembre 2007 18:15

                      A tous

                      G.FILOCHE a un besoin urgent de consulter...un Ophtalmo, voire plus..car il a toujours la vision du patron version 19ième siècle. En réalité, c’est un peu le clown/bouffon du PS qui est ressorti à l’occasion pour faire « gauche-gauche ».

                      Notez que pendant 5 ans ,Jospin n’a surtout pas touché à la réforme des retraites Baladur . Et maintenant, concernant les régimes spéciaux, c’est oui, mais....enfin c’est oui. Comprenne qui pourra !

                      Il appartient à un parti qui ne veut ni regarder, ni entendre ce que font ou ne font pas les autres socialistes européens qui conduisent leurs pays en appliquant des solutions pragmatiques très proches de ce que fait la « droite » UMP.

                      Toutes nos belles avancées sociales :35h, RTT ..etc n’ont été reprises par aucun autre état. Pas fous, les voisins !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès