• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Marche forcée vers la pensée unique

Marche forcée vers la pensée unique

Pour la rentrée scolaire 2020, la prestigieuse institution publique parisienne « Institut d’études politiques », ou « Sciences Po » pour les initiés, propose un nouveau cursus original. Suivez le guide !

L’institut d’études politiques de Paris, « Sciences Po » pour les initiés, est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel. Y sont enseignées de nombreuses matières des sciences sociales dites « sciences molles », mais également le droit, la finance, la comptabilité, le management, la gestion des ressources humaines, la communication, le marketing, le journalisme, l’urbanisme et l’environnement, des matières dont certaines paraissent indispensables, pour le bon fonctionnement d’une démocratie éclairée.

L’anarchiste et libertaire français, Sébastien Faure (1858-1942), disait ceci au sujet de « l’école traditionnelle » : « Je la considère comme l’instrument de reproduction des structures sociales de domination et d’exploitation et un appareil de résignation où le rôle social des élèves leur est assigné. L’enfant n’appartient ni à Dieu, ni à l’Etat, ni à sa famille, mais à lui-même. »

 Dès la rentrée scolaire, au printemps 2020, le programme de la prestigieuse institution publique parisienne, « Sciences Po », sera enrichi d’un nouveau cursus qui aura comme objet d’étude « l’ascension personnelle et politique du huitième président de la Vème République, Emmanuel Macron lui-même. » La page d’accueil du site internet de « Sciences Po » Paris précise qu’il s’agit « d’un cours « hautement interactif » qui « encouragera au maximum la participation des étudiants en leur offrant une variété de rôles et de tâches. » (Le Nouvel Obs)

Les élèves passeront en revue les jeunes années du prodige et « jaugeront les défis politiques auquel il fait face (et fera encore). Ils évalueront la probabilité du succès de son mandat présidentiel et de sa réélection. Parmi les lectures obligatoires on relève l’ouvrage « Révolution » par Emmanuel Macron lui-même, paru en 2016, « Macron par Macron », un livre d’entretiens, paru en 2017, ainsi qu’une compilation de discours et, « last but not least », « Macron, un président philosophe » de l’éditorialiste de France Culture, Brice Couturier (Le Nouvel Obs), passé du « maoïsme » au « social-libéralisme » teinture néolibérale, livre ovationné à sa sortie en 2017, dans un éditorial du journal « Libération », le quotidien du peuple, de son rédacteur en chef, Laurent Joffrin. On remarquera au passage que le journalisme fait partie des matières enseignées à « Sciences Po ».

A l’instar de l’auteur, Brice Couturier, Laurent Joffrin se posait déjà la question en 2017 dans son éditorial, un texte dégoulinant de pathos : « Sommes-nous gouvernés par un philosophe ? » Pardi !

« Président manager, président Jupiter, président Bonaparte, président gaullien » ou plutôt « président technocrate, banquier, américain, président des riches, président des jeunes, président des vieux, président start-upper, président européen », tout-en-un. Décidément, Monsieur Joffrin n’y va pas avec le dos de la cuillère.

Mais, si, « L’homme d’état a bénéficié d’une réelle formation philosophique ». « Il a étudié « en même-temps » s’il vous plaît » et tenez-vous bien, Karl Marx, tout en rédigeant un mémoire sur Hegel » sur les textes duquel il a longuement médité, « et ce qui lui a permis de mûrir sa pensée ».

Ainsi, le « dynamiteur du paysage politique français » estime que « l’exécution du roi en 1793 laisse vide une place symbolique que le président élu doit occuper. L’idée d’une présidence impérieuse ne provient pas seulement d’une volonté de se démarquer de ses deux prédécesseurs. Elle est le fruit d’une réflexion historique plus profonde ». Parole de scout.

Et pour Laurent Joffrin de présager que « Il ne s’agit pas seulement de marketing politique ou de culture managériale à l’anglo-saxonne. Qu’on l‘approuve ou qu’on le conteste, il y a derrière l’image lisse du jeune réformateur une réflexion qui va plus loin qu’une simple opération de communication. » On s’en serait douté.

Quoi qu’il en soit, la direction de « Sciences Po » Paris insiste sur la nature facultative des cours « Macron ». Nous voilà rassurés, pour la pluralité de l’enseignement national autant que pour la liberté de parole.

Gardien de temple du libéralisme économique, la Suisse, ou plus précisément son système éducatif, a emprunté quelques réflexions sur l’éducation en général, et la formation professionnelle en particulier, à un extrémiste de gauche, l’anarchiste russe, Michel Bakounine, un habitué de ce pays, car fondateur en 1872 à St-Imier dans le Jura bernois, un des fiefs de l’horlogerie suisse, l’« Internationale antiautoritaire », marquant la scission entre « marxistes » et « anarchistes » au sein de l’« Association internationale des travailleurs ».

Au sujet de l’enseignement, Bakounine disait ceci : « Une instruction intégrale doit être la même pour tous, accordant une place nécessaire à « l’enseignement industriel » ou pratique, à côté de l’enseignement scientifique ou théorique. » Dans ce pays, la Suisse, cela s’appelle l’éducation duale ou l’apprentissage professionnelle, 63% des diplômes décernés (Le Temps), dont les matières « Histoire » et « Instruction civique » font partie intégrante du programme scolaire.

A part l’enseignement universitaire, destiné à une élite qui se perpétue, l’enseignement d’une culture générale et civique, associé à la formation professionnelle, serait peut-être une piste pour le bon fonctionnement d’une démocratie, française, en l’occurrence.


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 septembre 08:39

    En 1950, Nina Nikolaevna Vatolina a dessiné la nouvelle version d’une affiche devenue omniprésente depuis 1936 : Staline remercié par des enfants « pour leur enfance heureuse ».

    En 2019, les étudiants de Science Po remercient leur petit père à eux. Ils pourront réviser tous les soirs dans leur petit livre rouge avant de s’endormir, heureux de constituer l’avant-garde.


    • popov 2 septembre 09:42

      @Séraphin Lampion

      Et puis les étudiants qui auront compris le cours « Macron » iront faire un stage à la banque Rothschild.


    • Paul Leleu 2 septembre 21:35

      @popov

      oui, c’est assez drôle ce truc ! ... on se croirait sous Ceausescu

      ceci-dit, après avoir étudié Macron et travaillé chez Rotschild, ils pourront aller vivre en Suisse... ce pays fort « libertaire » selon l’auteur de l’article, où ils pourront gérer le pognon sale et sanglant de toute la planète, qui s’y cache...

      (disons que Bakounine et son école jurassienne c’est sympa... mais les banques de Zurich et de Genève voilà le vrai visage de la Suisse)


    • CLOJAC CLOJAC 2 septembre 23:49

      @Séraphin Lampion
      Bourdieu a appelé « violence symbolique » cette volonté de tout pouvoir ou croyance d’imposer ses valeurs par le biais de l’éducation et de la culture. Mais l’histoire a démontré que l’on ne pouvait maintenir indéfiniment la couvercle de la marmite.
      La propagande et le culte de la personnalité finissent souvent par se retourner contre leurs auteurs.
      Ainsi dans les années 60-70, la plupart des profs se livraient à un matraquage forcené en faveur du communisme.
      Résultat : une génération formatée en apparence, le temps de récolter ses peaux d’ânes, et qui ensuite s’est rebiffée de 2 manières : la forte consistant ouvertement à virer à droite toute… Et la sournoise consistant à se dire de gauche tout en adoptant des pratiques économiques et sociales carrément réactionnaires.


    • devphil30 devphil30 2 septembre 08:42

      Bourrage de crânes pour une pseudo élite qui a vocation à reproduire le modèle politiciens corrompus et servile des gouvernants actuels.

      Aucune remise en question le seul objectif est la carrière , l’argent et le pouvoir

      Le premier président de la 5 ième république aurait été un apprentissage beaucoup plus profitable en terme de connaissance et de nature d’homme 

      Macron n’est rien , c’est un arriviste propulsé par des lobbys d’influence et financiers.

      De Gaulle a eu un parcours et une démarche pour la France dont Macron et ses prédécesseurs réunis ne pourront jamais égaler


      • San Jose 2 septembre 08:52

        Macron voit juste en pensant qu’il faut remplir le vide laissé par la décapitation du roi, mais oublie qu’il n’a aucun titre à le faire lui-même. Je ne sache pas en effet que ce monsieur soit un Bourbon. 

        Acclamons au contraire monseigneur le duc d’Anjou, notre souverain Louis le vingtième du nom ! 


        • Paul Leleu 2 septembre 21:37

          @San Jose

          la place de roi n’est pas héréditaire, elle se mérite... si un roi revient un jour en France, ce ne sera pas un dégénéré bourbon ou orléans... ce sera un type capable d’imposer sa puissance dans le moment historique... faut pas rêver !


        • San Jose 2 septembre 21:59

          @Paul Leleu
          .
          Un prince issu de lui-même, en quelque sorte ? 
          Pour les Orléans je suis d’accord avec vous, à cause des tristes épisodes de janvier 1793 et de juillet 1830. Naturellement nul n’est responsable des fautes de ses ancêtres, ni moralement ni pénalement ; mais la politique est autre chose. 
          Les règles de dévolution de la couronne sont intangibles. Louis XIV et Charles X ont beau s’être assis dessus, le premier en renonçant pour les descendants de Philippe V à la couronne de France et le second en prétendant exclure son fils aîné du trône, ce n’est pas une raison pour recommencer. 
          Donc en portant sur le trône le duc d’Anjou, on rétablit l’ordre successoral légitime, en corrigeant au passage la faute de Louis XIV. 
          .
          Une question se posera cependant à la mort de Louis XX. Qui sera son successeur ? 
          Les lois fondamentales du royaume sont claires : ce sera son premier fils. Son premier enfant est une fille, mais la loi salique exclut les filles. 
          C’était un peu différent chez les Anglais, où Elizabeth a pu accéder au trône mais ne l’aurait pu si elle avait eu un frère même plus jeune.
          Seulement, la « modernité » est passée par là, et les Anglais ont récemment décidé que le souverain serait le premier né des enfants du souverain précédent, même si c’est une fille. 
          La tradition sera-t-elle assez forte en France pour s’opposer à cet aménagement qui sent un peu trop l’air du temps ? On peut tout craindre. 


        • eau-pression eau-pression 2 septembre 13:07

          @San Jose
          Ben moi, je crois très sérieusement que vous défendez celui qui verse votre pension, mais que vous ne voyez pas comme il devient peu à peu virtuel, ce système fantasmé pour lequel nous avons travaillé.


        • Laconique Laconique 2 septembre 09:17

          Oh, come on, he’s a good president.


          • popov 2 septembre 09:45

            @Laconique

            Oh, come on, he’s a good president.

            Ça dépend pour qui !


          • Traroth Traroth 2 septembre 13:58

            @Laconique
            Stockholders sure are happy !


          • Arogavox 2 septembre 09:32

            La fake news ironique aurait été plus plausible si l’auteur nous avait annoncé que science-pot allait faire plancher nos zélites sur la transformation d’armes non létales améliorées en armes de létalité réparable !


            • Arogavox 2 septembre 09:46

               cfhttps://www.huffingtonpost.fr/entry/macron-gilets-jaunes-violences-policieres-police_fr_5d6420cde4b0b034ea009900
              ... 
              « qu’on entame un travail .... Il faut que le calme revienne.
              Nous sommes un pays où il y a une liberté de

                  ... se faire éborgner ou pire .
               il faut éradiquer progressivement la grande violence 
                 .
              .. de façon réparable !

              (ça fait penser à cette »détermination" du 0 pauvre : 
              ... en les éradiquant progressivement !)


            • Traroth Traroth 2 septembre 13:59

              @Arogavox
              Ce n’est pas une « fake-news » (pourquoi ne dit-on pas « mensonge », au fait ?)

              http://formation.sciences-po.fr/enseignement/2019/dspo/27a05


            • Arogavox 2 septembre 17:24

              @Traroth
               alors là merdre !! Le père UBU est complètement dépassé !

              (Le site n’a pas l’air de rigoler, et il présente même une charte anti-plagiat ! 
               Si c’est pas pour déconner, aurait-il des chances d’inspirer une quelconque motivation ??)


            • Paul Leleu 2 septembre 21:41

              @Traroth

              non seulement ils vont étudier Macron... mais en plus ils vont l’étudier en anglais... la maitrise du français (sauf lecture courante) n’est pas requise pour cette filière !!!


            • Old Dan Old Dan 2 septembre 11:18

              Voici le cours d’entrée 2019 à Sciences-Po :

              https://www.sciencespo.fr/fr/actualites/actualit%C3%A9s/%E2%80%9Cco2-ou-pib-il-faut-choisir%E2%80%9D/4307.

              Qu’en dites-vous ?

              .

              [ Si vous commencez, allez jusqu’au bout ! ]


              • JC_Lavau JC_Lavau 2 septembre 11:49

                @Old Dan. Tout comme toi, cet ahuri est persuadé que le dioxyde de carbone atmosphérique est « le bouton de réglage du climat ».
                Ça n’a jamais fonctionné comme cela au cours des centaines de millions d’années précédentes, donc Pouf ! Cette fois ça va marcher !


              • Trelawney Trelawney 2 septembre 12:45

                @Old Dan
                Jacovici est un militant pro-nucléaire qui se sert de la théorie (ça n’est qu’une théorie) « de l’influence des gaz à effet de serre sur le changement climatique » pour justifier le développement du nucléaire en France. Donc doublement sans intéret.


              • Traroth Traroth 2 septembre 13:56

                Le lien vers le séminaire en question : http://formation.sciences-po.fr/enseignement/2019/dspo/27a05

                En y réfléchissant un peu, il n’y a rien de choquant à ce qu’un établissement prétendant étudier la politique s’intéresse à un président, en particulier quand c’était encore un inconnu complet 3 ans avant d’être élu.

                C’est quand on consulte les lectures obligatoires ou recommandées qu’on s’étonne : « Macron, un président philosophe », la ridicule hagiographie de Brice Teinturier, comme lecture obligatoire, et 3 ouvrages de Macron lui-même dans les lectures recommandées. Pas un seul ouvrage critique, genre « Contre Macron », de Juan Branco, « Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait », d’Anne Fulda, ou « Le coup d’état Macron », de Guillaume Larrivé. Ce n’est vraiment pas le choix qui manque. Ça ne laisse rien présager de bon concernant le contenu du séminaire...


                • Paul Leleu 2 septembre 21:43

                  @Traroth

                  dans l’absolu je partage votre avis... c’est pas absurde d’étudier le parcours de Macron... encore qu’il ne s’agit pas d’une étude critique...

                  mais faut quand même avouer qu’on se croirait sous Ceausescu, ou je ne sais quel emblématique « cher leader »... ça sonne quand même bizarre...


                • troletbuse troletbuse 2 septembre 14:39

                  « Matières à caractère scientifique »  ??

                  Plutôt une école reservés à tous les tocards qui n’ont pu faire des écoles prestigieuses. Je pense que même l’idiot du village pourrait faire « Sciences pot de chambre » à condition d’être une feignasse , un hypocrite, un menteur, un voleur.


                  • gaijin gaijin 2 septembre 15:55

                    a la rentrée 2021 au programme : rien

                    le merdier aura été brulé pendant la révolution de 2020

                     smiley


                    • Paul Leleu 2 septembre 21:44

                      @gaijin

                      la blague est bonne :)


                    • alexis42 alexis42 2 septembre 16:17

                      Pourriez-vous nous expliquer en quoi Science-Pot est une « école prestigieuse » ?

                      Quand on voit comment se font les admissions, elle n’a absolument rien de « prestigieuse » !.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 septembre 07:22

                        @alexis42
                        Elle était prestigieuse du temps où il y avait un concours d’entrée très sélectif.


                      • alexis42 alexis42 3 septembre 08:01

                        @Fifi Brind_acier
                        Exact ! Maintenant, le concours est politiconnement correct.


                      • troletbuse troletbuse 3 septembre 10:39

                        @alexis42
                        Micronomo est bien un presse-tige, non ?


                      • ddacoudre ddacoudre 2 septembre 16:37

                        Bonjour Des philosophes qui favorisent l’asservissement Capitaliste je pense que cela ne correspond pas tout à fait à leur interrogations. généralement ils s’interroge sur l’existence de l’être et ce qu’il doit découvrir pour approcher da vérité et non par quels moyens ils doivent se soumettre à d’autres Le philosophe est plutôt dans ma recherche de la libération de l’être en comprenant tout ce qui l’attache. Macron à du lire débord la vie est un grand théâtre, il propose un cas d’école pour un rôle. Narcisse n’est pas loin. La dictature non plus. Je crois qu’à science Pô il faudrait leur proposer mes deux articles. Ce serait plus drôle avec un chalenge chercher le con. http://ddacoudre.over-blog.com/2019/08/la-rarete.html http://ddacoudre.over-blog.com/2019/08/supprimer-l-impot-sur-les-societes-que-paient-les-salaries.html Cordialement ddacoudre OverBlog


                        • Spinnaker13 2 septembre 17:13

                          Heu, ils auront Crépuscule à apprendre par coeur ! ett Juan corrigera les copies...


                          • kimonovert 2 septembre 17:34

                            Les francais n’aiment pas leurs elites ! J’imagine l’affaire France entre les mains des yakas et des faux cons d’Agoravox...bŕŕrrrrr !


                            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 2 septembre 17:53

                              @kimonovert

                              Elles nous aiment, nous, les Zélites ?


                            • kimonovert 3 septembre 11:01

                              @Nicole Cheverney

                              Pourquoi voulez-vous qu’il y ait de l’Amour la ou la loi grégaire des especes veut que des chefs de meutes , loups et moutons, impulsent le mouvement ?


                            • Eschyle 49 Eschyle 49 2 septembre 18:24

                              Lisez cette note du 8 mai 2017 ( 51326 vues ) : 

                              https://reseauinternational.net/avons-nous-elu-un-fou/


                              • Tom France Tom France 2 septembre 20:53

                                La soviétisation de toute cette bourgeoisie cosmopolite continue. 

                                Il faut dire aussi que science po est le cas typique d’une école ou l’on apprend rien à part le vent, l’abrutissement et l’avilissement dans tout ce qu’il a de pire et qui déshumanise complètement l’humain pour le transformer en une sorte d’objet hypnotisé par le « système » ! 


                                • Paul Leleu 2 septembre 21:46

                                  @Tom France

                                  oui... le but est de former des « cadres » pour ce système... il faut donc les lobotmiser... les études n’ont pas pour but de vraiment former les jeunes... mais de les sélectionner selon des critères de soumission et de conformisme


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 septembre 07:51

                                  @Tom France
                                  Ce sont les légendes urbaines. 
                                  Si on n’apprenait rien à Sciences po, il ne serait pas possible de formater les étudiants à travers les contenus. On y apprend énormément de choses, mais surtout ce qui est utile au bon fonctionnement du système.

                                  Ne rentrent dans le moule que ceux qui veulent faire carrière, et cela dans n’importe quel pays, avec n’importe quels programmes scolaires. Penser que les étudiants sont tous des abrutis incapables de chercher ailleurs, et qui n’ont aucun sens critique, c’est du mépris généralisé.

                                  Les programmes n’ont jamais empêché personne d’avoir la curiosité de chercher ailleurs, surtout maintenant avec Internet. Avant, c’était pareil, aucun programme n’a jamais interdit aux étudiants d’aller dans les librairies, les bibliothèques, ni d’échanger avec d’autres pour se faire sa propre opinion.

                                  Sauf que dans ce système de plus en plus dictatorial, ceux qui passent la ligne rouge sont sanctionnés de plus en plus souvent.
                                  Là est le problème, pas dans la liberté de se faire sa propre opinion.


                                • kimonovert 3 septembre 11:05

                                  Je pose la question « Qui a fait sciences politiques ici ? » Moi je sais un peu parler des ecoles que j’ai connu en tant qu’élève.... Toujours est-il qu’on peut facilement identifier ceux qui ont fait Sciences Pol Pot...


                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 septembre 11:45

                                    @kimonovert
                                    Sans être passés par les grandes écoles, nous sommes nombreux à avoir fait des études supérieures, toutes aussi formatées que les programmes de Sciences Po. Cela n’a jamais empêché quiconque de se construire une culture personnelle, pendant ses études et après.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès