• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Marie Bové aux Régionales ? Le népotisme se porte bien en France

Marie Bové aux Régionales ? Le népotisme se porte bien en France

Décidément, alors que la polémique sur Jean Sarkozy ne cesse de flamber dans les médias, une autre affaire, cette fois avec une fille de, pourrait bien se dessiner, et pas à l’UMP et un « fils de » mais chez les Verts avec une « fille de ». On pourrait croire à une blague de comptoir ou un poisson d’avril mais il n’en est rien. Noël Mamère pousserait la candidature de Marie Bové en tant que tête de liste pour conduire la liste écologique aux prochaines élections régionales. Noël Mamère, il ose tout, et c’est à ça qu’on le reconnaît. Il faut être inconscient, carrément autiste, ou alors méprisant envers les électeurs et doué de peu de vergogne pour oser ce type de proposition dans le contexte actuel. Après, nos politiciens iront « dépleurer » que les Français s’éloignent d’eux. Quelle est la légitimité de Marie Bové, salariée du groupe socialiste à la CUB, pour se présenter comme tête de liste dans des élections où à ce poste de tête de liste, des gros calibres, et même des ministres en exercice, briguent cet honneur ? Marie Bové, 34 ans, rien de commun avec les 23 ans de Jean Sarkozy, mais 34 ans, sans passé politique visible, ça le fait pas pour une tête de liste. C’est à rien y comprendre. A moins que Noël Mamère ait quelque inimitié envers Pierre Hurmic, notable écologiste siégeant au conseil municipal de Bordeaux et au parlement régional d’Aquitaine comme élu des Verts. Ce serait une belle peau de banane, pas vraiment un cadeau de Noël pour Pierre. Du coup, celui-ci a révélé la suggestion de Mamère, non sans évoquer la circulation de mails plutôt critiques sur ce choix. Attendons mais deux choses doivent être notées. La politique ne sent pas très bon ces temps-ci, alors que le népotisme paraît bien ancré dans notre France si soucieuse d’égalité.

Qu’est-ce que le népotisme ? Pierre Desproges avait dit qu’« un égoïste, c’est quelqu’un qui ne pense pas à moi ». Alors, « un népotique, c’est quelqu’un qui refuse d’embaucher mon fils », aurait-il ajouté. La France vient de découvrir le népotisme à l’occasion de la candidature de Jean Sarkozy à l’EPAD, avec en filigrane assez visible le soutien d’un papa très haut placé. Pourtant, ce phénomène est bien ancré dans notre société et si on s’en tient à une identification stricte, alors le népotisme se loge pratiquement dans tous les rouages des entreprises privées et de la fonction publique. On ne citera pas de nom mais des rumeurs ont circulé sur un conseil général situé dans le Midi, dont une quinzaine d’emplois auraient été occupés par des membres, fils, neveux, nièce, conjoints, d’une même famille dont l’un des membres fut président. Sans aller jusqu’à ces extrémités, on pourra trouver nombre de cas de ce genre, essentiellement des épouses ou des enfants, titulaire d’un emploi obtenu par la bénédiction d’un père ou d’un époux occupant un poste à responsabilité. Le népotisme se loge partout, y compris à travers les réseaux constitués dans les écoles ou des loges bien connues pour être suspectes de pratiquer le népotisme qui rappelons-le, concerne non seulement les milieux familial mais toute communauté d’individus réunis par un lien spécifique. Et dans certaines facs, il arrive encore que des postes soient réservés à une « épouse de », comme en atteste une affaire récente dont on a un peu parlé sur le Net.

Pour compléter ce sujet, une anecdote. Je fus sollicité il y a une dizaine d’année pour une enquête sur les anciens diplômés de l’Université Paul Sabatier où j’avais soutenu un doctorat il y a bien longtemps, à Toulouse. Après avoir répondu aux questions de l’enquêtrice, étant d’un naturel conversant, je me suis intéressé à son job. Elle me confia qu’elle était titulaire d’une licence en économie et qu’elle avait été recruté comme CES par l’Université, tout en précisant qu’une de ses camarades titulaire du même diplôme, avait obtenu un emploi dans une banque grâce à son père. Je ne connaissais pas des deux jeunes filles mais à diplôme équivalent, l’une avait un CDI à mi-temps pour gagner 500 euros l’espace de six mois, alors que l’autre pouvait espérer recevoir quelques 1500 euros, voire plus, avec des augmentations prévues au fil des ans. La seule différence, avoir un père bien placé. Ces choses là sont tellement ancrées qu’on n’y prend plus garde, mais le sens de la justice et de l’équité ne peut qu’être heurté. Ces pratiques minent les forces d’une nation, décourageant nombre de citoyens, formant des aigris. Le népotisme s’assoie sur le mérite. Quoique…

Pourquoi ne pas prendre le contre-pied de ce réquisitoire contre le népotisme, un réquisitoire qui finit par desservir la cause du bien public. Nous sommes tous des népotiques. Imaginez qu’on vous donne le choix de faire basculer la décision pour que votre fils ou votre fille puisse occuper un poste. Vous n’hésiteriez pas, vous feriez comme moi qui d’ailleurs, n’ai jamais eu l’occasion de le faire pour l’instant. Le népotisme, c’est un peu de relationnel qui se colle aux affaires sociales. Cette pratique est incontournable. Elle est inscrite dans l’essence relationnelle de l’humain. Le problème, c’est quand les pratiques deviennent ostentatoires ou excessives, ou alors lorsque la société ne permet plus un tremplin professionnel pour tous. C’est plus la politique de répartition des chances qui pose problème. Le népotisme n’a pas à être condamné s’il ne nuit pas au bien commun. Malgré qu’il se loge comme un poison dans les relations sociales, surtout dans des sociétés s’étant constituées sur des valeurs d’égalité et de liberté. L’homme étant dépendant de son ego, le népotisme restera ancré pendant longtemps, avantageant les uns, agaçant les autres, donnant le sentiment d’injustice.

 

Au final, la candidature officielle de Jean Sarkozy et l’éventuelle candidature de Marie Bové sont des fautes politiques de part et d’autre. Et d’ailleurs, JM Aphatie n’a pas manqué de qualifier de dingues ces politiciens en commentant cette affaire Marie Bové dans le petit journal de Canal plus. Et il a raison. Le népotisme, s’il se généralise, risque d’affaiblir une société en truquant le jeu de la concurrence et du mérite. On sait très bien que le népotisme peut être contenu par le professionnalisme et l’intégrité des décideurs habilités à écarter un « fils de » non pas pour son nom mais parce qu’il est avéré qu’il ne convient pas à la fonction. Au sommet du pouvoir décisionnel, il y a les politiques. On peut donc leur demander qu’ils soient exemplaires sur ces questions. Ce n’a pas été le cas avec le fils Sarkozy et ça l’est encore moins avec la fille Bové. La suggestion de Mamère est une connerie monumentale, une provocation stupide, mais qui ne surprend guère ceux qui connaissent le personnage dont je ne dirais pas que sa moustache… mais…

Vous voulez que je vous dise, je n’y crois pas trop à cette histoire et tout laisse accroire que cette suggestion de Mamère est du second degré. D’ailleurs il ne risque rien le bougre, car si ça tourne au vinaigre, il pourra se réclamer d’une comédie visant à dénoncer le népotisme des Hauts-de-Seine. En sera-t-il honoré ? Certainement pas. Au vu des difficultés actuelles, jouer ce cirque est une insulte aux électeurs. Désolé Noël mais t’as tout faux !


Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Allain Jules Allain Jules 21 octobre 2009 11:20

    @Chantecler,

    Je suis d’accord avec votre analyse mais, je ne crois pas que la volonté de Bernard soit la désinformation.

    @Bernard,

    Je trouve que ce parallèle n’est pas égal. On ne peut parler de népotisme pour le cas de la fille de Bové, ce sont les gens de l’UMP qui font un contre-feux ridicule, une façon de vouloir noyer le poisson. Je ne connais pas le parcours politique de la fille de Bové mais, une dame de 34 ans....

    Peut-on parler de népotisme dans le cas de Yannick Noah et Joakim Noah ?

    Bien à vous !


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 octobre 2009 12:19

    @ Chantecler et aux autres critiques,

     

    bonjour,

     

    Ce billet parle du népotisme en général, et les commentaires montrent à l’évidence que le népotisme passe inaperçu, sauf quand c’est Jean Sarkozy. Le népotisme consiste à faire passer en premier un membre d’une famille, mais ce peut être aussi une communauté ou une corporation. Le népotisme peut très bien se produire quand un cadre place le fils ou la fille d’un de ses amis proches dans un emploi public. Si Marie Bové s’était présentée comme une simple candidate en position éligible, il n’y aurait pas eu d’affaire, mais là, est tête de liste et prend la place d’autres personnalités plus évidentes, avec plus d’expérience, comme Pierre Hurmic ou d’autres. Bref, on constate que le citoyen n’a vraiment aucun sens de la justice et de la légitimité, et ça, c’est pas bon pour la démocratie. Quand on a des exigences, on les pousse jusqu’au bout et on dénonce le népotisme, quel qu’il soit, en politique ou ailleurs, lorsqu’il produit des passes-droits pour des individus qui ont un nom.


  • JoëlP JoëlP 21 octobre 2009 12:22

    Les deux cas ne sont pas de même importance, pourtant... s’il se confirme que Marie Bové n’a pas encore assumé de mandat électif, il me semble anormal de la voir en tête de liste. Impossible me semble-t-il pour un militant lambda d’être tête de liste s’il n’a même pas été auparavant élu. D’ailleurs, dans les personnes éligibles d’une liste régionale, on ne trouve que des maires ou des conseillers généraux, éventuellement des maires adjoints.

    Donc, selon moi, le petit Sarko c’est du grand népotisme à la manière des Borgia. Pour madame Bové du petit népotisme ordinaire.


  • Philou017 Philou017 21 octobre 2009 12:52

    Bien d’accord avec Dugué. Marie Bové n’aurait aucune chance de postuler si elle ne s’appelait pas Bové.
    Ceci dit, il ne s’agit pas de népotisme, mais plutôt d’attitude préférentielle. Bové n’est pas chef de l’état.


  • RilaX RilaX 21 octobre 2009 14:23

    J’ajouterai que dans le cas de Marie Bové, c’est plus la notoriété du nom qui est mis en avant (on aurait quelquechose de similaire avec un henry poivre d’arvor ou un frederique hulot (prénoms pris au hasard)).
    Alors que dans le cas de Jean Sarkozy, c’est la pression de son entourage qui le met en avant.

    Me semble-t-il.
    Ça n’enlève rien au commentaire précédent de M. Dugué, mais ça apporte un peu plus de nuance encore une fois.


  • Traroth Traroth 21 octobre 2009 15:29

    Quelle position de pouvoir lui permettant de pousser sa fille en avant possède donc José Bové, pour qu’on puise parler de népotisme ?


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 octobre 2009 16:05

    Quelle position ?

    Bonne question, merci de l’avoir posée,

    Ma réponse est que l’aveuglement autour de l’affaire Sarkozy conduit les citoyens à perdre l’usage du langage et de son pouvoir de signifier, ce qui est assez inquiétant. Non seulement les hiérarques jouent sur les définitions (cf la pandémie) mais même les citoyens de base sont complices de cette lente destruction de la sémantique et du sens.

    Au passage, rendez vous le 18 novembre, à bon entendeur... et lecteur aussi !


  • curieux curieux 21 octobre 2009 19:43

    Pour une fois, je suis d’accord avec Chantefaux. On ne devrait même pas parler de cette histoitr, celà fait amalgame entre 2 choses incompatibles


  • sisyphe sisyphe 21 octobre 2009 19:44

    Par chantecler (xxx.xxx.xxx.222) 21 octobre 10:32

    "@ Dugué : vraiment tu débloques : mettre en parallèle la nomination de J.S , 23 ans ,sans diplome, à la tête d’un organisme qui gère pour l’instant un milliard d’euros , voulue par un paternel se voulant tout puissant , et la candidature de Marie Bové , 34 ans, à des régionales sur une liste mineure, appuyée par N. Mamère , en te basant sur le népotisme, tient pour moi de l’amalgame et de la désinformation..."

    Entièrement d’accord avec chantecler !

    Ce pauvre Dugué ne sait plus quoi trouver pour étaler sa haine des écologistes ; du coup, le voilà à comparer la NOMINATION d’un illettré sans expérience à la tête d’un organisme connu pour générer de formidables dessous de tables, entièrement aux mains de la mafia du pouvoir ; le tout uniquement parce qu’il est le fils du président de la république,

    à la présentation, sur une liste électorale (donc soumise au suffrage universel) d’une femme, fille de Bové (qui n’a aucun pouvoir et a plusieurs fois fait de la taule, pour défendre l’intérêt général), pour des élections régionales...

    Pauvre monsieur Dugué ; le voila à faire de la retape, comme un vulgaire porte-parole UMP...

    En recherche de boulot, monsieur Dugué ?


  • Gabriel Gabriel 21 octobre 2009 10:34

    Faudrait quand même mettre un petit bémol à votre comparaison qui, je le trouve, est à la limite de l’honnêteté. D’un côté, et tout le monde le sait, vous avez le fils du président qui se présente à un poste qui lui sera accordé après un simulacre d’élection, car papa a décidé. D’un autre une femme qui se présente devant des électeurs citoyens. Faut pas confondre !


    • Fergus Fergus 21 octobre 2009 10:41

      Entièrement d’accord avec les commentaires de Chantecler et Gabriel. Il n’y a, semble-t-il, rien à voir entre les deux cas.
      De plus, Bové n’a strictement rien fait pour pousser la candidature de sa fille.
      Il y a d’autant moins de népotisme dans cette affaire que l’on parle ici d’une élection qui sera sanctionnée par les votes de citoyens indépendants, en aucun cas par des valets serviles !


      • RilaX RilaX 21 octobre 2009 11:37

        Non, le résumé c’est :
        Pas de népotisme a gauche ici
        le népotisme c’est mal.

        Comment peut on comparer une élection citoyenne a une élection où les électeurs sont tous plus ou moins soumis aux desiderata du président ?
        Sans compter que pour que Jean Sarkozy puisse se présenter a cette élection, un certain Hervé Marseille a du laisser sa place. En récompense de quoi, il a été nommé au conseil économique et sociale.
        Marie Bové ne prend la place de personne pour se présenter au suffrage universelle.

        Pour enfoncer le clou, il n’y a pas eu de remous quand Jean Sarkozy s’est présenté pour être élu conseiller général. Pour l’EPAD ce n’est absolument pas pareil !


      • titi 21 octobre 2009 10:47

        Je pense au contraire qu’il n’y a pas de différence, si ce n’est la « capabilité » du papa.
        Dans un cas l’un est président de la république, et peut tout dans la république.
        Dans l’autre le membre d’un parti qui peut tout dans ce parti.

        Dans les deux cas, les papas ont fait le maximum...

        Mais ce n’est pas nouveau : c’est l’aristocratie.


        • Gabriel Gabriel 21 octobre 2009 11:25

          L’aristocratie n’a que faire des électeurs, ce qui n’est pas le cas de Marie Bové. Encore un amalgame dangeureux.


        • Aafrit Aafrit 21 octobre 2009 11:53

          né-pote ni show biz, ce sera l’idéal..


        • titi 21 octobre 2009 13:54

          @Gabriel

          En propulsant sa fille sur cette liste, J.Bové bypasse l’avis des militants et prive peut être une personne plus compétente et plus méritante de la place.
          Fifille doit maintenant passer devant les électeurs, c’est un fait. Mais encore une fois J.Bové a fait tout ce qu’il pouvait pour promouvoir fifille. Mais il ne peut pas plus contrairement à Sarko.

          C’est exactement la même démarche. A une plus petit échelle : celle d’un chef de groupuscule.


        • Gorg Gorg 21 octobre 2009 10:48

          @ L’auteur
           Désolé Mr Dugué, mais ces deux « affaires » ne sont pas identiques, ni sur la forme, ni sur le fond. Avant de parler de Marie Bové, on pourrait aussi parler des rejetons des artistes, des présentateurs TV, des fils de patrons qui brillent par leur incompétence ...etc... On peut aller très loin...


          • superblanco 21 octobre 2009 11:31

            Il faudrait peut-être plus s’interroger sur le pourquoi de cette nouvelle polémique, qui semble apparaître à un moment fort opportun... Le piston existe depuis belle lurette, quel que soit le bord politique... Ne cherche-t-on pas plutôt à minimiser la gravité de la nomination de Jean Sarkozy à la tête de l’EPAD ?


            • LE CHAT LE CHAT 21 octobre 2009 11:31

              et pendant ce temps , Robert Hue pousse son fils Israel à se présenter pour que ne disparaisse pas le parti ! car peut être Israel Hue ! smiley


              • foufouille foufouille 21 octobre 2009 11:35

                quand c’est la goche c’est pas pareil ?


                • RilaX RilaX 21 octobre 2009 11:40

                  Non,
                  Quand c’est pas pareil, c’est pas pareil.
                  Et la, c’est pas pareil. Que ce soit a gauche ou a droite, ces 2 affaires n’ont en commun que le fait que le père des 2 individus est un responsable politique. C’est tout. Le mode de scrutin n’est pas le meme, un seul des 2 papa est président de la république, l’un est sans diplome à 23 ans l’autre a 34 ans ... Tant de differences !


                • Fergus Fergus 21 octobre 2009 15:22

                  Qui plus est, Marie Bové travaille depuis des années et occupe actuellement un poste au cabinet du Président de la Communauté urbaine de Bordeaux. C’est là qu’elle a été remarquée par Mamère, dont la commune de Bègles fait elle-même partie de cette communauté. Il n’y a pas l’ombre d’un soupçon de népotisme dans cette affaire.

                  Et cela d’autant moins que ce sont les électeurs qui jugeront des qualités de cette candidate si elle est retenue comme tête de liste locale par les Verts, ce qui n’est pas encore fait.


                • Aafrit Aafrit 21 octobre 2009 11:48

                  Donc les clônes des mêmes personnes qu’on aura d’ici 25 ans.
                  Sarkozy agrandi et cheveux enjaunis grâce à photo shop
                  Bové au féminin, complètement OGMisé
                  Et un Hollande sans tête ni cul cette fois ci..
                   Le nabot qui napotise est une tautologie..


                  • Vinrouge 21 octobre 2009 12:02

                    Tout à fait d’accord avec vous l’auteur ! Le népotisme est partout. Je trouve dommage qu’on n’ait pas profité de cette affaire pour rappeler qu’en France 75% des emplois à pourvoir le sont sans la moindre annonce publique, purement par réseau et par connaissances. (bien sûr, parmi ces 75%, il n’y a pas que du népotisme, mais aussi des reclassement internes, et du copinage...).
                    En ce qui concerne le fait que la fille de JB sera (ou non) élue ce qui utilisent cet argument utilisent le même que l’UMP pour parler de Monsieur Fils : être élu quand on est tête de liste d’un parti national ou bien dans un circonscription imperdable pour le parti que l’on représente n’a rien d’un chemin de croix... Les 2 cas sont donc comparables, car il s’agit alors de parler des conditions permettant de se présenter à l’élection dans une position « plus qu’éligible »...

                    Petite question à la cantonade : considérant les différents emplois que vous avec tous occupés, toutes les entreprises où vous avez travaillé, à combien s’élève le nombre de stagiaires fils de.../fille de... quelqu’un de l’entreprise ou d’un ami proche ? combien d’employés de la même nature ?
                    (perso, j’en ai vu beaucoup, pour toute sorte de stages et d’emplois)


                    • foufouille foufouille 21 octobre 2009 12:33

                      mon oeil le concours avec 600 candidat
                      les fils de passent avant


                    • foufouille foufouille 21 octobre 2009 14:20

                      je faisait reference au concours de bureaucrate genre secu ou impots
                      et aux emplois public reserves aux « handicapes »

                      rien que les stages d’ete a la secu, c’est pour les fils de


                    • RilaX RilaX 21 octobre 2009 14:30

                      Les stages oui sont souvent squatté par les « fils de ». Pas les postes qui eux ne sont accessible que si on a deja réussi le concours qui lui n’autorise pas de passe droit.

                      Et d’un autre coté, le stage, c’est pas LA place dont on rêve. Mais c’est pareil dans le privé. Les stages sont toujours réservés en priorité aux « fils de ».

                      Et pour la fonction publique comme dans le privé, le « fils de » il peut être « fils de » secrétaire, « fils d’ » agent de surface, comme « fils de » directeur. On a déjà vu privilèges moins ouverts.


                    • foufouille foufouille 21 octobre 2009 18:32

                      c’est pareil effectivement dans le prive
                      si on faisait un classement par origine familiale, ca serait pas genial


                    • FlorenceM 21 octobre 2009 12:14

                      En voilà un article imbécile.

                      Imbécile par ce que si l’auteur s’intéressait un temps soit peu aux paysans et à la mouvance écologique, ils verraient que beaucoup d’enfants de militants sont sensibles aux engagements de leurs parents à force de partager au quotidien les problèmes. Il verrait comment certains maitrisent encore mieux des dossiers à force d’en entendre parler tous les jours et de s’y intéresser. Il verrait que Marie Bové 34 ans, figure du mouvement social et solidaire a travaillé dans l’humanitaire international et a attendu longtemps avant de se lancer dans la visibilité publique.
                      Et on la comprend, si y’avait pas eu l’histoire de Jean avant, ça nous aurait épargné ce genre de dérapage révélateur d’une absence de connaissances et d’honneteté.
                      On va reprocher à des enfants de parler la langue de leurs parents et en gros d’être imprégnés de leurs cultures ? 
                      On ne reproche pas à Jean de faire du droit, on lui reproche de ne pas l’avoir assez étudié.
                      d’être incompétent.
                      Renseignez-vous sur le cursus de Marie Bové avant de prendre comme référence J-M Apathie, aussi comiquement démago qu’un Frédéric Lefêvre. 
                      Quant aux allusiosn sur la moustache de Mamère, ça frise la calomnie.

                      Avoir des prétentions de philosophe et raisonner comme un âne bâté, dans le genre incompétence, ça rivalise avec du Steevie. 
                      On fait confiance à la subtilité d’un Frédéric Lefêvre pour surfer sur la bêtise exemplaire.

                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 octobre 2009 12:27

                        J’avoue,

                        Si j’écris ici, c’est parce que j’ai été pistonné par mon père, un type bien, qui enseignait au lycée en Grèce vers 350 av JC, il s’appelle Aristote. Merci de ne pas le conspuer, c’est un vieil homme


                      • Philou017 Philou017 21 octobre 2009 13:00

                        Mme Bové n’a pas vingt ans, a un passé politique, une expérience, et surtout sollicite les voix des électeurs.
                        L’autre est nommé à un poste. C’est différent !

                        C’est exactement la même chose. Il est question qu’elle soit nommée tête de liste, donc assurée d’être élue.

                        Dans les deux cas, même inexpérience même favoritisme et même résultat attendu.

                        Dans le cas de Marie Bové, on joue sur le nom pour attirer la sympathie, ce qui est assez méprisable des électeurs et bien peu démocratique. C’est de la manipulation psychologique classique autour ce cette farce que sont devenues les élections en France.
                        Un concours de clientélisme en fait.
                        Quand on veut détonner dans ce paysage, on montre l’exemple et on ne suit pas celui des « parrains » de la politique, manipulateurs d’opinion.


                        • Fergus Fergus 21 octobre 2009 15:28

                          Désolé, Philou, mais en comparant Marie Bové et Jean Sarkozy, vous faites preuve d’une très grande mauvaise foi. Relisez les précédents commentaires et vous comprendrez l’océan d’engagement et d’expérience qui sépare l’une (soutenue par Mamère) de l’autre (imposé par son père).


                        • Philou017 Philou017 22 octobre 2009 01:10

                          A moins de vingt ans j’ai de la peine à envisager quel océan d’engagement et d’expérience elle peut avoir.
                          D’autre part, il me semble que vingt ans est un age pour le moins juste pour occuper le poste de tête de liste.
                          Pas de mauvaise foi là-dedans. Je n’ai rien contre Marie Bové, ni contre son père. Mais les affaires ne me paraissent pas au départ différentes.


                        • Philou017 Philou017 22 octobre 2009 01:18

                          le commentaire de Sanpiero m’a trompé. Marie bové a 34 ans, et non pas 20.
                          Là c’est plus acceptable. Mais ca me gêne quand même unpeu.


                        • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 21 octobre 2009 13:37

                          Elle est pas belle la vie,un népotisme dans la gauche-eco ,pile poil quand il faut.
                          Mais on pourrait faire une liste sur les tendances politiques des « nepotistes » qu’on y retrouverait même des abstentionnistes,et le tout en proportions bien égales.Allez sur le marché de l’emploi,tout les jours un « fils de » trouve plus facilement un emploi.Demain je peut vous ecrire un article sur le fils de tel deputé ump ou la fille de tel maire communiste,etc,etc.

                          Vous êtes dans le vrai monsieur Dugué,nous sommes tous un peu népotiques mais es-ce qu’un jeune,détenteur d’un diplôme de boucher qui se fait embaucher dans la charcuterie de l’oncle Roger est comparable à jean Sarkozy ???Non puisqu’on lui confit un job en rapport avec ses études,son parcours.

                          Maintenant vous n’apportez aucun éléments qui permettrait de conclure que Marie Bové est incompétentes pour être tète de liste.Je crois bien,si mon souvenir est bon,que dans « notre belle republique » seule la condition de citoyen (et un age limite) est necessaire pour briguer un poste de représentant du peuple.
                          Le « prince » lui est clairement incompétents pour ce poste là,et c’est bien là le scandale car si il avait eu l’expérience et les diplômes,j’aurais été le premier à lui laisser sa chance.


                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 octobre 2009 13:48

                            touche pas mon népote .


                            • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 21 octobre 2009 13:52

                               smiley
                              Capitaine, vous avez du génie !


                            • chris chris 21 octobre 2009 14:22

                              C’est vrai ça, les deux affaires n’ont rien à voir :

                              1) c’est une femme,
                              2) son prénom est Marie,
                              3) son nom est Bové,
                              4) elle est plus âgée que le prince Jean...

                              ...et surtout ...

                              5) elle est de gauche !!!

                              Ceci étant dit, le piston est partout, même lors des soi disant « concours » administratifs pour lesquels certes il y a le filtre des écrits, mais une fois à l’oral si vous connaissez un ou plusieurs membres du jury ça peut permettre bien des choses. 

                              Sans compter les ministères. Récemment, un poste de haut fonctionnaire a été offert à un agent certainement très compétent. Il n’en a finalement pas voulu, au final, c’est aujourd’hui sa femme qui occupe officiellement le poste.

                              Tout va bien, vous êtes en France...

                               


                            • RilaX RilaX 21 octobre 2009 14:35

                              philosophie et sociologie ... rien que des études pour politiciens ça ... ah, tiens, elle veut faire de la politique. Quel heureux hasard.


                            • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 21 octobre 2009 22:58

                              Contrairement à l’auteur,vous développez sur Bové mais cela n’empeche que n’importe quel citoyens à la légitimité pour prétendre à un poste d’elu du peuple,c’est le peuple qui décide par son vote si le candidat convient au mandat.Les fils de auront beau faire ce qu’ils veulent,ils ne seront jamais député ou président sans seduire une parti de l’électorat.En ausun cas la nomination de marie Bové ne nuit au peuple français,cette affaire concerne les militant du parti en question.
                              Par contre la condition simple de citoyen ne suffit pas à légitimé une nomination à la tète de l’EPAD.L’EPAD qui elle concerne tout le peuple français,car elle gere un espace essentiel à notre économie.

                              Pourriez vous je vous prix precisez vos propos sur le CUS de Bordeaux,je ne trouve aucunes informations sur la toile.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès