• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mes prévisions pour l’année 2222 !

Mes prévisions pour l’année 2222 !

La civilisation du futur sera aux antipodes de l’actuelle société techniciste post-moderne. Elle sera donc hypo-technologique, hypo-démographique et hypo-connectée. Ce processus adviendra sans aucun effort de la volonté humaine, inéluctablement, mécaniquement, par le seul épuisement des ressources matérielles et énergétiques.

 

I — Une civilisation hypo-technologique

Certes, l’hyper-technologie a encore quelques beaux jours devant elle. Les pulsions transhumanistes que nous connaissons dans nos sociétés s’assouviront tôt ou tard (je le regrette, bien entendu) ; elles iront jusqu’au bout. Mais elles constituent le chant du cygne de la technologie post-moderne. L’on fabriquera sans doute quelques humains cyber-augmentés et l’on accomplira peut-être deux ou trois sorties ridicules sur la planète Mars… avant que la baudruche ne se dégonfle définitivement.

Les innovations que nous vante l’oligarchie transhumaniste sont l’ultime toquade, la dernière manie des piqués du progrès. Tout cela nécessite énormément de matière et d’énergie. Mais ni la matière ni l’énergie ne sont pas inépuisables. Lorsqu’on attendra les pics de production du pétrole, du gaz, de l’uranium, mais aussi du fer, du cuivre, du charbon, et pourquoi pas même de l’eau potable, et des sources d’alimentation, et c’est imminent, on assistera au Grand Effondrement du transhumanisme mondial.

On obtiendra donc, au mieux, le scénario optimiste de mes romans : une atmosphère 1830-1930, avec des technologies plutôt proches de celles du XVIIIe siècle, sans pétrole, ni charbon, ni électricité, ni eau courante ou de façon très marginale. Au pire, ce sera une nouvelle Préhistoire sur des montagnes de déchets. Cela ne signifie pas que les gens seront plus malheureux ou moins malheureux qu’aujourd’hui. Ils seront heureux ou malheureux différemment.

 

II — Une civilisation hypo-démographique

La raréfaction ou la disparition des ressources matérielles et énergétiques auxquelles nous sommes aujourd’hui habitués engendrera beaucoup de heurts ; la pénurie a toujours un coût humain.

Le monde actuel ne tient que par l’hyper-technologie. Notre monde, pourtant ultra-violent, est en réalité très peu violent. Les pouvoirs établis maintiennent la paix sociale à coups de téléphones portables, d’émissions stupides, de grands divertissements hystériques, de malbouffe surabondante et de « drogues » en tout genre, au sens propre comme au sens figuré.

La transition entre ce monde et le nouveau monde passera par des phases de chaos : guerres mondiales, guerres civiles, politiques mafieuses ou impuissantes, ce qui revient au même, famines, pandémies, catastrophes écologiques, extinction ou éviction de populations qui vivaient dans des espaces devenus inhabitables, etc. C’est d’ailleurs sur ce seul aspect que l’action humaine aura encore un petit impact. Les régimes autoritaires, sécuritaires, voire totalitaires, seront les seuls, paradoxalement, à pouvoir protéger un tant soit peu leur peuple. En dehors, ce sera le chaos, l’anarchie généralisée.

Du reste, lorsque je parle d’anarchie ou de totalitarisme, dégagez-vous des impressions laissées par les films-catastrophes aux scénarios hyper-technicistes ! Nous aurons des régimes totalitaires ou des formes d’anarchie de type néo-ancien : ce ne sera pas du « cyber-punk » !

Dans un tel contexte, la population humaine diminuera considérablement. Peut-être passera-t-elle en dessous du milliard d’individus. Cela ne veut pas dire que les gens n’aimeront pas leurs enfants ou n’aimeront pas faire des enfants, bien au contraire. Mais il mourra beaucoup d’enfants, même après la Grande Stabilisation du monde, comme il mourra beaucoup d’adultes.

En revanche, il est très probable que nous ayons des peuples long-vivants à la Raymond Ruyer, c’est-à-dire des gens peu nombreux, mais ayant le souci du temps, plus que de l’espace.

Cette humanité peu nombreuse, à l’espérance de vie faible, à la forte mortalité infantile (on a connu cela jusqu’au XXe siècle), mais en définitive nataliste, dynamique, pragmatique, aura à cœur de se soucier de l’avenir, du temps, notamment de l’avenir des enfants : un soin « jardinier » du temps (ce dont la bourgeoisie gauchiste, écolo-mondialiste et transhumaniste actuelle, ivre d’immédiateté, se fout éperdument, préférant sillonner l’espace en avion, tout en interdisant à l’ouvrier de rouler dans sa vieille guimbarde à diesel).

 

III — Une civilisation hypo-connectée

Peu de penseurs, aujourd’hui, envisagent la prochaine disparition de l’informatique et d’internet, de manière totale ou partielle. La plupart de nos universitaires bourgeois, gauchistes ou libéraux, envisagent les connexions actuelles comme un stade définitif de l’humanité. Ils oublient un peu vite qu’on ne pourra pas produire à l’infini ces merveilleuses machines qui engendrent d’ailleurs, malgré de timides recyclages, des montagnes de déchets, au final, inutilisables.

Nos profs, nos penseurs, nos savants, nos activistes même me font penser à ces braves religieux du Moyen Âge qui croyaient, en toute naïveté, que leurs talents de moines-copistes allaient survivre à l’invention de l’imprimerie ! Sauf qu’aujourd’hui, nous sommes dans la même situation, mais en mode inversé. C’est l’imprimerie numérique, et le numérique tout entier qui ne survivront pas à la Grande Simplification.

Ainsi, on peut subodorer qu’en l’an 2222, les penseurs n’imprimeront plus que sur des machines proches de celles des Lumières, ou encore ils n’écriront plus qu’à la main, ou même : ils donneront congé à la civilisation de l’écriture pour adopter de nouvelles cultures de l’oralité pure, ou l’on se récitera des poèmes scientifiques de père en fils, un peu comme dans la vieille culture druidique gauloise, avant que Jules César n’impose le marbre et le latin de la République romaine.

 

Conclusion : à l’horizon 2222…

N’oubliez jamais que la santé, le bonheur, l’amour, la beauté, la jeunesse, la joie de vivre, le bon sens, le pragmatisme, la force physique, l’intelligence… toutes ces belles choses existaient avant l’hyper-technologie et existeront encore après.

Ainsi, chers Lecteurs, mes héros et moi-même nous vous souhaitons par-delà les siècles une bonne, joyeuse et dynamique année 2222 !

 

Vidéo de Florian Mazé sur le « lowtechpunk »

https://youtu.be/4Kdk9XeNSW0

 

 

Vidéos utiles :

 

Vincent Mignerot : Anticiper l'effondrement ? [EN DIRECT]

 

L'impasse de l'anticapitalisme - Conférence Sciences Po Lyon

 

L'effondrement : inéluctable ? par Vincent Mignerot

 

Est-il raisonnable de craindre le pire ? - avec Arthur Keller et Fabrice Flipo

 

Conférence P. Servigne / Un avenir sans pétrole ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Louis Louis 27 décembre 2021 19:01

    Ah bien vous monsieur Mazé mon cher vous êtes accroc au chiffre 22

    Article Titre année 2222

    Votre chaine YouTube avec 22 abonnés

    bref article 22 : Démerde toi comme tu peux (en 2022)

     smiley


    • ddacoudre ddacoudre 28 décembre 2021 01:55

      Bonjour

      Votre sujet m a interpellé, pour avoir passé ma vie a milité c’est souvent que je me suis projeté vers le futur en m’interrogent sur les raisons de notre évolution.

      10000 ans de luttes contre la rareté n’a trouvé un aboutissement qu’après une lente évolution des savoirs. C’est à dire de l’intelligence humaine à observer le monde et en retirer nécessaire pour survivre.
      Mon premier essai fut ’rémunérer les hommes pour apprendre« actuellement je travaille sur mon dernier, »la nouvelle économie ou la conquête de l’incertitude" je n’ai pas arrêté définitive le titre. Votre vision catastrophiques n’est pas invressemblable. Toute espèce est soumise à un processus d’auto régularisation entre la population et sa consommation dans un espace fini, la terre. Également j’ai indiqué que le confort de vie dans tous les pays riche et l’incertitude des lendemains étaient favorables à la dénatalité.
      J’ai également observé que dans le temps historique, nôtre période de prospérité ne représente pas grand chose, mais surtout que notre maturité intellectuelle en était au stade primitif de l’enfant dans la recherche du plaisir immédiat que represent le capitalisme.
      Les partisans de la décroissance ne sont pas entendus.
      Notre espoir pour le futur sera l’économie de la connaissance. Car proportionnellement aux cerveau disponible une poignée ridicule sont des chercheurs.
      En 1969 nous avons manqué l’éducation permanente, dans les années 80 j’ai reproposé l’éducation rémunéré pour se substituer aux destructions d’emplois en vain.
      Si dans le futur nous ne le faisons pas votre scénario aura lieu.
      J’ai conclus mon essai en pariant sur la mécanique quantique.
      Elle peut répondre à cette question qu’a posé Hawking : comment un flux d’énergie qui circule sans but dans l’univers peut il donner la vie.
      Poser ce questionnement c’est déjà avoir un horizon, il nous reste à instruire des Hawking.
      Cordialement ddacoudre overblog
      https://admin.over-blog.com/1463119/write/76125380


      • jjwaDal jjwaDal 28 décembre 2021 12:18

        Le passé éclaire souvent le présent et parfois l’avenir. Voyez où sont les prévisions des Cassandres qui prévoyaient un monde incapable de donner à manger à des masses humaines « incontrôlables » où ceux qui voyaient le pic de pétrole conventionnel comme une fin de partie.
        La réalité est qu’avec une humanité à l’alimentation fortement végétalisée on pourrait nourrir plus de 20 milliards d’humains et il est douteux qu’au pic on atteigne la moitié de ce chiffre. Ensuite la décrue de la population est inévitable, il suffit de voir le non remplacement (hors immigration) de la population dans quasiment tous les pays avancés. On peut douter qu’elle se fasse de façon brutale (hors cas dystopie).
        La raréfaction des ressources est elle même à pondérer. A part l’aviation, on pourra électrifier la totalité du parc mondial de véhicules et les multiples sources d’énergie aval de cette infrastructure feront sa résistance aux chocs. Le seul abandon de l’automobile en tant que propriété privée diviserait le parc mondial par un facteur 10 à service rendu équivalent. Le végétarisme divise les surfaces à utiliser (énergie, eau, etc) par un facteur voisin de 6, toujours à service rendu équivalent.
        L’erreur majeure des « Doomsdayers » est de croire que la gaspillage est inévitable (on a une marge de manoeuvre énorme) et que les éléments du tableau périodique sont tous indispensables. Quand le cuivre, le lithium, le néodyme et les autres « manqueront » (pas dans l’absolu), d’autres prendront leur place. En fait l’avenir est déjà étudié intensivement et passe par des constructions utilisant majoritairement des éléments (C, N, Na ,O, H, etc...) qui ne peuvent pas manquer. L’ère du métal finira par trouver son pic, personne ne pense autrement, même si tout le monde ne commet pas l’erreur de penser que la Terre est un système fermé.
        L’essentiel de l’énergie disponible (99,99%) sur Terre provient de notre environnement spatial. Or, si un projet comme celui de SpaceX (appuyé par la NASA et le DoD) réussi, nous aurons ouvert l’exploration et l’exploitation des ressources incommensurables du système solaire.
        Je suis presque sûr qu’on en aura jamais besoin sur Terre, mais si nécessaire elles seraient à disposition.
        Idem pour l’expansion humaine dans le système solaire. D’immenses cités souterraines d’abord (tubes de laves) puis en surface sont concevables sur Mars en utilisant à 99% les ressources locales.
        Voyez l’essor passé du transport aérien qui après 70 ans n’a pour utilisateurs réguliers qu’une infime fraction de la population mondiale et tient essentiellement en externalisant ses coûts sur l’environnement et la société. Je n’ai jamais vu d’armée de chômeurs et SDF brandir des fourches en manifestant pour son abolition et le transfert des richesses qu’il engloutis vers les plus démunis...
        Votre futur à deux siècles ne me parait pas probable, mais je pourrais me tromper autant que vous.


        • Djam Djam 28 décembre 2021 12:21

          @ Florian

          Votre article s’apparente davantage à une prophétie qu’à une analyse sérieuse, non ?

          La multiplication des prophéties, des descriptions anticipatives et autres hypothèses « disruptives » sont le symptôme de toutes les civilisastions en fin de cycle.

          Le courant écolo gogo et son « changement climatique » supposé détruire le monde n’est rien d’autre que celle de nos gaulois qui, assurent-on, craignaient que « le ciel leur tombe sur la tête » smiley


          • zygzornifle zygzornifle 28 décembre 2021 13:24

            Prévision 2022 :

            Masque, geste barrière, pass vaccinal, quatrième injection puis la cinquième, 

            Et il est fortement conseillé sous peine de LePen de voter Macron aux présidentielles ....


            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 28 décembre 2021 14:03

              @zygzornifle
               
               ce serait pas plutôt :

              Et il est fortement conseillé sous peine de LePen de voter Macron aux présidentielles ....

               ?


            • jjwaDal jjwaDal 28 décembre 2021 15:28

              @Francis, agnotologue
              Pas plutôt conseillé sous peine de Macron de voter LePen aux présidentielles ?...


            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 28 décembre 2021 17:52

              « La civilisation du futur sera aux antipodes de l’actuelle société techniciste post-moderne. »


              Parfaitement d’accord. Ce ne sera pas en 2222, ce sera peut-être bien plus tôt.

              Ce sera pour une ou deux générations suivantes.

              Nous sommes peut-être à la charnière entre un ancien monde et un nouveau dans lequel « nice to have » n’aura plus cours.


              • martinez 29 décembre 2021 18:37

                J’ai récemment demandé à des élèves de seconde ce qu’ils pensaient des scénarios « collapsologiques » ou catastrophistes, des dystopies et du survivalisme. Je leur ai même signalé votre roman 2193. Mais sur leurs feuilles de devoir ils ont tous dit qu’ils n’y croyaient pas trop. Cela dit, 2222 c’est encore loin. En attendant, bonne fin d’année cher confrère.


                • zygzornifle zygzornifle 30 décembre 2021 12:39

                  Dans quelque temps quand on s’apercevra que les vaccins ne servent a rien on accusera encore les non vaccinés même s’il n’en reste plus qu’un seul ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité