• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Message adressé aux associations féministes - Journée contre la violence (...)

Message adressé aux associations féministes - Journée contre la violence faite aux femmes

Message adressé aux associations féministes

Journée contre la violence faite aux femmes.

Lutter contre la violence, défendre les femmes n'est pas réduire la femme au statut de victime et l'homme à être potentiellement un violent présumé coupable

Bonjour,

Je suis profondément opposé à toute forme de violence et tout acte, quel qu’il soit, de domination. Cela bien que la violence et le désir de domination(1) soient intrinsèques à la nature humaine (identique quel que soit le sexe) et donc impossible à éradiquer. Seule la culture peut (et doit selon moins) conduire à la contention de cette faiblesse (faiblesse, selon moi) humaine.

Mais, je pose une question à toutes les féministes (tout en soutenant toute cause promouvant l’extinction des ségrégations et dominations envers tout alter ego, toute culture, toute idéologie, croyance et religion humaniste).

Est-il possible, pour vous, de parler de violence sans réduire la femme à une simple victime et l’homme à un dominant violent en puissance voire même présumé coupable ?

Cette attitude est stigmatisante autant pour les femmes que pour les hommes.

Rappelons que la violence s’inscrit TOUJOURS dans une relation toxique dans laquelle TOUS les partenaires sont acteurs et coresponsables. Certes, aucune violence n’est justifiable mais aucune violence ne vient de nulle part.

La propension à présenter les femmes comme victime, souvent avec une volonté de revanche au surplus, et culpabilisant les hommes plutôt que d’inscrire le combat « égalitaire(2) » dans un combat socioculturel, est une dérive qui nuit en premier aux femmes.

N’oubliez jamais que si les femmes utilisent moins le poing, elles sont les championnes, et entre-elles pour commencer, dans l’usage de la violence psychologique au moins aussi destructrice que la violence physique. La violence physique est d’ailleurs très souvent la réponse à la violence psychique qui a l’avantage de ne pas laisser de trace même si les séquelles sont aussi durables et destructrices que les séquelles de la violence physique.

Rappelons aussi que la Femme est celle qui éduque en premier les enfants. Elle est, tout autant que l’homme, inscrite dans la culture et l’histoire de notre société. La domination socio-masculine n’est donc pas le fait d’un homme anthropologiquement macho et violent vis-à-vis des femmes.

A propos de la pénalisation du harcèlement, des incivilités, du port de signes religieux, des « fake neuws » … on peut parler de néo-puritanisme en ce que cela indique que notre société fantasme la possibilité d'une société policée (pure), c'est à dire une société sans conflit, de facto, sans contact avec l'autre, la différence, l'alter ego. Une telle société est l'utopie d'une dictature parfaite où tout un chacun est le même que' tous, ou la liberté n'existe plus, la fraternité pas plus mais où aussi l'égalité a disparu car l'égalité repose sur un préalable qui est la reconnaissance que toute différence vaut une autre et qu'elles ont toutes droit d'être.

C'est bien contre TOUS les recours -sans spécification- à la violence (quelle qu'elle soit) qu'il faut agir. N'excluez personne de vos combats et surtout pas sur base du sexe.

 

Je soutiens votre combat dans ces limites.

Bien à tous(3)

1. Y compris toute forme de colonialisme, d’impérialisme, d’exploitation humaine… et exclusion ou rejet.

2. Mot bien flou et prêtant à bien des confusions. Pour moi l’égalité n’a de sens que par la reconnaissance préalable des différences. Aujourd’hui les combats se prêtent, souvent non pas à la défense et la promotion de l’égalité, mais à un combat pour que tous soient pareils ; Ce qui n’est pas la même chose, car être tous pareils, c’est refuser la différence et donc l’égalité entre différences.

3. Lorsque j'écris tous, tous inclus Femmes et hommes, ça va s’en dire et sans nécessité de novolangue ou d’écriture « inclusive » imposée par acte de domination (d'autorité).

"Tous" est parfaitement inclusif alors que "tous.tes.N." est extrêmement discriminant. [N (neutre) ou A (autres) pour les LGBT. et pourquoi pas, en plus, H pour les personnes en situation d'handicape... etc.]

"Tous.tes.N." écrivez-moi "tout" en 4 lettres https://www.facebook.com/images/emoji.php/v9/f57/1/16/1f609.png et n'essayez pas de le lire, ce charabia idéologique, à haute voix ou même de le lire intérieurement sans perdre tous sens à votre lecture.

Imposer l'écriture inclusive c'est nier la culture, c'est renoncer à son passé et donc à son avenir. La culture n'a pas à s'imposer par des actes de domination (d'autorité). Je ne suis pas partisan de l'Académie française, institution qui a pour fonction de figer la langue d'autorité. Mais je ne suis pas plus pour toute autre injonction d'autorité pour imposer des féminisations, des novolangues, des orthographes ou des écritures exclusives (et non pas inclusives puisqu'elles formalisent la distinction).


Moyenne des avis sur cet article :  2.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Eric F Eric F 1er décembre 2017 12:05

    On ne peut pas ainsi généraliser que la violence soit toujours dans une relation dont tous les acteurs [au sens global, c’est à dire tous les acteurs masculins et toutes les actrices féminines] sont co-responsables, car cela voudrait dire qu’il n’y a jamais de victime innocente dans aucune situation de violence. Par contre, il arrive parfois que ce soit le cas, et que la violence physique soit en riposte -inacceptable- à de la violence psychologique.


    • sarcastelle 1er décembre 2017 12:43

      La violence psychologique féminine s’exerce par l’infantilisation du conjoint qui devient un gamin chez une seconde maman, par la menace sous-entendue mais très claire des conséquences quasi-mathémariques pour le monsieur d’une séparation en particulier lorsqu’il y a des enfants, ainsi que du refus charnel chronique et de la bouderie à répétition qui transforment la mise en ménage en une escroquerie pure et simple. On peut ajouter les coups féminins à peu près garantis de l’impunité, et qui se retourneront contre le conjoint s’il s’avise de résister autrement qu’en s’enfermant dans les cabinets (gare à lui si d’une torgnole dissuasive il arrête l’hystérie d’une gifleuse compulsive). 

      .
      Les femmes sont tout simplement du même degré moral que les hommes, des saintes et des productrices de fumier, mais leur fumier est beaucoup mieux organisé et très couramment présenté avec succès comme venant (exclusivement) du bonhomme. 
      Les présidents successifs peuvent différer dans leur façon de voir la question : les uns gracients après condamnation, les autres se mettent presque à la tête d’un mouvement politiquement intéressant.

      • sarcastelle 1er décembre 2017 12:44

        @sarcastelle

        .
        « gracient » ! smiley

      • sarcastelle 1er décembre 2017 14:25

        Les commentaires ne viennent pas vite, mais il faut dire que le texte de présentation de l’auteur n’est pas fait pour donner envie !


        • sarcastelle 2 décembre 2017 07:02

          A propos, (texte de présentation de l’auteur) : « pérenptoir » s’écrit « péremptoire »


        • Étirév 1er décembre 2017 16:05

          Bonjour,

          Pour connaitre l’origine de la violence chez l’être humain, il faut connaitre la loi des sexes.

          Faire luire sur cette question la lumière définitive de la science, c’est donner à l’humanité le moyen de sortir de l’état de malaise général que le malentendu sexuel a causé dans le monde. Il faut, une bonne fois, que chaque sexe sache comment l’autre aime et pense, afin d’éviter les heurts qui blessent l’amour-propre et finissent toujours par faire de deux amoureux deux ennemis irréconciliables.

          PSYCHOLOGIE ET LOI DES SEXES

          Cordialement.





          • mmbbb 2 décembre 2017 09:50

            @Étirév au paragraphe «  PROCESSUS RÉGRESSIF DU CERVEAU DE L’HOMME » je me suis bien marre, L auteur est il Dugue Bernard de ce media ? cela lui ressemble Une phrase au hasard " C’est, évidemment, quand nos ancêtres primitifs traversèrent, pour la première fois, cette crise, qu’ils inventèrent le vêtement pour se cacher. " quelle date quelle periode quel lieu ? il y a 30 000 ans sous nos latitudes c etait age glaciaire , et nos ancêtres n avaient qu un but essentiel la survie , je les vois mal chasser a poil a - 10 degre Artcile poilant et désopilant que j ai survole 


          • Taverne Taverne 1er décembre 2017 16:22

            Toute violence faite aux femmes est une violence faite à l’humanité. Mais...

            Mais on ne peut pas policer toute relation sociale d’ordre sexuel ou amoureux. Il existe des comportements qui relèvent :

            - de la parade amoureuse ou du ballet amoureux (ceci en commun avec de nombreuses espèces animales) : faut-il les interdire ?

            - du jeu. Quand les partenaires ont accepté en commun les règles et fini la partie, il n’est pas d’usage que l’un vienne dire rétrospectivement « finalement, je n’étais pas d’accord ». La réponse adéquate est soit de ne pas prendre part au jeu soit, si la partie est engagée, dire « pouce, j’arrête, les règles ne me conviennent plus du tout ». Des femmes qui ont accepté les règles (ont couché) et viennent se plaindre ensuite, veulent le beurre et l’argent du beurre. Faut-il interdire toute forme de jeu amoureux ?

            - de la la violence inhérente à tout couple : la femme a elle aussi certains pouvoirs et elle aussi chercher à en abuser. Actuellement, plusieurs d’entre elles utilisent la libération de la parole pour abuser de leur pouvoir sur les hommes ou obtenir quelque chose de l’Etat ou de la société (un brevet de soumission chez les collégiens). La délation parfois même leur est une arme.

            - de la violence spécifique à la relation de domination sociale. Ce n’est pas le genre qui est en question, c’est le lien de subordination ou de domination d’une personne sur une autre. Le traitement du problème doit se faire notamment dans le cadre des relations de travail.

            - de l’incivilité. Là, on peut agir aussi.


            • mmbbb 2 décembre 2017 09:38

              a l auteur ne vous fatiguez pas trop la féministe moderne occidentale est devenu hystérique , des vrais tares . Quel est désormais le but de leur combat ? interdire l usage du mot « mademoiselle » retranscrire toute la littérature francaise en orthographe inclusive et in fine l ultime combat que l on depause nos burnes aux vestiaires afin que l on devienne un homme femme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès