• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Metformine, un vieux médoc pour de nouvelles idées : cancer, longévité, (...)

Metformine, un vieux médoc pour de nouvelles idées : cancer, longévité, cerveau + video

Activer la production naturelle de nouveaux neurones à partir des cellules souches endogènes de l'hippocampe (structure centrale du cerveau jouant un rôle important dans la mémoire à long terme, la neurogenèse et les capacités spatiales), voilà qui pourrait s'avérer très facile à mettre en oeuvre et sans aucun danger, grâce à la Metformine (1, 2) - en France, Glucophage®, médicament antidiabétique oral le plus prescrit mondialement (depuis 60 ans). Depuis peu, des travaux de recherche toujours en cours de l'Université de Toronto ont pu mettre à jour le potentiel neuronal de cette molécule connue depuis 1922 et classiquement utilisée comme palliatif oral au diabète de type II (80% des types de diabètes, pour l'essentiel induits par de mauvaises habitudes alimentaires). Par ailleurs, il se trouve assez heureusement que cette molécule est également parmi les moins chères sur le marché, notamment grâce à l'expiration des brevets la concernant.
 
L'étude (3, 4), publiée le 6 juillet 2012 dans Stem Cell (Cell Press), montre que la Metformine promeut la neurogenèse de manière "naturelle". En effet, elle active la voie de signalisation de l'aPKC (atypique Protéine Kinase C) dans le cytoplasme des cellules souches pluripotentes (et endogènes) de l'hippocampe, ce qui conduit à l'activation de la protéine CBP par phosphorylation sur son site pS-456 (acide aminé sérine n° 456). La CBP vient alors se fixer sur le promoteur de différents gènes, ce qui dans notre cas induit la différenciation de la cellule pluripotente en cellule neuronale. Ce mécanisme est d'ailleurs également à l'oeuvre dans le foie via le même système d'activation (de l'aPKC) par la Metformine, et promeut la naissance de cellules hépatiques (ou hépatogenèse, contribuant à une très relative régénération de l'organe).
 
Le docteur Freda D. Miller (vidéo) et son équipe ont pu comparer la quantité de nouveaux neurones dans l'hippocampe de souris bénéficiant de la Metformine (doses mimétique des traitements standards chez l'Homme) à celles qui n'en ingéraient pas. Leur comportement relatif à l'apprentissage et la mémoire spatiale a aussi été observé. Les résultats (5, voir aussi la vidéo) indiquent clairement une augmentation de la neurogenèse ainsi que des capacités cognitives liées à l'hippocampe (mémoire et système de compréhension de l'espace).
 
Nous avions relevé récemment le potentiel préventif de la Metformine en première instance de certaines neurodégénerescences telle que la maladie de Parkinson (6, 7, 8). Plus tôt, en novembre 2010, des chercheurs du Deutsches Zentrum für Neurodegenerative Erkrankungen e.V. (DZNE) et du Max-Planck-Institute for Molecular Genetics (Allemagne) avaient découvert (9) que la Metformine pouvait jouer un rôle préventif ou palliatif de la maladie d'Alzheimer, via l'augmentation de l'activité de la protéine PP2A (down-régulée à cause de cette démence), permettant notamment une meilleure suppression des groupes Phosphate de la protéine Tau, limitant ainsi son dépôt néfaste et la formation de plaques. Les scientifiques soupçonnaient déjà (10) les capacités "super-"cognitives du médicament antidiabétique.
 
Peu chère, particulière sûre, avec des effets secondaires référencés depuis des dizaines d'années et des millions de consommateurs de la Metformine, elle accède désormais au statut de "nootrope". On pourrait même parler de "molécule multi-bénéfices", tant ses possibilités thérapeutiques sont vastes (11) : syndrome de Stein-Leventhal, risques cardio-vasculaires, risques de mortalité toutes pathologies confondues, diabète de type II et pré-diabète, stéatose hépatique non liée à l'alcool, prévention des cancers du pancréas, du côlon, des poumons (même chez les fumeurs), du sein et de la prostate, ainsi qu'un effet antitumoral global. Une cohorte de potentialités, qui pourrait aussi être liée à sa capacité de mimétisme de la restriction calorique (avec effet pro-longévité) (12, 13, 14), connue pour augmenter de manière radicale la durée de vie en bonne santé des eucaryotes, mammifères, et de manière significative, celle de l'Homme (15). (Parenthèse : en reconsidérant la vie humaine au Paléolithique on peut apprécier pourquoi la restriction calorique fait partie du programme inné et originel de l'être humain).
 
Coïncidence ? Notre précédent article (16), sur Amplicog, fait une revue actualisée de la Rapamycine (ou Sirolimus), molécule ayant de vastes effets, in fine, quelque peu comparables à ceux la Metformine.

 

Voir aussi :
http://amplicog.fr/
http://amplicog.fr/2012/04/la-metformine-reduit-le-risque-neurodegeneratif/

Références
 :
(1) http://www.eurekasante.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-mgluco01-GLUCOPHAGE.html
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Metformine
(3) Jing Wang, Denis Gallagher, Loren M. DeVito, Gonzalo I. Cancino, David Tsui, Ling He, Gordon M. Keller, Paul W. Frankland, David R. Kaplan, Freda D. Miller, "Metformin Activates an Atypical PKC-CBP Pathway to Promote Neurogenesis and Enhance Spatial Memory Formation", Stem Cell / Cell Press, 6 July 2012. http://www.cell.com/cell-stem-cell/retrieve/pii/S1934590912001749
(4) An Old Drug for New Ideas : Metformin Promotes Adult Neurogenesis and Spatial Memory Formation. http://www.cell.com/cell-stem-cell/abstract/S1934-5909(12)00362-1
(5) Diabetes drug makes brain cells grow. EurekAlert ! 5 Juillet 2012. http://www.eurekalert.org/pub_releases/2012-07/cp-ddm070212.php
(6) La metformine réduit le risque neurodégénératif, Amplicog.fr, Avril 2012. http://amplicog.fr/2012/04/la-metformine-reduit-le-risque-neurodegeneratif/
(7) Hsin-Ni Tsai, Mark L. Wahlqvist et al., "Metformin-inclusive sulfonylurea therapy reduces the risk of Parkinson's disease occurring with Type 2 diabetes in a Taiwanese population cohort.", Parkinsonism & Related Disorders, Apr. 12, 2012. http://www.prd-journal.com/article/S1353-8020(12)00094-6/abstract
(8) Metformin Can Substantially Reduce the Risk of Parkinson's Disease in Diabetes, Apr. 16, 2012. http://www.alphagalileo.org/ViewItem.aspx?ItemId=119321&CultureCode=en
(9) E. Kickstein, S. Krauss, P. Thornhill, D. Rutschow, R. Zeller, J. Sharkey, R. Williamson, M. Fuchs, A. Kohler, H. Glossmann, R. Schneider, C. Sutherland, S. Schweiger. "Biguanide metformin acts on tau phosphorylation via mTOR/protein phosphatase 2A (PP2A) signaling". Proceedings of the National Academy of Sciences, 2010. http://www.pnas.org/content/107/50/21830
(10) Diabetes Drug could work against Alzheimer’s, 2010. http://www.dzne.de/en/about-us/public-relations/press-releases/news-detail/news/diabetes-medikament-koennte-gegen-alzheimer-wirken.html
(11) http://en.wikipedia.org/wiki/Metformin#Medical_uses
(12) Metformin as Calorie Restriction Mimetic, fightaging.org, 02 sept. 2008. http://www.fightaging.org/archives/2008/09/metformin-as-calorie-restriction-mimetic.php
(13) Vladimir N. Anisimov, Anna V. Semenchenko et al., "Metformin slows down aging and extends life span of female SHR mice", Cell Cycle / Landes Bioscence, September 1, 2008. http://www.landesbioscience.com/journals/cc/article/6625/
(14) Metformin slows down aging and extends life span of female SHR mice. (PubMed) : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18728386
(15) Evi M. Merckena, Rafael de Cabo et al., "Of mice and men : The benefits of caloric restriction, exercise, and mimetics", Ageing Research Reviews / Elsevier, 20 December 2011. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1568163711000729
(16) La Rapamycine augmenterait la mémoire et l’espérance de vie tout en réduisant l’anxiété et la dépression, Amplicog.fr, Juillet 2012. http://amplicog.fr/2012/07/la-rapamycine-augmenterait-la-memoire-et-lesperance-de-vie-tout-en-reduisant-lanxiete-et-la-depression/

Auteur : A.E. / © Amplicog.fr / Tous droits réservés.
Pour contacter l’auteur : contact@amplicog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Torvald 14 juillet 2012 15:57

    Bonjour

    Tout cela est bel et bien.
    Mais quid du patient ordinaire sans pathologie excessive, juste un petit diabète.

    En plus « des effets secondaires référencés depuis des dizaines d’années » : diarrhées, brûlures d’estomac, remontées gastriques, il faut rajouter

    • perte de la mémoire immédiate (de la mémoire longue ?)
    • perte de l’ attention
    • oubli de la position des objets usuels déplacés, telephone, clés, argent, carte bancaire etc...
    • troubles du sommeil, assommé après midi et réveil précoce vers 3H am
    • énervement, susceptibilité accrus, moindre patience vis à vis des incidents ordinaires (exemple comment sortir de cette liste à points pour réecrire en texte normal)
    • affaiblissement de toute envie y compris sexuelle

      Pour un conducteur en voiture voici quelques pépins qui sont arrivés :

    • brûlé un feu rouge non vu
    • fait le tour entier d’un rond point, c’est le passager qui l’a fait remarquer, avant qu’on s’en aperçoive
    • endormissement heureusement maîtrisé avec arrêt sur les aires obligatoire

      Donc si c’est pour être transformé en zombie, mieux vaut essayer autre chose, le Xelevia ou autre.


    • Nicolas QC 14 juillet 2012 16:34

      Quelles sont tes sources Torvald ?

      Sinon quand on lit le titre « cancer, longévité, cerveau » on croirait à une forme de sarcasme, mais non ? La Metformine n’a réellement que des effets positif ?
      Je vais regarder les sources pour avoir plus d’infos :) Surtout que l’on commence à avoir du recul sur cette dernière, 60ans c’est pas rien.
      Merci pour l’article !

      • Torvald 14 juillet 2012 19:57


        Mes sources  ??? mais moi-même pardi

        Avec des exemples concrets appliqués à la conduite automobile
        N’ayant plus que 3 points suite aux flashs radars la nuit - étant à
        moitié ensommeillé, l’attention se relâche - ce sera 250 eur
        le stage de récupération de 4 pts.

        Depuis l’abandon de ce « vieux médoc » ça va nettement mieux.


      • Nicolas QC 14 juillet 2012 16:35

        effets *négatifs 


        • Nicolas QC 14 juillet 2012 16:36

          oups, je le *positif était bon, je suis pas attentif moi...


        • robespierre55 robespierre55 14 juillet 2012 17:10

          Bon, ça commence mal : « l’ hippocampe ... jouant un rôle important dans la mémoire à long terme... »

          Pas du tout.
          C’est avant tout la mémoire épisodique donc événementielle qui est gérée par l’hippocampe.
          Le reste est à l’avenant...


          • BOBW BOBW 14 juillet 2012 20:43

             HI,hi,hi :L’hippocampe doit avoir trouvé des fûts de vieux Médoc dans une épave et se « bourrer » régulièrement !  smiley


            • katakakito 14 juillet 2012 21:41

              M. Adrien E. vous travaillez pour quel firme pharmaceutique ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

mccartney


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès