• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Metzner, l’impossibilité d’une île

Metzner, l’impossibilité d’une île

Il y a un an, le 17 mars 2013, Maitre Olivier Metzner quittait la barre. Quittait le barreau, ses barreaux de chaise aussi, pour prendre la barre de son zodiac, au large de son île privée de Boëdic. Il quittait la barre pour se mettre à la baille, lui et tout ce que ça voulait dire. Il choisissait la mise à l’épreuve en refusant le sursis qui va avec. Un an et on n’a toujours pas compris « pourquoi lui ? », ni si c’était équitable ou non, ce procès définitif avec sa vie. Un an et son ancien client Jérôme Kerviel, le trader casse-noisettes, le nouveau marcheur frénétique tendance chemin de Damas, version « tous les chemins viennent de Rome », vient d’être définitivement condamné à la prison par la Cour de Cassation. Un an déjà et (la succession de Me Metzner étant réglée) son ile est de nouveau en vente, 8 millions d’euros. Mais Kerviel, le boursicoteur-fou de la Défense, échappe aux 4,9 milliards d’euros de pénalités. « Est-ce que ce monde est sérieux ? », chantait en des temps immémoriaux le gratouilleur moustachu d’Astaffort, conseiller municipal en fin de mandat.

C’est pas pour faire mon Houellebecq, mais cette collision de faits divers de fin d’hiver pollué aux particules élémentaires (fines), l’anniversaire de la mort de Me Metzner, la mise en vente de l’Ile où il a tout envoyé balader – veaux gras, vaches à lait de contribuables, cochons de payants et œil de perdrix-, avec les spots allumés en grand et la musique à fond, et puis Kerviel touché par la grâce d’une entrevue papale et qui se met à faire son Compostelle à lui, tout seul, sans même un chéquier sur lui, rien, pas même une carte Visa Premier, rien j’t’y dit, la vérité si je mens, ben…ça m’a interpellé.

Peut être que j’ai tort, me direz-vous. De même que Bashung déplorait dans un accès de lucidité sobre « j’m’ acolyte trop avec moi-même », il est possible qu’un rien m’interpelle.

Que je devrais plutôt siffloter un air de Marquise bien portante, arrêter de lire Houellebecq, penser plutôt aux particules élémentaires en suspension, en train de faire une partie fine, jupes relevées, avec les particules de Rudolph Diesel, l’inventeur du fuel lourd, le pourfendeur de nos alvéoles pulmonaires, la Mata-Hari de nos artères bouchées comme le périph à 20H00. Mais non, il ne faut pas désespérer Sochaux et la dieselisation du bon peuple de France.

Il faut oublier, me dit-on, le trou de 4,9 milliards laissé par le rapace Kerviel dans ma banque, dont du coup la tour de La Défense ne tient plus, les jours de grand vent, que par le parachute doré de son PDG.

Me dire que la rédemption par la marche, c’est beau. Que quelques ampoules aux pieds valent bien rachat pour des années de trading hyper –fréquences.

Que l’Ile de Boëdic, c’est beau.

Parce qu’on y pense, le soir venu, à ce petit bijou noir :

Sans doute y-t-il pensé aussi Olivier Metzner, sur sa barque, avec ses poumons de flanelle, à ce chien de mer libéré sur parole…

Mais j’y arrive pas.

J’ai en mémoire une robe noire avec des décorations scotchées dessus qui portait debout malgré lui un homme massif au pas lourd, une démarche lente et lasse de bouledogue, mais un œil carnassier prêt à désosser qui baisserait la garde.

Une voix nasillarde et hachée qui m’appelait au téléphone toutes les deux heures, à Vilnius, en d’autres temps. Une attention soutenue, un sens abouti du détail.

Et puis la rencontre physique avec un regard madré, mais aussi une modestie réelle sous l’apparente crânerie. Ce regard relevé sur des bésigues de notaire, ce look de comice agricole dans une vente de Massey Ferguson, cette apparente banalité de pension alimentaire et de prestations compensatoires plaidées à Limoges.

Et pourtant, c’était le plus grand de la place de Paris (quand Dupont-Moretti est en vacances, du moins.)

Le mystère d’Olivier Metzner, ce n’est pas seulement celui de sa mort, c’est celui de toute une vie.

Le mystère de la solitude peuplée.

La faiblesse des tous puissants, qui nait de la force décuplée des perdants.

Metzner aura été, successivement, les deux. Le dernier aura nourri le premier, qui n’aura pas su se défendre de lui-même, selon le mot d’un de ses associés.

Peut être.

Le sort fut sans doute scellé, sans scellés, dans une ferme de Normandie, dans les années 60. Les humiliations de chien de ferme, ces choses que la mémoire n’amnistie jamais. Les gens qui ne s’aiment pas, mais qui aiment ce qu’ils sont devenus, et puis qui n’aiment plus ce qu’ils sont devenus, parce qu’ils ne s’aiment pas.

Ceux qui se sont trop chargé la barque. Alors ils prennent leur barque sur le Styx avec Charon qui rame ses années de galère dans le container, que fine Champagne, Cohiba, Cognac, îles et hôtels particuliers n’ont pas adouci.

Oui, il nous faut oublier Houellebecq et la possibilité de son île.

La mort d’Olivier Metzner est là pour nous rappeler Cioran et son définitif :

« Puisqu’on ne se souvient jamais que des échecs et des humiliations, à quoi donc aura servi tout le reste ? ».

Un an que les volutes des cigares de Me Metzner se sont tues. Chez les khmers verts du politiquement correct, on exultait, avec tournées générales de Champomy. Les plus fous se déglinguaient à la Salvetat.

Mais hélas, un an plus tard, tout est à refaire, nous voilà dans le smog dieséliste. De là-haut, Metzner rigole sans doute : si on le lui avait demandé, il aurait sans doute défendu Rudolf Diesel, en son temps, avant qu’il ne finisse à l’eau, lui aussi.

Tout se plaide. C’est sans doute cela qui est fatiguant. Faire semblant.

Pour le reste, on peut toujours marcher.

C’est ce que m’a dit à midi le garçon de la brasserie où j’ai mes habitudes. J’ai commandé une andouillette frite (c’est ma façon à moi de me suicider, parce que je n’ai ni île privée ni barque) et il a répondu en beuglant vers les cuisines : « ça marche »…

Bon, c’était juste un billet pour vous dire que ça fait un an que Me Metzner est mort, qu’on continue à nous prendre pour des andouilles et qu’il ne faut pas abuser des andouillettes-frites, surtout quand les particules fines sont de la partie du même nom. Et que la bleusaille gouvernementale verdâtre nous demande de ne pas faire d’impair – et manque – avec nos plaques d’immatriculation.

Et de chloroformer nos bataillons.

 - - - - - - - - - - - - - - - - -

Crédit photo : Stéphanie Kaim et Google Map

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 mars 2014 11:55

    Joli trait d’humeur printanier qui donne envie sur ce lien vers l’ île privée de Boëdic : http://www.parismatch.com/Actu/Societe/L-ile-de-Boedic-l-ultime-refuge-d-Olivier-Metzner-230408...ceci permet de mieux comprendre l’homme et son lien avec l’océan


    • Vipère Vipère 20 mars 2014 12:49

      Un petit coin de paradis qui n’ aurait pas tenu ses promesses de félicité ? smiley


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 mars 2014 13:10

        Salut Sandro . Longtemps qu’on n’avait plus lu votre plume talentueuse .
        Où l’on apprend que vous avez travaillé sur un certain dossier ...


        • In Bruges In Bruges 20 mars 2014 14:16

          Hommage brillant, sables émouvants.
          Merci pour lui.


          • Yohan Yohan 20 mars 2014 15:51

            Salut Sandro, le retour

            Ce coin, c’est mon spot préféré. Je vois cette île lorsque je fais bombance d’huîtres chez Cap’tain marée. Il m’arrive de penser à cet homme et à sa carte visa qui git au fond de l’eau. C’est terrible de passer comme ça à côté des choses simples. Je ne connais pas sa vie mais c’est quand on en voit la fin qu’on mesure la vacuité des pince fesses et des carrières stressantes. I

            • rocla+ rocla+ 20 mars 2014 16:02

              Le sort fut sans doute scellé, sans scellés, dans une ferme de Normandie, dans les années 60. Les humiliations de chien de ferme, ces choses que la mémoire n’amnistie jamais. Les gens qui ne s’aiment pas, mais qui aiment ce qu’ils sont devenus, et puis qui n’aiment plus ce qu’ils sont devenus, parce qu’ils ne s’aiment pas.


              Comme elle est con la vie ...

              • COVADONGA722 COVADONGA722 20 mars 2014 17:57

                 


                yep , l’ami Sandro se fait rare , pour quelques un « dont l’âne » on en apprécie d’autant ses textes . Une « petite musique » de celle que moi j’aime a entendre car in fine :
                Est-ce ainsi que les hommes vivent


                Asinus : ne varietur 



                • Clouz0 Clouz0 20 mars 2014 20:06

                  Il y a des vies à haut risque et des métiers à hauts risques, surtout quand on ouvre les yeux. Seul.

                  Et puis, comment vivre quand on ne doit rien à personne ?

                  Mais il faut quand même tenter, on ne sait jamais ça pourrait marcher.


                  Ça aurait pu.

                  • Wald 22 mars 2014 00:44

                    mais c est que ca veut rien dire, meme des paroles de c jerome en fin de parcours ont plus de sens. t as du faire parolier pour les generiques du club dorothee, ca expliquerait une telle nullite.


                  • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 20 mars 2014 20:36

                    Un plaisir de voir de vieux picts du canal historique passer par ici.

                    @ Asinus : le parallèle Aragon / Metzner m’avait jusqu’ici échappé, mais il fait sens. J’ouvre le dossier et, s’il échet (clin d’oeil à Tic Tac, s’il vient à passer), j’ouvre un réquisitoire introductif d’instance.

                    @Had : ouais, le problème dans la vie, c’est qu’on n’en sort pas vivant.

                    @Clouz0 : oui, cela aurait pu passer, « ça passe » pour tellement de gens... 

                     « Quand on ne doit rien à personne ». Oui, je crois que c’est un bon résumé.

                    Bonne soirée à tous, je ne fais que passer.


                    • bourne 20 mars 2014 21:03

                      Pour se noyer autour de son île, faut en posséder une... Bel exploit donc !


                      • Sharpshooter - Snoopy86 sharpshooter 20 mars 2014 22:17

                        Salut Sandro

                        Un de tes plus beaux textes et un magnifique hommage

                        Comme l’a dit ailleurs Asinus, dommage que ce soit un peu du caviar offert à des gorets qui fort heureusement ne sont pas venus poster sur ton fil ...

                        Il n’a pas résisté jusqu’au bout. sans doute avait-il trop cotoyé l’ignoble et l’ignominieux. Sans doute aussi, à notre différence une ukrainienne à beaux poumons ou une bouteille de Chassagne Montrachet n’arrivaient-elles plus à le consoler de la médiocrité de notre espèce. Il a préféré partir avec ses secrets. Respect ....

                        C’est une tentation qui nous à tous guetté ....

                        Mes amitiés à toi et à Tony

                        Un ancien du canal historique et de la Nationale 7 


                        • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 20 mars 2014 22:41

                          Salut à toi, compagnon des Graves et des « Nuits sans Georges », quand Gisèle clappe dehors...

                          Je n’ai croisé ce monument que trois fois au téléphone et deux fois face à face, et je ne l’ai pas oublié. Suis toujours mal remis de son élégance brutale, et du bras d’honneur qu’il nous a fait en partant.

                          Fais-gaffe au bunker avant le 12..., c’est piègeux,et ça déporte en cas de vent du Nord...


                        • Wald 22 mars 2014 00:38

                          alors t’es revenu traiter les autres de goret, mais pour qui tu te prends guignol ? t’as vu tes potes ? tu t’es vu ? quant a l’auteur qui opine du chef...

                          toi mon grand je vais me repointer ici une fois en possession d un vrai clavier. aucune conscience morale le gars qui s accoquine avec les pires fachos. quoique, rien de plus normal quand on voit les fines allusions politiques du texte, celles d’ un vieux poujadiste de mes deux.


                        • Yohan Yohan 23 mars 2014 12:16

                          Le Waldingué du bocal devrait prendre ses tranquillisants


                        • Wald 25 mars 2014 16:30

                          Mais pour toi Yohan, le grabataire qui fait faillite, toi qui t’inventait des activités philanthropiques (même Carlos en marathonien est plus crédible), il n’y a aucun médicament, il n’y a rien pour les mythomanes, les affabulateurs et les menteurs pathologiques. 

                          Et encore moins pour les fans de l’autre avorton, comme toi. C’est totalement incurable, même des neuroleptiques par kilos n’y pourraient rien. Seule solution, le suicide smiley smiley

                        • biduline2011 biduline2011 21 mars 2014 09:09

                          Je ne vous connais pas encore car je suis nouvellement dans le coin et je commence tout juste a vous lire tous et toutes, joli texte, j’aime beaucoup !

                          Vous êtes drôle et poète a la fois le saviez vous ?

                          Merci


                          • mortelune mortelune 21 mars 2014 09:46

                            Joli texte, merci !

                            Il y a mille raisons et façons de mettre fin à sa vie dont celle de se faire suicider.

                            • ZenZoe ZenZoe 23 mars 2014 17:44

                              Je me demande qui sont les gogols qui moinssent à chaque fois que quelqu’un dit que le texte est bien tourné - parce qu’il est bien tourné, n’en déplaise aux moinsseurs, un vrai festival de trouvailles...


                              • Tall 9 avril 2014 10:09

                                La médecine légale est formelle : il n’est pas rare de se noyer en tombant sur un bec de gaz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



-->