• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Modem...e la nave va

Modem...e la nave va

Samedi 26 avril étaient réunis à la Maison de la chimie les élus et les candidats aux dernières élections cantonales et municipales. A la suite du Bureau politique transitoire de l’UDF du mercredi 16 avril cette réunion est le deuxième démarrage du MoDem après son lancement officiel le 2 décembre 2007. Y aurait-il un printemps chez les démocrates ?

Ainsi y aura-t-il eu dans la vie du Mouvement Démocrate deux événements majeurs qui cependant ne resteront pas uniques car ils devront se poursuivre. Ils devront se poursuivre concrètement par la réorganisation ou plutôt l’organisation et la structuration du mouvement. En ce sens, le premier conseil national aura aussi son importance car il sera le premier de l’ère du MoDem. Cette réunion de samedi nous apporte deux enseignements principaux : où en est le Mouvement Démocrate aujourd’hui au plein milieu d’interrogations internes et de destruction externe ? Quel est le rôle de la presse en regard du MoDem, une réflexion générale issue de cet exemple particulier dont il faudra tirer les conclusions qui s’imposent ?

Où en est le Mouvement Démocrate aujourd’hui au plein milieu d’interrogations internes et de destruction externe ?

On fait dire ce que l’on veut des chiffres comme nous l’avons vu lors des dernières municipales où la ministre de l’Intérieur a fait un amalgame osé entre toutes les voix de droite hormis celle du MoDem et l’UMP, créant la confusion score de droite et score de l’UMP et en ne citant qu’un seul parti coincé entre la gauche et la droite, le MoDem. De ce fait, remaniant un score réalisé sur 350 listes à l’ensemble de la population, cela permettait à ce gouvernement dont l’honnêteté intellectuelle est à montrer en exemple aux lycéens à côté de la lettre de Guy Môquet chaque début d’année, d’annoncer un chiffre de 3,5 % bien évidemment faux et déstabilisateur. Le mal est fait. Les bûcherons de Sarkozy avaient donné un nouveau coup de hache, cependant le MoDem n’est pas un chêne, c’est pour l’instant un roseau qui va plier et ne pas se rompre. Eh Eh, croyez-vous que je sois aveugle ? Vous mes bons anti-MoDem. Je vous connais. Pour vous le roseau c’est celui qui va tantôt à gauche tantôt à droite. N’est-ce pas ? Non car un roseau il reste planté en terre, celle du Béarn, vous savez celle du bégayeur tractorisé, le raté de Pau (que le roitelet des armées a bien aidé à le faire perdre). Mais pour Lafontaine ou Esope, c’est celui qui résiste aux bourrasques et aux boulets de canon de l’UMP, du PS et... des journalistes paresseux (nous y reviendrons).

Pour votre culture personnelle, voici donc ce que nous apprennent les chiffres officiels du Mouvement Démocrate, dévoilés samedi : 300 maires, à ce jour car tout n’est pas comptabilisé, 2 200 élus municipaux ayant une carte MoDem à jour de cotisation, doublement des villes où il y a au moins un élu MoDem par rapport à l’ancienne UDF, près de 16 % des voix pour les 350 listes présentées par le MoDem dans les villes de plus de 3 500 habitants. Tout ceci est très réconfortant notamment le nombre de villes où il y a des élus MoDem. Ceci contredit bien évidemment l’ambiance générale journalistique. Nous savons pertinemment que la presse ressasse depuis bientôt un an les fuites du MoDem de certains élus, qui se résument à quelques individualités comme Cavada, Lagarde et dans l’entre deux Mercier et Arthuis. Cette presse faisant une répétition lassante et incessante de ces quelques personnalités à faire croire que tout le MoDem est vidé de ses élus. L’enseignement de cette réunion d’environ 1 000 personnes ce qui est vérifiable sur le site de la Maison de la chimie (bouton visite, amphi Lavoisier, 884 places assises sachant que toutes les allées étaient bondées et la partie avant du parterre aussi de personnes debout) va à l’encontre des idées établies.

S’il y a eu des défections, il y a surtout beaucoup de fidèles auxquels vient de s’associer un sang neuf qui en veut. Pour preuve le témoignage à la tribune d’anciens UDF comme le sénateur maire brillamment réélu d’Arras qui soutient fermement la démarche actuelle du Mouvement Démocrate ou celui de jeunes élus qui n’ont adhéré à ce mouvement qu’en courant d’année 2007. Ceux qui croient que cela c’est le signe du déclin, je me permettrais de leur dire que c’est plutôt le double signe de la constance d’un grand nombre d’anciens UDF qui ont décidé de poursuivre leur combat dans l’honneur à défaut de rechercher les honneurs, et de volonté manifeste des nouveaux venus de bâtir un grand mouvement qui a pour volonté et vocation de proposer une autre voie dans le paysage politique français. Tout militant simple n’a pu que se sentir rassuré et renforcé dans sa détermination.

Les chiffres c’est une chose. Savoir que Bayrou est loin d’être seul comme le répète à l’envi tant ses ennemis politiques que la presse, savoir qu’il y a maintenant un maillage important qui couvre l’ensemble du territoire tant du fait du doublement de villes avec des élus démocrates, que par les équipes qui se sont formées et qui, même si elles ont perdu, veulent et vont travailler sur le terrain, est rassurant et enthousiasmant, cela ne suffit. A côté, il y a deux problèmes : celui de la structure du Mouvement Démocrate et celui des idées démocrates, d’un programme. En ce qui concerne la structure, soyons patients et justes, mais non naïfs. Soyons patients car comment en un an alors que la présidentielle a apporté son lot de déception et de démotivation, que la suite par les élections législatives a été un coup d’assommoir, que pendant presque un an les attaques n’ont cessé de fuser tant de l’extérieur que de l’intérieur, qu’il a fallu changer le cours de l’UDF et créer un nouveau mouvement avec les difficultés inhérentes entre l’association d’anciens et de modernes, parce qu’il a fallu dans ces conditions difficiles avec un mode de scrutin qui ne permet guère à un parti en constitution de briller car sans beaucoup d’anciens élus et avec tant de nouvelles têtes peu rompues à la politique et peu connues, parce que cela a fait beaucoup de mouvement et beaucoup de perturbation.

Soyons donc patients, mais ne soyons pas irresponsables. Cela veut dire qu’après un délai raisonnable de pas plus que quelques mois il faut que les instances structurantes soient mises en place. Cela devrait être fait avant l’été. C’est le moins que l’on puisse en espérer. Après on pourra commencer à ruer dans les brancards. Avant c’est jouer contre son camp et objectivement c’est être un râleur congénital sans réflexion, sans aucune capacité à analyser les difficultés dans les conditions de quatre élections successives en moins d’un an, la formation d’un nouveau parti qui est amputé au début de certains de ses élus créant une déstabilisation majeure mais non mortelle. Les choses sont claires. Organisation et discipline, a dit le chef. Prenons-le au mot. Lassale s’est taillé un beau succès en invitant tous les potentiels transfuges de partir en convoi et d’enfin laisser le mouvement continuer sa vie sans ces incessantes petites fuites qui font comme le fameux supplice chinois de la goutte d’eau qui frappe sur le crâne. Elles sont peu nombreuses, mais se répètent inlassablement à vous faire devenir fou. Nous souhaitons qu’un paquet de mer de ces transfuges velléitaires quittent le navire d’un coup, cela s’appelle écoper et cela allégera la coque.

Ceci pour la forme. Pour le fond, contrairement aux dires habituels que le Modem n’a pas d’idée ni de proposition c’est nier complètement d’où il vient : d’abord de l’UDF qui a des assises philosophiques et politiques fortes et certaines, pourtant connues de tous comme le libéralisme à conscience sociale, l’Europe par exemple, ensuite le programme présidentiel de François Bayrou connu de tous ceux qui ne sont pas de mauvaise foi et/ou qui ont fait l’effort de le lire ou de le trouver sur son site de campagne, projet de fond avec des propositions concrètes dont le fameux RSA qui fait parler de lui. Il y a donc un fond préexistant. Lors de cette réunion, ce fond s’est enrichi et va évoluer. Ont été abordés les thèmes de la faim dans le monde, du pouvoir d’achat, de l’Europe, la démocratie, les biocarburants, l’énergie. En fait des termes majeurs. Le mouvement démocrate veut se situer entre l’assistance et l’arrogance. Lorsque Sarkozy en conférence de presse dit aimer le capitalisme et la mondialisation Bayrou lui préfère l’humanisme et la justice. Je suis du côté de ceux qui aiment et veulent cet humanisme et cette justice. C’est par exemple l’opposition frontale avec la proposition du chef de l’Etat de faire payer aux salariés les plus pauvres la solidarité avec les plus défavorisés alors que le paquet fiscal inefficace a sur-avantagé les plus avantagés. Il y a donc en cours une réflexion de fond à partir de bases solides et de racines profondes. L’humanisme est la conscience que nous ne sommes pas seuls sur terre et qu’il faut tout faire pour en laisser le moins possible sur le bord de la route.

La justice, c’est que le partage se fasse entre ceux qui peuvent et ceux qui en ont besoin. Le réalisme, c’est la conscience que la mondialisation n’est pas une invention livresque mais une réalité. L’ambition, c’est que, pour que les choses bougent, il faut croire qu’elles peuvent bouger et agir en conséquence. Se battre pour cela est un beau combat, trouver cette voie du pluralisme pour la France, apporter sa pierre à l’Europe, et trouver un chemin dans le monde où chaque citoyen puisse s’y retrouver est une ambition qui vaut la peine de se lever tôt non pour gagner plus, mais pour gagner mieux et gagner aussi pour les autres. Une organisation en cours et des idées en préparation. Que demande le peuple ? Le Mouvement Démocrate est bien parti... E la nave va

Quel est le rôle de la presse en regard du MoDem, une réflexion générale issue de cet exemple particulier dont il faudra tirer les conclusions qui s’imposent ?

La réponse ne sera pas longue, mais c’est édifiant. Un petit tour sur les sites internet du Monde, du Figaro, de Libération après la réunion de samedi nous donne pour Le Monde et pour Le Figaro aucune une pour le Mouvement Démocrate. En pages politiques pour Le Monde 24 titres dont 15 pour Sarkozy soit en titre soit dans l’article, 1 pour le PS, 2 pour Royal et 0 pour le MoDem. Pour Le Figaro 24 articles 13 concernent Sarkochef, 2 Royal et 1 pour le PS (Le Figaro frère du Monde, une nouveauté ?) pour Libération 14 articles 10 pour Sarkozy, 1 pour Bayrou et 2 pour le PS.

Comme vous pouvez le constater c’est absolument hallucinant. Factuellement parlant c’est, et de loin, plus important de parler de cette réunion majeure du troisième parti de France dont le leader a réuni plus de 18 % des voix que de faire un article annonçant, en avril 2008 !, que Ségolène Royal se prépare à l’élection présidentielle de 2012. Pour tout être un tant soit peu sensé, il n’y a même pas discussion. L’un est primordial - je parle dans le cadre de la rubrique politique française bien sûr - le second est tout à fait dérisoire. Ceci est pour la quantité. Pour la qualité je ne vais prendre que deux petits exemples. D’abord Libération. C’est un article avec comme source l’AFP. Il faut noter que peu de journalistes s’étaient déplacés. Dans cet article rédactionnel sans signature on lit : Plusieurs centaines de personnes. En français courant, cela veut dire 200 ou 300 car, à partir de 400 ou 500, on commence à donner les chiffres. "Quelques" a toujours voulu dire deux ou trois, rarement plus.

Or, il aurait suffi à ce journaliste d’aller faire un tour sur le site de la Maison de la chimie pour se rendre compte que le parterre plus le balcon rassemblent 884 places. On est loin du compte. Cela peut paraître un détail sauf que cela procède d’une part de la désinformation d’autre part de cette constance qui tend à prouver que Bayrou rassemble finalement peu de monde. Pis, s’il y en a en matière de mathématiques, les cours doivent être donnés par Darcos, c’est un certain Julien Martin qui écrit dans Rue89 ceci : Une salle comble : 500 personnes environ, dont un quart au moins debout. Pour la remplir, les élus n’ont pas suffi, on a également fait appel aux candidats - sous-entendu, les battus - de la France entière. François Bayrou s’en explique d’ailleurs avec une pointe d’humour forcé :

"Entre nous, si on réservait la parole aux gagnants, le président du MoDem lui-même serait mal placé !" avec évidemment une erreur grossière. Le site de la Maison de la chimie annonce pour le parterre 538 place assise s’il y a un quart des personnes comptabilisées debout cela donne donc au minimum 717. L’auteur ne trouve comme places assises lui que 375 (règle de trois non à la Darcos, mais comme nous ont appris nos instituteurs laïcs). On est loin du compte. Or, il y a en plus tout le balcon, plein lui aussi avec des personnes debout, dans les allées, sur les escaliers, etc. En haut 326 places assises. On peut être certain qu’il y a environ 1 000 personnes. Le double de ce qu’écrit ce journaliste. On est loin et très loin du compte. Et là tout le monde peut vérifier. Il y a le site de la Maison de la chimie et des images qui montrent la salle pleine. Dans ce même texte, vous avez lu que François Bayrou s’en explique [du fait qu’il y a aussi des candidats et non seulement des élus] par "une pointe d’humour forcé" que s’il n’y avait que des élus lui-même n’aurait pas la parole. Or, ceci, ce qui n’est pas anecdotique, est la réponse à une candidate qui avait fait un beau score, mais qui n’avait pas gagné, et qui parlant à la tribune remerciait Bayrou de donner la parole même à ceux qui n’avaient pas fait passer leur liste.

Il s’agit donc bien d’un humour, mais non forcé, spontané car du tac au tac, et non pour expliquer que la salle était remplie avec aussi des candidats. Sortant cette phrase du contexte, le "journaliste" lui donne un tout autre sens et de plus apporte sa petite connotation qui est fausse. A ce Martin, comme le squelette de l’internat de Saint-Agile, qui dans sa biographie se pose la question de savoir quand on devient journaliste si c’est lorsque l’on a sa carte de presse ou lorsque l’on écrit son premier article, nous pourrions lui répondre que ce sera quand il sera professionnel et qu’il vérifiera ses sources ce qui est censé être le B.A.-BA du journalisme. D’autant que Rue89 était présent comme le montre la vidéo prise lors de cette réunion. Il avait donc loisir de vérifier la teneur des salles et d’écouter les propos de Bayrou dans son contexte. Il ajoute une autre contrevérité : le MoDem n’a pas commenté le chiffre officiel communiqué par le ministère de l’Intérieur pour le parti dans les villes de plus de 3 000 habitants (3,69 %). Très éloigné du score du président du parti centriste au premier tour de la présidentielle (18,57 %). François Bayrou a donc voulu faire samedi une claire mise au point : tout d’abord Bayrou a contesté ces chiffres dès la semaine qui a suivi les élections municipales, ce qui prouve que notre Tintin suit d’assez loin la politique ou ne fait pas son travail. Ensuite, il fait perdurer l’image fausse que le MoDem ne fait que quelque 3 % en suggérant que les chiffres de Bayrou ne sont qu’une version des faits alors que ce sont les faits et qu’évidemment c’est le ministère de l’Intérieur qui fait une fausse comptabilisation que Mme MAM a reconnu elle-même dans le préambule de sa déclaration que le propriétaire de Milou peut aller lire sur le site du ministère. Pas difficile ni trop dépensier en énergie. Qu’il prenne un Mars s’il est en hypoglycémie. Mais notre reporter ne s’arrête pas là, car il fait du commentaire : L’heure est à l’autosatisfaction.

Aucune référence ne sera faite à la frange des ex-UDF qui tancent depuis plusieurs semaines le président du MoDem afin de reprendre leur indépendance, avec au passage les locaux et les finances du parti centriste dans lequel ils ont été fondus alors que ce qu’il dit est déjà dépassé, mort et enterré depuis que le Bureau politique transitoire de l’UDF a définitivement clos l’histoire de l’UDF. Il oublie qu’Arthuis et cie ont reconnu leur défaite. Au passage, le terme de l’autosatisfaction est contredit par la reconnaissance par Bayrou des erreurs commises. Passons. C’est une erreur de jeunesse de ce journaliste. Une parenthèse avant de conclure. On pourrait me reprocher d’attaquer un journaliste et de jouer à ce même noble métier et donc d’être mal placé pour critiquer. Oh, il y a quelques petites différences qui s’ajoutant les unes et les autres font qu’il y a un gouffre entre un journaliste et moi. Une petite c’est que je suis bénévole. Une petite c’est que j’écris en tribune libre et en précisant que mes écrits privilégient l’opinion. Une petite c’est que je n’ai pas de carte de presse et que celle-ci attribue à son porteur un statut qui le définit comme respectable, crédible et professionnel. Sa parole vaut plus que la mienne par essence dans l’esprit d’un lecteur. Etant moi de parti pris, ceux qui me lisent et qui connaissent mes articles ont ou devraient avoir le recul qui en découle. Ils peuvent juger mes propos comme partisans. Ce qui n’est pas le cas d’un journaliste dont on suppose que les écrits sont la juste transcription des faits.

La conclusion est que les journalistes soit boycottent (c’est à la mode) de façon particulièrement injuste le MoDem, soit transcrivent de façon fantaisiste la réalité et la plupart du temps extraordinairement mensongère les faits, associant des commentaires le plus souvent assassins et pourtant dépassés et faux, faisant d’un parti qui perd finalement pas tant d’élus que cela une passoire et diminuant ses succès, amplifiant et démultipliant les voix de ses opposants, ne parlant ni du BO du 16 avril ni de cette réunion du 26 avril font en quelque sorte une non-information et ou une désinformation préjudiciable à ce parti. Il est particulièrement étonnant que malgré cela Bayrou est toujours haut dans les sondages et que les Français le choisissent en tête pour être le Premier ministre de Sarkozy (ce qui est inconséquent bien sûr vu l’animosité extrême de Sarkozy contre Bayrou et la violente opposition de Bayrou contre la personnalité et le projet de Sarkozy). Il en ressort que le Mouvement Démocrate doit en tirer les conséquences qui s’imposent et mettre au point un système de contournement de cette omerta prouvée ou de ces désinformations répétitives pour pouvoir faire passer son message. Je n’y vois qu’une solution : le militantisme par le contact direct avec la population.

Allez au travail !


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 28 avril 2008 10:52

    Ce long article aborde deux éléments distincts : le contenu de la dernière réunion du MoDem, et sa couverture médiatique, que je commenterai successivement.

     Sur le fond, cette réunion apport effectivement des informations intéressantes sur la réalité de la représentation politique du MoDem à la suite des élections locales de mars dernier. Le chiffre de 2200 élus est intéressant, de même que la couverture géographique élargie. Cela résulte directement de la stratégie de ce parti : en présentant des listes dans de très nombreuses villes, et en passant des accords aussi bien avec la droite qu’avec la gauche modérée, le MoDem s’est implanté dans un nombre supérieur de communes que s’il avait conservé une stratégie classique d’alliance à droite. Le nombre de 300 maires est en revanche sans doute en diminution par rapport à celui de l’UDF précédente, même s’il n’est pas négligeable. Mais il reflète la difficulté de l’emporter seul dans un scrutin majoritaire. Néanmoins, ces résultats démontrent que ce parti demeure assez bien implanté, et dispose d’un réservoir d’élus important qui pourront contribuer à la diffusion de son message politique lors des futures élections.

     D’après mes informations, il semble que ce parti ait enfin commencé à se structurer, ce qui était une condition nécessaire à sa survie. Nous verrons dans les prochaines semaines si cette structuration se poursuit et mène vers une organisation efficace, à la fois pour l’élaboration de son projet et pour la diffusion de son message politique.

     Plus important, il semble que la leçon des élections municipales et du flou qui a présidé entre les deux tours sur ses alliances ait été retenue. Il est donc probable qu’une stratégie homogène soit élaborée pour le second tour des élections régionales (si le mode de scrutin n’est pas modifié, comme le souhaite l’UMP), ce qui ne pourra que contribuer à la crédibilité de ce parti. On retiendra aussi du discours de François Bayrou la volonté de présenter aux électeurs un projet nouveau sur l’Europe pour les élections européennes, élément essentiel pour obtenir un bon score dans un contexte où l’euroscepticisme a progressé. 

     En ce qui concerne la couverture médiatique, les éléments que l’auteur rapporte ne sont guère étonnants. J’avais rapporté sur Agoravox des éléments objectifs de la couverture médiatique (radio, presse écrite, télévision, internet) des différents partis politiques, fin 2007-début 2008, qui indiquaient un déséquilibre important en faveur du gouvernement et de la présidence de la république, et une forte sous-représentation du MoDem et du FN par rapport à leur poids électoral. Quant à la façon dont le MoDem est traité par les journalistes, les invités d’une récente émission sur la chaine public-sénat avaient largement confirmés le traitement très négatif de la quasi-totalité de la presse française vis-à-vis du MoDem et de son président. Ce traitement peut bien entendu avoir des conséquences positives pour François Bayrou, en le victimisant, mais il n’en demeure pas moins surprenant et injustifié. Reste que la communauté proche du MoDem est sans doute la plus internet-compatible, et que les informations sur ce parti circulent sans doute de façon plus souterraine et contribuent à la popularité toujours étonnante de son leader.

     

    Pour conclure, ce meeting a permis de montrer que, loin d’avoir disparu après les élections de mars dernier, le Mouvement Démocrate semble avoir passé un cap difficile et dispose des éléments nécessaire pour rebondir. Reste à savoir ce que ses leaders feront de ces atouts dans un environnement politique très favorable (avec l’impopularité du président et la confusion au sein du PS).

     



    • La Taverne des Poètes 28 avril 2008 11:30

      Que ceux qui veulent quitter Lassalle le fassent, par la sortie des Arthuistes !

      Que les Français qui ont préféré voter pour Sarkozy alors qu’ils hésitaient à voter pour Bayrou, et qui se mordent les doigts aujourd’hui au vu de l’année écoulée et des quatre années encore à venir, que ces Français se mordent les doigts en silence pendant encore quatre ans, car Bayrou ne sera pas le valet de Sarkozy. Ils souffriront ? Tant pis ! Ils savaient ce qu’ils faisaient ; ils étaient assez avertis...Que cela leur serve de leçon pour 2012.

      Beaucoup d’électeurs, constatant les cruelles difficultés de notre monde sans pitié, ont cru que l’élection d’un chef dur et autoritaire était la solution. C’est une erreur. On ne lutte pas contre le mal par le mal. Ils ont encore quatre ans pour s’en apercevoir.

       


      • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 28 avril 2008 18:32

        C’est pas le valet de Sàrközy  ?

        - Mais pour la motion de censure sur l’Afghanistan et l’engagement Atlantiste du Malade il s’abstient !

        - Mais pour permettre à un repris de justice de conserver Bordeaux, là il est fort !

        - Faut le mettre en haut d’un clocher. On verra au moins d’où vient le vent !

         

         


      • tvargentine.com lerma 28 avril 2008 12:06

        Pourquoi remettre un cadavre sur la table ?

        Ce parti est mort avec les municipales et nous le savions car il n’a pas de stratégie politique

        On ne peut pas s’associer ici avec JUPPE et là bas avec un candidat de gauche !

        D’ailleurs nous constatons que ce parti dirigé par des professionnels de la politique savent utiliser la naiveté des "militants" pour mieux se vendre au plus offrant

        La liste des "traites" à BAYROU est impressionnante pour un tout petit parti

        Il faut tourner la page,BAYROU n’est plus dans la course

         


        • Vieux Sachem 28 avril 2008 16:58

          Lerma est un adepte forcené de la méthode Coué !


        • oncle archibald 28 avril 2008 17:06

          Même si vous aviez raison, Lerma, ce que je ne crois pas, même si Bayrou n’était plus un cheval susceptible de gagner le grand prix de l’Elysée, restent bien vivants les très nombreux électeurs qui ne partagent pas du tout les idées de l’UMP ni celles du PS.

          Ils ont besoin d’être représentés, de pouvoir voter « pour » quelqun qui leur plaise et non pas éternellement contre celui qui leur déplait le plus. Si « on » s’acharne autant a décrédibiliser le MODEM c’est pour éviter qu’ils se reconnaissent dans un parti suffisamment structuré pour tenir la route et donc d’empêcher « l’UMPS » de ronronner tranquillement avec l’argumentation et les programmes bien rodés dont les vrais centristes ne veulent vraiment plus.

          Il est tout à fait faux de prétendre que BAYROU n’avait pas de programme. C’était au contraire le seul à avoir un programme fiscal réaliste et juste pour ceux qui croient encore que l’impôt proportionnel sur le revenu est un impôt juste, un partage « fraternel » imposé par l’état, que l’on doit être fier de payer. BAYROU avait très bien vu que tout était question de « dosage » dans les définitions des tranches pour que cet impôt soit acceptable et accepté par les hommes dignes de ce nom. Quant à ceux dont le seul et unique moteur est d’entasser de l’argent, je ne crois pas qu’il soit du rôle de l’état de s’en soucier.


        • wotan 28 avril 2008 20:50

          Ceux qui ont votés Bayrou sont ceux de gauche qui trouvaient S. Royal trop conne. Avec Strauss Kahn candidat du PS Bayrou n’aurait pas dépassé les 10% et Sarkozy ne serait pas notre président.

          Si S. Royal se représente en 2012 il y aura encore de la place pour Bayrou, si c’est ne serait-ce que Delanoé au PS qui se présente en 2012 alors ça en sera fini du modem.

          Bayrou c’est un micro évenement de la politique française.


        • vivelecentre 28 avril 2008 21:17

          un eclair de lucidité dans un océan de douceureuse idolatrie centriste..


        • Blaise Blaise 28 avril 2008 12:17

          Votre "reportage" sur le déroulement de la réunion à la maison de la chimie est interessant, je mets "reportage" entre guillemets car il s’agit plus d’une tribune qu’un reportage, par contre, votre réquisitoire contre la presse !!! F Bayrou a su au début de la campagne des présidentielles remettre "en place" les médias pour s’imposer et il a eu raison. Par contre, il serait bon que le Modem cesse de passer pour celui qui est oublié ou malmené par les médias, cet argument récurrent lasse.

          Régulièrement sur le site de François Bayrou des propositions sont faites pour que le Modem crée son propre média, pourquoi pas - je ne suis pas un inconditionnel des journalistes mais cessons de les mettre systématiquement au pilori !!!


          • alberto alberto 28 avril 2008 13:02

            Blaise : d’accord avec vous.

            Mais quand les supporters du Modem soulignent le déficit médiatique dont il (le Modem) est victime, ils (les supporters) ne s’en prennent pas au corps social des "journalistes", mais à une entité que l’on pourrait grossièrement désigner de "la grande presse". Figaro, Le Monde, Libé, Nouvel Obs...Tf 1, les radios etc...

            Soit au total une cinquantaine de "journalistes" qui "font" ou croient faire l’opinion du jour. Et du fait que leur proximité avec les allées du pouvoir leur donne l’illusion d’une connivence avec celui-ci, c’est tout naturellement que la haine présidentielle à l’encontre de François Bayrou se distille dans la prose et le discours médiatique.

            C’est en tout cas ainsi que j’ai reçu l’aticle d’Imhotep sur sa critique "des journalistes".

            Bien à vous.


          • vivelecentre 28 avril 2008 21:19

            reportage ? soyons honnêtes , il s’agit plus d’un "publireportage" qu’autre chose.....


          • vivelecentre 28 avril 2008 21:33

            le MoiMem

            c’est exactement cela !

             

            si vous voulez que l’on s’intéresse au Modem, et les journaux suivront parce que ce qui les intéresse, c’est ce qui intéresse les Français alors introduisez un peu de democratie dans le mouvement démocrate.. ce serait pas un mal !!

            commencez par ouvrir la succession de Bayrou, il est sympa mais un peu lassant ...

            Vous ne pourrez pas toujours avoir un looser à la tête du parti ou du moins candidat permanent !

            Ouvrez le bal de l’investiture et vous ferez peut être parler un peu plus de vous et ainsi conserverez des chances pour 2012 !

            Les candidats " à l’usure" , c’est du passé,

             exemple , pas sur que les quadras du Ps attendent 2017,Ca se bousculent déjà au portillon

            Faites une projection sur 2012 et regardez les forces en présence

            Nous aurons soit des quadras (actuels) ambitieux à droite comme à gauche, soit un Sarko triomphant (ce n’est pas à esclure) soit une situation plus dramatique qui fera retourner les français vers des candidatures de "recours" , d’anciens 1er ministres ou autre ayant excercé de haute responsabilité ( Juppé, Fabius ,Dsk par exemple)

            Alors peut être que la meilleures idées pour faire parler de vous dans la presse et de s’attaquer comme partout au renouvellement des leaders !


          • faxtronic faxtronic 28 avril 2008 13:15

            Faute de frappe dans le titre ?

            on dit

            eT le naveT va

             


            • SlyTheSly 28 avril 2008 14:27

              Pour les grands analystes politiques que ça intéresse, le programme-qui-n’existe-pas-du-MoDem est disponible en libre accès sur son site web...

              Si ça peut un peu aider à élever les débats, parce que les arguments du type "pas d’idées", "pas de programme"... surtout quand par ailleurs on passe son temps à critiquer ces choses qui souvent dans les textes des critiques étaient décrites comme inexustantes quelques lignes plus haut...

              Bref...


              • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 28 avril 2008 20:57

                En admettant que vous ayez des idées...........................

                - Vous n’avez plus personne pour les faire appliquer !

                - De combien à combien il est passé de députés Baybay ?


              • Imhotep Imhotep 28 avril 2008 16:31

                 Marianne2.fr n’a pas plus fait d’article que les autres sur le Modem, enfin concernant cette réunion. Le fond de commerce de Marianne est sans doute l’anti-sarkozysme plus que le pro-Bayrouisme. Du reste je suis en train de me demander si les journaux ne sont pas en train de forcer à nouveau pour encrer le bipartisme.En effet nous voyons de plus en plus d’articles sur le PS que ce soit au Monde ou au Figaro. Que ce soit sur le PS lui-même ou que se soit sur la mutitude de prétendants (Delanoé, Hollande, Royal, Valls, Lebranchu, Fabius, Lang, Moscovici, Mélanchon, Dray, DSK, Montebourg, Aubry etc.).

                 

                PS depuis mon article Le Figaro (rubrique politique) a mis en ligne un article sur le Modem.


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 28 avril 2008 16:55

                "Comme vous pouvez le constater c’est absolument hallucinant. Factuellement parlant c’est, et de loin, plus important de parler de cette réunion majeure du troisième parti de France dont le leader a réuni plus de 18 % des voix que de faire un article annonçant, en avril 2008 !, que Ségolène Royal se prépare à l’élection présidentielle de 2012. Pour tout être un tant soit peu sensé, il n’y a même pas discussion. L’un est primordial - je parle dans le cadre de la rubrique politique française bien sûr - le second est tout à fait dérisoire."

                 

                Ce qui est hallucinant c’est que vous considériez que SR qui à fait 25% des voix et 47 au deuxième tour des présidentielles et qui tente de rénover le PS est un personnage politique dérisoire alors que FB qui en a fait 18 au premier et a été éliminé au second et qui ente de construire un parti de centre-gauche (et sur ce point les électeurs ne sont pas dupes) serait primordial. Alors même que la première se dit prête à collaborer avec le second et que vous savez que, sans un accord entre eux , la droite décompléxée de NS ou autre est assurée de l’emporter en 2012.

                Je pense objectivement qu’il n’ y a pas lieu d’opposer l’importance des ces personnages politiques dans la vie politique française future, sauf à vouloir et à préparer leur défaite à tous les deux.

                 


                • Imhotep Imhotep 28 avril 2008 17:32

                   SVP ne lisez pas de travers. Ce qui est dérisoire momentanément c’est que l’on nous bassine avec tous les candidats PS qui passent les uns après les autres tant dans le Figaro que dans Le Monde pour dire qu’ils seront éventuellemenbt candidats en 2012. Ce qui est dérisoire c’est que Ségolène Royal affirme maintenant qu’elle sera candidate, dérisoire quand on ne parle pas du Modem qui réunit pourtant 1 000 élus et candidats, ce qui se fait une fois par an, alors que Royal parle de sa candidature tous les trois matins. Royal, elle-même n’est pas dérisioire, et elle fait son boulot.

                   

                  Et lisez plutôt ce que j’écris. Je n’ai parlé d’elle en tant que telle mais des journalistes et de l’écho qu’ils font des informations politiques. Parler aujourd’hui de 202, en faire des pages entières dans les journaux et effectivement extraordinairement dérisoire. Que Madame Royal y pense, qu’elle mette au point sa stratégie, c’est bien, mais c’est anecdotique. En effet. Il y a au moins 10 candidats au PS. Mais cela permet aux journaux de couvrir l’étendue disponible de leurs pages avec soit le PS, soit l’UMP, soit Fillon, soit Sarkozy, soit Valls, soit Fabius, soit Dray, soit Lebranchu, soit Montebourg etc. et ce sont autant d’espaces pris et surabondamment pris au détriment des autres partis. Est-ce juste qu’il y ait six articles pour le PS, 14 pour l’UMP et rien pour le Modem, alors que les articles pour le PS concernant leur candidature réciproque est factuellement peu intéressant, car il y aura un congrès PS dans six mois - ce sera alors le moement de s’y intéresser - et une élection dans quatre ans, alors que la réunion du Modem est unique et importante et surtout cette réunion contredit les déclarations des Arthuis et compères amplifiées par les journaux  ?


                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 28 avril 2008 19:03

                  C’est sur ce point que nous divergeons : Je ne pense pas que le travail de SR pour réformer le PS en parti démocratique de centre-gauche soit anecdotique (au point que la plupart de ses prétendus adversaires au sein du même PS reprennent dans les faits une par une ses propositions dans ce sens, y compris sur la question de l’alliance de centre-gauche avec le MODEM ! Sauf apparemment B. Delanoë qui a joué là une mauvaise partie personnelle qui lui a coûté des voix à Paris) ; pas plus, il me semble, que François Bayrou lui-même. (vous semblez bien placé pour lui poser la question et j’attends sans trop d’inquiétude sa réponse)

                  Cette opposition sur l’importance différente entre les deux démarches (FB et SR) est absurde, car elles sont convergentes et c’est en cela que les médias se rendent en effet complices d’une manoeuvre de désinformation en prétendant faire silence sur celle de FB, je vous accorde ce point , mais il est nuisible pour votre cause (et la mienne) de tomber dans le piège de la manoeuvre au service de qui vous savez.

                  Prenez plus de hauteur dans votre analyse !


                • oncle archibald 28 avril 2008 19:30

                  Vous voulez réduire le MODEM à être une force d’appoint du PS comme l’UMP fut naguère une force d’appoint du RPR. Si cela devait s’avérer exact, le MODEM perdrait largement la moitié de ses électeurs. Ce qui intéresse les électeurs du MODEM c’est un centre assez fort pour gouverner avec des appuis de droite et de gauche, pas le contraire. Un centre tout court, par définition au milieu.


                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 28 avril 2008 19:57

                  J’ai écrit cela ? quand et où ?

                   

                  Vous prétendez savoir mieux que moi ce que je pense, ? vous ne manquez pas d’air et vos propos du respect qui consiste à ne pas me prêter des intentions que je n’exprime pas.


                • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 28 avril 2008 18:25

                  E LA NAVE VA................

                  - Il cherche à se rapprocher de la Ligue du Nord Bayrou ?

                  - Comment elle dit Roumanoff ? Ah oui ! le MoiMem !


                  • vivelecentre 28 avril 2008 21:35
                    le MoiMem

                    c’est exactement cela !

                     

                    si vous voulez que l’on s’intéresse au Modem, et les journaux suivront parce que ce qui les intéresse, c’est ce qui intéresse les Français alors introduisez un peu de democratie dans le mouvement démocrate.. ce serait pas un mal !!

                    commencez par ouvrir la succession de Bayrou, il est sympa mais un peu lassant ...

                    Vous ne pourrez pas toujours avoir un looser à la tête du parti ou du moins candidat permanent !

                    Ouvrez le bal de l’investiture et vous ferez peut être parler un peu plus de vous et ainsi conserverez des chances pour 2012 !

                    Les candidats " à l’usure" , c’est du passé,

                    exemple , pas sur que les quadras du Ps attendent 2017,Ca se bousculent déjà au portillon

                    Faites une projection sur 2012 et regardez les forces en présence

                    Nous aurons soit des quadras (actuels) ambitieux à droite comme à gauche, soit un Sarko triomphant (ce n’est pas à esclure) soit une situation plus dramatique qui fera retourner les français vers des candidatures de "recours" , d’anciens 1er ministres ou autre ayant excercé de haute responsabilité ( Juppé, Fabius ,Dsk par exemple)

                    Alors peut être que la meilleures idées pour faire parler de vous dans la presse et de s’attaquer comme partout au renouvellement des leaders !


                    • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 28 avril 2008 21:39

                       

                       

                      -12 INTERVENANTS

                      - 24 REACTIONS

                      - 52 VOTES

                      - 76% ARTICLE INTERESSANT.

                      - TOUT POSITIF POUR VOUS

                       

                      - A VOIR COMMENT VOUS TRAFIQUEZ LES CHIFFRES, PAS ETONNANT QUE VOUS PRETENDIEZ AVOIR ENCORE DES MEMBRES ET ETRE UN PARTI POLITIQUE !


                      • nosf6 29 avril 2008 11:03

                        Que 42 millions !? hou lala !

                        Je suis dans une ville qui a été très jolie, qui a plus que doublée sa population, est polluée, envahie de touristes, la nature bétonnée,..., même avec 42 millions de français il restera juste un peu moins de sept milliard sur la planête , trop pour replanter des orangers..

                        Bon , je plasiante.., mais toi que proposes tu ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès