• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Monsieur macron vous m’avez bien déçu

Monsieur macron vous m’avez bien déçu

Il y a quelques mois, lorsque vous avez quitté, sous les quolibets de tous vos amis et de vos adversaires, le navire pour partir à l’abordage de la plus haute fonction de la République, j’ai eu des doutes, de très gros doutes. Je dois avouer que j’ai d’abord pensé que vous étiez de mèche avec notre Président. Mais bon, on ne se refait pas, toujours ce côté méfiant qui se réveille. Sans doute mes origines paysannes. Puis je me suis dit, vas-y, essais d’y croire, c’est peut-être le bon, tu risques quoi, tu n’es qu’une petite voix parmi des millions, même s’il est élu, ça ne sera pas de ta faute. En plus le vote est anonyme, tu pourras toujours accuser les autres.

D’habitude, quand on est ministre, ou quand on tient une bonne situation, on s'accroche au bastingage et on tente de ramer, même à contre-sens pour conserver son siège. Vous non, vous quittez vos fonctions ministérielles et à l’image d’un « chevalier intrépide », vous vous lancez seul dans l’aventure. Se lancer seul, sans appareil politique pour soutien (nouveau doute, toujours ce côté paysan, sans le sou on ne peut pas acheter le tracteur) à l'assaut de ce bastion qu’est la présidence de la République, semble pour le commun des mortels, chose irréalisable, pas pour vous. Je voyais en vous une sorte de preux chevalier dans le style, Bayard ou même Jeanne d’Arc prenant d'assaut les remparts ennemis. Jeanne d’Arc, c’est bien sûr pour le symbole et pas celle qui a bouté les Anglais hors de France (j’ai des voisins Anglais, je ne veux pas d’ennuis avec eux) mais celle qui a redonné aux Français un brin de dignité, d’honneur et de fierté. C’est véritablement cette image qui m’a sauté aux yeux et qui m’a donné envie de croire à nouveau. Votre discours « je ne suis, ni de gauche, ni de droite, je suis pour une France optimiste, une France forte, une France qui entreprend et qui va de l’avant » avait tout pour séduire et donner envie de m’investir (je suis allergique aux discours politiques, et pour moi, m’investir veut dire vous écouter à la télé). Je me suis toujours trouvé dans le camp des contestataires, et assis sur le canapé, c’est pratique et bien plus confortable, mais cette fois… Je vous imaginais en François 1er (j’adore l’histoire de France), vous êtes jeune, mais vous avez très certainement entendu parler de ce roi qui fit basculer la France du Moyen-Âge, dans la Renaissance. Les châteaux forts, aux murailles sombres construites pour repousser l’agresseur, ont laissé la place à de majestueuses demeures, à l’esthétique très agréable, très accueillante, vers lesquelles on a envie de marcher. J’avais envie de croire à votre discours plein d’espoir et d’optimisme. De droite et de gauche, et même aux extrêmes, on n'entend que des pleureuses. Ils n’ont plus aucune fierté, aucun honneur, ils n’ont aucune imagination, aucun rêve, aucune ambition, si ce n’est celle de prendre le pouvoir pour asservir plus encore le peuple et l’entraîner plus profond encore. De vrais mineurs de moral. Leur discours est pathétique, la croissance, c’est terminé, les emplois, c’est terminé, la sécurité sociale, c’est terminé, la retraite, c’est terminé. Il faut augmenter les impôts, il faut soutirer plus d’argent encore, il faut partager le travail, réduire le temps de travail, l’augmenter, vive la décroissance. Enfin bref, les citoyens de France sont désemparés, et le désespoir guette la ménagère, et pas que…

Dans les années trente, les pacifistes avaient aussi miné le moral des Français, ils les avaient découragés de se préparer à recevoir, comme il se devait les nazis. On a vu comment ça s’est terminé. Aujourd’hui la principale menace qui pèse sur la France n’est pas l’envahissement, mais la concurrence et le pessimisme. La France a la capacité de faire face et de gagner.

Aujourd'hui, la part de gâteau est devenue trop petite pour au moins dix à douze millions de Français, et elle se réduit considérablement pour la plupart des autres, alors si la grosseur du gâteau doit encore diminuer, ça va poser quelques problèmes.

Vers la fin du 19°, et au début du 20° siècle, lorsque la mécanisation est arrivée, les mêmes énergumènes étaient là, tout juste bons à saper le moral des Français. Quand on fait le constat, le 20° siècle a été l’un des plus prolifiques, pour tous les citoyens Français et pour ceux du Monde entier. Malheureusement, ce siècle a aussi été le plus meurtrier, simplement pour la France, quatre guerres majeures, qui ont laissé bien de bosses et de plaies. Puis l’Europe est arrivée, et le mur est tombé, et nous étions en droit d’espérer que les mauvais jours étaient définitivement derrière nous. Mes parents, immigrés Italiens arrivés en France dans les années vingt, me, nous disaient toujours, pour vous, la vie sera bien plus facile. Pour une génération oui, cela a été vrai, mais les casseurs de moral, ennemis jurés des entrepreneurs, des bâtisseurs, des optimistes, ont fini par réémerger, et en ce début du 21° siècle, nous sommes toujours bloqués dans un Moyen-Âge.

Pourtant, et n’en déplaise à ces pisse-vinaigres, profiteurs et démoralisateurs professionnels, pessimistes de métier, et aux nostalgiques d’une idéologie rétrograde héritée d’une révolution du début du 20°, les robots ne détruiront pas nos emplois. Les citoyens ne sont pas juste des machines à consommer, tout juste bons à être manipulés, manœuvrés. Ils sont sur terre pour participer et œuvrer. Les emplois sont le maître mot pour redevenir un pays fort, un pays où la croissance donne de l’espérance. Il nous reste juste à inventer les nouveaux métiers, comme l’ont fait les Français, et les immigrés qui avaient choisi de vivre en France, tout au long du siècle dernier. Il suffit d’essayer de se représenter les métiers du 19° pour comprendre.

Nous sommes toujours au Moyen Âge d’une époque, tout reste à inventer.

Un exemple, vous ne trouvez pas navrant que le soleil brille de mille feux toute l’année et qu’il ne sert pratiquement qu’à faire pousser les salades, le gazon, mûrir les cerises, le raisin. J’oubliais, il sert aussi à bronzer !!!

Bref, je pensais que l’homme providentiel, le François 1er du 21° siècle, celui qui allait tailler en pièces les ringards de gauche et de droite, pour enfin créer la France de combattants, des ambitieux, des entrepreneurs, était né.

Je l’ai déjà précisé plus haut, j’étais prêt à m’investir, mais badaboum, une tuile m’est tombée sur la tête, et pas sur le côté, je veux parler de votre annonce, à Alger. Je suis tombé de haut, vous qui vous présentiez comme un rassembleur, pourfendeur de la politique politicienne, vous n’avez pas hésité à insulter des millions de Français. J'ai le cuir assez dur, mais je vous assure que j'ai été meurtri par votre discours.

Attention, je ne remets nullement en cause l’envie très légitime des Algériens d’avoir voulu accéder à leur liberté et à leur indépendance.

Monsieur le candidat à l'élection Présidentielle (peut-être notre nouveau Président) vous êtes un homme très instruit, très cultivé, très, très intelligent (la flatterie avant le coup bas) mais savez-vous vous retourner ? J’ai l’impression que vous regardez devant, sans trop vous préoccuper du passé. Juste une info, la France existait déjà, bien avant Internet et le portable. Et quand par hasard vous vous retournez, c’est pour insulter et humilier des millions de Français, parce qu’un imbécile de conseiller vous l’a écrit sur un bout de papier. Virez-le, c’est un incapable ! Où alors…où alors, mais non…toujours ce côté méfiant, ce côté paysan qui se réveille. Mais bon, j’ai aussi vécu quelques années à Paris, et là….

Savoir se retourner pour apprendre un peu les enseignements de l’histoire et les traumatismes qu’elle a engendrés est essentiel pour l’homme qui vise la place du chef. Savoir écouter et savoir se retourner pour regarder le chemin parcouru et les embûches à éviter est la première qualité d’un homme qui aspire au trône. Je ne suis qu’un simple citoyen lambda, lorsque je suis né sur le sol de France, je n’étais même pas Français, mais j’ai le sentiment que si la France ne regarde pas devant avec optimisme, alors l’avenir sera sombre.

Je ne suis qu’un simple observateur lambda (et encore par écrans interposés, en foot ça ferait de moi un expert) mais, je vois la politique en France, c’est un peu la même chose dans de nombreux pays, comme une figure en forme de fer à cheval. Au milieu du fer, dans la partie arrondie se tiennent les partis du centre. Difficile parfois de distinguer la frontière. Puis se situent de part et d’autre, les partis traditionnels. En principe, ces deux catégories constituent la part la plus importante de la démocratie. Ensuite, plus nous nous enfonçons vers les extrémités et plus nous trouvons des partis et des groupuscules extrémistes. La démocratie est un personnage très, très fragile à deux jambes. En France, révolution oblige, on les a baptisés, la gauche et la droite. Les élections sont là pour en renvoyer une au repos, pour lui permettre de se recharger, pendant que l’autre accède aux responsabilités. On appelle ça l'alternance. Se recharger, ne veut pas dire rien faire. L’opposition à un boulot très important qui consiste à critiquer le gouvernement, la majorité en place, à les maintenir sous pression pour éviter qu’ils ne légifèrent trop en faveur de leur camp. Attention, critiquer ne veut pas dire, être obligatoirement contre. Pas à pas, cahin-caha, la démocratie avance, lentement, parfois par à-coups, mais elle avance sûrement, en prenant son temps. Prendre son temps est très important pour une démocratie. Chaque camp doit se satisfaire à son tour, un coup pour l’un, un coup pour l’autre. Certains trouveront cette analyse stupide, pourtant la stabilité d'une démocratie est à ce prix, satisfaire le gros des citoyens. Le problème surgit lorsque la jambe au pouvoir s’use trop vite, s’affaiblit, et qu’elle ne remplit plus sa tâche, et que pour se maintenir, elle se laisse aller à des manœuvres, des méthodes et des calculs hasardeux. Cela veut aussi dire que l’autre jambe, celle au repos, met trop longtemps à se requinquer, et qu’elle ne fait pas son travail d’opposition. Les raisons sont multiples. Alors les tensions se cristallisent, s’exacerbent. Chacun se recroqueville sur ses positions, et sur le fer à cheval, de plus en plus d'éléments glissent vers les extrémités et nous voyons le spectre de l’extrémisme s’accroître, avec ses solutions radicales. Croire que compte tenu de l’espace entre les deux branches, des éléments extrêmes d’un bord ne se retrouveront pas de l’autre, est une erreur. Lorsqu’on approche de trop près une puissante source électrique, sans même la toucher, il s’ensuit un arc, un arc électrique et le courant passe.

Le terrorisme se nourrit des faiblesses de la démocratie.

La France était jadis une nation forte, qui comptait dans le Monde. À force de céder au fallacieux prétexte de vouloir en faire une nation exemplaire, elle est en train de se déliter.

Juste un dernier petit détail, je trouve assez navrant que lorsqu’un Président s’adresse au peuple, il dise toujours : Français, Françaises… Il oublie les étrangers de France, qui ont décidé, pour un temps, ou pour toujours de vivre et de faire prospérer notre pays en conservant leur nationalité d’origine. Même si ces personnes ne votent pas (presque la moitié des Français ne votent pas) elles sont régies par les règles et le droit Français. Ils payent comme tous les Français, des impôts. Lorsqu’un Président s’adresse au peuple de France, il serait bon qu’il s’adresse, aux Françaises, aux Français et aux étrangers de France. Si le mot « étranger » en gêne certains, ce n’est pas moi.

 

Monsieur le candidat à l’élection Présidentielle (peut-être futur Président de la République Française) il n’y a pas de rancœur dans mes propos, juste de la déception. Encore une occasion de manquée.

 

Cordialement.

 

Michel ZORDAN


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  •  
     
     
    Il est laid le béret !
     
    Il est mimi le burkini !

     

    Comptine pour Comtesse de Rothschild
     
     

    Nous permettrons l’expression raisonnable de la liberté religieuse.
    Dans l’espace public (rues, plages)

    https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/questions-religieuses-et-laicite

     
     
     
    « La suceuse médiatique perso du Gominé à 9k€/mois coûte 400.k€ /an aux cons tribuables souchiens glands remplacés » News of Boobaland


    • troletbuse troletbuse 10 mars 2017 11:23

      Il faut être vachement naïf pour avoir en Macaron cru  smiley


      • Dorzan Dorzan 10 mars 2017 17:07

        @troletbuse

        Si croire, c’est être naïf, alors oui, je suis naïf. Parce ne plus croire en rien, c’est le début de la fin. 


      • troletbuse troletbuse 10 mars 2017 19:16

        @Dorzan
        C’est Macaron, celui qui s’est trouvé une nouvelle maman, que vous appelez Rien ? Là, je vous approuve. Moi je préfère le macaron CUIT au macaron CRU.  smiley


      • mmbbb 11 mars 2017 18:39

        @Dorzan croire est un terme mal approprié S ’agissant de la politique il ne s agit pas de croire mais de donner sa confiance par son vote. La confiance aux politiques , les francais ne veulent plus la donner puisque depuis 40 ans ils se font berner et depuis Sarko Hollande la ces deux derniers presidents ont pris les francais pour des cons Sarko avec le traite de lisbonne et hollande avec sa loi El Komri qui n’est que l emanation des feuilles de routes de bruxelles les GOPE que Cope récita en guise de programme L europe est un fiasco le probleme est la .Macron est un VRP ( marketing ) de cette europe Tout n’est pas bon dans le Macron evidemment


      • bernard29 bernard29 10 mars 2017 14:28
        je ne comprends pas, parce que si j’ai bien suivi votre article vous avez été déçue par la déclaration de Macron sur la colonisation ? C’est cela ?

        Mais, la colonisation n’est pas une barbarie ??? n’est pas un crime  ??
         
        Mais alors à quoi sert la déclaration des droits de l’homme, celles de L’ONU appelant à la défense du droit des peuples à disposer d’eux mêmes. ?? Parlez en aux peuples indiens des Amériques, à tous ces peuples spoliés sur la surface de la terre. !!!

        • Dorzan Dorzan 10 mars 2017 16:57

          Un candidat qui  se définit comme étant ni de gauche, ni de droite et qui prône le rassemblement (ce qui me convenait parfaitement) ne va pas insulter des millions de Français. L’intention de Monsieur Macron n’était pas de parler de la colonisation, ni de la guerre d’Algérie qui est une plaie toujours ouverte pour une grande partie de Français et des Algériens. Non, l’intention de Monsieur Macron, alors en perte de vitesse dans les sondages, était juste de manœuvrer. Une simple et horrible manœuvre politicienne. Pensez-vous que la France fracturée d’aujourd’hui, au bord de la rupture, ait besoin, de plus de haine, de plus d’animosité,  de plus de division ?  Pour moi c’est non …Un candidat qui se respecte doit tout faire pour calmer le jeu. Quant à la colonisation, je préfère laisser les historiens en parler.   


          • OMAR 10 mars 2017 18:13

            Omar9

            Salut @Dorzan

            Je partage totalement votre commentaire.

            Cependant, pourquoi ne pas ouvrir un débat associant tout le monde (tant pis pour les grincheux,
            les extrémistes, les racistes, les patriotes de la dernière minute qui ne voudront pas y participer).

            A l’image de ce qui s’est passé en Afrique du Sud, créer une commission de le vérité et de la réconciliation, pour mettre un terme, et de manière définitive, à cette plaie qui reste envenimée et qui fait encore souffrir bon nombre d’êtres humains, qu’ils soient algériens, français ou autres.

            La guerre est finie depuis le 5 juillet 1962.
            Et nos enfants ont besoin d’autre chose que cette huile qu’on jette sur le feu....


          • bernard29 bernard29 11 mars 2017 00:02

            les nations qui ont peur de regarder leur passé, n’ont pas d’avenir. Et ce nest pas une question de haine ou d’animosité, c’est une question de courage intellectuel.

            Et puis, vous devriez relire toutes les déclarations de Macron en Algérie. ça pourrait même être un tournant dans nos relations avec ce Pays.


          • Jean Keim Jean Keim 12 mars 2017 09:02

            Dès qu’on écoute les discours du monsieur, vu leur absence complète de consistance, on doit justement se poser la question sur son homogénéité.


            • captain beefheart 12 mars 2017 16:45

              Je ne sais pas pourquoi Macron a soulevé le sujet à Alger,mais je sais que c’est un fait que le vieux capital des anciens pays colonisateurs,en particulier la Grande -Bretagne,la France ,les Pays-Bas,l’Espagne,le Portugal,et en moindre mesure la Belgique et l’Allemagne,est à la base et à l’origine de la richesse de ces pays.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires