• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Naissance d’une nouvelle nation ?

Naissance d’une nouvelle nation ?

Avec le printemps qui montre le bout de son nez et les premières fleurs qui vont émailler nos parcs, quel sera l’avenir de ce mouvement qui ébranla la France et qui a d’ores et déjà battu de records de durée ?

Quel sera le futur de ces « gilets jaunes » qui représentent à la fois un condensé de toutes les frustrations, de toutes les injustices mais parfois aussi un réceptacle de toutes les indignations y compris les plus ineptes, des contradictions les plus insurmontables, des haines les plus recuites mais aussi souvent des revendications les plus fondées ?

En dépit des coups de sang injustifiables dont a été la victime le philosophe académicien Alain Finkielkraut, porte-parole revendiqué de tout ce qu’il y a de plus réactionnaire et borné dans le paysage politique français (ce qui est un droit qui ne devrait souffrir aucune remise en cause ), en dépit de toutes les insultes grossières proférées par des demi-cerveaux en rien représentatifs du mouvement, en dépit d’autres accidents de parcours savamment portés en exergue par des médias aux ordres, les « gilets jaunes » préfigurent une France nouvelle qui accouche difficilement d’une nouvelle manière de faire prévaloir le droit le plus élémentaire pour l’être humain : vivre dignement au lieu de survivre dans la dèche.

En tout état de cause et en dépit de leur relativement petit nombre à l’échelle de la nation, ils sont comme une espèce de mégaphone, un émetteur puissant et revigorant de joies collectives pour ceux qui (re)découvrent la camaraderie avec l’engagement en occupant ces lieux de manifestations inédits où ils squattent des ronds points ( même si l’on assure que les occupations tendent à devenir résiduelles )

Et quelle révolution des esprits surtout dans le chef de ceux dont l’univers s’est résumé jusqu’ici à l’inexistence dramatique de Mister Nobody, une situation qui se caractérisait par l’absence dramatique de liens avec ceux qui leur ressemblaient mais que les hasards de la vie, la honte du déclassement aussi, surtout le sien propre, empêchait de fréquenter !

L’empathie était un mot vide de sens pour ces réprouvés de la vie qui avaient abandonné jusqu’aux formes démocratiques de peser sur la politique : le droit de vote !

Eux qui remuaient intérieurement leurs échecs dans leur coin, en étaient-ils responsables ou étaient-ils simplement victimes des aléas d’une vie ? eux qui se contraignaient à vivre cachés - comme on cèle du mieux qu’on peut sa déchéance physique ou morale à ses proches moins pour ne pas les alarmer que par honte - les voilà qui osent enfin verbaliser ce qu’ils ressentent et réussissent à avoir une écoute attentive de leurs compagnons .

Les misères, les difficultés de vivre, le sentiment de la vanité de l’existence sont largement réparties dans la population, elles sont souvent contiguës mais ne se confondent pas, elles se développent et croissent côte à côte mais jusqu’à ce mouvement insolite, surgi d’un simple appel sur les réseaux sociaux autrement dit de nulle part, tous ces désagréments qui rythment la vie des laissés pour compte, des proscrits, des réprouvés ne trouvaient pas jusqu’il y a peu ces formes de solidarité dans l’affrontement qui précèdent la communion des esprits.

Si l’on ne devait retenir qu’un seul point positif de ce mouvement, c’est bien celui-là :dans un monde où l’individualisme forcené est devenu la règle le retour de la force collective où l’on s’aperçoit que partager les épreuves rend plus forts.

Le Président Macron aura consenti à l’organisation d’un grand débat, peut-être n’a-t-il fait semblant que de céder ? mais le fait même qu’il y ait débat est positif même si l’initiateur espère que vont se noyer dans un salmigondis infâme toutes les revendications qui se résumeront le plus souvent en des monologues minutés qui donneront un éclairage singulier mais nécessairement partiel et centré le plus souvent sur des revendications d’ordre personnel.
Si l’on veut être un peu réaliste, les chances du Président Macron de parvenir à noyer le débat ne sont pas négligeables, je les trouve même plus que probables.

Cependant ces cahiers de doléances aussi fragmentaires pussent-ils être devront bien être analysés à l’issue de ce débat dont auront décidé de rester absents un certain nombre de ceux qui ont porté les revendications : on peut trouver que c’est une erreur de ne pas se saisir des moyens de faire progresser sa cause et le retrait volontaire permet certes de ne pas se salir les mains surtout en cas de carambolage final mais n’est pas nécessairement un acte de courage.

Il n’est d’ailleurs toujours pas clairement établi par quel « comité » de lecture - choisi par qui ? par le gouvernement, d’autres acteurs sociaux ?- et comment ils vont pouvoir être insérés dans un catalogue de bonnes intentions qui offre de grands risques de rester à l’état d’ébauche ou de catéchisme pour bien-pensants.

La plupart de ceux qui se sont émus pour des raisons diverses de l’émergence de cette misère cachée s’empresseront de l’oublier.

Ils passeront à profits et pertes les petits désagréments connus du fait de ceux-là qui en vivent de grands à longueur d’année et qui ont eu la volonté de lutter pour s’en sortir avec la maladresse et les excès qu’un trop-plein d’avanies finit par libérer dans une existence difficile.

La France qui se lève tôt pour gagner des clopinettes acceptera-t-elle de retourner à la niche ?

Chacun qui a un minimum de culture historique sait que la France a souvent excellé dans la grandeur mais aussi dans la bassesse.

Et à la question posée à l’entame de cet article, que sera l’avenir ? je n’ai pas davantage que quiconque la réponse.
J’ai seulement peur que de tout cela il ne restera finalement pas grand-chose et en tout cas pas ce que j’en escompte secrètement car si je suis riche, c’est surtout de mes illusions perdues.

Mais néanmoins une nouvelle France est née qui devra bien un jour cesser de cultiver son altérité pour se donner un projet.

Documents joints à cet article

Naissance d'une nouvelle nation ? Naissance d'une nouvelle nation ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • JL JL 21 février 09:16

    Bravo pour les belles illustrations.

     

    ’’.coups de sang injustifiables dont a été la victime le philosophe académicien Alain Finkielkraut, porte-parole revendiqué de tout ce qu’il y a de plus réactionnaire et borné dans le paysage politique français

    ’’

     

    Injustifiables certes, mais aussi, quelle idée de se jeter comme ça dans la gueule du loup  ; deux fois déjà, avec « Nuit debout » ! Maso, Finkie ? Ou bien naïf ?

     

    Bon, c’est pas bhl qui s’y risquerait. Ou alors entouré de militaires armés jusqu’aux dents.


    • Six Rennes Rouges Six Rennes Rouges 21 février 14:12

      @JL
       
      « Que diable allait-il faire dans cette galère ? »


    • JL JL 21 février 14:33

      @Six Rennes Rouges
       
       il ne risquait pas grand chose, vu que personne n’aurait accepté verser ne serait-ce qu’un kopeck de rançon pour lui !
       
       smiley


    • zygzornifle zygzornifle 21 février 15:01

      @Six Rennes Rouges

       Faut poser la question a LaREM , s’il n’est pas mandaté pour déclencher le bordel qui se passe au bénéf de Macron c’est qu’il est vraiment une buse ........


    • Eric F Eric F 22 février 09:46

      @JL
      « se jeter dans la gueule du loup »
      C’est peut-être du « testing » délibéré mais on ne peut pas lui reprocher (c’est le jeu), dans cette affaire la honte n’est pas sur lui, mais sur les hurleurs baveux qui portent préjudice au mouvement protestataire, à force de quoi bien des gens ont retiré le gilet jaune de leur tableau de bord pour le mettre dans le vide poche.


    • JL JL 22 février 09:57

      @Eric F
       
      mais oui, c’est de la provocation.
       
      Ceci dit, je salue son courage.


    • Eric F Eric F 22 février 10:27

      @JL
      courage ou délectation victimaire, mais il faut admettre qu’il a marqué le point.


    • Algunet 22 février 17:05

      @JL
      Il habite là parait-il...


    • Alren Alren 23 février 15:34

      @JL

      « Ceci dit, je salue son courage. »

      Mouais : il savait qu’il ne serait pas frappé, ni même bousculé.
      Et comme de par hasard, il y avait adversaire des GJ pour filmer la scène ...
      Ceux qui l’ont insulté ont eu tort de faire référence à son origine religieuse.
      Mais face à la haine des Finkielkraut, des Apathie, des Ferry, des Henry-Lévy, pour eux, GJ et à travers eux pour le peuple français, ils ont utilisé l’injure qu’ils pensaient la plus blessante (ce qui n’était pas le cas). 


    • aimable 21 février 09:19

      Maintenant le gros problème de gilets jaunes c’est la représentativité puisque personne ne veut de portes paroles ou de responsables mais ils veulent tous sans l’avouer officiellement être porte paroles et responsables d’ ou cette cacophonie et cette haine pour ceux dont la tête apparait .

      Leur sort est entre leurs mains , ils doivent admettre qu’ils doivent avoir des portes paroles responsables capables de construire pour plus d’efficacité , ce qui fait que les autres devrons mettre leur égo dans leur poche avec leur mouchoir par dessus , sinon cela sera un suicide collectif .


      • Eric F Eric F 22 février 09:50

        @aimable
        c’est insoluble, parce que le mouvement est trop diversifié (toutes les nuances entre poujadistes et anarchistes) pour se reconnaitre dans un porte-parole donné, il y a des courants informels dont certains tentent de se structurer, mais aucun ne peut fédérer l’ensemble.


      • Alren Alren 23 février 15:36

        @aimable

        Ce qui émerge ce sont deux exigences : démocratie réelle et justice fiscale.
        Elles sont dans le programme de la FI, l’Avenir en Commun.


      • Julien S 21 février 09:19

         ;..............la France a souvent excellé dans la grandeur mais aussi dans la bassesse.

        .

        Le grandeur fatigue. Quel soulagement quand de Gaulle a rendu son tablier : on allait enfin cesser de devoir démontrer chaque jour au monde qu’on était l’incarnation de la grandeur.


        • aimable 21 février 09:23

          @Julien S
          Vous avez probablement raison , mais de Gaule pourrait passer pour un saint par rapport a ceux qui lui ont succédé . 



        • soi même 21 février 18:54

          @JL, je crois que De Gaulle a bien comprit ce qui allait devenir la fin du XX° surtout en ce qui concerne ses termes :
           (Un peuple d’élite sûr de lui-même et dominateur ) caractérise très bien les aspirations politiques de la France.


        • Fergus Fergus 21 février 09:32

          Bonjour, Elliott

          Il me semble clair que Macron essaiera de sortir de cette crise par des mesures a minima censées répondre aux revendications exprimées par les Gilets jaunes dans un premier temps, puis par les Français dans un deuxième temps dans le cadre du Grand débat.

          Le risque d’une duperie est évident. Mais les Français ne sont pas idiots, et le fait qu’ils aient participé (et participent encore) en très grand nombre au Grand débat a créé dans la population des fortes attentes à la hauteur de cette mobilisation. 

          Dès lors, Macron prendrait un risque énorme en tentant d’enfumer les Français par des mesures insuffisantes qui apparaîtraient comme des insultes à leur intelligence collective. En l’occurrence, le risque de voir la colère s’exprimer et le mouvement des Gilets jaunes relancé avec, à la clé, un blocage du pays potentiellement dévastateur pour l’exécutif !


          • Elliot Elliot 21 février 12:47

            @Fergus

            Bonjour,

            Je pense que la duperie fait partie de la politique et cela les gilets jaunes l’ont bien compris : ils ont simplement pour moi la faiblesse de croire qu’ils peuvent s’abstraire de ce jeu qui dès lors se déroule sans eux.

            L’issue du débat – outre que je ne vois pas comment on va pouvoir dépouiller et synthétiser toutes les données reçues sans remettre en cause le fonctionnement des institutions – débouchera pour moi nécessairement sur une duperie car, d’une part, le voudrait-elle, la France est étroitement tenue dans le carcan européen et, d’autre part, on voit mal surgir subitement chez ceux qui contrôlent l’activité du pays le désir de se porter au devant des attentes du peuple au point de sacrifier ce qui fait l’essence même de leur existence : le culte du profit et l’organisation de la culture dans ce sens..


          • Fergus Fergus 21 février 13:30

            @ Elliot

            « ils ont simplement pour moi la faiblesse de croire qu’ils peuvent s’abstraire de ce jeu qui dès lors se déroule sans eux »

            C’est ce que je n’ai cessé de dire à ceux avec qui j’ai échangé dans ma région, de même que ce site, ce qui m’a parfois valu des commentaires peu amènes. 

            Pour la sortie du débat, nous verrons bien, mais ce n’est pas un hasard si j’ai, en janvier, écrit un article intitulé Grand débat : Macron se tend un piège ! Car c’est bien lui qui pourrait payer le prix d’un blocage du pays.


          • Julien S 21 février 18:32

            @Fergus
            .
            les Français ne sont pas idiots
            .
            Que d’étrangers parmi les commentateurs d’Agoravox !


          • Eric F Eric F 22 février 10:00

            Le piège de Macron et du gouvernement n’est pas seulement de prendre des mesures insuffisantes suite au grand débat, mais de tenter de faire avaler comme étant des « propositions de la base » LEURS propres mesures, on le voit avec le volet « environnement » où ils chercheront à rétablir la hausse de la taxe sur les carburants. On peut être certain qu’il y aura diverses taxes pour financer les mesures qu’ils vont annoncer, mais pas sur les revenus du capital (centiles >97).


          • baldis30 21 février 09:35

            bonjour,

             l’article qu’on aurait aimé écrire ...

            ce qui ne m’empêche pas de commenter quelques points

            « le philosophe académicien Alain Finkielkraut, »

            on m’apprit mais cela il y a fort longtemps que le mot philosophe désigna un praticien de la sagesse et de l’humanité .... .....ce fut ....  smiley

            Qu’il fut la cible d’injures est-ce anormal alors que pérorant sur tous les médias subventionnés il crache son venin à tour de ... langue .... il reçoit l’image qu’il donne de ses convictions ... se tairait-il ou serait-il non subventionné que là les choses seraient très graves ....

            Il mérite bien la question « que faites-vous de la philosophie et de notre argent  ? »

            outre celle de l’honneur .....

            Autre remarque sur l’expression :

            « l’inexistence dramatique de Mister Nobody »

            Elle va loin cette expression qui deviendrait quasiment pléonastique en l’écrivant  :

            « l’inexistence dramatique de M. N.  »

            par la simple substitution d’un N au M ......

            Est-on si loin de cette considération ? smiley


            • Elliot Elliot 21 février 12:35

              @baldis30

              Alain Finkielkraut est titulaire d’une maîtrise en philosophie, la fonction fait apparemment l’homme.

              Mais il y a toutes les sortes de philosophes, des humanistes, des élitistes et même des philosophes auto-proclamés ou sans le savoir.

              Je ne vais donc pas être vétilleux au point de juger si Finkielkraut mérite ou non de faire partie de cette grande famille, le fait s’impose : il en fait partie même s’il échappe à votre définition et d’ailleurs aussi à la mienne.

              Concernant Mister Nobody, ce n’est pas, vous l’avez compris, une appréciation personnelle, chacun pour moi méritant la considération mais c’est un constat : il y a des gens que l’on considère en haut lieu, passez-moi l’expression, comme de la merde ...


            • baldis30 21 février 15:03

              @Elliot

              bonjour (Re !)

              merci de votre réponse la partie philosophique du débat sur la personne semble close ....car peut-on raisonner sur le vide ?
               en proposant N.N.  il est évident que je faisais très clairement référence à ces prisonniers dont on n’a que rarement connu le sort ou la survie ....


            • Elliot Elliot 21 février 15:32

              @baldis30

              Désolé, je n’avais pas saisi et d’ailleurs j’avoue ma perplexité car, si je subodore ce qu’il recouvre, le sigle N.N. reste pour moi un mystère que vous allez lever du moins je l’espère.


            • baldis30 21 février 19:21

              @Elliot
              bonsoir,

              pendant la guerre les prisonniers des nazis Nacht und Nebel , essentiellement des résistants étaient ceux qui n’étaient que des numéros, sans identité, sans aucune possibilité de communiquer avec l’extérieur ... sans rien .... sans aune référence aux conventions internationales en matière de prisonniers ...
              Je pensai que la chose était mieux connue ....


            • Elliot Elliot 21 février 20:19

              @baldis30

              Je vous remercie d’éclairer ma lanterne.

              Je connaissais bien le film « Nuit et brouillard » qui avait fait l’objet à sa sortie, si je me souviens bien, d’une vision collective organisée par l’enseignement officiel mais je ne savais pas ou je ne me souvenais plus que le titre du film s’inspirait du surnom donné par les Allemands aux prisonniers politiques.


            • gaijin gaijin 21 février 13:37

              « un projet. »

              a bon ? moi je le croyais inscrit au fronton des mairies le projet ....

              mais on ne m’explique jamais rien ....


              • Elliot Elliot 21 février 15:34

                @gaijin

                Au fronton des mairies, c’est l’idéal républicain qui est affiché.
                Le projet représentent les voies et moyens pour y parvenir.


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 février 16:01

                Elle est bien votre illustration mais fausse smiley

                J’ai pas très bien vu la guerre civile avec les gilets jaunes :

                insulter le président, critiquer la violence policière, avancer des mesures suffisamment plastiques et peu clivantes pour que tous y trouvent leur compte (RIP, Macron démission, faire payer les riches, payer moins d’impôts et avoir plus de services publics etc...) ce n’est pas exactement la guerre de tous contre tous.

                Certains le regrettent apparemment.


                • grangeoisi grangeoisi 21 février 16:43

                  Heu...naissance d’une nouvelle nation ?

                  Plutôt la même mais sous-tendue par les réseaux sociaux (on sait ce que j’en pense...).

                  Incidemment une cohorte prenant sa vessie pour une lanterne propose de changer quelque chose à notre actuelle démocratie ; un qui passait par là, un peu tardivement il faut bien le dire, en fonction présidentielle, a décidé de faire une pré- lecture commentée de quelques revendications tout en guignant les élections européennes.

                  Qu’est-ce qu’on fait samedi ? Hal Oui ! On devrait voir et complimenter la police française...à notre manière bien sûr !

                  D’ici qu’il y ait un groupuscule d’extrême rien qui rencontre un groupuscule de que dalle, on aura de quoi alimenter les gazettes du lendemain ! Dépêchons car le mouvement du balancier de l’opinion à l’air de s’inverser...


                  • Alina Reyes Alina Reyes 21 février 18:24

                    Macron et sa clique ont jeté la France dans la violence, et continuent de le faire. Qui vit et se maintient par la violence périra par la violence.


                    • Elliot Elliot 22 février 12:35

                      @Alina Reyes

                      Bigre ! Vous me faites froid dans le dos.

                      Seriez-vous la réincarnation de Fouquier-Tinville, version féminine ?

                      Je vous aurais plus volontiers imaginée laissant vagabonder votre imagination «  Derrière la porte » fantasmant sur les étreintes torrides du beau jeune homme bien sous tous rapports avec l’objet de son désir, la reine mère.


                    • grangeoisi grangeoisi 21 février 18:38

                      Bonsoir Alina, pas une connotation religiosité ça ?

                      Un peu vite en besogne ..toute la France. Mais c’est très bien vu pour faire du taf ici !


                      • Alina Reyes Alina Reyes 21 février 18:52

                        @grangeoisi
                        Non c’est dans Agamemnon d’Eschyle, 458 avant notre ère (et plus encore avant l’évangile où se trouve la même pensée). On ne lit pas assez les Grecs.


                      • grangeoisi grangeoisi 21 février 19:21

                        @Alina Reyes
                        Mon grecque doit être un peu rouillé , mais s’il faut le lire pour savoir que la religiosité pourrait entre autres se référer à l’évangile alors lequel le nouveau ou l’ancien ? smiley.
                        Je crois qu’en toute logique on renverra dos à dos et les Gj et le gouvernement...l’ensemble va bien pour pour les Français et pour les touristes aussi (photo devant l’Arc de Triomphe avec une date ça doit valoir quelque chose).
                        Pas sérieux tout ça et ô combien pantalonnade avec hélas quelques visages esquintés tant pour le Gj que pour la police.


                      • keiser keiser 21 février 18:43

                        @ L’auteur

                        je suis d’accord avec votre analyse de cette forme de déconstruction de la revendication.

                        Le petit prince et sa cour, ont réussi ce magnifique tour de passe-passe en s’appropriant le droit à la parole comme une sorte de hold-up.

                        Mais ce n’est pas tout car en ce moment, les décrets inondent les restrictions sociales.

                        Toulouse, en l’occurrence, dénonce un afflux de familles désocialisées à la rue.

                        En effet, pendant ce temps, la CAF adopte de nouveaux critères d’attributions des aides aux logements et nombre d’allocataires se trouvent en état de précarité suite à ces nouvelles consignes illégales du gouvernement, qui consiste à supprimer les APL et autres aides.

                        Point de programme de construction que pourtant les acteurs du BTP réclament avec instance.

                        Tout cela pour favoriser la spéculation sur le locatif.

                        Macron s’est servi des GJ comme d’un écran de fumée pour masquer l’inconséquence de ce gouvernement qui se sert de la finance comme seul point d’appui.

                        Mon analyse de ce mouvement est une totale désillusion.

                        Il aura juste servi de passe plat à tous les réacs de service en renforçant leur idée que les ultras sont dangereux et que l’antisionisme est le mal du siècle.

                        Mais pendant ce temps ...

                        Les pauvres sont de plus en plus pauvres et la division fait son petit chemin avec l’individualisme forcené de la Maconerie.

                        Le constat est lamentable, tout en sachant qu’ils seront au premier plan des européennes et qu’il faudra des années pour se remettre de leur politique sans issue.

                        J’avais imaginé un autre début à ce nouveau siècle.

                         


                        • Kapimo Kapimo 21 février 19:12

                          Votre description de la solidarité et du lien retrouvés est juste, et je suis bien d’accord avec le fait que là se trouve l’essentiel. Il n’y a plus a chercher comment « vivre ensemble », les GJ montrent qu’il s’agit juste de le faire.

                          Par contre, quand vous dites « Le Président Macron aura consenti à l’organisation d’un grand débat », je trouve votre formulation malheureuse. Les GJ n’ont jamais demandé de grand débat, et Macron n’a donc « consenti » à rien. Ce grand débat n’est qu’une manoeuvre dilatoire pour gagner du temps, du temps utilisé pour tenter de diviser et pour violemment dénigrer le mouvement sans avoir à répondre aux revendications exprimée (la justice économique et sociale par le ré-equilibrage des taxes, impots et allocations, le RIC).

                          "J’ai seulement peur que de tout cela il ne restera finalement pas grand-chose et en tout cas pas ce que j’en escompte secrètement".

                          Enfilez votre gilet si ce n’est pas déjà fait et passez votre temps libre avec les gilets jaunes, vous n’aurez plus le temps d’avoir peur.


                          • elpepe elpepe 21 février 21:40

                            bonsoir auteur

                            c est pas parce que l on est bien pensant que l on pense bien, cela vaut aussi pour l vous,

                            a la fin vous voulez exprimez quoi ? resumez votre pensee en 2/3 phrases, apres on pourra argumente des heures sur leur bien fonde, mais sans idees, pas de réthorique possible


                            • elpepe elpepe 21 février 21:42

                              Si l’on ne devait retenir qu’un seul point positif de ce mouvement

                              finalemet vous reduisez ce mvt a votre etroitesse d esprit comme ca vous pouvez mieux le juger du haut de votre tabouret ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès