• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nathalie Haddadi, Andromaque bafouée

Nathalie Haddadi, Andromaque bafouée

Aimer son fils, il y a des limites. La 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris s’est fait fort de les énoncer.

Le 28 septembre, Nathalie Haddadi, quarante-trois ans, salariée dans le secteur privé, a été condamnée à deux ans de prison ferme pour avoir « financé le terrorisme ». Trois semaines plus tôt, le ministère public avait requis dix-huit mois. Le procès a ainsi vu le triomphe de la raison antiterroriste. De quoi s’agissait-il ? Du procès de l’amour d’une mère.

Nathalie Haddadi a payé des billets dʼavion à son fils radicalisé qui sortait de prison en novembre 2015, alors quʼil était visé par une interdiction de sortie du territoire ; billets pour lʼAlgérie puis pour l’Extrême-Orient, et elle lui a fait parvenir 2 800 euros alors qu’il se trouvait en Malaisie, d’où il aurait rejoint la Syrie, pour y mourir dans l’été 2016.

Ce jugement, par sa sévérité, n’en dit pas seulement long sur la paranoïa d’État justifiée par la lutte antiterroriste, autrement illustrée par l’accumulation de mesures d’urgence dans la loi ordinaire.

Il en dit long aussi sur la dégradation, l’insidieux mépris collectif, où a glissé au fil des ans, en un long et complexe abandon, la figure maternelle. Paradoxale disparition, alors que s’insinue partout dans nos vies l’inquisition de l’État-Maman ? Plutôt corollaire implacable : l’État assume les fonctions maternelles dont il affirme libérer la femme (au point qu’il en est venu, lors de la précédente législature, à réduire la durée du congé maternité au nom l’« égalité femme-homme », couvert qui n’était pas que le faux nez de raisons budgétaires). L’État materne, et dès lors l’amour maternel ne pèse plus rien face aux raisons d’État.

Peu importe ici la répugnance que nous inspire l’engagement de jeunes gens tels que le fils de Mme Haddadi, dans la dérive criminelle d’une religion dégénérée. Peu importe même l’éventualité que pour cette religion dégénérée les mères de ces jeunes gens aient pu avoir quelque complaisance (ce qui n’était en l’occurrence manifestement pas le cas).

Dans l’affaire Haddadi, ce ne sont pas des actes qu’on a jugés, mais des êtres. Un être, qui porte la souffrance de centaines, de milliers d’autres, et la faute de millions. Nathalie Haddadi n’a pas été jugée pour un transfert de fonds, mais pour ne s’être pas repentie au confessionnal de l’état d’urgence d’avoir mis un fils au monde. Elle a cru, qu’elle ne serait pas digne d’une mère si elle ne secourait pas son fils. Elle est jugée pour l’avoir secouru. Elle est jugée pour être mère.

Certes, elle a aidé son fils à se soustraire à la justice. Oui, c’est le billet d’avion pour l’Algérie. Est-elle devenue pour autant un danger pour la société ?

Il faut écouter son témoignage et regarder le visage qui l’exprime :

Je reçois un appel. C’est lui. Je suis en colère, mais je suis contente d’avoir des nouvelles. Il est vivant. (…) Il me dit, Maman, je te demande pardon, je t’aime, mais j’aime Allah plus que toi (…) Je lui dis reste en vie. Maman vient te chercher.”

Maman vient te chercher.

Les mères de djihadistes sont les Andromaque de ce temps. Elles n’ont pas de Troie à pleurer, elles sont de la même cité que leurs juges. Mais elles ne livrent pas leur enfant. Elles cherchent d’abord à le sauver.

Et puis le fils de Nathalie Haddadi est mort. Une autre main l’a tué que celle de l’État qui n’entendait que le remettre en prison, et auquel sa mère a tenté de le convaincre de se rendre.

On n’insistera jamais assez sur ce point : quand Nathalie Haddadi est jugée, son fils est mort.

Que redoute la société ?

Une justice sage n’aurait-elle pas reconnu l’impossibilité pour cette mère d’agir autrement qu’elle ne l’a fait, et opté pour une condamnation symbolique, propre à ménager l’austère et froide raison de la responsabilité politique ?

Deux ans.

  • twitctreNatHadd
  • "De son chiard." Avec la condamnation, l'ordure des réseaux sociaux.

Deux ans de tourments, des années encore compliquées par les affres de la procédure – car Nathalie Haddadi fait appel, à bon droit sinon avec grande espérance, de l’iniquité qui la frappe –, alors qu’elle porte le deuil d’un fils.

Deux ans, et cette peine ne remue pas l’opinion, et le Monde peut en rendre compte avec une placidité bonhomme sans que ses tribunes soient assaillies de protestations.

Quelque chose s’est corrompu dans la morale publique, et le facteur corrupteur n’est pas bien mystérieux. On n’en ne serait pas arrivé à un tel jugement, à une telle cruauté, une telle insensibilité, sans l’imprégnation de l’État, dans toutes les ramifications de l’appareil administratif, par le féminisme idéologique. Le terrible, l’ironique, est que c’est une magistrate qui a jugé et condamné Nathalie Haddadi. Une mère aussi peut-être, d’un autre « genre ».

Car ce qui a été à l’œuvre derrière ce jugement, c’est l’entreprise « déconstructrice » de la maternité, qui a désintégré les agencements d’us culturels et de références symboliques dont les équilibres – aussi divers qu’il y a de cultures au sens anthropologique – environnaient de durée immémoriale les rôles et la présence des mères dans le monde.

La figure maternelle une fois résumée par la jérémiade féministe à la chronique de la « double journée », de « l’inégalité-dans-les-tâches-ménagères » ou de la « conciliation-entre-la-vie-professionnelle-et-la-vie-familiale », ne laisse pas de place à la tragédie d’un enfant qui se perd.

Pour le féminisme, l’amour maternel est un sentiment inauthentique qui peut être écarté, tenu pour indigne de témoigner à la barre ou d’un témoignage sujet à caution. Il n’y voit qu’une construction. La mère est tenue en suspicion en ce qu’elle est une figure victimaire de la femme non encore « déconstruite » ; et seule vaut la femme émancipée de toute « construction », « déconstruite » en tant que mère et que porteuse de rôles sociaux non interchangeables avec ceux des hommes.

Par l’œuvre de déconstruction, le féminisme réduit l’authenticité de la femme à une idiosyncrasie biologique, dans l’attente d’une reconstruction émancipatrice (l’habituel fantasmagorie totalitaire : l’homme nouveau, ici la femme, résultant d’un processus de rééducation). Exit la mère, et ce qu’il peut y avoir de tripal dans ses sentiments : ce ne peut être qu’un sous-produit inauthentique du patriarcat.

Nathalie Haddadi a eu le front de résister à cette déconstruction, avec pour son fils un amour qui ignore autant les raisons émancipatrices que toute espèce de raison qui lui serait opposée. Elle a été jugée et condamnée par une société aveuglée d’idéologie qui croit racheter, en déniant la mère, la faute imaginaire de lui avoir réservé une vie de femme et de mère donc une vie de victime. Nous vivons des temps schizophrènes.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • covadonga*722 covadonga*722 2 octobre 2017 17:38

    Sans mandat de dépôt , justice de perdants , nous avons perdu déjà parce que ne nous leur faisons pas la guerre impitoyable qu’ils méritent .Et n’essayez pas de faire pleurer dans les chaumière

    maman n’a pas envoyé des sous pour qu’il rentre a la maison mais pour qu’il parte au djihad !
    Massacrer égorger violer exploser .Maman a fait son devoir de musulmane en permettant et aidant son fils a combattre les mécréants .Aucune mansuétude , maman vis avec sa famille dans le confort occidental en bénéficiant de la protection de la géhenne occidentale.Que maman profite de sa chance viennent des temps ou ils ne sera plus proposés 4 murs hypothétiques mais 1 bien réel
    a ceux qui arment soutiennent et assistent les djihadistes. Vos points de vues sociologique de haut vol ne vous seront d’aucune utilité quand ceux pour lesquels vous prêchez la mansuétude nous ferons goûter a leur paix islamique !

    • microf 3 octobre 2017 20:19

      @covadonga*722

      Que fera t-on de celui qui a dit que les terroristes coupeurs de têtes d´enfants, de femmes, de vieillards et d´hommes font du bon boulot en Syrie ?.


    • Xenozoid Xenozoid 3 octobre 2017 20:27

      @microf


      du coq au vin ?

    • microf 4 octobre 2017 10:09

      @Xenozoid

      J´aime pas du coq au vin.


    • Xenozoid Xenozoid 4 octobre 2017 16:35

      @microf


      je mange pas de viande

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 2 octobre 2017 17:47

      Par l’œuvre de déconstruction, le féminisme réduit l’authenticité de la femme à une idiosyncrasie biologique, dans l’attente d’une reconstruction émancipatrice (...)
      Elle a été jugée et condamnée par une société aveuglée d’idéologie qui croit racheter, en déniant la mère, la faute imaginaire de lui avoir réservé une vie de femme et de mère donc une vie de victime.

      Que c’est beau ce verbiage socio-psychologisant quand il est mis au service de l’islamisme !
      Vous devriez proposer votre plume à Mme Obono...


      • eddofr eddofr 2 octobre 2017 18:05

        Je dénie à l’amour, la moindre vertu amnistiante.


        Qu’il s’agisse de l’amour d’une mère, d’un père, d’un enfant, d’un amant, d’un fidèle, d’un patriote ou d’un ami, il n’excuse rien.

        Il y a le Bien et le Mal.

        Le Mal doit être puni.

        Le Bien n’a besoin d’autre récompense que lui-même.

        Participer activement (en le finançant) à l’accomplissement d’un acte mauvais est mal et doit être puni.

        Dés lors que le financier a connaissance du caractère criminel de l’action financée au moment où il décide de financer, alors il est complice et doit en subir les conséquences.

        Pour autant, je ne crois pas qu’aller combattre en terre étrangère des ennemis armés, au nom d’une Foi, soit nécessairement Mal ...

        Encore que la certitude (du croyant en l’occurrence) soit premier pas vers l’oppression ...

        Ce qui l’est, c’est de tuer des civils désarmés dont le seul tort est de s’être trouvé « à portée de tir ».

        Pour ma part, si elle n’a fait qu’aider son fils à aller en Syrie, c’est un peu antinomique d’envoyer son fils à la mort pour lui venir en aide par amour ... mais ce n’est pas mal.

        Si elle a aidé sciemment un criminel à échapper à la justice, d’une état, à priori, juste et démocratique, alors il est juste qu’elle subisse la peine légitime.

        Vous pourrez par ailleurs, et si ça vous fait plaisir, célébrer le sacrifice d’une mère qui va jusqu’à affronter la prison par amour pour son fils ...

        Mais pas moi.

        • Rincevent Rincevent 2 octobre 2017 19:03

          Dans l’affaire Haddadi, ce ne sont pas des actes qu’on a jugés, mais des êtres. Non, une décision de justice se fonde sur des actes prouvés, ce qui est le cas ici : aide à enfreindre une autre décision de justice, (au minimum) et ça ce n’est pas sujet à interprétation.

          En temps que mère, qu’elle veuille aider son fils d’une manière inconditionnelle (comme pas mal de mères…), c’est son choix, qu elle l’assume. Après, que ça fournisse du grain à moudre à un sociologue ‘’hors cadre’’ (?) n’oblige pas à manger de ce pain…


          • Taverne Taverne 3 octobre 2017 14:28

            Andromaque d’accord, Andro-Mecque pas d’accord.

            Le sentiment d’une mère pour son fils est juste (normal, naturel, légitime...) mais la loi l’est plus encore, surtout quand il s’agit de régler la chose sur le plan de l’ensemble de la société. Le « juste », c’est d’abord le respect de la loi et son application. Voir Socrate et Kant là-dessus. 


            • blablablietblabla blablablietblabla 3 octobre 2017 15:35

              Arretez avec votre Kant Socrate, et touti qouanti , cette mère à complètement raté l’éducation de son fils, prison à de multiples reprises , parti en Algérie pour bien se faire endoctriner dans les règles de l’art -(normal ils ont rien d’autre à foutre la bas)- et là elle fait la vierge effarouchée.
              C’est comme le père Merah issus d’une famille consanguine bref des tarées complet et l’auteur nous pond un article sur la sociologie de la « mère » .

              Désolé de vous contredire mais c’est des actes qu’on a jugés et non pas des êtres , et c’est actes c’est précisément d’avoir soutenue financièrement son fils parti assassiner , violer d’autres femmes des mères aussi alors siouplait Monsieur le sociologue un peu de pudeur pour les victimes de la secte islamique et arretez de vous masturber les neurones.
              Cette mère représente l’archétype des mères de toute la racailles de France et de Navarre- (mon fils il est le plus gentils de tous)- c’est l’éducation monsieur et ça na rien avoir ni avec le féminisme ni avec rien du tout , vous ne cherchez qu’à nous étaler vos poncifs anti féminismes dont vous n’avez rien compris .
              Votre article est un torchon.


              • eddofr eddofr 3 octobre 2017 19:04

                @blablablietblabla

                Bonjour,

                Si vous lisez mon commentaire, un peu plus haut, vous verrez que je n’agrée pas, moi-même, aux propos de l’auteur.

                Par contre, vous ne trouverez dans mon commentaire, ni insulte, ni dénigrement, ni invective.

                Car celui qui insulte, dénigre et invective, s’il est entendu, n’est jamais écouté.

                Tout votre propos est dévalorisé par votre agressivité.

                Apprenez donc, s’il vous plait, à écouter, comprendre puis critiquer, plutôt que couper la parole, insulter et tenter de discréditer l’orateur pour ne pas avoir à examiner son propos.

                Merci d’avance et au plaisir de vous relire ... moins agressif et un peu plus « analytique ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès