• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > NOELdeMERDE#1 : Vos chocolats de Noël sont le résultat de l’esclavage (...)

NOELdeMERDE#1 : Vos chocolats de Noël sont le résultat de l’esclavage d’enfants

Je dois vous faire un aveu. Je trouve que le système ultra capitaliste est magique. En vous avouant cela, je fais preuve de la plus grande des sincérités. Je trouve que c’est peut-être la plus belle réussite de l’homme dans toute l’histoire de l’humanité.

Rendez-vous compte. Nous allons dans les prochains jours nous goinfrer (33000 tonnes de chocolat pour le soir de Noël c’est se goinfrer non ?) avec du chocolat fabriqué en grande partie grâce du cacao récolté par des centaines de milliers d’enfants esclaves en Côte d’Ivoire… Et le pire, c’est que le système, à grands coups de guirlandes et de spots publicitaires, arrivera à nous faire appeler cela des FÊTES.
La seule chose que nous célébrerons le 24 décembre, c’est le triomphe total du capitalisme moderne et de sa dynamique aliénatoire.

NOELdeMERDE#1 : VOS CHOCOLATS DE NOËL SONT LE FRUIT DU TRAVAIL ET DU TRAFIC D’ENFANTS !!

Notre mode de consommation nous invite que trop peu à nous demander comment sont produits les aliments que nous achetons. Il n’est pas rare d’ailleurs que des scandales frappent des secteurs, au gré des découvertes plus ou moins gênantes… Mais s’il est un secteur qui lui ne bouge pas avec le temps malgré les révélations scandaleuses et les pratiques hors d’âge, c’est bien celui de la culture du cacao. Une industrie où se pratique de manière systématique et organisée le travail d’enfants voire même l’esclavage d’enfants.
Quelques chiffres histoire de vous faire une idée de l’étendue du scandale :
→ On estime à 1,8 million le nombre d’enfants travaillant dans les exploitations de Cacao rien qu’en Côte d’Ivoire et au Ghana.
On estime à plus de 100.000 rien qu’en Côte d’Ivoire le nombre d’enfants qui travaillent dans les pires conditions.
→ On estime enfin à plus de 10.000 les enfants esclaves victimes du trafic d’humain et de l’esclavage.

Une journée standard pour un enfant de moins de 15 ans est de 10 heures au minimum. Il portera des charges allant jusqu’à 40kg ou vaporisera sans protection des insecticides pour certains interdits en Europe pour des raisons de nocivité.

 

enfant esclave cacao 01

Histoire et faits.

Ce recours au travail des enfants, s’il est au départ traditionnel, ne doit aujourd’hui rien au hasard. Au contraire, cela est l’aboutissement d’un processus qui a démarré dans les années 90 lorsque petit à petit, les pays d’Afrique de l’Ouest ont décidé de privatiser leurs matières premières. Une privatisation fortement encouragée (corruption ??) par le FMI par l’attribution conditionnelle d’aides et de prêts, ce que l’on a alors appelé les ajustements structurels. Une privatisation qui a eu pour effet direct d’exposer des agriculteurs locaux déjà pauvres à la volatilité des prix et à la concurrence internationale.
Le modèle agricole étant fondé sur de petites exploitations vendant les fèves à des entreprises de torréfaction, le travail ne comporte qu’une faible part de valeur ajoutée. Ainsi, la seule manière de réduire les coûts a été très vite de recourir à la main d’œuvre la moins onéreuse et la plus malléable possible : les enfants.
Un recours bien évidemment validé indirectement par un appareil d’État largement dépendant de l’exportation du cacao (35% du PIB ivoirien par exemple). Un recours d’autant plus simple que les pays concernés, par exemple, la Côte d’Ivoire, sont des pays instables politiquement et où la corruption est importante (quand l’instabilité n’est justement pas organisée par les acteurs économiques → Pour en savoir plus, lire l’étude « Chocolat Chaud » en téléchargement libre plus bas).
Si le travailleur enfant était au départ le fils ou la fille de l’exploitant ou du travailleur agricole (organisation agricole traditionnelle), très vite l’enlèvement et la mise en esclavage d’enfants est advenue via des trafiquants profitant de la proximité de pays encore plus pauvres dans la région pour kidnapper et revendre des enfants à des exploitants peu scrupuleux. Ainsi, si l’on en croit le documentaire « La Face cachée du chocolat » (2011) du journaliste Miki Mistrati, le prix d’un enfant esclave est de 230€. Un prix défiant évidemment toute concurrence.
Les âges de ces enfants esclaves varient de 10ans et 15ans. Une certaine partie d’entre eux sont des filles. Garçons et filles sont parfois également utilisés comme esclaves sexuels.

 

enfant esclave cacao 2

Des multinationales qui ferment les yeux (pour le bonheur de leurs profits).

C’est au début des années 2000 que les premiers témoignages de travail et d’esclavage d’enfants commencent à sortir médiatiquement (certes légèrement plus tardif, on peut citer par exemple ce rapport du HRW où l’on parle expressément d’exploitation sexuelle, d’esclavage, etc..). Les industriels du cacao, réalisant l’impact négatif catastrophique que cela peut avoir anticipent tout de suite cela et décident de signer le protocole HARKIN-ENGEL, un protocole qui se veut être un « engagement volontaire » visant entre autres à « mettre en œuvre des normes crédibles, acceptables par tous, volontaires, à l’échelle de tout le secteur, conformes aux lois fédérales en vigueur, normes selon lesquelles les fèves de cacao et leurs produits dérivés ont bien été cultivés et/ou traités sans pratiquer les pires formes de travail des enfants »

Mais ce protocole, plus marketing qu’autre chose, ne servira à rien. Tellement à rien qu’en 2005, les industriels, très volontaires pour signer demandèrent rien que moins qu’un report de leurs engagements à 2010. Un report qui ne servira qu’à gagner du temps et à profiter de la main-d’œuvre et de l’esclavage des enfants puisqu’à ce jour, le problème n’est pas encore réglé. Il empire même si l’on en croit l’étude Tulane sur le sujet.

Des actions en justice ont été menées contre les grands acteurs du marché. Ainsi une « class action » est en cours aux USA contre Nestlé, Mars et Hershey’s. Si aujourd’hui, l’issue est incertaine, l’amende, quelqu’en sera le montant, ne permettra pas de stopper le travail des enfants en Côte d’Ivoire. Les industriels argueront de pratiques locales auprès de sous-traitants. Arguments classiques et pratiques pour qui ne veut pas avoir à se justifier.
Si les grands industriels n’ont pas respecté ce protocole ainsi que la Convention 182 de l’Organisation internationale du Travail sur l’interdiction et l’intervention immédiate contre les pires formes de travail des enfants, elles ont par contre pour noyer le poisson, créer leurs propres plans d’action visant à lutter contre le travail d’enfants. On peut citer Nestlé et son Plan Cacao, ou Lindt avec son Lindt & Sprüngl Farming Program. De la poudre aux yeux marketing n’ayant pour but que de répondre de manière marginale au problème de l’exploitation des enfants.

Serait-il possible de faire sans le travail des enfants ? Là est certainement la question mais les industriels ne veulent pas se poser la question tant le filon est juteux.

Si l’on prend par exemple Nestlé, entre 1995 et aujourd’hui, le rendement total de l’action, soit la hausse du titre cumulée avec les dividendes, s’est élevé à 880% (déclaration du PDG de Nestlé, Peter Brabeck-Letmathe, en 2015).
Je prends ici un cas emblématique, certains diront, mais quasiment tous les industriels historiques du secteur connaissent des croissances fortes au détriment des enfants africains. Une loi économique sans faille finalement. Moins le salaire est élevé, plus le profit l’est !

 

enfant-033

Et le consommateur dans tout ça ?

Il est peut-être temps de se demander si nous, consommateurs, nous ne sommes pas finalement les principaux acteurs de ce système.

En effet, pourquoi les industriels du secteur prendraient des mesures qui les contraindraient alors que leurs chiffres d’affaires ne cessent d’augmenter ? Entre 1993 et 2008, les Français ont mangé 50% de chocolat en plus !
La filière équitable ne représente que 1 %du commerce mondial alors que tous les spécialistes reconnaissent que le cacao, tout comme le café, est une culture favorable à la pratique du commerce équitable. D’ailleurs, même dans le commerce équitable des cas d’enfants travaillant dans les exploitations ont été dénoncés et démontrés.

Les industriels ne font rien et se moquent de nous avec des actions marketing cyniques, car ils savent que la grande majorité des consommateurs tiennent pas compte de ce que contiennent les aliments que nous consommons. Tant que nous ne voyons pas le problème, nous considérons celui-ci comme inexistant. En agissant ainsi, en consommant ces chocolats gorgés de la sueur, du sang et des larmes de ces milliers d’enfants arrachés à leurs parents pour être exploités voire violés, nous sommes complices des trafiquants, des exploiteurs, des politiques et des dirigeants des entreprises concernées. Mieux nous finançons cela.

Vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas. Joyeuses fêtes et n’oubliez pas… Toute résistance commence par une prise de conscience.

Greg-Ilan

Sources


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • rogal 26 décembre 2016 14:03

    Pourvu qu’il ne vienne pas à l’esprit des exploités de se venger en introduisant du cyanure dans mes chocolats !


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 26 décembre 2016 15:50

      Merci, j’ai vraiment appris quelque chose. Je n’imaginais pas qu’on en était encore là. Je vais me limiter au chocolat bio & éthique et donc questionner mes chocolatiers préférés sous ce rapport. ça pourra aider à leur prise de conscience.


      • sls0 sls0 26 décembre 2016 21:53

        @Luc-Laurent Salvador
        Le cacao bio ou éthique il y a des chances qu’il vienne de chez moi.
        Selon les critères locaux, c’est correct pour le niveau de vie.
        C’est des coopératives, ça rapporte un esprit d’entraide supplémentaire en général.
        Dans les villages à coopératives,c’est plus orienté développement durable, dans un pays où on a assez tendance à s’en foutre du lendemain il y a plus de projets à long terme.

        Continuez a manger ce chocolat, ça fait en sorte que je rencontre des gens biens sympathiques et dans l’ensemble assez heureux, en 30 minutes on voit plus de sourires qu’en une journée en France. Coté PIB par habitant on les bat sans problème,coté bonheur de vie je ne nous donne pas gagnant.
        Le pays a pris le train en route pour l’exportation des produits agricoles, du coup il ont misé sur le bio et ils vendent leur production 3 fois plus cher.

        C’est à coté de chez moi, ce n’est pas du cacao mais du café, l’ambiance de vie est la même. Ca vous paraitra moins théorique la prochaine fois que vous mangerez un morceau de chocolat éthique.
        Dans la production de la canne à sucre c’est beaucoup moins éthique, parfois je me demande si la période de l’esclavage n’était pas plus ’’éthique’’. C’est assez indentured servant avec dettes perpétuelles.

        Ils font un superbe cacao mais vu la température pas de chocolat. Localement je mange des petites briquettes de cacao et de sucre de canne pressé c’est pas mauvais et surtout ça ne fond pas.

        Les grands groupes ont une responsabilité dans les conditions de vie de ces enfants en Afrique. C’est la loi de l’offre et la demande, il se trouve que coté demande on a notre mot à dire donc notre part de responsabilité.

        Il y a une dizaine d’années il y a eu une spéculation sur les céréales, ça a fait des morts qui peuvent se compter en millions je crois, des spéculateurs et actionnaires s’en sont foutu plein les fouilles. Des personnes avec une assurance vie ça leur a apporté pas mal, même monsieur tout le monde a sa part de responsabilité.
        Il n’y a pas eu de réunion du conseil de sécurité à l’ONU sur ce coup là malgré un nombre de morts 1000 à 10.000 fois plus grand qu’à Alep.


      • Crab2 26 décembre 2016 16:16

        Noël

        Si cela déplaît au pape, c’est tant mieux, le jour de Noël, avant d’être un événement commercial, c’est avant tout, et pour le meilleur, exclusivement un jour de grande fête pour les enfants

        On reconnaît un pouvoir totalitaire à sa volonté de contrôler la totalité des vies, et la veille de Noël, le pape des pauvres d’esprits François du Vatican dans son homélie, avec une dose d’hypocrisie dont-il a le secret, n’a pas manqué à la règle de ses prédécesseurs, sous couvert de penser aux enfants qui un peu partout dans le monde souffrent, ne s’est pas privé, depuis son malsain siège, de radoter pour dénigrer*1, sans le moindre scrupule, les femmes autonomes qui en toute conscience librement choisissent d’interrompre leur grossesse

        *1  : Homélie de Noël : le pape pense aux enfants qui souffrent et qu’«  on ne laisse pas naître  » - Ce type et ses pareils sont indécrottables *2

        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/12/atheisme-2016.html


        • microf 26 décembre 2016 22:15

          @Crab2
          Une fois, une femme qui avait avorté son enfant, meure et arrive au ciel. Devant la porte du paradis, elle frappe, Saint Pierre arrive, il ouvre la porte et lui demande d´entrer pour le jugement dernier.
          Au moment d´entrer, elle voit l´enfant á qui elle a refusé la vie sur terre en avortant juste derrière Saint Pierre, elle le reconnait, et voit l´enfant très en colère, celui-ci dit á sa mère, tu m´as refusé le droit de vivre sur la terre et tu veux venir ici oú je suis ? si Saint Pierre te laisse entrer, je t´étrangle, car je ne peux pas accepter que tu sois ici avec moi, la maman a tellement eu peur qu´elle a rebourssé chemin, partie oú ?, personne ne le sais, on continue á la chercher jusqu´á aujourd´hui.


        • manu manu 26 décembre 2016 23:26

          @microf

          Je suis content car dans ma religion St pierre n’existe pas, pas de paradis ni d’enfer, tant pis pour toi si tu pense que tu dois vivre en pensant à ce qui à été écrit il y a 2000 ans dans un livre, essaye de pas emmerder les autres avec tes croyances moi je ne t’emmerde pas avec les miennes.


        • Rémi Mondine 27 décembre 2016 18:22

          @microf
          Bonjour,


          j’ai eu le débat lorsque j’étais dans une famille américaine aussi très anti avortement.
          La réponse de la maman est : Je t’ai protégé d’une vie indigne qui est las seule que j’aurais pu t’offrir.
          Vaut.il mieux ruiner deux vie en accueillant un enfant alors que rien n’est prés ou faut-il renoncer et pouvoir plus tard accueillir un enfant dans de bonnes conditions ? 
          Vous avez peut-être envie de davantage d’enfants dans le malheur. Personnellement si un couple ne se sent pas près à accueillir son enfant alors il n’y a pas de raison de rendre cet enfant malheureux. 

        • microf 27 décembre 2016 23:21

          @Rémi Mondine
          "Personnellement si un couple ne se sent pas près à accueillir son enfant alors il n’y a pas de raison de rendre cet enfant malheureux". Dites vous, alors, d´après vous, il faut tuer cet enfant parcequ´on n´a pas les moyens de l´accueillir, drôle de conception votre manière de voir les choses. Je ne sais pas si vous êtes né dans une famille de milliardaires, sinon si votre maman avait pensé comme vous, vous n´auriez pas fait ce commentaire.


        • Pimpin 26 décembre 2016 18:02

          Le capitalisme n’est responsable de rien ! Ce n’est qu’un outil destiné au financement des entreprises.

          Ce que vous dénoncez n’est pas le fait du capitalisme mais des politiques qui ne veulent pas ou ne peuvent pas (corruption) empêcher des multinationales de se comporter de la sorte.
          On est en plein dans les dégâts et l’hypocrisie de la politique mondialiste pourtant portée aux nues par nos politiques donneurs de leçons de morale.
          Pour changer cela, changeons de politiques. Les Américains ont commencé, à nous de suivre.
          Il n’est pas dit que cela changera rapidement, mais si on met toujours les même au pouvoir en croyant leurs mensonges et leurs désinformations, c’est certain rien ne changera.

          • Jonathan Livingstone 27 décembre 2016 10:12

            @Pimpin
            Le comportement des multinationales CEST le capitalisme


          • lautrecote 27 décembre 2016 10:43

            @Pimpin, vous dites :
            Ce que vous dénoncez n’est pas le fait du capitalisme mais des politiques

            Pas tout à fait d’accord, c’est juste d’abord le fait des consommateurs.
            Si personne n’achète de chocolat produit, dans des conditions inhumaines, si personne n’achète de téléphone portable « intelligent » produit grâce au sang de mineurs congolais, etc.
            C’est seulement après que les politiques ont un rôle à jouer, et là, je suis d’accord avec vous, il faudrait changer les hommes politiques, et les remplacer par des non-professionnels de la politique, les remplacer par nous, en gros.
            Sur le sujet de la consommation, sans même aller jusqu’à ne pas acheter du tout (de chocolat, de viandre, de gadgets), si tout le mode fait l’effort de diminuer sa consommation (au sens large du terme), les multinationales se porteront moins bien.
            Il y en a bien un qui va me dire que je tape ce message sur un ordinateur, et que ce n’est pas « éthique ».. Ben oui, je n’ai jamais prétendu être parfait, je fais juste de mon mieux, je ne change d’ordinateur que quand il ne me convient vraiment plus, je n’ai pas besoin de la dernière technologie, mon téléphone portable a 10 ans (je ne suis pas près de le changer), je mange de la viande une ou deux fois par semaine, et pourtant, je ne suis pas un ermite dans une grotte... J’ai même des amis, et curieusement, petit à petit, certains commencent à changer de point de vue (changer de point de vue = faire l’effort de se déplacer, pour voir les choses sous un autre angle)


          • microf 26 décembre 2016 21:47

            Je n´achête jamais du chocolat.


            • Jonathan Livingstone 27 décembre 2016 10:13

              @microf
              Vous le volez ?


            • microf 27 décembre 2016 10:27

              @Jonathan Livingstone
              Je ne le mange pas.


            • Jeekes Jeekes 27 décembre 2016 17:04

              « Et le consommateur dans tout ça ? » 

              Faut être lucide, le consommateur, ben il s’en fout !

              Pire, il se fout même de faire manger du chocolat de merde à ses mioches ; genre chocolat boche (kinder) avec 4% de cacao... 
               



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Agence Info Libre

Agence Info Libre
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité