• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Non mais ! »

« Non mais ! »

Conflans-Sainte-Honorine, un tournant dans la lutte contre l'obscurantisme

Il faut sans la moindre hésitation condamner ce « oui, mais » délétère qui s’invite un peu plus à chaque nouveau drame, dans les débats sur les caricatures de Mahomet. Oui ! Les attentats contre les auteurs des caricatures ou contre tout ce qui s’y rapporte sont une horreur absolue. Oui ! Il faut les condamner avec la plus grande fermeté.

Et il n’y pas de « mais… » !

Ce « mais… », qui va du « …il faut éviter de provoquer » jusqu’au « …ils l’ont bien cherché », est insupportable. Il faut le condamner avec autant de fermeté que toute autre sorte de compromission. Cela étant dit et bien dit, gravé dans le marbre et entendu par tous, il ne faut pas pour autant s’interdire tout esprit critique !

Comment faire dès lors pour conserver un minimum de liberté d’esprit, sans tomber dans ce « oui, mais » détestable ? Afin de contourner cette difficulté, je propose de renverser la logique de ce « oui, mais » en le remplaçant par un « non mais ! ». Ceux qui me liront avec attention ne manqueront pas de noter la disparition de la virgule dans ce changement. Ce n’est pas un « oui », virgule je prends un temps pour réfléchir et ruiner d’un seul coup toute la fermeté de mon propos, mais un « noonmais » point d’exclamation qui exprime toute l’indignation mêlée d’une ferme détermination d’un « non mais dites donc ! » sans réplique. Sous-entendu : « ça ne va pas se passer comme ça ! ».

Si ce « non » convaincu peut sembler abrupt dans son expression, il faut donc aller jusqu’au bout de sa déclinaison sans en condamner d’emblée le principe, pour entendre le « mais… » qui le complète pour en adapter la pratique à la situation de crise dans laquelle nous nous enfonçons à chaque drame un peu plus.

Non…

Non, je ne suis pas Charlie !

Non, je ne pense pas que l’on puisse rire de tout !

Non, je ne crois pas, par exemple, qu’on puisse encourager des enfants à rire en bande d’un camarade isolé dans une différence physique ou psychique quelle qu’elle soit.

Non, je ne crois pas qu’on puisse rire des faiblesses de l’autre quand elles touchent à l’intime !

Non, je ne crois pas qu’on puisse rire de la foi religieuse intime de l’autre simplement parce qu’on ne la partage pas !

Non, je ne suis pas Samuel !

Non, je ne crois pas qu’un professeur de collège puisse proposer à certains élèves de sa classe de se dispenser de son enseignement en raison de leur confession religieuse !

Non, je ne suis pas cette Éducation nationale qui entend éduquer plutôt qu’instruire !

Non, je ne crois pas que la hiérarchie de ce professeur mise au courant par des parents d’élèves choqués puisse le laisser renouveler l’expérience !

Non, je ne crois pas qu’il faille inclure dans les programmes du collège en histoire ou en instruction civique des sujets philosophiques aussi complexes que la liberté d’expression !

Non, je ne crois pas qu’on puisse demander à un professeur d’histoire d’illustrer ce concept avec des faits d’actualité, autrement que par l’exemple quotidien qu’il peut en donner dans son enseignement !

Non, je ne crois pas que l’enseignement délivré par l’école de la république au collège puisse aller au-delà de la seule connaissance et se perdre dans le débat d’idées sur des sujets aussi complexes et sensibles que le droit au blasphème !

Non, je ne crois pas que la mission de l’Éducation nationale soit de transmettre des valeurs plutôt que des connaissances !

Non, je ne suis pas en marche avec l’émotion d’un rassemblement désordonné !

Non, je ne crois pas à la pertinence d’une marche collective de soutien aux victimes, qui plus est, en pleine crise sanitaire qui nous astreint paradoxalement à une distanciation sociale de plus en plus difficile à accepter !

Non, je ne crois pas que l’émotion puisse se substituer à la détermination dans la lutte contre l’obscurantisme religieux qu’il va bien nous falloir une bonne fois pour toutes engager avec plus de réalisme !

…Mais !

Mais je suis en marche avec toute la détermination d’une troupe organisée !

Mais lutter contre l’obscurantisme, c’est frapper, frapper juste, frapper fort et frapper vite, en jetant toutes nos troupes dans la bataille et en menant une chasse impitoyable à tous ceux qui tergiversent !

Mais lutter contre l’obscurantisme, c’est frapper juste !

Mais frapper juste, c’est faire de Charlie ou de ses défenseurs, non pas des victimes, mais bien des héros, lorsqu’ils le payent au prix de leur vie !

Mais frapper juste, c’est ériger un monument aux morts en hommage aux héros de la rédaction de Charlie tombés au front de la lutte contre l’intolérance !

Mais frapper juste, c’est faire de leurs caricatures des icônes de la lutte contre l’intolérance religieuse !

Mais frapper juste, c’est ériger une statue à la mémoire de Samuel Paty, mort au champ d’honneur de l’enseignement public !

Mais lutter contre l’obscurantisme, c’est aussi frapper fort !

Mais frapper fort, c’est désormais, pour affronter une telle sauvagerie dans l’intolérance, afficher les caricatures de Charlie dans tous les collèges et lycées de France afin d’apprendre à tous les jeunes français la tolérance !

Mais frapper fort, c’est en même temps mener une chasse impitoyable, sans tergiverser, à tous ceux qui refusent d’accepter l’affichage de ces caricatures.

Mais lutter contre l’obscurantisme, c’est encore frapper vite !

Mais frapper vite, c’est faire en sorte que la hiérarchie de l’Éducation nationale ainsi que les autorités policières et judiciaires ne puissent laisser un parent d’élève diffuser sur les réseaux sociaux des messages diffamatoires ou menaçants à l’encontre d’un professeur et de son enseignement, sans réagir immédiatement avec la plus grande fermeté pour faire disparaître sans délai ces messages !

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 octobre 15:39

    Je ne pense pas utile de présenter Charlie pour le faire commenter à l’école.

    Grâce à l’héritage Hollando Vallsien, la France, c’est le château de Versailles, la Révolution, la tour Eiffel, la baguette de pain, et Charlie Hebdo.

    Cherchez l’erreur. On est enfermé dans Charlie. On est mort. C’est un suicide.


    • chantecler chantecler 21 octobre 08:22

      @Olivier Perriet
      Perriet c’est fou !
      ....
      A l’auteur :
      Si vous voulez véritablement exposer les caricatures , demandez à l’état de les afficher , de les placarder dans toutes les mairies de France , mais ne comptez pas sur des individus isolés pour se sacrifier .
      C’est trop facile .
      Ou alors ça dénote un instinct suicidaire .


    • charlyposte charlyposte 21 octobre 14:34

      @Olivier Perriet
      Ils ont même brûlé Notre-Dame, c’est dire !


    • charlyposte charlyposte 21 octobre 14:39

      @chantecler
      Un suicide collectif téléguidé par des généraux en herbe comme en 14 !


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 octobre 15:41

      J’ai relu mais ne comprends toujours pas les deux contenus explicitement contradictoires qui se succèdent dans cet article.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 octobre 16:14

        @Pierre Régnier

        le monsieur te dit qu’il n’est pas PS, mais LREM !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 octobre 17:06

        @Séraphin Lampion

        et Séraphin n’est pas assureur dans Tintin. Il est autre part, lui :

        ni pour, ni contre, derrière


      • tashrin 21 octobre 14:36

        @Pierre Régnier
        pas mieux. Et le pire, c’est que c’est inepte dans les deux cas...


      • rogal 20 octobre 18:10

        Mais lutter contre l’obscurantisme, c’est frapper juste !

        Les héros se présentent dans les défaites aussi bien que dans les victoires. Je ne vous apprends rien, Commandant. Les honorer fait-il une stratégie ?

        Mais lutter contre l’obscurantisme, c’est aussi frapper fort !

        Arguments de choc ! Voltaire n’avait qu’une plume pour frapper.

        Mais lutter contre l’obscurantisme, c’est encore frapper vite !

        Et pourvou qué ça doure...


        • Jonas Jonas 21 octobre 07:46

          « Mais frapper fort, c’est désormais, pour affronter une telle sauvagerie dans l’intolérance, afficher les caricatures de Charlie dans tous les collèges et lycées de France afin d’apprendre à tous les jeunes français la tolérance ! »

          N’importe quoi ! Aucune personne n’ira jamais manifester à La Courneuve ou à Roubaix avec des caricatures de Mohamed, car elle sait qu’elle ne tiendra pas 10 minutes en vie.

          Des personnes comme Mila, (qui a dû être déscolarisée) qui ont publiquement manifesté leur rejet de l’Islam, sont obligées de vivre sous la perpétuelle menace de mise à mort et de se cacher pour vivre désormais dans la clandestinité en France.

          Ces enseignants gauchistes qui ont endoctriné au moins deux générations de Français à la haine de soi, au multiculturalisme, au métissage, à « la religion de paix et de tolérance » islamique, au vivre-ensemble, ont cru qu’ils pouvaient impunément manipuler et se moquer des musulmans, en pensant être protégés par les « valeurs de la République ».

          Samuel Paty n’a pu que constater que dans un quartier islamique, les « valeurs de la République » sont en carton, et que non seulement elle ne l’ont pas protégé, mais elles l’ont carrément enfoncé.

          Caricaturer le prophète Mohamed est passible de la peine de mort ou de prison dans les 57 pays musulmans, on ne peut pas reprocher aux musulmans de se comporter en musulmans dans des quartiers islamisés de France, il fallait voir ça avant.
          Samuel Paty a tout simplement été confronté à la réalité de l’Islam, et assisté avec effroi, à la pulvérisation de son monde gauchiste.


          • chantecler chantecler 21 octobre 08:00

            @Jonas
            "Ces enseignants gauchistes qui ont endoctriné au moins deux générations de Français à la haine de soi, au multiculturalisme, au métissage, à « la religion de paix et de tolérance » islamique, au vivre-ensemble, ont cru qu’ils pouvaient impunément manipuler et se moquer des musulmans, en pensant être protégés par les « valeurs de la République ».

            Un vrai discours d’imbécile fasciste en début de journée ça décape .
            Il n’y a qu’ Agx site généraliste pour autoriser autant d’idioties .
            Vous êtes fier de votre connerie ?
            Continuez....
            Vous n’êtes pas le seul ici : on dirait le RV des abrutis d’extrême droite
            C’est instructif .
            On se croirait en 1930 avec la montée des ligues et l’arrivée de P.Pétain appelé par ces dernières et les fascismes européens , à la défaveur de la débäcle de 1940.
            Ou repartez dans le ventre de votre baleine malade.


          • Jonas Jonas 21 octobre 08:08

            @chantecler « Un vrai discours d’imbécile fasciste en début de journée ça décape . Il n’y a qu’ Agx site généraliste pour autoriser autant d’idioties .
            Vous êtes fier de votre connerie ? »

            À part insulter les gens sur Agoravox, vous avez une argumentation à produire ?


          • chantecler chantecler 21 octobre 08:13

            @Jonas
            C’est vous l’argument : tout un programme .
            On appelle ça les pages sombres de l’histoire avec son cortège de morts et de misères .


          • Jonas Jonas 21 octobre 08:07

            « Non, je ne crois pas que l’enseignement délivré par l’école de la république au collège puisse aller au-delà de la seule connaissance et se perdre dans le débat d’idées sur des sujets aussi complexes et sensibles que le droit au blasphème ! »

            Il sert à quoi l’enseignement délivré par l’école de la république alors ?

            C’est au nom des « valeurs républicaines », Liberté, Égalité, Fraternité que le gouvernement a fait venir des milliers de pouilleux du tiers-monde, des islamistes prêts à tuer au nom d’Allah.
            Sans ce délire immigrationniste, Samuel Paty serait toujours vivant aujourd’hui.

            Dans son discours du 2 octobre pour lutter contre l’islam radical, ...Macron déclare qu’il faut apprendre l’arabe à l’école, injecter 10 millions d’euros pour financer les écoles coraniques avec vos impôts....accueillir des migrants islamiséset aider les milliers d’imams misogynes, antichrétiens et antisémites dans les plus grandes mosquées du territoire !


            • zygzornifle zygzornifle 21 octobre 13:02

              Le gilet pare balle n’étant plus d’actualité je vais commander une minerve en kevlar histoire de ne pas me faire décapiter par une « chance pour la Rrance »


              • charlyposte charlyposte 21 octobre 14:36

                @zygzornifle
                Ou prendre des cours à couteaux tirés !


              • uleskiserge uleskiserge 21 octobre 13:37

                Arrogance puérile à la racine de laquelle on trouvera une haine certaine pour tout ce qui entrave la liberté d’une rédaction composée de « jouisseurs » a-sociaux d’une perversité jamais assouvie qui ne se reconnaissent aucun devoir envers quiconque...



                Hebdo irresponsable sans profit pour personne ni apport intellectuel ou artistique… que ce Charlie Hebdo qui confond la liberté d’expression avec l’acharnement haineux et raciste contre une de nos communautés, la plus faible qui plus est…



                Aussi, n’ayez aucune illusion : le courage aujourd’hui c’est de crier haut et fort : « Charlie Hebdo, ça suffit  ! »



                D’autant plus que personne ne nous forcera à choisir entre les fondamentalistes islamophobes et racistes soutenus par la majorité des médias ( zemmour, finkielkraut, val, fourest, E lévy, C. Hebdo, Marianne, C-news, Figaro, Atlantico et combien d’auttres… ) et les fous d’Allah.



                On ne vous cédera rien, à tous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité