• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Notre effondrement

Notre effondrement

JPEG
 
Ceci commença par la crise de l’eau. 
 
Oh bien sûr, il y avait déjà eu d’autres alertes auparavant. 
 
Bien d’autres : crise de la pollution (on avait même retrouvé des microplastiques dans le sang et les poumons des gens, autant que des insecticides en très grand nombre), crise de l’air (dans certaines villes l’air était tout bonnement irrespirable, les gens n’arrivaient plus à y vivre et tombaient malades et en mouraient par milliers), crise des déchets (les métropoles et même les banlieues croulaient sous des montagnes de déchets impossibles à recycler), crise économique (les échanges se ralentirent, les gens perdirent leur emploi en masse et l'inflation explosa), puis crise migratoire -de larges portions de territoires, à proximité des côtes tropicales, devinrent inhabitables par la combinaison terrible de vagues de chaleur inhabituellement longues et d’humidité chronique, contraignant des millions de personnes à migrer très rapidement pour fuir ces régions devenues mortelles en quelques semaines…
 
On avait également constaté l’impact de ces multiples crises sur la fameuse « biodiversité » : diminution des populations d’insectes jusqu’à 80% dans certaines régions, disparition d’espèces en grand nombre, « effondrement du vivant » comme on disait pudiquement…
 
Puis les pénuries s'intensifièrent : des choses qu’on croyait immuables, des biens qui avaient toujours été disponibles à profusion dans les rayons des supermarchés, venaient inexplicablement à manquer, et ce très rapidement... huile, moutarde, café, pâtes alimentaires, bouteilles de vin… cette crise s’étendit très rapidement aux matériaux de construction (bois, aluminium, sable, tuiles..) puis aux composants électroniques et industriels les plus pointus, qui étaient tous produits à des milliers de kilomètres de leur lieu de consommation : circuits intégrés, câblages, plastique thermoformé, etc.
 
Mais la crise de l’eau fut la mère de toutes : elle était celle par qui le feu fut mis à la planète tout entière, littéralement.
 
Malgré de multiples alertes lancées bien à l’avance, les responsables, « élites » et autres gouvernants en charge des décisions, et qui auraient pu changer les choses, refusèrent dans leur grande majorité de tenir compte des signes avant-coureurs, tout occupés qu’ils étaient à maintenir leur position sociale, et celle de leurs amis.
 
La pollution des nappes phréatiques par exemple, avait atteint des sommets dans certains endroits, avec des niveaux de nitrates ou de substances pharmaceutiques atteignant de telles proportions, qu’ils rendaient impropres à la consommation l’eau de régions entières. 
 
Il y avait aussi la baisse continue des précipitations, et les sécheresses qui s’étendaient dans des endroits où autrefois elles avaient été plus qu’exceptionnelles, jusqu’à devenir habituelles. Alors oui, on prit quelques « mesures », symboliquement, pour qu’on ne puisse pas dire qu’on était resté sans rien faire : interdiction d’arroser sa pelouse ou son jardin, de remplir sa piscine ou de laver sa voiture, entre 9h et 19h. Samedis et dimanches inclus.
 
Mais bien sûr ces mesures, plus destinées a continuer le business as usual qu'autre chose, ne servirent a rien. On éteint pas un incendie avec un verre d'eau... Il y eut donc ensuite des assèchements de cours d’eau, avec la disparition pure et simple de rivières et fleuves entiers qui autrefois, fournissaient l’eau indispensable pour la culture vivrière de centaines de milliers d’hectares de nourriture.
 
Et de millions de personnes.
 
Ainsi par ricochet les rendements agricoles chutèrent, au fur et à mesure que « le problème de l'eau », comme le qualifiait pudiquement le chef de gouvernement entre deux parties de jet-ski, s’étendait un peu partout sur le territoire, comme la nécrose sur un cadavre.
 
Les poissons d’eau douce disparurent, et les hommes se rabattirent sur ceux qui restaient en mer, qui disparurent peu après également, inaptes a supporter des "prélèvements" toujours plus massifs.
 
L'océan s'acidifia de manière irrémédiable, a cause de l'absorption continue, depuis plus de 200 ans, de quantités massives de CO2 issues de la combustion des énergies fossiles, véritable drogue de la civilisation thermo-industrielle. 
 
Les coraux blanchirent, et moururent, et avec eux disparurent les milliers d'espèces de poissons et d'invertébrés marins, qui les utilisaient comme pouponnières depuis des temps immémoriaux.
 
L’élevage ? On manquait de beaucoup, beaucoup trop de céréales et d'eau à cause de la sécheresse, pour pouvoir produire autant qu’avant. Le rendement des élevages s'effondra donc aussi.
 
Inutile de parler de la production de viande, car elle suivit encore plus rapidement la tendance : il fallait plusieurs milliers de litres d’eau pour produire un seul kilo de viande de bœuf, et cet aliment fut rapidement hors de portée de la plupart des bourses, de même que la quasi-totalité des viandes habituelles : porc, poulet, mouton, agneau…95% de ces productions étaient industrielles, produites en masse dans des fermes-usines, pour nourrir toujours plus d’êtres humains, année après année. Or, sans eau, impossible de maintenir la cadence. Les fermes-usines s'arrêtèrent de tourner.
 
Alors certes, on essaya bien de trouver des solutions, mais elles n’arrivèrent jamais : pas assez de temps pour les développer, et les mettre en œuvre à une large échelle, alors que des dizaines de millions d'estomacs commençaient à gargouiller. Furieusement.
 
La production de nourriture chuta si brutalement que les réserves (qui étaient de toutes façons quasi inexistantes vu le mode de distribution, mondialisé et à zéro stock) furent rapidement consommées, et les premières émeutes de la faim et de la soif apparurent encore plus vite.
 
En quelques jours, elles devinrent incontrôlables.
 
On pilla d’abord les supermarchés et leurs entrepôts, puis quand ceux-ci furent vides –l’affaire d’une semaine-, ceux qui avaient survécu se regroupèrent en gangs, de plus en plus violents.
 
Ces gangs écumèrent le pays, et il n’était pas rare de voir quelqu’un se faire égorger pour une boîte de conserve, ou tel autre se faire esclavagiser ou être enrôlé de force au service de « seigneurs de guerre » locaux…Seigneurs qui très rapidement, se mirent à se faire la guerre entre eux, qui pour un bout de territoire, une rue, un quartier…
 
L’Etat ? 
 
Son armée et sa police se disloquèrent somme toute assez rapidement : une fois les premières émeutes entamées, il y eut bien quelques tentatives de reprise en mains, mais elles échouèrent toutes, et c’est plus que compréhensible. La police et l’armée disposaient certes de plus de ressources, bien plus que la majorité des sans-dents moyens, il faut en convenir. Mais-hélas !- elles n’étaient pas illimitées. Et quand les grenades lacrymogènes furent épuisées, puis que les balles pour les fusils se mirent à manquer, à peu près en même temps que les rations de combat et les packs d’eau, ceux qui n’avaient pas été fusillés pour désobéissance se retournèrent contre leurs supérieurs, s’en débarrassèrent, et désertèrent, fuyant a travers tout le pays, espérant encore retrouver leur famille dans cet enfer.
 
Car oui, le pays, comme ses voisins –mais là aussi, on n’était sûr de rien, vu qu’internet, comme le reste des communications globales, ne fonctionnait plus depuis belle lurette- était devenu un véritable enfer.
 
Les stations d’épuration, fonctionnant à l’électricité, s’arrêtèrent peu après l’extinction des dernières centrales nucléaires encore en fonctionnement. 
 
Plusieurs réacteurs nucléaires, en manque d’eau chronique, purent être arrêtés dans les règles par les quelques techniciens et ingénieurs qui eurent à cœur de rester jusqu'au bout... ce qui sauva sans doute d’innombrables vies.
 
Mais quelques autres ne le furent pas à temps : soit les agents chargés de la maintenance étaient partis rejoindre eux aussi leurs familles, soit ils abandonnèrent leur poste dans la précipitation, essayant désespérément de fuir loin des émeutes et des troubles, laissant ainsi les cœurs nucleaires fondre, percer leurs enceintes de confinement, et irradier massivement des milliers de kilomètres carrés… et des millions de gens qui moururent quelques temps après. 
 
La fée électricité cessa de vivre a ce moment-là, et les stations d'épuration furent parmi les derniers automatismes à s'arrêter.
 
En l’absence d’un système d’assainissement des eaux usées fonctionnel, des maladies terribles, qu'on croyait oubliées depuis des siècles, et propagées par des populations de nuisibles hors de contrôle, et des conditions d'hygiène redevenues moyenâgeuses, réapparurent très rapidement : choléra, dysenterie, peste bubonique, malaria… Elles prélevèrent leur lot parmi les survivants, et il n’y avait plus aucun moyen de les freiner, car les hôpitaux et le système de santé étaient hors d’usage, en rupture de personnel, de fournitures et de courant depuis bien, bien longtemps.
 
Parmi le peu de ceux qui avaient survécu aux pénuries, aux émeutes, aux famines et à la maladie, il en resta qui durent ensuite affronter la guerre –les guerres.
 
Les centaines de gangs qui s’étaient appropriés les miettes de la civilisation thermo industrielle agonisante, régnaient chacun sans partage sur leur bout de territoire. Mais très rapidement, vu qu’on ne fabriquait, ni ne cultivait plus rien, on épuisait les réserves de son petit coin, et il fallait aller voir ailleurs, chez l'encombrant voisin, pour espérer survivre.
 
On en revint à la bonne vieille machette, au bon vieux bout de métal aiguisé sur un coin de pierre, car bien sûr les rares individus qui possédaient des armes à feu étaient soit déjà aux commandes, soit déjà morts. Et puis la plupart des munitions avaient déjà été tirées depuis bien longtemps, et on n’avait évidemment plus la capacité industrielle de les fabriquer. On se retrouvait donc avec des milliers d’armes à feu inutiles, si ce n’est pour le métal dont elles étaient constituées, métal que certains artisans talentueux arrivaient à récupérer et transformer en quelque chose de plus fonctionnel…
 
Les guerres de territoire durèrent longtemps : elles furent bien sûr très meurtrières, mais sans doute-et c’est là le paradoxe- très utiles pour les survivants, en éclaircissant suffisamment leurs rangs pour permettre au peu qui s’en sortirent de manger à nouveau à leur faim… en quelques mois d’affrontements, la population survivante avait de nouveau diminué de plus de 95%, et le milieu terrestre commençait alors à avoir une capacité de charge « normale ». Quelques dizaines d’êtres humains par kilomètre carré, c’était juste ce qu’il fallait pour que ce que certains, autrefois, appelaient avec mépris, distance et condescendance « biodiversité », puisse de nouveau se reconstituer lentement, au milieu des ruines, des cadavres et de la pollution. 
 
Le système Terre avait retrouvé son point d’équilibre, et sur ses ruines les quelques humains qui restaient debout essayèrent de continuer tant bien que mal leur petit bout de chemin.
 
Pas facile, dans un monde où les vagues de chaleur interdisaient désormais presque toute agriculture, où les pollutions radioactives, se déplaçant au gré des vents et des pluies, obligeaient sans arrêt à changer de place, et où désormais, en l’absence de toute médecine moderne, l’espérance de vie moyenne était retombée en dessous de 40 ans.
 
L'espèce humaine moderne, géante aux pieds d'argile, avait passé la main. 
 
Les légendes se propagèrent au coin du feu : nos ancêtres, avant la Chute, étaient les maîtres de la terre.
 
Nous avions construit des machines qui permettaient de toucher les étoiles et les planètes dans le ciel.
 
Nous pouvions voler sans ailes, et nos machines étaient partout, tout comme nous.
 
Nous avions des armes terribles, qui permettaient de détruire des régions entières.
 
Nos villes étaient immenses, et leurs immeubles tutoyaient les cieux.
 
Nous mangions et buvions à notre faim, tout était disponible en abondance.
 
Nous avions une médecine qui nous permettait de vivre jusqu'à cent ans, voire plus.
 
La paix était partout sur le monde, et il n'était plus nécessaire de se battre pour survivre.
 
Nous nous croyions invincibles.
 
Nous étions des géants.

Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • mmbbb 17 mai 13:13

    un conte eschatologique 


    • charclot charclot 18 mai 17:14

      @mmbbb
      un conte schatologique parce qu’on va vraiment être dedans... !


    • Louis Louis 17 mai 13:17

      MAD MAX 2022

      cétoutafésa et les choses vont aller très vite, très, très vite

      Théorie des dominos, entropie ...

      Combien d’entre nous serons encore là fin 2022 ?????

      Je n’ose même plus en parler à mon entourage qui joue à l’autruche

      Je préconise la distribution gratuite de cyanure à croquer (car plus d’eau pour avaler) c’est toujours mieux et plus rapide qu’un pfizer

       smiley


      • eddofr eddofr 17 mai 13:29

        @Louis

        Pessimiste va !

        2030, voir même 2040 si on réagit bien, certainement pas 2050.


      • xana 17 mai 21:29

        @Louis
        Ca pourrait être pire !
        Imagine que Poutine sache que la Rance n’a plus de munitions (tout envoyé en Ukraine, fallait être con...) et qu’il décide d’en profiter ?
        Un T72 stationné au coin de ta rue, un Armata devant chez toi...
        Et tu as fait dans ton pantalon ! Mais la laverie est occupée par des hommes casqués en vert, que faire ?
        Te suicider ? Mais tu n’as pas de balle dans ton chargeur (encore un coup de l’Ukraine) ! Te jeter à plat ventre, te tordre les mains, invoquer la pitié de ces sous-hommes ricanants ?

        Quel cauchemar !


      • Louis Louis 18 mai 14:39

        @xana
        Beuhhhhhhhhh
        tu vois trop de films américains (c’est vrai que les films russes sont chiants)
        mais qu’ils attaquent la rance (fleuve breton) RAB
        et je n’ai pas peur de la mort (je m’emmerde dans ce monde de merde), je l’attends avec sourire à condition qu’elle soit rapide et nette
         smiley
         


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 14:48

        @Louis
        Alligator 427 . Hubert Felix Thiefaine. Ça a 35 berges ce morceau.



      • eddofr eddofr 17 mai 13:38

        Aquaponie, hydroponie et permaculture (le tout sur le même domaines), puits, réserve d’eau de plusieurs milliers de mètres cubes (dont une grande partie enterrée (pas d’évaporation), circuit d’eau fermé, production et consommation de biogaz et de biocarburant, exploitation forestière durable, herboristerie, ...

        On peut s’en sortir, quelques années ... à condition d’échapper aux pillards !


        • sylvain sylvain 17 mai 14:50

          @eddofr
          l’humain n’attendra pas, certains, très riches, refuseront, ils le font déja, de juste s’appauvrir un peu . Ce sera la guerre civile avant d’être la pénurie


        • eddofr eddofr 19 mai 11:11

          @sylvain

          J’ajoute donc à ma liste de « précautions », habiter loin des concentrations de populations :)


        • tinga1 17 mai 14:45

          Mettons nous un instant à la place de ceux qui ont le pouvoir d’agir de manière conséquente à l’échelle planétaire, avant d’en arriver à la situation décrite par l’auteur, une réduction massive et ciblée de la population mondiale pourrait éviter ce chaos, et nous avons me semble-t-il assez d’armes de destruction massive pour accomplir ce projet, ainsi la troisième guerre mondiale passe de possible à fortement probable.


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 17 mai 14:54

            « Le libéralisme, ennemi le plus acharné du droit à vivre à l’abri  » Domenico Losurdo 2013

            Philosophe, historien et militant communiste, l’Italien Domenico Losurdo travaille depuis plusieurs années sur l’histoire du libéralisme afin de repenser un processus d’émancipation.


            • pipiou2 17 mai 15:11

              L’apocalypse a déjà été annoncé il y a plusieurs millénaires.

              Vous êtes le nouveau prophète ?


              • jymb 17 mai 15:11

                Rappelons que l’eau obéit à un cycle

                Elle peut être trop abondante à un endroit, pas assez ailleurs mais reste quantitativement présente à l’identique 

                Vous aurez beau boire et pisser, la faire évaporer, remplir une piscine , arroser un gazon...elle reviendra toujours via l’évaporation et les nuages ou la nappe phréatique 

                Le problème est le retour sous forme de grêlons ou d’inondations, ou l’attente durant des manques de précipitations. Mais l’eau est toujours là, simplement elle n’obéit pas à un dessin fixe.


                • eddofr eddofr 17 mai 15:19

                  @jymb

                  il me semble que le problème ce n’est pas l’eau, mais l’eau potable ...

                  Enfin, je ne suis pas spécialiste.


                • MagicBuster 17 mai 15:59

                  @Mondot
                  Oui , on n’arrose pas les champs avec du Coca ^^


                • pemile pemile 17 mai 16:56

                  @itzi bitsy « c’ est tout a fait possible de cultiver la pluspart des plante a l’ eau de mer »

                  V’la monsieur Jesaistout qui veut nous vendre un produit breveté ?

                  T’en as installé combien et où ?


                • 6russe2sioux itzi bitsy 17 mai 17:21

                  @pemile

                  mouche toi encore tu as de la merde dans le la tete smiley

                  Ya pas de brevet cretin , tout le secret c’ est d travailler en hydroponie sur des regosol dans un milieux bien drainant pour entrainer les sel inutile bien en profondeur et a contrario laver tes sol de surface .

                  Tu va ainsi utiliser 3/4 d’ eau de mec pour un seul lavage a l’ eau claire ...

                  les espagnol font ca depuis 30 ans ... 



                • pemile pemile 17 mai 17:33

                  @itzi bitsy « mouche toi encore tu as de la merde dans le la tete »

                  Y veux mordre le roquet ? T’as pas encore compris que les documents que tu nous refiles parlent d’eau saline souterraine et pas d’eau de mer ?


                • Gégène Gégène 17 mai 18:48

                  @Mondot

                  y’a bien mieux que l’eau pour arroser les plantes !

                  https://www.youtube.com/watch?v=vpGA8eCZrVw


                • 6russe2sioux itzi bitsy 17 mai 19:00

                  @Gégène

                  ha toi aussi t’ as reconnus nonos a moellons et pepedebile sur mère ...


                • charclot charclot 18 mai 17:36

                  @itzi bitsy @ pemile

                  bon les comiques, on peut dessaler l’eau saumâtre par évaporation. Cette technique est utilisé au Sénégal par exemple. En gros on a un récipient principal rempli d’eau de mer un récipient secondaire en général au centre du premier. Un plastique noir recouvrant le tout avec un cône descendant dans le second récipient. L’eau s’évapore et vient condenser sur le plastique et descend vers le bol central. C’est le principe le plus simple sans filtre à osmose inverse ou quelques qu’ils soient. C’est jouable pour de grandes quantités ensuite c’est surtout une question de moyens et de volonté politique ce qui au demeurant peut faire dire qu’on peut toujours se l’arrondir


                • 6russe2sioux itzi bitsy 19 mai 11:14

                  @charclot

                  oui tout a fait ...

                  en fait t’ as meme pas besoin que ton plastique soit noir dans les region tres chaude la ou on manque le plus d’ eau .


                • eddofr eddofr 19 mai 11:15

                  @Mondot

                  Le paysan qui arrose ses champs, il la tire d’où son eau ?

                  D’un captage ?
                  Qui puise l’eaux dans les nappes phréatiques, dans les aquifères, dans les fleuves ... d’où on tire l’eau potable
                  De réserve d’eau de pluie ?
                  Qui alimentent, par infiltration, les nappes phréatiques, les aquifères et les fleuves par ruissellement.
                  Du réseau ?
                  En France, on n’a qu’un réseau d’eau ... potable


                • charlyposte charlyposte 19 mai 11:20

                  @eddofr
                  La mise en bouteille de l’eau est à la fois un miracle de longue date et une manne financière considérable en France smiley ya pas d’eau !!!! LOL smiley


                • Soucougnan Soucougnan 17 mai 19:03

                  Le discours eschatologique a toujours été l’un des plus persistant dans la culture occidentale. Et les débuts de millénaire ont toujours été particulièrement propices à ce genre de craintes irrationnelles. Ensuite, à chaque époque son type de craintes, bien sûr, mais finalement, les millénaires passent et nous sommes toujours-là. smiley


                  • Xenozoid Xenozoid 17 mai 21:36

                    on est tous déjà morts, non ?


                    • En école de journalisme, j’ai difficilement décroché 7 stages dans 7 rédactions. Dans chacune, j’assurai EXACTEMENT le même travail qu’un titulaire. Dans un titre web, à part le réd. chef et son adjoint, tous les journalistes étaient stagiaires. Idem pour la com’ et le commercial

                      https://twitter.com/RiwanMarhic/status/1526552567613890561


                      • Sur terre la masse d’eau est la même .

                        Elle se déplace au grès des influences climatiques/météo.

                        Les US ont des lois et des outils pour provoquer des changements climatiques/ météo à la demande ...

                        En France les paysans utilisent des canons pour influencer la météo.


                        • jjwaDal jjwaDal 18 mai 05:40

                          @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                          Pas exactement. Notre espèce fabrique environ 1 Gt d’eau par an en brûlant des hydrocarbures pour l’essentiel. De plus la Terre n’est pas un système clos donc apports et pertes de et vers l’espace.


                        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 mai 08:09

                          @jjwaDal
                           
                          Une gigatonne c’est quoi au regard des 12,5 millions de gigatonnes d’eau douce déjà disponibles ?
                           
                          nb. Une gigatonne c’est 0,001

                          km3

                          Il y a 12.500 km3 d’eau disponible sur la terre sous forme d’eau douce (fleuves, lacs…) et encore plus d’eau dans l’atmosphère (12.900 km3).


                        • jjwaDal jjwaDal 18 mai 15:01

                          @Francis, agnotologue
                          Une gigatonne d’eau c’est 1 milliard de m3 soit 1 km3.Je suis conscient que c’est mince au regard des stocks mais je soulignais juste que le stock dans l’hydrosphère varie au cours du temps (long...). Il varie aussi dans l’atmosphère avec l’augmentation des températures et l’élévation du niveau des océans qui accroit la surface d’évaporation.


                        • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 18 mai 08:58

                          Le moteur de l’écologie, la peur, la terreur intellectuelle d’un monde horrible qui s’auto-alimente de délires apocalyptiques pour justifier sa haine, son envie de détruire le monde et mettre un monte totalitaire.

                          Un monde d’écolo totalement décalé dans ses délires qui s’imagine la nature belle, gentille et le bonheur sur terre.

                          Quelle horreur, moins de moustiques dans un monde ou l’écolo-marxiste est un bobo bourgeois abonné à la paye mensuelle de l’état ignore que la moitié du monde doit vivre sous moustiquaire.

                          Crève de la dingue, du chikungunya, du paludisme...

                          Quelle horreur, ces pays riches ou l’eau est filtrée, adjuvée de Carbonate de Baryum, de chlore, de phosphate ou sulfate d’alumine et tellement beau ces pays pauvres ou l’eau est naturelle, remplies de bactéries parasites naturelles, vecteur de choléra, diarrhée et méfaits de la nature.

                          Dans 500 ans, le monde retiendra que l’écologisme de la période du début des années 2000 fut une période d’obscurantisme manipulées par les peurs irrationnelles de mollah verts ou la surenchère d’un lavage de cerveau des masses a la peur du futur était permanente.


                          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 mai 09:04

                            @Spartacus Lequidam
                             
                             ’’Le moteur de l’écologie, la peur, la terreur intellectuelle d’un monde horrible qui s’auto-alimente de délires apocalyptiques pour justifier sa haine, son envie de détruire le monde et mettre un monte totalitaire.’’
                             
                            La contradiction ne lui fait pas peur, à celui qui a volé son pseudo !


                          • zygzornifle zygzornifle 18 mai 11:03

                            On va tranquillement vers les 10 milliards d’habitants, ça va chier grave entre la surpopulation, le climat et les ressources qui s’épuisent, on va finir comme Mars, plus d’eau, plus d’oxygène, plus de végétation, tout sera aride et cramé .... 


                            • charlyposte charlyposte 19 mai 11:26

                              @zygzornifle
                              Et si on commencé par pendre 10% des plus riches et influant au service du nouvel ordre mondial qui crée en fait le malheur des peuples pour monter en bourse comme des tarlouzes sur un cheval fou ! hum smiley


                            • 6russe2sioux itzi bitsy 19 mai 11:49

                              @charlyposte

                              je suis plus progressiste que toi ...
                              metre au bagne a vie 1% des pire magouilleur mondiaux ...
                              confisquer les 10% des plus riche actionnaire du monde ne pouvant justifier d’ un travaile pour ces rentrée obtenue par usure et speculation ....

                              me conviendrait deja ...

                              mais ne soit pas decu on pourra quand meme pendre et ecarteler ceux dont les magouille on causer des mort par la guerre , la famine , l’ empoisonement ou le travail de damné payer a des salaire de misere ...

                              y as deja une belle brochette d’ exemple a faire smiley

                              charlyposte 19 mai 11:26

                              @zygzornifle
                              Et si on commencé par pendre 10% des plus riches et influant au service du nouvel ordre mondial qui crée en fait le malheur des peuples pour monter en bourse comme des tarlouzes sur un cheval fou ! hum 



                            • ticotico ticotico 18 mai 14:13

                              Trop cool ! C’est génial ce futur plein de promesses, on dirait le programme de Lrem, ah, on me dit qu’ils ont changé (de nom seulement, faut pas exagérer...) maintenant ça s’appelle resucée, reset, renaissance... un truc qui te dit que c’est hier en pareil, mais mieux quand même.


                              • Gisyl 18 mai 16:43

                                Je suis comme Fender : relax face à l’effondrement de la civilisation :

                                https://www.youtube.com/watch?v=jZkPDeDdc0g

                                De toute manière, Kenshiro viendra tous nous sauver des gangs violents après l’apocalypse.


                                • ETTORE ETTORE 22 mai 21:04

                                  Je ne pense pas que le principal problème seras l’eau....Même...Au contraire !

                                  Quand à coup de champipi nucléosés, on auras « gagné » un minuscule territoire, désormais invivable, et que les glaçons apéritifs des banquises, et autres enneigements, auront fondus pour de bon.....Nous aurons autant d’eau, et même plus que nous le souhaiterions.

                                  Mais salée, comme celle de nos larmes, pour avoir été trop longtemps, trop cons, à écouter des gens, qui ne savaient faire, que des déserts, des forets vierges, des dépotoirs, des terrains agricoles, et des écervelés smartphonisés QRtisés, de toute la race humaine, juste, juste, pour un sentiment de jouissance en impuissance.

                                  Et qui ne dure guerre plus, que le temps d’ouvrir le premier bouton de la braguette !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité