• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nous devrions tous nous considérer comme des élèves...

Nous devrions tous nous considérer comme des élèves...

La vie est un apprentissage permanent qui nous permet d'avancer, d'acquérir une expérience, des savoirs multiples.

Au fond, nous devrions, tous, nous considérer comme des élèves : chaque jour doit nous offrir l'occasion d'apprendre, de nous enrichir de connaissances.

Chaque jour doit être une occasion de découvertes.

Le savoir est multiple : rencontres, lectures, voyages, et ce savoir est plus facile d'accès, de nos jours, grâce à internet, et à de nombreux moyens de communication.

La lecture nous apporte beaucoup : l'univers des mots est infini, notre littérature est si diverse, si riche, on peut, grâce aux livres voyager dans le temps et l'espace, on peut s'enrichir de cultures diverses.

Les épreuves auxquelles nous sommes confrontés, tout au long de notre vie, sont, aussi, incontestablement une façon de progresser dans une forme de sagesse.

Elles sont une école d'effort, de persévérance, elles forgent notre caractère, nous donnent une envie de nous dépasser.

Les difficultés, les obstacles sont indispensables à la formation d'un individu.

Et quand notre école s'efforce de gommer ces difficultés, elle se fourvoie complètement : suppression des notes, abolition des punitions, notations valorisantes, baccalauréat bradé...

La vie est bien un apprentissage permanent : c'est ainsi qu'il faut la concevoir, avec une certaine modestie.

Nous sommes tous des élèves, nous avons tous envie de progresser, de découvrir.

Nous avons, tous, besoin de nous élever, de grandir vers plus de conscience, de vérités, de connaissances.

C'est le savoir qui nous propulse vers l'avenir, c'est le savoir qui nous rend heureux.

C'est la savoir qui éveille sans cesse notre curiosité, notre envie d'apprendre...

Nous avons tous été des élèves, dans des écoles, des collèges, des lycées : nous avons, parfois, souvent, perçu les apprentissages comme une contrainte, une servitude...

Et, au fil du temps, nous avons compris que cet apprentissage est permanent, il est nécessaire, il est vital : il est la vie même...

La vie nous forge et nous modèle : elle nous apprend toujours plus.

Et même le métier que nous exerçons nous apprend beaucoup, qu'il s'agisse d'un métier manuel ou intellectuel. Le contact avec les autres est aussi particulièrement enrichissant.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/08/nous-devrions-tous-nous-considerer-comme-des-eleves.html

Documents joints à cet article

Nous devrions tous nous considérer comme des élèves...

Moyenne des avis sur cet article :  1.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • gueule de bois 9 août 2018 12:06
    Nous sommes tous des élèves, nous avons tous envie de progresser, de découvrir.
    Postulat faux !
    Les esprits curieux sont en infime minorité. La plupart des gens ne veulent pas apprendre, ne veulent pas savoir, ne veulent rien découvrir et se foutent du pourquoi du comment pourvu qu’ils puissent satisfaire leurs envies.
    Dans le cas contraire pourquoi la plupart des systèmes d’enseignement utilisaient la contrainte, que vous semblez regretter d’ailleurs.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 août 2018 13:30

      @gueule de bois


      Le différence est dans le qualité de l’échelle. Certains préfèrent l’élévation rapide, sans goûter les étapes. Etonnés ensuite de n’avoir pas acquis l’art de l’échelon et retombant en piqué. D’autres s’élèvent pour pouvoir se recoucher au plus vite (ma dope, ma bouffe, mes appareils électro-ménager : plutôt tapis roulant). Certains se lèvent déjà couchés, une cuillère en or dans la bouche (les autres se chargent de poser la couronne sur la tête,....). Rien à franchir, déjà affranchis des contraintes de la vie, emprisonné de n’avoir jamais goûté la vraie liberté. Et puis, il y a les autres. Déjà parqués dans les chemins pré-préparés par ceux qui les ont construits pour eux. C’est l’automate de la tomate farcies des grandes surface. Leur élévation se mesure à la puissance de leur carnet d’épargne et leur assurance sur la mort préparée. Reste les autres. Eux, il n’attendent rien ,n’espèrent rien. Simplement, c’est con, mais ils ont décidé qu’une vie de chien, c’est bien, mais quand même,..la pâtée tous les jours, c’est pas vraiment le Nirvana. Essayons un autre voie. Tiens, ce livre, quelqu’un l’a écrit. Il devait avoir envie d’autre chose. Alors, pourquoi pas moi,...Leçon numéro : trouver les mots,...

    • rosemar rosemar 9 août 2018 14:26

      @gueule de bois

      C’est la société de consommation qui pousse les gens vers une forme de nihilisme dangereux... 
      Mais l’homme est fait pour apprendre, dès l’enfance : apprendre à marcher, à parler, à lire, écrire, compter, une forme d’épanouissement et de liberté, déjà...
      Si l’enseignement utilise la contrainte, c’est que l’enfant ne saisit pas encore bien tout l’intérêt des apprentissages...

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 août 2018 14:38

      @rosemar


      Nous sommes au stade de la consomption. Mais nous apprécions toujours vos articles quotidiens. Je ne me rappelle plus ce pro« verbe » africain. L’avenir appartient à ceux qui chaque jour pose un caillou. Quelle que soit, l’importance, la beauté ou la valeur de celui-ci. Quand la civilisation sombrera comme c’est à prévoir. Ils brilleront pour retrouvez le chemin. En attendant,... J’attends déjà le prochain. MERCI.

    • Jason Jason 9 août 2018 18:57

      @gueule de bois


      Vous avez parfaitement raison. On sait depuis Montaigne, et bien avant, que l’ignorance « est un doux et mol oreiller ».

      La curiosité est présente à degrés divers chez les individus, et cette curiosité, modulée de mille façons façonne les connaissances.

      Vieux débat : faut-il contraindre, guider doucement, cajoler éventuellement, récompenser ou non ? etc. 

      A la notion d’élève, je préfère celle de disciple, plus relâchée, plus ouverte. A celle de maître, celle de conseiller, d’accompagnateur, de coéquipier.

    • Ben Schott 9 août 2018 12:11
       
      Nous devrions tous apprendre à rédiger un billet quotidien qui soit construit, agréable à lire, original et qui suscite l’intérêt, voire la réflexion.
       


      • rosemar rosemar 9 août 2018 14:27

        @Ben Schott

        On attend avec impatience votre premier billet.... agréable, original, génial, etc.

      • Ben Schott 9 août 2018 14:35

        @rosemar

         
        Cherchons d’abord ensemble le maître, voulez-vous ?
         


      • mmbbb 9 août 2018 19:06

        @Ben Schott Je n prendrai pas Alexandre de ce media il me fera fuir 


      • gueule de bois 9 août 2018 12:15
        La vie nous forge et nous modèle : elle nous apprend toujours plus.
        Pas pour Daniel Balavoine (La vie ne m’apprend rien).
        Quand aux Chinois ils estiment que « L’expérience est une lanterne que l’on porte dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru ».

        • rosemar rosemar 9 août 2018 14:31

          @gueule de bois

          Certes, mais il s’agit d’une chanson engagée où Balavoine nous met en garde contre des médias qui nous trompent... il faut donc rester vigilant et ne surtout pas gober tout ce qu’on nous dit....


        • mmbbb 9 août 2018 19:11

          @gueule de bois Les Chinois vont peut être racheter les pianons de tres bonne facture americain Steinway Ils sont incapables de construire ce type de piano Ce sont les jesuites qui ont amene les horloges en Chine , ce sont les transferts de technologie qui ont amene ce pays a se moderniser Bien que la Chine fut une patrie de la science , les chinois ont eu besoin de la lanterne des autres afin de rattraper le retard Les aphorismes au delà de l effet de style sont souvent creux


        • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 9 août 2018 20:42
          @rosemar,
          « il faut donc rester vigilant et ne surtout pas gober tout ce qu’on nous dit.... »
          Absolument.
          Morceaux choisis :
          « Vous voulez faire sortir la France de l’Union Européenne ? Mais vous reprenez-là les idées de Marine Le Pen ? » Et un point de gagné !
          Mais pour en gagner d’autres :

          L’anglais est « LA langue internationale »,

           — La langue anglaise s’est imposée dans le monde,

           — Avec l’anglais, on peut se faire comprendre partout.

           — Avec l’anglais, on se débrouille partout.

           — La langue anglaise est beaucoup plus facile à apprendre que les autres langues.

           — Le français est trop difficile.

           — L’anglais a une grammaire et une conjugaison bien  plus  faciles que le français.

           — Les français sont nuls en langues étrangères,

           — L’enseignement des langues vivantes en France est  nul.

           — L’anglais a gagné. 

          Mais encore…

          « Les Français doivent cesser de considérer l’anglais comme une langue étrangère. » (phrase célèbre déclarée par un de vos ex-patrons.

          Ils doivent désormais parler anglais.

          — L’Académie française devrait…

          — Il faudrait réformer le français…

          Et pour finir :

          L’espéranto est une langue mort-née, qui ne peut pas exprimer toutes les nuances de la pensée humaine, l’espéranto n’a produit aucune littérature, il n’y a pas de culture derrière cette langue, Jamais un enfant n’a chanté une comptine en espéranto, etc.

          Tout ce qui vient d’être énuméré est soit faux, soit très discutable.

          Pourtant, on l’entend tous les jours.

          Comment disiez-vous déjà, Rosemar  ?
          « il faut donc rester vigilant et ne surtout pas gober tout ce qu’on nous dit.... »


          Cordialement.


          Thierry Saladin

           


        • rosemar rosemar 10 août 2018 09:18

          @Thierry SALADIN

          Merci pour ce florilège : personnellement je ne crois pas en l’avènement de l’espéranto... mais je suis attachée à ma langue, le français et je combats le recours à l’anglais qui a tendance à se propager.

        • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 10 août 2018 09:45
          Bonjour rosemar,

          Et vous ne vous êtes pas posée la question de savoir pourquoi un défenseur de la langue française comme moi (pour info : c’est le cas depuis au moins cinquante ans, et j’en ai 63 cette année) s’était intéressé à l’espéranto, à l’âge adulte (pour info : il y a 25 ans aujourd’hui) ?

          Il y a évidemment un lien. Un lien que vous ne voyez pas. Mais je vous rassure, c’est le cas de beaucoup de défenseurs de la langue française.
          Rappel : stand de l’AFRAV*le 1er septembre 2018, foire des associations à Nîmes.

          Cordialement.

          Thierry Saladin

          * L’AFRAV est une association de défense de la langue française. Rien à voir avec l’espéranto.

        • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 10 août 2018 09:49
          @Thierry SALADIN

           Et vous ne vous êtes pas posÉ la question de savoir....

          Grrrrrr !!

        • gueule de bois 9 août 2018 12:17
          Et même le métier que nous exerçons nous apprend beaucoup
          Quelques semaines, quelques mois, au mieux un an ou deux après c’est la routine et c’est (souvent ) très ch...

          • rosemar rosemar 9 août 2018 14:33

            @gueule de bois

            C’est vrai : la routine peut être épuisante, mais il n’empêche, le métier que nous exerçons nous permet d’accumuler des expériences... mais trop souvent, on nous en demande trop... de là vient aussi l’épuisement.

          • gueule de bois 9 août 2018 12:18
            C’est le savoir qui nous propulse vers l’avenir, c’est le savoir qui nous rend heureux.
            Pour les cocus c’est plutôt l’ignorance !

            • gueule de bois 9 août 2018 12:19
              Nous avons tous été des élèves, dans des écoles, des collèges, des lycées : nous avons, parfois, souvent, perçu les apprentissages comme une contrainte, une servitude...
              Nous avons là une belle contradiction qui aurait mérité un développement.

              • rosemar rosemar 9 août 2018 14:36

                @gueule de bois

                Quand on est enfant, adolescent, on perçoit souvent l’école comme une contrainte : il faut voir la joie des élèves quand un prof est absent !

                C’est plus tard que l’on comprend l’intérêt de ce que l’on a appris....

              • mmbbb 10 août 2018 07:24

                @rosemar l apprentissage que j ai reçu etait du gai savoir si cher aux humanistex. IL y a deux deux distinctions a apporter l apprentissage des savoirs qui peu se faire tour au long de la vie et heuruesement aujourd hui la connaissance et accessible et l appréhension de la vie Le savoir ne donne pas forcément les clefs


              • gueule de bois 9 août 2018 12:22
                Les difficultés, les obstacles sont indispensables à la formation d’un individu.
                Encore une généralisation hâtive. Des individus sont ’cassés’ par l’adversité, d’autres ne résistent pas au succès. Tout dépend des conditionnements et de la personnalité.

                • rosemar rosemar 9 août 2018 14:38

                  @gueule de bois

                  Bien sûr, face à certaines difficultés très graves, il est difficile de rebondir... mais la vie de chacun d’entre nous est forcément confrontée à des obstacles... et il faut les dépasser.

                • gueule de bois 9 août 2018 12:28
                  Le savoir est multiple : rencontres, lectures, voyages, et ce savoir est plus facile d’accès, de nos jours, grâce à internet, et à de nombreux moyens de communication.
                  Voilà maintenant un autre son de cloche, la plupart du temps vous pestez contre la technologie et les ’branchés’. Faudrait savoir !

                  • rosemar rosemar 9 août 2018 14:39

                    @gueule de bois

                    Non, ce n’est pas contradictoire : il faut savoir bien utiliser les outils dont nous disposons...

                  • gueule de bois 9 août 2018 12:31
                    Et quand notre école s’efforce de gommer ces difficultés
                    L’École d’aujourd’hui ne cherche pas à gommer les difficultés elle cherche à gommer les différences. La règle est donc « alignement par le bas », on va au plus simple et au moins coûteux.

                    • rosemar rosemar 9 août 2018 14:40

                      @gueule de bois

                      C’est la même chose...

                    • gueule de bois 9 août 2018 12:42
                      La lecture nous apporte beaucoup
                      Surtout celle de Gala et de Closer, qui nous renseigne sur les frasques du scootériste.

                      • Ciriaco Ciriaco 9 août 2018 12:53
                        Le Rat a dit, tu n’apprendras pas.
                        Le Rat a dit, rien ne sert de s’intéresser à des choses qui ne servent à rien.
                        Le Rat a dit, les talents servent l’entreprise et l’innovation.

                        Le Rat a dit, tu travailleras plus longtemps.
                        Le Rat a dit, le temps des Rats est venu.

                        Et les petits rats ont dansé, en se mettant quelques beignes.

                        - A mon ami des rues, chat de gouttière, Walt.

                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 août 2018 13:12

                          Elève. Qui s’élève,.. De toute façon, le matin nous devons bien nous lever et une autre journée commence.Cent fois sur le métier.


                          • rosemar rosemar 9 août 2018 14:41

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                            En effet, voilà du bon sens !

                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 août 2018 15:07

                            @rosemar

                            Oui, mais les chaussures n’ont pas la vocation d’indiquer la bonne direction. Jeune je mettais toujours des chaussures de marques SALAMANDER (CF : NABUM).

                          • Le421 Le421 9 août 2018 16:41

                            A noter que bien souvent, ceux qui savent tout sur tout - du moins, paraissent - sont de fieffés hâbleurs doublés de menteurs invétérés.



                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 août 2018 18:25

                              @rosemar


                              Dans une réunion, politique, une personne de proposer : mais lancez-nous une épithète : il pleut aujourd’hui « épithète » que demain, il y aura du soleil.

                            • rosemar rosemar 10 août 2018 08:21

                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                              C’est une blague belge ?

                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 août 2018 21:24

                              @rosemar


                              Oui et non,..Mais je n’en dirais pas plus. Risque de sous-entendu r.......e..

                            • Henry Canant Henry Canant 9 août 2018 16:52

                              Pour trouver texte plus insipide, il suffit de faire des recherches dans les textes du melon de la Loire ou dans les propres écrits de rosemar.

                              La bêtise semble sans limite chez ces deux là.

                              • eric 10 août 2018 01:59

                                @Henry Canant
                                Et en plus, formellement, c’est long. Le fond, c’est apprendre c’est bien et tout peut en être l’occasion.

                                Mais il y a quand même un coming out assez émouvant. En en apellant à l’effort, la difficulté, les notations, etc...l’auteur renie tout un long passé de pédagogue progressiste égalitariste au service de la destruction de l’école de la république. Noyé dans la banalité, il y a quand même une sorte de mea culpa caché... un progrès quoi. Dommage qu’il soit sans doute déjà trop tard...


                              • philippe baron-abrioux 10 août 2018 18:06
                                @ l’auteur ,

                                 Bonjour Rosemar ,

                                 et si nous incitions nos enfants à être CURIEUX , simplement, mais en permanence , à propos de tout , si on les laissait poser toutes les questions qui leur viennent à l’esprit et si quand il nous en posent , on prenait le temps de leur répondre ?

                                bonne fin de journée  !

                                 P.B.A.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès