• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nouvelles victimes du système Madoff

Nouvelles victimes du système Madoff

En France, des millions de citoyens découvrent, avec horreur qu’ils sont, à leurs insu, victime d’une réplique, à très grande échelle, du système Madoff.


Un système où ceux qui sortent sont payés par ceux qui entrent. Or, comme dans tout système pyramidal de ce type, le nombre d’entrants finit par baisser alors que le nombre de sortants augmente, ce qui enclenche une réaction en chaine et un effondrement brutal de tout l’édifice.

Que fait l’état pour protéger les citoyens d’une telle arnaque, d’un tel désastre annoncé ?

Rien !

Ou plutôt, il cherche a perpétuer le système ce qui ne fera qu’aggraver la situation.

Vous avez compris que je parle du système de retraite par répartition, cette monstrueuse arnaque, qui fonctionne d’autant mieux qu’elle est auréolée d’une image de solidarité "générationnelle".

Il s’agit en fait d’un système des plus injustes, ou encore une fois les plus pauvres sont les premières victimes, avec pour seule consolation, de faire le bonheur des brillants donneurs de leçon qui prônent la générosité avec l’argent des autres.

Pour un smicard, c’est 17% de ce qu’il gagne, qui sont ponctionné : Deux mois de salaire par an !

Tout ça, pour risquer de ne rien avoir au bout du compte.

Les donneurs de leçon, eux, auront placé une partie de leur économie dans des assurances vie, (Préfon par exemple). Ils en ont les moyens. Que dire des plus riches qui, eux, ne sont absolument pas concernés.

En plaçant 17% de leurs revenus dans une retraite par capitalisation, un smicard aura cumulé, après 40 ans de cotisations, 550 000 euros !

Ceci est basé sur des chiffres réels : un taux de 7% par an, en épargnant 226 euros par mois. Le taux de 9% est le taux réellement obtenu par des actions sur une longue période (supérieur à 20 ans) quelques soient les crises financières traversées (crise de 1929 incluse). Sachant que les placements pour des retraites incluent aussi des obligations, le rendement est calculé sur 7%/an par précaution.

Cet argent, investi dans des entreprises, dope l’économie, ce qui augmente encore l’attrait du système. Enfin, le taux calculé, l’est en euros constants, car la bourse a comme avantage, entre autre, de compenser l’inflation.


Enfin, avantage supplémentaire du système, c’est qu’il est possible d’en sortir quand ça nous chante : à 55 ans, à 60 ans ou 70 ans !

Un filet de protection minimum, pour garantir les situations extrêmes, est facilement financé par les économies réalisées.

Un pays comme le Chili, par exemple, a mis en place ce système (José Piñera), et aucun des différents gouvernements, de droite ou de gauche, ne l’a remis en cause.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 17 février 2010 10:50

    Libéral par humanisme ?
    Merci pour la brillante démonstration !
    Fonds de pension, piège à cons... Lisez Lordon
    Prendre l’exemple du Chili ne manque pas de sel , surtout avec l’exemple de Pinera, le nouveau Berlusconi des Andes

    "Malgré un budget en hausse (+ 8,9%) qui s’appuie sur le niveau extrêmement élevé du cuivre sur le marché mondial, la politique publique de M. Bachelet reste celle d’une assistance ponctuelle en faveur des plus déshérités. Les premiers gestes de politique internationale du nouvel exécutif sont venus garantir l’ancrage du Chili comme allié stratégique des États-Unis en Amérique du Sud et en faveur d’un libre-échangisme débridé, où le Chili est fortement dépendant de l’exportation de ses matières premières et ressources naturelles (cuivre, bois, pêche, etc.) Pourtant, les problèmes sont de taille et ce à commencer par trois dossier brûlants : la faillite totale du système de retraites par capitalisation (qui doit constituer l’un des grands chantiers de cette présidence) ; un système de santé à deux vitesses, laissant au bord de la route les plus fragiles ; enfin, une éducation municipalisée et transformée en un vaste marché par la Loi organique sur l’enseignement (LOCE), votée par le général Pinochet juste avant son départ [le mouvement étudiant contre cette loi – les «  pingouins » – a été traité fort brutalement par la présidente Bachelet qui a une conception de « l’ordre juste très proche de celle de Ségolène Royal.
    Face à cela, le gouvernement ne semble pas prêt à modifier significativement la fiscalité du pays ou encore l’échelle des salaires, pourtant profondément injustes. Même chose en matière de ressources minières : malgré des discussions sur d’éventuelles royalties, le cœur de la législation sur l’exploitation du cuivre sera conservé, ensemble de lois qui légalisent - depuis les temps de la dictature - une véritable aliénation de cette ressource non renouvelable au profit des multinationales et au détriment de CODELCO (la Corporation du cuivre publique) . Ainsi que le notait un reportage du quotidien français le Figaro durant la campagne : « Tenir tête aux 16 entreprises qui contrôlent 80% de l’économie chilienne, en redessinant la fiscalité et en renforçant le droit du travail est exclu ».

    ______ Malgré de bons indicateurs économiques et la baisse sensible de la pauvreté, passant de 38,6 % de la population en 1990 à 18,8 % en 2003 , le pays possède un grave défaut : l’inégalité de répartition des richesses. Ceci a pour effet de créer une brèche sociale nette entre riches et pauvres.
    -Selon des informations sur le développement humain de l’ONU en 2005, le Chili possède un coefficient de Gini de 0,57, le situant à la 113e place sur 128 de la liste des pays par égalité de revenus. Cette inégalité est difficilement rattrapable. Ce problème est attribué à l’économie venant des diverses entreprises prônant le néolibéralisme (en opposition à l’économie à tendance socialiste développée entre les années 1950 et les 1970). De nos jours, les 20 % des plus riches du pays gagnent 14,3 fois ce que reçoivent les 20 % des plus pauvres


    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 11:11

      Voici, pour vous répondre, un lien vers le site de l’O.C.D.E :http://www.oecd.org/document/2/0,3343,fr_2649_34487_44270338_1_1_1_1,00.htm l


    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 23:21

      @ Zen

      Si je vous lis bien, vous préférez un pays avec l’ensemble de sa population qui crève misère, plutôt qu’un pays, dont la population s’enrichit globalement (c’est-à-dire que les plus pauvres le sont un peu moins) mais dont les inégalité augmente.

      C’est vrai que nous ne partageons pas les même valeurs !


    • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 18 février 2010 02:12

      .

      .

      Il faut avoir un culot monstre pour comparer le système de nos retraites par répartition aux agissement d’un Modoff. Il faut encore être plus cons que la moyenne pour oser dire que l’état cherche à perpétuer un système frauduleux du même type que cette escroquerie. Vous êtes un sacré menteur lorsque vous dites en parlant du smicard que 17% de son salaire lui sont prélevé pour financer sa retraite.

      Comment un article aussi mensonger puisse-t’il passer à la modération ?

      En réalité Monsieur vous n’avez rien compris. C’est le consommateur qui paient pour nos retraites car le prix de revient de nos salaires avec toutes les charges, est répercuté sur le prix vente des biens. Le système n’est pas pyramidale. Tant que les gens auront un pouvoir d’achat et consommeront, le système fonctionnera. Ça marche mieux qu’aux États Unis où madame Clinton et Obama avaient cherché à réformer leur système en prenant pour modèle celui des Français mais ils n’ont pas pu aboutir à cause de gens comme vous qui ne comprennent rien à rien. Les républicains ont refusé estimant que ce système était trop socialiste.

      Comment vivront demain tous ceux qui ont cotisé pour un fond de pension qui a fait faillite parce qu’ils ont spéculé avec l’argent récolté. Ces gens n’ont plus rien et vous n’en parlez pas dans votre article. Vous donc menti exprès par omission. Si vous niez avoir menti, je vous accuserais de n’être qu’un prétentieux qui prétend savoir alors qu’il ne sait rien ce qui est toujours un mensonge.


    • lmartelli 21 février 2010 15:37

      Manifestement, vous ne savez pas bien lire.


    • foufouille foufouille 17 février 2010 10:58

      marche ou creve
      surtout si la bourse se petent la tronche

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Retraite_en_France

      ca existait en 1910


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 11:06

        Comme je le précise dans mon article, les actions ont progressé, malgré la crise de 29.

        Enfin, la bourse est le meilleur outils pour créer de la richesse.


      • Kelson 17 février 2010 11:25

        La bourse ne créé aucune richesse (où du moins une richesse tout à fait marginale)... Ce qui créé de la richesse in fine c’est uniquement le travail des gens.


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 11:37

        Grâce à la bourse, il y a des entreprises, et grâce aux entreprises, il y a de la richesse créée.


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 11:45

        Autre précision, ce qui crée de la richesse, ce n’est pas le travail, c’est la réponse à un besoin et l’échange de compétence et de service.

        Si vous vous éreintez à fabriquer des bidules inutiles et que personne ne veut, vous ne créez aucune richesse.

        En revanche, si vous mettez votre talent au service des autres, vous créez de la richesse.


      • wesson wesson 17 février 2010 12:45

        Bonjour l’auteur,

        "Grâce à la bourse, il y a des entreprises, et grâce aux entreprises, il y a de la richesse créée."

        N’importe quoi ! Dans le domaine du financement des entreprises, rien n’a changé depuis les 30 dernières années. Les entreprises se financent soit par la croissance interne (elles gagnent du pognon qu’elles réinvestissent), soit par le prêt bancaire. Le rôle de la bourse a été quasi-nul dans ce domaine, et d’ailleurs il faut voir en pourcentage quel flux cela représente : une part totalement ridicule de la masse de capitaux échangés.

        Et d’ailleurs cette inefficacité totale de la bourse à financer de manière pérenne le développement des entreprises a amené les dirigeant de groupes de moyenne importance à se trouver des financiers qu’ils pensaient un peu en dehors du circuit boursier, à savoir les fonds de pension. Ils y ont hélas subi mort et passion sous leur férule car si les fonds de pensions ne sont effectivement pas du marché boursier, ils n’en demandent pas moins une rentabilité à très court terme insoutenable pour une entreprise.

        Les choses sont parfaitement claires maintenant, la bourse tourne en circuit fermé totalement en dehors de l’économie produisant de la plus value, et n’a pratiquement aucun intérêt institutionnelle. Pour le dire autrement c’est du pur parasitisme.

        Il faudra de tout manière songer assez rapidement à fermer tout ça !


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 14:19

        @ Wesson,

        Je vous rassure, la bourse existe toujours. Il y a toujours des actions à vendre et à acheter, et une actions est toujours une part dans le capital d’une entreprise (= une partie de l’outil de travail).

        Qu’il y ait aussi des marchés monétaires, n’est pas faux non plus, mais il ne s’agit pas de la même chose, et cela ne répond pas aux mêmes besoins.

        Les marchés monétaires sont là pour anticiper les décisions politiques concernant la monnaie. Je n’ai, d’autre part, jamais entendu dire (mais je peux me tromper) que des fonds de pension aient investi sur ce type de marché. Si certains le faisaient, cela ne m’inciterait pas à placer ma retraite chez eux.


      • Cug Cug 17 février 2010 15:27

        « Grâce à la bourse, il y a des entreprises, et grâce aux entreprises, il y a de la richesse créée. »

        Guère plus débile comme phrase ....
        C’est parce qu’il y a des entreprises qu’il y a des bourses et en plus il peut même y avoir des entreprises sans bourse.


      • Cug Cug 17 février 2010 15:30

        En gros l’auteur est un adepte de l’économie financière, les paris, le pillage, l’escroquerie, le casino en quelque sorte.
        Al Capone et Madoff aussi avaient de beaux costumes, de grandes maisons, pleins de pognons et les larbins qui vont avec ...


      • R.L. 17 février 2010 15:36

        @jesuisunhommelibre

        Ça m’évoque « Jesuispartout »...
        La bourse ? « Faut-il la fermer ? » Lisez l’article de F. Lordon dans le dernier numéro du Monde Diplomatique et répondez à l’argumentation qu’on rigole encore !
        Sur votre lancée, je vous conseille « jusqu’à quand ? », du même auteur. Vous en profitez pour apprendre à bien écrire et formuler... pour tenter de convaincre...
        Mais alors, vous n’aurez plus envie de lire Baverez ou Marseille...
        Au moins, vous écrirez moins de bêtises ensuite !

        Il n’y a pas que les militaires à être en retard d’une guerre !


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 16:13

        @ Cug

        En laissant de coté l’aspect agressif de votre intervention, celle-ci est basée sur une méconnaissance du fonctionnement et de la raison d’être de la bourse.

        La bourse est là pour permettre aux entreprises qui souhaitent se développer de trouver des capitaux. Sans la bourse, une entreprise ne pourrait se développer qu’avec la fortune de ses propriétaires. Est-ce suffisant ? L’existence même de la bourse est la preuve que non.


      • Cug Cug 17 février 2010 16:24

         Pardonnes mon agressivité mais le discours que tu tiens au début du troisième millénaire est vraiment nauséabond.

        La bourse si elle a les vertus que tu cites, celles ci ne sont rien comparées à ses tares.
        Les marchés boursiers ne sont plus que l’ombre de ce dont tu parles, ils ne sont aujourd’hui que des immenses casinos planétaires dominés par la finance anglo-saxonne avec G.Sachs en tête.

        T’es sans doute unhommelibre mais ta liberté s’arrête comme tout un chacun à celle des autres.

        De plus au cas ou tu ne l’aurais pas remarqué, ton merveilleux monde de la finance si il enrichit certains mène à la misère tous les autres.

        Alors stp cesses avec tes conneries nauséabondes.
        Pour ton info, il existe des milliers et peut être des millions de retraités US qui ayant placés leurs cotisations/retraites dans le privé devront travailler jusqu’à leur mort ...

        Escroc/illusionniste ou aveugle par choix ...


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 16:56

        Au cours des 15 dernières années, le monde libre a créé plus de richesse que depuis l’aube des temps.

        Même en Chine, qui n’est pas le meilleur exemple de monde libre, les échanges et le commerce ont permis à 300 millions de personnes à sortir de la pauvreté.

        Même réussite au Brésil, en Inde ...

        Si un système protégé/protectionniste, fermé sur lui-même, géré par un état tout puissant était efficace, la Corée du Nord serait un des plus riche de la planète !

        C’est bien beau de se construire des idéologies, mais il faut aussi regarder le monde en face : La population de la terre a considérablement augmentée et pourtant, la pauvreté à proportionnellement diminuée (je dis bien « proportionnellement »). Il y a encore du boulot, rien n’est parfait et rien ne le sera. Mais il est des voies plus efficaces que d’autres.

        Quand on étudie une situation, il faut la comparer avec ce qu’elle était avant, pas avec un idéal rêvé (même si les rêves font parfois avancer).


      • Cug Cug 17 février 2010 17:21

         « Au cours des 15 dernières années, le monde libre a créé plus de richesse que depuis l’aube des temps. »
        Et au cours des mêmes 15 dernières années il ne c’est passé rien d’autres d’un peu moins sympa ?
        Par exemple en 15 ans ses salaires qui n’augmentent pas ! Le chômage qui explose ! Les inégalités qui s’accroissent ! Etc etc ...

        Qui parle d’un Etat tout puissant style Corée du Nord ? A part toi s’entend smiley
        T’es aussi dogmatique que Kim Il-Sung.

        « Même réussite au Brésil, en Inde ... »
        Ce n’est ni dans les favelas de Rio ni dans les bidonvilles indiens que la richesse dont tu parles se déverse ... et elle n’est pas prête de le faire.

        En fait t’es le genre de type qui s’accommode très bien de la misère des autres tant qu’une part de « la richesse la plus grande depuis l’aube des temps » va sur ton compte en banque et RAF si ta part (imaginons financière) n’est produite que par le pillage des ressources des uns par les autres déjà au fait et détenteur du contrôle des ... richesses justement.

         Au risque de me répéter t’es soit idiot soit égoïste soit un peu des deux.

        Sans méchanceté ni agressivité.


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 17:59

        Quand vous parlez des salaires qui ne s’accroissent pas et du chômage qui augmente, vous faites référence spécifiquement à la France.

        Quand vous parlez des inégalités qui augmentent, vous ne faites que répétez une propagande mensongère. Cela est totalement faux au niveau mondial.

        En France, la richesse produite par le travail a augmenté. Pourtant, c’est vrai, les salaires, non, je devrais dire les revenus nets, n’ont pas augmentés. Et, contrairement à ce que vous croyez, la part des actionnaires n’a pas augmenté non plus !

        Où est donc passé l’argent ?

        Tout simplement en charges et en impôts. Si le nombre des fonctionnaires d’état à légèrement diminué ses dernières années, la masse salariale de ses fonctionnaires a tout de même un peu progressé, mais surtout, le nombre de fonctionnaires territoriaux a augmenté de façon exponentiel. Or, il faut bien payer tout ce monde là, d’où l’augmentation des impôts locaux et d’où stagnation des salaires.

        Quand à mon supposé égoïsme ...

        Vouloir que les smicars ne soient pas des laissés pour compte du système actuel des retraite.
        Refuser que mes enfants payent pour nos dépensent sans rien avoir en retour.
        Penser que le chômage n’est pas une fatalité, mais le résultat d’une demande de toujours plus d’état pour toujours moins de services et pour un coût en constante augmentation.
        Etre attaché à une philosophie de la morale et du droit plutôt qu’à la violence, à la prédation et au vol.

        Je ne pense pas que ce soit cela être égoïste.

        En revanche, vouloir bénéficier de ses petits privilèges au dépend des autres, faire en sorte que les plus pauvres le reste pour le plaisir de faire semblant de les plaindre et de se donner bonne conscience par des discours lénifiant, bloquer l’accès à l’emploi pour protéger le sien, réclamer sans cesse plus de services en refusant d’en assumer le coût et vouloir le faire assumer par d’autres, vouloir fermer nos frontières tout en achetant les produits chinois à moindre coût, c’est tout cela être égoïste !


      • Cug Cug 17 février 2010 19:01

        « Etre attaché à une philosophie de la morale et du droit plutôt qu’à la violence, à la prédation et au vol. »
        C’est de notoriété public, le néo-ibéralisme est une philosophie de la morale et du droit !!! Margaret Tatcher est la fille de l’abbé Pierre c’est bien connu.

        Bon trêve de blabla stériles ... et si tu penses à tes enfants, change vite ton fusil d’épaule parce que c’est le fusil qui les attend pour défendre leur bout de barbaque.


      • Reinette Reinette 17 février 2010 19:29

        de l’auteur
        Sans la bourse, une entreprise ne pourrait se développer qu’avec la fortune de ses propriétaires. Est-ce suffisant ?


        vous semblez oublier les salarié(e)s, il me semble ?


        la bourse ou la vie !  smiley


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 20:25

        Non, les salariés viennent après.
        Il ne s’agit pas de privilégier tel ou tel. Mais avant d’avoir des salariés, il faut un outil de travail, autrement dit un capital, d’où les actionnaires.

        Pour réaliser de gros investissements, il ne m’apparait pas légitime de devoir faire supporter cela aux salariés (en amputant leurs salaires ?).

        Il faut donc encore faire appel aux actionnaires.


      • epapel epapel 17 février 2010 21:16

        Faux, la Bourse n’a pour but de créer des entreprises. C’est seulement un moyen pratique et anonyme de mettre en commun des fonds pour contrôler le capital des entreprises.

        Les entreprises sont d’abord créées puis quand elles sont suffisamment importantes et qu’elles veulent s’agrandir sans recourir à l’emprunt, elles ouvrent leur capital pour récolter des fonds, ce qui n’arrive pas très souvent dans la vie d’une entreprise.

        Le reste du temps, les actions sont l’objet de spéculations, de prise de contrôle, ou de placement dans le but de faire une plus value, d’engranger des dividendes ou de les transformer.

        Si les cours des actions ont tant d’importance aujourd’hui dans la vie des entreprises côtées, c’est parce que les grand actionnaires qui recherchent avant tout les plus values ont indexé les revenus des managers sur les cours de bourse par le système des stock-options.


      • MarcDS MarcDS 18 février 2010 09:38

        Grâce à la bourse, il y a des bulles, et grâce aux bulles, les entreprises se pètent la gueule smiley


      • sleeping-zombie 17 février 2010 10:59

        l’illusion de la finance a la place de l’économie...

        Cher monsieur, quel que soit le système de retraite, on arrive toujours au même résultat : c’est les actifs qui bossent pour les retraités. Le pain que mange mes parents le matin a été créé la veille par un boulanger (qui serait moi si j’étais boulanger)...

        Supposons que le « moindre » smicard retraité ait un capital de 550 000 euros, placés a 7% par an (vu que par magie, les banques ne se sucreraient pas au passage), ca lui ferait un joli petit revenu mensuel de 3200€. 1ere conséquence : une inflation monstrueuse qui propulsera le prix de la baguette a 2€, les loyers a 40€ le m² (80 a Paris) etc....

        L’argent ne crée pas richesse, ça ne fait déterminer la proportion de la part du gâteau qu’on a.
        Et prétexter que les retraites par répartition risquent de disparaitre pour leur donner le coup de grâce est une démarche fallacieuse

        En fait, cet article ne fait que l’éloge de la rente, pour mieux faire disparaitre le travail. C’est dans l’air du temps, et c’est suicidaire à grande échelle...


        • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 11:15

          Votre calcul est juste ! Et il montre que ponctionner 17% du salaire est un vrai racket. Il faut beaucoup moins pour se constituer une retraite honorable.

          D’autre part, contrairement à ce que vous dites, la richesse crée la richesse. L’argent placé en action, c’est plus d’argent dans l’outil de travail, plus d’investissement, plus de recherche, et donc, plus d’emplois.


        • sleeping-zombie 17 février 2010 12:31

          L’argent des retraites par répartition sert également l’économie puisqu’il sert a payer les retraites, qui sont dépensées dans la foulée et alimente ainsi la consommation.

          Si on regarde les flux monétaire, avec le système par répartition, on a un flux tendu (ce qui est cotisé est immédiatement dépensé), tandis qu’avec le système par capitalisation, on se retrouve avec une sorte de « lac de retenue » (les 550 000 euros mis de cotés) qui, a mon avis, doit provoquer une immense distorsion du rapport « richesse réelle <> finance ».
           N’étant pas un initié dans cette discipline, je ne connais pas le terme consacré, mais je suis a peu près sùr qu’une telle accumulation est néfaste pour l’économie d’un pays... (je suppose que ça créera une horrible inflation)


        • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 13:57

          Au contraire, l’argent des retraites est dépensé quelque soit le système, mais l’argent épargné est, en plus, investi, et fait profiter toute l’économie.


        • Cug Cug 17 février 2010 15:34

          "D’autre part, contrairement à ce que vous dites, la richesse crée la richesse. L’argent placé en action, c’est plus d’argent dans l’outil de travail, plus d’investissement, plus de recherche, et donc, plus d’emplois."

          Poncifs stupides dignes de Boursorama ...
          Plus d’emplois ahahahahahah


        • epapel epapel 17 février 2010 21:32

          Encore un qui confond l’argent avec la richesse.

          L’argent n’est qu’un signe qui représente la richesse, et depuis qu’il n’est plus attaché à quelque chose de rare type or, c’est devenu une pure convention qui repose sur la confiance entre acteurs et sur la force publique. il ne crée aucune richesse et il ne fait qu’ordonner la mise en mouvement et l’appropriation de la richesse.
           
          La seule véritable richesse est crée par le travail, car sans travail (manuel, intellectuel, automatisé) il ne se passe rien. Un gisement de pétrole ou d’autre matière première ne vaut rien tant que personne ne peut l’exploiter.

          Il suffit de regarder ce qui se passe quand les salariés se mettent en grève pour comprendre ça.

          La richesse a existé des milliers d’années avant l’invention de la monnaie.


        • HELIOS HELIOS 21 février 2010 02:18

          «  »« D’autre part, contrairement à ce que vous dites, la richesse crée la richesse. L’argent placé en action, c’est plus d’argent dans l’outil de travail, plus d’investissement, plus de recherche, et donc, plus d’emplois. »«  »« 

          ça c’est »peut-être" vrai si on est un pays en voie de développment et dans les secteurs où il y a penurie...
          Dans un pays développé, l’argent va effectivement dans l’investissement, non pas pour produire plus, puisque le marché est saturé, mais pour augmenter la productivité... c’est a dire REDUIRE LES EMPLOIS, car l’emploi est la seule variable d’ajustement.


        • ZEN ZEN 17 février 2010 11:01

          M’enfin , Chantecler
          Le risque fait partie de la vie, comme disait Mame Parisot... smiley

          -Fonds de pension, piège à cons ?

          Le krach boursier menace les retraites dans de nombreux pays


          • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 11:04

            @ Chantecler,

            Vous avez raison quand le fond de pension est en fait une entreprise qui confond l’épargne retraite avec son capital, et qui pioche allègrement dedans, comme l’ont fait les dirigeants d’Enron.

            En revanche, les fonds de pension « purs », sont bien plus fiable que le système actuel qui inexorablement va vers la faillite : Comment payer plus de monde (espérance de vie en augmentation) avec moins de cotisants (étude plus longue = entrée sur le marché du travail plus tardive).

            Personne ne peut regretter ces deux évolutions qui sont de réels progrès.

            S’inspirer des modèles qui fonctionnent, plutôt que des belles idées irréalistes, n’est-ce pas plus sage ?


            • HELIOS HELIOS 21 février 2010 02:25

              «  »« Comment payer plus de monde (espérance de vie en augmentation) avec moins de cotisants »«  »

              tout simplement en prenant en compte la productivité du travail....

              Regardez ce qui s’est passé avec les 35 heures.... la productivité a fait un bon en avant, mais les salaires n’ont pas pour autant augmenté, le manque à gagner ne participe donc pas a la cotisation.... et vous savez que cette augmentation des cotisations est une des variables qu’on ne peut pas modifier tellement son niveau est élevé. (les autres variables etant la durée de cotisation et le montant des pensions)


            • zelectron zelectron 21 février 2010 13:01

              trêve de digrétions

              1°)  - repartition/capitalisation à 95%, puis 90% etc en s’arrêtant à 75% (au delà un autre vote pour prolonger/améliore/modifier/reculer/annuler cette disposition)
              2°)  - choix des caisses habilitées à recueillir des fonds (aucuns liens avec les précédentes ou au contraire ?
              3°)  - application de la limitation des frais divers et variés (salaires, gestions, véhicules etc...) à 1... ? , 2... ? , 3% ?
              4°)  - si expérience favorable, loi pour absorber les anciennes caisses-gangsters et mettre en prison les dirigeants et leurs complices (banques ? , assurances ? , fonds de pension ? , bureau d’études ? , tous fournisseurs de travaux « zintellectuels » statistiques, aménagements « paysagers », management « up to date », gourous et sectes diverses, parachutes dorés, transferts à l’étranger, voyages d’études, symposiums, personnels pléthoriques (feminin-cheptel en particulier), grouillots en tous genres (jardiniers, domestiques, chauffeurs pour ne citer que ceux-là), résidences et appartements de fonctions tous frais payés par la princesse, ...
              5°)  - qui va pouvoir contrôler tout ça et ne pas se faire acheter (prévarication) ?...


            • Kelson 17 février 2010 11:22

              Comparer le système de retraire par répartition à une chaîne de Ponsi est au mieux une preuve d’ignorance, au pire de la très grande malhonnêteté. Cela ne vaut même pas le coup d’argument tellement c’est stupide.


              • ZEN ZEN 17 février 2010 11:41

                Chantecler
                Tu oublies les hello-trucmachin, primes d’accueil, parachutes avant l’envol...


              • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 17 février 2010 11:47

                Avec un parachute doré, la retraite par capitalisation, vous n’en avez rien à battre.

                C’est bien des smicars dont je parle.


              • heliogabale boug14 17 février 2010 11:34

                En plaçant 17% de leurs revenus dans une retraite par capitalisation, un smicard aura cumulé, après 40 ans de cotisations, 550 000 euros !
                Tout système de rente est fondé sur le fait qu’il y a des personnes qui s’endettent...vous êtes un peu trop idéaliste...si on libère tout, le smicard se fera peut-être 550000 euros mais celui qui gagne deux fois le smic se fera deux voire trois fois plus et ainsi de suite...les inégalités persisteront puisque cette course à la richesse sera probablement cause d’inflation...essayez de réfléchir en terme de pouvoir d’achat et vous verrez que votre démonstration n’est pas convaincante. Je ne parle pas de vos taux à 7% (qui ne sont pas sur le long terme humainement viable...imaginez une croissance démographique de 7% par an...c’est invivable...c’est pareil avec de tels taux pour l’épargne...à terme c’est une folie pure !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès