• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ondes électromagnétiques et le Blabla Ministériel des peurs irrationnelles (...)

Ondes électromagnétiques et le Blabla Ministériel des peurs irrationnelles !!...

 Téléphones portables, Wifi, antennes-relais... Depuis de nombreuses années, de très nombreuses personnes s'inquiètent de la dangerosité de ces équipements. Mais aucune réponse formelle n'existe. Une proposition de loi écologiste sur l'encadrement de ces installations était proposée le 31 Janvier par la Députée EELV Laurence ABEILLE

 

Bien que le texte, qui avait été sérieusement amandé en commission, laissait peu d’espoir aux écologistes, lesquels, dés lors, ne doutaient pas un seul instant que leur proposition de loi serait rejetée… Mais au moins, pensait-il que le débat aurait eu lieu. Ils étaient encore trop optimistes. A la demande du gouvernement, le groupe socialiste a fait voter dans la soirée le renvoi en commission.

Mais pouvait-il en être autrement, car, comme le fait observer l’association Robin des Toits « Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l’Economie numérique, avait donné le ton à la radio quelques jours plus tôt : elle avait assuré qu’elle « veillerait » à ce que la loi : « n’inscrive dans le dur des choses qui correspondent à des peurs un peu irrationnelles, et qui consisterait à donner un poids juridique à la dangerosité des ondes radioélectriques alors que cette dangerosité n’est pas scientifiquement étayée  ». Le fait que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) les juge « peut-être cancérigènes » ne suffit pas à ses yeux à appliquer le principe de précaution.

La députée européenne écologiste Michèle RIVASI voit dans cette manœuvre du gouvernement « un moyen de montrer le tout pouvoir de l’exécutif » et demande : « mais alors le Parlement ne sert à rien ? ». Elle trouve déjà significatif que ce soit la ministre de l’Economie numérique et non celle de la Santé qui soit mandatée par le gouvernement pour s’exprimer sur un sujet sanitaire.

Le 7 Novembre 2007, bien avant le Grenelle des ondes, un groupe de député, avec à sa tête Mme Marie-Anne MONTCHAMP avait présenté une proposition de loi n° 358 qui prévoyait l’interdiction de toute implantation d’antenne relais à moins de 300 mètres d’une école ou d’un lieu recevant du public et imposait une puissance maximale 0,6 volts par mètre réclamé par les experts indépendants contrairement aux 60 volts mètre actuels. A noter que cette proposition de loi était portée par de nombreux Députés de Droite, dont la plupart siègent encore à l’assemblée nationale…Cette proposition de loi, avec ses amendements, n’a jamais dépassé le stade de projet de Loi… Depuis, Il y a eu avec le ‘’grenelle des Ondes’’ un autre dîner de ‘’cons pour écotartuffes’’ qui n’a rien changé fondamentalement, sauf à jeter aux oubliettes de l’histoire cette proposition de loi.

Quelques rappels :

Les ondes électromagniétiques de type micro-ondes émises en permanence par les antennes relais sont de deux ordres :

- Les effets thermiques qui produisent une élévation de la température des matières vivantes exposées.

- Les effets athermiques qui produisent des intensités du champ électromagniétique.

Les expositions aux antennes relais peuvent produire des effets dévastateurs sur la santé, notamment, l’affectation du système nerveux, du système immunitaire, ou une augmentation des risques de cancer.

Réglementations des antennes-relais de téléphonie mobile en France

Toute implantation d’une antenne relais est soumise à un processus réglementaire qui s’appuie à la fois sur le code des postes et télécommunications, et le code de l’urbanisme. Concernant le premier, l'article L32 donne les définitions et fixe au 12° les principales exigences que doivent respecter ces installations pour satisfaire à la loi. Soit garantir dans l'intérêt général la santé et la sécurité des personnes, la compatibilité électromagnétique entre les équipements et installations de communications électroniques

 Les exigences essentielles mentionnées au 12° de l'article L32 sont la transposition des exigences essentielles de l'article 3 la directive européenne 1999/5/CE (dite RTTE).

Depuis 2002 afin de prévenir certains risques biologiques la loi a été complétée par le décret no 2002-775 limitant l’exposition du public aux champs électromagnétiques.

Ce texte prévoit que l’ensemble des champs émis par des équipements dans une même zone doit être conformes aux niveaux de référence. Ce décret est la transposition en droit français de la recommandation européenne 1999/519/CE, reprenant elle même des recommandations de l'ICNIRP sur certains effets biologiques, précisant explicitement que ces limites ne protègent pas de tous les

Risques connus, en particulier les risques et conséquences de dysfonctionnement d'appareils électroniques pour lesquels il faut se référer à d'autres textes.

Le respect des limites de ce décret (41 à 61Volts/mètre pour la téléphonie mobile) n'est pas suffisant pour respecter les principales exigences de la loi.

 Avant toute implantation, l’opérateur doit constituer un dossier qu’il doit transmettre aux autorités et aux administrations concernées. Ce dossier doit comprendre, soit une déclaration affirmant la conformité de l’antenne aux normes publiées au Journal Officiel français ou européen, soit des documents justifiant du respect des niveaux de référence.

Depuis le rapport ZMIROU, le dossier en question doit également mentionner les actions engagées pour assurer qu’au sein des établissements dits sensibles (crèches, établissements de soins…) l’exposition soit aussi faible que possible tout en garantissant la qualité du service rendu. L’opérateur doit rendre des comptes à l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences Radio) qui est l’autorité de régulation compétente en la matière. Les mesures de contrôles sont réalisées par des laboratoires accrédités par la COFRAC.

Pour ce qui concerne le code de l’urbanisme, les opérateurs doivent s’assurer que leurs projets respectent les plans locaux d’urbanisme (constructibilité, l’implantation, distances, hauteurs de construction...). Si l’installation ne dépasse pas 10 m2, elle est soumise à la procédure de déclaration de travaux.

Bien que Le 26 octobre dernier, le Conseil d’Etat ait jugé que la réglementation de l'implantation des antennes relais relevait des seules autorités de l'Etat et non du Maire, Un Plan Local d'Urbanisme qui est élaboré par la Commune peut tout à fait interdire l'implantation d'antenne relais à condition de répondre à un motif d'urbanisme justifié dans son rapport de présentation (art. R. 123-2 Code. D’Urbanisme.). Un permis de construire est exigé si l’installation comporte un ouvrage technique de plus de 100 m2 de surface hors oeuvre brute sur un terrain non bâti, ou plus de 20 m2 de surface hors oeuvre brute sur un terrain bâti. On notera que le code de l’urbanisme ne prend pas en compte les poteaux ou pylônes d’une hauteur n’excédant pas 12 mètres au-dessus du sol et pour les antennes d’émission ou de réception de signaux électriques qui ne dépassent pas 4 mètres.

Pour le cas où un opérateur choisirait un terrain communal, le maire soumet la demande à la décision du conseil municipal. Pour les installations situées sur les immeubles collectifs, les copropriétaires sont invités à se prononcer en assemblée générale.

On peut regretter qu'au Grenelle des ondes rien n'ait été fait pour obliger à saisir le conseil Municipal pour délibération en cas d'implantation d'une antenne relais sur un terrain privé. C'est actuellement une formule de plus en plus retenue par les opérateurs de téléphonie mobile, ce qui leur permet d'échapper à certaines contraintes...

Quelques préconisations qui doivent s'imposer d'urgence dans la légalité actuelle

Les associations et de nombreux experts s'accordent pour dire qu'il faut baisser le seuil d'émission d'ondes des antennes à 0,6 volts/ mètre. Mais dans l’immédiat que peuvent faire les collectivités locales ?

- 1 – Lorsque dans les communes, les toits des immeubles HLM comportent des antennes relais, exiger au minimum que les bailleurs sociaux neutralisent immédiatement les derniers étages des immeubles. Grâce aux cautions bancaires de la commune auprès des organismes HLM, c’est un bon moyen de pression. Refuser également toute nouvelle implantation d'antenne relais aux opérateurs qui ne s’engageraient pas à refuser une antenne relais sur le toit de leurs immeubles…Les importantes surfaces qu’offrent ces toits d’immeubles HLM seraient mieux utilisées si elles étaient recouvertes de panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité et des panneaux solaires thermique pour l’eau chaude. La santé des résidents n’en serait que meilleure.

2- Autour des sites où se trouve une antenne relais, obtenir systématiquement du corps Médical une étude épidémiologique comparative sur les différents taux d’affectation des systèmes nerveux, cancers…

3- A l'instar de Paris et de nombreuses autres villes, les communes ou leur groupements doivent négocier avec les opérateurs de téléphonie mobile des puissances qui soient le plus près possible du taux d’exposition de 0,6 volt mètre et situées à plus de 300 mètres d’une habitation.

4- Lorsqu'un opérateur de téléphonie mobile choisit un terrain privé et informe le Maire pour obtenir une autorisation de travaux qui ne peut lui être refusée, dès lors qu'il respecte la législation en cours et Bien que ce ne soit pas une obligation légale, Le Maire doit au minimum en informer le Conseil Municipal .

En abaissant la puissance, l'argument selon lequel il faudrait multiplier le nombre d'antennes relais avec des nuisances identiques sinon supérieures n'est pas acceptable, car l'impact d'une antenne dont la puissance est 40 volts/mètre et celui de 5 antennes à 0,6 volts/ mètre sur une surface plus étendue, soit au total 3 volts/mètre n'est pas la même.

Encore faudrait-il engager un vrai débat sur la prolifération de l'usage de la téléphonie mobile... Et que des Ministres, plus soucieux des intérêts des opérateurs de téléphonie mobile que de la prévention des risques sanitaires, cessent se retrancher dans un Blabla ‘’des peurs irrationnelles’’


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Mugiwara 1er février 2013 15:59

    je suis pour qu’il y ait une meilleure expertise, les écologistes marquent un point sur ce dossier et il ne faut donc pas passer outre ce qui pourrait être un gros problème plus tard. j’ose espérer que vous mettez bien la pression sur les lobbies pour qu’ils améliorent les infrastructures. 


    néanmoins, il faut parler un peu plus de green business, et donc créer des outils permettant à tous les Français de s’en équiper pour qu’ils fassent eux mêmes le constat. ces outils peuvent apporter un bien au niveau économique, même si cela pouvait être négligeable. d’autres outils de mesure sont attendus aussi. 

    • Mugiwara 9 février 2013 00:50

      la dame pellerin a bien fait d’avoir parlé de peurs irrationnels, ça a permis de mettre en garde d’une certaine manière à certains de ne pas tomber dans une quelconque chasse aux sorcières, tout simplement parce que les faits évoqués par certains ici ne sont pas tous prouvés. rien ne dit en fait que ça pose problème à tout le monde, et je ne crois pas être electro sensible, mais c’est possible qu’il en existe. 


    • Graffias Graffias 1er février 2013 18:52

      Téléphones portables, Wifi, antennes-relais... Depuis de nombreuses années, de très nombreuses personnes s’inquiètent de la dangerosité de ces équipements

      en réalité de nombreuses personnes souffrent déja de ces équipements. Il suffit de dormir pas loin du routeur wifi de son voisin ou de son propre matériel wifi pour ne pas pouvoir dormir. Les symptomes dans l’ordre sont les suivants : sommeil agité puis après quelques semaines maux de tête de type instantané en pics pendant le sommeil, puis après quelques semaines les pics sont de plus en plus douloureux et nombreux, puis après quelques semaines les douleurs parcourent le crâne et deviennent insupportable.

      à ce moment là une tumeur au cerveau devrait apparaitre et s’auto-alimenter.

      une seule solution : un voile anti-onde constament autour de la tête.


      • Le printemps arrive Le printemps arrive 2 février 2013 13:12

        Il existe d’autres solutions sans sortir voilé.


      • Luc le Raz Luc le Raz 2 février 2013 13:19

        Pour le printemps

        Autre solution : Fibre+LiFi ? (+ combien d’emplois à la clé ?)


      • LEELOO Shawford 2 février 2013 13:20

        Ca c’est le modjo, trop fastoche


      • LEELOO Shawford 2 février 2013 13:22

        Qui d’autre aurait ça, hein ?


      • Le printemps arrive Le printemps arrive 2 février 2013 13:23

        @Luc le Raz :

        non !


      • Luc le Raz Luc le Raz 2 février 2013 14:03

        @ au printemps

        « non ! » OK, mais encore ?


      • JFC JFC 1er février 2013 20:38

        Interrogé le 31 janvier par Libération, la députée Laurence Abeille répond : « Pourtant le risque existe, il est scientifiquement établi l’OMS a reconnu en 2011 que les champs électromagnétiques pouvaient être cancérogènes pour l’homme »

        Et c’est tout le problème. Notre députée fait une interprétation abusive du classement des ondes en catégorie 2B « peut-être cancérogène », alors qu’il s’agit d’une catégorie où le risque n’est pas démontré. On y trouve aussi le café ou les cornichons.

        La décision de classer les ondes « peut-être cancérogène » en mai 2011 est basée essentiellement sur l’étude Interphone (du même CIRC) avec l’objectif de poursuite les recherches (1) et accessoirement de justifier de nouveaux financements (Interphone aurait couté entre 20 et 30 millions de dollars selon les sources). Pour l’étude Interphone voici ce qu’en dit la biologiste Anne Perrin co-auteur du rapport Afsset 2009 : « Les résultats ne montrent aucun risque significatif de gliome ou de méningiome pour ceux qui utilisent un portable depuis plus de quatre ans mais elle montre un effet protecteur que les auteurs attribuent à des biais et erreurs méthodologique. Pour ceux qui se servent du téléphone depuis moins de 4 ans, l’étude montre un risque significatif de gliome, uniquement pour les très gros utilisateurs (plusieurs heures par jour) mais les auteurs et l’ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection) notent que cette catégorie d’utilisateurs comprend des personnes ayant rapporté des temps d’utilisation hautement improbables (2) . Au final, cette étude n’a pas permis de conclure à l’existence d’un risque lié à l’usage du téléphone. » (3)

        1) Selon le Dr Jonathan Samet coordinateur de la réunion du CIRC de mai 2011 : « les travaux menés chez l’animal ont abouti à »des preuves limitées d’un risque« . En revanche, a t-il souligné, »il existe des lacunes et des incertitudes« , ce qui impose la nécessité de poursuivre les recherches » (extrait du Monde du 2 juin 2011)

        2) « l’interrogatoire des utilisateurs sur leur consommation téléphonique n’est fiable ni pour la durée ni pour le nombre des appels ».
        http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1857

        3) Conclusions générales de l’étude Interphone :
        les données issues de la recherche expérimentale disponibles n’indiquent pas d’effets sanitaires à court terme ni à long terme de l’exposition aux radiofréquences (à des niveaux de puissance pourtant bien supérieurs à ceux produits par les antennes relais par exemple). Les données épidémiologiques n’indiquent pas non plus d’effets à court terme de l’exposition aux radiofréquences. Des interrogations demeurent pour les effets à long terme, même si aucun mécanisme biologique analysé ne plaide actuellement en faveur de cette hypothèse.


        • totor101 totor101 2 février 2013 11:51

          j’ai signé une pétition pour sauver les abeilles !


        • lionel 2 février 2013 10:10

          Merci pour cet article.


          • jacques lemiere 2 février 2013 11:10

            En préambule je dirais que l’inquiétude est légitime , eelle l’est toujours...MAis La méthode Coué ne suffit pas...
            Là encore le risque n’est pas clair...
            Les uv les rayon x sont des ondes électromagnétiques donc il est évident que les ondes sont dangereuses et cancérigènes..mais c’est évident quand le processus physique d’absorption est évident lui aussi. ;ce qui n’est pas vraiment les cas pour des ondes à grande longueur d’onde l’oms parle de potentialité...mais bordel tout est histoire de niveau de risque...le sel est cancérigène avéré !!! Il tue réellement...mais on se contente de mesurette de recommandations etc...


            Ce qui fait progresser la médecine ce sont les protocoles en doubles aveugle, il n’y a rien qui conduit plus en erreur que d’écouter les gens parler de leurs maux et lm^me un expérimentateur « biasé »...Si le syndrome l’electrosensibilité est reconnu ..ça ne veut pas dire que l’effet est physique ! 
            Les expériences où les gens ignorent si ils sont soumis à des ondes ou non semblent montrer l’absence de corrélation entre ondes magnétiqus et symptômes...
            Je ne sais pas si il y a un effet réel mais pour le moment rien n’est avéré et condamner les ondes c’est de l’ordre du rituel apotropaique...

            Ce qu’on ne comprend jamais avec les verts c’est la hiérarchie des risques..mais on comprend bien la stratégie générale de désigner des boucs émissaires...

             
            Au final d’ailleurs , les gens téléphoneront m^me si il savent qu’il existe un risque faible d’avoir un cancer ou autre...Bon sang ,ils salent trop aussi !! le fichu lobby des saulnier de guérande !!! ah non pas eux, les industriels de la salière bien sur...

            Quant au principe de précaution..il faut savoir que des études scientifiques mal conduites peuvent toujours montrer des « effets » illusoires et quand les risques sont faibles mais réels on n’échappe pas à être tous des cobayes..parce qu’aucune étude ne vous montrera un risque très faible à long terme...(d’ailleurs l’épidémiologie ne peut pas le faire non plus).
            Il faut donc non pas une expérience à la séralini ( qualifiable de nulle au sens propre) pour mettre en oeuvre des précautions.

            Un point ...si vous pensez être electro-sensible...rendez vous chez un physicien demandez lui de vous installer dans une cage de faraday en vous exposant aléatoirement à des ondes...et regardez le résultat...ce qui peut prendre du temps si vous pensez que les symptômes se produisent après un certain délai...sinon accuser les antennes et les appareils soi, t mais pas les ondes qu’ils émettent !!! Moi en tous les cas, je refuserai d’accuser les ondes si vous ne le prouvez pas ce qui contrairement à épidémiologiques d’éventuels cancers à long terme est relativement facile !!!!

            Et je ne sert pas le lobby des téléphones portables.. je n’en possède m^le pas.. je serais donc une victime des antennes sana en avoir le bénéfice.

            Regardez bien les cancers...vous verrez que la majeure partie est imputable à l’hygiène de vie personnelle des gens librement consentie, si vous voulez agir sur la santé publique maintenant et ne pas éviter des peut être futurs cancers ( bien sur par millions !) dans 10 ou 20 ans dites au gens..ne fumez pas trop ne mangez pas trop remuez vous éviter les substance cancérigènes avérées !!!

            Vous me faites penser à ces gens qui s’inquiètent de substances chimiques ( sic ) autres que l’alcool dans le pinard, vous avez simplement une tournure d’esprit que je ne comprends pas...
            ceci dit vous vous inquiétez de la surpopulation mondiale...ce qui montre que vous aimez vous faire peur au sujet de choses sur lesquelles vous n’avez aucun pouvoir ou presque...( une petite remarque pour vous en passant il n’t a pas que le contrôle de la natalité qui permette de diminuer la population mondiale mais aussi la durée de vie..tuons les gens après qu’ils ont eu consommé leur « part » écologique alors...)

            Eh oui on aura toujours des gens que je ne comprends pas qui voudront téléphoner partout et sans aucune raison véritable .


            • sirocco sirocco 2 février 2013 11:32

              Les ministres ne sont pas les seuls à se montrer plus soucieux des intérêts des opérateurs de télécommunications sans fil que de la prévention des risques sanitaires. On peut compter aussi, sans doute, un certain nombre de nos parlementaires qui sont actionnaires de ces mêmes opérateurs.

              Et on peut mettre dans le lot... le « Magazine de la santé », diffusé sur France 5 ! Un comble !

              Ainsi un intervenant régulier de l’émission est venu raconter aux téléspectateurs, le 10 janvier dernier, qu’il avait parcouru le gros rapport <<BIOINITIATIVE 2012>> (présenté dans d’autres médias comme très documenté et très alarmiste sur les dangers des ondes électromagnétiques) mais que cela l’avait laissé à peu près de marbre, il n’y avait rien trouvé de vraiment concluant en matière de risque sanitaire pour les utilisateurs de téléphones portables et autres appareils wi-fi ou pour les personnes habitant près des antennes-relais.

              L’intervenant en question, le Dr David ZAVAGLIA, n’en est pas à son coup d’essai dans la défense des intérêts des grandes entreprises. Quelques mois plus tôt, dans le cadre de cette même émission, il était venu traîner dans la boue les résultats de l’étude du Pr SERALINI sur le maïs OGM (mais on ne l’avait pas beaucoup entendu critiquer l’étude pourtant moins sérieuse menée par Monsanto sur le même sujet...). Une autre fois, il nous avait dit tout le bien qu’il pensait de l’étude d’une université américaine tendant à conclure que les produits bio n’étaient pas meilleurs que les produits non-bio !... Ce qui revient à faire l’apologie des pesticides...

              Restons vigilants ! Il n’y a pas qu’au parlement que l’on se fiche pas mal de notre santé. Même dans le magazine TV qui lui est en principe consacré, elle passe au second plan dès que des gros marchés sont en jeu.


              • jacques lemiere 2 février 2013 11:56

                ben évidemment....on force les gens à téléphoner ?

                et aussi à aller dans les grande surface fumer et bouffer de la merde picoler ???
                ah les salauds qui devraient nous empecher de faire ce qui est mauvais pour nous...


              • jacques lemiere 2 février 2013 11:58

                et avez vous une tel portable . ;si oui expliquez moi...

                avez vous un boitier wifi chez vous ?
                voire des lampes à économie d’énergie ? 
                etsi oui expliquez moi vos critères de décision.

              • sirocco sirocco 2 février 2013 13:24

                @ jacques lemiere

                Vous n’avez pas bien compris le sujet de mon commentaire.

                Il ne s’agit pas de critiquer les conduites à risques et les modes de consommation des uns ou des autres.

                Il s’agit de dénoncer l’inaction coupable de gens qui ont pour fonction (entre autres) de prendre des mesures (ou de mettre en garde) en vue de protéger la santé publique et d’appliquer le principe de précaution à chaque fois qu’une étude sérieuse fait état de risques significatifs pour la santé publique dans un domaine donné, mais qui s’abstiennent de faire leur travail pour des questions de conflits d’intérêts.


              • JFC JFC 2 février 2013 20:32

                Il y a beaucoup à dire sur le rapport Bioinitiative. La version 2012 est la mise à jour du rapport 2007. Rapport publié non dans une revue scientifique comme Science, Nature ou le Lancet etc... mais sur le Web ! Sauf erreur de ma part son financement n’est pas connu et il a été initié (et en partie écrit, dont les recommandations) par une Californienne, madame Cindy Sage qui fait commerce d’expertise en protection anti-ondes :

                Cindy Sage est propriétaire de Sage Associates Environmental Consultants dont EMF Design est une division : We can help select and properly install low-EMF lighting and appliances. Even in new buildings
                http://www.silcom.com/ sage/emf/index.html

                Pour les autorités de santé d’état ce rapport est considéré comme « non sérieux ».
                Le Health Council des Pays bas lui dénie toute valeur scientifique et parle : « d’erreurs flagrantes, approximations ou non-sens ». Idem pour L’Office fédéral Allemand de Radioprotection et le Danish Board of Health etc. il ne correspond pas à une analyse scientifique collective (chaque article a été écrit indépendamment et sans relecture par les autres chercheurs. ) etc.
                sources :
                Le rapport Bioinitiative où l’apparence du sérieux scientifique
                http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1133
                science criticism of bio-Initiative report :
                http://www.emfandhealth.com/Criticism%20Bio-Intitiative.html
                The Bio-Initiative Report was written by a relatively small group of scientists, lobbyists, and promoters, whose work is not recognized according to established scientific standards. It is the source most widely quoted by alarmists. Cindy Sage, who wrote the Introduction, is not a scientist. She has a web site where she offers services as a consultant on EMF & Health issues.


              • LEELOO Agoranymous443 2 février 2013 20:49

                Bon, j’peux m’attaquer à mon Big Mac smiley


              • sirocco sirocco 2 février 2013 21:38

                @ JFC

                Votre argument, on le connaît bien, c’est toujours le même, c’est celui qu’on oppose à tous les chercheurs ou enquêteurs indépendants dès qu’ils sont susceptibles de nuire aux profits des grands groupes financiers : <<l’étude n’a pas été validée par une Commission scientifique officielle, et elle n’a pas été publiée dans une revue de prestige>>. C’est exactement ce qui a été reproché au Pr SERALINI qui dénonçait les méfaits des OGM.

                Ce que vous ne dites pas, c’est que les gigantesques groupes industriels dont les activités polluent les Terriens en les faisant crever à petit feu, ces multinationales (de l’agro-alimentaire, de la chimie, des manipulations génétiques, du médicament...) ont tellement de fric à dépenser en lobbying et en payant des bataillons d’avocats pour discréditer leurs adversaires devant les tribunaux du monde entier, qu’ils ont déjà acheté et depuis bien longtemps les « Commissions d’experts » de la plupart des pays et ils ont dévoyé à leur profit toutes les instances chargées d’autoriser les mises sur le marché ou de fixer les normes sanitaires. Si vous ne vous êtes pas encore aperçu que nos « agences » françaises qui interviennent officiellement en matière de santé sont corrompues jusqu’à la moelle et roulent pour les industriels, vous devez bien être le seul !

                Même chose avec les publications scientifiques dont les plus « connues » sont financées par les grandes industriels. Prétendre qu’une étude qui n’a pas été publiée dans une revue prestigieuse n’a pas de valeur revient à prétendre qu’une information qui n’a pas été diffusée au JT de France 2 n’est pas crédible.


              • JFC JFC 3 février 2013 02:30

                Et l’argument des chercheurs « indépendants » aussi..  : des scientifiques se présentant comme persécutés par la science « officielle (syndrome de Galilée). 
                je passe sur les prises de position, pour ramener le sujet sur la santé et les ondes. Selon vous les agences sanitaires françaises seraient »corrompues". Un discours tenu depuis longtemps par des associations comme Robin des toits : les autorités françaises sont accusées d’exposer les habitants à des valeurs de rayonnements supérieurs aux autres pays, on raconte que l’OMS reconnaitrait l’électrosensibilté mais pas la France etc. tout cela est faux ! Les valeurs limites d’expositions sont Européennes et non franco françaises (1), le discours des autorités française est calqué sur celui de l’OMS, pour l’électrosensibilité comme pour le reste. Si on veut mettre en cause quelqu’un, alors il faut être logique et s’en prendre à l’OMS ce qui ne sera pas facile, l’état des connaissances scientifiques étant établi au niveau mondial. 

                1) on raconte aussi que l’Autriche ou la ville de Salzbourg aurait une limite d’exposition de 0,6V c’est faux  ! (rejetée par le parlement Autrichien le 31 janvier 2002 ce que personne ne vérifie.)
                on raconte que certains pays ayant par précaution abaissé les limites comme la Belgique à 3V protégeraient davantage la population, cette allégation est fausse : les valeurs de champs sur les lieux de vie en France sont dans la quasi totalité des cas inférieurs à 3V/m, voir les travaux du Comop . 


              • sirocco sirocco 3 février 2013 11:05

                C’est quand même Galilée qui avait raison...

                Vous devez bien être le seul aussi à croire en l’honnêteté, l’indépendance et la non-soumission aux multinationales, de l’OMS et des instances normatives européennes composées de technocrates nommés. Ces organismes fixent des normes et des seuils admissibles en matière de santé mais sans jamais nuire au business des grands groupes industriels (par exemple, ils bloquent l’affichage, sur les emballages, d’une information qui rendrait claire pour les consommateurs la composition des produits agroalimentaires).

                Quant aux agences françaises, des articles sont parus sur AVox pour dresser la longue liste des conflits d’intérêts dans lesquels leurs membres sont englués... Corrompus est un terme faible...


              • JFC JFC 3 février 2013 22:58

                Mais pas forcément celui qui s’en réclame... 
                Le syndrome galiléen :
                La « science » est victime de critiques comme l’a été celle de Galilée, qui avait raison avant tout le monde... Sous-entendu : donc ma « science » est aussi valable que la théorie de Galilée ! Rappelons au passage que Galilée fut persécuté par le clergé, et non par des scientifiques... Selon cet argument, il y aurait un persécuteur (la science « officielle ») et une victime (la parascience). Il est vrai que certaines découvertes ont été accueillies avec scepticisme, et que le temps leur donna raison. Mais il est aussi vrai que dans leur immense majorité, les hypothèses accueillies avec scepticisme se sont révélées inexactes. L’accueil négatif d’une idée nouvelle ne lui confère aucune valeur. Mais en se posant en tant que victime, une parascience s’attire de la sympathie. Loin d’être une quelconque démonstration de la valeur de la théorie, le syndrome galiléen est d’abord un acte de communication.
                http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article69

                pour le reste je suis pas loin d’être d’accord avec vous, mais pas pour généraliser des comportements délictueux. La morale est une question de personne.
                Ca me fait penser à Gabin qui disait dans « Le Président »  :  Y’a aussi des poissons volants mais ca n’est pas la normalité du genre«   smiley C’est déjà plus drôle que de parler du »syndrome de Gribouille".


              • LEELOO Taubrouk 3 février 2013 23:02

                ET moi je sur que els loups vipère, c’est de la crème smiley


              • Gérard Luçon Gérard Luçon 2 février 2013 13:17

                Laurent Fabius : aucune raison d’appliquer le principe de precation pour le sang des taulards ;

                Claude Allegre : aucune raison d’appliquer le principe de precaution pour l’amiante ;

                Michel Charasse : aucune raison d’appliquer le principe de precaution pour le mediator ;

                Fleur Pellerin : aucune raison d’appliquer le principe de precation pour les ondes electro-magnetiques ;

                Meme s’ils ne sont pas descendants les uns des autres en ligne directe, on peut quand meme apprecier la continuite dans la connerie et le cynisme !!!!


                • paul 2 février 2013 15:43

                  Dans le domaine de la santé, on pourrait s’attendre à ce que la puissance publique établisse des normes garantissant la sécurité, et décide en toute indépendance .
                  Or les scandales sanitaires récents sont venus nous rappeler que les soi-disant experts des organismes de contrôle - qu’ils soient nationaux ou européens - ne présentent aucune garantie d’indépendance : ils sont souvent en conflit d’intérêt avec les industriels ( cf. Afssa ) .
                  La puissance publique, par souci d’économie ( et par lâcheté ) est même prête à s’en remettre aux études des industriels pour établir ces normes : c’est le cas du scandale des OGM .
                  Donc, abaisser les normes et nier le principe de précaution , c’est le boulot de base des lobbies au profit des industriels .
                  La puissance des lobbies de la téléphonie mobile ( 4,6 Md de CA en 2009- source PCinpact ) a permis de contrôler les fumeux Grenelles en 2007, 2009 et la commission de janvier 2013 . Dans ce contexte, NKM et Fleur Pellerin ( qui parle de peurs irrationnelles ) ne sont que des VRP de luxe chargées d’entériner les desiderata des industriels .
                  L’exposition moyenne du public aux ondes électromagnétiques est 1 V/M, or le Conseil de l’Europe a recommandé la valeur de 0,6 en 2011 .
                  Problème, il faudrait reconfigurer le réseau des antennes relais pour atteindre ce chiffre, quitte à les mutualiser entre les opérateurs : pas question, ça coute trop cher et chacun pour soi ! Et l’intensité des ondes ne va pas s’améliorer avec la Clé 4G en cours d’installation .
                  Combien de temps EELV va accepter d’avaler des couleuvres ?

                  www.rue89.com/rue89-planete/2013/01/28/ondes-des-mobiles-wifi-comment-le-gouvernement-censure-les-ecolos-238960

                   http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/AdoptedText/ta11/FRES1815.htm


                  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 2 février 2013 22:39

                    baisser la puissance des antennes obligerait à augmenter celle des portables. Quand on sait que la puissance est inversement proportionnelle au carré de la distance, on comprend toute l’absurdité de vouloir baisser celle des antennes.


                    D’autre part, les ondes utilisées pour les portables sont bien moins dangeureuses que les rayons ultra-violet.

                    • rhea 1481971 3 février 2013 07:35

                      Comme me le disait mon ophtalmologiste l’homo sapiens n’est qu’un paquet d’ondes, si il baigne dans un brouillard d’ondes électromagnétiques obligatoirement il se produit des interférences et des effets de résonance. Les conséquences sont difficilement mesurables. Les entomologistes utilisent les ondes pour manipuler les insectes, il est vrai nous ne sommes pas des insectes, mais ?


                      • Gasty Gasty 3 février 2013 11:40

                        Par principe de précaution, il faut interdire la vente d’appareil mobile téléphonique.

                        Ou interdire les abonnements en illimité.

                        Ou autoriser seulement 15mn de communication par mois sans oreillette et 30 avec oreillette dans des zones de réception délimités comme par exemple les abris bus.

                        Trois mois de prisons ferme aux parents qui ont offert un mobile à leurs enfants même s’ils ont des circonstances atténuante par leur militantisme contre les antennes relais.


                        • joletaxi 3 février 2013 17:19

                          Toujours la même bonne vieille recette, toujours les mêmes soi-disant arguments :
                          un danger improbable, mais pas impossible, avec au bout des millions de cancers.
                          Des « études » provenant de militants avérés, ou sympathisants.
                          Les éternels pleureuses, ONG, groupes « citoyens », réputés vertueux, opposés aux puissants,avec des relents de propagande gauchiste.
                          Et des politiques,incapables de comprendre, balotés par l’opinion publique travaillée au corps par des relais « intellectuels » de gauche (toujours associer gauche, et intellectuel) qui tentent de s’exonérer de tout risque même le plus ténu, pour complaire à la doxa ambiante.

                          résultat:un pays à l’arrêt, en plein marasme, qui glisse doucement vers la faillite, du fait de politiques soi-disant environnementales suicidaires
                          Normal accuse les riches de tous les maux, il se trompe de cible.


                          • Ranjo 14 février 2013 10:59

                            En France une bande organisée de faussaires de l’expertise au service du lobby n’a aucun scrupules à tromper la population en dissimulant les risques écrit dans la doc de leur outils de travail ou écrit noir sur blanc et dans le guide d’établissement des limites de l’ICNIRP.

                             Ils n’hésitent pas à inventer de toute pièces des principes physiques imaginaires et d’utiliser de grossière falsifications pour tromper la population et manipuler la justice , comme les communiqués honteux de l’académie de médecine de 2009.

                            http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/les-antennes-relais-cimetiere-de-88812

                            Meme les arrêts et décision de conseil d’etat violent le code de la consommation et le code pénal en motivant leurs arrets en dissimulant des risques et en faisant usage d’un faux sur la protection apportée par les limites thermique ces arrets ont toutes les caracteristiques de faux en écriture publique.

                            http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/antennes-relais-le-conseil-d-etat-103541

                            comble de la tromperie toutes les décision et arrets du conseil d’etat se permettent de dissimuler les principales exigences de la loi !!!

                            Aucun crédit ne peut etre accordé a des faussaires capable de falsifier la réalité scientifique pour aider leur amis ou favoriser leur carrière ultérieure.

                            Nos instititions aux pratiques bananières sont totalement corrompues par le copinage et les conflits d’interet.

                             

                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès