• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > OSP 2# : Les différences psychologiques homme/femme (2/3)

OSP 2# : Les différences psychologiques homme/femme (2/3)

Observation d'une Sentinelle du Peuple - 2# - version écrite

Les différences psychologiques homme/femme (2/3)

 

  1. La variété des comportements observables selon les genres.
     
    1. Le rapport aux autres

      Cette base d'observation sur les différences psychologiques selon les types de cerveau permet de développer d'autres tendances comportementales.

      D'abord, on observe que le cerveau masculin recherche plus la domination et la confrontation tandis que le cerveau féminin recherche plus la soumission et l'association :

      Les comportements généraux dans le cadre scolaire :
      Les garçons prennent souvent l’initiative dans les interactions pédagogiques, mobilisant ainsi davantage l’espace didactique et sonore comparativement aux filles. Ils ont par exemple tendance à prendre la parole sans nécessairement avoir été interrogés par l’enseignante. Les garçons sont préoccupés par le besoin de s’affirmer par rapport au groupe de pairs, alors que les filles veulent se faire accepter par l’enseignante. Ces comportements des filles sont plus susceptibles de favoriser la concentration et l’apprentissage des contenus didactiques.
      Les filles développent plus facilement une relation de confiance avec l’enseignante. Elles seraient plus enclines à se soumettre à l’autorité, favorisant par conséquent une meilleure relation pédagogique. Elles afficheraient également des comportements de silence et de retrait qui soutiendraient des attitudes de concentration et de coopération, propres à satisfaire les attentes des enseignantes (Félouzis, 1994).

      Les types de rapports interpersonnels recherchés :
      Les filles ont plus tendance à cocher, sur un questionnaire, les réponses mettant en avant les valeurs de coopération et à estimer que l’établissement d’un rapport d’intimité est plus important que celui d’un rapport de domination. Les garçons approuvent ce qui met en avant la compétition plus souvent que les filles et considèrent que le statut social est plus important que la relation d’intimité (Knight et al. 1989 : 125-141).

      L'établissement des rapports hiérarchiques :
      Les mâles établissent plus rapidement des rapports de domination. Cela reflète pour une part leurs moindres capacités d’empathie, car, en général, une hiérarchie est établie par un individu qui rudoie les autres pour en devenir le meneur (Strayer 1980)

      Les styles langagiers :
      Le discours des petites filles fait preuve de plus d’esprit de coopération, de collaboration et de réciprocité. De manière concrète, cela se traduit aussi par une bonne capacité des filles à mener de plus longues conversations. Quand elles ne sont pas d’accord, elles expriment généralement leur opinion divergente de manière délicate, employant la forme interrogative plutôt qu’affirmative. Le discours des garçons se déroule plus souvent « à une seule voix » (celui qui parle présentant seul son point de vue). Le discours féminin est plus du type « à deux voix » – les filles passent plus de temps à négocier avec l’autre, essayant de prendre en compte ses désirs (Smith 1985).
       
    2. Le rapport au risque

      Selon tous les âges, différence dans la prise de risque et l'évaluation du risque :
      Une différence de sexes s’observe dans la prise de risque, mais aussi dans l’évaluation du risque chez les enfants, les adolescents et les adultes (DeJoy, 1992 ; Harré et al., 2000 ; Peterson et al., 1997 ; Rosenbloom & Wolf, 2002). Les filles ont un seuil de jugement du danger plus bas que les garçons (Hill et al., 2000).

      L'évaluation des risques de blessure :
      Les garçons ont évalué le risque comme étant inférieurs à celui des filles. Pour estimer la cote du risque, les filles retiennent essentiellement la vulnérabilité perçue à la blessure tandis que les garçons intègrent à cette cote une estimation de la gravité de la blessure potentielle. (Harris et al., 2006 ; Hillier & Morrongiello, 1998).

      La divergence de l'évaluation des risques selon les sexes (dès 6 ans) :
      Dès l’âge de 6 ans, les enfants des deux sexes estiment que les garçons ont moins de risques d’accident que les filles, même s’ils sont engagés dans la même activité (Morrongiello et al., 2000).

      Le sentiment de vulnérabilité et d'appréhension :
      Les filles se sentent plus vulnérables et expriment davantage d’appréhension face au risque d’accident (Galligan & Kuebli, 2011 ; Hillier & Morrongiello, 1998 ; Morrongiello, 1997 ; Morrongiello & Rennie, 1998 ; Peterson et al., 1997).

      Le sentiment d'optimisme et accidents attribués à la malchance :
      Les garçons estiment avoir moins de risque de blessures, perçoivent celles-ci comme moins graves (Morrongiello, 1997), attribuent leurs accidents au manque de chance et expriment plus d’optimisme comparatif que les filles (Morrongiello & Rennie, 1998).

      L'évaluation des compétences de conduite :
      Les hommes conducteurs, spécialement les plus jeunes, évaluent leurs compétences de conduite comme plus élevées (Farrow & Brissing, 1990 ; Özkan & Lajunen, 2006 ; Tronsmoen, 2008), ont un sentiment de sécurité plus grand lors de la conduite (Bergdahl, 2007) et utilisent davantage celle-ci pour augmenter leur sentiment d’auto-efficacité (Farrow & Brissing, 1990).[1]

      L'éducation au risque :
      Dans l’éducation au risque, la connaissance des prescriptions parentales ne décourage pas la prise de risque des garçons (Morrongiello & Dawber, 2004) et les filles se conforment plus que les garçons aux demandes maternelles visant à éviter les objets dangereux (Morrongiello & Dawber, 1998).

 

  1. La manifestation de l'hostilité

 

  • L'hostilité masculine ou féminine perçue par les sciences sociales :

    Dans les manifestations de l'hostilité, on constate une nette différence selon les sexes. Le sexe masculin a tendance à se montrer beaucoup plus agressif « directement » (poussant, tapant, boxant, insultant etc.), tandis qu’en général le sexe féminin se montre agressif de façon plus « indirecte » – ou de manière « relationnelle », voilée – par des commérages, des pratiques d’exclusion, des remarques fielleuses, etc. L’agression directe pourrait requérir un niveau d’empathie encore plus bas que l’agression indirecte. Et l’agression indirecte demande une plus grande capacité à inférer les pensées d’autrui que l’agression directe, car elle a un impact stratégique (Crick & Grotpeter 1995 : 710-722).
    Les chercheurs ont constaté que les filles pouvaient être aussi agressives que les garçons lorsque des formes d'agression manipulatrices, telles que le commérage et la propagation de rumeurs, étaient incluses. Ces formes d'agression sont connues sous trois noms différents : agression indirecte, agression relationnelle et agression sociale. (Archer & Coyne, 2005)
     
  • L'hostilité masculine ou féminine perçue par la thérapie conjugale

    Dans un ouvrage moins scientifique, mais fondé sur des décennies de pratique des thérapies conjugales, John Gray, auteur du livre « Les hommes viennent de Mars et les femmes viennent de Vénus » identifie 3 méthodes de punition que les femmes exercent généralement contre leur mari :

    1- La punition physique.
    Au moment où l'homme recommence à la désirer, la femme le rejette. Elle repousse toute expression physique de son affection, depuis les rapports sexuels jusqu'aux simples contacts physiques. Elle ira même parfois jusqu'à le frapper ou à briser des objets pour lui montrer son mécontentement. [...]

    2- La punition émotionnelle.
    Il est de retour, mais elle est mécontente et elle le blâme, car elle ne lui pardonne pas son abandon momentané. Rien de ce qu'il peut faire ne suffira à lui plaire ni à la rendre heureuse. [...] Dès qu'il revient, elle manifeste sa désapprobation par ses paroles, le ton de sa voix, et un certain regard d'animal blessé qu'elle adresse à son partenaire.

    3- La punition mentale.
    Lorsqu'il se rapproche d'elle, elle refuse de lui ouvrir son cœur et de lui confier ses sentiments. Elle devient indifférente et lui en veut de ne pas s'ouvrir et de ne pas se confier. Elle refuse de croire qu'il tient à elle, et elle le punit en ne lui donnant plus la chance d'écouter ses propos.

    Les cerveaux de type masculin adoptent des approches frontales, directes, pour manifester leur hostilité. (Colère « chaude » ou « froide » accompagnée d'une confrontation verbale ou physique, réaction ou assauts directs, violence verbale et/ou physique...)

    Les cerveaux de type féminin adoptent des approches plus détournées, indirectes, pour manifester leur hostilité. (Rejet physique, émotionnel et/ou mental, commérages, pratiques d’exclusion, remarques fielleuses...)
  1.  Le rapport à la morale, à la loi et aux autres systèmes contraignants

La loi ou la morale sont des systèmes contraignants permettant aux individus de vivre en société.

Les élèves en difficultés ou perturbateurs :
Dès l’âge de 5 ans, les milieux scolaires identifient une fille en trouble de comportement pour trois garçons. Au primaire (6-12 ans), l’écart est encore plus prononcé, puisque, globalement, on compte une fille pour 5,5 garçons. Or les filles réussissent mieux que les garçons à l’école : ces derniers font preuve de deux fois plus de problèmes d’apprentissage, et ce, tant au niveau du primaire qu’au secondaire (12-16 ans).

La population carcérale :
Au 01/01/2016, la population féminine pénale écrouée était de 3,2% en France et de 5,7% en Allemagne.[2]
Extrait du Blog de Michel Huyette : « En France, les femmes représentent 18 % des personnes dont l’affaire a été traitée par les parquets en 2014 à la suite d’une mise en cause par les services de police et de gendarmerie, 10 % des condamnés cette même année et moins de 4 % de la population détenue au 1er janvier 2015. [...]En 2014, moins d’un délinquant traité par la justice sur cinq est une femme. Proportionnée à la gravité des faits et à la personnalité de l’auteur, la réponse pénale de l’institution judiciaire donne globalement la priorité aux mesures alternatives par rapport aux poursuites pour six femmes sur dix tandis que quatre hommes sur dix en font l’objet. À l’inverse, 35 % des femmes auteures sont poursuivies devant une juridiction de jugement contre plus de la moitié des hommes (53 %).
Quand elles sont condamnées, les femmes bénéficient de sanctions moins lourdes que les hommes tant en type de peines qu’en durée d’emprisonnement. Ainsi, plus on avance dans la chaîne judiciaire et pénale et plus le taux de féminisation diminue : de 18 % des personnes mises en cause, à 15 % des auteurs faisant l’objet d’une réponse pénale, 10 % de ceux poursuivis devant un tribunal et moins de 4 % de la population carcérale. »


Le respect du Code de la route :
Les hommes rapportent un nombre plus important d’infractions routières (Lonczak et al., 2007) et manifestent un niveau plus faible de motivations normatives à se conformer aux règles routières (Yagil, 1998).

La réaction à la coercition et à la récompense :
Une méta-analyse réalisée par Cross et al. s'est basée sur plusieurs échantillons de personnes âgées de 11 ans et plus. Les femmes seraient plus sensibles aux punitions (d = -0,33)24. Au niveau de la récompense, il n'existe aucune différence de genre et contrairement à ce que nous pourrions penser[...].

Le respect de la fidélité sexuelle dans un couple :
Au cours d'une vie, en 2016, 49% des hommes et 33% des femmes ont déjà un rapport sexuel avec une autre personne que leur partenaire.[3]

Les professions liées à la mise en œuvre de la contrainte dans l'appareil judiciaire :
Le personnel pénitentiaire est composé à 70% d'hommes.
La police nationale est composée à 73% d'hommes[4].

Les comportements moraux et l'estime de soi :
D’autres méta-analyses ont permis de rendre compte que certaines caractéristiques chez les hommes favorisent leur « estime de soi » : l’apparence physique (d = 0,35), la sportivité (d = 0,41) et l’autosatisfaction (d = 0,33). Cependant dans ces analyses, les femmes ont des scores plus élevés que les hommes en ce qui concerne les conduites comportementales (d = –0,17) et morales (d = –0,38).

Meurtre :
Daly et Wilson ont dépouillé des archives d’homicides remontant à plus de sept cents ans dans différentes sociétés (1988). Ils en ont retiré que les assassinats d’hommes par des hommes étaient 30 à 40 fois plus fréquents que les meurtres de femmes par des femmes.
Vu les constats précédents, il apparaît que :

  • Les cerveaux de type masculin sont plus aptes à concevoir (systématisation) ces systèmes et à faire respecter les contraintes de ces systèmes (domination/volonté de puissance).
  • Les cerveaux de type féminin sont plus aptes à s'y soumettre (soumission), donc à les respecter.
     
    1. L'exercice du pouvoir parental

      À présent, quittons les statistiques, pour nous aventurer dans des extrapolations philosophiques.

      Dans un article consacré au surmoi postmoderne, Slavoj Zizek établit une différence entre une figure parentale répressive et une figure parentale surmoïque[5] :
      « Une figure parentale seulement “répressive”, au sens de l’autorité symbolique, dit à l’enfant : “Tu iras à l’anniversaire de ta grand-mère et tu seras sage, même si tu en meurs d’ennui – tu le feras, que ça te plaise ou non !” La figure surmoïque, elle, dit à l’enfant : “Va à l’anniversaire de ta grand-mère seulement si tu as vraiment envie d’y aller… Mais tu sais combien ça lui ferait plaisir de te voir. Si tu n’en as pas envie, reste à la maison.” La ruse du surmoi consiste à offrir en apparence un libre choix, alors que, comme tous les enfants le savent, il n’y a en fait pas le moindre choix. Pire que cela : le surmoi commande et demande de sourire en même temps. »

      Cette analyse ouvre la voie à l'analyse de différentes modalités d'exercice du pouvoir parental. Malheureusement, mes recherches n'ont révélé aucune étude statistique susceptible d'affirmer ou d'infirmer ce qui va suivre. Si vous avez connaissance d'études fiables sur le sujet, je vous remercie de me les indiquer en commentaire.

      Partant des axes fondamentaux dégagés en première partie, essayons de déterminer des stéréotypes relatifs à l'exercice du pouvoir parental.

      Sur la base d'un cerveau féminin orienté vers l'empathisation et la volonté altruiste, l'exercice du pouvoir parental féminin serait naturellement fondé sur l'amour.

      Ce pouvoir fondé sur l'amour agirait en laissant l'illusion du choix. Il procéderait de manière « surmoïque » en usant de culpabilisation (donnée en exemple par Zizek) ou de manipulation (telle que les punitions évoquées par John Gray au sujet des femmes). Ce pouvoir aurait d'autant plus de force que l'amour qu'il inspire serait grand.

      Sur la base d'un cerveau masculin orienté vers la systématisation et la volonté de puissance, donc par extension vers la domination, l'exercice du pouvoir parental masculin serait naturellement fondé sur la peur.
      Ce pouvoir fondé sur la peur agirait en affirmant les obligations exigées. Il procéderait de manière « répressive » en usant d'intimidation et de coercition « non affective ».
      Ce pouvoir aurait d'autant plus de force que la peur qu'il inspire serait grande.
       
    2. Représentation des traits annexes sur la représentation graphique

      Une analyse de la sexualité et de la séduction selon les types de cerveau (masculins ou féminins) ne sera pas entreprise.
      Les constats précédents permettent de dresser une liste de certaines inclinaisons selon les genres :

Inclinaison des cerveaux de type masculin

Inclinaison des cerveaux de type féminin

Confrontation

Association

Goût du risque

Aversion au risque

Maitrise technique

Sensibilité émotionnelle

Hostilité directe

Hostilité indirecte

Domination

Soumission

 

Si l'on intègre ces éléments au graphique de la représentation des axes fondamentaux, cela donne la représentation suivante :

 
JPEG
  1. Convergence avec le 16PF

Le test 16PF est une tentative de décrire la personnalité. Appliquée à un large échantillon d'hommes et de femmes, elle révèle la chose suivante[6].

JPEG
Le d de Cohen ou d’ permet de caractériser la magnitude d'un effet associé dans une population donnée par rapport à une hypothèse nulle. Traditionnellement, un d autour de 0.2 est décrit comme un effet « faible », 0.5 « moyen » et 0.8 comme « fort ».
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 10:21

    Que de clichés. Ces différences sont accentuées pendant la phase que Freud appelait : la période de latence (ce qu’en dessin, on appelle la ligne claire : c’est noir ou blanc, on colle au réel et aux clichés, les indiens et les cowboys), mais après l’adolescence, quand les hommes et les femmes se rencontrent dans leur différences, celles-ci dans le meilleur des cas s’estompent. Jung. L"homme se rapproche de sa part de féminité et la femme rencontre sa composante masculine. C’est ce qui s’appelle la : MATURITE. 


    • picpic 23 octobre 2018 14:40

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      vous m’apprenez quelque chose à propos de la maturité et du fait de s’approcher de son pôle opposé. merci.
      Dans ce cas, on peut penser que cet article décrit des êtres immatures ?





    • Sozenz 23 octobre 2018 15:23

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      oui que de clichés .
      mais vous aussi vous en avez apparemment .

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 15:55

      @picpic


      Réponse : OUI,.... Platon parlait déjà de notre autre moitié que nous recherchons notre vie. Certaine préfèrent la LIGNE CLAIRE et resté figé dans leur déterminisme biologique. Un couple épanoui, ce sont beaucoup de personnes ensemble. Un jour l’homme prend la direction des affaires, et d’autres, c’est la femme. C’est la différence entre les stéréotypes et conditionnement génétiques et notre devenir d’humain qui pensent par lui-même. C’est bien le problème des LGBT, ils prennent leur orientation génétique au pied de la lettre,.... LE sexe, c’est dans la tête, pas le corps et heureusement, si nous en avons la possibilité, nous pouvons le transcender. C’est l’homme qui fait la femme et inversement.

    • Galilée Galilée 23 octobre 2018 21:44

      @picpic

      C’est un fait d ’observation élémentaire ,

      La taille plus petite , l ’ absence de pilosité faciale, la musculature plus faible sont des signes d’immaturité chez la femme.
      De même que sa nature volontiers capricieuse et jalouse, qui pleure quand elle est en colère , qui a peur de l ’orage et des souris et qui adore jouer à la poupée avec son bébé en chair et en os , et qui collectionne sacs , chaussures .
      Qui, naïve adore les médicaments homéopathiques et « naturels », ainsi que les voyantes.

      Comment une femme pourrait elle supporter l’enfant en bas âge qu ’elle élève , si elle était parfaitement mature ?

      Les femmes parfaitement matures comme Thatcher ou Merkel sont tout sauf maternelles et sexy ...

      Et que vaut , pour l ’ espèce , une femme qui n ’est ni maternelle ni enfantine ??

    • Galilée Galilée 23 octobre 2018 21:53

      @Sozenz

      Les clichés sont souvent le fruit de l ’ observation et du bon sens paysan ..

       Les dénigrer systématiquement , c ’est une posture méprisante qui n’ apporte rien que la confusion .
      La féminité est une collection de signes et symptômes que l ’ on retrouve sous la forme d ’un syndrome ..

      Qui le refuse , refuse de voir les évidences et nie la statistique ..

    • Sozenz 23 octobre 2018 22:14

      @Galilée

      La féminité est une collection de signes et symptômes que l ’ on retrouve sous la forme d ’un syndrome ..

      et c est grave docteur ?

    • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 22:48

      @Sozenz

       ! en concevant des systèmes de travail permettant l’accès au maximum de situations de travail des salariés des deux sexes ;


      Matelote dans le Nord-Ecosse ou légionnaire ?





    • Galilée Galilée 24 octobre 2018 02:44

      @Sozenz


      C’ est une maladie par certains côté , mais rien n ’est parfait sur cette terre .
      En tout cas une maladie globalement très appréciable et agréable ..


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 10:44

      Ayant fait mes études dans un lycée de filles. Les mêmes différences se constatent. Le dominantes et les dominées. Les gnan-gnans premières de classe et les réfractaires. Les preneuses de décisions et leaders dans les jeux et celles qui suivent. Idem, dans les écoles de garçons. Le facteurs gènes « Y » joue certainement et les femmes savent qu’elles sont inférieures sur le plan physiques et doivent dons user d’autres tactiques. Hélas, souvent ,celle des victimes : la culpabilisation, les : on se calme, le côté « étouffoir », qui hélas augmente la composant « y » du gène chez les hommes (violences conjugales). Je ne crois pas du tout au terme « empathie ». Personne ne peut se mettre dans la tête d’autrui. Mais plutôt à une forme de « bienpensance » insidieusement castatrice. Si les femmes étaient moins « soumises », les hommes seraient bien moins violent. Les psychologies ont constaté que les psychopathes avaient le même profil familial. Une mère soumise et complice du fils « CONTRE » le père, qui alors ne peut représenter la LOI. Toi, plus tard, tu me vengeras, hein !? Mère d’HITLER,... qui avait une mère soumise et un père violent.


      • JL JL 23 octobre 2018 14:50

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

         
         la violence n’est pas l’apanage des hommes : si les femmes sont physiquement moins fortes, elles ont autant recours à la violence sinon plus que les hommes, ceci expliquant cela.
         
        La violence est un refus de se soumettre, quand ce n’est pas une volonté de soumettre l’autre.

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 15:27

        @JL


        Très Complexe. J’en connais des femmes « soumises » : Que de violence rentrée et macérée. J’aurai mon heure,...Encore faut-il s’entendre sur le terme soumise. Un couple, ce n’est pas 1 plus une moitié qui donne : 1. Mais 1 plus un ou une autre, cela donne une infinité de personnes, selon les jours, les heures et et les circonstances,... 

      • Galilée Galilée 23 octobre 2018 21:58

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.


        Les femmes« insoumises » qui ont toujours raison et méprisent leur « connard de mari » , sont celles qui provoquent la violence dans un grand nombre de cas ...



      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 10:47

        Relu : Ayant fait mes études dans un lycée de filles, les mêmes différences se constatent. Le dominantes et les dominées. Les gnans-gnans premières de classe et les réfractaires. Les preneuses de décisions et leaders dans les jeux et celles qui suivent. Idem, dans les écoles de garçons. Le facteurs gènes « Y » joue certainement et les femmes savent qu’elles sont inférieures sur le plan physique et doivent donc user d’autres tactiques. Hélas, souvent,,celle des victimes : la culpabilisation, les : on se calme, le côté « étouffoir », qui hélas augmente la composante « y » du gène chez les hommes (violences conjugales). Je ne crois pas du tout au terme « empathie ». Personne ne peut se mettre dans la tête d’autrui. Mais plutôt à une forme de « bienpensance » insidieusement castatrice. Si les femmes étaient moins « soumises », les hommes seraient bien moins violents. Les psychologues ont constaté que les psychopathes avaient le même profil familial. Une mère soumise et complice du fils « CONTRE » le père, qui alors ne peut représenter la LOI. Toi, plus tard, tu me vengeras, hein !? Mère d’HITLER,... qui avait une mère soumise et un père violent.


        • Alban Dousset Alban Dousset 23 octobre 2018 11:27

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Si le sujet vous intéresse, je vous recommande le premier opus : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/osp-1-les-differences-207337
          Dans ce premier article, je précise que, selon certaines études, 18 % des hommes partageraient les caractéristiques typiques des cerveaux de type féminin et réciproquement.

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 11:37

          @Alban Dousset


          Mon profil est celui de Penthésilée et je suis attirée par les hommes comme Achilles. Plus OLGA BANCIC que gna gna gna,....

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 11:40

          Dans le film : LA VAGUE. C’est une femme qui dit : NON.https://www.youtube.com/watch?v=uPic-Q4F38A. Détail de ma vie, ma mère, c’était plutôt le genre Liz Taylor et mon père Richar Burton. Il aurait préféré un garçon ;


          • Sozenz 23 octobre 2018 15:28
            wouahahahaha ,




            • Raymond75 23 octobre 2018 15:51

              INCROYABLE !!! Les hommes et les femmes sont de natures différentes : INCROYABLE !!!


              • Raymond75 23 octobre 2018 15:55
                Différents même dans la violence, car la violence féminine, tabou dans notre société, est bien une réalité :



                Chut ... Il ne faut pas en parler

                • Alban Dousset Alban Dousset 23 octobre 2018 17:03

                  @Raymond75


                  Je vous remercie d’avoir signalé ces éléments.

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 18:20

                  Souvenez-vous de cet excellent soi-disant film pour ado. Qui prend la Direction des opérations : une femme. Tout ce qu’il y a de bien féminine. Tout dépend de la direction de cette « violence : pour détruire ou au contraire »sauver". https://www.youtube.com/watch?v=tpbY31Hidus


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 18:21

                    Film : DIVERGENTE.


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 octobre 2018 18:41

                      Pour moi, ces modèles relèvebt d’une certaine immaturité ou même pathologie. Mais ils sont nécessaire à la société pour son fonctionnement normal. Exemple : des ouvriers ont dû changer la vieille chaudière de l’immeuble. Du lourd. quand les ai vu arriver je me dis tout de suite : cauchemar, je devrai restée enfermée chez moi au moins une semaine. Des barakis, des tatouages partout, le regard peu amène,... Hélas, seuls eux pouvaient faire ce sale boulot. Idem pour la politique ou la guerre. Les psychopathes sont aux commandes, parce qu’eux seuls peuvent gérer une situation explosive comme la nôtre. Les femmes par contre gagneraient à avoir plus de personnalité,...


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 octobre 2018 11:44

                        Ne pas confondre « mégère » et femme-garçon manqué (MERKEL THATCHER°). Les première restent féminines (Cleopâtre, Greta GARBO), mais ne soumettent qu’à l’h’omme qu’elles aiment et les seconde choisissent des toutous de second plan.


                        • Jean Keim Jean Keim 25 octobre 2018 09:03

                          Quel est le poids des us et coutumes dans ce bilan hommes vs femmes ? 


                          En caricaturant (un peu), quand la société impose depuis la petite enfance, que la place des hommes est au bistrot à taper le carton et aux femmes qu’elles doivent les attendre dans la cuisine les mains dans la farine, l’esprit se formate, se conforme et accepte ce qui est souvent pourtant inacceptable, c’est également semblable au gosse qui est persuadé qu’il a hérité à sa naissance de toutes les qualités inhérentes à sa classe sociale et que sa place dans la société est juste et méritée.

                          Ainsi s’instaurent et se codifient des contraintes entre autres religieuses : les hommes détiennent la seule vérité et imposent aux femmes le voile, l’excision, la soumission ; sociale : les hommes dirigent, les femmes gagnent moins à travail équivalent, elles sont parfois considérés comme des objets mettant en valeur des produits publicitaires ; politiques : les femmes ne sont souvent que des faire-valoir pour les hommes ; sportives : les majorettes qui au bord des stades acclament les mâles qui s’agitent sur le terrain ; etc., et on en arrive à cette triste chose où les femmes veulent ressembler aux hommes en les singeant.

                          Quel est le poids de toutes ces contraintes culturelles et jusqu’à quel point ne formatent-elles pas le cerveau ?
                          Certains rétorqueront que nos comportements viennent de notre animalité, c’est probablement vrai, mais avec une différence de taille, si un loup ou un mouton ne seront que ce qu’ils sont toute leur vie*, l’un chassera l’autre ; chaque être humain possède en lui la capacité de changer radicalement son être dans son essence même.

                          En fait, énormément de contraintes culturelles ne font que révéler que les hommes ont peur des femmes.

                          (*) Je suis pourtant persuadé qu’au contact d’une humanité saine d’esprit, la matière et la vie sur notre planète connaîtraient rapidement des mutations.

                          • yvesduc 27 octobre 2018 12:41

                            Merci pour ces deux articles très fouillés sur un sujet quasiment tabou, pas encore étudié dans les études de médecine autant que je sache : les différences entre le cerveau masculin et féminin. Notre société croit encore qu’il s’agit de différences environnementales.


                            Petite remarque, la capacité à systémiser et à empathiser ne forment pas un côté et l’autre d’un même axe, comme on le voit sur votre schéma. Ce sont deux axes différents. C’est pourquoi il existe deux tests distincts : celui-ci pour évaluer votre capacité à systémiser et celui-là pour votre capacité à l’empathie. Certains individus sont moyens sur les deux axes, ou ont une capacité élevée sur les deux axes. Ce n’est pas contradictoire.

                            • Alban Dousset Alban Dousset 27 octobre 2018 13:11

                              Bonjour,

                              Je vous remercie pour ces remerciements.

                              Au sujet de la capacité à systémiser et à empathiser :

                              Il est vrai que certains individus sont faibles, moyens ou forts sur les deux axes (simultanément).

                              D’une part, il ne s’agit pas d’analyser des individus mais des groupes d’individus (hommes et femmes) afin de dégager leurs inclinaisons.

                              D’autre part, il me semble que l’on peut opposer, sur un axe, l’attention portée aux choses/systèmes et l’attention portée aux êtres/émotions. Non pas que cette attention soit exclusive (on peut s’intéresser aux deux ou à aucune des deux) mais différente, si l’on admet qu’une chose est clairement différente d’un être ET qu’un système (élément profondément objectif) est clairement différent d’une émotion (élément profondément subjectif).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès