• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Où allons-nous avec Macron et les gilets jaunes : chaos ou communauté (...)

Où allons-nous avec Macron et les gilets jaunes : chaos ou communauté ?

Macron restera dans l’Histoire comme l’idiot utile d’une révolution sociale qui était en gestation depuis des décennies de néolibéralisme. Une révolution sociale entièrement non-violente, comme le mouvement des droits civiques pour les Noirs américains des années 60, et qui plus est pour le bénéfice démocratique de toute la communauté nationale : une première dans l'Histoire.

« Les gens en situation de difficulté on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent. »

Emmanuel Macron, le 16 janvier 2019

« Le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour. »

Article 68 de la Constitution

On doit le plus grand respect aux maires qui sont à la base de notre système républicain et qui ont été depuis le début du quinquennat, à l’instar de tous les corps intermédiaires, systématiquement ignorés et méprisés. Mais force est de constater que, lors de l’Acte II du prétendu « Grand Débat National » en cours, les bons maires d’Occitanie n’ont été que les figurants d’une pièce qui ne fut qu’une tragi-comédie de démocratie participative. Il y eut bien quelques remarques qui se sont fait l’écho feutré de la vaste et légitime colère sociale qui secoue notre pays. Mais dans l’ensemble cet acte interminable comme un discours fleuve de dictateur ne fut, au regard des attentes du peuple français, qu’une micro-discussion de café du commerce entre technocrates parisiens et honnêtes notables, où ne furent discutés que des questions purement techniques de gestion municipale : à des années-lumière des enjeux. On se serait cru à un quiz de droit administratif à Science Po ou à un oral vicieux d’un concours d’attaché territorial. Cela ne mérite pas le nom de démocratie. La seule mesure « impopulaire » réellement remise en question par le Président soi-même fut la limitation de vitesse à 80km/h, dont tout le monde se fiche aujourd’hui éperdument. C’est dire à quel point Macron continue d’être totalement déconnecté du pays réel, qu’il entraine à vive allure en chauffard ivre de pouvoir tout droit sur une route départementale vers un grand platane aux proportions hexagonales : autrement dit tout droit vers le chaos. A moins qu’un gendarme ne l’arrête dans sa mortelle randonnée.

Where do we go from here : chaos or community ? (« Où allons-nous à partir d’ici : chaos ou communauté ? ») est un ouvrage majeur de Martin Luther King, où l’une des grandes figures non-violentes des droits civiques des Noirs américains (assassiné en 1968) revient sur dix années de lutte sociale antiraciste et fait un point sur l’état d’une nation américaine en pleine crise, mais aussi porteuse d’espoirs. Une lecture éclairante qu’il est bon de faire aujourd’hui, car il y a beaucoup de choses qui rapprochent le mouvement actuel des gilets jaunes de celui des Noirs américains pour leurs droits civiques il y a 50 ans, certainement bien plus que mai 68.

Comme j’avais eu l’occasion de le commenter récemment, les gilets jaunes représentent fondamentalement les classes populaires qui (sur)vivent dans la précarité – le « précariat » - qui représente aujourd’hui environ 40% de la population. Un précariat qui a désormais, dans le contexte du mouvement des gilets jaunes, fait son entrée dans l’Histoire comme nouvelle classe sociale (enfin) consciente d’elle-même. Tout comme les Noirs américains des années 50-60, le précariat français est tout au fond de la pyramide sociale et n’a – de fait – strictement aucun droit politique. Aucun membre du précariat, malgré son importance statistique, n’occupe le moindre mandat politique dans la République. Il est impossible pour les membres du précariat de voter pour un parti qui représente et défende ses intérêts de classe bien compris (d’où le rejet par le mouvement des gilets jaunes de l’ensemble de la classe politique) ; de plus les deux grand partis aux extrémités du spectre politique qui se disent, à tort ou à raison, représenter leurs intérêts sont des partis hautement diabolisés, n’ayant aucune chance d’être au pouvoir et n’ont pratiquement pas de représentation parlementaire malgré leurs scores électoraux élevés.

Tout comme le mouvement des droits civiques des Noirs américains des années 50-60, le mouvement des gilets jaunes est fondamentalement pacifique, avec à sa toute extrême périphérie quelques tentations émeutières tout à fait marginales. Les manifestations de ce weekend ont bien confirmé cette dimension profondément non-violente des gilets jaunes. King – comme tous les porte-paroles des gilets jaunes – avait fait un gros effort intellectuel et moral pour canaliser la colère des Noirs américains et, dans l’ouvrage précédemment cité, montre à quel point la violence ou son apologie (comme le faisait par exemple le Black Power) sont des impasses. King avait aussi beaucoup d’efforts pour que les Blancs sympathisants soient bien accueillis dans un mouvement majoritairement de Noirs, et l’on ne peut que constater que le même souci de mixité sociale s’exprime spontanément chez les gilets jaunes. En effet se sont ralliés à la cause ceux qui sont théoriquement les ennemis de classe (selon la logique de lutte des classes marxiste), à savoir beaucoup de petits patrons et entrepreneurs.

King note aussi dans son ouvrage le décalage entre le relatif petit nombre des activistes sur le terrain de la lutte pour les droits civiques comparé aux millions qui soutiennent le mouvement devant leurs écrans de télévision. Ils n’étaient pas plus que des dizaines de milliers dans les manifestations et son grand discours prophétique (I have dream, « je fais un rêve ») ne fut suivi à Washington que par 250.000 personnes. De même ce qui compte aujourd’hui ce n’est pas le nombre exact des dizaines de milliers qui se mobilisent chaque weekend en gilet jaune sur le pavé, mais le fait qu’une large majorité de Français soutient le mouvement.

Un autre parallèle qui s’impose est la question du racisme. Car aujourd’hui on ne peut plus parler de « mépris de classe » de la part de Macron mais véritablement de racisme de classe puisqu’il fait lui-même des pauvres une espèce de race à part (comme on dit, qu’il « essentialise ») sur laquelle il colle les pires préjugés possibles et imaginables. Fainéants, illettrés, des gens qui ne sont rien et qui n’ont qu’à traverser la rue pour trouver un boulot, fouteurs de bordel (aux salariés de GM&S victimes d’un abus de bien social par des patrons voyous), Gaulois réfractaires qui coûtent un pognon de dingue, etc. etc. Ces propos sont indignes d’un Président de la République qui est censé être le garant de l’unité nationale et gouverner pour tous les Français. Lui qui se prétend un « philosophe roi » pour reprendre en toute modestie l’image de Platon, s’exprime comme le dernier des beaufs nouveaux riches. De tels propos dans le monde de l’entreprise, dont il prétend importer en politique les « bonnes pratiques », lui auraient valu un renvoi pour faute lourde en harcèlement moral. Si nous avions un Parlement réellement démocratique, cela lui vaudrait normalement une procédure de destitution au titre de l’Article 68 de la Constitution, car nous sommes là très clairement dans un cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat.

« Les gens en situation de difficulté on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent. » C’est avec cette petite phrase dont il a le mortifère secret, alors que le pays est dans un grave état de crise, qu’il décide de lancer son « Grand Débat National ». Cet individu est manifestement excessivement dangereux pour la paix et la cohésion sociale. C’est lui le vrai casseur. Le casseur des codes moraux à la plus haute fonction de l’Etat qui devrait être exemplaire, et il en est très fier en plus, en s’assumant pleinement comme « transgressif ». En somme un voyou fier de lui. Un voyou en col blanc, les pires. Pas étonnant qu’il ait mis un autre voyou en col blanc sans envergure comme Richard Ferrand à la tête de l’Assemblée nationale.

Quelle honte pour la nation, quelle honte pour la Vème République qui ne s'en remettra peut-être pas. C’est tout à fait pathétique d’écouter les contorsions de langue de bois (dans le « Nouveau Monde » on appelle ça des éléments de langage) des figurants politiques de LREM nous expliquer qu’ils trouvent ça ma foi très bien cette façon « franche et directe » de s’exprimer. Il n’y a pas délit constitué en démophobie, mais ces sorties à répétition savamment mises en scène (une manière parfaitement anti-démocratique de s’exprimer pour un Président) sont d’un goût aussi douteux et condamnables que les blagues racistes et antisémites d’un Jean-Marie Le Pen d’antan. Dans l’histoire de France, même sous l’Ancien régime, aucun chef de l’Etat ne se sera illustré publiquement de la sorte pas tant de racisme et de haine de classe. Même le « S'ils n'ont pas de pain, qu'ils mangent de la brioche ! » attribué à Marie-Antoinette est vraisemblablement une légende.

Le Nouveau Monde c’est pas Macron. Il est le chant du cygne et la grossière caricature d’une idéologie – le néolibéralisme – qui date des années quarante et qui se construisit par détestation de l’idée d’Etat-Providence qui vint pour remédier à la crise de 1929, la montée du fascisme et aux dévastations de la Seconde guerre mondiale. En idolâtrant le marché, le néolibéralisme promettait la prospérité pour tous ceux « qui feraient des efforts » et de sanctionner durement les « fainéants ». Cette idéologie a échoué sur toute la ligne. Elle a échoué par la grande crise financière de 2008 dont nous ne nous sommes toujours pas remis, et qui fut une crise de fraude systémique perpétrée en toute impunité par des milliers de petits et grands Ferrands de par le monde opaque de la finance mondialisée. Elle a échoué devant l’incapacité intrinsèque du marché à penser au-delà du court terme privé pour résoudre des problèmes cruciaux comme le désastre environnemental dans lequel nous sommes, et dont il est largement responsable par son productivisme sans limite.

Surtout le néolibéralisme a échoué dans sa promesse méritocratique : ce que montrent les gilets jaunes c’est que même ceux qui font « des efforts » ne s’en sortent plus. Expérimenté il faut le rappeler dans le Chili de Pinochet, le néolibéralisme postule que la citoyenneté s’exprime essentiellement par l’acte d’achat sur un marché supposé libre. Ce qui veut dire que sans « pouvoir d’achat » vous n’êtes pas un citoyen à part entière : dans les termes mêmes du néolibéralisme, le précariat n’a aujourd’hui aucun droit civique et politique.

Le Nouveau Monde, en réalité, ce sont les gilets jaunes qui le portent et c’est le livre de King qui permet d’en prendre pleine conscience. Le combat de King était à la fois pour des droits civiques – le parallèle avec les gilets jaunes est leur exigence pour plus de démocratie réelle – et, peut-être surtout, contre la grande pauvreté aussi bien pour les Blancs que pour les Noirs. King nous dit qu’il y avait en son temps deux fois plus de pauvres Blancs que Noirs (en nombre total, pas en proportion bien sûr) mais qu’il n’y a aucun intérêt à être égaux dans la misère. La solution envisagée par King pour attaquer directement la grande pauvreté était l’instauration d’un revenu de base, aussi dit revenu universel. Et en toute logique les gilets jaunes devraient faire émerger cette revendication pour un vrai revenu de base, universel et inconditionnel, garanti à un niveau significatif d’au moins 1000 euros comme le propose Génération.s.

Qu’ils la portent ou non, ce sera leur choix souverain. Mais dans tous les cas ce qui est certain, comme le prophétisait King, c’est que l’issue de la crise actuelle ne peut être que plus de droits civiques pour le précariat et « en même temps » un véritable guerre déclarée contre la grande pauvreté dans ce pays. Ce qui est en train de se jouer est beaucoup plus fondamental que la question de personne sur Macron, aussi dramatique soit-elle. Engagé et survendu par l’oligarchie pour un job consistant à faire passer en France une révolution néolibérale ultra-violente tout en douceur et tout sourire de façade, Macron aura commis par son incompétence et son hubris une faute professionnelle lourde à l’égard de ses commanditaires. Mais fondamentalement il restera dans l’Histoire comme l’idiot utile d’une révolution sociale qui était en gestation depuis des décennies de néolibéralisme. Une révolution sociale entièrement non-violente, comme le mouvement des droits civiques pour les Noirs américains des années 60, et qui plus est pour le bénéfice démocratique de toute la communauté nationale au-delà d’intérêts de classe particuliers : d’une manière autrement plus réjouissante que les improbables insultes d’un chef de l’Etat à son peuple, une première dans l’Histoire.

 

Photo : Le Révérend Martin Luther King le 4 avril 1968, juste avant de faire son dernier speech devant des travailleurs en grève à Memphis. Il sera assassiné plus tard dans la journée.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Durand Durand 21 janvier 13:11

    .

    Le seul message clair que l’on peut envoyer à toute la classe politique depuis la rue, c’est en cassant tout...

    Le pouvoir est alors contraint d’en appeler à l’armée et là et seulement là, tout s’arrête,... et on commence à discuter sérieusement !

    Mais il y a mieux à faire... Les Mariannes flashballisées qui défilaient et les portraits des grands blessés qui ont été brandis veulent dire que le peuple à déjà donné ses martyrs,... Qu’il faut que ça s’arrête !

    C’est donc devant les casernes qu’il faut aller réclamer justice et protection... Et tout s’arrêtera.

    .


    • Paul Leleu 21 janvier 23:21

      @Durand

      je pense à tous ces gilets-jaunes qui sont fiers de « se politiser pour la 1ère fois »... on se demande ce qu’ils foutaient depuis 40 ans ??? le tapin ??? Et maintenant, ils brûlent des abris-bus, genre vachement original !! Mais t’as des gens qui font ça depuis des décennies... sans remonter bien loin, on repense aux manifs sous Hollande, au mort au barrage de Sivens, aux morts aux manifs de Gènes en 2006 ou de Seattle en 1999... et plein d’autres !!!! Pendant ce temps là, ils faisaient quoi les gens « qui se politisent pour la 1ère fois » ??? Ils s’imaginent qu’ils vont renverser le Capitalisme mondial en 10 minutes en butant un abri-bus et en en balançant un pavé sur un flic ??? Mais les mecs de la Commune de 1871 ils se battaient au fusil et au canon et ils ont été massacrés... Les Bolcheviks ont arraché leur Révolution dans la guerre-civile contre les grande puissances...

      Quant aux « noirs américains », la lutte pour les droits-civiques était juste un « proxy » du Pouvoir central, dans un contexte de lutte anti-communiste, pour diviser le prolétariat américain sur des questions raciales... Bilan 50 ans après : les noirs sont toujours pauvres et discriminés, et le prolétariat blanc s’est appauvri à son tour... On fait pas les révolutions en chanson : là-dessus, Lénine, Mao ou Pompidou sont strictement d’accord pour une fois !!!

      Quant à l’épisode social-démocrate de l’après-guerre en occident, c’est juste une conjonction de l’Histoire, pas une norme... un moment où le Capital avait un double intérêt convergent : produire industriellement massivement (reconstruction et équipement) et vendre à un public solvable d’une part, et d’autre part trouver un deal contre la menace communiste (avec l’Armée Rouge à nos portes)... Tout cela est fini... Les marchés émergeants et les démographies sont hors d’Europe, et l’Armée Rouge n’est plus à nos portes... Quant aux conditions du CNR, c’était après juste 2 guerres et 80 millions de morts dont on ne s’est jamais relevé...

      Je suis pas pessimiste... mais si les français veulent autre chose, il faudra qu’ils aillent le chercher...


    • Arthur S François Pignon 21 janvier 14:07

      « On doit le plus grand respect aux maires qui sont à la base de notre système républicain et qui ont été depuis le début du quinquennat, à l’instar de tous les corps intermédiaires, systématiquement ignorés et méprisés. »


      En effet, les maires sont bien à la base de ce système, mais :

      — ils sont ignorés et méprisés depuis beaucoup plus longtemps que ce quinquennat, sauf quand le mandat leur sert de tremplin !

       le Maire de Lyon et le maire de Quincampoix n’ont ni le même poids, ni la même fonction, il y a maire et maire, les mettre tous dans le même sac empêche une analyse du réel

       le système dont ils sont la base est avant tout celui du clientélisme, système hérité de l’ancien régime. La « république » n’a fait que remplacer la classe dominante de la noblesse héréditaire par la classe dominante de la bourgeoisie héritière en fondant sa légitimité sur la fortune et le patrimoine plutôt que sur la naissance.

       les maires, même les plus petits, sont les pièces essentielles du puzzle électoraliste fondé sur un découpage qu a permis aux partis dominants d’instaurer un bipartisme d’alternance bonnet blanc/blanc bonnet.

      Un débat entre maires et gouvernement n’est pas un échange entre citoyens et dirigeants, mais une grand-messe dite par le primat des gaulles devant les curés des paroisses


      • Arogavox 21 janvier 14:24

         « De tels propos dans le monde de l’entreprise, dont il prétend importer en politique les « bonnes pratiques », lui auraient valu un renvoi pour faute lourde en harcèlement moral.

        Si nous avions un Parlement réellement démocratique, cela lui vaudrait normalement une procédure de destitution au titre de l’Article 68 de la Constitution, car nous sommes là très clairement dans un cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. »

        >>>

         La destitution du Président de la République, prévue par notre Constitution pour le genre d’abus et de dérives que nous fait actuellement subir un mandaté qui se prend pour Juputer, est assurément le seul moyen, indispensable et suffisant, susceptible de faire cesser au plus tôt le malaise délétère, qui handicape notre pays depuis mois !

          
          Dès lors chaque jour qui passe sans que cette procédure ne soit initiée ne fait qu’empirer le risque d’une aggravation du discrédit mérité par l’échec d’un système de pouvoir inapte à se protéger lui-même par le dernier fusible qu’il avait envisagé : le Président de la République !

           

         Les gilets jaunes ont toute légitimité et honneur citoyen à se répartir entre conciliants qui se contentent encore de ne demander que la démission du jupiter, et insurrectionnels qui, constatant de façon pragmatique un échec structurel encore plus préoccupant que l’interminable série d’erreurs de casting en cours, visent déjà à un renouvellement de notre Constitution nationale.


        • aimable 21 janvier 14:42

          Macron aura été le détonateur , tout cela par ce qu’il se prend pour le messie et qu’il a voulu créer une nouveau monde sans baguette magique en utilisant pas ce qui ce fait de mieux dans le domaine , c’est a dire des technocrates a œillères et des pieds nickelés comme lui .


          • pipiou 21 janvier 16:03

            « Fondamentalement pacifique » ?? ...

            Pas de voitures incendiées, de pavés lancés sur les CRS mais des bouquets de fleur, pas de mobilier urbain, péages et établissement publics vandalisés, c’est sur !

            Les Français n’ont besoin de personne pour se diviser tout seuls.


            • zzz'z zzz’z 21 janvier 18:39

              @pipiou
              Clair… C’est devenu la contrée des amibes !


            • Macron, l’homme qui comme un symptôme montrera la face cachée de l’ultra-libéralisme. Plus personne ne peut nier aujourd’hui ses effets toxiques et déléters. Mais contrairement aux nazis, personne ne les condamnera. 


              • Paul Leleu 21 janvier 23:08

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                mais personnellement, je n’ai jamais « nié les effets délétères du libéralisme »... c’est quand même curieux que les français aient mis 40 ans à les comprendre...

                ils sortent à peine de leur émission de télé-réalité parce-qu’il n’y a plus ships, ou de fric pour se payer des clopes ?

                moi je comprends pas tous ces gilets-jaunes qui se font une fierté de dire qu’ils sont « politisés pour la 1ère fois »... mais qu’est-ce-qu’ils foutaient depuis 40 ans ces mecs ???? le tapin ????


              • Paul Leleu 21 janvier 23:24

                @ l’auteur

                je veux pas vous retirer vos illusions, mais j’ai du mal à comprendre comment les gilets-jaunes « qui se politisent pour la 1ère fois » (comme ils disent) comptent renverser le Capitalisme mondial en 10 minutes et 2 bastons...

                ils sont très sympathiques, et je ne doute pas de leur enthousiasme... mais personnellement, je m’emballe pas non plus...

                et que des mecs qui se « politisent pour la 1ère fois » depuis 40 ans qu’on bouffe des quenelles, ne viennent pas me faire des leçons de morale révolutionnaire...

                Maintenant, si ils y arrivent, ben tant mieux... c’est des génies les gars...


                • kalachnikov kalachnikov 21 janvier 23:26

                  @ Paul Leleu

                  Il s’emballe pas, le Leleu, il plombe.


                • arthes arthes 22 janvier 18:20

                  @kalachnikov
                  Ouais mon choux chéri

                  « C est desesperant » 
                  Sic ....toi...

                  J ai manqué me faire piquer par un cobra...Un vrais, bien sûr...Et puis non.

                  Un truc bizarre.

                  J ai relu « le petit prince ».

                  C est merveilleux en fin de compte ( conte).

                  Bizzzz


                •  Christian Saint Rata de l’himalaya 21 janvier 23:31

                  Ce climat insurrectionnel apparaît comme une réaction vitale face à un effondrement qui se manifeste tant par la dévastation de nos écosystèmes que par la marchandisation généralisée de nos sociétés et par de nombreux symptômes de régression psychique. La vitalité de cette réaction provient d’une sensibilité collective qui s’exprime à travers des formes originales, bien souvent inaudibles pour les tenants d’un pouvoir technocratique. 

                  Quelles que soient les scories que comporte le mouvement des gilets jaunes, quels que soient les parasitages dégradants, voyons que, dans le soudain redressement des courbés, dans la vocifération des ignorés, dans l’exaspération des derniers de cordée, il y a la revendication d’hommes et de femmes, de vieux et de jeunes, d’être reconnus comme êtres humains à part entière.


                  •  Christian Saint Rata de l’himalaya 21 janvier 23:32

                    L’insurrection des consciences n’est pas réductible au redressement de la courbe du chômage ou à celle du pouvoir d’achat. Elle vise à redresser la tête des hommes, courbés sous le joug d’un système inhumain, afin qu’ils puissent retrouver le sens d’une verticalité sans laquelle aucune dignité n’est concevable. C’est la réaction d’une vitalité créatrice à  la violence technocratique qui nie la dignité et la sensibilité des individus en contestant leur qualité d’être humain pour les réduire à une fonction de simples agents économiques dans la grande mécanique du marché. « Quand on prive le gens de dignité, vient un moment donné où ils demandent réparation » Michel Onfray.


                    • zygzornifle zygzornifle 22 janvier 08:55

                      Macron est la pour détruire tout ce que nos parents et grands parents ont obtenus a la sueur de leur front et en se battant contre leur gouvernement , Macron est un mercenaire de l’UE et des lobbys et en plus payé par le con tribuable et certainement en douce par ses mécènes il est en place pour casser le social et il le fait avec un plaisir orgasmique....


                      • Alain SOULOUMIAC 22 janvier 09:01

                        LA DEMOCRATIE NUMERIQUE

                        Très bon article qui valorise les aspects positif de la révolte des gilets jaunes. Le parallèle avec Martin Luther King est peut-être poussé un peu loin. La présence du leadership de King, sa formulation des questions clés et la cohérence d’ensemble ne se retrouvent pas dans l’actuel mouvement.

                        Il y a quand même une forme d’apartheid entre les élites et le peuple. Quand les gilets jaunes disent ; « Macron démission ! ». C’est sans doute : « Macron, démocratie ! » qu’il faut entendre.

                        L’idée du grand débat est intelligente. Avant 1968, et après d’ailleurs, la réponse du pouvoir était : « je crée une commission ». Après Pompidou Grenelle, elle est devenu, « je me réunis avec les parties prenantes ». La réponse du grand débat remonte un peu plus loin, elle renoue avec 1789 et les cahiers de doléances.

                        Mais ce grand débat avait été préparé par les grands intellectuels du siècle des lumières.

                        Les gilets jaunes ne semblent guère y croire guère. Ils se méfient et attendent plus. Si même, en utilisant des instruments modernes, on était capable de faire une synthèse de ce qui est souhaité et si on proposait un certain nombre de mesures pour y répondre, l’administration et la force des choses reviendraient bien vite sur le chemin antérieur du passé.

                        Pour répondre à l’attente des gilets jaunes, il faudrait instituer un grand débat permanent, portant à la fois sur les questions posées et sur le suivi des solutions proposées. Faire en sorte que le peuple puisse toujours être associé aux décisions de préparation et de mise en oeuvre. Pour ce faire, le numérique nous fournit bien tous les instruments nécessaires.

                        La démocratie n’est pas seulement le moins mauvais des régimes. C’est aussi le meilleur. Le Test de la NASA démontre la supériorité du débat et de la décision collective partout où c’est possible. Cette crise est l’occasion d’aller plus loin dans la démocratie grâce au numérique.


                        • izarn izarn 22 janvier 12:11

                          Je ne vois aucun rapport valide entre Luther King et les GJ...Ni aucun rapport entre la France et les USA sauf en 1788 avec Louix XVI et Lafayette. (C’est aussi l’URSS qui a battu en majorité écrasante les nazis)

                          Le rapport d’insidieuse propagande ; c’est que seulement le comportement de Macron soit en cause.

                          La différence c’est que les JG ont un pouvoir réel de faire tomber Macron.

                          En tout cas l’homme est terminé : Il faut etre malade pour croire qu’il puisse etre réelu.

                          Nous avons ausi tous observé que TOUS les députés et sénateurs REFUSENT de destituer Macron. Oui même le Merluchon, OK ?

                          Alors assez de gesticulations de récup sans intérét

                          Que les GJ s’organisent en mouvement style M5S pour dégager tout ça !

                          Et ne pas mettre en avant leur pseudo « incompétence » :

                          Vu le niveau actuel des guignols au pouvoir, on s’en passera fort bien !

                          Et les hauts foctionnaires sont la pour mettre les choses en ordre : Ils sont la pour ça ! On n’est pas encore une république bananière, même si Micron fait du zèle dans cette direction. (Remarque de la porte parole de Lavrov comparant Macron avec Chavez et Castro sur la longuer des discours smiley )

                          Pas besoin d’un Micron « qui connait ses dossiers » : (De fait c’est vraiment étrange la façon dont il les interprète !)

                          Et ça nous sert à quoi ?

                          A rien !

                          Ensuite j’aimerais connaitre les fameuses blagues anti sémites et racistes de JM LePen : Vous ne serez pas les seuls à en rigoler, si vous en avez trouvé hors celles fantasmées par les merdias. (Et qui ont été poursuivie en justice par JM LePen)

                          Ha si...« Ce n’est qu’un détail »...

                          Bof ! Il vous faut peu de chose pour en rire ou vous en scandaliser comme un gauchiste lobotomisé anti FN primaire.

                          Lisez plutot Céline...Vous serez moins déçu.

                           smiley

                          En bref, y a marre de taper sur le RN. Petit jeu qui devient débile, et profite à Micron, et pas du tout à Merluchon.

                          Les italiens sont contents de Salvini. Et grace à lui, ils ont virés les européistes néolibéraux, atlantistes, adulés par Soros.

                          ...Et pourris !

                          Ceci dit le RN refuse de destituer Macron...Grosse erreur !

                          Donc...Raz de marés GJ, on fera mieux que le M5S ; sans une Salvini.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FS


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès