• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Où en sommes-nous ?

Où en sommes-nous ?

Comment ne pas être stupéfait devant l’efficacité de l’arme ultime que sont les impositions sanitaires ? Cette stratégie du choc thérapeutique n’est-elle pas une manière de régler la crise financière annoncée, tout en dessinant la société-monde à l’image du maccarthysme et de l’école de Chicago ? Ne sent-on pas déjà l’odeur amère d’une société gérée par ordonnances sous le diktat de la haute finance et de l’idéologie transhumaniste ? N’entend-on pas déjà le bruit de la police militaire et numérique qui rappelle les pires moments de l’Europe et de l’Amérique latine autoritaires ?

Je propose ici un témoignage personnel tout frais de la dernière manifestation à Paris. Celui-ci sera suivi d’une analyse sur l’état des lieux faite à partir d’une autocritique collective acquise avec mes compagnons de route (surtout Gilets Jaunes), pour lesquels les thèmes de l’Etat, des institutions, de la stratégie de diversion, de la mondialisation et du numérique ne sont pas des idées, mais des réalités concrètes qui s’incarnent dans la répression quotidienne du capitalisme sanitaire.

Ce texte porte deux années de luttes intenses avec les Gilets Jaunes, ainsi que des années de luttes personnelles en sous-marins dans un contexte de survie et de censure à travers les villes, les pays et les continents.

Suite à ce témoignage et à ce constat, j’espère apporter, dans un prochain article, quelques pistes pour une stratégie d’action.

 

Témoignage.

Samedi 29 août. En direct de la Place de la Nation. Manifestations contre les impositions sanitaires : Je rejoins la manif à 14h. Ce n’est pas normal : le métro fonctionne normalement. Soit l’Etat estime que nous sommes tout à fait inoffensifs, soit il estime qu’il vaut mieux ne rien signaler. Loi du silence. La manifestation doit regrouper environ 500 personnes. Je me dis que cette fois les médias n’auront même pas besoin de mentir sur le chiffre. Je me trompe : on sera 200 personnes. En général ils divisent entre 10 et 100. Mais de 500 à 5 c’est compliqué à l’image… quoique… J’entre dans le rassemblement. Il ne se constitue plus seulement de Gilets Jaunes, mais aussi de parents d’élèves, de gens style hippy, de citoyens lambda et de personnes âgées décidément de tous les combats. Les mots d’ordre sont simples et directs : « Non à la dictature sanitaire », « nos enfants à l’école pas à la caserne » « bas les masques » « de l’argent pour les hôpitaux pas pour les caméras » « du confinement à la 5G la vaste mascarade » « destituons les entreprises pharmaceutiques » etc. Je rentre au milieu du cortège, mais je vois les CRS, les gendarmes et de nouveaux corps de police avec des numéros verts (police écolo ?…) qui se resserrent lentement mais surement autour des manifestants. J’ai l’habitude après 60 manifestations : ils vont empêcher les gens de sortir, gazer éventuellement puis verbaliser afin de remplir les caisses et de dissuader le citoyen. Je me faufile pour sortir. Ca ne manque pas : juste après moi j’entends le chef, un cinquantenaire de haute taille avec le cou en-avant prêt à bondir comme un molosse enragé au nom de la loi : « maintenant on laisse plus personne sortir ». C’est horrible les vieux qu’on maltraite, leur face qu’on écrase sur le trottoir. Une des organisatrices demande si elle peut revenir car elle a laissé ses affaires à une amie le temps d’aller faire ses besoins. « Non Madame on sort plus, on entre plus ». Pathétique de voir cette organisatrice supplier gentiment la police qui étouffe ses amis les uns contre les autres. Je me rapproche et je comprends que cette manifestation est déclarée, que les verbalisations ont commencé dès le début pour « non respect sanitaire » et qu’ils comptent re-verbaliser vers16h. J’écoute les policiers expliquer cela à deux civils, un homme et une femme. Je m’approche pour en savoir plus. On me demande de circuler, genre secret/défense. Je m’étonne en montrant les deux civils à qui on daigne parler. Les policiers sont gênés. Je percute : « Ah des flics en civil… » « Soyez polis : ce sont des policiers en civils ! Maintenant dégagez ! » Quel intérêt de légaliser une manifestation quand on vous considère comme un ennemi du peuple… pardon un ennemi de l’ordre oligarchique ? Déclarée ou non, le résultat est le même. C’est tellement triste que je décide de partir. Ca me rappelle trop les premières manifs après le soi-disant dé-confinement. On était en voiture, en petits groupes, avec des masques. On évitait de se rapprocher déjà sous l’oeil vigilant des drônes.

 

Je vois une journaliste de TF1 en train de filmer. Je lui demande : « Pourquoi vous ne rentrez pas à l’intérieur de la manifestation ? C’est le problème vous êtes toujours en dehors... Vendu ! » Prise de panique la journaliste se lève et se met à courir comme elle peut avec son énorme caméra ; j’avais pourtant retiré mon gilet jaune. Je la rassure et comme il se met pleuvoir, je lui propose de la protéger sous le parapluie que j’avais caché discrètement. Depuis les procès que j’ai suivis à Marseille pour soutenir mes camarades GJ, je sais que le parapluie peut être considéré comme « une arme » et à l’époque, le masque comme « un item visant à dissimuler son identité » ... ça a évolué depuis… On a vite fait avec un masque et un parapluie d’être considéré comme « participant à une association de malfaiteurs ». Et les juges sont drastiques. Entre la course dans la boue et le parapluie, elle choisit ce dernier. Nous discutons posément et, en substance, elle me dit qu’elle se considère comme « une ouvrière de l’information », qu’elle fait cela « pour l’alimentaire », qu’elle n’a aucune prise sur « le montage et les commentaires », que « tous les médias à part peut être Arte et encore » se ressemblent, qu’il faut « aller vers les médias alternatifs », ou mieux encore, aller « se faire sa propre idée sur le terrain ». Elle s’inquiète à nouveau et me demande si je n’ai pas micro, parce que la vérité à TF1 c’est durement condamné. Je souscris car mon frère a une amie haut placée dans cette même chaine. Cette femme n’a plus aucun contact avec le terrain : elle mange, boit et dort avec la propagande et du coup … elle y croit dur comme fer. C’était une des grandes luttes internes à l’Eglise qui durera tout le moyen âge entre le bas clergé qui connaissait la réalité du tiers état et le haut clergé qui connaissait celle de la haute qui se résume au fameux 1%. La pluie se calme, chacun prend les mêmes images de son côté. Elle avec un beau matériel pour la chaine officielle de la Vérité Scientifique, moi avec un vieil iPhone pour mes réseaux officieux du complot négationniste.

 

J’entends 3 personnes discuter savamment du virus. Je m’introduis dans la conversation. L’une de ces personnes travaille dans un laboratoire pharmaceutique. Nous échangeons nos vues concordantes sur le génome viral, les vaccinations impossibles dues aux mutations génétiques rapides et l’absurdité des protocoles en double aveugle. Puis les échanges vont vers des réflexions religieuses car il y a parmi ces personnes, des catholiques très « orthodoxes » comme elles disent d’elles-mêmes, qui estiment qu’il faut revenir à la papauté d’avant 1958 et qui en l’occurence veulent sauver l’âme de leurs interlocuteurs juifs. La conversation, passionnante et passionnée, tourne alors autour de la théodicée, la Réforme, l’Ecclésiaste, les conflits à l’intérieur de la maçonnerie, l’étymologie, la Rationalité, etc. Ce qui en ressort après 3 heures c’est que 1) tout le monde est d’accord sur le constat ébouriffant du totalitarisme qui se met en place 2) personne n’est d’accord sur l’histoire des religions 3) tout le monde est d’accord pour unir momentanément ses forces pour la liberté. En revanche je vois bien qu’à la fin nos amis catholiques sont vraiment très déstabilisés : Tous les juifs ne sont donc pas sionistes ? Ils ne sont pas tous prosélytes et maçons ? Il y en a qui aiment le message de Jésus, mais pas forcément celui de l’Eglise ? Ils connaissent très bien les différents Ordres, l’ancien testament, l’histoire chrétienne et vont même préciser aux chrétiens des notions fondamentales ? Ils ont du recul sur Israel et sur l’histoire en général ? Ils sont tolérants et admirent mêmes d’autres religions ou d’autres pensées ? Ils parlent posément et avec un grand respect même quand leurs frères ennemis les accusent de tous les maux ? Echange de numéros. Magie des ronds points, de la rencontre, du temps pris pour se connaître.

 

Entre temps je reçois un coup de fil de mes amis en Allemagne : ils sont 4 millions dans les rues. « Et vous ? ». Coup de blues : « Oh… pas bien nombreux... surtout des flics ». « Ici en Allemagne, tu sais les médias disent que nous sommes 18.000 et tous des négationnistes, complotistes d’extrême droite ! », « Oh oui je sais… » Bienvenus au club… C’est un moment important dans le rapprochement avec mes amis allemands. Ils ont vu le mouvement des GJ à travers mes récits et m’ont soutenu en traduisant des textes (1), mais c’est autre chose que de vivre la joie du regroupement et la haine du pouvoir. Tout est là.

 

Je prends le chemin du métro en écoutant une intervention très claire de R.F. Kennedy sur les industries pharmaceutiques (2) et une étude du NCHS (3) qui m’apprend que seulement 6% des décès répertoriés aux USA sont dus au COVID-19. Ce n'est donc pas 153,504 décès par le COVID-19 qu'il faut déplorer mais plutôt 9,210. Un détail comme dirait l’autre. Le reste des décès, soit le 94% restant, est dû à des conditions pathologiques chez des personnes dont on « présume » qu'elles avaient aussi le COVID-19. Dans le métro je reprends ma lecture du livre morbide et déprimant du transhumaniste R.Kurzweil, Humanité 2.0 : La Bible du changement (4).

 

Dans le wagon infini de la ligne 1, je vois une femme sans masque. Je me rapproche d’elle en plaisantant : « on y respire mieux ici ». On échange sur les possibilités de contestations des contraventions. Elle descend. Seul, je remets mon masque. Une jeune femme entre. Elle me fixe comme un cerbère et m’intime d’un geste sec, répété et quasiment pathologique de bien ajuster comme il faut mon masque sur le nez. Mon sang ne fait qu’un tour. Je retire mon masque, et lui dit que « je ne vous oblige pas à ne pas mettre de masque ». Visiblement l’argument ne lui est jamais venue à l’esprit. Elle répond juste un drôle de « bêêêê ». Je m’adresse alors à tout le train pendant 8 stations en rappelant la nuisance des masques sur le plan sanitaire, politique, écologique. Puis je lance : « Certains diront que je m’emporte, mais je vous demande  : qu’en est-il de la violence de la délation ? Sommes-nous tous prêts à suivre la violence de la délation ? Jusqu’où ira-t-on ? Que dit-on de cette violence qui vous fusille d’un regard et va vous dénoncer anonymement à la police ? » Certains acquiescent, d’autres lèvent les yeux au ciel à la parisienne. La jeune fille n’ose plus me regarder. Elle s’est enfoncée dans son smartphone. Je lui demande si elle est en train de vérifier mes informations. Elle me dit que non parce qu’elle ne m’écoute plus. « C’est bien dommage mademoiselle : on ne s’écoute plus et on préfère écouter les massmédia. Vous devriez vérifier ce que je dis plutôt que de considérer cela comme absurde, vous aurez peut-être des surprises ».

Je sors du métro en poussant des bêlements comme un mouton. Mais j’ai le sentiment qu’il n’est plus impossible de penser qu’on vous mettra en tôle pour « propos dangereux ».

 

J’arrive chez mon père âgé de 82 ans. Il est seul et le confinement l’a complètement démoralisé. Il a du mal à finir son livre sur « l’ennemi ». L’écriture c’est tout pour lui. Il est hagard au milieu des livres. Il me dit qu’il est pris de terreur. Je lui demande de préciser son sentiment de terreur. « Vois-tu pendant la guerre, quand j’étais un enfant caché, j’ai vécu la destruction des liens par la peur. Aujourd’hui tout est fait pour détruire encore ces liens. Avant j’étais à la cave maintenant je suis au mitard. J’assiste impuissant à un isolement par la terreur. J’ai l’impression de retourner en arrière. Je ne t’envie pas mon fils. Tu es dans la force de l’âge et tu vas devoir faire avec une fin du monde ».

 

Je vais — pensif — donner une séance d’énergétique. Suite à ce qu’il se passe, ma patiente remet courageusement en question le conformisme de son milieu social, ce qui lui vaut des tensions dorsales importantes, une sensation d’étouffement et des insomnies. Iranienne, elle reconnait l’atmosphère et le processus de domestication. Elle pense qu’on a va devoir « passer en réseau clandestin comme en Iran ». Au moment de payer, elle va retirer l’argent à la banque HSBC et là apparaît sur l’écran le message suivant : « S’épanouir quelles que soient les conditions ». Nous sommes pris d’un fou rire. Ne réagissez pas, soyez positifs. La banque vous aime, vous conseille et prend soin de vous. Ayez confiance. Le plus important : adaptez-vous aux nouvelles conditions misérables. L’éducation à la frustration c’est une épreuve de civilisation, nous disent les banques converties au new-age… juste une habitude à prendre…. le nouvel âge des banques arrive à son terme... son terme : votre misère … à laquelle vous êtes sommé de vous adapter.

 

***

Analyse.

L’Etat : Nous avons cru que l’Etat nous protégeait et que l’état de droit serait la préoccupation des gouvernements et des citoyens, à tel point qu’on a pu penser que « la police viendrait avec nous ». Il s’est avéré d’une part, que ni la police, ni les juges, ni rien de ce qui est de l’ordre de l’Etat ne s’est mis de notre côté, et que d’autre part, l’état de droit s’avère être une morale utopique devant la réalité de la loi du plus fort qui est la vision économique alliée à la répression et au lavage de cerveau idéologique. La crise sanitaire nous l’a bien montré sous tous les angles : la loi de la jungle n’est pas du coté des animaux et d’un soi-disant chaos naturel, mais bien du côté des humains et de leur Loi qui n’est autre que l’expression juridique de la loi du plus dominant qui est aussi celle du plus destructeur.

 

Les Institutions : Nous avons compris tardivement que l’institutionnel est un rouage, plus ou moins conscient, du pouvoir dominant. Je n’ai entendu que très peu de contestation à la dictature sanitaire. Silence dans la plupart des syndicats, avec le même conflit entre la base qui repère bien qu’il y a une machination et les fédérations qui empêchent toute analyse de fond. On reconnaît la politique de retrait qu’on avait constaté lors de l’émergence des Gilets Jaunes. Cela va sans dire que tous les partis politiques se sont également rangés dans le camp de la peur, ce qui nous a valu, et nous vaut encore, le bal des faux problèmes : « déconfinement rationnel », « gratuité des masques », absence de critique sur l’Union européenne et les alliances mondiales entre les GAFAM, bigpharma et la haute finance dont la 5G est un bel aboutissement. La mollesse des partis devant une crise aussi grave est un leitmotiv institutionnel qui cherche à récolter des voix à partir du malaise, sans chercher à faire la lumière sur les vrais mobiles de cette crise. Les intellectuels ont brillé par leur torpeur. Qui a dénoncé ouvertement l’horreur qui s'est mise en place ? On a tergiversé sur « la symbolique du masque », sur le virus qui serait entre « la grippe et la peste », sur les manifestations qui doivent « respecter les règles sanitaires » etc, mais qui s’est vraiment lancé sur le terrain de la dénonciation radicale de la dictature sanitaire et du bio-pouvoir ? Enfin je retrouve cette même peur sous couvert de prudence, de raisonnable, d’anti-négationnisme et d’anti-complotiste dans bon nombre de groupes dits d’extrême gauche qui, transis devant la crise sanitaire, bavardent à souhait sur le racisme, le féminisme, l’art contemporain à partir de l’accaparement d’un passé mythifié, quand ici et maintenant, on assiste à la plus grande manipulation du siècle et à la plus grande démoralisation nationale depuis 1940.

 

La stratégie de la diversion : Nous nous sommes donc laissés embarqués par la stratégie des diversions téléguidées par un agenda politique préparé et bien rodé. Tandis que pendant le confinement les hommes et les femmes de toutes les couleurs vont travailler malgré une pandémie qui devait décimer la moitié de l’humanité, tandis que les hommes et les femmes de toutes les couleurs continuent de mourrir chez eux, dans les EHPAD, pendant les transferts hospitaliers, dans les hôpitaux par dizaines de milliers à cause du programme libéral, tandis que les violences d’Etat (policière, judiciaire, fiscale, médiatique) s’étendent à tous et à toutes (surtout dans les classes précaires), il faut quand même qu’on trouve le moyen de se tourner vers les mass-média des USA pour reconnaître (un peu) le colonialisme occidental toujours en cours avec son cortège de racismes et de crimes, qu’on donne du grain à moudre aux antifas petits bourgeois qui aboient quand on appuie sur les boutons et qu’on déboulonne des statuts du 17em siècle sous les médias à scandale. Il faut également qu’on suive le néo-féminisme ultra-individualiste qui compte participer au pouvoir du Capital, tout en fermant les yeux sur le fait que les femmes ont commencé à investir, en France, les institutions (FMI, Ministères, Ordre des médecins, police, magistrature, culture, entreprises etc) et que bien naturellement celles-ci défendent des privilèges de classe avant de défendre un genre. A part l’égalité de salaire, de droits et les violences faites aux femmes où nous sommes tous d’accord — et nous savons ce qu’il reste à faire —, en ce qui concerne la réalité hétérosexuelle de la constitution de la classe bourgeoise, elle reproduit, comme partout, la lutte et le mépris de classe. Et c’est là que s’immisce la diversion : on veut masquer la terreur totale qui s’abat sur nous à l’aide de luttes légitimes mais partielles. Et ces luttes partielles sont d’autant plus facilement instrumentalisables, qu’elles ne remettent plus en cause — comme ce fut un temps — les problèmes de fond posés par le Capital et l’idéologie transhumaniste.

 

La mondialisation : Nous avons cru également que, dans une réalité où la planète est dirigée par des pouvoirs supra-nationaux, la France et les français pouvaient s’en sortir tout seul. Je me souviens des débats sur les ronds points où on disait « on s’occupe d’abord de nos problèmes, les autres pays s’occupent d’eux-mêmes ». Dans un contexte plus savant le souverainisme souhaite revenir à une « nation forte », mais en s’appuyant sur des valeurs vieille France au ton faussement populaire ; passer d’un capitalisme mondial à un capitalisme français, allez savoir ce que l’on gagne au change… Cela dit, cette belle période des ronds-points nous a permis une reprise de l’histoire révolutionnaire, une intelligence collective, une ouverture au politique, des rencontres et une solidarité qui sont le plus puissant des liants, mais cela nous a détournés du contexte européen et mondial et nous a fait surestimer les forces nationales.

 

Le numérique : Enfin nous prenons la mesure du numérique avec beaucoup de retard. A la fois en tant qu’utilisateur, puisque nous communiquons allègrement nos actions sur FaceBook et autres réseaux sociaux, mais aussi dans notre vision politique puisqu’on ouvre les yeux sur les méfaits sanitaires, écologiques et sociaux de la 5G pourtant préparée depuis fort longtemps. Enfin nous découvrons avec horreur les ravages de l’idéologie transhumaine, qui semblait être une secte délirante, et qui a maintenant au moins 10 longueur d’avance sur nos luttes sociales. Cette idéologie issue du capitalisme cybernétique a déjà planifié l’élimination du travail, des liquidités, des retraites, de la procréation naturelle, a déjà planifier les vaccinations, la surveillance de masse, le contrôle des frontières, des déplacements, des corps et des pensées. Cette crise sanitaire en est un avant-goût. Il est probable que le Ministère de la Santé devienne le Ministère clef du prochain gouvernement mondial, puisqu’il s’agit de gérer la vie et la mort des citoyens et de ré-éduquer, d'interner voire de déporter les déviants, les dissidents, les inciviques, les irresponsables, c’est-à-dire les prochains « agents de contamination ».

 

Voilà où nous en sommes.

Mais est-ce vraiment dans cette direction là que nous voulons continuer à nous diriger ?

 

 

(1) https://www.legrandsoir.info/gilets-jaunes-reponse-a-suddeutsche-zeitung-l-extreme-droite-ne-se-trouve-pas-la-ou-on-croit.html

(2) https://youtu.be/Cg0RoFQGrAE

(3) https://www.cdc.gov/nchs/nvss/vsrr/covid_weekly/index.htm

(4) Ray Kurzweil, Humanité 2.0 : La Bible du changement, Paris, M21, 2007.

 

Friedman for president ! {JPEG}


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 septembre 2020 08:48

    « Nous avons cru... »

    « Nous avons compris... »

    « Nous nous sommes laissés embarquer... »

    Qui est ce « NOUS »

    L’article affiche une lucidité qui a le mérite de récapituler une somme intéressante de phénomènes qui laissent loin derrière les bêlements apeurés des moutons imbibés du « soma » produit par la « com. » officielle et fourni en grandes quantités par les médias. C’est positif, mais vain si on en reste là.

    L’école de Chicago et le transhumanisme ne sont que des idéologies, très actives et très toxiques, mais des instruments au service d’une classe sociale (la bourgeoisie) et d’un système (l’économie de marché) dans leur ensemble. Ces sectes constituent le « clergé » des temps modernes, le réseau sur lequel s’appuient les puissants pour s’infiltrer (comme le réseau des évêchés sous l’ancien régime), et les réseaux sociaux sont les nouveaux confessionnaux où les naïfs viennent livrer gratuitement les informations que les services de renseignements ont parfois du mal à se procurer.

    Pour que cette évolution (qui vient de passer en quatrième) soit freinée et stoppée, deux conditions non remplies sont nécessaires :

    1. que les victimes (la plupart inconscientes) cessent e se comporter en complices en obéissant aux injonctions et en « partageant » leur vie privée
    2. que les mercenaires de la police idéologique ne soient pas confondus avec ceux qui les instrumentalisent et qui, eux, sont anonymes et même impersonnels : la masse des petits rentiers constitue un pouvoir plus puissant que l’école de Chicago et le transhumanisme réunis.

    Il faudrait donc que ce « nous » soit précisé et qu’il« s’organise, les »nous".


    • Patrick Samba Patrick Samba 7 septembre 2020 11:38

      « Il faudrait donc que ce « nous » soit précisé et qu’il« s’organise, les »nous«  », sermonne quasiment, et met en demeure presque, Séraphin Lampion, qui reconnait néanmoins que l’article est lucide mais « mais vain si on en reste là »

      Charmant commentaire... témoignant d’un courage à agir incontestable, mais qui n’arrive même pas à lire complètement le texte :

      L’auteur a aussi écrit : « Suite à ce témoignage et à ce constat, j’espère apporter, dans un prochain article, quelques pistes pour une stratégie d’action. »


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 septembre 2020 11:55

      @Patrick Samba

      ... demain 
      ... des pistes
      ... et l’action ? à la saint Glinglin ?


    • Patrick Samba Patrick Samba 7 septembre 2020 12:01

      @Séraphin Lampion
      et l’absence de commentaires stériles c’est pour quand ?


    • Francis, agnotologue Francis29 7 septembre 2020 14:51

      @Séraphin Lampion
       
       ’’ la masse des petits rentiers constitue un pouvoir plus puissant que l’école de Chicago et le transhumanisme réunis.’’
       
       L’occasion est trop belle :
       
      « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent et laissent faire » Albert EINSTEIN
       
       C’est pourquoi je peste devant tous ces moutons jeunes et vieux, qui se musellent partout, même dans leurs voitures.


    • Tristan Edelman Tristan 7 septembre 2020 17:43

      @Séraphin Lampion
      Oui c’est vrai, je n’ai pas été suffisamment clair. Ce « nous » ce sont les GJ de Marseille et de Paris très hétérogènes que je fréquente, plus les groupes écolo alternativa, com 21, XR, et mes amis indéfectibles. 

      Oui la docilité de la masse et pas que des petits rentiers constitue le pouvoir qui disons complète, parachève manifeste les doctrines libérales.

      Pour l’organisation, j’ai (nous) quelques idées que je proposerai dans un prochain article !


    • Francis, agnotologue Francis29 7 septembre 2020 18:06

      @Francis29
       
       
      « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. » Étienne de La Boétie

       
      L’autre jour dans un commerce, un employé a demandé à une personne de « mettre correctement son masque »
       
       La personne interpellée refusant d’obtempérer, l’employé lui a expliqué que c’était le règlement, et qu’il était obligé par sa hiérarchie de le faire appliquer.
       
       A quoi le client a répondu que rien ni personne ne pouvait l’obliger lui, à obéir à ces ordres iniques, mais qu’il sortirait volontiers si on le lui demandait.
       
       Je me suis dit : voilà une personne qui refuse de se mettre à genoux.
       
       
       


    • Goldored Goldored 7 septembre 2020 18:55

      @Francis29
      Il ne suffit pas de s’opposer systématiquement pour être libre.
      Il faut être intelligent pas nihiliste. Il faut être subtil, pas grossièrement « rebelle ».
      Un complotiste est un paranoïaque, un opposant systématique est juste un réfractaire pathologique.
      La liberté, elle se trouve dans un équilibre et un sens critique bien plus subtil.


    • Francis, agnotologue Francis29 8 septembre 2020 09:45

      @Goldored
       
      et aussi : Noël au balcon Paco Rabanne.
       
       vous en avez d’autres, des comme ça ?
       
       Quel rapport avec ce qui se dit ici ?


    • Goldored Goldored 8 septembre 2020 13:21

      @Francis29
      Cherchez.
      Travailler du ciboulot, ça semble vous connaître.


    • Francis, agnotologue Francis29 8 septembre 2020 13:30

      @Goldored
       
       je ne cherche pas ce qui me parait introuvable.


    • Goldored Goldored 9 septembre 2020 07:54

      @Francis29
      Ça explique tout et surtout pourquoi vous semblez perdu dans des réflexions simplistes.


    • Francis, agnotologue Francis29 9 septembre 2020 09:01

      @Goldored
       
      ’’ vous semblez perdu dans des réflexions simplistes’
       
       Des réflexions auxquelles jamais je ne vous ai vu opposer la moindre opposition sensée : que des attaques ad’hominem. C’est le fait des esprits stupides.
       
      C’est dommage, il semble pourtant que dans d’autres problèmes de société que celui qui nous préoccupe principalement aujourd’hui vous ayez quelques idées.
       
      Vous devriez lire ça : Comment les masques rendent bêtes et méchants
       
      « voyons ce qui dit un psychiatre du système, préposé à la manipulation – ou à la location – du cerveau humain et de ses clics acheteurs. Patrick Fagan dans un article puissant paru dans le mensuel britannique The Critic explore les raisons pour lesquelles les masques “rendraient les gens stupides” et seraient une forme de “déshumanisation.” »


    • Goldored Goldored 9 septembre 2020 18:09

      @Francis29
      C’est bien les liens.
      Je ne les ouvre jamais.
      Soit vous avez compris et assimilé une argumentation, et vous pouvez vous passer d’essayer d’assommer vos contradicteur avec pléthore de liens. Soit non, et alors là, effectivement, les argumentaires des autres vous tiennent lieu d’élément de discussion.
      C’est très pratiqué ici ; de nombreux imbéciles conspirationnistes en usent et abusent pour leur tenir lieu de raisonnement, d’argumentaire, de cerveau.
      Bref, une forme de e.masque.
      Kenavo genaoued !


    • Tristan Edelman Tristan 10 septembre 2020 09:06

      @Patrick Samba
      ahahah ! C’est bien vrai ... Il fallait juste que quelqu’un le dise... smiley


    • devphil30 devphil30 7 septembre 2020 08:49

      Excellent article et témoignage très juste.

      Les conclusions sont la triste vérité du monde et de la mutation au laquelle nous assistons en direct.

      Tels des témoins et spectateurs d’une tragédie qui s’écrit sous nos yeux dont nous percevons la suite et la fin sans pouvoir agir sur le déroulement des evenements.

      Notre incapacité à agir sur les evenements vient de l’hystérie mise en place par le gouvernement ayant conduit à la lobotomisation générale sur une histoire de virus 

      La mise en place d’une forme de police de la pensée par la quasi généralité des Français fait froid dans le dos , ce comportement de dicter le port du masque par des Français à d’autres renforcer par des forces de police verbalisant le non port à 135 € tarif bien dissuasif face aux excès de vitesse moins cher.

      Une vraie dictature de la pensé est en place et le travail de déconstruction de cette folie sera long et peut être impossible sur des générations d’enfants qui se retrouvent pris dans la folie des masques 10 h par jour sans compter avec le discours protecteur des parents à ce sujet contribuant à rendre la soumission encore plus importante à la société.


      • Tristan Edelman Tristan 7 septembre 2020 17:44

        @devphil30
        Je partage ce triste constat. Cette police de la pensée et de la verbalisation est particulièrement pernicieuse...



        • Francis, agnotologue Francis29 7 septembre 2020 10:22

          @devphil30
           
          Excellent article, je cite :
           
          « Le masque comme on sait ne prétend pas (ou plus) nous guérir de cet affreux virus qui ne tue plus personne et ne sert qu’à établir le nouvel ordre mondial et son grand Reset, en abolissant ce qui restait de liberté et en diminuant la population de deux milliards à coups de vaccins – pour commencer. A court terme on a pu voir aussi que le masque altère la santé et le caractère de la personne humaine, raison pourquoi certains le veulent définitif et obligatoire. Quand on hait (Gates-Attali-Davos-Soros, etc.) on ne compte pas. »
           
           « ce à quoi nous sommes confrontés n’est pas un homme, ni même une famille, mais une idéologie. » voir lien dans mon com précédent.

           Seule une société consumériste peut accepter sans broncher l’obligation de se masquer : « La docilité des consommateurs est sans limites » Annie Ernault


        • Tristan Edelman Tristan 7 septembre 2020 17:46

          @Francis29
          La force de l’idéologie est incroyable... cela ressemble à une croyance religieuse


        • Francis, agnotologue Francis29 7 septembre 2020 10:12

          ’Mon sang ne fait qu’un tour. Je retire mon masque, et lui dit que « je ne vous oblige pas à ne pas mettre de masque ». Visiblement l’argument ne lui est jamais venue à l’esprit. Elle répond juste un drôle de « bêêêê »’’

           

           Comme c’est curieux ! En effet, de mon ^point de vue ce sont ceux qui mettent le masque partout, et « comme il faut » qui sont des moutons. Cette femme marche sur la tête, ou bien il faut prendre son bêlement comme un lapsus révélateur.


          • Francis, agnotologue Francis29 7 septembre 2020 10:14

            @Francis29
             
             

            Il absolument lire cet article, jusqu’au bout et le diffuser.
             
            Déconstruire l’agenda de Bill Gates, le premier eugéniste assumé

             
             Où l’on apprend que « ce à quoi nous sommes confrontés n’est pas un homme, ni même une famille, mais une idéologie.
             
            Une idéologie ne peut être arrêté que lorsque suffisamment de personnes apprennent la vérité sur cet agenda et le monde du contrôle total et omniprésent qui se profile.
             »


          • devphil30 devphil30 7 septembre 2020 11:10

            @Francis29

            La première photo motive pour lire la suite ....


          • alinea alinea 7 septembre 2020 13:22

            @devphil30
            Oui, c’est ça les femmes libérées !! ça motive...


          • Francis, agnotologue Francis29 7 septembre 2020 14:56

            @alinea
             
             ce genre de photos illustrerait plus souvent l’esclavage que la libération de la femme, non ?
             


          • Tristan Edelman Tristan 7 septembre 2020 17:47

            @Francis29
            ahahah un lapsus d’animal bien domestiqué....


          • Tristan Edelman Tristan 10 septembre 2020 09:15

            @Francis29
            Oui je constate également que l’eugénisme commence a prendre racine dans la pensée collective...
            Tout à fait : cette photo illustre l’esclavage et non la libération.


          • Patrick Samba Patrick Samba 7 septembre 2020 11:21

            Bonjour,

            remarquable article que j’ai commencé à diffuser avant même qu’il soit publié (copié-collé en modé). Votre site est en « page introuvable » (404). Hier également. Vous l’avez supprimé ?


            • raymond 7 septembre 2020 11:28

              @Patrick Samba
              Bonjour, supprimez « tristan » en fin de lien et vous y accédez.


            • Patrick Samba Patrick Samba 7 septembre 2020 12:00

              @raymond
              merci ! tristan-edelman


            • Tristan Edelman Tristan 7 septembre 2020 17:49

              @Patrick Samba
              Ben ... merci à vous... à tous de ce site remarquable... on continue !



            • alinea alinea 7 septembre 2020 13:20

              Bonjour tristan,

              Nous avons surtout cru que les acquis étaient acquis, et, ignorants des « lois de la Nature », nous avons pensé que la vie pouvait être douce , « bisounours » !!

              Eh bien non. Je crois que la loi de la jungle serait un bienfait, comparée à la loi humaine ! La perversité est plus néfaste que la nature !

              C’est accablant, la démission des partis ; mais il faut voir que même parmi les Gilets Jaunes, il y eut des paumés, des terrorisés ! Certes qui ont eu, eux, le temps d’ouvrir les yeux, mais il n’était pas aisé de foncer tête baissée dans la « vérité », tant la peur, l’hésitation, le doute habitaient nos congénères. Jusqu’au début de l’été, je finassais pour les excuser, pensant qu’une parole politique est lourde de responsabilité et que les dirigeants ne passaient pas comme moi, leur temps à s’instruire sur ce-qu’on-n’-nous-disait-pas ! Mais depuis l’été, non, c’est insupportable.

              En ce qui concerne la fin de ta si juste énumération, cela fait un petit moment que je braille ( aux corneilles ?!!!), et que je résiste, aux cartes bleues, aux téléphones mobiles, même si j’ai craqué pour internet il y a huit ans, snif !

              Puisque je sens des affinités, au hasard de ma bibliothèque « flottante » :

              (117) Francis Cousin / Charles Robin - Entretien sur la radicalité - YouTube

              ( j’ai aussi des réflexions, des recherches et quelques réserves de stratégies, mais je ne les énonce pas ici : mes trois derniers articles ont été empêchés, je ne sais pas par qui, donc je suppute la présence de vents contraires en ces lieux !!)

              Merci Tristan, pour ta pertinence, ta finesse et ta vision à laquelle je m’accorde !!


              • Tristan Edelman Tristan 10 septembre 2020 09:24

                @alinea
                Bonjour Alinea,
                Je partage : nous avons vécu sur l’illusion des 30 glorieuses et celle que les lois humaines nous protégeaient.
                Pour moi également ça a été difficile d’accepter que même chez les GJ, le vent de panique s’est répandu ! Et pourtant en AG je ne cessais de m’agiter avec tous les arguments possibles ! C’était chaud ! J’ai eu une autre désillusion : la rationalité, les arguments, l’expertise, rien ne tient devant une peur à laquelle on a donné une forme rationnelle et qu’on vous répète toute la journée.
                Je vais écouter cet entretien avec attention ! Merci


              • alinea alinea 11 septembre 2020 17:05

                @Tristan
                Contente que tu aies répondu Tristan ; passe de temps en temps sur Avox, il a des tas d’infos, d’arguments, d’analyses, de liens, certes parfois perdus au milieu de niaiseries mais vite repérées ; il nous faut être extrêmement informés, et disséminer ces informations...
                sur le délire collectif, il y a une bonne vidéo sur le média :
                (173) COVID-19 : LA PEUR A-T-ELLE DÉCLENCHÉ UN DÉLIRE COLLECTIF ? - YouTube


                je ne sais si tu connais :
                Anthropo-logiques

                ou bien
                Covidinfos.net

                tant mieux si ça fait adresses inutiles car déjà connues !!
                Merci à toi


              • Tristan Edelman Tristan 17 septembre 2020 23:27

                @alinea
                Bonsoir Alinea, oui je consulte régulièrement ces deux sites. En revanche je ne connaissais pas l’interview de F.Cousin et C.Robin : j’adore !!! Beaucoup de point s communs. A creuser. Merci !!


              • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 7 septembre 2020 15:04

                Bon article mais un peu trop long donc pas percutant

                Sinon les gars (et les filles) faudra vous y faire : Nous allons droit vers le NOUVEL ORDRE MONDIAL comme annoncé par sarkozy le 16 janvier 2009 devant le corps diplomatique étranger

                FAUT vraiment être bas du front et aveugle pour ne pas comprendre et ne pas voir dans cette affaire de trouillonovirus une orchestration mondiale !

                Le MASQUE on va le porter tout le temps et longtemps, c’est la marque de la soumission (et pas 666 LOL)

                Bordel plus jeune je créerais une start up de fabrique des masques publicitaires

                des masques offerts mais avec une pub dessus, chat devrait cartonner un max

                bééééééééééééééééééééééééééééé smiley


                • Francis, agnotologue Francis29 7 septembre 2020 15:10

                  @Bendidon
                   
                   je suis écœuré de constater qu’aucune pancarte signalant les zones à obligation de port du masque ne soit détruite la nuit.
                   
                   Il y a seulement quelques dizaines d’années, elles auraient toutes été arrachées.


                • Francis, agnotologue Francis29 7 septembre 2020 15:13

                  @Bendidon
                   
                   ’’ plus jeune je créerais une start up de fabrique des masques publicitaires

                  des masques offerts mais avec une pub dessus ’’

                   

                  Et des T-shirts réversibles, avec sur une face :

                  135 € le bol d’air c’est trop cher,

                  et sur l’autre : ici le bol d’air est gratuit.


                • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 7 septembre 2020 16:25

                  @Bendidon
                  La nouvelle société qui arrive : https://youtu.be/IgNXwNE8KrYce sera fun smiley


                • Adèle Coupechoux 7 septembre 2020 16:56

                  @Francis29

                  Oui c’est vrai qu’on ne plaisante pas avec le COVID ! Il est devenu irrévérencieux de s’y attaquer ! Il faut lui laisser la place de circuler en toute liberté.
                  Même du côté de Charlie Hebdo....J’oubliais...ils sont tous morts en janvier 2015.

                  J’ai l’impression que certains terriens sont en train de se passer le film de leur vie...Pour beaucoup, il se passe enfin quelque chose dans leur vie. Et puis, voir les autres heureux, s’éclater, ça en rend beaucoup malheureux. Surtout ceux qui pilotent cette horrible séquence. 

                  Pourtant, des horreurs dans le monde, ça ne manquait pas vraiment.


                • Adèle Coupechoux 7 septembre 2020 15:39

                  @auteur

                  Je commence à regarder s’il ne serait pas possible de demander à un(e) avocat(e) de porter cette sordide affaire devant la cour européenne des droits de l’homme. 

                  Même si désormais les institutions ont l’air d’être toutes de mèche.

                  Et j’ai bien conscience que financièrement, ça risque de coûter très cher.

                  Dès le confinement il y a eu consensus de la part de « l’opposition », des « intellectuels », des « artistes », comme si s’exprimer devenait dangereux et pouvait les conduire à des peines lourdes ou un désamours du public pour propos déplacés. 

                  Le confinement a été un succès pour les gouvernements. Avec des sanctions hors normes, c’était compliqué de contourner. Sans compter ceux qu filmaient avec leur sales petits mobiles « ceux qui se relâchaient, ceux qui faisaient n’importe quoi »

                  Sans être parano, nous sommes entourés, comme vous l’avez constaté et relaté, de petits kapo qui eux bénéficient de passe-droits (ces fameuses dérogations). Les journalistes sur les plateaux, les chauffeurs de bus qui en sont exempté par des affiches explicatives bidon (et de train) qui vous demandent de remonter correctement votre masque sur le nez, les contrôleurs de métro qui l’enlèvent dans les couloirs aussi que possible, Quant aux syndicats, ils ne sont plus du tout opposés au patronat, mais au travail. Tout simplement. En quoi défendent-ils les enseignants et les élèves en les entravant ? Vive le télétravail ! même pour enseigner ? Des postes vont disparaître et il sera trop tard pour protester. Ce sera comme pour les hôpitaux et des services entiers qui ont fermés. D’ailleurs, à ce sujet, quoi d’neuf docteur ?

                  Les responsables dans les entreprises sont exemptés de porter le masque puisque souvent ils sont seuls dans leur bureau...Et souvent, ils sont les premiers à défendre le port du masque.

                  Ministère de la Santé ? Ministère du Tout Sécuritaire à présent !


                  • Tristan Edelman Tristan 10 septembre 2020 09:30

                    @Adèle Coupechoux
                    Les actions juridiques me semblent indispensable pour ne pas laisser tout aux mains des gouvernants, mais c’est long et l’issu est incertaine car en effet les Institutions sont de mèche...


                  • Goldored Goldored 7 septembre 2020 18:48

                    « ils sont 4 millions dans les rues »

                    Oh le mytho...

                    Rien que ce chiffre suffit à entièrement décrédibiliser cet article et tout ce que vous pouvez écrire... Quand bien même vous pourriez écrire que la Terre est ronde, que je douterais et j’irais vérifier...


                    • ticoso8643@kespear.com 7 septembre 2020 19:09

                      My Friend, l’auteur en l’occurrence, l’homme est-il un enculé et il y en a 8 milliards réponse ? oui

                      Il existe encore des rêveurs ? réponse oui, mais ils ont tous Alzheimer

                      ou des gênes qui le laisse présager,

                      Doit-on les soigner, certainement non, ils sont les seuls aptes à reconstruire ce monde


                      • Montagnais .. FRIDA Montagnais 8 septembre 2020 04:23

                        L’ultime bien-être chez le bipède moyen, c’est d’oublier ce qu’est le monde et d’oublier ce qu’il est .. cette caractéristique, développée à l’extrême, explique la réussite du système marchand totalitaire 



                          • zygzornifle zygzornifle 13 septembre 2020 10:50

                            C’est quand même curieux, en France pour le Coronavirus a 60 ans tu es vieux et fragile, mais pour la réforme des retraites tu es jeune et en pleine forme .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité