• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Par le Peuple et pour le Peuple

Par le Peuple et pour le Peuple

                          « La cupidité détruit la bienséance »    - Proverbe algérien -

« Par le Peuple et pour le Peuple », telle est la devise de la jeune république algérienne démocratique et populaire RADP qui, a vu a près de soixante ans d’indépendance, le passage de trois étapes charnières, aussi déterminantes que particulières pour le peuple algérien. Des étapes qui ont étés marquées par, la joie de la liberté retrouvée, suivie par les larmes et le sang de la décennie noire, et enfin par la mainmise d’une oligarchie, aussi méprisante qu’écrasante, sur un peuple qu’on croyait résigner à tout jamais.

A l’annonce de l’indépendance de l’Algérie, le peuple algérien était sorti pour manifester sa joie dans une liesse de folie sans pareille, dans la mesure où sortir de 132 ans d’un joug colonial et recouvrir sa liberté était presque incroyable. L’armée des frontières était entrée au pays, conquérante, en destituant ceux qui étaient sur le terrain, les réels combattants, les Moudjahidines, et c’est ce même peuple qui les a acclamé tout au long de leur entrée dans la capitale Alger.

Une prise du pouvoir par feu le président H. Boumedienne a vite fait de marquer de son empreinte la gouvernance du pays, en prenant les règnes de la jeune RADP, dans un engagement révolutionnaire au sein d’un socialisme spécifique, propre à l’Algérie. Il faut reconnaitre que sous la présidence de ce dernier, quels que soient les reproches qu’on pouvait lui adressé, il n’en demeure pas moins que le peuple vivait correctement, et surtout égalitairement. C’est encore ce même peuple qui a manifesté sa douleur à la mort de celui-ci, tant ils lui étaient reconnaissant dans ses prises de position, aussi bien nationalement qu’internationalement. Boumedienne était proche du peuple, il avait de la considération pour les universitaires et intellectuels, c’est en cela qu’il a su les fédérer autour de lui.

Pour l’anecdote, l’homme par son charisme, avait même inspiré le grand cinéaste allemand W. Herzog pour le rôle d’Aguirre, auquel il voulait l’attribuer, dans le film ‘’Aguirre ou la colère de Dieu’’, interprété par Klaus Kinski.

L’arrivée au pouvoir du défunt président Chadli Bendjedid, en remplacement de Boumedienne fut une parenthèse ou la brèche par laquelle les généraux ont commencé à montrer des ambitions de pouvoir absolu. Bendjedid, comme son nom l’indique (renouveau en arabe), en moderniste qu’il était, un tantinet naïf (raison pour laquelle il a été choisi d’ailleurs), voulait le changement, il fut l’initiateur du multipartisme, sous les conseils du général ‘’Larbi Belkheir’’ dit ‘’Le Cardinal’’, un homme de l’ombre très énigmatique, derrière toutes les intrigues que l’Algérie subira.

Ce dernier, avec un conclave de généraux ont poussé le président Bendjedid à la création d’un parti islamiste (le FIS), et ce, de manière anticonstitutionnelle, sachant très bien qu’il allait supplanter le parti au pouvoir (le FLN). Ce qui devait arriver arriva, et ce fut le FIS qui gagna les élections pour la présidentielle. Pour un choc qui n’en était pas un, il fut plutôt bien calculé. Les généraux de la promotion ‘’Lacoste’’ (il faut bien le préciser), ont fait d’une pierre deux coups, ils ont évincé Bendjedid, en le poussant à la sortie, et annulé la victoire du FIS, ce qui aura déclenché la décennie noire (1991-2002), de triste mémoire, avec son lot de malheurs, on comptabilisera la mort de près de 200.000 algériens.

On a même entendu dire par un certain général, qu’il était prêt à tuer trois millions d’algériens pour soi-disant sauver la nation de l’islamisme archaïque, avec les armes fournis par les wahhabites saoudiens (les seuls fournisseurs en armes, puisque l’occident en a fait un blocus total).

A cette époque, le monde entier avait le regard tourné vers l’Algérie et son expérience du multipartisme, particulièrement les pays arabes et du tiers–monde, ils suivaient en direct les évènements qui s’y déroulés, au point de ne plus voir clair sur la situation, doutant même du rôle réel de l’armée, d’où la sortie de la formule « Qui tue qui ? », certains pays occidentaux avaient même pointé le doigt vers ces derniers. Cette situation dramatique et désastreuse ne pouvait continuer, elle était devenue intenable pour les généraux, ils se devaient de trouver une issue de sortie, et ils l’ont trouvé en la personne de Abdelaziz Bouteflika, et ce, non sans condition.

Bouteflika, le petit secrétaire de Boumedienne, un inconnu du peuple algérien, d’un niveau du secondaire, devenu par la force des circonstances (la majorité des algériens étaient analphabètes) le plus jeune ministre au monde (ministre de la jeunesse et des sports à 25 ans). L’homme avait pris du galon à force de contacts avec les grands, d’autant plus qu’il était sous la coupe d’un Boumedienne, craint et respecté, il s’était forgé le caractère d’un dandy narcissique séducteur au fil du temps. Sa célébrité avait dépassé les frontières lors de l’attaque du siège de l’OPEP à Vienne, le 21 décembre 1975, par le redoutable Carlos, il avait été désigné comme seul interlocuteur valable aux négociations, du fait de la notoriété de l’Algérie, considérée en ce temps la ‘’Mecque des révolutionnaires’’.

A la mort de Boumedienne (Décembre 1978), Bouteflika avait perdu son protecteur, il fut éjecté du pouvoir pour de multiples raisons, dont les plus importantes sont la jalousie (jalousé et pour cause) et le détournement d’argent vers la Suisse, pour lequel il sera condamné par la cour des comptes (un premier arrêt prononcé le 8 août 1982, suivi d’un arrêt définitif le 8 août 1983). Aux yeux de cette instance judiciaire, il a bien détourné des sommes importantes de 1965 à 1978, pour la somme dont la contre-valeur en dinars représente 58 868 679, 85 DA. L’accusation était lourde et passible de condamnation à mort, il en échappera pour s’être engagé à rembourser depuis la Suisse, mais en vérité il n’a fait que fuir la justice et gagner du temps, il ne remboursera jamais la totalité de la somme.

Cet épisode de la vie de Bouteflika est intéressant, dans la mesure où il nous donne la vraie nature de personnage, très sûr de sa personne et sans scrupules. Il explique en lui-même les accointances et l’état d’esprit des généraux avec cet homme, une fois qu’ils se sont rendus compte de leur condamnation auprès de l’opinion internationale, ou la suspicion de leur implication dans le désastre de la décennie noire était engagée, ils voulaient se racheter une virginité en la personne de Bouteflika, encore respecté de par le monde.

Bouteflika était revenu au pays en sauveur, surtout pour la jeunesse (75% de la population algérienne) dont ils ne connaissent rien de lui. Il fut acclamé et adulé comme personne, pourvu que les larmes et le sang cessent, pour se faire, il exigera les pleins pouvoir (non pas le 3/4 comme il disait, mais la totalité), et c’est en cela que l’on comprend la subtilité et l’expérience acquise en politique de cet homme, malin et rusé, il bernera tout son monde, généraux compris.

Dès son arrivée au pouvoir, il met nombre de généraux à la retraite, il évince tous ceux qui pouvaient le gêner, il envoi le Cardinal (Larbi Belkheir) au Maroc au titre d’ambassadeur, histoire de l’écarter, il nomme d’autres généraux et walis. Lui qui était écarté du parti FLN, il devient président d’honneur, puis président tout court du parti (assise du pouvoir depuis l’indépendance de l’Algérie), il favorisera une oligarchie de chefs d’entreprises (venue de nul part), dont l’avènement du golden boy Abdelmoumen Khalifa en est le déclencheur, de la rapine et du détournement à grande échelle.

N’est-ce pas là une manière de se disculper, en enfonçant tout le monde dans le même moule de l’avidité pour l’argent, comme une porte ouverte pour la corruption, devenue une Culture, lui qui n’a jamais accepté sa condamnation par la cour des comptes.

Bouteflika est arrivé à détourner la constitution pour la faire sienne, en s’arrogeant le droit de la violer à mainte reprises, alors que tout changement devait se faire sous référendum. En vérité, il voulait être président à vie, au grand dam de ses sujets.

Le peuple dans tout ça ! Eh bien, il a fini par comprendre la machination infernale de ce président grabataire, après un temps relativement long, mais comme on dit ‘’il n’est jamais trop tard pour se réveiller’’, il a fallu l’arrogance de certains apparatchiks, se croyant tout permis, ils ont trait la vache à lait qu’est l’Algérie a n’en plus finir, sans se soucier aucunement du peuple, pour que l’agacement arrive a stimuler la rancœur et le ras-le-bol. Il s’est soulevé comme un seul homme, prenant à court le système, lequel ne s’est jamais attendu à un tel soulèvement, une révolte qui a surpris le monde entier par sa spontanéité, surtout par son organisation, sa discipline et son pacifisme. Cette dernière est entrée de plein pied dans l’histoire, elle en fera certainement des émules.

Bouteflika, l’enfant de Tlemcen, une ville réputée pour ses critères de la bienséance et sa culture andalouse, a vite fait de devenir cupide, due aux faveurs, aux facilités et commodités du pouvoir, il en a perdu toutes les qualités dont est affublée cette belle région.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Gasty Gasty 25 mars 13:00

    D’autres avis sur la question : https://www.algerie1.com/face-b/le-hirak-en-algerie-entre-spontaneite-et-manip-l-analyse-glacante-du-general-francais-dominique-delawarde ?

    Aux yeux de la « coalition occidentale » la gouvernance Bouteflika a commis cinq « fautes impardonnables » :

    1 – Elle entretient de trop bonnes relations avec la Russie, pays dans lequel elle forme les officiers de son armée depuis fort longtemps et auquel elle achète beaucoup de matériels militaires majeurs (dont les fameux S 400).

    2 – Elle entretient de trop bonnes relations avec l’Iran, ennemi désigné des USA et d’Israël, et, par conséquent, pas vraiment ami de la France et du Royaume-Uni… France et Royaume-Uni, derrière des discours hypocrites et trompeurs, n’ont rien fait d’efficace pour remplir leurs engagements dans l’accord sur le nucléaire iranien.

    3 – Contrairement à la gouvernance de plusieurs pays arabes (dont le docile Maroc, son voisin), l’Algérie de Bouteflika a refusé de rejoindre la grande coalition saoudienne, soutenue par les occidentaux, dans son intervention armée au Yemen pour mater la révolution populaire d’Ansar Allah. Cette opération militaire visait, à l’évidence, à contrer l’extension de l’influence iranienne au Moyen-Orient, et cela au profit de l’État hébreu.

    4 – En outre, depuis le début du conflit syrien la gouvernance Bouteflika a entretenu de bonnes relations avec celle de Bachar el Assad en Syrie et refusé de participer à la curée et au démembrement de ce pays programmé par les occidentaux et certains de leurs alliés arabes au profit de l’État hébreu.

    5 – Enfin, l’Algérie de Bouteflika reste l’un des derniers bastions arabes dans la défense de la cause palestinienne. Chacun peut comprendre que cette position indispose l’État hébreu et son puissant allié US qui peuvent y voir un obstacle sérieux au « deal du siècle ».


    • Albar medfichouche 25 mars 14:19

      @Gasty
      L’Algérie est un pays non-aligné, elle est libre de traiter avec qui elle veut, ce qui est certain c’est qu’en cherchant son intérêt, elle n’oublie pas celui de son partenaire. Sa position vis-à-vis de la Palestine est claire, les palestiniens ont droit à l’existence.


    • Gasty Gasty 25 mars 16:46

      @medfichouche

      "L’Algérie est un pays non-aligné, elle est libre de traiter avec qui elle veut

      "
      Certes ! Mais d’autres que l’Algérie sont peut être en train d’en décider autrement.


    • OMAR 25 mars 19:47

      Omar9
      .
      Bonsoir @Gasty
      .
      Ce que vous écrivez est sensé et vrai.
      .
      Sauf que ce qui a fait soulever le peuple algérien est tout, excepté ce que vous avez écrit.
      .
      Alors quelques exemples de ce « tout ».
      -un candidat président impotent, handicapé psycho-moteur, mais surtout, totalement invisible, qu’une mafia veut réélire coute que coute : Bouteflika :
      https://algerie-direct.net/lactualite/document-le-certificat-medical-de-bouteflika-atteste-son-impotence-fonctionnelle/
      -un batteur de tambourin qui, subitement, devient responsable politique, puis milliardaire, avant de se faire la belle : Saidani :
       https://www.alterinfo.net/notes/Amar-Saidani-choque-les-algeriens-la-France-nous-a-donne-l-Independance_b7386926.html
      -un énergumène qui se prend pour le président de la république, à la place de son frère : Saïd Bouteflika :
      https://www.liberte-algerie.com/actualite/said-bouteflika-est-a-la-tete-dune-mafia-au-pouvoir-203412
      -un crapuleux chef de gouvernement qui préconise d’affamer le peuple algérien comme on affame son chien, afin de le rendre plus docile : Ahmed Ouyahya
      http://www.alterinfo.net/L-agent-de-l-etranger-Ouyehia-insulte-le-peuple-algerien-de-chiens-et-de-cafards-_a133138.html
      -un ministre de l’énergie qui détourne l’argent du peuple au profit de sa personne et de sa famille : Chakib Khellil :
      http://www.lematindalgerie.com/chakib-khelil-vous-etes-bien-un-delinquant
      -mille milliards de dollars dilapidés, alors que la jeunesse souffre d’un grave chômage et que l’économie est sinistrée :
      https://www.algeriepatriotique.com/2015/11/02/ali-benouari-bouteflika-a-dilapide-1-000-milliards-de-dollars/
      .
      En réalité, l’Algérie de Bouteflika regroupe tous les symptômes d’un pays sous-développé et culturellement arriéré, alors que la mafia au pouvoir s’offre un cadre de vie royale..


    • Gasty Gasty 25 mars 20:07

      @OMAR
      Bonsoir Omar

      Il y a donc un risque que le raz le bol du peuple Algérien soit une aubaine à d’autres vampires mondialistes.


    • OMAR 25 mars 22:19

      Omar9
      .
      Salut @Gasty
      .
      L’aubaine est intramuros : racailles islamistes, caméléons politiques, le « MAK », les opportunistes, anti-pouvoir de dernière heure, etc...
      .
      Et extramuros : en plus de tout ce que vous avez écrit dans votre 1er com (Israél ;, USA, Arabie-Saloperie, France...), Il faut y ajouter, le Maroc (pour occulter le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui),


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 mars 18:55

      Non,vous tous vous ne savez rien. Cela fait plus de dix ans que je préconise la transition en publiant chaque jour des articles qui expliquent avec une grande pédagogie. Il y en a des centaines dans les sites d’El Watan et dès que les journaliste perfides avaient réellement compris mon but, ils m’avaient bloqués sur leurs sites. 

      Avant la fin du 4e mandat logiquement on devait aller vers la Transition comme je l’ai expliqué ici : 

      https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/appel/843615538997194/?fref=mentions 


      Que s’est-il donc passé pour que 5 ans plus tard, journalistes perfides, fausse opposition hypocrite, politicien hors la loi et régime terroriste CHANTENT TOUS LA MÊME CHOSE ET MOT A MOT LE CONTENU DE MON ARTICLE ! 

      Lire et vérifier. Mais vous pouvez aussi vérifier sur ma Page Facebook avec les 700 articles qui expliquent la nécessité et le but de la transition. 

      Avec autant de malhonnêteté, de plagiat, de mépris, inutile de supposer... l’Algérie est dans l’incertain !


      • OMAR 25 mars 19:04

        Omar9

        .

        Bonjour @medfichouche : "Il faut reconnaitre que sous la présidence de ce dernier, quels que soient les reproches qu’on pouvait lui adressé, il n’en demeure pas moins que le peuple vivait correctement, et surtout égalitairement."

        .

        Votre article est honnête, proche de la vérité, mais éludant d’importants et essentiels dossiers, décisions, personnalités et contextes qui expliquent ou peuvent expliquer la situation actuelle de l’Algérie.

        A votre décharge, cette impossibilité à analyser et présenter toutes les données dans un si court article.

        .

        Alors, juste ces quelques « petites » précisions se limitant à Boumedienne :

        Boumedienne n’a jamais tiré une balle au maquis, planqué qu’il était, dans certains pays arabes.

        Depuis la mort de Nasser, son principal combat était d’être reconnu comme le leader du pan-arabisme et des tiers-mondistes.

        Il avait muselé toute opposition et ne faisait totale confiance qu’à Bouteflika (M. des A.E), Draia (M. de l’Intérieur), K. Merbah (chef de la S.M) et Bencherif (D.G de la Gendarmerie).

        La jeunesse ? il la priva de 2 années d’existence (le Service National), lui interdisant la culture occidentale (arabisation à outrance) et toute sortie vers l’étranger, 

        La religion ? C’est lui qui introduisit le « week-end islamique » avec toutes les désastreuses conséquences économiques qui y découlèrent, sans parler des premières graines de l’extrémisme religieux qu’il venait de semer.

        L’économie ? Il crée le monopole d’état grâce aux Sociétés Nationales, interdisant au secteur privé de participer à l’essor économique, et encourageant une production médiocre, insuffisante (pénuries chroniques de biens de consommation et d’équipements) et budgétivore.

        Il priorisa de colossaux mais inutiles ou improductifs projets (transsaharienne) au développement du pays (logements, infrastructures socio-économiques...).

        .

        La liste de ses erreurs, ou plutôt de ses actes orgueilleux (l’arrachage des vignes et la révolution agraire) est longue et très longue.

        Alors, si un jour il vous venait l’idée d’aller visiter sa tombe au cimetière d’El-Alia, ne vous étonnez surtout pas pour son état de délabrement.

        Car ce même peuple qui a manifesté sa douleur à la mort de celui-ci, savait qu’en réalité, c’était juste un dictateur, qui venait de mourir...

        https://www.jesuismort.com/tombe/houari-boumediene/forum/houari-boumediene-a-mene-le-peuple-algerien-directement-vers-la-decadence


        • Albar medfichouche 25 mars 20:35

          @OMAR
          Salut mon ami, mais tout ça je le sais, je ne voulais pas trop m’étaler sur le sujet, je l’ai pris de haut. En vérité, le peuple n’a toujours pas trouvé sa place.


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 26 mars 14:54

          CEUX QUI CONTINUENT DANS LA PROPAGANDE ET LA DÉSINFORMATION, CEUX QUI SUIVENT LES JOURNALISTES ALGÉRIENS SATANIQUES SONT MAUDITS : Révisez mes RAPPELS et vous allez comprendre où est votre échec !!! LA TRANSITION N’APPARTIENT PAS AUX HORS LA LOI !
          RAPPEL DU 26 MARS 2013 : https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/aux-partis-aux-opposants-et-aux-honnetes-citoyens-/631437286881688/




              • Albar medfichouche 27 mars 19:37

                @Mohammed MADJOUR
                Salut mon ami, c’est tout à fait vrai, mais l’armée propose et le peuple dispose.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès