• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Paris candidate aux JO 2024

Paris candidate aux JO 2024

Des jeux et du pain, c’est l’opium des peuples et Paris n’échappe pas à la règle. Après l’échec de la candidature parisienne en 2012, Mme Hidalgo, maire de Paris, accompagnée de tous les sportifs de haut niveau français et soutenue par l’État dans son ensemble, a lancé, en grande pompe, sur toutes les chaines de télévision française, la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2024. La caste des journalistes est enthousiaste ! Alors, bonne ou mauvaise idée ?

Nous revoilà repartis pour un tour, après 2012 et l’attribution des JO à Londres au détriment de Paris. Sur la feuille, faire de la capitale de la France, le centre mondial des sports semble une bonne idée : la ville va se doter de nouvelles infrastructures (stades, routes, moyens de transports, matériels etc.), les touristes devraient affluer (la France est déjà championne du monde en terme de visiteurs avec plus de 80 millions de touristes par an), les journalistes vont peut-être réussir à vendre quelques journaux et magazines, bref, les retombés économiques pour notre beau pays semblent intéressantes. Mais il y a un hic : aucun des Jeux Olympiques d’été, depuis ceux d’Atlanta (USA) en 1996, n’ont été rentables, exceptés ceux de Pekin en 2008 qui ont pourtant coûté la bagatelle de 44 milliards de dollars ! La propagande utilisée à des fins politiques par ces jeux masquent bien des déficits.

Combien ont coutés les Jeux Olympiques de Londres et d’Athènes ?

Le coût de l’organisation des jeux d’Athènes s’est élevé à 9 milliards d’euros, ceux de Londres 11 milliards d’euros, plus du double de ce qui était prévu lors de leur première candidature en 2005.

En prenant pour référence le dossier « Paris 2012 » qui prévoyait un coût d’environ 6 milliards d’euros, difficile de croire que le budget pour cette nouvelle candidature sera moindre. On pourrait même penser le contraire avec, notamment, l’explosion des coûts liés à la sécurité.

Par quel miracle le budget qui s’annonce étriqué ne sera t-il pas dépassé autrement que par l’emploi d’une main d’œuvre à la sauce Bolkenstein comme cela a été le cas à Athènes ? Les multinationales se frottent déjà les mains. Aujourd’hui, on compte environ 300 000 travailleurs étrangers illégaux et 230 000 travailleurs étrangers légaux en France.

Quand on sait que la baisse des allocations familiales va toucher 500 000 ménages français pour économiser environ 700 millions d’euros, il semble que le tittytainment ait de beaux jours devant lui.

Rappelons au passage que la ville de Paris est endettée à hauteur de 3,7 milliards d’euros (chiffres 2013), soit 1631 € par habitant. Quant à la région Île-de-France, le trou dans ses caisses est de 2,7 milliards d’euros au seul titre de la dette communale à laquelle il faut ajouter la dette nationale qui s’élève à plus de 2000 milliards d’euros.

Les parisiens et tous les habitants de la région doivent s’attendre à une augmentation d’impôts pour le financement de ce bel évènement sportif. L’ État français qui s’est lancé dans une politique de rigueur, en vue de réaliser un économie de l’ordre de 50 milliards d’euros en trois ans, va lui aussi mettre la main à la poche. Les Français vont payer.

Quid des infrastructures et des retombés économiques liées au tourisme ?

Il faut espérer que les infrastructures seront bâties intelligemment, contrairement à ce qui a été fait en Grèce : aujourd’hui, une grande partie des bâtiments sont à l’abandon. Ceux-ci n’ont pas été élaborés dans l’optique d’être utilisés temporairement et donc d’être démontables. Les Grecs aujourd’hui et les Français demain n’auront certainement ni l’envie, ni les moyens d’aller jouer dans des installations de hockey sur gazon, de baseball ou de softball.

Paris, première ville de tourisme au monde, ne bénéficiera certainement pas de la gène occasionnée par les nombreux chantiers et désagréments inhérents à venir. On peut penser le contraire en reprenant l’exemple du cas grec qui a vu les touristes fuir Athènes pendant l’élaboration de la grande messe Olympique.

Souhaitons que Paris remboursera sa dette liée au JO plus vite que Montréal (JO de 1976), ô combien plus riche que cette première mais qui a mis trente ans pour avaler cette couleuvre. Il se pourrait même que la Grèce rembourse sa dette colossale avant que Paris ne finisse de payer la sienne ou fasse défaut.

David BONAPARTIAN


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 12 juillet 09:15

    Les dirigeants politiques ne mesurent pas la rentabilité des JO avec des outils économiques.

    Pour eux, si le coût est bien financier, le gain politique : image du pays, notoriété personnelle, culte des idoles. L’enjeu leur semble assorti d’un tel pactole à la clé qu’ils sont prêts à faire prendre des risques inconsidérés aux contribuables de leur pays qui auront à supporter les charges alors que les produits économiques iront ailleurs.
    La Grèce s’est tellement endettée pour les jeux de 2004 qu’elle a mis en danger son équilibre économique déjà fragile et n’en est pas encore sortie.
    Quand on joue, on peut gagner, mais on peut perdre. Les dirigeants jouent, le peuple perd.

    • Jeekes Jeekes 12 juillet 09:26

      Rembourser la dette ?
       
      Mais c’est pas compliqué, comme d’habitude le con-tribuable paiera.
      En revanche les bansters, la finance, les journaleux sont ravis.
      Ils en bavent déjà, eux vont s’en mettre plein les fouilles !
       
      La propagande bat son plein, ils sont tous pour(ris), ils se frottent les mains et trépignent d’impatience...



        • bob14 bob14 12 juillet 10:17

          Bizarre..la france entière n’en veut pas, sauf Paris ?


          • Lugsama Lugsama 12 juillet 13:12

            @bob14

            63% de soutiens au niveau national, dans l’absolue c’est pas énorme mais ça reste une très large majorité.

          • bob14 bob14 12 juillet 13:13

            @Lugsama....FAUX..d’après le fugaro..70% n’en veulent pas !


          • Lugsama Lugsama 12 juillet 16:46

            @bob14

            Le Figaro ? Non ils donnaient 61% de pour. Par ailleurs les moins favorables sont les franciliens, comme quoi..

            Après si vous parlez des sondages en ligne du Figaro ..

          • Trelawney Trelawney 12 juillet 10:48

            Londres avait annoncé un budget prévisionnel de 4.8 milliards d’euro pour arriver au final à 10.9, mais elle s’est doté d’un nouveau stade Wembley et d’une piscine à l’architecture trés cher. Mais grace aux jeux, Londres est devenu et reste la première destination touristique d’Europe

            Rio on n’en parle même pas tant ces jeux vont couler le pays. Macarcana est à l’abandon itou pour la piscine.
            Depuis Séoul seul les jeux de Sydney ont été rentable en terme de retour sur investissement. Il ne faut surtout pas parler de Pékin qui a été le jeu de tous les records : budget 2.6 milliards pour un coût final à 32 milliards avec un stade qui rouille et va être démoli 10 ans plus tard.
            Pour Paris les avis sont partagés, avec 6.2 milliards de budget dont plus de la moitié dans les transports et notamment une ligne Roissy paris digne de ce nom. Paris veut reprendre à Londres le Leadership en matière de tourisme et seul un événement comme les jeux peut permettre d’y arriver.
            Il ne faut surtout pas oublier que le tourisme est la première activité économique du pays.
            Reste un quid du budget sécurité qui risque de gréver le budget global mais s’il est bien utilisé nous permettra d’améliorer ce secteur et de façon pérenne.

            L’avenir n’est plus aux pays mais aux grandes métropoles donc si Paris veut rester attractive, elle se doit d’être présente dans ce genre d’événement.
            Et puis pour l’instant le budget des JO de paris est à la hauteur de celui de NDDL

            • ZenZoe ZenZoe 12 juillet 11:20

              Il y a de moins en moins de villes candidates. C’est que c’est coton à organiser, que ça coûte très cher et que les retombées ne sont pas au rendez-vous. Le CIO commencerait même à paniquer et réfléchir à assouplir les critères ou revoir les jeux...
              Ces JO de Paris sont une folie, à un moment où faire des folies est complètement fou.


              • chantecler chantecler 12 juillet 11:40

                @ZenZoe
                Effectivement !
                Je crois comprendre que nos finances sont en ruine ,nos rentrées plus que difficiles , etc , que beaucoup seront appelés à se serrer encore plus fort la ceinture .(parce que l’avènement d’E. Macron ne s’est pas vraiment produit au sortir des trente glorieuses ...)
                Mais pô grave :
                On se lance dans une opération de prestige et de diversion .
                Nos dirigeants ont un double discours : ça va très mal mais on fait comme si nous étions en pleine expansion économique .
                Par ailleurs je ne sais pas si tous les parisiens sont enchantés par les dépenses et les festivité futures .Mais depuis quand faudrait-il leur demander leur avis ?
                Ce qui est certain c’est que l’argent mobilisé ne sera pas perdu pour tout le monde , Bolkestein ou non .
                Bref personnellement je trouve que cette décision est inconvenante .


              • Lugsama Lugsama 12 juillet 13:13

                Il y a aussi des JO comme Barcelogne qui ont été de grands succès..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Agence Info Libre

Agence Info Libre
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès