• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pauvreté : la volonté d’ignorer l’évolution du monde

Pauvreté : la volonté d’ignorer l’évolution du monde

N’est-ce pas extraordinaire ? La pauvreté a été complètement redessinée sur la carte du monde. Le monde a totalement changé.

La pauvreté diminue, et les gens de gauche ne peuvent pas le dire, ne peuvent pas l'écrire ni même le penser. La vérité est niée. Ils croient aux dogmes de la croissance de la pauvreté dans le monde comme une croyance religieuse. A cette différence près, la pauvreté est mesurable, visible, géographiquement accessible et les organismes officiels et caritatifs donnent des chiffres qui se corroborent.

Le monde étant réputé, au cours de ces dernières années, avoir été dominé par le soi disant « néo-libéralisme », dans leur esprit dopé au Marxisme, rien de bon ne peut en être sorti d'un monde libéralisé.

Donc, toute information visant à démontrer le contraire n’est pas seulement suspecte : elle nécessairement fausse. Le déni comme simple argument face aux réalités.

Plusieurs rapports et ouvrages de la sphère de gauche ont toujours prophétisé de terribles famines sur Terre à l’horizon du 21eme siècle

Les écologistes, fortement Malthusiens ont toujours eux aussi soutenu par le passé que la population mondiale ne pourrait plus se nourrir, ils n'ont jamais envisagé les améliorations de rendement ou ni l'acheminement des denrées par les conteneurs.

La réalité globale de la pauvreté a changé partout sur terre, mais l'image passée d'une misère en extension est restée dans les esprits des gens de gauche et écologistes. Ils n'ont pas adapté leurs téhories aux évolutions des réalités.

D'ici 2035, il n'y aura plus de pays pauvres dans le monde. Quelques malheureux pays seront retenus par la guerre, les réalités politiques (tels que la Corée du Nord, Zimbabwe) ou la géographie (comme quelques États sans littoral d'Afrique centrale). 

Mais tous les pays d'Amérique du Sud, en Asie et en Amérique centrale (à l'exception peut-être Haïti) et la plupart en Afrique côtière seront devenus des nations à revenu intermédiaire. Plus de 70% des pays auront un revenu par personne supérieur à la Chine d'aujourd'hui.

medicament-enfant2

À tous les égards, le monde est mieux maintenant qu'il ne l'a jamais été. L'extrême pauvreté a été réduite de moitié au cours des 25 dernières années, la mortalité infantile est en chute libre, et de nombreux pays qui a longtemps compté sur l'aide étrangère sont maintenant autonomes.

Alors pourquoi tant de gens semblent penser que les choses empirent ? Une grande partie de la raison est que beaucoup trop de gens sont sous l'emprise de mythes profondément néfastes sur la pauvreté et le développement mondial.

Ceux qui ne veulent pas le croire, pensent que dans un environnement libéral, les pays pauvres sont condamnés à rester pauvres. Les préjugés ont la vie dure.

La réalité démontre l'entière fausseté de ce raisonnement. C'est même le total contraire. Les revenus et les autres mesures de bien-être humain sont en hausse presque partout, y compris en Afrique.

Nairobi, par exemple. En 1987, des gens pouvaient mourir de faim, la plupart des maisons n'avaient pas l'eau courante, les gens passaient leur temps a courir et remplir des seaux et cruches d'eau à longueur de journée. L'atmosphère était irrespirable. Aujourd'hui, la ville de Nairobi est une ville moderne bien différente, elle dispose de grands immeubles, un air pur, de nouvelles routes et des ponts permettent de passer de l'autre coté du Fleuve. La plupart des gens de Nairobi sont de la classe moyenne. On trouve encore des poches de pauvreté, mais les arrivent à s'en sortir avec une économie informelle.

Quel miracle ? " Vous pouvez voir une transformation similaire à Mexico, New Delhi, Shanghai et beaucoup plus de villes à travers le monde entier.

Le revenu par personne en Turquie et le Chili est arrivé actuellement là où les États-Unis étaient 1960.

vaccination2

La Malaisie est presque arrivée à ce niveau. Le Gabon pays classé dans les plus pauvres des années 70, est un pays prospères d’Afrique aujourd'hui. Depuis 50 ans, le revenu réel par personne de la Chine a augmenté huit fois.Celui des Indes a quadruplé, celui du Brésil a presque quintuplé, et petit Botswana, avec une gestion très fine de ses ressources minérales, a vu une augmentation multiplié par 30.

Une nouvelle classe de pays à revenu intermédiaire qui existait à peine il y a 40 ans compte aujourd'hui plus de la moitié de la population mondiale.

Et oui, cela est vrai même en Afrique. Le revenu par personne en Afrique a grimpé de deux tiers depuis 1998, d'un peu plus de 1300 $, à près de $ 2200 aujourd'hui. 

Sept des 10 économies les plus dynamiques de la dernière demi-décennie sont en Afrique.

Le monde libéral a été généreux. L'aide étrangère privée n'a pas sauvé que des vies, elle a jeté également les bases d'une durée, incluant un progrès économique à long terme.

Beaucoup de gens pensent que l'aide étrangère est une grande partie des budgets des pays riches. Quand les sondeurs demandent Américains quelle est la part du budget va à l'aide, la réponse la plus fréquente est « 25% ». En fait, il est inférieur à 1%. (Même la Norvège, le pays le plus généreux au monde, consacre moins de 3%.) Le gouvernement américain dépense plus de deux fois plus sur les subventions agricoles que sur l'aide sanitaire internationale. Il passe plus de 60 fois plus pour l'armée.

Le monde libéral a été généreux. L'aide étrangère et les associations caritatives libres ont sauvé des vies. L'aide des états généralement conditionnelle en a moins sauvé.

Avant la défaite du communisme l'aide était employée par des dictateurs pour construire de nouveaux palais, résultat d'une politique d'aide conditionnée pour gagner des alliés pour une guerre froide, et moins pour améliorer la vie des gens.

Une vision commune à propos de l'aide est qu'une partie se perd en corruption. Les associations privées dépendantes des dons ne peuvent plus aujourd'hui se permettre de dire aux donateurs que leur argent par en fumée et ont adopté des réactions adaptées aux signaux de départs de corruption.

Le problème aujourd'hui est nettement plus petit. La corruption reste encore à petite échelle, comme un fonctionnaire du gouvernement qui met des sacs de riz dans sa poche. Cela revient à une taxe sur les donateurs des aides. Aujourd'hui les associations caritatives essayent de le réduire, mais nous ne peuvent pas l'éliminer. Mais à bien y réfléchir, la corruption n'est pas l'exclusivité des pays pauvres. La France a aussi des politiciens, des intermédiaires ou des fonctionnaires corrompus.

Le Brésil, le Mexique, le Chili, le Costa Rica, le Pérou, la Thaïlande, l’île Maurice, le Botswana, le Maroc, Singapour et la Malaisie, autrefois pays bénéficiaires de l'aide internationale, aujourd'hui ne reçoivent pratiquement plus rien. Leur économie ayant décollée. Les améliorations en matière de santé, agriculture et infrastructures sont aujourd'hui en corrélation avec une croissance à long terme. 

Un bébé né en 1970 avait 18% de chance de mourir avant son cinquième anniversaire. Pour un enfant né aujourd'hui, elle est inférieure à 5%. 

Remontant à Thomas Malthus en 1798, les gens se sont inquiétés de scénarios apocalyptiques dans lesquels l'approvisionnement en nourriture ne peut pas suivre la croissance de la population.

"Laisser les enfants mourir maintenant afin qu'ils ne meurent pas de faim" faisait partie de certaines anciennes revendications politiques du passé. Heureusement l'humanité n'a pas porté une oreille bienveillante à ces demandes. Et le pire c'est ça ne ne fonctionne pas comme cela. Cela peut sembler paradoxal, mais c'est parce que les femmes ont plus d'enfants qui survivent, que les parents décident d'avoir des familles moins nombreuses.

Considérez la Thaïlande. Vers 1970, après que le gouvernement a investi dans un programme de protection des naissances, que le taux de natalité a commencé à baisser. Au cours de deux décennies, les femmes thaïlandaises sont passées de six enfants en moyenne pour arriver à seulement deux. Aujourd'hui, la mortalité infantile en Thaïlande est faible. Les femmes thaïlandaises ont en moyenne 1,6 enfants. Cette tendance à la baisse des taux de mortalité, suivie par la chute des taux de natalité s'applique à la grande majorité du monde.

Sauver des vies n'a pas conduit à la définition Malthusienne qu'on rencontre encore de nos jours chez certains écologistes Français. C'est tout le contraire. Créer des sociétés où les gens jouissent de la santé de base, une relative prospérité, l'égalité fondamentale en droits sociaux et l'accès aux moyens contraceptifs est la seule voie vers un monde durable.

Les gens doivent aujourd'hui évoluer et ils se doivent de reconnaître par honnêteté intellectuelle que leurs idées sur la pauvreté sont fausses.

La pauvreté diminue sur terre c'est un fait avéré.

La pauvreté diminue plus vite que le changement des mentalités.

Sources :

newletter fondation Bill&Melinda Gates,

Banque Mondiale.

Blog ordre spontané

Lequidampost


Moyenne des avis sur cet article :  1.72/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 30 janvier 2014 10:30

    « La pauvreté diminue ».... ?

    Comme pour les chiffres du chômage.. ?

    N’importe quoi... !


    • Robert GIL ROBERT GIL 30 janvier 2014 10:48

      «  Il y a assez de ressources sur cette planète pour répondre aux besoins de tous mais pas assez pour satisfaire l’avidité de quelques uns »

      GANDHI

      VOIR : POUR CERTAINS, TOUT VA TRES BIEN !


      • claude-michel claude-michel 30 janvier 2014 10:56

        Par ROBERT GIL...cette citation était bonne en 47...mais depuis il y a sur terre le double de gens et plus assez de ressources pour nourrir tout le monde... !


      • prolog 30 janvier 2014 11:41

        Confondre la richesse avec l’argent, la qualité de vie avec la durée de vie sont des erreurs assez courantes. Dommage, il y a de la recherche dans cet article.

        Malheureusement pour tous les scientistes comme vous, l’argent se mesure mais pas la richesse. La durée de vie se mesure mais pas le bonheur (déjà faudrait-il pouvoir le définir avec des mots).

        Bien essayé mais c’est inévitablement ce qui arrive quand on construit son raisonnement en partant de la conclusion.


        • Nicolas_M bibou1324 30 janvier 2014 11:46

          « Le revenu par personne en Afrique a grimpé de deux tiers depuis 1998 »


          Exact. Dans le même temps, le pris des matières premières, comme le blé, a été multiplié par 2. Donc même si la pauvreté (basée nombre de dollars reçus par jour) diminue, les gens ont un pouvoir d’achat qui baisse.

          C’est génial comme indicateur, hein, la pauvreté ! On peut dire que tout va de mieux en mieux. Au rythme actuel, bientôt l’extrême pauvreté (ceux qui vivent avec mois d’1,25€/jour) aura effectivement disparu. Sauf que le prix du blé sera multiplié par 10, et que plus personne ne pourra manger dans les pays, qu’on ne pourra plus qualifier de pauvre.

          Et si, au lieu de toujours sortir cet indicateur de « pauvreté » basé sur l’argent, c’est à dire un indicateur de m*rde, on regardait les conditions sanitaires, si les gens ont assez à manger, s’ils ont de quoi vivre ?

          • spartacus spartacus 30 janvier 2014 12:19
            La banque mondiale fournit aussi des dizaines d’indicateurs que vous pouvez télécharger sur son site et l’évolution par pays (documents et rapports).

            Vous y avez des indicateurs autre que l’argent qui donnent des indications de l’évolution des niveaux de vie comme l’accès à l’eau, la mortalité, la vaccination, le minimum vital,etc
            Tous les tableaux montrent une évolution positive et de moins en moins de pays pauvres.

          • Robert GIL ROBERT GIL 30 janvier 2014 13:52

            avant de repondre a sparagus, je crois qu’il faut cerner le personnage .................

            voir : QUI EST SPARAGUS ?


          • Buddha Marcel. 30 janvier 2014 12:13

            spartacus comme tous les trolls payés par L’ UE est malthusien sans le dire, Malthus vous savez a dit entre autre ceci qui est très émouvant :

            Plutôt que de recommander la propreté aux pauvres, (...) nous devrions construire les nies plus étroites, loger plus de gens dans les maisons, et aider au retour de la peste ... »

            ou encore Darwin , un tendre à coté de Malthus

            « Quant à nous, hommes civilisés, nous faisons, au contraire, des lois pour venir en aide aux indigents ; nos médecins déploient toute leur science pour protéger ’la vie de chacun. Les membres débiles des sociétés civilisées peuvent donc se reproduire indéfiniment. Or quiconque s’est occupé de la reproduction des animaux domestiques sait, à n’en pas douter, combien cette perpétuation des êtres débiles doit être nuisible à la race humaine. On est tout surpris de voir combien le manque de soins, ou même des soins mal dirigés, mènent rapidement à la dégénérescence d’une race domestique, en conséquence à l’homme lui-même, personne n’est assez ignorant et assez maladroit pour permettre aux animaux débiles de se reproduire.

            ça vient d’ici...


            • gaijin gaijin 30 janvier 2014 12:18

              la preuve ici :
              un krypto malthusien : bill gates
              https://www.youtube.com/watch?v=KUsSPKzvFo4


            • spartacus spartacus 30 janvier 2014 12:24

              Relisez ! L’article est le contraire du Maltusianisme. smiley


            • gaijin gaijin 30 janvier 2014 12:35

              spartacus
              oh mais il n’ y a pas de doute votre article est très bien, c’est juste que vous n’avez pas conscience de quel maitre vous servez ......


            • spartacus spartacus 30 janvier 2014 18:08

              @Taunimarus.

              Je sais je vais vous faire bondir. Tellement ce que je vais vous expliquer vous ne pourrez l’admettre et remet en cause vos certitudes Marxistes !

              Le modèle social Français que vous défendez est responsable des plus grans écarts de revenus en France, parce qu’il est discriminatoire entre catégories sociales. 

              -Les grandes différences de revenus en valeur absolue accentuées entre riche et pauvre en France sont sur le quintille supérieur. Sur les plus de 60 ans. (majoritairement les retraités).

              Sur ce quintille qui représente la majorité de la valeur absolue, le « modèle social » Français offre plus aux régimes spéciaux qu’aux retraités de la société civile et en plus les régimes spéciaux sont cumulables à la retraite. 
              C’est donc beaucoup plus aux anciens de l’état, Elus, Préfets, Généraux, Hauts fonctionnaires etc et comme ils sont très très nombreux (assiette large) ils influent fortement et modifient les chiffres de la pauvreté...

              A la différence du « riche du privé, l’ancien bénéficiaire d’un cumul de régime spécial reçoit un revenu sans avoir jamais fait travailler son argent. 
              Un riche du privé lui bénéficie d’une »rente de placements« . Pour bénéficier des 20.000€ mensuels de l’Enarque à 2% de rendement il devrait avoir devant lui une somme pharaonique, bloquée et taxée...

              Peut être ignorez vous qu’aux DOM TOM, Réunion Guadeloupe, 98% des imposés sur la fortune sont les couples de fonctionnaires ? 

              Le »modèle social Français" est le premier facteur responsable des inégalités en France.

              Je sais comme la pauvreté ça vous fait mal au cul, et ça aussi vous ne pouvez l’admettre tellement vous l’avez idolâtré.

              Il ne vous reste qu’a faire comme la pauvreté dans le monde. Feindre de ne pas le croire et le comprendre ! Négationner.

            • gaijin gaijin 30 janvier 2014 12:14

              les 5 années de crises ( pas finie ) causées par l’ escroquerie de goldman sax serait elle pour quelque chose dans ce déni ?
              ( a moins que GS soit un repaire de krypto communistes )

              les 40 années de pillage de la france au profit de la finance qui est la cause de la dette y serait t’ elle pour autre chose ?

              la réalité quotidienne des gens au chomage serait elle pour quelque chose dans leur difficulté a percevoir cet élan d’ allégresse qui traverse le monde ?

              « La pauvreté diminue plus vite que le changement des mentalités »

              votre article n’a pas plus de sens que votre phrase de conclusion ..........


              • foufouille foufouille 30 janvier 2014 12:31

                crassus ne fait pas ses courses lui même. il ne sait donc pas que la baguette du smicard n’est pas a 1€40 ou que son plat du jour ne vaut pas 17€


                • bourrico6 30 janvier 2014 12:39

                  La pauvreté diminue

                  On va s’arrêter là, vu le postulat de départ.

                  Sinon ce n’est pas la pauvreté qui diminue mais la richesse qui augmente.
                  Ce n’est pas tout à fait pareil.
                  Et ça devient flagrant quand on intègre l’accroissement de l’inégalité dans la répartition de cette richesse.

                  Je sais pas sur quelle planète tu vis, vraiment pas.


                  • bourrico6 30 janvier 2014 12:42

                    Si un jour tu as le courage de sortir et d’aller faire un tour dans les centres des grandes villes, mais je me souviens de ce que j’y voyais il y a 20 ou 30 ans, et ce que j’y vois maintenant.

                    Si l’augmentation des gens à la rue est un signe de diminution de pauvreté et qu’il faille continuer comme ça, je comprends mieux le soucis.

                    Je te le dis, fais carrière dans le comique, t’as un talent inné.


                  • alinea Alinea 30 janvier 2014 12:42

                    La pauvreté diminue ? En chiffres !! et de toutes façons personne n’a les moyens de le vérifier.
                    Mais la misère augmente, l’exclusion, l’aculturation, perte des repères, dans toutes les sociétés ; le fric n’apporte rien à l’humain que frustration et/ou dépravation.
                    Ce petit gain de confort pour quelques-uns : c’est la perte d’âme pour tous !
                    Bravo !


                    • spartacus spartacus 30 janvier 2014 12:54

                      Il n’y a pas que les chiffres ! Celui qui voyage voit les transformations.


                    • foufouille foufouille 30 janvier 2014 13:09

                      « Celui qui voyage voit les transformations. »

                      va au brésil : les gamines libérales de 6 ans se prostituent


                    • alinea Alinea 30 janvier 2014 13:16

                      Oui, c’est ce que je dis : on voit la transformation !
                      uniformisation, de la langue, de la bouf, des us et coutumes, du stress, de la peur, de la parano, de l’urbanisme, de l’habillement, du rire, de la musique ; de tout !
                      Pauvreté accablante de l’âme, de la créativité, du lien social, des idéaux, de la pensée ; de tout !!


                    • Ecométa Ecométa 31 janvier 2014 11:04

                      Pour ceux qui voyagent et ne vont que dans le centres des grandes métropoles tout brille de mille feux ; par contre, pour ceux qui s’aventurent dans les bidonvilles effectivement ils se transforment : il s’agrandissent !


                    • Xenozoid 30 janvier 2014 13:22

                      Tiens spartacul,je te remet une chansonnade,que j’avais mis sur le sujet « Le « conspirationisme » : La grande tarte à la crème » especialy for you

                      vos portables.vos portefeuilles,votre temps,vos idees
                      votre carte banquaire,vos licenses,vos pensées,vos peurs
                      votre sang,votre transpiration,vos passions,vos regrets
                      votre bureau,votre pause,vos modes,votre sexe
                      vos medicaments,
                      votre herbe,vos nichons,votre cul,votre rires,vos os
                      ont veut tous ca
                      ont veut votre âme
                       quelles sont vos habitudes,vos faits,vos peurs,vos adresses,
                      vos pointures,votre age,vos numéros,vos plans
                      vos yeux
                      Votre Programme, Votre Bureau, Vos Détails, Votre Vie.
                      Montrez-nous Vos Enfants, Vos Photos, Votre Maison.
                      Ici, Prenez le Crédit, Prenez une Assurance, Prenez un Prêt.
                      avoir un Emploi, Recevez une Pension, aller vous coupez de cheveux, avoir un 3 piéces.
                      Jouez au lotto, jouez au Football, jouez sur le terrain, les Sports a la télé
                      Nous vous montrerons des Choses Nous montrerons des bon coups
                      Nous vous achèterons des Choses, des Médicaments, le Grand boulevard, les Oiseaux
                      Nous vous vendrons la Connerie Nous Vous chargerons le Gras
                      Nous allons trouver des flingues et ont boira dans Votre Cuisine

                      Nous Voulons Votre Âme

                      Vos Pensées, Vos Émotions, Votre Amour, Vos Rêves
                      Votre Carnet de chèques, Votre Résidence, Votre Sueur, Vos Cris
                      Votre Sécurité, Votre Sobriété, Votre Innocence, Votre Société
                      Votre Moi, Votre Endroit, Votre Distance, Votre Espace

                      Retournez au lit,votre gouvernement est sous controle
                      Ici, regardez-le, taisez-vous
                      Vous êtes libres de faire comme nous vous disons
                      Vous êtes libres de faire comme nous vous disons
                      Nous Voulons Votre Âme

                      Voici des Programmes, Voici des Questions, Voici Britney, Voici la Cola
                      Voici la Pizza, Voici la TV, Voici un peu de Rock and Roll
                      Regarde la pub, plus d’Annonce publicitaire, regarde Ruquier, Pas Taddei
                      Achetez une Meilleure Vie du Confort de Votre Sofa
                      Voici le Pop-corn, Voici des Magazines, Voici le Milk-shake, Voici des Blue-jeans
                      Ici a Rembourré des Bustiers, Ici des grosses Voitures
                      Voici des maillots de Foot, Voici des Bonnets rouges
                      Voici des Causeries télévisées Vivantes, Voici des Jeux Vidéos, Voici la Cola Lite, Voici Orangina
                      Voici Filtertips, Voici des Lèvres Collagen, Voici toute les bars de nuit, Voici des Gratte-culs en Plastique

                      Nous Voulons Votre Âme

                      Allez voter,sur 58 chaines
                      Et félicitez-vous de votre vie sur le Terrain de Liberté
                      Ici vous êtes en Démocratie
                      Vous êtes libres de faire comme nous vous disons
                      Vous êtes libres de faire comme nous vous disons

                      Nous Voulons Votre Âme

                      Voici les Pop-corn, Voici Magazines, Voici les Milkshakes, Voici Jeans Bleus
                      Voici Soutien-gorges rembourrés, Voici Longues Voitures
                      Voici Maillot de Foot, Voici des bonnets rouge
                      Voici de Très Très Très Très Très Très Très Très Très Longs reportages publicitaires

                      nous voulons votre Âme


                      • Ecureuil Bleu Ecureuil Bleu 30 janvier 2014 13:38

                        « Le monde libéral a été généreux. » 

                        petit rappel :
                        généreux (adj.)

                        1.qui donne largement.

                        2.se dit d’une terre qui produit beaucoup.

                        3.se dit d’un vin qui a du corps.

                        4.se dit d’une femme aux formes rondes, bien en chair.

                        5.qui n’agit pas par intérêt personnel.


                        Vous vous foutez de la pauvreté des autres comme de votre première chemise, ce qui compte pour vous c’est de dire : sans les riches entrepreneurs, les miséreux le seraient encore plus. Voyez comme nous sommes généreux : « Le nombre de personnes vivant sous le seuil d’extrême pauvreté [1] dans le monde s’est réduit de 1,9 à un peu moins de 1,3 milliard entre 1981 et 2008. Une évolution d’autant plus positive que dans le même temps la population mondiale s’est accrue. Du coup, le taux d’extrême pauvreté a été réduit de moitié : 22,4 % de la population mondiale vit aujourd’hui avec moins de 1,25 dollar par jour contre 52,2 % au début des années 1980. » source


                        Sauf que vous oubliez un truc, si on passe le curseur à seulement deux dollars par jour, c’est 43% de la planète qui vit dans l’extrême pauvreté.


                        Souhaitons que le monde libéral accepte de ne plus ignorer l’évolution du monde et de sa masse grandissante qui souhaite à l’unisson que le monde libéral soit encore et toujours plus généreux avec elle.




                        • bourrico6 30 janvier 2014 14:33

                          Le problème, c’est qu’il confond les bilans comptable des pays, avec le niveau de vie des population.

                          Soit il le sait et c’est un escroc.
                          Soit il est vraiment simplet.


                          • Hervé Hum Hervé Hum 30 janvier 2014 14:37

                             

                            Vous écrivez :

                             Créer des sociétés où les gens jouissent de la santé de base, une relative prospérité, l’égalité fondamentale en droits sociaux et l’accès aux moyens contraceptifs est la seule voie vers un monde durable.

                            Là, je ne vous comprends pas ???? Cette phrase n’ a rien du libéralisme ! Puisqu’il faut pour cela passer par une action commune, sociale.

                            Ensuite vous critiquez ceux qui prophétisaient de « terribles famines à l’aube du XXIème » et se sont trompé, pour ensuite sortir votre propre prophétie ??? êtes vous sûr que la votre ne sera pas aussi prophétique que les autres ???

                            La surexploitation des ressources dû au gaspillage systémique provoqué par le libéralisme, montre déjà ses conséquences, dont on peut douter qu’elles attendent 2035 pour faire sentir leur effets dévastateurs.

                            Pour répondre à ses crises écologiques et sociales présentes et à a venir provoqué par le libéralisme économique, il est difficile de penser que ce dernier soit aussi le remède.

                            Quoiqu’il en soit, cela n’a pas d’importance fondamentale, ce qui compte pour les peuples qui composent l’humanité est de savoir dans quel environnement ils veulent vivres eux même et laisser à leur descendants. Ici, nous ne sommes plus face à des choix individuels, mais face à des choix collectifs générationnel à décider ce que celle ci laisse en héritage commun aux génération suivantes.

                            Alors, cher Spartagus, la diminution de la pauvreté est dû au progrès technique et celui ci n’est pas dû au libéralisme, mais à la soif de connaissance. Or, si cette soif de connaissance se fonde sur la liberté individuelle, cette dernière se fonde sur le principe de la coopération des uns avec les autres et non sur l’exploitation des uns par les autres.

                            La liberté individuelle commence et s’arrête à soi même, au delà, elle se nourrit en privant autrui de sa liberté.


                            • spartacus spartacus 30 janvier 2014 14:56

                              @Hum

                              Je crois que vous ne comprenez pas la liberté.
                              Une « action commune » est libérale lorsqu’elle est volontaire. 
                              Une « action commune » est collectiviste lorsqu’elle est imposée ou coercitive. 
                              ******
                              L’absence de formation économique libérale en France fait croire à cette ineptie que les ressources sont limitées...idée FAUSSE.

                              En économie, les ressources ne sont pas jamais « naturelles » mais « crées » par l’homme ou les besoins économiques.

                              Telle matière première clairement identifiée (le charbon, le pétrole, etc.) est évidemment limitée et donc épuisable. Mais qui décide qu’un matériau est une ressource ? L’homme. L’économie est un flux qui s’adapte aux changements de ressources. La ressource du mammouth est épuisée depuis longtemps, même si elle a permis a des générations d’hommes de vivre. Le monde a régulièrement changé de ressources.

                              On n’exploite même pas 0,1% des matériaux présents dans les profondeurs de la terre et des océans. Et l’espace n’a jamais fait l’objet d’exploration.


                              On vous rassure y’a de la marge avant la fin des ressources naturelles, quelques millions de générations  smiley


                            • bourrico6 30 janvier 2014 15:16

                              La on touche le fond.

                              C’est plus de l’acte de foi, c’est du délire complet, du n’importe quoin un assemblage de mot sans queue ni tête, on oublie toute les règles de raisonnement de logique, d’argumentation, on écrit n’importe quoi et ça roule.

                              Je ne sais plus quoi dire, ce type est déprimant de stupidité.

                              Franchement, tu pulvérises les records de crétinerie, tu te vautres dans une béatitude aveugle, tu es dangereux.


                            • Claude Simon Claude Simon 30 janvier 2014 17:48

                              Je vois tout de même des contradictions dans le socialisme progressiste car le progrès permet de s’affranchir effectivement de certaines ressources.

                              Un élément chimique devenu rare aux propriétés les plus intéressantes peut être remplacé par un autre aux propriétés un peu moins intéressantes ou par un process (cristaux, structures moléculaires) plus intéressants (ex : chercheurs japonais privés de terres rares chinois, pour des raisons diplomatiques).

                              Par ailleurs, je ne suis pas certain que idéologies socialistes ou libérales soient l’une plus efficace que l’autre pour lutter contre la pauvreté. Elles le sont si, au lieu de chercher à tout contrôler, elles acceptent le pré-carré où elles sont le plus efficace. 
                              A mes yeux, elles ont toutes deux leur place.

                              Je vous rappelle que les guerres de religion ont baigné de sang notre humanité pendant des millénaires et le font encore.
                              Troquer les religions au musée pour perpétuer la guerre des idéologies cette fois, comme l’ont si bien fait capitalistes, communistes, fascistes au XXème siècle ne me semble pas plus sensé.



                            • philippe913 30 janvier 2014 17:57

                              @bourrico
                              encore et toujours aussi tolérant et ouvert au dialogue...


                            • joletaxi 30 janvier 2014 18:25

                              La surexploitation des ressources dû au gaspillage systémique provoqué par le libéralisme, montre déjà ses conséquences, dont on peut douter qu’elles attendent 2035 pour faire sentir leur effets dévastateurs.

                              encore une de ces légendes urbaines que la mouvance agite comme des hochets,pour rameuter la foule des croyants, mais les chiffres(quelle idée, parler chiffre à des croyants ?) disent tout autre chose

                              http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2185

                              Alain Cheilletz est Professeur Émérite des Universités, géologue métallogéniste à l’École nationale supérieure de géologie ENSG de Nancy, Université de Lorraine.

                              encore un de ces valets du turbocapitalismeultraliberaljudeomangeurd’enfants

                              ecoutons plutôt les penseurs verts, N. Bulot par exemple


                            • Hervé Hum Hervé Hum 30 janvier 2014 23:08

                              iSpartagus,

                              Je crois que vous ne comprenez pas la liberté.

                              Une « action commune » est libérale lorsqu’elle est volontaire. 
                              Une « action commune » est collectiviste lorsqu’elle est imposée ou coercitive.

                              Mais qui a dit le contraire ??? Certainement pas moi !!!

                              En économie, les ressources ne sont pas jamais « naturelles » mais « crées » par l’homme ou les besoins économiques.

                              Les ressources sont toujours naturelles, c’est d’ailleurs ce qu’on appelle « matières premières ».

                              Ce qui n’est jamais naturel, mais « crée » par l’humain, c’est son besoin qui justifie son extraction, son traitement jusqu’à son usage final. Dans tout le processus il n’y a que la main et le cerveau de l’humain.,

                              Si effectivement les ressources sont loin d’êtres épuisées, la question posé est de savoir ce qu’il convient de préserver, à quel rythme avancer et quelle société pour quel sens, quelles relations, quel équilibre ?

                              Si le progrès technique fait évoluer la société, celle ci, dans ce qui constitue sa force de travail manuel et intellectuel, doit évoluer en devenant maître de ses outils et non plus esclave. Cesser de se laisser subjuguer par les fausses croyances comme la votre.

                              Le jeu est pipé, la propriété donne des positions dominantes qui laissent peu de place à de nouveaux venus (comme la noblesse) et donc, exclu 99 % de la population. Celle ci n’ayant d’autres alternative qu’obéir à ces 1%. C’est cela votre liberté individuelle ? Croyez vous que la majorité soit volontaire ?

                              La question est de savoir si les gens qui occupent ses position dominantes le méritent et s’il est normal que cela leur confère un pouvoir sur la destiné commune. Sommes nous majoritairement d’accord avec cela ? Avons nous bien étudiés toutes les autres solutions ?

                              Qu’importe votre discours, il faut à la fin se rendre compte par soi même !


                            • Hervé Hum Hervé Hum 30 janvier 2014 23:22

                              A joeletaxi et spartagus

                               tiré du texte mis en lien par joeletaxi

                              Produire à partir des ressources naturelles, présentes en quantités infinies à notre échelle, se heurte cependant, et pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, à une difficulté de taille : le respect de l’environnement et des contraintes sociétales associées.

                              En d’autres termes, arrêter que la liberté d’une minorité continu voir accélère la pollution et la destruction de celle des autres.


                            • bakerstreet bakerstreet 31 janvier 2014 00:16

                              Même le mot libéral, qui voulait dire autrefois ouvert aux idées nouvelles, a été vidé de sa substance, pour déguiser ce plus vieil archaïsme du monde : Faire des bénéfices avec le moins d’entraves possibles, ni de contrôles. 

                              Un système qui était viable sans doute dans un monde en extension, où les frontières naturelles limitaient les excès. 
                              Invivable dans ce monde clos, où les ressources s’épuisent, où la propagation des virus est endémique, où le moindre accident fait boule de neige, en rapport avec les rapports liés, et des enjeux vertigineux choisis, dans un course mortifère vers le précipice. 
                              Le système de libre échange, proposé par les protestants calvinistes, dans le nouveau monde, par exemple n’était pas exempt d’un controle moral. L’échelle des salaires allait encore de 1 à 20.....On en est loin maintenant, et le bolide continue à prendre de plus en plus de vitesse.
                              Le scénario de Kubrick, dans docteur Folamour, semble de plus en plus inéluctable.


                            • bourrico6 31 janvier 2014 12:55

                              @bourrico
                              encore et toujours aussi tolérant et ouvert au dialogue...

                              T’es qui toi ?
                              Qu’est ce que tu la ramènes ?

                              Ou t’as vu un dialogue ?

                              On a un type qui râle contre les « dogmes » soit disant gauchiste an rabachant ses propres dogmes ultralibéraux, alors excuses moi, mais je te dis merde !

                              Si le fait de prophétiser des millions de génération de ressources avec un tel aplomb le te fait aucun effet, alors navré mais t’es aussi escroc, crétin et menteur que Spartachiotte.

                              Si tu la fermes en lisant des absurdités, c’est ton problème, pas le mien.


                            • Buddha Marcel. 30 janvier 2014 14:43

                              c’est un escroc simplet qui essaye de nous faire croire que une pyramide, soit vraie soit sociétale c’est pareil, se construit par le haut ..elle se construisent toutes les deux en commençant par la base....et la base aurait du réaliser que de construire une pyramide sociétal c’ etait un baise couillon, et que les étages supérieurs n’ont pas du tout lieu d’être...mais le vers était aussi dans la base et la base s’est faite avoir.....quand à la vraie pyramide si l’histoire n’est pas faussées et que c’est sous pharaon qu’elles furent construites, et bien il n’avait qu’à la faire lui même.....

                              il veut aussi nous vendre que le troupeau de mouton a besoin du berger...ce qui est là aussi l’inverse de la vérité, c’est le berger qui a besoin des moutons pour les tondre et les manger...qui sont les spécialistes de l’inversion déjà ??...


                              • bourrico6 30 janvier 2014 15:12

                                Ah ?
                                Les deux à la fois ?
                                Escroc et simplet... j’avais pas osé.

                                Je penche vraiment pour l’escroc de la pire espèce.

                                Quand on lui dit qu’il confond la balance d’un pays avec le niveau et la qualité de vie des habitants, il se tait.
                                C’est normal, il zappe purement et simplement ce qui n’est pas quantifiable, il fait comme si ça n’existait pas.
                                Il se fout purement et simplement des gens qui ne sont pour lui que des chiffres.


                              • joletaxi 30 janvier 2014 15:41

                                alinea écrit

                                La pauvreté diminue ? En chiffres !! et de toutes façons personne n’a les moyens de le vérifier.
                                Mais la misère augmente,

                                cela résume exactement la majorité des commentaires.
                                peu importe la réalité dans ce domaine

                                http://rogerpielkejr.blogspot.fr/2014/01/was-war-on-poverty-success-yes.html

                                comme dans d’autres d’ailleurs,peu importent les chiffres,on s’en fout, notre modèle dit que le libéralisme est une catastrophe, circulez ,il n’y a rien à voire.
                                Est-ce un mal français ?
                                Non, c’est devenu une dérive de notre société.
                                On voit Obama affirmer, concernant le réchauffement(oups... etc) climatique the science is settled, au moment où des records de froid sont battus à Washington.
                                On voit Nicolas Bulot visiter le pape pour éviter la poele à frire accompagné du casqué rigolo.
                                Ce midi, émission sur les gaz de schiste ,argument entr’autre dans le fatras de mensonges, le film gazland, pas un journaliste pour relever.

                                Tiens, on a rappelé dernièrement la fameuse déclaration d’un des chantres de la mouvance:je bois ce verre d’eau précieuse....avec ce qu’il tombe,on se demande comment des gens ont pu croire à cet illuminé ?
                                On lutte contre l’obscurantisme religieux, les sectes, et Mme Michu se pame devant ses nouveaux mages, risible.


                                • Bluezy Bluezy 30 janvier 2014 17:05

                                  belle unanimité contre cet article : 3/4 des lecteurs !!
                                  bon évidemment [mode SpArTaCuS / ON] « les lecteurs d’Agoravox ne sont que des ultras gauchistes ces votes négatifs en sont la preuve » [mode SpArTaCuS / OFF] smiley
                                  Spartacus est-il maso ? smiley

                                  Sinon je n’ai rien à ajouter qui n’ait été déjà écrit dans la majorité des commentaires : cet article est un « coming out » !


                                  • bakerstreet bakerstreet 31 janvier 2014 00:06

                                    Point de vue si réducteur, ( je ne dirais pas pauvre pour ne pas être cruel) qu’il serait hilarant s’il ne traitait pas d’un sujet grave. 


                                    De la pauvreté, la première évidence, c’est qu’elle est endémique : Appauvrissement des ressources, de l’espoir pour beaucoup, qui ne voient plus que pour seule issue de se faire apatride, chasser de leurs terres et de leurs occupations ancestrales par la spéculation internationale du totalitarisme le plus fou depuis la seconde guerre mondiale : La finance toute puissante, obscène, sans projet ni aucune perspective, si ce n’est que de soucier de sa goinfrerie sans limites, chiant, pétant, nous emmerdant du haut de ses murailles, comme Pantagruel, dans Rabelais. 

                                    Que des pauvres gens mangent leur besoin de calories, dans un camp de réfugié, ne peut nous faire oublier la pauvreté de leur existence, en terme d’espoir.
                                     Et encore faut il prendre les analystes triomphalistes de notre auteur, nous montrant avec fierté les frigos pleins du resto du cœur, pour tenter de clouer le bec, à tous ceux qui lisent, atterrés, ce petit billet le doigt au garde à vous sur la couture du pantalon du libéralisme. 

                                    Petite et grande consolation : L’auteur réussit le miracle de mettre tous les internautes d’accord.
                                     Pas sûr que ce soit dans le sens qu’il espérait, mais nous, ça nous réchauffe le coeur, et du coup ça nous redonne l’espoir en l’humanité

                                    • mario du 38 31 janvier 2014 00:57

                                      Même pas envie de répondre a cette article qui n’est qu’une bouffonnade !

                                      Le pire , c’est de voir mon le symbole de Spartacus salie par ces écrits méprisants et arrogants envers les plus pauvres.

                                      Vous ressemblez à ce mec => http://www.youtube.com/watch?v=HCaSG2dikIA

                                      Sauf que jamais, mais jamais ... vous serez dans sa position, c’est ce que vous n’avez pas encore compris.


                                      • Mycroft 31 janvier 2014 10:32

                                        Encore une grossière tentative de tirer la couverture à eux faites par les magouilleurs de services. Alors que c’est nous, les scientifiques, et nous seuls, qui sommes responsables de l’amélioration du niveau de vie dans le monde, de la réduction de la faim, de la réduction des maladies infantiles.

                                        Et ce malgré les possédants inaptes et ineptes qui ne savent que prendre des décisions dépourvue du moindre bon sens et de la moindre logique. Ces neuneus qui croient que l’ont peut créer de la matière, alors qu’on ne peut que la transformer. Ces neuneus qui croient qu’il suffit de vouloir quelque chose pour le voir être réalisé, simplement parce qu’eux n’ont jamais eu rien d’autre à faire que nous payer pour qu’on se casse le cul à résoudre leur petit caprice. Il y a toujours un des nôtres qui a besoin d’argent pour continuer à faire avancer le monde.

                                        Les gens comme Spartacus sont des usurpateurs, des voleurs et des menteurs.


                                        • bourrico6 31 janvier 2014 13:00

                                          Les gens comme Spartacus sont des usurpateurs, des voleurs et des menteurs.

                                          Il détient la palme de la stupidité, ses millions de génération de ressources... tout ça grâce aux théories du libéralisme....je ne m’en remets pas.
                                          Et c’est la dessus qu’il base tout le reste... ça fait peur.


                                        • Jean de Beauce Nelson Bonaparte 1er février 2014 23:29

                                          « Spartacus » n’est qu’un petit rentier qui se fiche de la pauvreté et de la misère des autres vu ses commentaires... c’est comme un pyromane qui parlerait d’incendie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès