• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pénurie de profs, plus de 60% des postes non pourvus aux concours de (...)

Pénurie de profs, plus de 60% des postes non pourvus aux concours de recrutement

Et si nous parlions du plaisir d'enseigner ? C'était le slogan des pouvoirs publics il y a déjà trente ans pour attirer les diplômés vers le professorat. L'époque des Jack Lang, des Philippe Mérieu, des donneurs de leçons pédagogiques qui créérent les fameux IUFM pour formater des militants de la diversité à leur image.

C'était aussi l'époque (et c'est moins connu bizarrement), où les filières publiques et privées sous contrat furent séparées par des concours de recrutements distincts. Celle aussi où les affectations des profs furent "académisées" au détriment du choix de postuler pour un établissement précis avec accord du chef d'établissement. L'époque, en fait, où les inciviltés, violences et baisse du niveau scolaire se répandaient. D'abord dans les banlieues, puis partout en France.

Aujourd'hui, en 2022, l'école publique est inclusive et intégratrice. Autrement dit, sa mission principale est de garder un troupeau dont ne veulent pas les écoles privées réservées à la "sérénité" des enfants bien nés, comme l'école Alsacienne où le ministre Pape N'Diaye a scolarisé sa progéniture. Comme toujours, c'est la gauche bobo qui sermonne le vilain peuple raciste et ignorant mais qui vit planquée dans des quartiers bourgeois avec des écoles protégées. Faites ce que je dis, pas ce que je fais, l'axiome de ces gens-là.

Conséquence de cette logique, les jeunes diplômés évitent l'enseignement. Un poste sur trois à peine pourvus aux différents concours de recrutement. 1500 postes vacants de professeurs des écoles dans les académies de Paris-Créteil-Versailles (y compris dans la capitale intra-muros). Du jamais vu à un tel degré.

Classes ingérables, climat scolaire infect, rémunérations peu attractives, système de mutation rigide sans queue ni tête où le social passe avant le mérite avec une marée de postes bloqués, peu d'aide au logement, pas de médecine du travail. Inutile de développer ce que chacun sait déjà.

C'est la timidité des solutions qui nous questionne. Recours massif aux vacataires (moins payés et plus flexibles), autonomie de recrutement par les chefs d'établissement (cas de Marseille), rattrapage limité du point d'indice pour le traitement des titulaires. Difficile de compenser des années de rabaissement d'une profession autrefois respectée, aujourd'hui déconsidérée à l'image des infirmières et des policiers. Etre professeur de nos jours, c'est passer pour un vulgaire fonctionnaire en vacances aux yeux d'une partie de l'opinion publique. C'est encadrer des enfants de plus en plus mal élevés, subir des parents parfois agressifs, une hiérarchie cassante et accepter des affectations par défaut. Autant embrasser une carrière militaire, avec suivi médical et renconversions à la clé.

Le coût exhorbitant du logement en région parisienne et l'absence de priorité au logement aggravent le problème. En 1996, il y avait quatre candidats pour une place au professorat des écoles dans l'académie de Créteil (93/94/77). En 2022, 400 postes sur 1000 proposés sont pourvus. Tout est dit.

Alors, à l'image de l'académie de Versailles, va-t-on généraliser les "jobs dating" pour recruter des profs ? Votre narrateur a d'abord crû à une farce, une fake news, à cette annonce. Mais la réalité dépasse désormais la fiction, et ce recrutement direct de gens libres de se présenter avec de faux diplômes a eu lieu (!) Détail croustillant, l'affiche de publicité pour cet évènement a disparu de google images...

Reste ce petit clip très sympa du SNES pour résumer la logique de ce recrutement de contractuels :

https://www.youtube.com/watch?v=M3iCcft0VVU

En attendant des "jobs dating" pour recruter des docteurs "faisant fonction" dans les déserts médicaux, ainsi que des dentistes, pour des techniciens d'usinage à l'aise avec leurs perceuses et des pincettes ? Un monde formidable où tout devient possible...

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Lynwec 28 juin 18:44

    Le masochisme a ses limites. Une profession respectable qui a été volontairement sabotée et dévalorisée ce qui offre de nos jours la possibilité gratifiante d’être pris entre deux feux (élèves+parents sur le flanc gauche, hiérarchie sur le flanc droit), on comprend aisément l’afflux massif de candidats aux concours de recrutement.


    • DantonQ DantonQ 29 juin 17:28

      @Lynwec c’est comme à la SNCF, l’entreprise a du mal à recruter parce que le statut à sauté ( merci les oukazes de l’UERSS !) les conditions de travail se sont considérablement dégradées et plus grand’ monde ne veut travailler à la SNCF parce que il n’y a plus d’avantages pour compenser les inconvénients dont le travail en horaires décalés et les jours fériés...
      décidemment, l’image de « planqué avec une tonne d’avantages » en a pris un sacré coup dans l’aile ! 


    • Et simultanément, on oblige les parents qui souhaitent instruire leurs enfants à les scolariser.


      • Areole 28 juin 22:48

        Les profs enseignent un passé dont les élèves se contrefiche avec la perspective d’un avenir apocalyptique dans un monde de gueux.

        C’est un vrai boulot merdique.


        • LCI/BOUYGUES :Ukraine miam-miam les Chantiers !! SAVING-Private-ASSANGE 29 juin 13:45

          @Areole

          Je suis de ton avis.. depuis qu’on a supprimé l’Instruction Civique, il y a une cinquantaine d’années ou presque, c’est radicalement différent.


        • lecoindubonsens lecoindubonsens 29 juin 06:41

          Osons proposer du réellement nouveau pour notre éducation nationale.

          http://lecoindubonsens.unblog.fr/2019/03/23/enseignement-et-si-on-osez-faire-du-reellement-moderne-souplesse-et-efficacite

          pour allier liberté individuelle, efficacité et meilleurs résultats globaux.


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 29 juin 10:38

            @lecoindubonsens
            De bonnes et originales propositions. Mais... Education quasi « tout numérique »... Et que faire quand il n’y a plus d’électricité ? Et comment faire pour que les élèves aient envie d’apprendre s’ils préfèrent surfer ailleurs ?


          • lecoindubonsens lecoindubonsens 30 juin 09:38

            @Jean J. MOUROT
            Merci pour « De bonnes et originales propositions ».
            Concernant l’electricité, d’une part c’est très rare et de courte durée, donc en pratique peu génant, d’autre part temps largement compensé par absence de grève (transports ou profs), absences de profs, ou panne électrique dans les établissements actuels.
            Sur « comment faire pour que les élèves aient envie d’apprendre », c’est une bonne question mais déjà à se poser dans le système actuel, et les bonnes réponses seront toujours les mêmes ...


          • mmbbb 3 juillet 10:17

            @Jean J. MOUROT s il y a plus d electricité , tout s arrête ! avec les ecolos , il y a aura des « black out » content !


          • eddofr eddofr 29 juin 11:43

            L’un des problèmes majeurs de l’école (ou de la police d’ailleurs), c’est l’autorité.

            Le problème majeure de l’autorité c’est qu’elle ne peut reposer que sur la légitimité.

            Merci aux véritables campagnes de désinformation qui, pendant 30 ans, ont présenté et un peu transformé les « profs » en fainéants, gauchistes, capricieux, incompétents, ...

            Merci aux gouvernants qui ont transformé l’école de la république en usine à esclaves (l’école devrait préparer nos enfants à être des citoyens responsables, pas des techniciens « employables »).

            Merci aux gouvernants qui ont progressivement transformé les gardiens de la paix et autres auxiliaires de justice en « forces de l’ordre ».

            Merci aux gouvernants qui ont transformé les défenseurs de la nation, au mieux, en « chair à canon », au pire en « tueurs sans âme ».

            Merci aux médias et aux « économistes » qui ont transformé les exploiteurs en « créateurs d’emploi » et les « bourgeoises » en influenceuses (business women du bikini).


            • tashrin 29 juin 12:29

              @eddofr
              Et un grand merci aux électeurs sans qui rien de tout cela n’aurait été possible


            • eddofr eddofr 29 juin 13:19

              @tashrin

              Evidemment, en démocratie, ce qui est bien (et mal), c’est qu’on obtient exactement le régime qu’on mérite ... qui finit généralement par se transformer en une belle petite dictature.


            • tashrin 29 juin 12:29

              Bah en même temps c’est pas faute de décrypter la situation à longueur de temps. C’est pas comme si les gens ne savaient pas. C’est quand même incroyable que tout le monde soit à peu près d’accord sur le constat et que rien ne soit fait...

              Puisque les explications suffisent pas, va falloir de la pédagogie expérientielle...

              Donc vu que les seules « solutions » envisagées accentueront clairement le probleme (recrutement d’interimaires ou CDD sans formation ni compétences d’enseignement), ca va pas s’améliorer. Mais tout comme pour les soignants, les flics, et autres professions indispensables mais sinistrées, il faudra que la population se heurte à de véritables difficultés quotidiennes pour que les choses changent potentiellement...

              On commence à ne plus pouvoir être soigné en cas d’urgence. Ca va se traduire par des morts, des proces, etc etc... Ptetre que là, les gens se diront qu’il faut payer correctement la nana qui doit vous sauver la vie... 

              Lorsque les inscriptions dans les écoles seront refusées faute d’enseignant, et que les gens devront se demerder pour faire l’ecole à la maison, ptetre qu’on commencera à considérer qu’il ya un souci


              • DantonQ DantonQ 29 juin 17:38

                @tashrin La France devient un pays du tiers-monde en matière de santé : déjà, des gens meurent dans les services à l’hôpital public faute d’une prise en charge rapide pour sauver le patient. Il n’y a plus assez de personnel, et ceux qui gardent la foi dans leur métier sont épuisés et n’ont plus le temps de s’occuper correctement des patients.

                Mais à côté de ça, le gouvernement n’a toujours pas réintégré les 15.000 soignants suspendus pour avoir osé refusé la picouze contre le covid-19, au mépris de leur droit de travailler et de disposer de leurs corps...

                Quand est-ce que l’Etat va être condamné pour cette décision illégale qui viole des dizaines de lois ??? 


              • lecoindubonsens lecoindubonsens 30 juin 12:12

                @DantonQ « La France devient un pays du tiers-monde en matière de santé »

                Certes, mais phrase à double sens.

                Ce n’est sans doute pas un problème de moyens, mais simplement de bonne utilisation des moyens donnés.

                 

                En effet, il est évident que si ces moyens peuvent suffire pour la population française, ils sont insuffisants s’il s’agit de traiter le monde entier !

                 

                Et que propose notre sécu, dont on déplore souvent le trou financier ?

                Elle propose de soigner le monde entier, elle l’écrit sur son site

                 

                https://www.ameli.fr/assure/droits-demarches/situations-particulieres/situation-irreguliere-ame

                 

                il suffit de rester 3 mois en France en situation irrégulière (métropole et Dom/Tom inclus, hors Mayotte) pour être soigné « à l’œil », sans avoir jamais cotisé avec le moindre euro.

                 

                 

                C’est une offre tellement séduisante que bien évident … elle séduit !

                Ce sont nos parlementaires qui le constatent !

                 

                https://www.marianne.net/societe/sante/en-france-nous-faisons-face-a-des-filieres-dimmigration-irreguliere-a-des-fins-medicales

                 

                 

                Ceux qui ont l’occasion de tourner dans les hôpitaux peuvent facilement constater qu’un fort pourcentage de patients n’est manifestement pas d’origine bretonne, alsacienne ou basque (ou toute autre région métropolitaine de votre choix).

                CQFD. « La France devient un pays du tiers-monde en matière de santé »


                 

                Ceux qui ont cotisé toute leur vie, et qui hésite face aux coûts résiduels de certains soins, apprécieront cette situation.

                Et ne ralez pas si vos cotisations sécu et mutuelle augmentent (en plus des impôts), c’est cher de soigner le monde entier …

                 


              • christophe nicolas christophe nicolas 29 juin 13:38

                Les maîtres à penser des profs, au sommet de la pyramide, ont déraillé, le pouvoir tente bien de le cacher mais les maçons et les coiffeuses sont des pipelettes... :)


                • LCI/BOUYGUES :Ukraine miam-miam les Chantiers !! SAVING-Private-ASSANGE 29 juin 13:42

                  Y’a qu’à les remplacer par des parents récalcitrants... au moins, ils pourront justifier les indemnités qu’ils cumulent aux frais de la Princesse !


                  • zygzornifle zygzornifle 29 juin 13:54

                    Déjà faut les faire revenir d’arrêt maladie ....


                    • LCI/BOUYGUES :Ukraine miam-miam les Chantiers !! SAVING-Private-ASSANGE 29 juin 14:06

                      @zygzornifle
                      Déjà faut les faire revenir

                      Mets toi à la place de Samuel Patty...


                    • mac 29 juin 14:09

                      @zygzornifle
                      Grace à vous on sait que l’on va faire avancer le schmilblik...
                      Le taux d’absentéisme des professeurs est en dessous de beaucoup d’autres professions, ce sont les chiffres officiels qui le disent. Seulement un prof qui 30 élèves dans un collège de cité, quand il n’est pas là, ça se voit, il n’a pas souvent l’occasion d’aller faire la sieste dans son bureau...


                    • tashrin 29 juin 14:14

                      @mac
                      Laissez, c’est ideologique et vousncherchez à argumenter
                      Peine perdue
                      Les memes qui vont chier sur les profs à longueur de temps en étant incapables d’en faire le quart de la moitié viennent ensuite se plaindre ici :)
                      A ce stade, faut juste apprécier le spectacle


                    • Albert123 29 juin 17:09

                      @zygzornifle

                      « Déjà faut les faire revenir d’arrêt maladie .... »

                      vu les réactions outrées à l’encontre de cette piquounette sarcastique, m’est avis que vous venez de toucher la Vérité du bout des doigts.

                      une Vérité bien difficile à assumer quand on se prétend humaniste mais que finalement mettre au pilori quelques soignants et appliquer un peu de ségrégation, on trouve finalement ça pas trop cher payé pour rester à la maison en étant rémunéré à rien foutre.
                       

                       


                    • zygzornifle zygzornifle 30 juin 08:33

                      @Albert123

                      on trouve finalement ça pas trop cher payé pour rester à la maison en étant rémunéré à rien foutre.

                      Comme « un chance pour la France » ? 


                    • velosolex velosolex 29 juin 14:03

                      Pénurie de profs, pénuries de soignants, de personnel de restauration, de rouiters, d’ouvriers en bâtiment, de saisonniers pour les travaux agricole, et d’hotellerie. On manque aussi d’ingénieurs, de soudeurs, etc....

                      . Par contre, les chiffres sont rassurants au niveau du personnel politique, et pour les intermitents du spectacle. Deux métiers il est vrai dont les différences ne sont pas évidences. 


                      • LCI/BOUYGUES :Ukraine miam-miam les Chantiers !! SAVING-Private-ASSANGE 30 juin 14:56

                        @velosolex
                        Oh qu’est-ce qu’il t’arrive ?
                        T’a débranché le moteur pour pédaler ,
                         smiley


                      • LCI/BOUYGUES :Ukraine miam-miam les Chantiers !! SAVING-Private-ASSANGE 29 juin 14:13

                        Ben les amis, c’est ça la France qu’ils veulent, les Français bien sûr !

                        Zemmour s’est même excusé d’avoir été trop « brutal »... c’est dire l’appétence à la démagogie de notre électorat.

                        Le Rozbif a une belle expression tombée en désuétude :

                        « Spare the rod and spoil the child ! »

                        Qu’on le veuille ou non, les bonnes vieilles méthodes ont plus de recul que les affabulations débridées de nos éducateurs « révolutionnaires »... Surtout oui surtout quand on accueille chaque année, des centaines de milliers de réfugiés d’un monde traditionnel qui ne coupe pas les cheveux en 4 !

                        Le Monde sera ce que VOUS en ferez !

                        Vous êtes les seuls responsables de votre destin !


                        • mmbbb 29 juin 14:52

                          @SAVING-Private-ASSANGE Dans les classes à forte mixité sociale , cela devient ingérable .
                          Le ministre de l EDUC , le nouveau , celui qui nous les brisent à avec le racisme , l exclusion , les quartiers en difficulté a mis ses mioches dans le privé.
                          Que ce pays devienne un vrai bordel , les francais ont le résultat de leur choix politique .


                        • LCI/BOUYGUES :Ukraine miam-miam les Chantiers !! SAVING-Private-ASSANGE 30 juin 14:52

                          @mmbbb

                          Quand je suis arrivé à Alger avec 450 coopérants du Sup, le Ministère de l’Educ Nat avait attribué aux célibataires des logements provisoires dans les R.U...
                          le temps de regrouper les célibataires par 2, 3 ou 4 dans tes Type 2, 3 ou 4 !
                          Lorsque des étudiants se sont plaint de notre présence dans leurs Résidences, il leur a été répondu que pour 1 coopérant, le gouvernement était prêt à sacrifier 1000 étudiants !!!
                          Dans ces conditions, « tu » te sens moins gêné devant tes élèves....
                          Mais, ça !... C’est à Alger !!!
                           les Associations indigénistes de France devraient le proclamer haut et fort : l’Algérie c’est autrement mieux que cette France bordélique où les profs ne sont pas respectés !
                          n’est-il pas ???
                           smiley smiley


                        • Plus les jour passent , et ce dans tous les domaines nous nous approchons du fond du trou.


                          Pour sortir de cette inéluctable et néfaste direction il nous reste cet homme pour reprendre la situation en main : source.


                          @+ [email protected]


                          • Olivier 1er juillet 11:15

                            L’éducation nationale subit comme le reste de la société française un interminable naufrage, sous les coups conjoints de plusieurs influences :

                            1. le gauchisme libertaire, qui a fait de l’école

                              depuis des décennies le champ d’expérimentation d’élucubrations idéologiques diverses et variées, dont les dernières frisent la pathologie mentale, style « wokisme » et « théorie du genre » ; 

                            2. l’islamisation, qui bénéficie d’une complaisance extrême de la part des autorités qui ne veulent surtout pas remettre en cause l’immigration de remplacement. A quand des classes séparées avec cours donnés par des Imams dans les lycées pour les élèves musulmans ?
                            3. Le sabotage larvé des élites politiques, gagnées au mondialisme et aux manipulations sociétales, qui voient dans la destruction de l’éducation un moyen de plus de « déconstruction » de la nation. La baisse du niveau participe de ce mouvement (on doit apprendre à écrire correctement à des gens admis à l’université !)

                            Je ne pense pas qu’il y ait dans la société une volonté réelle de s’opposer à tous ces phénomènes. Les gens qui dénoncent les conséquences sont trop attachés aux causes pour être crédible. 

                            Bref le bateau va continuer à couler normalement...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité