• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Peuple ou populace ?

Peuple ou populace ?

 Mauvais, Moyen, Bon, Très bon, Excellent : en un clic on attribue des étoiles. En allant au restaurant, en lisant un livre, en empruntant des transports en commun, en ayant une nouvelle relation amoureuse, il est possible de ‘noter’ l’interlocuteur, l’institution, le service.

JPEG

 Je considère personnellement que le meilleur film jamais tourné est ‘Vol au-dessus d’un nid de coucou’ de Milos Forman en 1976. Les avis officiels sont compatibles avec mon opinion : 5/5 pour la presse (Cahiers du cinéma, l’Humanité, Télérama…) presque autant pour la moyenne des 34 942 notes de spectateurs ‘ordinaires’.

 Conforté par le fait que mon avis personnel semblait avoir une corrélation avec celui exprimé par l’ensemble des spectateurs, je me suis souvenu du plus mauvais des films que j’avais subi, une ‘comédie dramatique’ réalisé par un français en 2005. Les évaluations étaient conformes à mon impression : 3,2 pour la presse, 2,8 pour les spectateurs. Il y avait cependant une grande dispersion dans les journaux, L’Express étant très réservé quant au film, Télérama l’appréciant beaucoup.

 Les Misérables, Satyricon, La Strada, West Side Story… conduisent eux aussi à d’excellentes notes (sans égaler celles de ‘Vol au-dessus d’un nid de coucou’). Les plus mauvais films ont tendance à un peu plus se fondre eux parmi les autres les rendant plus difficilement distinguables, les ‘très pires’ cachant les ‘moins pires’. Les avis moyennés des foules de téléspectateurs sont plutôt bon enfant mais ils permettent de distinguer les œuvres hors du commun.

 Qu’en est-il de la reconnaissance par les pairs ? Le film de Milos Forman a été classé 16ième meilleur film de tous les temps avec une note de 8,7/10. L'Institut du Film Américain l'a nommé 20e plus grand film américain de l'histoire. Il a reçu six trophées au Golden Globes dont celui de meilleur réalisateur, il en fut de même pour les Oscars. Des films sortis en 1976, il réalise la quatrième place avec 4 774 879 entrées en France, à peine moins bien que ‘L’aile ou la cuisse’ de Claude Zidi.

 Mais les gens qui vont voir le film de Forman sont-ils les mêmes que ceux qui assistent à celui de Zidi ?

 Il faut se méfier des échantillons considérés lors des votes. La composition socio-professionnelle des habitués du cinéma, ceux qui votent donc, est loin de refléter la population française. Les étudiants y sont nombreux, les cadres et professions intermédiaires sont largement surreprésentés tandis que les artisans, les ouvriers et les agriculteurs sont très nettement sous-représentés par rapport à la population générale. Les spectateurs assidus sont les plus diplômés, ils sont plutôt jeunes, citadins, aisés et relativement cultivés.

 Le même phénomène se produit lors des élections : les milieux populaires ont tendance à s’abstenir davantage que les cadres supérieurs. Le second tour des élections législatives de 2017, par exemple, a battu un record, avec 57,36% d'abstention. Les jeunes de 18-34 ans votent très peu, presque deux fois moins que les plus de 70 ans. Les ouvriers s’abstiennent massivement (70%), tout comme les employés. Finalement ceux qui ne gagnent guère plus que 1000€ participent peu aux élections. Les ouvriers et les employés représentent près de la moitié du corps électoral, c’est cette moitié qui participe le moins aux joutes politiques.

 Un type d’élection engendre donc largement la sociologie des personnes participant à cette élection. Une ‘votation’ sans tri des votants peut donner des résultats proches de ceux que donnerait une notation par des connaisseurs ou des experts mais elle ne peut pas refléter l’opinion de l’ensemble de la population car seule une partie de celle-ci participe au vote, et cette partie n’est pas représentative de l’ensemble.

 Admettons qu’une foule sache reconnaître son beau et son vrai, peut-elle dire ses raisons ? Un bon vin, un film enchanteur, un grand Homme politique se reconnaissent dès la première gorgée, dès les premières images, dès la première décision. ‘On’ est certain que l’on a trouvé le grand, le rare, ce qui convient. Mais ‘on’ ne sait généralement pas l’exprimer ! S’imagine-t-on que le Syrah donne une teinte poivrée, le Pinot noir celle de cerise ? Les champ-contrechamps étaient-ils maitrisés ? Quels sont les nuances, les hasards, les nécessités d’une politique ? Il faut passer de l’impression globale au dissécable raisonné pour pouvoir partager ses émotions. Les émotions transmuées en raisons sont confiés à ceux qui peuvent l’exprimer par des mots, des notions, des équations. 

  Amasser les connaissances permet de comprendre (un peu) les ressorts qui sous-tendent chaque chose, mais ceci permet aussi de se forger une arme pour dominer autrui. Le plus érudit, le plus savant, le plus apte à répéter les dires d’illustres penseurs au moment opportun possède tout ce qui est nécessaire pour convaincre, rassembler autour de lui et devenir puissant.

 Les maîtres, les experts, les responsables, les dirigeants utilisent la plupart du temps les mots et leur savoir non pas pour éclairer le peuple mais pour guider la populace.

 La populace c’est le peuple vu par les beaux esprits.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 juillet 09:28

    Ne vous inquiétez pas, avec la mise en place d’un « crédit social » à la chinoise via le traçage sous un prétexte sanitaire,c’est la « populace » qui va se voir attribuer des étoiles, et les « mauvais » auront du souci à se faire.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 juillet 09:42

      @Séraphin Lampion
      Exact.


    • Francis JL 17 juillet 10:06

      Cette société du crédit social comme le fait opportunément remarquer SL ci-dessus, c’est typiquement celle que décrit Alain Damasio, dans « La zone du dehors »
       
       Les gens croient que cette société du Big Data les protège et comme « ils n’ont rien à cacher » ils s’en fichent.
       
       D’ailleurs, que feraient les espionneurs de toutes ces données, pensent-ils ? C’est le syndrome de « La Noël des dindes » qui pensent : « Rien à craindre, l’éleveur n’a pas assez d’appétit pour nous manger toutes le même soir »
       
       De fait, toutes ces données récoltées permettront aux tenanciers de trouver la personne, le professionnel, le spécialiste, le malfrat, le terroriste, le bouc émissaire, la victime ad’hoc dont ils auront besoin au moment ou ils en auront besoin.
       
      Et c’est ainsi que nous devenons tous à notre insu, des « agents dormants » du Système.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 juillet 11:34

        @JL
        À notre insu, peut-être pas, mais nous devenons bien les dindons de la farce.


      • Francis JL 17 juillet 12:00

        @Jacques-Robert SIMON
         
         ’’nous devenons bien les dindons de la farce.’’
         
        Ça nous l’avons toujours été.


      • cevennevive cevennevive 17 juillet 10:14

        Bonjour,

        Le plus mauvais film que j’ai vu, c’est « Vénus Beauté ». Ce film a eu un César du meilleur film féminin...

        Depuis, je n’aime plus le cinéma.

        Quant aux étoiles et aux appréciations de la « populace », bien des gens regardent ces résultats avant de voter eux-mêmes !

        C’est n’importe quoi.

        J’ai même un exemple tout récent d’un groupe ayant loué une villa dans les environs. Ils ont mis une très mauvaise appréciation sur internet après leur séjour afin que le propriétaire, soucieux de garder ses étoiles, leur rembourse une partie du séjour !!!!


        • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 17 juillet 10:42

          @cevennevive
          j’ai mis des étoiles de mer sur ton post
          j’espère que ça gratte pas trop ... smiley


        • cevennevive cevennevive 17 juillet 10:49

          @Slipenfer 1er, salut !
           Merci !
          Moi, je n’ai pas « de slip en fer », mais les étoiles ne me grattent pas.

          Ce qui me ferait « gratter » fort, ce serait une puce sous ma peau pour confirmer que je suis « vaccinée » contre ceci ou cela (virus ou idées subversives bien sûr).

          Il faudra dans l’avenir toujours se justifier de quelque chose auprès de la doxa. Je
          déteste cela !


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 juillet 10:53

          @cevennevive

          Un autre effet pervers des « fiches d’appréciations » est la complaisance et l’adaptation au niveau « majoritaire » plutôt que la recherche d’une « élévation du niveau ».
          Jean-Christophe Averty disait que l’audimat était comme l’eau et coulait toujours vers le bas.


        • amiaplacidus amiaplacidus 17 juillet 11:02

          @cevennevive
          Pour moi, le plus beau film que j’aie vu, c’est « L’Île nue » de Kaneto Shindõ.

          Et pourtant, il ne se passe rien, pas de dialogue, mais la vie quotidienne, le dur labeur, les peines, les quelques joies et la noblesse des petites gens, ceux que Macron qualifie de « rien », mais qui ont infiniment plus de grandeur que l’énarque Macron.


        • Fergus Fergus 17 juillet 11:31

          Bonjour, amiaplacidus

          Quant à moi, je serais incapable de dire quel est le plus beauf film tant il y en a d’excellents, et parfois de géniaux, dans des genres très différents. qui ne peuvent donner lieu à comparaison.

          Or coïncidence , il se trouve que je repensais ce matin avec une certaine émotion à cet opus de Paul Newman : L’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites. Un film magnifique que je classe sans hésiter dans mon panthéon tant il est chargé d’une profonde humanité.


        • @amiaplacidus
           Eh oui, l’île nue", elle habille votre coeur longtemps après. Et pourtant je l’ai vu pour la première fois à 14 ans. 


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 juillet 11:40

          @cevennevive
          Le film est très bien noté par la presse et très mal par les spectateurs. Vous notez aussi des effets moutonniers qui existent bien. Quant aux arnaques, elles sont légions.


        • Fergus Fergus 17 juillet 11:54

          @ Jacques-Robert SIMON

          En réalité, ce n’est pas toujours l’« effet moutonnier » qui est en cause sur les notes négatives de certains films. Il arrive en effet que des spectateurs se trompent de genre en allant voir un film qui n’est pas en rapport avec leurs goûts. Cela tient parfois au titre, parfois à une bande-annonce trompeuse. 


        • Francis JL 17 juillet 12:05

          @Fergus
           
           si ça c’est pas du trollage ...


        • @cevennevive Je me souviens d’une note négative concernant un vendeur de livres sur eBay : je n’ai pas aimé le livre,.....une étoile,...


        • Fergus Fergus 17 juillet 16:40

          Bonjour, JL

           ???


        • Le421 Le421 18 juillet 14:32

          @cevennevive
          Parlant de notations, j’ai été dans un « piège à cons » près de Gaillac, noté « fabuleux » par booking.com, pour ne pas citer.
          J’ai écrit en toute honnêteté un commentaire au vitriol sur ce piège, d’ailleurs, nous avons quitté les lieux en avance tellement c’était sordide et sale.
          Mes appréciations ont été caviardées et ont même rapidement disparu du site.
          Comme quoi...
          Le modernisme inutile ou le revers de la médaille !!


        • Laconique Laconique 17 juillet 10:33

          I just don’t get the point of this article. The more eloquent people rule, what’s new in this ? You scientists, you always seem to discover banalities. You always lack humanist culture. I don’t know, read Plutarch, Bossuet, Tocqueville, for chrissake.


          • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 17 juillet 10:45

            @Laconique
            j’ai traduis en Allemand pour ceuzze qui cause l’ angland
            -
            Ich verstehe nur nicht den Sinn dieses Artikels. Je eloquenter die Leute entscheiden, was ist neu in diesem ? Sie Wissenschaftler scheinen immer Banalitäten zu entdecken, Ihnen fehlt immer die humanistische Kultur. Ich weiß nicht, lies Plutarch, Bossuet, Tocqueville, verdammt.


          • Laconique Laconique 17 juillet 10:47

            @Slipenfer 1er

            Danke.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 juillet 10:57

            @Slipenfer 1er

            en arabe :
            أنا لا أتعرف على المغزى من هذه المقالة. ولكن ما الجديد في هذا هو حكم الناس الأكثر فصاحة؟ يبدو أنك عالمات، أنك تكتشف دائمًا جوانب غير عادية. لا تفتقد الثقافة الإنسانية. لا أدري، اقرأ بلوتارك، بوسويت، توكفيل، من أجل


          • amiaplacidus amiaplacidus 17 juillet 11:17

            @Laconique
            Tôi chỉ không hiểu điểm của bài viết này. Những người hùng hồn nhất cai quản, có gì mới trong đó ? Các nhà khoa học dường như đang khám phá những điều tầm thường. Bạn vẫn thiếu văn hóa nhân văn. Tôi không biết, đọc Plutarque, Bossuet, Tocqueville, cho chrissake.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 juillet 11:36

            @amiaplacidus

            en sinogramme simplifié :
            明白这篇文章的意思。 人们说的越有说服力,这有什么新变化? 您的科学家,您似乎总是发现平庸。 你总是缺乏人文主义文化。 我不知道,请读


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 juillet 11:41

            @Laconique
            Merci de vos conseils de lecture.


          • Gollum Gollum 17 juillet 12:03

            Et plus prosaïquement en français... smiley

            Je ne comprends tout simplement pas l’intérêt de cet article. Les gens les plus éloquents gouvernent, quoi de neuf là-dedans ? Vous, scientifiques, vous semblez toujours découvrir des banalités. Vous manquez toujours de culture humaniste. Je ne sais pas, lisez Plutarque, Bossuet, Tocqueville, pour l’amour de Dieu..


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 juillet 12:09

            @Gollum
            J’avais compris en anglais, c’est gentil quand même.


          • Gollum Gollum 17 juillet 13:42

            @Jacques-Robert SIMON

            C’était plus pour le fun et allonger la liste des traducteurs qu’autre chose... smiley

            Et taquiner notre Laconique par la même occasion.


          • Tiens, pas plus tard qu’hier, entre amis nous considérions que « Dersou Ouzala » se situait parmi les tout grands films ce qui m’incite à commenter. Je me souviens d’« Amélie Poulain » qui fut boudée par la presse et les « intellos ». Questions d’émotion. Je place « Zazie dans le métro » parmi les chefs-d’oeuvre et sait d’avance que mon commentaire ne va récolter qu’une étoile. Et au fait,...je m’en fous,...il y aurait tant à dire. The right man in the right place. A un moment ce fut Hitler. A un autre : De Gaulle,...Le « Sacre du printemps » fut massacré,...


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 juillet 11:43

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Je ne me souviens pas de Dersou Ouzala, mais ma mémoire s’affaiblit de jour en jour.


            • Fergus Fergus 17 juillet 11:50

              Bonjour, Jacques-Robert SIMON

              Dersou Ouzala est un excellent film, surtout si l’on apprécie les paysages de taïga. Superbement interprété. Les rares réserves portent sur la longueur du film.


            • JC_Lavau JC_Lavau 17 juillet 11:58

              @Fergus. Et la tristesse de la fin. L’inadaptation du sibérien à la ville (de mémoire Arkhanguielsk, à vérifier), et son redépart vers la taïga, où la cataracte et l’âge ont facilement raison de lui.
              Le désespoir de ne pas trouver une seule solution digne.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 juillet 13:51

              @Fergus
              Merci, j’y penserai à la Médiathèque.


            • Fergus Fergus 17 juillet 11:45

              Bonjour, Mélusine

              Très beau film, Amélie Poulain : malgré un scénario assez superficiel, une sorte d’accord parfait entre les images de Jeunet et la musique de Tiersen, sur fond de poésie et d’une nostalgie de bon aloi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité