• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Phobos, une lune venue d’ailleurs. Ou pas

Phobos, une lune venue d’ailleurs. Ou pas

Dans les années 90 j’étais un grand fan de SF et et j’avais lu la série The Way dont le premier tome était Eon. Cette histoire se passe en 2005, et apparaît soudainement dans le ciel terrestre un grand astéroïde qui se met en orbite autour de la Terre, elle-même menacée de guerre nucléaire entre les USA et l’URSS (ayant écrit l’histoire en 1985, Bear n’avait pas prévu la chute de l’URSS). Bien entendu une mission terrestre s’envole vers l’astéroïde et arrive même à y pénétrer, découvrant alors qu’il est creux à l’intérieur et recèle les vestiges d’une immense cité.

Je n’en dirais pas plus pour ceux et celles qui voudraient lire ce livre, mais il introduit bien le sujet de la lune martienne Phobos qui joui de certaines caractéristiques dignes de Eon.

1) La question de la composition

Phobos mesure 27 x 22 x 19 km et ressemble à une gigantesque patate comme on peut en trouver partout dans notre coin de galaxie, mais sa première caractéristique est d’avoir une densité très faible (1,87 g/cm3), bien plus faible que la roche (2,7 à 3,3 g/cm3). Des scientifiques de l’Observatoire Royal de Belgique ont tenté de modéliser la structure interne de Phobos en utilisant les toutes dernières informations en provenance de Mars Express. Leur conclusion est que Phobos a une porosité de l’ordre de 30% (les études antérieures se basaient sur 10%) et donc que cette lune est constituée en partie de roches et contient vraisemblablement de grands espaces vides. Voici le lien vers l’abstract de cette étude, de mai 2010. Des photos prises par la sonde Mars Global Surveyor indiquent que la surface Phobos est composée d’une couche de régolithe, provenant sans doute d’impacts avec d’autres astéroïdes, mais on ne sait pas expliquer comment ce régolithe pourrait adhérer à Phobos vu sa faible gravité.

2) La question de l’origine

Il y a deux origines possibles pour les lunes gravitant autour de planètes : des objets venant d’ailleurs et capturés par le champ gravitationnel de la planète, ou un débris de cette même planète éjecté suite à une collision. On connait d’autres astéroïde avec la même densité que Phobos, et donc il était supposé que Phobos est un ex-astéroïde, capturé par Mars et ainsi promu au statut de lune. Mais, le même article indique clairement qu’au vu des dernières informations disponibles, l’option “capture” n’est pas défendable. Il faudrait donc que Phobos soit un éjecta de Mars, un tas de roches qui se serait reconstitué sous sa propre gravité en un gruyère volant. Ce qui suppose aussi, me semble-t-il, que les roches constituantes soient toutes à peu près de la même taille sinon elles se seraient placées sur des orbites différentes. Mais.

3) La question de l’orbite

Phobos se trouve en orbite au niveau de l’équateur de Mars, ce qui est très surprenant. En effet, qu’il s’agisse d’une capture ou d’un éjecta, la probabilité que l’orbite finale se situe pile sur l’équateur est plutôt faible, et les chercheurs ne s’expliquent pas ce phénomène. Voir par exemple cet article de l’ESA. De plus il est très proche de la surface de Mars (la lune connue la plus proche de sa planète, à seulement 6000 km) et tourne plus vite que la rotation martienne, tel un satellite traversant le ciel en quelques heures. Cette vitesse de rotation associée aux effets de marées importants (vu la proximité avec Mars) doivent un jour mener à la dislocation de Phobos, mais pas avant 11 millions d’années selon Wikipédia.

La question de l’origine des roches de Phobos aurait pu être réglée par la mission russe Phobos-Grunt, lancée en novembre 2011, qui devait faire contact avec Phobos et ramener des échantillons. Malheureusement ce fut un raté, la sonde s’abîmant dans le Pacifique peu de temps après son lancement.

________________________________________________

Précisions du Prof Rosenblatt, directeur de l’étude sur la composition de Phobos, à qui j’ai posé la question suivante :

M’intéressant à la structure de Phobos dans le cadre de l’écriture d’un article, j’ai lu deux abstracts de votre part, « Inhomogeneous mass distribution inside Phobos » et « Precise mass distribution and the nature of Phobos  », dans lequel vous indiquez que « the interior of Phobos likely contains large voids ». Par « voids » entendez-vous du vide, ou de l’espace rempli de glace – comme on le devine dans l’image 3D du premier article ?

Vous dites également “these results are inconsistent with the proposition that Phobos is a captured asteroid”. S’il n’est pas capturé, quelles sont les autres possibilités ?

Réponse :

Par “voids” j’entends des espaces de vide. Leur taille exacte et leur distribution n’est pas accessible avec la seule densité moyenne. Mais l’idée est que l’intérieur de Phobos serait constituée de blocs “posés” les uns sur les autres et qui tiennent ensemble par la gravité propre du corps. Comme les blocs sont irréguliers, il y a des espaces de vide qui se forment entre eux. C’est ce qu’on entend par “voids”. Une telle structure a également été proposée pour d’autres corps du système solaire comme les astéroïdes de petites tailles (similaire à celle de Phobos) et certaines petites lunes de Saturne. En ce qui concerne Phobos, la présence possible de ces espaces de vide a été interprétée comme une formation par accrétion de ces blocs les uns aux autres, en orbite autour de Mars. Ceci constitue un scénario, encore à l’étude aujourd’hui, alternatif au scénario de capture.

Le scénario de capture, tant qu’à lui, propose que Phobos est un astéroïde formé à l’orbite de Jupiter et ensuite capturé par l’attraction gravitationnelle de Mars à la suite d’un changement de son orbite initiale. Si tel est le cas, on peut s’attendre à une teneur significative en élément volatile dans Phobos, tel que la glace. Au contraire une formation de Phobos au voisinage de l’orbite de Mars exclut la présence de glace d’eau (car l’orbite de Mars est déjà trop proche du soleil pour que la glace d’eau puisse se mêler aux roches lors de l’accrétion des corps à cette distance là du soleil). La présence ou non d’éléments volatiles dans Phobos est donc un test des scénarios de formation. C’est pour cela que nous avons développé des modèles d’intérieur de Phobos à l’observatoire. C’est un sujet de recherche encore en cours.
D’autres tests des scénarios de formation de Phobos existent, et en premier lieu, un retour d’échantillon de sa surface. C’était l’objectif de la mission Russe Phobos-Soil qui a hélas échouée au lancement en novembre 2011.
Toutefois, un tel objectif scientifique intéresse toujours les grandes agences spatiales telles que, l’agence Russe (Roscosmos) et l’agence spatiale européenne (ESA). Nul doute qu’une telle mission verra le jour dans les 10 prochaines années.
_______________________________________________

Le mystère demeure donc entier. Et je sens que je vais relire Eon…


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Cocasse Cocasse 28 janvier 2013 12:41

    Oui, mais dans le roman « Eon », le grand intérêt de l’histoire était pour moi la découverte d’un tunnel infini à l’intérieur du planétoïde. Le reste de l’histoire ne m’est pas resté, d’ailleurs je n’étais pas allé au bout de la lecture des autres tomes.


    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 28 janvier 2013 14:34

      Ben oui mais bon, faut pas dévoiler... :)



    • soi même 28 janvier 2013 12:52

      L’ignorance est le meilleur terreau pour la fécondité du fantastique.
      je reste sur ma faim, cela manque de sérieux toute cette affaire.

      .


      • Pyrathome Pyrathome 28 janvier 2013 14:31

        Bonjour Vincent,

        Toutes ces questions peuvent aussi être posées sur notre lune ( orbite, densité, révolution.....Officiellement, notre lune serait une capture après percussion de la terre....

        Ce qui est intéressant sur Phobos, ce sont les quelques images à haute résolution dont on dispose, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la « régolite » peut prendre des formes étranges....

        http://www.google.fr/search?hl=fr&q=phobos+monolithe&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.&bvm=bv.41524429,d.d2k&biw=1638&bih=813&um=1&ie=UTF-8&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&ei=_XoGUe_FDM2FhQevo4CgBA

        Et les déclarations d’un Buzz Aldrin ne le sont pas moins....

        http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1204254/Has-mystery-Mars-Monolith-solved.html

        http://www.youtube.com/watch?v=c1Sbaerwyho

        .


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 janvier 2013 00:29

          Ah, cela manquait, l’avis d’un conspi ici.


          Franchement, quoi d’extraordinaire de trouver un caillou (même gros) sur un satellite ?

        • 1984 29 janvier 2013 18:14

          Ouaip on avait pas besoin de l’avis d’un con par contre !


        • Pyrathome Pyrathome 29 janvier 2013 19:41

          Pauvre gros nounours mal léché, tu seras toujours un insignifiant.......


        • LEELOO Shawford42 29 janvier 2013 19:44

          Et surtout pas d’enquête, et le premier qui finance la sonde pour y’aller, c’est un conspirationniste, nah ! smiley


        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 28 janvier 2013 14:42

          Bon, il y a des volontaires pour aller voir ? Je pense que Renault fait actuellement des bons prix sur l’espace.... :)


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 28 janvier 2013 15:02

            Phobos .......Il est inaccéptale au XXI siècle qu’une lune d’extrème droite ,et qui s’en revendique par son nom ,soit encore à graviter dans notre système solaire .
            Aussi il est urgent de la pulvériser d’un missile bien pensé !
            Et na !
            Morice .


            • maturin.j 29 janvier 2013 11:37

              bonjour,Aita.

              je pétitionne illico,
              d’autant plus que ce fils d’Ares est suivit par Effroi.
              les Maliens d’extrême religion vont trembler !..


            • Rensk Rensk 29 janvier 2013 14:59

              Signer avec un faux nom... En voulez-vous autant a morice qui n’a pas si tord que ça ?

              Faite une cure, elle vous fera du bien.


            • lulupipistrelle 28 janvier 2013 21:27

              Le plus merveilleux reste que Jonhatan Swift a mentionné ces deux satellites dans Les voyages de Gulliver, 150 ans avant leur découverte astronomique !



              • Deneb Deneb 29 janvier 2013 09:42

                Merci, Vincent, passionnant comme d’habitude.


                • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 29 janvier 2013 10:09

                  Merci à toi !


                • mortelune mortelune 29 janvier 2013 09:59

                  Phobos c’est un peu l’étoile noire de star war. Comme J Swift et les voyages de Gulliver , G Lucas serait-il un autre ’initié’ qui tenterait de nous mettre en garde ou plus simplement de nous informer ? En faisant 2 trilogies il serait un professeur consciencieux et nous de piètres élèves qui n’écoutent rien de la leçon. smiley





                  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 29 janvier 2013 10:07

                    J’imagine qu’avec un pseudo tel le vôtre, l’affaire doit vous passionner ! :)


                  • mortelune mortelune 29 janvier 2013 12:27

                    Oups ! Je suis découverte... Je suis une initiée moi aussi, j’avoue. Je laisse de nombreux messages sur agora pour donner la route à suivre pour que la terre ne devienne pas une planète morte comme l’est notre lune. Mais bof ! Tout le monde s’en fiche. Les lecteurs ne voient que mon doigt et pas ce que je montre. smiley smiley


                  • JL JL 29 janvier 2013 10:28

                    Bonjour Vincent Verschoore,

                    c’est passionnant cette recherche.

                    Vous dire : "... il est très proche de la surface de Mars (la lune connue la plus proche de sa planète, à seulement 6000 km) et tourne plus vite que la rotation martienne, tel un satellite traversant le ciel en quelques heures. Cette vitesse de rotation associée aux effets de marées importants ...’

                    Je connais bien le phénomène des marées sur terre, mais dans la circonstance je ne comprends pas. Qu’entendez vous par là ?


                    • lulupipistrelle 29 janvier 2013 11:11

                      Des marées « terrestres »...une déformation de la croûte sous l’effet d’attraction gravitationnelle. 


                    • Deneb Deneb 29 janvier 2013 11:14

                      Marées « solides », celles qui soulèvent la terre à la place de la mer. Elles nous font imaginer un océan d’eau liquide sur Europa, une lune de Jupiter recouverte de glace.



                    • Deneb Deneb 29 janvier 2013 11:44

                      Chouette, on ne doit craindre que des astéroïdes rouges, alors. Ca en élimine pas mal, j’espère .


                    • JL JL 29 janvier 2013 11:45

                      Merci à vous trois,

                      en effet, je crois me souvenir qu’on évoque aussi des effets de marée au sujet des trous noirs.


                    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 29 janvier 2013 12:02

                      Je ne sais pas si l’idée d’un trou noir soumis à marées a le moindre sens, mais par conte un astre proche d’un trou noir est sans aucun doute soumis à une sacrée, euh, marée noire... !

                      Sûr que ca va pas plaire aux écolos... :)

                    • JL JL 29 janvier 2013 14:33

                      Bonjour V V,

                      ce sujet des marées et des trous noirs nous ramène à une discussion récente.

                      Cordialement


                    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 29 janvier 2013 16:10

                      Tout à fait ! On échappe difficilement à la gravité, même en ligne :)


                    • BlackMatter 29 janvier 2013 12:32

                      Personnellement, je pense que la solution de la capture est quand même la plus raisonnable même si effectivement l’orbite de cette lune est assez remarquable. En ce qui concerne la masse volumique de l’objet, certes, elle est relativement faible mais compatible avec une pierre poreuse.

                      En ce qui concerne une origine du à une collision avec Mars (et donc un éjecta de Mars), je n’y crois pas. Pour envoyer un orbite un objet de 20 km de diamètre, il faut une sacrée énergie. A coté de ça, le météorite responsable de la disparition des dinosaures, c’est du pipi de chat. Mais un tel évènement laisserait quand même d’énorme trace sur la surface de Marc et un cratère gigantesque, qu’on ne voit pas. A moins bien sur que cette collision est eu lieu au début de l’histoire de la planète, qui ressemblait à l’époque beaucoup à la Terre. Mais alors, on serait à un moment particulier de cette lune, puisqu’elle sera vraisemblablement détruite dans 11 millions d’années. Cela voudrait dire puisque Phobos s’approche petit à petit de Mars, que cette collision survenu il y a 4 milliards d’années aurait éjecté de la matière jusqu’à 72 000 km d’altitude. Possible mais j’ai du mal à y croire. A titre de comparaison, la Lune s’est formé à moins de 50 000 km de la Terre lors de la collision avec Théia.

                      • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 29 janvier 2013 14:17

                        @Blackmatter


                        La notion d’un cataclysme sur Mars n’est pas récente, et cet une explication pour son asymétrie. Un tel évènement aurait pu projeter suffisamment de matière assez loin pour former Phobos, à mon avis.


                      • BlackMatter 29 janvier 2013 15:18

                        Merci pour le lien, intéressant.

                        Néanmoins, si Mars avait été frappé par un météorite de 2000 km de diamètre (c’est vraiment énorme) alors la taille de Phobos me parait bien petite. Je veux bien croire que lors de l’épisode du grand bombardement tardif causé par la migration des planètes gazeuses vers leur emplacement final de tels objets ont pu frappé Mars. Dans ce cas, il devrait y avoir eu autour de la planète des anneaux. Que sont il devenus ? Soit ils se seraient accrétés pour former une lune (comme cela s’est passé pour notre lune) mais dans ce cas, Phobos est beaucoup trop petit. Soit les blocs sont retombés sur Mars (mais alors pourquoi plus un hémisphère qu’un autre ?), soit ils ont échappés à la gravité martienne et il ne resterait que deux blocs. Je n’ai pas les compétences pour trancher mais bon. Faudrait alors à ce moment là essayer de dater Phobos avec précision (date t il réellement du grand bombardement) et surtout analyser sa géologie (sa composition est elle similaire à celle de la croûte de Mars). Pour l’instant, je crois que l’on manque d’élément.

                      • Rensk Rensk 29 janvier 2013 15:20

                        Il ne faudrait pas oublier qu’on avait découvert 9’067 astéroïdes en 1980 et 553’087 en 2011...

                        3 minutes 29 pour voir l’effet de ces découvertes...
                        http://www.youtube.com/watch?annotation_id=annotation_79355&feature=iv&src_vid=S_d-gs0WoUw&v=ONUSP23cmAE


                      • Rensk Rensk 29 janvier 2013 14:55

                        En point 1... si j’ose... - on ne sait pas expliquer comment ce régolithe pourrait adhérer à Phobos vu sa faible gravité.

                        Le régolithe est, contrairement à la poussière terrestre, fortement chargé par le rayonnement solaire (puisqu’il n’y a pas d’atmosphère). De fait, cette poussière lunaire colle énormément aux combinaisons spatiales, et les astronautes des missions Apollo eurent bien du mal à s’en débarrasser.


                        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 29 janvier 2013 15:16

                          @Remsk


                          D’accord, mais Phobos est chargé de la même manière, étant lui aussi exposé au même rayonnement. 

                        • Rensk Rensk 29 janvier 2013 15:23

                          On a pas du « se comprendre »...

                          Non seulement l’accent semble faire des difficultés mais la manière d’écrire semble elle aussi ne pas être comprise a Paris smiley


                        • BlackMatter 29 janvier 2013 15:32

                          Je ne pense pas que cette charge serait uniquement lié à l’absence d’atmosphère mais aussi à l’absence de champ magnétique qui détourne ce rayonnement. Malheureusement, Mars s’est refroidi trop vite. Si elle avait été un poil plus grosse, ce serait sans doute aujourd’hui une planète accueillante et propice à la vie. Mars est une terre avortée.


                        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 29 janvier 2013 15:43

                          « Malheureusement, Mars s’est refroidi trop vite. »


                          Ben flûte, Venus aurait pu faire un effort !

                          Et je rigolithe à peine, pour ceux et celles qui ont entendu parler de Mondes en Collision, de Velikovsky... http://fr.wikipedia.org/wiki/Immanuel_Velikovsky

                        • BlackMatter 29 janvier 2013 17:51

                          Quand je parle de refroidissement, je parle du refroidissement du noyau bien entendu.

                          Vénus a encore un noyau chaud et un champ magnétique (faible mais existant) au contraire de Mars. En plus la gravité sur Vénus est beaucoup plus forte. L’atmosphère n’a donc pas été balayé comme sur Mars. Si Phobos était un satellite de la Terre, il se situerait sans doute sous la ceinture de Van Allen (suivant la latitude) est donc protégé du rayonnement solaire.

                        • Pelletier Jean Pelletier Jean 29 janvier 2013 17:23

                          @L’auteur,

                          merci de nous permettre de nous évader et de rêver un peu, nous n’avons que guère l’occasion.

                          je ne connaissais pas le livre, je vais m’y prècipiter.
                          Merci, encore une fois.

                          http://jmpelletier52.over-blog.com/ 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès