• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pince Sans Rire

Pince Sans Rire

L’humour anglais, tout le monde connaît. Trois hommes dans un bateau (absurdité du quotidien) ; la vie de Brian (satire) ; Trainspotting (auto-dérision)... Le Britiche de bonne famille apprend ou apprenait dès l’enfance à comprimer en lui ses sentiments, éviter de s’expliquer et ne jamais se plaindre. Comme la vapeur, l’émotion qu’il ressent envers et contre tout ou tous s’échappe donc en musique par un goulot de cocotte-minute, légère, sifflotante et brûlante, sous forme d’humour dévastateur.

À l’origine assez cruel mais de forme distinguée, lapidaire à l’occasion, jouant avec subtilité, à l’instar du français, sur les ambiguïtés, le sens et la sonorité des mots, créateur de néologismes, cet humour s’est pas mal dévoyé depuis plusieurs décades. C’est dû à l’influence irrespectueuse, irreligieuse − mais superstitieuse − de puissances plus ou moins occultes, plus ou moins britanniques, sévissant en Occident , et dû aussi au relâchement généralisé. Relâchement qui n’a rien à voir avec les mesures satanitaires.

Désormais méchant mais pas nécessairement drôle, l’humour prétendu anglais – et pourquoi pas français − use et abuse du sarcasme, de l’insulte, des sujets tabou enracinés, se moquant du monde (un peu), et surtout des Britanniques à tout bout de champ, de leurs vaches sacrées bien sûr, à savoir

 l’ancienne aristocratie, la famille royale, supposées collet monté mais surtout dépensières et dévergondées.

 

Se gausser des riches de l’ancienne aristocratie, pourquoi pas, mais l’actuel humour des îles britanniques − nous y inclurons l’îlot de la City − n’épargne pas, et même cible prioritairement, l’antique prolo de Liverpool. Ce dernier, muté en consommateur de séries télévisées et de matches de foot, se voit représenté plus souvent qu’à son tour comme un citoyen d’Idiocracy au vocabulaire limité, à la pensée embryonnaire, aux émotions primaires téléguidables ; bref un pas grand chose.

Lui, sa gamine jetée en pâture à des violeurs pakis, son fils convié à se transgenrer, son (ex) épouse serveuse de gargote en surpoids et au chômage se sont condamnés à la pique (presque) tout seuls n’est-il pas : la seringue, éternellement brandie où qu’ils aillent, contient une grosse dose de ridicule démoralisant ; et, plus récemment, de la nanoparticule à visée dépopulatoire, en mise conditionnelle sur le marché.

Entre les deux le cœur calanche, mais l’avis du patient est jusqu’à présent superflu. Alors il fait aller ; on va tous crever, de toutes façons ; et puis la vie, c’est pas gai. D’un pas chancelant, il se dirige vers la seringueuse.

 

L’humour british si cher à nos cœurs a donc évolué en humour brital pour ainsi dire, cher à nos corps ; il a depuis longtemps déjà, laissé des cicatrices dans le vaste monde, avec les rictus figés ou masqués qui ne demandaient qu’à sourire.

 

Au grand opéra comique, les Français (frogs) non riches en prennent presque autant pour leur grade que les Anglais. En revanche, les peuplades non blanches du Commonwealth installées au Royaume-Uni bénéficient de l’indulgence humoristique concertée d’un Boris Johnson d’origine mitigée : ces peuplades servent d’huile contre l’humour anglais en version originale, bien trop corrosif.

Le pouvoir, via ses amuseurs, se garde bien, sauf en privé, de persifler les petits et gros ridicules de Commonwealthards pas très clairs. Il verserait plutôt ces derniers fort généreusement dans la vinaigrette. Et là, on ne rigole plus. Des ronds rosés partout dans la sauce en or, avec de petites couronnes à pics maintenant, et toujours plus d’huile de vidange.

 

À propos de couronne, le prince Harry fait une drôle de tête, depuis peu, de même que sa famille anglaise, alors que sa duchesse de Sussex de moitié ne cesse de s’esclaffer sur papier glacé, fuyant les Îles de la Pluie qui Tombe, puis le Canada, tout comme une boat people. Elle a peur de la méchanceté, elle veut des gardes du corps, et elle en obtient ; mais à ses frais, ont décidé les Canadiens et les Uhessaïens. Diana, sa belle-mère fantôme, avait aussi des gardes du corps ; parfois c’est involontaire.

Il n’est plus très bien habillé, le gentil Harry. Pourtant, il devrait se réjouir de l’arrivée d’un bébé au prénom très lilibête, qu’il ne montre à personne, comme si cette innocente ne faisait pas partie de la pièce : ce n’est pas sa tasse de thé, voilà. À moins que Harry ne craigne pour la vie de ses enfants. Quand on déplaît aux Windsor et surtout à leurs mentors, on peut le payer cher ; pour enfoncer le clou, la pouponne s’appelle aussi Diana, en second.

Harry dans son exil, se prolétarise à vue d’œil, s’habille made in China comme n’importe quel covidé désabusé, oublie ses chaussures et son costard prince de Galles. De l’humour, vous dis-je.

D’ailleurs son père le grand Charles a retiré officiellement au petit-fils Archie toute prétention au trône : il a un prénom beaucoup trop comix, le gamin du rouquin.

À l’arrivée dans son pays natal, Harry s’y trouve en quarantaine, sur prétexte covidâtre, dans une jolie petite maison, noblesse oblige, mais comme un prisonnier de luxe, avec sa cousine. On pense au dernier empereur de Chine, ramené d’exil en URSS dans son pays du soleil levant, pour y être mis à l’ombre et raconter ses mémoires. Ou cracher le morceau.

Là encore, humour anglais, ou peut-être un peu ming sur les bords, tendrement stalinien à la rigueur.

Mais n’allons pas si loin, Harry est mis à l‘isolement, et sa femme ne fut pas invitée, pour éviter les considérations sur le racisme dont elle raffole, dont elle se croit le centre, et qui gonflent à peu près tout le monde chez les non racisés, surtout les Anglais.

Même pas drôle.

Laissant chez les wokes pour un temps sa Meghan, Harry accourt donc officiellement honorer la mémoire de sa mère disparue à Paris dans des circonstances extrêment suspectes en 1997.

A cette occasion, le narratif médiatique déploie des tonnes de pitreries pince sans rire. Princesse des pauvres à peine sortie du Ritz, Diana Spencer aurait péri à cause des paparazzi, elle n’aurait pas mis sa ceinture, son chauffeur aurait fait le zouave du pont de l’Alma, le MI6 veillait sur les freins et la santé de la belle dame tout particulièrement, presque autant que les services hospitaliers français, alors déjà tout dévoués à leurs majestés et mandarins...

Ce ne fut pas spécialement drôle, cette fatale poursuite pour le jeune Harry d’alors. Apparemment, il ne l’a pas digérée. C’était sa mère, l’accidentée.

 

Mauvais karma pour les augustules. L’un reçoit une tape, puis deux. Un autre, semi-orphelin, revient au bercail : on l’isole. Son fiston ne sera pas prince royal. Il doit planquer sa fillette, sait-on jamais. Elle pourrait bien se faire vacciner douze fois : onze d’abord, le shadox1 ensuite. On ne rit pas beaucoup en Californie. Buck Life matters.

Quelque chose est en train de changer au royaume de la covidie. Peut-être la cité interdite, au cœur de Londres, après tout.

Humour anglais, vous dis-je.


Moyenne des avis sur cet article :  2.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 juin 19:20

    Mère Theresa et Diana sont arrivées ensembles devant Saint Pierre. Mère Theresa limite colère demande : Et pourquoi Diana elle a une auréole ? Saint Pierre de répondre : C’est pas une auréole , c’est le volant de la Mercedes !


    • zygzornifle zygzornifle 23 juin 08:03
      CHURCHILL :
      « Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais des contribuables. »

      • lisca lisca 24 juin 10:31

        @zygzornifle
        Sauf qu’il payait de sa personne, de celle de ses marins, et de sa poche aussi !
        Pour un résultat magnifique du point de vue de son époque et son pays, la prospérité des sujets de leurs Majestés les rois d’Espagne, mais surtout la découverte de terres merveilleuses pour la connaissance en général. Des socialistes de ce genre sont demandés à l’accueil.
        Quant à Churchill, il savait où il allait, ce qu’il faisait, et ses contemporains de la ville de Dresde en furent tout spécialement réchauffés ! Mon souvenir à ces derniers, brûlés au phosphore.
        Encore un truc pas drôle, alors que l’été resplendit au grand soleil, et que les choses vont sûrement s’améliorer, dans le sens pince et rire.


      • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 23 juin 08:32

        La dernière fois que je suis allé au zoo de Londres, il n’y avait plus qu’un seul animal : un pitbull !


        • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 23 juin 17:37

          @Séraphin Lampion

          « Brian, do you think I’m a bad mother ?

          - Well, my name is Paul »


        • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 23 juin 17:38

          @Séraphin Lampion

          « I was born in Paris.
          - Which part ?
          - All of me. »



          • popov 23 juin 13:32

            @lisca

            Article bien écrit. C’est plutôt rare.


            • Confucius Confucius 23 juin 13:56

              @popov Avec juste un magnifique anglicisme :
              « cet humour s’est pas mal dévoyé depuis plusieurs décades .. »

              décennies est le mot correct : une décade = 10 jours, une décennie = 10 ans.

              L"anglais emploie (incorrectement du point de vue sémantique) decade pour décennie.

              Pas marrant , l’anglais ...


            • popov 23 juin 14:37

              @Confucius

              C’est vrai, décade, décennie, il faut faire un peu attention.


            • lisca lisca 24 juin 10:08

              @popov
              Merci ! smiley


            • lisca lisca 24 juin 10:13

              @Confucius
              Merci pour la correction. J’avoue avoir hésité, en écrivant « décade ». J’apprends que Larousse tolère désormais le glissement hésitant du sens de « décennie » vers « décade ». Admet leur confusion, donc me dédouane. Mais non ce n’est pas tolérable ! Mea culpa. :/)
              De fait, le sens du paragraphe « décade » de cet article en est modifié, ce qui donne : depuis plusieurs dizaines de jours, les choses empirent. Or que s’est-il passé il y a plusieurs dizaines de jours ? Le forcing sur la vaccination des gamins ; le glissement de l’attestation vaccinale papier (aménageable et corrrectible) vers l’attestation numérique avec QR code, comme au supermarché. C’est pire, admettons, et pas drôle du tout.
              Mais c’est bien de décennies dont il s’agit. Depuis plusieurs dizaines de jours, il y a un peu plus de liberté de mouvement, c’est donc globalement mieux.


            • popov 23 juin 13:41

              JFK : How would you react, if somebody should say « your wife, Lady Dorothy, is a drunk. » ?

              Harold Macmillan : I would reply, « You should have seen her mother ! »


              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 juin 16:55

                L’humour a une histoire qui dépend de l’endroit et du temps.

                Dernièrement, on parlait des 35 ans depuis Coluche et le cactus s’en est mis dans les gencives et les zygomatiques.

                Nous avons la zwanze qui est parfaitement incompréhensible d’un français tout comme l’humour québécois.

                Il faut seulement pouvoir retourner les humours caustiques sur soi-même avec humilité. 

                Le cactus : Le 8-9 : le cactus de Jérôme de Warzée sur Auvio.

                Est-ce qu’on pourrait encore aujourd’hui créer le film « Les Aventures de Rabbi Jacob »


                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 juin 16:59

                  Lors d’un anniversaire de la disparition de Bourvil, j’avais écrit un billet avec le titre « Hommage à un pince avec rire ».
                  Lui au moins riait de ses propre rire dans « La bonne planque ». 


                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 juin 17:24

                  « Deux hommes tous nus », la pièce présentée hier, un modèle du genre. 


                • lisca lisca 24 juin 10:20

                  @Réflexions du Miroir
                  Bourvil me donne de l’urticaire à jouer les imbéciles censés représenter le Français moyen. :-\
                  Qui veut ressembler à cet homme-là je vous le demande !
                  Astérix, c’est pareil. Petit, vantard et doté d’une arrogance qui ne repose que sur une potion magique, bof bof.
                  Le Gaulois était grand, fort, guerrier, artiste, pas une espèce d’avorton assisté d’un obèse. Ou un barde qui chante faux et poétise sans grâce.
                  Ce qui n’empêche pas Goscinny d’être un vrai rigolo. J’aime bien Lucky Luke. Goscinny a su parler des Amerloques mieux que des Français, peuple à faire taire ont dit les BHL

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité