• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Police : Yann Moix a-t-il raison ?

Police : Yann Moix a-t-il raison ?

Yann Moix

En 1953, à la chute de Dien-Bien-Phu, de nombreux enseignants communistes avaient exprimé leur joie devant leurs élèves et moqué l'armée coloniale vaincue. Dans la France d'aujourd'hui, droitisation oblige, un tel comportement entraînerait le renvoi immédiat de l'Éducation Nationale. Depuis la vague d'attentats qui a sévi dans notre pays entre 2015 et 2016, le flic et le soldat sont devenus des icônes sacrées. Le terrorisme entraîne toujours en réaction une montée du sentiment cocardier : on l'a vu aux États-Unis, on le constate en France. Le journaliste Yann Moix en a fait les frais.

Son crime ? Avoir publiquement affirmé que les policiers "chient dans leur froc", "stigmatisent et matraquent la population" et que la police française est "l'une des plus brutales d'Europe". Le ban et l'arrière-ban de la droite est montée au créneau pour dénoncer les propos du journaliste : une pétition a même été lancée pour que Yann Moix soit interdit d'antenne ; détail intéressant, l'un des auteurs de la pétition est un journaliste de "réinformation" qui avait soutenu Éric Zemmour. Et bon nombre de ceux qui, hier, soutenaient Zemmour au nom de la "liberté d'expression" ont signé ladite pétition aujourd'hui. La liberté, c'est pour ceux qui pensent comme nous : les autres n'ont qu'à se taire.

Aux responsables politiques, des syndicats de policiers se sont joints pour protester : Linda Kebbab porte-parole du syndicat SGP a ainsi proposé au journaliste de patrouiller avec les policiers "s'il a plus de couilles que nous" (sic), charmant !

Dans un pays où le bleu flicard est devenu couleur sacrée, Yann Moix a bel et bien commis un sacrilège. Et tant pis si les faits lui donnent raison. En effet, même si aucune statistique officielle n'est publiquement consultable, plusieurs ONG dont Amnesty International affirment que la police française serait la plus brutale d'Europe et userait le plus de violences. Une statistique officielle a néanmoins fuité et permet de confirmer ces allégations : le nombre d'usages d'armes à feu par des policiers a augmenté de 54% entre 2016 et 2017. Alexandre Langlois, porte-parole du syndicat de police Vigi justifiait ces chiffres par la récrudescence des violences faites à la police : une affirmation qui ne tient pas debout, ces violences ayant au contraire diminué et la police étant plébiscitée par 78% de Français qui disent lui faire confiance.

La France a par ailleurs fait l'objet d'une dizaine de condamnations de la part du CEDH depuis 2005 pour des violences policières. Si l'affaire Théo a marqué les esprits, d'autres "bavures" ont eu des issues encore plus tragiques : on se souvient notamment de ce jeune Nantais tué par la police durant l'été au cours d'un banal contrôle d'identité. Autre exemple : la mort du terroriste Khaled Kelkal le 29 septembre 1995, filmée en direct par des journalistes de France 2 dans une scène où l'on entend clairement un gendarme crier à son collègue "Finis-le, finis-le !" alors que le jeune islamiste git par terre, blessé et désarmé. Encore antérieure est la mort de Mesrine, l'ennemi public numéro 1, survenue le 2 novembre 1979, une exécution policière pour laquelle la famille du braqueur n'a toujours pas obtenu les explications qu'elle attend. Il ne nous appartient pas de spéculer si ces personnes méritaient ou non la mort, mais de savoir si la loi a été ou non arbitrairement enfreinte par ceux-là même qui ont fait serment de l'appliquer.

Les ONG et la CEDH ne sont pas les seules à s'émouvoir du nombre croissant de violences policières en France : les Nations Unies ont mis en demeure la France à deux reprises pour un usage "excessif" de la force par ses représentants de l'ordre. Le 15 mai 2016, à Genêve, un dossier d'une centaine de pages avait été lu lors d'une séance plénière du Comité Contre la Torture : étaient notamment fustigés les abus de pouvoir au sein de la police elle-même et les harcèlements envers les femmes policières, les violences faites aux migrants par les forces de l'ordre, le système particulièrement répressif de la garde à vue, les atteintes aux libertés consécutifs à l'état d'urgence alors en vigueur, la surpopulation carcérale et le nombre croissant de décès liés aux violences policières. Puis, en juillet 2017, c'est le Haut Commissariat aux Droits de l'Homme des Nations Unies qui s'était alarmé de la "relative impunité" accordée aux policiers coupables de "bavures" et d' "atteintes répétées à l'intégrité physique ou morale de personnes paupérisées et racialisées". Rien n'a changé depuis, sinon l' "abrogation" de l'état d'urgence. Enfin, "abrogation", c'est vite dit : l'état d'urgence n'est plus mais la quasi-totalité des mesures d'exceptions qu'elle autorisait sont désormais entrées dans le droit commun.

Un état de fait qui contraste largement avec les récriminations cocardières d'un Périco Legasse qui nous expliquait ce soir encore que "la République ne soutient pas sa police" déplorant que l'IGPN soit saisie chaque fois qu'un policier est présumé avoir commis une bavure. Le compagnon de Polony voudrait sans doute une police cowboy à la texane où l'on peut tirer des citoyens comme des lapins, dans la plus totale impunité. Dans les faits, il s'avère que l'IGPN sert plus souvent d'adjuvant que d'inquisiteur à la police : seule une affaire sur dix aboutirait à une mesure disciplinaire et une sur vingt à des mesures judiciaires, selon les ONG.

Car, il ne faut pas oublier que les policiers de l'IGPN sont… des policiers. Bien sûr, nous ne remettons nullement en cause leur intégrité, mais la nature humaine fait que l'on est – consciemment ou non – porté à soutenir, par esprit de corps, ceux avec lesquels on forme un groupe, dont on partage les habitudes, les valeurs et la lourde tâche d'appliquer la loi. Si l'IGPN était – ne serait-ce qu'en partie – composée d'avocats, de magistrats, de personnalités associatives, d'anciens détenus ou de simples observateurs citoyens, il est fort à parier que les résultats des enquêtes pourraient être quelque peu différents. Pour "réconcilier" les citoyens avec leur police, peut-être faut-il que cette dernière cesse d'être un entre-soi nimbé de non-dits, de corporatisme et d'autoritarisme aveugle.


Moyenne des avis sur cet article :  1.63/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 25 septembre 11:09
    J’ai eu quelques fois l’occasion d’avoir affaire à la police / gendarmerie, pour quelques excès de vitesse et, une fois, un feu rouge grillé par inadvertance.

    À chaque fois, j’ai eu affaire à des fonctionnaires corrects et polis. Évidemment, je n’étais pas très heureux d’avoir été épinglé, mais inutile de faire le bravache, j’étais coupable, je devais payer. Je me suis aussi comporté avec politesse, en m’excusant. Cela s’est parfois terminé (par exemple pour le feu rouge) par un : « C’est bon pour cette fois, mais ne recommencez pas ». Dans les autres cas, j’ai évidemment payé la prune.

    Je crois que la grande majorité des policiers / gendarmes sont des professionnels corrects, il y a sans aucun doute des brebis galeuses dans la profession, mais ne pas en faire une généralité.


    • kirios 25 septembre 11:56

      @amiaplacidus

      si les flics n’étaient payé que pour faire leur travail, tout leur travail et rien que leur travail ,nous n’en serions pas là ! il en est de même pour la magistrature .
      lorsqu’on leur met des Benalla ou des Bauer entre les jambes il est évident que le système se grippe , se corromp et perd pîed


    • zelectron zelectron 26 septembre 09:41

      @amiaplacidus


       confondre la police et les donneurs d’ordre : ce sont ces derniers qui mouillent leurs pantalons, Moix est mal renseigné (litote)

    • Dom66 Dom66 30 septembre 16:58

      @amiaplacidus

      Un pays où c’est l’armée (gendarme) qui fait la police dans les campagnes est un pays en voie de dictature.

      Pourquoi c’est que la police a gérer les problèmes des banlieues. Des casernes bourrées de Gardes mobiles gardés juste pour taper sur les ouvriers et infirmières qui manifestent ; Ceux là ont ne les vois pas contrôler les jeunes black

      Tout ces gendarmes si fort, doivent aller au turbin dans les quartiers difficiles, nous verrons.



    • Buzzcocks 25 septembre 11:13

      Pour éponger la crise des subprimes, les états ont fait tourner la planche à billets... argent qui n’a pas servi à améliorer les infrastructures, augmenter les salaires, former les gens, mais est allé dans les poches d’une élite ultra minoritaire qui ne sait pas quoi faire de cet argent sauf le foutre en bourse, ou le prêter à la population qui ne voyant pas son niveau de vie augmentée, bien au contraire, doit emprunter pour se loger, pour étudier (la dette privée US est totalement folle).
      La prochaine crise sera certainement un cataclysme.

      Là, le pauvre type a non seulement emprunté sur 25 ans pour se payer une maison qui ne voudra plus rien, mais il va perdre son petit boulot, et l’état ne lui versera plus rien, l’austérité empêchant les transferts sociaux. Il va donc potentiellement se rebeller.

      Et donc il faut bien des matraques et des tazeurs pour calmer ce petit désordre... et donc il faut se préparer à des états policiers impitoyables. 


      • Julien30 Julien30 25 septembre 12:08

        @Buzzcocks
        « états policiers impitoyables. »

        Oui bien sûr, comme le 1er mai dernier au cours duquel on a laissé les branleurs antifas casser à leur guise de peur de blesser un de ces pauvres petits choux, ou comme dans les banlieues où les caïds font la loi et ne sont jamais ennuyés, oui un véritable état policier...

      • Buzzcocks 25 septembre 12:40

        @Julien30
        Je parle des 2-3 ans à venir.... le système tient encore mais le chateau de cartes va bientôt s’écrouler.


      • banban 25 septembre 17:11

        @Julien30
        Les anti-fa ? les racailles ? Des idiots utiles du système. on les laisse casser en toute impunité pour distiller la peur et la frustration chez les citoyen lambda, pour plus tard justifié la violence contre ceux qui manifeste pour des raisons légitime. 


      • V_Parlier V_Parlier 26 septembre 10:58

        @banban
        Ca c’est peut-être le plan mais ce ne sont pas les policiers eux-mêmes qui sont dans le coup.


      • scorpion scorpion 25 septembre 11:20

        La police n’est plus au service du citoyen mais au service d’intérêts privés représentés par nos chers élus quant à l’autre Moix admirateur de son nombril, le masturbateur scribouillard qui s’aime tellement qu’il n’en peut plus, il ferait bien de fermer sa gueule ce Monsieur je sais tout qui dispense ses conseils le cul dans le beurre !


        • Claude Simon Claude Simon 25 septembre 19:20
          @scorpion

          Avox étant ce même schéma qui se cherche, réussir à ne pas avoir affaire aux porte-flingues réduit l’entropie insoutenable.

          Ca semble être une masturbation intellectuelle d’influence qui donne des pistes sur l’après-Macron.

        • Ben Schott 25 septembre 11:28
           
          Nicolas a bien « traversé la rue » et il tient à ce que ça se sache bruyamment !
           
          Alors ce boulot à la Pravda, ça vient ?
           


          • leypanou 25 septembre 11:36
            Si l’IGPN était – ne serait-ce qu’en partie – composée d’avocats, de magistrats, de personnalités associatives, d’anciens détenus ou de simples observateurs citoyens, il est fort à parier que les résultats des enquêtes pourraient être quelque peu différents : cela devrait être le cas pour tout corps dont les actions d’un membre ne sont jugées par les seuls membres de ce corps.

            En particulier, un médecin ou un juge dont les actions ne sont appréciées que par des médecins ou des juges donnent ce qu’on sait maintenant, même si pour la médecine les choses ont beaucoup évolué.

            Mais il faut aussi admettre que les membres d’un corps sont mieux placées pour apprécier les actions d’un membre.

            • titi 25 septembre 12:06
              @L’auteur

              Je m’étrangle :

              « En 1953, à la chute de Dien-Bien-Phu, de nombreux enseignants communistes avaient exprimé leur joie devant leurs élèves et moqué l’armée coloniale vaincue. Dans la France d’aujourd’hui, droitisation oblige, un tel comportement entraînerait le renvoi immédiat de l’Éducation Nationale »

              Renvoyés de l’éduction nationale ???
              Non ! Dans un pays normal ils auraient été fusillés.

              Et c’est la moindre des choses lorsqu’on trahis son pays.
               



              • titi 25 septembre 12:53

                @cric


                Bah par exemple vous connaissez bien la Russie je pense à force de cirer les pompes à Poutine ?

                Et bien en Russie si les enseignants avaient eu un tel comportement ils auraient été envoyés au Goulag

                Et la vous n’auriez rien trouvé à redire … il est vrai qu’on ne parle pas le bouche pleine.

              • titi 25 septembre 12:54

                @cric


                « Juste pour mémoire, l’armée Française n’a jamais gagné une seule guerre. »

                Vous voyez ? 

                Au lieu d’exprimer leur joie, vos profs d’histoire auraient mieux fait de faire ce pour quoi ils étaient payés : vous apprendre l’histoire.

              • titi 25 septembre 20:29

                @cric



                Je ne vais pas reprendre votre éducation. Je pense que je n’aurai pas le temps.

                Vu que vous aimez l’armée russe, je dirai Guerre de Crimée.
                Ca vous va ?

                N’empêche faut être une sacrée buse pour dire des choses pareilles.

              • Et hop ! Et hop ! 26 septembre 09:26

                @cric : «  l’armée Française n’a jamais gagné une seule guerre »


                C’est rare de lire une affirmation aussi grotesque.


              • Nobody knows me Nobody knows me 26 septembre 10:04

                @Et hop !


                Putain, mais personne n’a rien tiré des enseignements du Grand Maître Yoda ??
                Une guerre qui commence, c’est déjà une défaite.

              • nono le simplet nono le simplet 26 septembre 10:48

                @cric

                j’adore vôtre jeu ...
                une guerre cpntre un département français gagné par l’armée française ?
                euh ... la Commune ? bon c’est limite ... Paris est une commune et aussi un département ...
                euhhhh ...
                ah si ! la guerre de Vendée ! j’ai bon ?

              • Et hop ! Et hop ! 30 septembre 00:02

                @cric 


                Si la France a ses frontières et sa prospérité, c’est qu’elle a gagné des guerres pendant des siècles contre les Huns, les Wisigoths, les Saxons, les Juifs, les Vandales, les Maures, les Vikings, les Anglais depuis le Prince Noir jusqu’à Winston Churchill, les Barbaresques, les Allemands, les Américains.

                Avant 1789, la France était devenue le pays le plus peuplé d’Europe, le plus prospère, avec l’économie la plus moderne, la population la plus instruite, l’espérance de vie la plus élevée, gles systèmes de protection sociale les plus développés, grâce à la paix.

                Si elle a eu pendant un des empires coloniaux les plus importants, c’est qu’elle a remporté pas mal de victoires contre .... les puissances rivales :, notamment les Anglais.

                Lisez l’histoire des royaumes normands, de Jehanne d’Arc ou de Lyautey.

              • CN46400 CN46400 30 septembre 11:36
                @titi
                Ouais mais il n’y avait plus ni cartouches, ni fusils, tous récupérés par les niakés......

              • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 30 septembre 12:17

                @CN46400



                Nhâ Qué

                C’est aussi le nom d’un restaurant vietnamien dans le XIe

              • titi 30 septembre 16:58
                @cric

                Euh.. la guerre de Crimée n’est pas une bataille mais bien une guerre qui a duré 2 ans et demi.

                Vraiment ils foutaient quoi vos profs d’histoire ?

                A moins que vous soyez simplement de mauvaise foi ??
                Nooooooooooooon…. pas possiiiiiiiiiiiiiible

                Et c’est d’autant plus vrai que l’Europe occidentale telle que nous la connaissons résulte directement de l’action politique et militaire de la France.


              • titi 30 septembre 17:00

                @CN46400


                La guillotine n’a besoin de que de la gravité pour fonctionner…

                Et elle a justement été conçue pour châtier les traîtres.


                Vous voyer : des solutions il y’en a.

              • révolQé révolQé 30 septembre 23:51

                @cric
                Tu semble avoir la mémoire ou courte, ou sélective Kamarade...  smiley


              • Julien30 Julien30 25 septembre 12:14

                « Le compagnon de Polony voudrait sans doute une police cowboy à la texane où l’on peut tirer des citoyens comme des lapins, dans la plus totale impunité. »

                C’est de toute évidence ce qu’il voulait dire... Vous êtes vraiment grotesque.

                • Concernant le début de l’article, l’auteur ignore tout du milieu enseignant, où les propos restent souvent les mêmes qu’il y a quarante ans...
                  Quant à nos policiers qui ne peuvent plus assurer la paix publique en de nombreux endroits, et qui sont plus exposés aux violences des racailles que leurs collègues européens, les crétineries de l’idiot du village Yann Moix doivent les laisser de marbre : inutile de discuter avec ce personnage...

                  • bluerage 25 septembre 13:17
                    @France Républicaine et Souverainiste

                    Je crois que l’auteur ignore aussi tout de la police, c’est curieux ce besoin des c... de faire des phrases...

                  • phan 25 septembre 13:31
                    En 1953, à la chute de Dien-Bien-Phu : c’était le 7 mai 1954.
                    Pour les uns c’est une chute, pour les autres c’est une victoire : c’est bizarre vos professeurs d’Histoire disent ils « à la chute de Waterloo » ?

                    • Nicolas Kirkitadze Nicolas Kirkitadze 25 septembre 13:59

                      @phan
                      Au temps pour moi : la bataille de Dien-Bien-Phu s’est terminée par une victoire vietnamienne le 7 mai 1954 et non 1953.


                      Je partage votre avis : les défaites et les victoires sont perçues différemment selon le pays. Ici, j’ai employé le point de vue français dans la mesure ou il s’agit d’un média francophone. Mais, en toute objectivité, lorsqu’un peuple de libère du joug colonial, c’est une victoire de l’humanité et de la liberté. D’autant plus que je suis d’origine soviétique : des membres de ma famille ont été envoyés là bas par l’URSS afin d’aider les rebelles en matière de logistique, de soins, de formation et d’humanitaire, ce qui est pour moi une grande fierté.

                      Cordialement

                      Nicolas K.

                    • Dom66 Dom66 25 septembre 14:47

                      @Nicolas Kirkitadze

                      "D’autant plus que je suis d’origine soviétique" ???
                      Ma tante est d’origine Russe, peso je ne connais pas les origines soviétique smiley

                    • Le421 Le421 25 septembre 20:29

                      @Dom66

                      Les fautes de mots révèlent souvent le parti pris de l’auteur.
                      En fait, il est issue de cette saloperie de régime bolchévique de l’URSS !!
                       smiley



                    • titi 25 septembre 20:32
                      @Nicolas Kirkitadze

                      Une victoire de l’humanité qui a conduit environ 1000000 de boat people à l’exode.

                      Quelle victoire !



                    • Onecinikiou 26 septembre 01:46

                      Passer du Front National au gauchisme adolescent, n’est-ce pas la démonstration d’un esprit paradoxal ?


                    • phan 26 septembre 06:07

                      @titi

                      Le phénomène « boat people » date des années 1978-1990, après la défaite des Yankees génocidaires en 1975, tandis que la bataille de Dien Bien Phu est une défaite de l’état français mais une victoire du peuple français.

                    • Et hop ! Et hop ! 26 septembre 09:34

                      @Nicolas Kirkitadze : «  Mais, en toute objectivité, lorsqu’un peuple de libère du joug colonial, c’est une victoire de l’humanité et de la liberté. »


                      Sortir du protectorat colonial français bonenfant pour tomber sous le joug communiste et impérialiste américain n’est pas une libération.

                      Vous croyez que les millions de tonnes de bombes, de napalm, de défoliant américains c’était une libération ? 

                      Et Pol Pot, il a libéré les Cambodgiens du joug du roi Siannouk ,


                    • titi 26 septembre 12:34

                      @phan

                      Si les boat people datent de 1978 c’est juste parce que les exilés ont été acculés à la mer.

                      Les premiers exodes datent de 1954, du Nord vers le Sud et vers la France (il y a une forte communauté hmong en Guyane)
                      Puis en 1974-76 avec le départ des américains… les chrétiens et les animistes...
                      Puis en 1979 avec la guerre contre la Chine… les ethnies « chinoises » (qui se sont bien faites baisées puisque c’étaient ces mêmes ethnies chinoises qui étaient à l’origine du mouvement anti Français)
                      Puis toute le décennie suivante pour tous les gens qui ne comprenaient pas les bienfaits du communisme. 


                    • phan 26 septembre 13:19

                      @titi

                      Les premiers exodes datent de 1954, du Nord vers le Sud et vers la France (il y a une forte communauté hmong en Guyane)

                      Les accords de Genève signés le 21 juillet 1954 prévoient un cessez-le-feu, un partage du Vietnam en deux (Vietnam Nord et Vietnam Sud de part et d’autre du 17ème parallèle) et l’organisation d’élections libres dans l’ensemble du Vietnam.
                      En outre les prisonniers devaient être libérés et les réfugiés pouvaient passer librement d’un Vietnam à l’autre : ce n’est pas un exode, ce n’est qu’un regroupement colonial vers le Sud et le regroupement du Viet Minh vers le Nord.
                      Les Etats Unis ne reconnaissent pas ces accords de Genève : c’est le début de la deuxième guerre d’Indochine qui sera plus meurtrière et plus longue que la précédente.
                      Tandis que les réfugiés Hmong ne sont arrivés en Guyane qu’en 1977.
                      Essayez de vivre sous un régime fasciste pendant 21 ans (1954-1975) où la propagande anti-communiste battait son plein (le bain de sang avec l’arrivée des communistes) : l’épuration à la libération en France ça vous dit quelque chose ?

                    • titi 27 septembre 17:15

                      @cric


                      Sans cette saloperie, les nazis auraient pas eu d’essence à mettre dans leurs chars en 39.
                      Sans cette saloperie, les nazis ne se seraient pas avancé en Pologne.

                      Les Russes ont une énorme responsabilité dans le déclenchement de la guerre.
                      Ils ont eu ce qu’ils méritaient.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès