• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour la direction du Parti communiste français, les présidentielles sont (...)

Pour la direction du Parti communiste français, les présidentielles sont perdues. Restent les législatives

Je crois utile de communiquer cet article de V. Marciac qui donne à réfléchir et à discuter sur les élections présidentielles.

Maxime Vivas

Pour la direction du Parti communiste français, les présidentielles sont perdues. Restent les législatives

 Vladimir MARCIAC

A ce jour, j’ai publié quelques dizaines d’articles sur ce site. On y cherchera vainement la moindre pique contre le Parti communiste français. Et cela n’est pas un hasard. J’ai toujours considéré un effet que, chaque fois qu’on s’attaquait aux communistes, on retrouvait dans les entreprises des salariés de toutes obédiences avec les yeux au beurre noir.

Le fait que l’idéal communiste ait été bafoué, caricaturé, bureaucratisé, stalinisé dans les pays qui étaient en mesure d’en être les tremplins mondiaux ne permet pas de jeter le PCF (qui n’y est pour rien) comme on jetterait le bébé avec l’eau du bain.

Les communistes ont beaucoup donné à la France

En France, quoi qu’en disent ses détracteurs, le Parti communiste a un passé glorieux : il a beaucoup apporté en matière de lutte contre l’ennemi nazi, pour des conquêtes sociales, l’élargissement de la démocratie, le développement des valeurs humaines. C’est un constat banal de dire que ses militants sont animés par un moteur qui est celui de l’amour de leur prochain, de la justice, de l’égalité de la fraternité, de la paix. Naguère, ils ont subi la prison, la torture, ils ont versé leur sang par dizaines de milliers pour libérer leur pays de l’occupant et toujours, depuis sa création en 1920, ils ont subi la répression patronale en raison de leur engagement altruiste au service des travailleurs.

Un certain Karl Marx

Quelles que soient les dérives du PCF ces dernières années, ces compromis hasardeux avec le parti socialiste, voire ses compromissions, on doit bien admettre que la présence à tous les niveaux (municipaux, départementaux, régionaux et au Parlement) d’élus communistes est une garantie pour le monde du travail qui trouve en eux des défenseurs parmi les plus ardents et les plus fidèles. Et parmi les plus conscients parce que Karl Marx est passé par là et a laissé trainer sa boussole qui marque toujours aussi précisément la direction de l’ennemi dans le faisceau des leurres et le brouillard des médias.

Un raidissement rétrograde

Débarrassé depuis longtemps du stalinisme, le Parti communiste français s’était ouvert à des compagnons de route, des électrons libres, des sortes de« communistes de l’extérieur » qui le voyaient porteur de la plupart de leurs aspirations, qui mettaient fidèlement dans l’urne un bulletin au nom d’un candidat communiste, sans se sentir obligés de prendre (ou reprendre) une carte du parti. Et qui étaient traités en amis.

Hélas, il semblerait que ce temps n’est plus, que l’approche des élections présidentielles d’avril 2017 ait fait naître un raidissement qui va crescendo et qui frôle aujourd’hui le paroxysme de la violence dans les propos. Cette violence peut, ici et là, se manifester en son sein entre ceux qui sont fidèles au candidat et au programme soutenus par le Parti communiste lors des élections présidentielles de 2012 et ceux qui pensent que l’objectif premier est à présent d’écarter Jean-Luc Mélenchon, seul candidat de gauche en mesure de figurer au second tour des élections présidentielles.

Il va falloir calmer le jeu

A Toulouse, lors du Remue-méninges organisé en août 2016 par le PG à l’université Jean Jaurès, des jeunes communistes arrachent la signalétique mise en place pour guider les participants. Le PCF était invité, ainsi que d’autres organisations de gauche, mais n’est pas venu.

A la fête de l’Huma, le stand du PG est vandalisé et nuitamment sali par des excréments. Jean-Luc Mélenchon, pour rejoindre l’Agora de la fête où il va parler devant une foule considérable, devra emprunter un itinéraire qui ne l’expose pas à un risque d’altercation qui aurait fait les délices des médias et leur sujet prioritaire. Pour la même raison, il devra aussi renoncer à dormir dans le camping-car loué pour s’éviter les fatigues des trajets.

Bref, comme le gouvernement, le climat politique est pourri à gauche, les sales coups, en catimini, font l’économie des discussions entre gens qui s’aimaient bien et qui vont se détester. Il est à craindre que le pire soit en gestation derrière le paravent de la diction apaisante de Pierre Laurent. Et je vais vous dire pourquoi ici-même.

Injures et diversions

Revenons à Paris, au royaume des tergiversations, de l’approche grotesque d’Arnaud Montebourg (prêt à voter Hollande si celui-ci gagne les primaires) comme candidat possible pour le Parti communiste, puis de l’hypothèse d’une candidature de Pierre Laurent ou d’André Chassaigne dont chacun sait, quelle que soit leur valeur, qu’ils n’atteindront pas un score à deux chiffres, mais que la conséquence sera l’élimination à coup sûr de la gauche pour le second tour.

Les sondages montrent la progression de Jean-Luc Mélenchon dans un contexte où il se heurte à l’hostilité déclarée du PCF. En vue de lui barrer la route, la direction du PCF fait flèche de tout bois, n’hésitant pas à le qualifier de national-populiste tandis que, dans les réseaux sociaux, les invectives pleuvent, parfois au niveau de l’ordure. Encouragés, des Internautes multiplient sous pseudos les mensonges et inventions (les revenus de Jean-Luc Mélenchon, sa Rolex, son manoir…). Jean-Luc Mélenchon est (en 2016, pas en 2012 où il était par-fait) « populiste », nationaliste », « germanophobe », « individualiste », affecté d’un « ego demesuré ». On imagine a contrario que de tels contempteurs s’extasient sur la modestie, la timidité, des autres candidats depuis la première élection, en 1958, du président de la République au suffrage universel.

Un argument massue (et tellement dérisoire ! ) tourne en boucle : Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa candidature « en solo ». La vérité est qu’il s’est déclaré après des discussions avec le PCF et seulement quand celui-ci a annoncé sa volonté (d’alors) de participer aux primaires solfériniennes.

Les attaques ad hominem dispensent de parler du programme de Jean-Luc Mélenchon (programme que tout communiste pourrait approuver), de son énergie pour aller au-devant du peuple qui le reçoit comme un des siens, des débats auxquels il participe dans les médias (sans être épargné par les journalistes) et qui font progresser les idées que tout homme, toute femme souhaitant que les citoyens soient placés avant les chiffres de la finance peut soutenir.

Ces hommes que l’Histoire a fabriqués

J’ai eu l’occasion de rencontrer Jean-Luc Mélenchon. Je crois à sa sincérité et j’ai la certitude que cet homme-là a un rendez-vous avec l’Histoire, comme naguère le général De Gaulle chez nous, comme cet étudiant cubain, Fidel Castro, dont le combat était dénoncé par le Parti communiste de Cuba, ou ce militaire vénézuélien, Hugo Chavez, qui n’était pas membre du parti communiste de son pays (1).

Enfin, qui ne voit que Jean-Luc Mélenchon est transcendé par le rôle où les circonstances l’ont placé. Il peut, en 2017, être le Président qui changera la Constitution, renoncera dès que possible à son mandat, rendra enfin la parole aux petits, aux obscurs, aux sans-grades. Que les sceptiques ne ricanent pas trop fort : l’Histoire a parfois des accélérations fulgurantes et le peuple est imprévisible.

Pour la direction du PCF, les présidentielles sont perdues. Il faut miser sur les législatives

Hélas, pour le PCF, à ce jour, les jeux sont faits, la défaite est inéluctable avant même d’avoir mené le (bon) combat.

Nous subirons 5 ans de plus, voire 10 ans, un président semblable aux deux derniers, ou l’un des deux. Mais il convient de sauver l’appareil par des alliances électorales à venir avec le PS, alliances qui assureront la réélection des 9 députés communistes sortants et, si possible, de ceux qui furent battus en 2012, noyés dans la vague rose de « mon adversaire c’est la finance ».

Le nerf de la guerre

Le Parti de gauche a eu un député, Marc Dolez, ensuite démissionnaire du PG. Jean Luc Mélenchon a l’impression (justifiée) que sa campagne de 2012 a surtout été bénéfique pour les candidats communistes dans les élections qui ont suivi. Il n’a plus l’intention de tirer les marrons du feu dans un remake de la fable.

Les 9 députés du PCF ont profité pour leur élection des retombées de la campagne des présidentielles, menée par Jean-Luc Mélenchon. Les élus communistes rapportent à leur parti plusieurs millions d’euros par an. Ne négligeons pas la peur de l’appareil communiste de voir les législatives de 2017 se conclure par la défaite de tous ses candidats, sa disparition de l’Assemblée nationale et la survenance d’une pénurie du« nerf de la guerre ». Le risque existe, comme le risque existait, parfois plus graves, dans d’autres combats menés par le PCF dans le passé.

Pourtant, le danger le plus grand pour le PCF aujourd’hui est dû à son absence de lisibilité, ses zigzags, sa navigation à la godille, son j’y-va-t’y, j’y-va-t’y-pas, ses alliances à géométrie variable, sa dénonciation de la politique soutenue par le PS en concomitance avec ses négociations d’arrière-cuisine pour de futures alliances avec le parti de la bande des quatre : Hollande, Valls, Macron, El Khomri (Passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné).

Le PCF ménage le PS

Ce souci du PCF de laisser grande ouverte la porte des ententes électorales avec le PS est démontré par sa propension à désigner nommément dans ses critiques les solfériniens cités plus haut en lieu et place de l’appareil du PS dont il est dépendant.

Ce n’est pas le programme (lisez-le donc) de Jean-Luc Mélenchon, ni les modalités de l’annonce de sa candidature, ni son national-populisme, ni (comme le disent les médias) sa propension à grogner et à « éructer » qui chagrinent les dirigeants communistes, c’est la crainte, en soutenant celui qui est le plus proche de leurs thèses, de se priver du report des voix solfériniennes au second tour des élections post-présidentielles. Des voix dont il n’est pourtant pas sûr qu’elles soient encore prisonnières des éléphants d’un parti « socialiste » qui, dans sa pratique, a cessé d’être de gauche.

On peut dire de la division de la gauche ce qui a été dit des guerres : « La première victime est toujours la vérité ».

Dès lors, et comme le choix secret d’œuvrer d’ores et déjà pour les législatives en shuntant les présidentielles est insoutenable devant l’électorat communiste ou l’électorat de gauche en général, il convient de s’attaquer à l’homme et de multiplier des diversions qui vont permettre de gagner (de perdre !) du temps alors qu’il est urgent de se lancer dans la bataille contre la droite et contre ceux qui l’ont si bien servie après avoir été élus pour la combattre.

Les carabiniers d’Offenbach dirigent le PCF

Quel candidat pour 2017 ? Les dirigeants du PCF jouent aux carabiniers d’Offenbach qui martèlent la scène de leurs bottes en faisant du surplace et en chantant « Marchons, marchons ! » (et qui, dans l’opérette, arrivent trop tard).

On croit rêver en voyant les dirigeants communistes lancer en octobre 2016 une pétition intitulée « 2017, vivement la gauche ! » Oui vivement, ça urge !

Et on les regarde proposer (à six mois des élections !) de se rencontrer, de réfléchir, d’élaborer, de construire, de voir avec les autres, d’entendre, d’écouter, de discuter, de rassembler, de mettre les choses sur la table, de proposer une alternative et, en quelque sorte, d’inventer de à A à Z un programme dont l’essentiel, le noyau dur, se trouve depuis des décennies dans son idéologie ; il suffit de l’adapter au contexte actuel. Au demeurant, qu’ils relisent le programme que le Parti communiste a soutenu lors des élections présidentielles de 2012. Serait-il impossible d’en dépoussiérer ce qui a vieilli, d’y ajouter ce qui manque ? Et point n’est besoin de se perdre en d’interminables palabres, parlottes, pinaillages, de s’enliser dans une réunionnite de diversion. Et pourquoi pas, tant qu’à faire, ne pas créer une commission à la Clemenceau ?

La maison brûle, les incendiaires sont à l’oeuvre de tous les côtés et il faudrait discuter sur la personnalité du chauffeur du camion des pompiers, de la forme des tuyaux, de la couleur des pneus, de la brillance des casques, faire le procès de celui qui a actionné (en « solo ») la sirène sans organiser dix brainstormingsdécisionnels ?

La conférence nationale du PCF (5 novembre 2016) ne tranchera pas davantage, mais fera des propositions entre lesquelles les militants auront à choisir dans les semaines (les mois ?) qui suivent.

Nous sommes en octobre, les élections ont lieu en avril 2017 et tout se passe, selon un dirigeant frondeurdu PCF comme si l’on voulait attendre le résultat des primaires du PS (en janvier 2017). Olivier Dartigolles, porte-paroles du PCF, lâche que si Arnaud Montebourg gagnait ces primaires, tout serait à reconsidérer (je cite ici de mémoire, mais j’en retiens l’esprit).

Qui a peur de Jean-Luc Mélenchon ?

Si la direction du PCF craint, aujourd’hui, ce qu’elle ne craignait pas hier, c’est-à-dire d’être phagocytée par Jean-Luc Mélenchon et occise par un baiser qui tue, quelle erreur de ne pas avoir discuté d’emblée avec lui des conditions dans lesquelles il aurait pu être le porte-parole commun des idées communes dans un intérêt commun face à trois ennemis communs du peuple : FN, LR, solfériniens !

Certes, Jean-Luc Mélenchon développe une campagne hors partis, ce qui n’est pas malhabile pour une telle élection et ce qui a été rendu pratiquement inévitable par le discrédit qui s’est abattu sur le Front de gauche qui l’avait soutenu pendant la campagne présidentielle de 2012, mais qui a été ensuite marqué par des magouilles lors des élections suivantes où l’on a vu certaines de ses composantes tantôt faire alliance avec le Parti de gauche, les Verts ou le NPA, tantôt avec des Solfériniens. L’opinion des Français, exprimée dans des sondages, et plus encore dans les abstentions, a permis de mesurer l’ampleur des dégâts. D’où la nécessité d’opter pour une solution originale et novatrice pour que les citoyens se réconcilient avec les urnes, puisque, de plus en plus, ce ne sont pas les votants qui font les élus (et souvent les pires) mais les abstentionnistes.

Ce qui va finir de tuer le PCF

Ce qui va tuer le PCF, ce qui le blesse déjà et lui ouvre les veines, ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon : c’est le renoncement de fait de ce parti à ce qu’il fut et qui était enthousiasmant, c’est l’obsession de sauver la carrière, l’emploi, les postes, les revenus d’une partie de l’appareil, des apparatchiks dont le calcul (pertinent) est que le PCF durera plus que leur propre vie.

Après eux le déluge. Ils perdront des voix à chaque élection, se sépareront de quelques permanents en région, vendront quelques biens du parti, des locaux un peu partout en France, et, s’il le faut, un jour, le siège du PCF marqué par la patte d’Oscar Niemeyer, comme naguère Robert Hue fit entrer Arnaud Lagardère dans le capital de l’Humanité de Jean Jaurès.

La liquidation totale de la boutique, le vidage de son rouge sang par hémorragie des troupes seront assez lents pour que le sommet du PCF et quelques hobereaux de province aillent au bout de leur carrière dans le confort douillet de qui fuit le moindre danger, de qui vit grâce aux militants et aux électeurs et non pour eux. La direction du PCF, aujourd’hui, ressemble au parti de la trouille.

On pourrait presque compatir : le parti communiste compte des élus et des permanents qui ne peuvent plus « retourner à la production » parce que des années de travail dans le Parti les a rendus inaptes à leur métier d’origine et parce que, surtout, le patronat n’embauche pas de tels trublions.

Mais le Parti communiste doit-il mourir sans gloire pour les sauver ? Il les sauvera en redevenant ce qu’il fut. Pas en s’acoquinant avec l’horrible troupeau d’éléphants de la rue de Solférino qui s’abreuvent à la mare du MEDEF, lèchent la mangeoire de l’OTAN dans la recherche frénétique d’ennemis à bombarder, de Russie et de Chine à défier pour le compte des USA.

Cessez le feu, vite !

A l’heure où j’écris ces lignes, Jean-Luc Mélenchon a révélé les noms de ses 20 premiers candidats aux législatives. Il veut en avoir 577. Autant dire que les élections post-présidentielles verront s’affronter dans tout le pays des candidats de la France Insoumise et du PCF. Qui, à gauche, ne s’en attristerait pas ?

Les optimistes diront que la partie de bras de fer entre Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon cessera là où commence la certitude que Billancourt se désespère et qu’un accord interviendra enfin, mutuellement avantageux et conforme aux intérêts, au désir ardent du peuple.

Les pessimistes retiendront que, si un accord tarde trop, les invectives auront commis des dégâts qui ne pourront être réparés dans le peu de temps qui reste. Le fait qu’Olivier Dartigolles attise le foyer avec des mots terribles est mauvais signe. On le voit pourfendre Jean-Luc Mélenchon bien plus que son programme. Et pour cause !

Or, la politique exige d’avancer en tenant compte de la réalité qui résiste aux desiderata. Jean-Luc Mélenchon, caricaturé par les médias qui le situent résolument à l’extrême gauche (ça fait peur aux électeurs), peint comme un méchant colérique, présenté depuis des années par des photos extraites de l’album « L’homme que vous ne prendriez pas en stop »), Jean-Luc Mélenchon, intègre le top 5 des personnalités préférées des Français. 100 000 signatures affluent pour le soutenir, 1400 groupes d’appui ont vu le jour, plus d’un millier de communistes le rejoignent, dont Marie-Georges Buffet, qui fut secrétaire du PCF, ministre et candidate à l’élection présidentielle de 2007, Roland Leroy ex-directeur de l’Humanité, Roger Martelli, qui fut membre de la direction du PCF et qui est co-directeur du magazine communisteRegards (avec Clémentine Autain, qui appelle à voter Mélenchon), Patrice Cohen-Seat membre du Conseil national du PCF.

Dans les sondages (à prendre avec précaution, mais à savoir lire aussi quand ils ne se démentent pas pendant des mois), la cote de Jean-Luc Mélenchon est sur une courbe ascendante, plus proche déjà des 20 % d’intention de vote que des 10% du début de sa campagne. On imagine quels dégâts affecteraient les candidats de droite et d’extrême droite avec l’entrée dans la lutte de dizaines de milliers de militants communistes. On imagine le désarroi de ces militants s’il ne leur est laissé que le choix de refuser Jean-Luc Mélenchon au premier tour (eux à qui le parti a si souvent demandé de voter « socialiste ») et de voter à droite au second pour barrer la route au fascisme.

Plus le temps passe, moins les dirigeants communistes seront en bonne position pour négocier sur des points du programme à porter ensemble en avril 2017 et sur une équitable répartition des circonscriptions, donc des élus à l’Assemblée nationale.

L’état-major communiste va se réunir, en plein désarroi, le 5 novembre. De haut en bas, les communistes sont incertains, partagés. Appuyer le candidat de la France Insoumise et permettre que la gauche ne soit pas éliminée au premier tour en avril 2017 ou consacrer la division en soutenant un autre candidat dont la campagne aplanira le chemin pour les candidats du PCF à la députation ?

Allez savoir à ce jour (20 octobre 2016). Mais ce qui est sûr, c’est que la mayonnaise France Insoumise prend (on le voit aussi par le changement de ton et d’arguments des journalistes quand ils parlent à (ou de) Jean-Luc Mélenchon).Plus l’appareil communiste tergiverse, plus il aura à concéder au porteur d’un espoir raisonnable et fou : celui de l’humain d’abord, de la parole rendue au peuple, du changement de la Constitution, de la résistance à l’UE, de la paix, de la réduction des inégalités, de la protection des syndicalistes, etc.

J’écris tout ce qui précède parce qu’il me déplaît qu’on fasse des yeux au beurre noir à des salariés de toutes obédiences.

Souhaitons longue vie au PCF et rien de mal à ses dirigeants, pour peu qu’ils veuillent se souvenir de ce qui a fait que le communisme est en soi une idée qui enflamma les peuples à travers le monde.

Et c’est ainsi que Pierre Laurent sera grand.

Vladimir MARCIAC 
(pour le site d’information alternative « Le Grand Soir »). legrandsoir.info

http://www.legrandsoir.info/pour-la-direction-du-parti-communiste-francais-les-presidentielles-sont-perdues-restent-les-legislatives.html

Sur le même sujet, lire sur Le Grand Soir  : « Choisir la France insoumise ou continuer à subir. En 2017, comme je l’ai fait en 2012, je voterai pour Jean-Luc Mélenchon » (Maxime Vivas, 19 février 2016). http://www.legrandsoir.info/en-2017-comme-je-l-ai-fait-en-2012-je-vote...

Note :

(1) Pendant la lutte contre Batista, le Parti communiste cubain désapprouvait Fidel Castro et ses« méthodes terroristes et putschistes […] inefficaces, nuisibles et contraires à l’intérêt du peuple. »

Le Parti communiste vénézuélien n’a pas présenté de candidat contre Hugo Chavez lors des élections présidentielles de 1998 et il a été élu.

Comme on le sait, la victoire de ces deux hommes n’a pas fait disparaître (loin de là) les partis communistes de ces deux pays.

URL de cet article 31049 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 21 octobre 2016 13:31

    On y cherchera vainement la moindre pique contre le Parti communiste français.

    à l’auteur

    Je vous approuve totalement. Tirer sur une ambulance ou, pire encore, sur un corbillard, cela ne sert pas à grand chose, ce serait plus que ridicule, ce serait même carrément lâche et odieux.


    • Alren Alren 21 octobre 2016 18:22

      @Christian Labrune

      Un parti n’est pas une personne mais l’association de milliers de personnes.

      Et si une partie (une partie seulement) de la direction du parti communiste est nécrosée (l’image du corbillard est pertinente pour eux) d’autres à la direction du parti, des cadres locaux et les militants de base leur sont opposés (parfois sans le savoir).

      Mais le même phénomène joue qu’au PS : face à l’hostilité des médias contrôlés par le capitalisme de lutte de classes, face à cet ennemi bien réel et acharné, ces gens honnêtes et désireux d’une société réellement soucieuse du bonheur des gens, "serrent les rangs" et se taisent même s’ils ne sont pas convaincus que leur direction nationale a raison.

      Cependant, si les Laurent et autre Chassaigne décident au final de soutenir Montebourg, la girouette ambitieuse, plutôt que JLM, il est possible que les communistes sincères cessent d’être solidaires de la « direction ».

      On pourrait alors assister à une renaissance du PC qui vous chagrinerait évidemment.

      Votre condescendance méprisante envers l’ensemble du parti communiste devrait également porter sur Lutte Ouvrière qui est réactivé par la droite (PS compris) uniquement lors des élections nationales : cette formation fantôme qui n’a pas de programme concret contre le capitalisme sinon de prétendre être la « voix des travailleurs », ce qui est une fable éhontée, n’aura aucun mal à obtenir les 500 signatures nécessaires pour faire perdre des voix à Jean-Luc Mélenchon lors de la prochaine présidentielle. Ça devrait interroger un analyste de bonne foi !

      Il en est de même pour le NPA qui, lui, a cependant été visible lors des manifestations contre la loi El Khomri. Ses dirigeants seraient bien incapables de préciser ce qui manque dans le programme de la France insoumise et qu’ils proposent, eux.

      De même que les gouvernants US à la solde de Wall Street regrettent le temps de la guerre froide quand l’ennemi soviétique servait à couvrir toutes les saloperies du capitalisme à l’extérieur comme à l’intérieur du pays, vous regrettez l’époque où le PCF se faisait le défenseur aveugle du pays de Brejnev et vous nous ressortez même les vieilles soupes de l’époque Thorez.

      C’est pitoyable.


    • howahkan 21 octobre 2016 13:45

      Moi ce que je connais du pcf c’est la loi Gayssot...


      • Bobo shiteux sponsor du shauff (---.---.100.189) 21 octobre 2016 14:47

        La P. Collabo à Soros a un nouveau super drapeau :
         
        Une bite à la place du marteau
        Un croissant à la place de la faucille
        Un euro pour l’étoile
         
        sur fond arc en ciel ....
         
        SOROS HÉROS COMMUNISTE DONNE 500 MILLIONS AUX COLONS :
         
        http://www.nice-provence.info/blog/2016/09/20/milliardaire-george-soros-sponsorise-immigration-clandestine
        http://www.egaliteetreconciliation.fr/George-Soros-conseille-a-l-Europe-un-emprunt-de-30-milliards-par-an-pour-financer-l-immigration-de-41895.html


      • Christian Labrune Christian Labrune 21 octobre 2016 13:52

        Ce qui va tuer le PCF, ce qui le blesse déjà et lui ouvre les veines, ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon : c’est le renoncement de fait de ce parti à ce qu’il fut et qui était enthousiasmant

        à l’auteur

        Ah la nostalgie ! Comme je vous comprends ! Pensez : je suis assez vieux, hélas, pour avoir entendu la douce voix de Maurice Thorez qu’un salaud de réactionnaire qui s’appelait François Mauriac osait comparer à celle de Philomèle (nom poétique du rossignol). Et Jeannette Thorez Vermeersch, qui lui survécut si longtemps, est désormais auprès de lui au Père-Lachaise. Je ne passe jamais dans cette allée et devant ces tombeaux des glorieux membres staliniens de ce beau parti sans verser quelques larmes.
         Je revois souvent le film officiel des obsèques de Joseph Staline, en 1953, et je pleure encore plus qu’en lisant la très belle ode au camarade Staline de notre immense poète Paul Eluard.
        Mais c’est comme ça, on n’y peut rien. Je ne suis pas Bossuet, hélas, pour esquisser l’oraison funèbre qui serait due à de si grands morts. Sic transit gloria mundi !

        C’était mon dernier kleenex, il ne faut pas que j’oublie d’en acheter au tabac, en même temps que des cigares.


        • Christian Labrune Christian Labrune 21 octobre 2016 14:16

          Jean-Luc Mélenchon, caricaturé par les médias qui le situent résolument à l’extrême gauche
          -------------------------------------------
          Faut-il vraiment tenir compte de ce que les media peuvent raconter ? Comment un Melenchon, tribun fascisant à la tête d’un parti largement antisémite et qui n’hésite pas à collaborer avec les islamistes (comme les communistes appelant à fraterniser avec l’Allemand au début de l’occupation) pourrait-il être à l’extrême gauche ?
          Il y a belle lurette qu’il n’y a plus en France, aux extrêmes, que la droite, et la pire. Certes, l’autre « front » du Janus bifrons que constitue le nouveau monstre n’ose plus mettre en vitrine les thématiques de l’extrême droite des années 30, mais il continue très bien de les cultiver dans son arrière-boutique. C’est l’extrême « gauche » désormais, et particulièrement le NPA, qui se charge de leur promotion. C’est habile : chacun des extrêmes fait le boulot de l’autre et nul doute qu’à la fin, s’ils réussissaient à foutre le grand bordel dont ils rêvent et dont les somnambules de la République, cet été, nous ont déjà donne une petite idée, ils finiraient par s’entendre comme cochons. Totalitaires de tout le pays, unissez-vous !


          • Croa Croa 21 octobre 2016 17:09

            À Christian Labrune,
            Les médias servent leurs maîtres et leurs propagandes sont grossières... Mais hélas efficace !
            *
            Sauf que petit à petit les gens comprennent. La France Insoumise (Ø) n’est pas plus à l’extrême gauche que le Front National (FN) n’est à l’extrême droite. On admettra par contre qu’ils soient populistes à défaut d’être populaires car ce jour là ceux qui se présentent en « élites » de la Nation auront perdu !

             « À la base de toutes les doctrines totalitaires se trouve la croyance que les gouvernants sont plus sages et d’un esprit plus élevé que leurs sujets, qu’ils savent donc mieux qu’eux ce qui leur est profitable. » (Citation d’un libéral ! À savoir Ludwig von Mises !)
            Le qualificatif « populiste » veut disqualifier ceux qui s’adressent au peuple. En fait il révèle la nature d’un régime basé depuis trop longtemps sur l’abus de notre crédulité.

            En réalité il n’y a pas plus extrême que le pouvoir actuel, au service exclusif d’une caste réduite de ploutocrates influents.
             


          • Blé 22 octobre 2016 13:14

            @Christian Labrune

            Un tout petit petit conseil, allez donc lire sur son site ce que dit Mélenchon, ce qu’il fait, ce qu’il souhaite réellement pour l’avenir.

            Mélenchon fait peur autant à droite c’est à dire aux partis, L R - P S - U D I - F N - ainsi qu’aux communistes qui défendent mieux leurs places d’élus que l’avenir des français. (voir les sondages)


          • MILLA (---.---.1.10) 21 octobre 2016 14:37

            Meme Mélenchon l’a pigé que le président est déjà élu.

            Mélenchon a annoncé qu’il se mettait en retrait des médias quelques semaines. Un candidat aux présidentielles a grandement besoin des médias pour sa campagne. S’il fait ça, c’est qu’il sait que quelque chose de très grave va arriver en France ou bien il sait que les dés sont jetés : l’élection se jouera entre Sarkozy, Juppé et Le Pen. Rien de bon ne se profile à l’horizon : nazisme, attentats et rafles de musulmans.


            • Croa Croa 21 octobre 2016 17:21

              À MILLA,
              Mais non !  Pour le moment il a dit qu’il refuserait de se rendre à certaines invitations (certaines émissions pas en direct avec certains animateurs connus pour être fourbes !)
              Sinon bien sûr que les dés sont pipés, mais imparfaitement et à six mois des élections il est faux de croire que les jeux seraient faits car il n’en est rien !


            • MILLA (---.---.1.10) 21 octobre 2016 18:24

              @Croa

              Je te dis que tout est déjà ficelé !

              Droite extrême droite > nazisme dictature rafles attentats voilà notre avenir.


            • Croa Croa 21 octobre 2016 19:27

              À MILLA
              « Droite extrême droite > nazisme dictature rafles attentats voilà notre avenir. » : Hé bien nous y sommes déjà , non ?
              *
              Sinon une seule chose est sûre : Ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu !


            • 59jeannot 22 octobre 2016 08:36

              @MILLA
              vous avez oublié les chars russes à Paris


            • MILLA (---.---.1.10) 21 octobre 2016 14:39

              Les électeurs du PCF vont plus vers le FN parti libéral et protecteur des élites


              • epicure 22 octobre 2016 04:36

                @MILLA

                faux

                soient il votent à gauche, soient ils s’abstiennent .


              • CN46400 CN46400 21 octobre 2016 15:49

                "Le Parti de gauche a eu un député, Marc Dolez, ensuite démissionnaire du PG. Jean Luc Mélenchon a l’impression (justifiée) que sa campagne de 2012 a surtout été bénéfique pour les candidats communistes dans les élections qui ont suivi."

                 Ah bon, pourquoi donc Dolez s’est éloigné de Mélenchon si son appui était si efficace...Combien de mairies le FdG a-t-il gagné grâce à Mélenchon en 2014 ? et de conseillers départementaux en mars 2015, et de conseillers régionaux en décembre 2015 ?



                • alinea alinea 21 octobre 2016 16:18

                  Merci pour cet article lucide et par les temps qui courent, c’est précieux.
                  J’ai l’impression que ce n’est pas un hasard si cette dégringolade est survenue avec Pierre Laurent. La preuve Buffet quitte ce navire qui ne transporte plus ses idéaux.
                  Tout a commencé aux législatives de 2012 même si certains s’étaient fait tiré l’oreille pour le candidat aux présidentielles ; mais c’était Marie-George Buffet le chef !! et le FdeG était né de l’entente avec Mélenchon.
                  Triste constat.


                  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 21 octobre 2016 17:55

                    @alinea

                    La dégringolade a commencé bien avant.

                    - Le premier coup d’arrêt aux espoirs des « forces vives » a été la collaboration de quatre ministres communistes dans le deuxième gouvernement Mauroy en 1981. Un certain désarroi était apparu dans les rangs de l’organisation qui venait de vendre son âme en privilégiant la compromission (et non pas le compromis) pour quelques plats de lentilles (les gamelles ne se sont jamais vidées depuis pour les héritiers sénateurs). Mais c’était une hémorragie interne, l’organisme souffrait mais les symptômes n’étaient perceptibles à l’extérieur que par des observateurs entraînés.

                    - Le second coup d’arrêt a été l’implosion de l’Union Soviétique en 1991. Une étoile disparaissait dans le ciel pour plusieurs générations de braves gens qui se sont réveillés brutalement. Et, au lieu d’analyser les causes de cette disparition,et les erreurs commises, au lieu de devenir enfin adultes, autonomes et indépendants, les apparatchiks français, qui avaient collé au Kremlin comme les Young leaders collent à la Maison Blanche, se sont accrochés à leurs mandats de notables et utilisé les dernières volontés pour coller des affiches qui avaient changé de couleur.

                    Depuis, la glisse est toute schuss. Pour les nostalgiques, il reste la fête de l’huma, lieu de rencontre rituel pour se raconter une fois par an ses souvenirs d’anciens combattants.

                  • alinea alinea 21 octobre 2016 18:24

                    @Jeussey de Sourcesûre
                    Oui ! évidemment, mais à l’époque dont vous parlez je n’en connaissais que le moindre impact populaire, qui était dû aussi au changement de société, à l’atomisation des travailleurs,etc.
                    Dans les qualités du PC, il ne me semble pas avoir lu l’éducation populaire, l’incroyable culture des communistes.
                    J’ai « travaillé » avec certains d’entre eux ici, au début du FdeG ; c’était un régal ;c’était des vieux cocos, des vrais prolétaires, des durs à cuire, déjà tout programmés, si j’osais, mais qui m’étaient plus chers que certains bobos du PG !! En tout cas à niveau social égal, un coco se repérait, en bien, va sans dire !
                    Oui, le monde a changé !!


                  • leypanou 21 octobre 2016 19:15

                    @alinea
                    J’ai l’impression que ce n’est pas un hasard si cette dégringolade est survenue avec Pierre Laurent. : il n’y a pas que Pierre Laurent.

                    Il y a aussi l’intériorisation par la masse travailleuse que le communisme c’est le stalinisme, propagande matraquée matin, midi et soir par les msm. Beaucoup d’actions de dirigeants du PCF n’ont fait que l’affaiblir, même si P Laurent croit qu’avoir soutenu A Tsipras jusqu’au point de l’applaudir lorsqu’il venait de s’aplatir devant l’euro et Merkel et co a été une bonne chose.


                  • philippe baron-abrioux 21 octobre 2016 16:28


                     Bonjour Maxime ,

                     je me souviens de toi en Gironde , tout près de Blaye, et de T...., notre amie commune .

                     je me souviens comment à cette époque certes lointaine, le P.S n’avait de cesse que de torpiller un peu partout et par tout moyen le P.C et tout le travail qu’il avait accompli sur le terrain jusqu’à mai 1981 .

                     à plusieurs reprises j’avais alerté mais en vain sur ce qui était pour moi dès cette époque une ânerie sans nom : j’avais même à ce propos rencontré André B... pour lui dire mon analyse .

                     le P.S est devenu hégémonique et s’est globalement satisfait de ses victoires : il a procédé de la même façon avec les écologistes qui ont fini par exploser en vol .

                     ET MAINTENANT ?

                     un P.C qui cherche des solutions à sa perte d’influence partout et au vote de ses anciens adhérents de moins en moins nombreux pour un F.N qui les aspire avec les pires arguments .

                     des Verts qui éjectent par leur vote C.Duflot lors des primaires .

                     et J.C Cambadelis qui a retrouvé mon adresse mail qui cherche à nous enflammer avec sa « belle alliance populaire  » , faute de nous avoir réenchantés .

                     courage pour la suite et bonne fin de journée .

                     P.B.A


                    • CN46400 CN46400 21 octobre 2016 16:42

                      @philippe baron-abrioux

                      Restons sérieux. L’électorat Le Pen vient surtout de la droite, toutes variantes, puis du PS et de plus loin du PC....Toutes les études confirment ces tendances !


                    • philippe baron-abrioux 22 octobre 2016 07:59

                      @CN46400

                       Bonjour ,

                       je n’ai jamais écrit que les électeurs du F.N venaient majoritairement d’anciens électeurs du P.C .

                      je dis ,en le déplorant, que le F.N a réussi à « aspirer » des voix provenant d’ un certain nombre d’électeurs qui , jusqu’à peu ,votaient plutôt pour le P.C .

                       cette formulation vous convient elle davantage ?

                       mais vous avez raison , la même observation est valable pour tous les partis , dans des proportions diverses et toutes aussi inquiétantes selon moi .

                      la confusion est générale dans les migrations de votes lors des dernières élections sans que les interventions des politiques parviennent à contrer ce phénomène qui s’installe .

                       il est vrai que par leurs stupides prises de paroles , certains politiques ne font qu’amplifier cette tendance , simplement pour attester qu’ils existent encore , ce qui contribue à jeter encore plus de trouble sur un électorat que l’offre actuelle ne mobilise plus depuis longtemps sans qu’ils veuillent en tenir compte . je pense en particulier aux jeunes .

                       bonne fin de journée !

                       P.B.A

                       

                       

                       

                       

                       


                    • JMBerniolles 21 octobre 2016 16:57
                      Qu’est ce que l’on aimerait ne pas entendre parler de ce genre de cuisine...

                      La direction actuelle du PC est une direction liquidatrice.

                      Elle achève le tournant réformiste et opportuniste de la Gauche plurielle. Le grandiloquent compromis historique.

                      Gayssot est plus connu pour ses dérives, son appui douteux à des « amis », sa volonté d’être Maire de Béziers à tout prix qui a ouvert la voie au FN, ce qui est caractéristique du basculement politique vers le FN quand la gauche trahit, que pour sa Loi qui impose un pourcentage de logement sociaux dans les communes... 

                      Je ne savais pas que MGB prenait du recul. Je la pense sincère et sérieuse, mais elle n’a pas la capacité pour diriger un parti révolutionnaire. Elle m’a aussi beaucoup déçue en soutenant le business atroce de la GPA.

                      Il faut aussi réaliser que l’on ne peut faire aboutir une révolution sans hommes exceptionnels comme leaders. Sans Lénine il n’y aurait pas eu de révolution d’octobre, Fidel Castro est un leader emblématique dont on voit bien toute la difficulté qu’il y a à le remplacer. Sans Kennedy et Kroutchev nous aurions peut-être déjà eu une guerre nucléaire....







                      • Croa Croa 21 octobre 2016 17:32

                        Merci à l’auteur pour cette analyse intéressante !
                        *
                        Ce qui pourrit tout en effet c’est la courses aux élus (et au maintien espéré de ceux qui sont en place.) Ce n’est pas ainsi qu’on sauvera la démocratie !
                        *
                        D’ailleurs même la France Insoumise (Ø) pourrait bien ainsi rentrer dans le rang et cette idée de présenter des candidats Ø aux législatives est de mauvaise augure !  smiley smiley smiley smiley
                        Ce serait tellement mieux si la Ø n’était qu’un rassemblement de citoyens indépendants et de partis installés (par exemple le PC justement, mais d’autres aussi qui voudraient bien soutenir la candidature de J.L. Mélanchon en ce qui concerne la présidentielle.)
                         


                        • Croa Croa 22 octobre 2016 09:38

                          (suite)

                          J’insiste !  Que la Ø soit perçue par certains, militants ou responsable de partis comme un Nème nouveau parti alors que ceux qui s’investissent depuis des décennies en vain pour un renouveau politique qui ne vient pas aussi parce qu’ils peinent à recruter EST AUSSI UNE RÉALITÉ.

                          Donc pour que la Ø réussisse, elle ne doit pas se poser en concurrente
                          Elle ne devrait donc pas présenter de candidats aux législatives et laisser cela à ses partenaires !
                          C’est d’autant plus stupide que de toute façon la principale mission de JLM sera de lancer une constituante.

                          ON NE RÉUSSI RIEN SANS CONCESSIONS, C’est pourtant simple bordell !  smiley


                        • Croa Croa 22 octobre 2016 09:40

                          J’insiste encore (parce que tout le monde ne dépliera pas.)
                          *

                          ON NE RÉUSSI RIEN SANS CONCESSIONS, C’est pourtant simple bordell ! 


                        • CN46400 CN46400 21 octobre 2016 17:43

                          Raconter des demi vérités sur Castro ou Chavez n’avance à rien. Par contre il y a une vrai vérité qui est partout annoncée : La Le Pen sera au 2° tour en 2017 et en route pour l’Elysée en 2022, et si cela se produit, à qui l’histoire le reprochera ?
                           -A Hollande ?
                           -Au PS ?
                           -A Mélenchon ?
                           -Ou au « petit » communiste Laurent qu’on accusera, comme le DKP Taelman en 33, de n’avoir pas tout fait pour entraver la marche inexorable de l’extrême droite !.....


                          • Croa Croa 21 octobre 2016 19:17

                            À CN46400,
                            Il reste encore plusieurs mois avant l’élection. Il est donc totalement prématuré de dire quels candidats seront qualifiés pour le second tour des présidentielles !
                            *
                            Ça fait d’ailleurs parti de l’intoxication des sujets que de faire paraître tous ces sondages qui n’ont pour seul but que de figer la situation. Tout ça n’est que manipulations.


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 octobre 2016 21:12

                            @Croa
                            Encore faut -il que Mélenchon ait les 500 parrainages... ??
                            Il semble que PS et PCF aient décidé de ne pas lui faciliter la tâche...
                            « Mélenchon pris au piège de Hollande »


                          • Croa Croa 21 octobre 2016 23:15

                            À Fifi Brind_acier « Encore faut -il que Mélenchon ait les 500 parrainages »

                            Oui, bien sûr, ça fait partie des incertitudes.

                            Mais déjà que la Ve a du plomb dans l’aile, une telle forfaiture aura forcément des conséquences et ceux qui se prennent encore pour des Dieux, à savoir les auto-proclamés “élites” de la Nation vont en chier dans leur froc ! Il se pourrait bien que les tartes à la crème et les œufs pourris se mettent à voler très bas à l’occasion des prochaines campagnes ! En plus que Madame Le Pen soit élue dès le premier tour... Pourquoi pas ? Parce qu’il y a des limites à prendre les gens pour des cons !


                          • alinea alinea 22 octobre 2016 00:44

                            @Fifi Brind_acier
                            J’ai toujours aimé les gens qui,n’ayant rien suivi des dernières élections ou n’ayant rien compris, traitent Mélenchon de rabatteur du PS et, non, ne voteront pas pour lui car ce coup-ci il serait capable de donner la consigne de voter Juppé ! smiley
                            C’est vrai qu’à ce stade de connerie, on n’a plus envie de se battre pour rien ni pour personne !


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 22 octobre 2016 08:45

                            @alinea
                            Vous avez ouvert le lien que j’ai mis ?
                            C’est un article du Canard enchaîné qui explique que le PS a donné des consignes pour se débarrasser de Duflot (c’est fait) et ne pas donner les parrainages à Mélenchon.
                            Je n’ai nulle part parlé du report des voix au 2e tour, mais des parrainages.


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 22 octobre 2016 09:03

                            @Croa
                            Bienvenue au Club !
                            Censurer un candidat n’a rien à voir avec la Constitution, qui prévoit que les élus doivent éviter de parrainer des gens incompétents. C’est tout ce que dit la Constitution.
                            Elle ne demande pas aux élus d’être d’accord avec le programme des candidats.


                            Quelle conséquences voulez-vous que ça ait ? Aucune . La forfaiture fait partie, non pas de la Constitution, mais de ceux qui la violent sans qu’il ne se jamais rien.... .

                            FR3 Bourgogne, financée par nos impôts, a refusé de couvrir l’Université de l’ UPR et efface sur sa page Facebook toutes les protestations. Par contre tous les médias se pressaient à l’Université du PS, 250 personnes présentes, contre 800 pour l’ UPR. Que dit le CSA du comportement de FR3 ? Silence radio.

                            D’habitude, c’est l’ UPR qui est censurée, par la violation de l’article 4 de la Constitution sur la liberté d’expression politique. Vous voyez comme c’est désagréable, vous comprenez maintenant ? Je compatis, je ne suis pas d’accord avec le programme de Mélenchon, mais empêcher qu’il ait les 500 parrainages est une honte. Si cela se passait en Russie, ils seraient tous accrochés aux lustres en criant au déni de démocratie et à la dictature....

                          • alinea alinea 22 octobre 2016 11:42

                            @Fifi Brind_acier
                            Oui j’ai ouvert le lien, et comme je lis les écrits de Mélenchon, je le savais ; ma réflexion est une conséquence de cette lecture : le PS est le premier ennemi de Mélenchon depuis 2012, malheureusement personne n’a compris le « sans demande » de Mélenchon ! et ceux qui ne comprennent pas ou ne savent pas sont nombreux, et ils ont autant la parole que les autres ; on répand vite des fausses vérités ainsi !


                          • Taxicoman Insoumis Donato Di Cesare 22 octobre 2016 18:51

                            @CN46400
                            Malheusement, je suis à 200% d’accord avec vous !!!


                          • Elliot Elliot 21 octobre 2016 17:44

                            Le PCF a encore un pouvoir de nuisance, il pourrait empêcher Mélenchon d’atteindre les 500 signatures requises pour avaliser sa candidature mais il a perdu toute sa force d’attraction, il l’a plus précisément galvaudée.

                            Je ne suis même pas certain que dans la lutte des places qui succédera à un désastre des présidentielles annoncé et où les Socialistes reviendront au parlement en portion congrue voire congruissime, il y aura encore de l’espace pour d’éventuels députés communistes, sinon l’un ou l’autre pithécanthrope rescapé de la grande lessive.
                            Surtout si, par leur attitude, ils ont sabordé la candidature de Mélenchon : ceux pour qui il représente l’alternative ne le leur pardonneront pas. 

                            Malgré le soutien d’un appareil qui reste significatif, je ne suis même pas certain qu’un candidat communiste obtiendrait un score supérieur à celui d’un Poutou ou d’une Nathalie Arthaud bien moins bien lotis en matière de structures d’appui.

                            Ce serait l’affront suprême.

                            En grande partie, à cause de l’absence de lisibilité de sa politique à l’égard d’un PS en capilotade, les municipales ont été un désastre pour le PC et s’en est logiquement suivi l’échec des régionales où il a malheureusement entraîné le FdG dans sa chute.

                            Mélenchon présente une candidature face au peuple et avec lui et de toute manière en-dehors des appareils ( qui de toute manière se dérobent ) et on dirait bien que, jusqu’à présent, la sauce prend. Il apparaît bien qu’il soit le seul à pouvoir fédérer la vraie Gauche depuis que Montebourg s’est déconsidéré en avouant que de toute manière il soutiendrait le vainqueur des primaires que ce soit Hollande ou pire encore Valls.


                            • alinea alinea 21 octobre 2016 18:34

                              @Elliot
                              Montebourg est un opportuniste, rien à en espérer !
                              Le PC a cassé le FdeG par son attitude aux élections locales, mais je n’ai pas été de celles qui ont crié haro sur le baudet ; en effet, j’ai connu des villes communistes, des villes où ils étaient présents, et dans ces villes, l’ambiance étaient tout autre ! Ils faisaient un réel boulot au niveau local.
                              J’ai comme l’impression qu’il faut vraiment en finir avec le Président roi, parce que c’est incompatible avec une politique locale. Les Verts ont souffert de cela aussi, au niveau local ils sont formidables, c’est quand il s’agit des palais que les choses se gâtent !


                            • leypanou 21 octobre 2016 19:03

                              @Elliot
                              depuis que Montebourg s’est déconsidéré en avouant que de toute manière il soutiendrait le vainqueur des primaires que ce soit Hollande ou pire encore Valls. : Montebourg étant un ex-Young Leader, ses limites sont criantes.

                              En fait, leur -lui et les autres- candidature n’est qu’une entourloupe pour soutenir F Hollande sans oser le dire ouvertement. Car quelle personne sensée osera croire que l’un d’eux fera le poids devant F Hollande dans une primaire, vue la composition sociologique du PS (et cela JL Mélenchon l’a très bien compris) ?

                              Le PCF espère pouvoir garder ses maigres députés, oubliant que le PS, dès que l’opportunité se présente, n’hésitera pas une seconde à présenter un candidat dans toutes les circonscriptions « gagnables », surtout aux dépens du PCF, tel à Montreuil.


                            • CN46400 CN46400 22 octobre 2016 04:57

                              @Elliot

                              Pour un communiste conséquent, Mélenchon n’est qu’un social démocrate parmi d’autres, même si son vocabulaire évolue au grès de ses candidatures. En 2012 il était marxiste à fond, aujourd’hui il est à la tête d’un fan-club sans idéologie. Etablir le rapport entre « insoumis » et lutte de classe ou avec gauche/droite est impossible. Juppé, pourtant, n’est pas plus « soumis » que Mélenchon.

                               Sauf extraordinaire, cette élection n’est pas gagnable par un marxiste, mais les marxistes peuvent influer sur le résultat. C’est pour cela qu’il travaillent à élargir au maximum l’assiette d’un candidat susceptible de faire avancer le smilblic du prolétariat. Le courant anti-loi Khomri nous semble un bon support pour 2017, c’est donc autour de ce courant qu’une candidature susceptible d’atteindre le 2° tour doit se construire. Le refus de Mélenchon nous conduit vers un autre social-démocrate ; Montebourg, ce n’est pas plus compliqué que cela....


                            • CN46400 CN46400 22 octobre 2016 05:14

                              @leypanou
                              « Montebourg étant un ex-Young Leader, ses limites sont criantes. »’

                              Raphaël Corréa aussi...


                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 22 octobre 2016 09:23

                              @alinea
                              Le niveau local dépend aussi des décisions européennes :
                              les déserts médicaux ; les mégalopoles au détriment des zones rurales ; la fin du financement de l’ Etat aux Collectivités locales ; la crise agricole ; les fermetures d’entreprises et le chômage de masse etc Tout cela est la conséquence de notre appartenance à l’ UE et à l’euro !


                              Les écolos ne changent rien de fondamental dans ce système, ni au niveau écologique global , ni au niveau politique global. Ils aménagent des niches locales, c’est tout. C’est bien, mais largement insuffisant au regard de la situation catastrophique pour des millions de Français.

                            • Croa Croa 22 octobre 2016 09:59

                              À Elliot
                              Non seulement la vraie gauche, mais même tout ce qui est hors système et hors FN (parce que si le FN commence à se rendre compte d’où viennent les problèmes des français, il persiste à s’en prendre à certains pauvres dont le sang n’est pas assez pur.)
                              J’essaye personnellement à m’y employer mais c’est encore dur car les clivages sociaux sont réels dans ce pays où le moindre petit cheffaillon ou petit patron croit encore que Juppé c’est forcément un copain ! (Les cons smiley !)
                               


                            • Fergus Fergus 21 octobre 2016 19:16

                              Bonsoir, Maxime

                              Merci d’avoir relayé cet excellent texte qui analyse avec une précision d’entomolgiste l’état des lieux et les raisons qui, du fait d’un entêtement imbécile vis-à-vis de Mélenchon, vont conduire le PC à se saborder toujours plus.

                              Il est vrai qu’avec un Laurent à la tête du parti, il ne fallait rien attendre de constructif, ce mollusque préférant tenter d’assurer ce qui, croit-il, peut encore être sauvé, en jouant un fois encore les supplétifs du PS. C’est suicidaire et pathétique !


                              • Daniel PETRI (---.---.19.47) 21 octobre 2016 21:17

                                Le stalinisme. L’appareil du PC y a contribué. Outre qu’il a hurlé avec les loups lors des procès de moscou ( « fusillez ces chiens enragés ! ...y compris le beau frère d’Aragon), il a »mis la main à la pâte« contre les anarchistes et »poumistes« espagnols. Après guerre, il a excommunié et traîné dans la boue des »piliers« de la résistance ( Marty, Tillon, Lecoeur, Guingouin. En 1978 ; aligné sur le Kremlin, Marchais a fait gagner Giscard aux législatives, puis, en 1981, ce furent les bulldozers contre les ouvriers maliens à Vitry et une nouvelle tentative de sauver Giscard, puis le soutien au coup d’Etat de Jaruselski le 13 décembre 1981. Tout ça pour participer au gouvernement de Mitterrand. Autre page sombre : le vote des »pouvoirs spéciaux", véritable permis de torturer en Algérie.


                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 octobre 2016 22:08

                                  @Daniel PETRI
                                  Booo que vous êtes vilain d’écrire des choses pareilles ! Les communistes sont parfaits, instruits, démocrates, désintéressés, loyaux, toussa, toussa, lisez les commentaires dithyrambiques d’ Alinea... Ceux que j’ai connu étaient sans morale, « la fin justifie toujours les moyens », Mélenchon est en train d’en faire l’expérience.


                                  Je viens de lire deux livres qui peuvent vous intéresser :
                                  -« Wall Street et la révolution bolchévique » sur les capitalistes américains qui ont financé les Communistes, par Antony Sutton. ( Sutton est un historien américain qui travaille sur les archives des entreprises américaines)

                                  - « La biographie d’Eugène Fried », l’oeil de Moscou auprès de PCF.

                                • alinea alinea 22 octobre 2016 00:53

                                  @Fifi Brind_acier
                                  dithyrambiques !! rien que ça.
                                  Voyez-vous Fifi, je fais la différence entre les être humains, et la masse unie et folle derrière une idéologie. Vous oubliez que je suis anarchiste et que je sais très bien la posture communiste à l’égard des anarchistes !
                                  Cela n’empêche pas que dans le peuple, les communistes ont été une force de contre pouvoir sans pareille.


                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 22 octobre 2016 08:34

                                  @alinea
                                  « Ils ont été », vous utilisez la bonne conjugaison. Avant Mitterrand et la fin de l’ URSS, le PCF avait une excellente analyse de la construction européenne.


                                  Ils ne sont plus une force de contre pouvoir, ils sont devenus euro-atlantistes !
                                  Déclaration de Pierre Laurent lors de l’ élection de Tsipras en janvier 2015.
                                  « Europe est un atout pour Syriza !  » Rêve !

                                • Pyrathome Pyrathome 21 octobre 2016 22:31

                                  Tempête dans un bénitier pour élire la prochaine marionnette !


                                  • MILLA (---.---.1.10) 22 octobre 2016 00:11

                                    « Hé bien nous y sommes déjà »

                                    Bien sûr ! *


                                    • Spartacus Lequidam Spartacus 22 octobre 2016 01:52

                                      Les communistes Français ces enculés qui ont formé les Cambodgiens avant leurs crimes de l’université populaire du PCF qui ont formé ces cadres Kmers rouge et qui se pavanent encore aujourd’hui dans la direction du PCF et d’autres organes de prosélytisme de la barbarie communiste dans la cocosphère. ?

                                      1.5 Millions de morts. Planification agraire et déportation de masse

                                      Tous les pourris dégelasses cadres Kmers rouges sont passé par la formation de ces abjectes pourritures place du colonel Fabien. 
                                      Boudarel assassin criminel de centaines de personnes dont des Français au Vietnam, fut protégé a finit mort dans son lit protégé par ces enculés et les victimes et leurs familles ne seront pas vengés...

                                      Et c’est quoi cette revisite de l’histoire d’un soi-disant passé glorieux ? 
                                      Avant guerre ces enculés ont détruit l’effort de guerre Français en bousillant les usines d’armement en France au nom du pacte Germano soviétique. 
                                      Il ont protégé et assuré la logistique des assassins des Soviétiques venus tuer en France les dissident d’URSS venus se réfugier en France...

                                      Ces enculés du PCF ont approuvé l’invasion de la Pologne au nom du pacte germano-soviétique
                                      A st Ouen l’aumône les cocos ont accueillis a bras ouvert les Allemands avec farandole dans les rues.

                                      La résistance n’a commencé qu’après l’invasion de l’URSS et surement pas pour sauver la France. Avant les cocos étaient enthousiastes et fier des invasions Allemandes.

                                       
                                      Pourritures qui en 1945 ont refait l’histoire pour passer pour des saints et éviter le Nuremberg de ses salopards. Histoire encore déformée dans l’éducation nationale aujourd’hui.

                                      Ces gens qui ont jeté des pierres aux soldats rentrant de la guerre.A vomir ce PCF cette bande de dégelasse assassins...
                                      Aujourd’hui il ne reste que des vieux cons barbus petit bourgeois quasi tous isssu de la fonction publique et qui se branlent d’un passé qui n’a jamais existé et qui se mentent à eux même comme aux autres.....

                                      Heureusement les Archives soviétiques ont etés ouvertes après la chute du mur....
                                      Il reste juste a introduire leur lecture sur la partie PCF au public..... 

                                      Reste a faire en France le procès de CES POURRITURES DE PROFS COMMUNISTES de l’université populaire du PCF qui ont formé ces cadres Kmers et qui se pavanent encore aujourd’hui dans la direction du PCF ou PRCF et d’autres organes de prosélytisme de la barbarie communiste dans la cocosphère.

                                      Il est encore temps de mettre ces gens du PCF bien « franco-Français » devant les cadavres et leur responsabilité.

                                      Dire que ces anciens profs comme Vergopoulos sont présentés comme des « économistes » dans libération ou le monde diplomatique et sont aujourd’hui profs à Sorbonne....Alors que leurs écrits ont encouragé les planifications agraires du Cambodge.

                                      Que des assassins de Français comme Amrane-Minne et actuellement profs à l’université de Toulouse...


                                      • epicure 22 octobre 2016 04:57

                                        @Spartacus

                                        « 
                                        La résistance n’a commencé qu’après l’invasion de l’URSS et surement pas pour sauver la France. Avant les cocos étaient enthousiastes et fier des invasions Allemandes.

                                         »

                                        17 juin, donc avant De gaulle, appel à la résistance d’un communiste :

                                        http://www.gauchemip.org/spip.php?article4383

                                        "Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini : l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie... Et maintenant, ils livrent la France.

                                        Ils ont tout trahi.

                                        Après avoir livré les armées du Nord et de l’Est, après avoir livré Paris, ses usines, ses ouvriers, ils jugent pouvoir, avec le concours de Hitler , livrer le pays entier au fascisme.

                                        Mais le peuple français ne veut pas de la misère de l’esclavage du fascisme.

                                        Pas plus qu’il n’a voulu de la guerre des capitalistes.

                                        Il est le nombre : uni, il sera la force.

                                        Pour l’arrestation immédiate des traîtres

                                        Pour un gouvernement populaire s’appuyant sur les masses, libérant les travailleurs, établissant la légalité du parti communiste, luttant contre le fascisme hitlérien et les 200 familles, s’entendant avec l’URSS pour une paix équitable, luttant pour l’indépendance nationale et prenant des mesures contre les organisations fascistes.

                                        Peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes, UNISSEZ VOUS DANS L’ACTION !"

                                        Charles Tillon, Gradignan, 17 juin 1940

                                        député communiste sous le front populaire

                                        manifeste diffusé le 18 juillet 1940 sur la région de Bordeaux et la côte atlantique : « Notre devoir est de nous unir pour conquérir notre patrie, de nous unir pour libérer son territoire ». Il appelle « à l’union pour chasser à la fois les capitalistes, leur tourbe de valets et de traîtes, et les envahisseurs. »

                                        plus généralement :

                                        https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_int%C3%A9rieure_fran%C3%A7aise#R.C3.A9sistance_communiste

                                        "
                                        En octobre 1940, le PCF met en place l’Organisation spéciale qui a pour but la protection des militants (colleurs d’affiches, distributeurs de tracts, militants qui prennent la parole dans les files de ménagères, sur les marchés), l’organisation d’actions de sabotage du matériel de guerre allemand, des câbles téléphoniques, la collecte des armes, la manipulation d’explosifs, etc.
                                        « 

                                         »
                                        Le 15 mai 1941, le PCF lance un appel à la constitution d’un Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France. L’expérience de la clandestinité donne alors aux communistes une longueur d’avance sur les autres mouvements. Cependant les moyens militaires des communistes sont encore très faibles, notamment à cause du refus du BCRA de lui remettre des armes.

                                        "

                                        Si certains dirigeants communistes ont cédé à la facilité face à l’occupant allemand, il n’en a pas été de même pour tous les communistes. Et au final, ils se sont engagé dans la résistance avant juin 41 contrairement à ce que tu affirmes.


                                      • CN46400 CN46400 22 octobre 2016 05:09

                                        @Spartacus
                                        Pour les communistes comme pour tous les autres, la résistance commence quand la répression a commencé. Les députés communistes ont inauguré l’enfermement politique en septembre 39 (Prison du Puy pour les députés récalcitrants)


                                      • Spartacus Lequidam Spartacus 22 octobre 2016 09:44

                                        @epicure

                                        Garde ta messe de revisite de l’histoire pour l’entre vous......

                                        Peut être faut il rappeler que les communistes ont proposé leurs services aux Allemands à Paris ?

                                        Les archives soviétiques ont été ouvertes. C’est imparable....Inattaquable.

                                        ’le bolchévisme à ;la Française" t’éclairera sur le rôle réel de tes potes en références.....
                                        Tout est prouvé daté sourcé....Les ordres et actions du PCF venaient de Moscou. Il en faisaient rien sans l’aval de Moscou...
                                        Absolument AUCUN Communiste ne s’est engagé physiquement avant l’entrée en guerre de l’URSS. Ils étaient trop heureux de fêter dans l’humanité la victoire soviétique de l’envahissement de la Finlande.
                                        A part des anecdotes tirées par les cheveux de la ré-écriture de l’histoire de 1945, ce furent des enculés qui ont tout fait pour le pacte germano-soviétique contre les Français.

                                        De toute façon un coco d’hier comme celui aujourd’hui est un déni-menteur. Ils célébraient Staline même avec la preuve des Goulags....
                                        Les cocos ont soutenus tous les pires autocrates de la terre....Staline, Pol Pot etc etc....


                                      • Spartacus Lequidam Spartacus 22 octobre 2016 09:57

                                        @CN46400

                                        Baratin.....Ca c’est le mensonge répété et répéte...
                                        Les cocos ont fait la fête à St Ouen l’aumône et accueillis les Allemand en leur faisant une haie d’honneur.
                                        Le journal l’Humanité a fait l’éloge de leur arrivée et les cocos de Paris ont proposé leurs services aux Allemands.....

                                        Boudarel, Vergopoulos et Samir Amin ces actuels chroniqueur mondains qu’on retrouve à Libération, formateur des cocos Cambodgiens et leur livre sur le Cambodge d’incitation à la planification agraire a t-il fait lieu d’une remise en cause chez vous ???
                                        Même pas capable de faire le procès de vos pires dégelasses qui ont du sang sur les mains et ont planifié la révolution agraire qui a fait 1.5 milions de morts.....

                                        C’est sur ça fait la une de l’humanité la responsabilité communiste...Cette pourriture PCF

                                      • Paupaul (---.---.70.136) 22 octobre 2016 10:03

                                        @Spartacus

                                        Les Khmers rouges ? Des petits joueurs à côté des libéraux de l’époque victorienne.

                                      • Croa Croa 22 octobre 2016 10:17

                                        À Spartacus,
                                        Ce n’est pas tout à fait vrai. Les cocos les plus purs ont été tout de suite des résistants. Ces « plus purs » étaient peu nombreux certes et aucun chef parmis eux !
                                        Exactement comme aujourd’hui : Il y a énormément de cocos à la Ø mais pas des chefs, juste les plus purs !


                                      • andromerde95 22 octobre 2016 10:22

                                        @CN46400
                                        « Pour les communistes comme pour tous les autres, la résistance commence quand la répression a commencé. Les députés communistes ont inauguré l’enfermement politique en septembre 39 (Prison du Puy pour les députés récalcitrants) »


                                        la répression a commencé car ils ont sabotaient l’industrie française au profit des allemands.

                                      • izarn izarn 22 octobre 2016 12:08

                                        @Spartacus
                                        Toujours les mensonges par omission, tactique préférée du Diable.
                                        Le PPF a été crée par Jacques Doriot, ancien communiste, membre du comité central, exclu en 1934. Sur recommandation (Justifiée) de Staline.
                                        Le PCF a été infiltré à l’époque. Et votre haie d’honneur, est bien sur issue de ces collabos infiltrés. Ceci dit je n’ai jamais entendu parler de vos conneries, et j’explique facilement vos allégations tordues. Quelles sources ? (Vous oubliez la fable ou les communistes auraient saboté les usines d’armement françaises, avant l’invasion allemande.... smiley )
                                        Vous refusez de croire que meme le PCUS, était aussi infiltré, ainsi que l’Armée Rouge, et vous croyez que les purges de Staline étaient paranoiaques...Nullement ! Staline ce malade mental qui fait tuer ses propres généraux ! Faut etre à moitié con pour y croire !
                                        L’Histoire est meme truquée, comme la pseudo débandade de l’Armée Rouge devant les allemands en 1941. On pense à une réelle trahison ou mollesse de certains généraux. Néamoins il a fallut 5 mois et demi, à une armée épuisée pour etre devant Moscou, grace à la résistance héroique du peuple russe. Rien à voir avec l’infiltration efficace dans l’armée française, et la capitulation en 5 semaines. (Lire la « stalinienne » Annie Lacroix-Riz). Si on avait fait une purge dans l’armée française en 1939, cela aurait évité d’en faire une en 1945 ! Et évité l’empire nazi pendant 5 ans...
                                        Votre cerveau est lobotomisé par le Système. Vous n’etre pas libre. Vos émotions contre Staline vous pertubent les neurones, comme Killary Klingon....
                                        On peut répudier le communisme, mais pas avec des argument aussi haineusement stupides et falsificateurs.
                                        P.S. (Excusez le gag)
                                        Je ne suis pas communiste.


                                      • CN46400 CN46400 22 octobre 2016 14:05

                                        @andromerde95

                                        C’est pas ce qui s’est dit quand ils furent révoqué, et emprisonnés, on leur a juste reproché de ne pas renier ni leur parti ni le pacte qui permettait à Staline de retrouver, sur le tapis vert, la frontière « Curzon », attribuée à l’URSS par le traité de Versailles !


                                      • CN46400 CN46400 22 octobre 2016 14:15

                                        @Spartacus

                                        On a appris récemment que d’ex élèves de sciences-po étaient en Syrie sous le drapeau de Daecht, quand va-t-on demander des comptes à leurs professeurs ?....


                                      • Spartacus Lequidam Spartacus 23 octobre 2016 09:54

                                        @CN46400

                                        Si leurs cours sont des cours en Islamisme....On doit le faire.....

                                      • Legestr glaz Ar zen 22 octobre 2016 07:19
                                        Ce qui va tuer le PCF c’est de faire le mauvais diagnostic, rien de plus ! 

                                        Et si le PCF faisait comme le PRCF ? 

                                        Sinon un article de politique politicienne. Qui est le meilleur pour se présenter devant les électeurs ? Mélenchon avec dans son programme la célébrissime « renégociation » des traités et les non moins populaires « renversement de table », « poing sur la table » , « rapport de force » et « sortie des traités » ! Quel beau programme intelligent ! Ca sent à plein nez « l’Europe fédérale ». Magnifique projet utopique s’il en est. 

                                        • JMBerniolles 22 octobre 2016 10:29
                                          @Ar zen

                                          Vous ne pensez tout de même pas qu’un changement radical en France puisse se faire sans problèmes ?

                                          les maitres du monde utiliseront toutes les armes : déstabilisation par le chaos, guerre économique (c’est là où tout d’une coup nous découvrirons notre dette beaucoup plus toxique que celle des grecs), embargo, attaques contre notre monnaie ....

                                          Vous me citerez le Brexit, mais il s’agit d’une prise d’indépendance de La City par rapport à Wall street, et vous le remarquerez avec les outrances de Johnson et les attaques tout azimut contre Poutine les anglais prennent bien soin de marquer leur appartenance au camp atlantique.
                                          Il ne s’agit pas de remettre en cause le néo libéralisme.



                                        • izarn izarn 22 octobre 2016 11:44

                                          @JMBerniolles
                                          Peut-etre que vous vous trompez : Les britanniques pourraient revenir au vrai libéralisme et abandonner le néolib...Néolib : C’est l’oligarchie mondiale de la globalisation financière et économique, au dessus des états....
                                          Quand le navire coule, les rats quittent le navire « néolibéral »....
                                          Or, il coule !
                                           smiley


                                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 22 octobre 2016 12:05

                                          @JMBerniolles
                                          Bien sûr que le Brexit remet en cause le néolibéralisme mondialisé ! La preuve, c’est que Thérésa May va lancer un plan de réindustrialisation. Ce qu’elle n’aurait jamais pu faire en restant dans l’ UE qui impose les 4 Libertés : liberté de circulation des capitaux, des marchandises, des hommes et des services.
                                          C’est à l’opposé de la mondialisation, qui veut que tout se fabrique dans les pays aux plus bas salaires ! Ce qui ne veut pas dire que la GB sortira de l’ OTAN, vous mélangez économie et défense.


                                          C’est l’indépendance et la souveraineté qui permettent de remettre en place tout ce qui a été détruit et dérégulé. Bien sûr, ce n’est pas la sortie du capitalisme, si c’est ce que voulez dire.
                                          Mais pour cela il faudrait que les peuples aient envie du communisme, et c’est pas gagné.

                                          Mieux vaut un capitalisme régulé que le capitalisme sauvage de la mondialisation.
                                          L’Islande a pris des mesures souveraines, chômage : 1,9%.
                                          L’ US Navy n’est pas allé bombarder Reykjavík, pas plus qu’elle n’a bombardé Londres ...

                                        • JMBerniolles 22 octobre 2016 12:22
                                          @Fifi Brind_acier et izarn

                                          Je suis assez d’accord avec vous, il y a une tentative de revenir à un capitalisme industriel d’état (on voit bien de l’initiative vient des gouvernants à ce niveau).

                                          Personnellement je ne crois pas que ce retour puisse être possible.

                                          D’ailleurs dans l’esprit de La City, c’est un tournant vers la finance du Yuan et un montage pour bénéficié du commerce de la future route de la soie.

                                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 22 octobre 2016 20:22

                                          @JMBerniolles
                                          Et qu’a fait d’autre l’équipe de Poutine, sinon sortir la Russie de la période néolibérale qui a ruiné les Russes ?
                                          « Le redressement économique de la Russie et l’imposture de la mondialisation ».
                                          Sauf que la Russie n’était pas empêtrée dans les Traités européens comme nous !


                                          C’est actuellement la bataille majeure : les Etats Nations contre la Mondialisation.
                                          Un monde multipolaire contre un monde unipolaire dominé par l’ Impérialisme Américain.
                                          Avec la difficulté supplémentaire pour les Français, de retrouver la souveraineté.
                                          Comité Valmy : « L’Union européenne est incompatible avec l’indépendance nationale et la souveraineté populaire. »

                                        • izarn izarn 22 octobre 2016 11:39

                                          Le PCF n’est plus qu’un appareil de notables ayant postes à l’Assemblée, mairies, etc....
                                          Il n’a plus d’élècteurs. Meme EEV en a plus, meme Asselineau, meme L.O......
                                          C’est un appareil de notables bidons, comme ceux de EEV, qui ne représentent plus rien.
                                          Ils bossent à 100% pour le PS, pour former une pluralité virtuelle. Celle du Système.
                                          Que le PCF n’aie peur : Il sera financé par Soros....
                                          Jadis, c’était les trotskos lambertiens qui étaient en douce mis en avant par quelque Gladio, ou Département d’Etat US...Désormais ce sera directement le PCF. Pour faire diversion, comme « Nuit Debout »....
                                          Gauchos aveuglés, bornés. Dont le destin aura été de lacher les salariés et les prolétaires, les ouvriers. Quand aux artisans et paysans, n’en parlons pas : Ennemis de classe....
                                          Mélenchon ? Il en tire cette meme conclusion. Le PCF serait un poignard dans le dos pour sa campagne. Un parti qui fait fuir l’élèctorat prolétaire vers le FN...
                                          Il y a désormais 10 fois plus d’ouvriers au FN qu’au PCF....
                                          Ce n’est pas « une droitisation » des prolétaires smiley (Comiques troupiers politologues) ; mais une droitisation du PCF avec le PS néolibéral et néocon à la fois, pro Clinton.
                                          Désormais Marine Le Pen est plus à gauche que le Système, dont fait partie intégrante le PCF. Qui n’a de communiste que le nom, comme le parti nazi n’avait de socialiste que le nom.
                                          Meme Mélenchon est au bord de la disparition : Il ne récupére que la fonction publique, gros morceau en effet...Mais avec ça ou sont les forces vives de la Nation, comme on disait autrefois ?
                                          Mélenchon reste inaudible dans le secteur privé...
                                          Mais qui veut sauver ce PCF ? Qui peut le sauver ? Meme pas Mélenchon....
                                          Rien à l’horizon....

                                          (Les noms d’oiseaux contre Mélenchon : Populiste, nationaliste, etc...Sont bien entendus grotesques et ne méritent aucun commentaire. Ce n’est pas sur cette base pour lobotomisé qu’il faut juger Mélenchon : Encore une erreur du PCF ; prendre les prolétaires pour des cons)


                                          • JMBerniolles 22 octobre 2016 14:31
                                            Le système dominant possède deux armes majeures pour orienter les votes de gens désinformés, la propagande et les sondages.

                                            Les sondages font à la fois partie de la propagande et permettent d’en mesurer les effets, ainsi que de l’ajuster.

                                            Ce que l’on voit actuellement confirme que l’élection de notre président est aussi verrouillée et jouée d’avance que l’élections américaine.

                                            Juppé est le candidat idéal du système. C’en est à un point que des gens qui se réclament de la gauche vont aller voter pour lui à la primaire LR.

                                            Oubliant la première chose évidente, quand on met un bulletin Juppé dans l’urne on vote Juppé, on le crédibilise, et on lui donne l’élan nécessaire pour la véritable élection.

                                            Inutile de dire que c’est un désastre pour la France, à la fois en politique intérieure et extérieure.






                                            • MILLA (---.---.1.10) 23 octobre 2016 01:42

                                              @JMBerniolles

                                              Tout est dit !


                                            • socrate socrate 22 octobre 2016 17:55

                                              Beaucoup comparent le PCF aux Soviétiques, c’est oublier que les communistes furent aussi pendant longtemps l’espoir d’une classe ouvrière qui ne faisait pas partie du jeu politique.
                                              Cette période est en passe d’être oubliée, même par beaucoup de militants de base qui se tournent vers Mélanchon. Lequel n’a pas besoin de demander une quelconque allégeance tant la page communiste dans sa forme actuelle est dépassée car décevante.
                                              Il en va ainsi pour tous les cycles. Celui de Mélanchon commence par une réécriture de l’histoire des Gauches qui s’inscria dans le temps.
                                              Alors victoire ou pas des Insoumis, une vision future est en marche qui devra être affinée pour être en mesure de diriger un jour le pays.
                                              Le paupérisme grandissant de la population sera le terreau de cette nouvelle voie.


                                              • socrate socrate 22 octobre 2016 18:06

                                                @socrate
                                                PS : félicitation à l’auteur pour cette fine analyse.


                                              • MILLA (---.---.1.10) 23 octobre 2016 01:45

                                                « soient il votent à gauche, soient ils s’abstiennent . »

                                                T’es pas bien renseigné apparemment !


                                                • socrate socrate 23 octobre 2016 12:44

                                                  @MILLA
                                                  Et s’ils s’abstiennent, par désespoir et définitivement sans avenir, ils viendront grossir les hordes de sans dents, former des bataillions de délinquants sans foi ni loi et mener le pays dans un grand désordre.
                                                  C’est ce que vous voulez ?


                                                • ROLLAND 24 octobre 2016 15:36

                                                  Proposer de prendre l’intérêt général humain comme ligne politique et vision stratégique se situe nécessairement « hors partis », non pas au sens d’une hostilité à l’idée même de parti, mais en dehors des partis actuels parce qu’ils ne « correspondent » pas à la réalité sociale mondialisée, dominée par un individualisme intéressé. Ce ne sont pas seulement les institutions de la Vème République qui sont à bout de souffle.

                                                  L’intérêt général humain, c’est ce qui peut parler à toutes et tous, ce qui concerne l’ensemble de la société française quelles que soient la situation sociale de chacun, son appartenance de classe vécue ou niée, sa position et sa fonction économiques dans les rapports de production capitalistes d’aujourd’hui. Ces données, objectives et subjectives, sont forcément prises en compte dans les propositions différenciées de programmeet d’organisation qui sont, pour cette stratégie, ses moyens d’existence et de vie.

                                                  Il est plus que temps de comprendre et d’admettre que nationalement, les partis ne sont plus en phase avec leur « temps », ne l’expriment ni essentiellement ni existentiellement, et donc ne sont pas entendus par celles et ceux auxquels ils essaient de s’adresser.

                                                  C’est l’une des raisons de l’abstention massive et consciente des gens lors d’élections nationales, alors que celle-ci est moindre lors d’élections générales locales, comme si, à ce niveau de proximité relative, une correspondance ou une communication étaient encore établies.

                                                  Cette analyse a conduit Jean-Luc MELENCHON à fonder un « mouvement » avec tout ce que cela implique de mobilité et de dynamisme, mais aussi d’aléatoire et de fluctuant, d’incertain donc de « risqué ».

                                                  D’où la crainte des « vieux croyants » qui, dans la moins pire des hypothèses, alimente  leur hostilité à cette nouveauté, se posant en irréductibles gardiens des vieilles recettes ayant « fait leurs preuves », propriétaires des « boites à outils » et autres instruments d’intervention dans la réalité sociale de leurs habitudes ou de leurs préjugés.

                                                  Cet entêtement les conduit logiquement à combattre tout ce qui se propose en dehors des sentiers rebattus.

                                                  Aujourd’hui, avec plus ou moins d’honnêteté intellectuelle, mais avec un vocabulaire toujours choisi, les tenants de cette logique réduisent cette innovation à une équipée individuelle et solitaire donc aventuriste, quand elle n’est pas rapportée à des expériences anciennes,  récusées par les gens de gauche « normaux », comme dirait l’autre : « ni César, ni tribun », pensent-ils, disent-ils aussi.Comment se faire entendre par qui est délibérément ou involontairement sourd, et qui, malgré le  vacillement de ses vielles croyances, s’y raccroche encore tout en en cherchant de nouvelles, de préférence à l’image de celles qui l’abandonnent ?

                                                  D’où l’éternel retour de « la question », posée ouvertement ou sous-jacente : Jean-Luc MELENCHON est-il crédible ? Sincèrement, vous y croyez, vous ? Parce qu’enfin, ce n’est pas un homme neuf, il a fait partie, et même parti, d’un passé controversé pour la « gauche », et en plus il ne le renie pas ! Et si l’opposition à l’homme-Mélenchon ne servait qu’à masquer des raisons autres comme : le refus de propositions de programme, et aussi, peut-être, la perte possible de situations personnelles acquises dans l’activité partisane, que le « mouvement », dans sa forme actuelle, remet forcément en cause ?

                                                  Mais alors, qui ? On n’en est pas encore à l’idée folle d’une primaire interne au PCF, mais déjà des bouts de nez commencent à pointer, un ventre de sénateur, une moustache à l’ancienne…

                                                  Et le temps passe…

                                                  Dans un passé qui décidément ne passe pas, dans des résolutions et déclarations solennelles, le PCF a regretté très officiellement et sincèrement les hésitations, les « retards » pris à faire siennes des nouveautés historiques déstabilisantes, lors des débuts de la déstalinisation, lors des mouvements sociaux et évolutions des mœurs de 1968 et après, à propos de questions théoriques, de débats idéologiques…

                                                  Quelle appréciation pourra-t-il porter, dans quelques mois, quelques années ( ?), sur ce temps qui passe depuis des mois, sur ce temps qui le dépasse ?

                                                  Cela se résumera-t-il à ce constat : « nous n’avons pas été à la hauteur » ? De quoi ? Tout bonnement de ce qui fut son orientation politique d’ouverture et d’invention, à savoir : l’intérêt général humain, base de l’union populaire. Pourquoi ? Parce qu’il est aujourd’hui animé par quelqu’un d’autre ? Dommage.

                                                   

                                                  Nieul, le 18 octobre 2016  Robert ROLLAND

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité