• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour la peine de mort

Pour la peine de mort

 

Un titre provocateur, qui peut légitimement en indigner plus d'un, qui nous plonge quarante ans en arrière et que n'importe quel homme qui utilise son cerveau cortical ne peut que rejeter.

Non, que personne ne croie que j'ai retourné ma veste ; je suis plus que jamais convaincu qu'un homme n'a pas le droit d'ôter la vie à un autre et je n'ai besoin d'aucun livre sacré pour me convaincre mais pourquoi pas malgré tout rétablir la peine de mort puisqu'une majorité de Français y est favorable ?

 

L'instinct de survie.

Face au danger immédiat, l'homme a deux attitudes possibles pour se mettre à l'abri : fuir ou éliminer le danger. C'est notre cerveau reptilien qui réagit de manière stéréotypée et bien heureusement parce que sinon notre espèce n'aurait pas survécu au début de son existence.

Si la cause du danger est capturée ou est vulnérable, le premier réflexe est de l'éliminer. C'est par exemple le comportement du soldat face à un ennemi et c'est ce qui fait la cruauté des guerres.

Ce cerveau primitif nous permet de survivre face à un danger imminent.

La notion de légitime défense ou de riposte proportionnelle est bien connue de tous et est gérée par le cerveau reptilien.

En situation de non danger, l'homme peut élaborer des stratégies de défenses différentes. C'est le cerveau cortical grâce à ses 20 milliards de neurones interconnectés qui pense à se mettre en permanence hors de portée d'un ennemi, à construire des murs pour s'en protéger ou à retenir l'ennemi dans un endroit où il ne peut nous nuire. C'est évidement le principe de la frontière, de la prison et aussi celui de l'animal dangereux maintenu dans une cage ou dans un enclos.

Comme l'homme est doté d'un pouvoir de communication, il profite de ces moments de sérénité pour établir des règles qui évitent d'entrer en conflit avec ses semblables et il s'organise pour que l'ensemble des citoyens respecte ces règles.

 

Se protéger.

« Homo Homini lupus est. » [i] L'homme doit se protéger contre tous les dangers et un de ces dangers est ses semblables qui ne font pas partie de son clan. L'homme se méfie d'un homme qu'il ne connaît pas comme il se méfie d'un loup.

Cette expression a du sens quand on rencontre un étranger dont on ne connaît pas les intentions.

La prudence voudrait qu'on s'assure de ses bonnes intentions et de sa volonté d'accepter de vivre suivant les mêmes règles que les nôtres avant de lui donner l'asile.

C'est Rousseau qui disait : « L'homme naît bon, c'est la société qui le corrompt. » En Europe, nous avons développé une civilisation dans laquelle on accepte la tolérance. D'autres régions du monde et pas seulement du monde musulman ont d'autres traditions culturelles incompatibles avec la tolérance. Je pense à l'égalité des genres, à la place de la religion dans la société, à la vendetta et à la volonté de faire justice soi-même etc.

Dans le monde actuel, des hommes de cultures diverses et de mœurs différentes sont appelés à se côtoyer. La règle veut que les lois du pays d'accueil soient les seules qui doivent être respectées mais dans la réalité, ce n'est pas accepté par tous.

La vie en société implique de suivre certaines règles codifiées en lois. Il est essentiel que tous les habitants d'un même pays se conforment à ses lois et que celui qui les transgresse soit puni ou exclu.

Il en va de l'intérêt général et ce n'est qu'ainsi qu'une société peut s'épanouir dans l'harmonie.

 

La prison

Plus globalement et avant d'aborder le problème de la peine de mort, c'est d'abord le système pénal actuel basé sur l'emprisonnement qui est partiellement en échec.

 

Les citoyens attendent quatre choses de la Justice.

 

  • Un effet exemplatif qui dissuade un citoyen de commettre un délit.

  • Une punition qui dissuade le délinquant de recommencer.

  • Une détention du délinquant qui l'empêche de commettre d'autres méfaits.

  • Une réparation qui indemnise la victime.

 

La grande majorité des citoyens ordinaires respecte la loi et est consciente du risque qu'elle court en la transgressant mais une poignée de délinquants y est complètement indifférente.

En effet, si la punition n'est pas effective, l'effet exemplatif n'a pas lieu et le délit peut être répété à l'infini.

De plus, ces délinquants sont insolvables et les victimes ne sont jamais indemnisées.

Une des punitions dissuasives est la prison mais en France, elle n'est pas effectivement exécutée dans plus de la moitié des cas pour les peines de moins de deux ans [ii] et c'est sans compter les nombreuses condamnations avec sursis.

Nous connaissons très bien les causes de cette défaillance : la surpopulation carcérale, la crainte de radicalisation au contact d'autres délinquants qui fait des prisons des écoles du crime, le coût de la construction d’Établissements pénitentiaires, de leur entretien et du personnel.

C'est une charge à fonds perdus pour les budgets nationaux.

Après le rappel à la loi, nous voyons aussi apparaître des peines alternatives comme le bracelet électronique ou les travaux d'intérêts généraux voire suivant des propositions plus récentes, le placement dans des unités militaires. Ce sont des alternatives intéressantes mais qui me semblent peu dissuasives et qui nécessitent un encadrement coûteux.

Il reste encore quelque chose entre les peines alternatives et la prison qui n'a pas été exploité ; une peine de privation de liberté courte mais pénible.

En d'autres temps, cela s'appelait le cachot mais aujourd'hui on pourrait imaginer une petite cellule individuelle éclairée la nuit par une loupiote et équipée du minimum, c'est à dire d'une table et d'une chaise pour manger, d'un petit bloc sanitaire et d'un lit, d'une paillasse et d'une couverture dont on dispose de 8 h du soir à 6 h le lendemain.

Ces cellules pourraient même être mobiles comme des containers et pourraient être fabriquées en série et déplacées là où le besoin s'en fait sentir.

Pour les infractions mineures, tags, insultes aux forces de l'ordre, rébellions, rodéos, petits trafics, harcèlements divers, petits vols et dégradations légères le juge pourrait condamner les prévenus d'abord à un court séjour en cellule et ensuite graduellement augmenter la durée.

D'abord le rappel à la loi et ensuite un, deux, quatre, six, huit, dix, quatorze jours de cellule avec régime strict. Une gradation pour dissuader les multi-récidivistes et laissée à l'appréciation du juge. Quatorze jours serait le maximum mais pourrait être répété un nombre indéfini de fois pour de petites infractions.

On pourrait aussi placer des mineurs dans ces cellules avec une limitation de jours en fonction de l'âge.

Pas de lecture, pas de musique, pas de télé, pas de téléphone portable, pas de visite ; seul dans sa cellule avec une demi-heure de promenade par jour. Le détenu devra quitter sa cellule dans le même état qu'il l'a trouvé en entrant : propre et sans dégradation sinon son séjour sera prolongé jusqu'à ce que le lieu soit remis en état. Le détenu sera prévenu de ces conditions à son entrée dans la cellule.

Pour les délinquants de bonne volonté, cette peine pourrait être aménagée en la tronçonnant pour qu'elle soit purgée pendant les week-ends.

Il n'y aurait plus le problème de la promiscuité avec des délinquants endurcis, pas de problème de sécurité [iii] et le coût du séjour pourrait être fortement réduit.

Ce genre de sanction pourrait vraiment être dissuasif pour la grande majorité des petits délinquants.

On pourrait aussi parallèlement saisir une partie des allocations familiales pour indemniser les victimes. Contrairement à l'idée reçue, de jeunes délinquants sont sensibles à une perte de revenu de leurs père et mère et cette mesure aurait un effet dissuasif sur un nombre important de jeunes.

Il faut savoir qu'à force d'impunité, les jeunes délinquants deviennent de plus en plus audacieux et finissent par commettre des délits graves comme des vols avec violence, des car-jackings, des rackets, des violations de domicile, des cambriolages etc.

Il s'agirait pour le législateur de distinguer les petits délits et les délits graves qui continueraient à justifier des peines de prison comme actuellement.

 

La fausse double peine.

Un grand délinquant ou un petit délinquant multi-récidiviste étranger doit rester en détention jusqu'à ce que sa peine soit intégralement purgée mais doit-il ensuite être expulsé ?

Pour exprimer mon opinion, je vais prendre un exemple.

Mon fils dérobe de l'argent dans ma caisse. Je le punis comme il se doit, il restitue l'argent volé mais il reste mon fils et je ne l'expulse pas parce que j'ai des obligations envers ma lui.

Un invité commet le même délit. J'exige la même punition mais je n'ai aucune obligation envers lui et je lui ferme ma porte.

Ne pas expulser un délinquant étranger est une vue de l'esprit de « philosophes » idéalistes qui se référant à Rousseau, pensent que l'homme est bon par nature et peut renoncer à ses vices si on lui en laisse la chance. Ils s'opposent au réalisme minimum de Voltaire.

Expulser un délinquant étranger n'est pas le dépouiller de tous ses droits et en faire un apatride. C'est simplement le renvoyer dans son pays d'origine qui lui, a des obligations envers lui.

Malheureusement, ces activistes qui se préoccupent des droits des accusés oublient de tenir compte de l'intérêt des victimes et de l'intérêt de la société. Ils ont beaucoup d'influence dans les médias et auprès des politiques pour le moment mais petit-à-petit les opinions publiques évoluent et on peut s'attendre à une prise de conscience générale qu'il faudra bien respecter sous peine de voir l'arrivée au pouvoir d'élus beaucoup plus radicaux.

 

Le sondage IPSOS ;

Il faut revenir sur le récent sondage annuel réalisé par l'IPSOS/Sopra Steria qui a donné comme résultat que 55 % des Français sont pour le rétablissement de la peine de mort, soit une hausse de 11 points en un an.

Sans surprise, les sympathisants de droite adhèrent massivement à cette proposition et ceux de gauche non mais moins massivement.

Le sondage nous apprend aussi que les ouvriers, les employés et les pensionnés sont majoritairement favorables au rétablissement de la peine de mort tandis que les cadres et les professions intermédiaires sont majoritairement contre.

A mon avis, ce sondage a une lacune. Plus que l'appartenance politique et sociale, c'est l'appartenance philosophique et religieuse des sondés qu'il aurait été intéressant de connaître.

On peut penser que la condamnation des criminels en série ou des assassins d'enfants peuvent faire consensus chez les partisans de la peine de mort.

Je me demande cependant quel pourcentage des 10 millions de Français musulmans serait d'accord de condamner les auteurs de blasphème à mort (comme évoqué dans la loi islamique) et s'ils condamneraient aussi les auteurs d'attentats terroristes à la même peine.

C'est une question clivante qu'il est sans doute interdit de poser en France.

 

La peine de mort.

Il faut d'abord rappeler que la peine de mort est appliquée sans restriction pour la moitié de l'humanité en termes de population : on peut citer la Chine, l'Inde, les États-Unis, l’Égypte, le Soudan, tout le Moyen et Extrême-Orient y compris le Japon.

La peine de mort n'est que rarement appliquée dans d'autres pays : le Brésil et une grande partie de l'Amérique du sud.

Elle est totalement abolie en temps de paix au Canada, au Mexique, en Argentine, en Australie, en Nouvelle Zélande et en Europe continentale excepté en Biélorussie. [iv]

L'antienne qu'on entend fréquemment est que la peine de mort n'est pas dissuasive et on cite alors les États-Unis en exemple. Effectivement, la société étasunienne est très violente pour des raisons liées à son histoire ainsi qu'à son système éducatif mais elle le serait peut-être encore davantage s'il n'y avait pas de peine de mort.

L'effet dissuasif est cependant tangible dans la plupart des autres pays.

Il y a une réserve à faire pour certaines dictatures où on exécute des opposants politiques, des homosexuels ou des malfaiteurs qui n'ont commis que des délits.

Cette remarque ne concerne pas la Chine contemporaine où ce ne sont que des criminels de droit commun qui sont exécutés.

Il y a une quatrième catégorie de pays comme ceux du Maghreb ou la Russie qui mérite d'être étudiée : la peine de mort y est légale mais non appliquée.

C'est une option intéressante qui mérite d'être considérée.

On ne peut s'empêcher de penser que certains crimes particulièrement barbares sont traumatisants pour la population et que leurs auteurs doivent être définitivement écarté de la société par crainte de récidive.

Faut-il pour autant exécuter un condamné. C'est un procédé archaïque qu'on trouvait déjà dans l'Ancien Testament, dans la torah ou dans la charia. Un criminel détenu ne représente plus un danger pour la société. A part la loi du talion, la seule autre raison d'exécuter un criminel est l'effet exemplatif mais cet effet peut être obtenu aussi efficacement d'une autre manière sans exécuter un condamné.

Quel que soit le mode d'exécution, quelqu'un devra procéder à la mise à mort, que ce soit le bourreau qui actionne la guillotine ou le médecin qui fait l'injection létale et cet acte ne rendra pas la vie aux victimes.

Cela s'appelle un homicide commis au nom de l'État et cela crée un problème moral surtout que l'histoire nous a appris que de nombreux innocents ont perdu la vie suite à des erreurs judiciaires.

Voyons donc comment on pourrait rétablir la peine de mort mais ne pas exécuter le condamné.

C'est au législateur de déterminer dans quel cas la peine de mort doit être prononcée.

Mon avis personnel est que cela ne devrait concerner que des meurtres avec préméditation mais je sais que ce n'est pas si simple et que cela nécessite une réflexion plus profonde. [v]

Les condamnations à mort ne devrait concerner que peu de cas, du moins dans l'état actuel de la situation sécuritaire en Europe.

Je rappelle ici que la peine de mort doit punir le coupable et servir d'exemple aux autres meurtriers potentiels. L'aspect symbolique devient dès lors très important.

Pourquoi ne pas suivre le rituel du condamné à mort, l'emmener devant la guillotine, lui donner la dernière cigarette et faire tomber la lame à vide ?

Le condamné est ensuite amené dans une cellule pour une durée à déterminer. Il doit apprendre que chaque seconde de vie supplémentaire est un cadeau que la société lui fait.

Son décès est acté le jour de son exécution symbolique.

Il ne peut y avoir de juge de l'application des peines ou de grâce présidentielle.

Si le condamné fait montre de repentir, il peut améliorer son quotidien : promenade dans la cour, aménagement plus confortable de sa cellule, visites, accès à des livres voire à des vidéos. Ces derniers devront être des versions expurgées de toute violence et d'appel au meurtre, que ce soit les vidéos ou les livres y compris le coran ou la bible.

Pour obtenir ces améliorations, il devra se les payer. Des travaux peuvent être effectués en cellules : vannerie, reproduction de peinture et divers travaux manuels. On peut même envisager des travaux en atelier dans un deuxième temps.

Les bénéfices seront partagés entre l'indemnisation des victimes, les frais d'entretien de la prison et un budget alloué au condamné et contrôlé par la direction de l’Établissement pénitentiaire.

Un détail qui a son importance c'est que le condamné est considéré comme mort. Il ne peut de ce fait plus bénéficier des mêmes droits que les autres citoyens.

Cela ne veut pas dire qu'il peut être livré à l'arbitraire. Il y a juste lieu d'inverser le concept « tout est permis sauf ce qui est interdit » et le remplacer par « tout est interdit sauf ce qui est permis ».

 

Conclusion.

Aujourd'hui, on peut inverser une célèbre citation de Victor Hugo [vi] et dire qu'il faut construire des prisons pour remplir les écoles.

Il faut qu'une condamnation judiciaire soit crainte et pour cela il faut qu'elle soit sévère et toujours effective.

Une grande partie des multi-récidivistes en petites infractions devrait retrouver le droit chemin et celui de l'école pour les mineurs après un ou plusieurs séjours en cellule.

Ce n'est bien sûr pas l'unique solution à la délinquance. L'école doit retrouver son rôle d'éducation surtout dans le contexte de démission de la part des parents.

Il restera bien sûr toujours des délinquants endurcis pour lesquels des mesures d'enfermement plus longues et plus radicales seront nécessaires.

Il faudra aussi faire abstraction de notions comme « humiliation de la dignité humaine » et avoir un suivi psychologique à l'entrée et à la sortie de la cellule. Il est très important que le délinquant prenne conscience de ses erreurs.

En ce qui concerne la peine de mort, il faudra sans doute prendre provisoirement ses distances avec le Conseil de l'Europe et avec la Cour européenne des droits de l'homme et en assumer les conséquences.

Nous sommes dans un cas de force majeure qui justifie des mesures drastiques en ce qui concerne certains types de délits et de crimes qui ont tendance à augmenter tous les ans et qui exaspèrent de plus en plus les citoyens ordinaires.

Un dernier point doit être encore être évoqué.

Comment faire prendre conscience des conséquences des infractions au plus large public ?

Pour les plus jeunes qui suivent encore l'enseignement primaire, on pourrait passer un film pas traumatisant sur ce qu'est le respect de la loi suivi d'explications données par l'enseignant.

Pour les plus âgés qui fréquentent l'enseignement secondaire, ce serait un film plus complet avec des témoignages et aussi des aperçus des lieux de détention ainsi les principales notions de civisme.

Pour les primo-délinquants, un film complet avec la présence d'un psychologue.

Pour les récidivistes, un film complet avec une sévère mise en garde.

Les immigrés demandeurs d'asile ou pas devraient être obligés de visionner un film avec un aperçu des us et coutumes du pays et des peines encourues en cas d'infraction y compris la peine de mort symbolique. Ce film pourrait être traduit dans toutes les langues... ou presque. Il faudrait aussi s'assurer que le futur migrant a bien compris le message.

Il est difficile d'avertir tous les voyageurs mais une note pourrait être remise aux frontières et des livrets explicatifs mis à la disposition de tout un chacun.

Beaucoup de pays européens sont confrontés aux problèmes de délinquance, surtout des jeunes. Il serait encore mieux d'avoir une concertation avec les pays voisins, Italie, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Allemagne etc. pour plus ou moins harmoniser les législations et ne pas subir les foudres du droit humanitaire qui d'ailleurs n'existe qu'officieusement mais qui est surinterprété par la CEDH.

La France est dans une situation de perte de contrôle de petites parcelles de son territoire. Elles sont beaucoup plus nombreuses que ce qu'on croit et ont tendance à augmenter.

Le livre « Les Territoires perdus de la République » a 18 ans. Il dénonçait la mainmise de l'islam sur certains quartiers. A présent, il faut ajouter la mainmise de trafiquants de drogue sur d'autres parcelles de territoires et les risques d'émeutes en cas de reprise en main par l'autorité.

Il y a urgence à commencer à rétablir l'ordre républicain sur toute la France. Ce sera long et difficile mais absolument nécessaire parce que l'alternative risque d'être plus tard la guerre civile.

Les mesures superficielles proposées par le gouvernement, l'interdiction des certificats de virginité, la fermeture des mosquées radicales, l'enseignement de l'arabe à l'école, ne changeront rien. C'est trop peu et trop tard. Les trafiquants de drogues sont connus et peuvent être facilement arrêtés par la police.

Le gouvernement français est capable de prendre des mesures radicales qui limitent la liberté pour lutter contre la Covid 19 mais est incapable de se donner les moyens de reprendre le contrôle de tout le pays.

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans le Royaume de France.

 

 

i « L'homme est un loup pour l'homme  ». Locution latine qui signifiait d'abord qu'on voit un homme inconnu comme un danger, comme un loup. Pour le philosophe anglais du XVIIe siècle Thomas Hobbes, c'est à l'état de nature que l'homme est un loup pour l'homme, c'est à dire que quand il vit en société, il doit suivre des règles qui lui interdisent de paraître une menace pour les citoyens de la cité. S'il transgresse les règles il devient un danger pour les autres et il sera puni.

ii  https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/le-vrai-du-faux-non-il-n-est-pas-possible-d-echapper-systematiquement-a-la-prison-en-cas-de-peine-inferieure-a-deux-ans_2727761.html

iii Il n'y a aucun intérêt à s'évader pour un détenu qui n'a que quelques jours à passer en cellule d'autant plus que qu'il ne s'agirait que de petits délinquants et pas de criminels endurcis qui ont des complices.

iv https://fr.wikipedia.org/wiki/Application_de_la_peine_de_mort_dans_le_monde

v Tous les meurtres avec préméditation n'entraînent pas la peine maximale. Jacqueline Sauvage, habilement défendue, ne fut condamnée qu'à 10 ans de prison et finalement graciée par François Hollande. La loi devrait aussi bien définir les motivations des assassins qui méritent la peine de mort. https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Jacqueline_Sauvage

vi « Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons  » Citation de Victor Hugo (Les Misérables) valable dans le contexte du XIXe siècle quand l'immense majorité des enfants des classes laborieuses n'avait pas accès à l'enseignement et quand la misère et l'alcoolisme engendrait la délinquance. Nous sommes aujourd'hui dans un autre contexte. L'enseignement est gratuit et généralisé mais une partie de la population jeune refuse le contenu des cours et oscille entre la délinquance et le radicalisme religieux.


Moyenne des avis sur cet article :  2.59/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • The White Rabbit The White Rabbit 19 octobre 10:08

    Arguments contre la peine de mort :

    https://www.amnesty.ch/fr/themes/peine-de-mort/arguments-contre-la-peine-de-mort/arguments-contre-peine-de-mort

    Injuste

    La Déclaration universelle des droits de l’homme reconnaît à chacun·e le droit à la vie et ajoute : « Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. » La peine de mort viole ces droits humains fondamentaux. Tuer ne se justifie jamais, même lorsqu’on suit les ordres d’un État. Un Etat ne peut à la fois interdire le fait de tuer tout en le pratiquant lui-même. Les normes internationales relatives aux droits humains se situent au-dessus du droit national.

    Inhumaine

    Il n’y a pas de peine de mort « humaine ». Quelle que soit la méthode employée, l’exécution ne poursuit qu’un seul but : supprimer une vie. La peine de mort prive une personne de la possibilité d’expier un forfait, de réparer, de se repentir et de s’amender.

    Inutile

    La peine capitale n’empêche aucun délit. Les études scientifiques n’apportent aucune preuve que la peine de mort ait réellement l’effet dissuasif qu’on lui attribue. Au Canada par exemple, le nombre d’assassinats a diminué depuis l’abolition de la peine de mort. Aux États-Unis, en revanche, il est plus élevé dans les États qui pratiquent l’exécution capitale que dans ceux qui y ont renoncé. Pour empêcher efficacement les délits, il est nécessaire d’avoir un taux élevé d’élucidation des crimes et un système judiciaire travaillant de manière équitable, rapide et conséquente.

    Irrévocable

    Les erreurs judiciaires et les jugements erronés ne peuvent jamais être totalement exclus. Lorsqu’une peine de mort a été exécutée, il n’y a pas de retour en arrière possible. Depuis 1973 aux États-Unis, 164 personnes condamnées à mort ont été libérées après que la preuve de leur innocence a été faite (état mars 2019 source : Death Penalty Infornation Center). Le nombre exact d’exécutions d’innocents, de jugements erronés et d’erreurs judiciaires avérées ne peut être déterminé avec précision. De faux aveux, des faux témoignages et des expertises insuffisantes peuvent influencer l’issue d’un procès et conduire à un assassinat perpétré par la justice. Dans certains pays, la procédure de condamnation à la peine de mort ne donne pas droit à une défense solide de l’accusé·e sur le plan juridique et n’octroie pas de droit d’action en appel.

    Arbitraire

    La peine de mort est utilisée de manière disproportionnée contre des gens pauvres ou des personnes appartenant à une minorité. Aux États-Unis, la part des Afro-Américains condamnés est supérieure à la moyenne. En Arabie Saoudite, elle touche avant tout les travailleurs et travailleuses étrangers. Avec la peine de mort, les États satisfont une certaine soif de vengeance populiste – souvent en organisant des procès publics et des exécutions de masse, comme c’est le cas en Iran et en Chine. La plupart des exécutions ne punissent pas des crimes violents mais répondent à des motifs politiques. La peine de mort permet au pouvoir de se débarrasser des personnes impopulaires. Ainsi, des peines de mort sont prononcées pour homosexualité (Nigeria, Arabie Saoudite), pour des délits liés à la drogue (Indonésie, Malaisie) ou pour vol, corruption ou fraude fiscale (Chine).


    • devphil30 devphil30 19 octobre 11:23

      @The White Rabbit

      Ca en fait toujours un de moins qui ne recommencera pas ... !

      Si d’autres candidats à la veuve noire se présente alors qu’elle fasse son office

      Une personne qui a tué dans les conditions récentes n’est pas récupérable donc on la supprime....

      Pour rappel on parle d’une personne qui a tué car on a sorti des représentations de momo.

      Bonjour les barjots de la religion


    • Pierre Pierre 19 octobre 14:08

      @The White Rabbit
      Je suis globalement d’accord avec votre commentaire avec une nuance concernant la soumission à des traitements inhumains ou dégradants.
      Je sais que pour les droit-de-l’hommistes, une condamnation à la prison doit juste priver le détenu de liberté, rien de plus. Cela semble surréaliste de voir un délinquant ou un criminel bénéficier d’un meilleur traitement qu’un SDF ou qu’un prolétaire qui esquinte sa santé dans des travaux insalubres.
      Je conteste cette interprétation des droits de l’homme. Pour moi, un malfaiteur condamné perd une partie de ses droits et doit craindre une nouvelle condamnation.


    • Furax Furax 19 octobre 18:23

      @The White Rabbit
      Dans une émission sur les crimes, Pierre Bellemare affirmait que, depuis l’utilisation des ADN, plus de 200 condamnés américains étaient sortis du « couloir de la mort » .
      Ca donne à réfléchir...
      Condamner à mort un type qui rêve de martyre,,,
      Condamner à des années de prison en écoutant en boucle, 24 sur 24, les « Trois petits cochons » OK !


    • Clocel Clocel 19 octobre 10:14

      « je suis plus que jamais convaincu qu’un homme n’a pas le droit d’ôter la vie à un autre »

      Bravo ! Vous êtes dans le camp du bien, il vous reste à convaincre ceux du camp d’en face, les fauves lâchés dans nos rues à dessein de dissimuler les vrais problèmes, de créer de faux débats et permettre aux affaires de se conclure loin de la rumeur de la rue en chaleur.

      Pour rappel, l’abolition de la peine de mort a été le fait du Prince, elle était dans un programme, les français n’ont jamais été consulté.

      Si vous êtes autre chose qu’un démocrate en peau de lapin, réclamez donc un referendum sur la question, qu’on se marre !


      • pemile pemile 19 octobre 10:14

        Sale récupération de la peine de mort infligée à Samuel Paty ! smiley


        • Francis Francis 19 octobre 10:23

          @pemile
           
           J’imagine mal les lobbyistes de Big Pharma réclamer la peine de mort.
           


        • nono le simplet nono le simplet 19 octobre 10:24

          @Francis
          on pourrait les vacciner avant de les exécuter ...


        • Pierre Pierre 19 octobre 10:34

          @pemile
          Aucune récupération ! Vous pensez bien qu’un article comme celui-ci ne se rédige pas en quelques heures d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un copier-coller et qu’il était quasi terminé au moment de l’assassinat de Samuel Paty. smiley


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 octobre 10:37

          @nono le simplet

          « on pourrait les vacciner avant de les exécuter ...  »

          à condition que les vaccins soient payés au tarif fixé par les labos et payés par les états avant d’être distribués (ou pas, on s’en fout) par les officines

          pourquoi la manip de Roseline Bachelot avait marché il y a et que ça coince cettes année ? trop d’acteurs ? la mondialisation a parfois des soubresauts...


        • Clocel Clocel 19 octobre 10:54

          @Séraphin Lampion

          L’excellent George Carlin dans un de ses sketchs précisait qu’avant l’injection létale, les toubibs US désinfectaient la saignée du bras, que le type n’arrive pas malade en enfer...


        • pemile pemile 19 octobre 10:56

          @Pierre « Aucune récupération ! Vous pensez bien qu’un article comme celui-ci ne se rédige pas en quelques heures »

          Soit, je ne vais mettre en doute votre bonne foi, mais sur le fond de votre article, l’exemplarité de la peine :

          "Je rappelle ici que la peine de mort doit punir le coupable et servir d’exemple aux autres meurtriers potentiels. L’aspect symbolique devient dès lors très important.« 

          C’est justement ce qui fût utilisé par daesh avec ses vidéos de propagandes et cela ressort dans la monstruosité de l’exécution de Samuel Paty. Ces messages ne sont qu’envoyés qu’au cerveau reptilien (*), c’est bien la base du terrorisme, non ?

          * : que vous citez deux fois et qui ne gère malheureusement pas  »La notion de légitime défense ou de riposte proportionnelle".


        • Septime Sévère 19 octobre 11:09

          @Pierre
          .
          un article comme celui-ci ne se rédige pas en quelques heures
          .
          Prenez des leçons chez Rakoto.


        • agent ananas agent ananas 19 octobre 11:18

          @Septime Sévère

          ... ou chez morice ! smiley


        • devphil30 devphil30 19 octobre 11:23

          @nono le simplet

          Ca revient au même


        • Pierre Pierre 19 octobre 12:33

          @pemile

          •  Je dis plusieurs fois dans l’article que je suis pour la peine de mort mais contre son application.
          • Je conteste votre vision de l’exemplarité. Daesh commet des actes de violence pour terroriser ses ennemis, c’est à dire nous. Si de notre côté, la justice condamne à des peines exemplaires, c’est pour nous protéger contre des criminels et des terroristes invétérés et probablement pas récupérables.
          • Je confirme que c’est notre cerveau reptilien qui gère notre comportement quand nous sommes face à un danger immédiat et que n’avons pas le temps de réfléchir à toutes les possibilités de nous défendre. Il est évident que si nous mettons 30 secondes pour réagir, ce n’est plus de la légitime défense et ce n’est plus notre cerveau reptilien qui intervient.


        • pemile pemile 19 octobre 12:47

          @Pierre « Je dis plusieurs fois dans l’article que je suis pour la peine de mort mais contre son application »

          Discours dont je ne comprends toujours pas le sens !

          « Je conteste votre vision de l’exemplarité »

          Le principe d’utiliser la peur est pourtant le même dans les deux cas, pour soi-disant nous protéger des criminels ou pour nous dissuader de caricaturer leur « prophète »

          « Il est évident que si nous mettons 30 secondes pour réagir »

          Il est évident que c’est nécessaire pour tout travail de justice, non ?


        • Pierre Pierre 19 octobre 14:13

          @ Septine Sévère

           smiley  smiley  smiley


        • Pierre Pierre 19 octobre 14:35

          @pemile
          « Discours dont je ne comprends toujours pas le sens ! » 
          C’est pourtant clair. Il ne s’agit de pas d’une condamnation à mort convertie en prison à vie. Elle doit être symboliquement exécutée et le condamné doit être radié de l’état civil. 
          Cela ne dissuadera pas un fanatique religieux de commettre un attentat puisqu’il est prêt à perdre la vie pour sa cause mais il y a aussi les criminels de droit commun qui sont plus sensibles à l’idée d’un emprisonnement à vie.


        • Occitan Occitan 19 octobre 19:22

          @Pierre
          Bonjour,
          L’homme n’a pas le droit d’ôter la vie à un autre homme ?
          Je suis d’accord.

          Mais cette punaise s’est arrogé, au prétexte d’un « blasphème », d’ôter la vie à ce professeur !
          En avait-il le droit ? D’après vous ?
          Et sa famille , ses proches, y pensez-vous ?

          Il est mort et c’est une très bonne chose.
          Et je souhaite qu’il en soit de même pour tous ces débiles qui commettent ce genre d’acte.
          Mais, en mode préventif, il serait bon que toute cette vermine soit virée manu militari de notre pays.
          Nos mollassons de pourriticards en auront-ils le courage ?
          Les connaissant, poser la question c’est y répondre.
          Cdt.


        • Occitan Occitan 19 octobre 19:32

          @Pierre
          Alors pourquoi être contre l’application puisque vous êtes pour la peine de mort ?
          Z’avez le Q entre deux chaises là !
          où alors c’est du type macronien style « en même temps »...
          Z’êtes pas simple vous hein ?


        • Pierre Pierre 19 octobre 22:23

          @Occitan
          Ai-je le droit d’avoir une objection éthique à la mise à mort d’un homme quels que soient les crimes qu’il a commis ?
          J’estime proposer la sanction extrême avant l’exécution de la peine de mort que je rejette. 

          Je résume :

          • Un inculpé est condamné à mort après tous les recours légaux.
          • Le condamné est informé de jour et de l’heure de son exécution.
          • Dans la période qui précède l’exécution symbolique le condamné a droit à ses dernières visites, pour la dernière fois à un soutien religieux, on lui dégage la nuque et on l’emmène près de la guillotine.
          • A l’heure prévue, le bourreau fait tomber la lame à vide. Le condamné est informé qu’il est considéré comme mort. Ce sera acté à l’état civil. S’il est marié, son épouse est considéré comme veuve.
          • Le condamné est conduit dans une cellule au confort minimum ou on le laisse méditer pendant quelques temps. 
          • Petit à petit, on l’informe de ses conditions de détention. Quels que soient ses regrets, on l’informe aussi qu’il n’a aucune possibilité d’être un jour libéré.
          • S’il a une attitude positive, il pourra améliorer son quotidien. S’il désire plus de confort, il devra travailler pour se le payer et seulement une partie de ses gains lui reviendront.
          • Ses conditions de détention doivent être respectueuses de sa condition d’humain. Il est hors de question de détenir une personne dans les conditions de Julian Assange.
          • En fonction de son comportement, il pourra dans un deuxième temps revoir des proches triés sur le volet sans contact physique. Il peut perdre ce droit en cas de changement de comportement. 
          • Il est évident que la détention doit se tenir dans un établissement de haute sécurité.

          Aucun juge, aucun président ni personne d’autre ne peut libérer ce prisonnier. Un échange contre des otages n’est pas négociable.

          Il ne peut éventuellement être libéré qu’en cas extrêmement peu probable d’erreur judiciaire.

          Une sentence pareille doit être exceptionnelle dans les circonstances actuelles. C’est au législateur de définir clairement quel sont les crimes qui peuvent aboutir à une condamnation à mort.

          Une mesure de ce type correspond entièrement à mes objections étiques contre la peine de mort et je suis confortablement assis dans mon fauteuil pour le déclarer.


        • Aristide Aristide 20 octobre 07:59

          @Pierre

          étiques

          Cette mort virtuelle est une invention assez tordue mais bon on prend son plaisir comme on peut ...


        • Francis Francis 19 octobre 10:19

          Rétablir la peine de mort serait paradoxalement une victoire pour les assassins : en effet, l’État tuerait au nom des braves gens.

           

          Le propos le plus stupide entendu à l’assemblée nationale : « Si l’on veut abolir la peine de mort, en ce cas, que Messieurs les assassins commencent »

           

           Je me refuse à citer ici le nom de cet imbécile que l’histoire aurait dû oublier.


          • Gégène Gégène 19 octobre 11:13

            @Francis
            un autre imbécile a dit « celui qui vit par l’épée périra par l’épée » mais l’histoire l’a oublié...


          • Pierre Pierre 19 octobre 11:33

            @Francis
            « L’Etat tuera au nom des braves gens.’ » C’est justement ce qu’il faut coûte que coûte éviter mais il faut aussi que les pires criminels subissent une sanction à la hauteur de leurs méfaits et qu’ils soient définitivement mis dans l’impossibilité de récidiver.
            J’ai lu par hasard l’approche russe du problème de la peine de mort et je l’ai trouvée intéressante. La peine de mort peut être prononcée par un tribunal mais son application est suspendue depuis 1996. La Cour constitutionnelle a banni la peine de mort en 2009. La peine de mort n’est donc plus appliquée malgré que la population est massivement pour et même le président ne peut autoriser une exception.
            Pour le reste, j’ai clairement exprimé ma vision du traitement d’un condamné pour qu’il ne puisse être libéré sous aucune condition.
            Je rappelle quand-même que tout accusé à droit à un procès équitable, à faire appel et éventuellement à aller en cassation.


          • Francis Francis 19 octobre 11:54

            @Pierre
             
             je suis bien d’accord avec vous.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 octobre 12:19

            @Francis

            Très intéressante cette citation.
            Sauf qu’elle n’a pas été prononcée à l’assemblée nationale et que, en général, on lui fait dire le contraire de celui que l’auteur entendait y mettre.
            L’auteur, c’est Alphonse Karr (écrivain-journalistejardinier ami de V Hogo).

            On trouve dans la suite des Guêpes, un magazine qu’il avait créé, à la date du 31 janvier 1849, le passage suivant qui contient cette fameuse citations qui a été utilisée depuis à contre-sens :

            « On a voulu assurer aux Français en toute situation la sécurité de n’avoir à répondre qu’aux lois du pays, — sans qu’elles puissent jamais être modifiées par les passions ; la loi du pays tue ceux qui ont tué. — Si l’on veut abolir la peine de mort en ce cas, que MM. les assassins commencent, qu’ils ne tuent pas, on ne les tuera pas. » (Les Guêpes, histoire satirique de notre temps, par Alphonse Karr, 10e année, p. 92.)

            La formulation elliptique consistait à mettre dans la bouche de la gent politique ce qu’il considérait être l’axiome non exprimé, une sorte de « prosopopée ». 


          • Francis Francis 19 octobre 13:00

            @Séraphin Lampion
             
            Hé bien disons que Alphonse Karr n’assume pas la citation, mais elle exprime bien la bêtise des partisans de la peine de mort.
             
             Je vais d’ailleurs faire un mauvais  ?  parallèle : on ne peut pas se débarrasser du crime en tuant des (une partie des) assassins, pas plus qu’on ne peut éradiquer les virus avec des vaccins.


          • Occitan Occitan 19 octobre 19:34

            @Pierre
            Poutine avait prononcé cette phrase :
            « Je ne les juge pas, je me contente de les envoyer à Dieu »
            Faisons pareil...


          • Pierre Pierre 19 octobre 20:19

            @Occitan
            Je ne suis pas toujours d’accord avec Poutine.


          • vieuxgrincheux 20 octobre 15:49

            @Francis
            Le but n’est pas de faire un exemple. Le but est simple : se débarrasser de quelqu’un qui est un salopard sans nom si toutes les preuves scientifiques et réelles existent (le doute doit toujours bénéficier à l’accusé !!!). Je n’ai,aucune envie que mes impots servent à nourrir un individu infame durant des dizaines d’année alors que des personnes meritantes crevent la dalle ..
            Quant aux islamistes terroristes je propose une méthode simple : on les flingue (comme ca les candidats martyrs sont heureux et on est gentil avec eux) et apres on met leurs dépouilles dans une peau de cochon soigneusement cousue autour de leur corps tel un manteau... Pour accéder au paradis de leur Dieu, il leur faudra faire du chemin vu l’impureté totale dudit cochon... Ca a des chances de diminuer les vocations ... En tout cas, ca fera toujours quelques dangereux individus en moins


          • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 octobre 10:53

            En Europe, nous avons développé une civilisation dans laquelle on accepte la tolérance. D’autres régions du monde et pas seulement du monde musulman ont d’autres traditions culturelles incompatibles avec la tolérance. etc...

            C’est caractéristique des déformations d’échelle dans la vision du monde des occidentaux.

            Ça fait depuis 1918 que les européens, suivis plus tard des américains, tourmentent les populations du moyen-orient pour accaparer le pétrole de la région...

            Prenons le cas de l’Irak : dès les années 20, les britanniques qui se sont partager la région avec les français, ont utiliser du gaz de combat pour réprimer les révoltes des nationalistes qui voulaient la libre disposition d’eux-mêmes. Ils ensuite ont installé et soutenu des dictateurs qui ont régné par la torture et le meurtre, sous leur bienveillante protection.

            Le dernier d’entre eux, Saddam Hussein, a d’abord été installé par l’occident, la CIA l’a aider à liquider toute opposition. Puis on l’a incité à faire la guerre à l’Iran en 1980, on lui a fournit armes conventionnelles et chimiques pour faire durer le conflit au maximum. Cessez-le-feu en 1988. En 1990, il tombe dans un nouveau piège américain et envahi le Koweït avec leur feu-vert. Rappelez-vous les « couveuses »...

            S’en suit une campagne de destruction systématique de toutes les infrastructures civiles du pays. Puis une décennie d’embargo qui a fait régresser radicalement les conditions de vie de toute la population.

            Finalement, en 2003, les US viennent apporter la « démocratie ». La fourchette la plus basse parle d’1 million de morts, directement dues à l’invasion, mais en fait bien plus du fait du chaos qui ont généré et maintenu...


            Bref, il semble que la « tolérance » ne soit pas un produit d’exportation...


            • Pierre Pierre 19 octobre 15:09

              @Opposition contrôlée
              Si vous voulez dire que nous sommes responsables de ce qui nous arrive à cause de nos interventions militaires dans le monde, je suis d’accord avec vous.
              L’actualité a rattrapé l’article qui visait toute la délinquance et toute la criminalité et au départ, surtout la petite délinquance qui si elle n’est pas arrêtée à temps deviendra la criminalité de demain.
              Combien de réfugiés économiques ne sont-ils pas venus en Europe à cause des guerres que nous avons menés chez eux ? La grande majorité d’entre eux est musulmane et certains ne s’adapteront jamais entièrement dans un Etat laïc. 
              C’est sans doute trop tard pour éviter un clash mais essayons au moins de réduire la délinquance ordinaire et veillons à ce qu’elle ne se transforme pas en criminalité organisée comme en Amérique latine.


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 octobre 16:36

              @Pierre
              Je vais même vous dire mieux : le terrorisme que les politiques des dominants suscite est largement exploité par eux pour s’arroger encore plus de pouvoir, et pour nous retirer encore plus de droits. 

              J’ai vécu assez longtemps au Liban, parmi toutes les communautés, pour savoir que le pseudo « Islam » (concept essentialisé sans réalité tangible) qui est sensé sévir chez nous est une pure fabrication occidentale, débutée en Afghanistan pour lutter contre les soviétique, puis graduellement réemployée depuis le début des années 1990, lorsque le grand méchant communisme n’était plus un ennemi crédible, pour être intronisée en 2001 avec la « long war » de George W. comme nouveau grand méchant. 


            • Pierre Pierre 19 octobre 17:36

              @Opposition contrôlée
              Moi aussi, j’ai vécu dans des pays arabes et j’ai vécu la transformation de la société vers le radicalisme religieux. J’étais à Koweït City en 1983 je crois, quand l’ambassade des Etats-Unis a été détruite par une explosion. J’étais à environ 500 mètres. A l’époque, on servait de l’alcool dans les restaurants internationaux et il était toléré de rentrer avec une bouteille de Whisky dans le pays. C’est dire que j’ai vu du changement dans la région. 
              Plus que toutes les autres raisons, c’est le soutien occidental à Israël qui a été le déclencheur de la montée du radicalisme islamique dans la région. 
              Pour les attentats de 1983, c’était lié à la minorité chiite et à l’influence de la révolution islamique iranienne. Le fils de mon client chiite avait d’ailleurs été arrêté dans les jours suivants.
              Quand de Gaulle parlait de l’Orient compliqué...


            • Bendidon Bendidon 19 octobre 10:57

              C’est au condamné de CHOISIR et à personne d’autre !

              Perso si j’étais condamné à perpète, je choisis immédiatement de mourir.

              Ohé les pseudos humanistes vous croyez que c’est humain de mettre en cage un être vivant jusqu’à la fin de ses jours ????

               smiley


              • oncle archibald 19 octobre 11:27

                @Bendidon : plaidoyer pour le suicide assisté ?


              • Bendidon Bendidon 19 octobre 11:43

                @oncle archibald
                OUI comme en Suisse smiley


              • Pierre Pierre 19 octobre 12:50

                @Bendidon

                « vous croyez que c’est humain de mettre en cage un être vivant jusqu’à la fin de ses jours ???? »  

                Attendez ! Il ne s’agit pas d’enfermer n’importe qui à vie. 

                Ce qui n’est pas humain, c’est d’assassiner quelqu’un. Celui qui commet un meurtre avec préméditation ou un acte de terrorisme sait que s’il est arrêté, il sera privé de liberté jusqu’à la fin de ses jours. Il est libre de ne pas commettre son crime et s’il le commet quand-même, il est responsable de ce qu’il lui arrive.

                Mettre soi-même fin à ses jours est un autre débat dans lequel je ne veux pas entrer dans le cadre de cet article.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 octobre 13:03

                @Bendidon

                Faut du en même temps... Les mettre en cage avec des lions, des tigres ou des ours .


              • Francis Francis 19 octobre 13:03

                @Bendidon

                « vous croyez que c’est humain de mettre en cage un être vivant jusqu’à la fin de ses jours ???? » 

                 
                 Oui, on n’a qu’à lui donner les pastilles qu’on donne aux espions et aux résistants dans les films. Il croque, et hop, c’est fini.


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 octobre 13:17

                @Francis

                ça, c’est un peu comme la fabrication du consentement de Chomsky ou la servitude volontaire de La Boétie, c’est la peine de mort auto-administrée...


              • Septime Sévère 19 octobre 11:03

                Pour les cellules de torture psychologique inventées par l’auteur (encore que : voir sur Wiki la peinture des prisons amerloquiennes supermax), je propose un perfectionnement : un système quelconque qui empêche le condamné de tricher en dormant plus que l’horaire autorisé smiley

                .

                La fin de l’esclavage et de la peine de mort sont deux des très rares progrès moraux significatifs de l’humanité. C’est à ce titre qu’il ne faut pas revenir en arrière. Les sentiments qui poussent à rétablir la peine de mort relèvent précisément du refus de faire effort sur soi. 


                • Pierre Pierre 19 octobre 15:55

                  @Septime Sévère
                  « Pour les cellules de torture psychologique inventées par l’auteur... »
                  C’est avec des remarques de ce genre que vous formerez les criminels de demain.
                  Vous avez des pauvres mineurs qui préfèrent traîner en rue plutôt que d’aller à l’école. Les lois républicaines leur sont totalement étrangères. Quand ils sont devant les juges, ils rigolent et se foutent d’eux. Ils savent qu’ils ne risquent rien. Informez-vous.
                  Si vous avez une meilleure idée pour leur faire comprendre quels sont les normes à respecter, n’hésitez pas à le développer. Ne me dites surtout pas qu’il faut leur donner du travail (bien rémunéré), cela n’existe plus et la croissance économique est morte pour toujours.
                  Des cellules comme illustrées dans l’article existent. Ce sont des cellules de dégrisement. Il n’est pas question de torture psychologique, on ne peut y séjourner que peu de temps. 
                  De plus, des dizaines de milliers de militaires ont dans leur vie goûté du cachot pour des peccadilles et ils ne sont pas devenus fous. C’étaient des endroits bien plus sinistres et il n’y avait pas de bloc sanitaire, juste un seau...


                • jacques 19 octobre 11:07

                  Bonjour, je resterais toujours opposé à la peine de mort et ce pour deux raisons incontournables : le risque d’erreur et le fait que un service de la société se charge de la vengeance.

                  Il est vrai cependant que pour certains cas comme fourniret ou norman le landais on a vraiment envie de les raccourcir mais on ne peut accepter d’exceptions.


                  • jakem jakem 19 octobre 17:32

                    @jacques
                    Il faut / faudrait accepter l’allongement de la vie pour l’enquête. Et ensuite : couic !

                    Ou bien utiliser une autre méthode de dialogue, plus persuasive, afin que ces assassins parlent plus vite.


                  • jacques 19 octobre 17:34

                    @jakem
                    Ach ! téjatanté sans réssultat.


                  • Septime Sévère 19 octobre 11:12

                    Lorsqu’on saura transférer sur un ordinateur la conscience d’un cerveau, les peines américaines de 457 ans de prison pourront être intégralement exécutées. 

                    Hitler pourrait même faire ainsi : 80 000 000 x 30 = 2,4 milliards d’années de prison.


                    • jacques 19 octobre 11:17

                      @Septime Sévère
                       ?


                    • jakem jakem 19 octobre 17:30

                      @Septime Sévère
                      Il faudrait le faire revivre et lui implanter un trukàpuces.

                      ’z- en-avez pas un autre, encore tiédasse, pour faire l’expérience ?


                    • pierrot pierrot 19 octobre 11:26

                      Les sondages pour le rétablissement de la peine de mort sont ridicules.

                      Pourquoi pas un sondage pour le rétablissement de l’esclavage ?, de la suppression du droit de vote aux femmes, de la crémation des « sorcières » et des libres penseurs (Chevalier de la Barre), de l’empire Napoléonien ?...


                      • Pierre Pierre 19 octobre 15:26

                        @pierrot
                        « Les sondages pour le rétablissement de la peine de mort sont ridicules. »

                        Je ne crois pas. Cela reflète l’état d’esprit de la population. Ce qui est inquiétant, c’est l’évolution vers le haut des opinions favorables à la peine de mort. 

                        On partait de 32 % en 2009 et nous sommes maintenant à 55 % et c’était avant l’assassinat de Samuel Paty.

                        Si la tendance continue à monter, rien ne dit qu’on n’ouvrira pas ce dossier.


                        https://www.huffingtonpost.fr/2015/05/06/peine-de-mort-france-retablissement-peine-capitale_n_7223976.html


                      • jakem jakem 20 octobre 10:05

                        @Pierre
                        Philippe Bilger a aussi écrit un article à propos de ce sondage, et son analyse, à laquelle je souscris, est la suivante :
                        les gens ont été trompés, sciemment, dès la suppression de la peine capitale. Or à l’époque on ( la clique à Mitterrand et des droits-de-lhommistes menteurs...) avaient déclaré qu’elle serait remplacée par la détention à perpétuité.

                        Ca n’a jamais été le cas, et nombre de salopards ont retrouvé la liberté au bout de 10 ou 15 ans.

                        On constate aussi, sans avoir le moindre effort à faire, que des « tueurs de la route » alcoolisés ou drogués ou fanfarons peuvent tuer une famille entière( ou laisser des handicapés à vie très gravement atteints) en encourant seulemnt une peine de 5 ou 6 ans. Ils sont dehors au bout de 2 ou 3 ans max.


                      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 19 octobre 11:37

                        « De plus, ces délinquants sont insolvables et les victimes ne sont jamais indemnisées. »

                         

                        Dans les lois de Moïse, il n’est pas prévu de prison pour les insolvables mais l’esclavage :

                        "Si un homme dérobe un boeuf ou un agneau, et qu’il l’égorge ou le vende, il restituera cinq boeufs pour le boeuf et quatre agneaux pour l’agneau.

                        Si le voleur est surpris dérobant avec effraction, et qu’il soit frappé et meure, on ne sera point coupable de meurtre envers lui mais si le soleil est levé, on sera coupable de meurtre envers lui.

                        Il fera restitution ; s’il n’a rien, il sera vendu pour son vol ;" (Exode 22 :1-3)


                        • pierrot pierrot 19 octobre 12:10

                          @Daniel PIGNARD
                          Encore un toqué religieux qui s’imagine que Moïse n’est pas un personnage historique mais un mythe.
                          Ecoutez plutot France Culture pour enrichir votre cerveau.


                        • agent ananas agent ananas 19 octobre 12:12

                          @Daniel PIGNARD

                          Je comprend mieux maintenant l’avidité des descendants du peuple de Moïse ! Elle est gravée sur les tables ...


                        • zygzornifle zygzornifle 19 octobre 12:59

                          Pour les islamiste la taule a vie en cage au milieu d’un élevage de cochons Breton ...


                          • Hector Hector 19 octobre 13:11

                            Les prisons sont surpeuplée ? C’est facile, j’ai la solution. Réhabilitons les bâtiments du bagne de Cayenne, un peu pas trop ce n’est pas un hôtel et envoyons ces psychopathes purger leurs peines là-bas dans les mêmes conditions que les bagnards d’autrefois, chaines aux pieds.

                            Quant à la peine de mort, je pense qu’elle ne doit être prononcée que dans des cas extrêmes comme pour cet assassins de ce prof d’histoire.

                            Crimes de sang, peine de sang.


                            • zygzornifle zygzornifle 19 octobre 15:13

                              Pour les écolos la guillotine est l’outil adéquat pour la peine de mort, pas de gaz, pas d’hydrocarbure, pas d’électricité, pas de produits chimique, juste la gravité pour le couperet .... 


                              • jakem jakem 19 octobre 17:27

                                @zygzornifle
                                Et peut-être une lame faite de coquillages tranchants. Pittoresque ! du mad max !


                              • Occitan Occitan 19 octobre 19:41

                                @jakem
                                Salut,
                                Du moment que l’on a le résultat escompté.... :))


                              • popov 19 octobre 15:19

                                Certains prétendent que la peine de mort ne dissuade pas les criminels. Ce qui est pourtant évident, c’est qu’elle évite la récidive avec une efficacité de 100%.

                                 

                                Aujourd’hui, en France, la peine de mort a été supprimée pour les criminels, mais pas pour les innocents : tous les jours des innocents sont assassinés par des crapules récidivistes remises en liberté par des juges qui n’ont de compte à rendre à personne.

                                 

                                Il me semble qu’un juge qui remet un criminel en liberté avant la fin de sa peine devrait être tenu civilement responsable pour les dommages matériels et aux personnes que ce criminel va occasionner.


                                • jakem jakem 19 octobre 17:26

                                  @popov
                                  Tout à fait d’accord avec vous en ce qui concerne la responsabilité de la chaîne pénale, et libératrice.

                                  Un juge, un psy, et je ne sais qui encore, libérant un salopard avant l’échéance, salopard qui assassine de nouveau, devrait / devraient être assignés et risquer la taule eux aussi.

                                  Le manque de discernement et l’idéologie droit-de-lhommiste ont déjà fait beaucoup de victimes et de dégâts.
                                  On ne peut pas éviter et empêcher tous les malheurs, mais on peut réduire leur nombre et leur impact.


                                • McGurk McGurk 19 octobre 15:28

                                  Je reste très perplexe devant votre argumentation contre la peine de mort.

                                  Vous prenez comme prétexte premier celui du « cerveau reptilien » et de ce « choix primaire du »soi« basique. Cela n’explique pourtant rien et c’est en plus un faux argument. L’être humain, même dans ses réflexes primitifs, est bien plus évolué que l’automate binaire que vous décrivez.

                                  La prison n’a ni un caractère dissuasif ni punitif. Au contraire, elle tend à prolonger le comportement »délictueux« des personnes concernées et, dans de très nombreux cas, les y fait plonger encore plus profond.

                                  Avec un Etat comme le nôtre qui souhaite vider les prisons en libérant des milliers de racailles (comme il y a peu, avec la crise du corona), le mot »prison« et sa signification ne veulent plus rien dire. Mais par contre, on emprisonne volontiers des gilets jaunes qui n’ont fait que manifester pour leur survie la plus stricte.

                                  A part les crimes en col blancs rarement punis et même encouragés par la loi ainsi que l’Etat lui-même , où on peut intervenir sur des sommes indument perçues ou volées, jamais la prison n’aura pour effet une quelconque réparation car c’est tout bonnement impossible. Elle ne pourra pas ressusciter les gens, éviter un viol ou faire oublier une agression.

                                  Les partisans de la peine de mort insistent sur deux choses essentielles totalement faussées :

                                  * qu’aucun individu »n’a le droit de tuer« .

                                  Alors que cette peine est, en réalité, une condamnation unanime de la société ainsi que du système judiciaire pour des crimes particulièrement odieux envers le peuple (idem pour la trahison ou la sédition).

                                  * »le côté barbare« comme si on était à Auschwitz à exécuter pour un oui ou un non des types à la chaîne et dans des conditions abominables. N’importe qui sait que c’est faux mais on nous le répète à n’en plus finir depuis notre plus jeune âge.

                                  Il n’y aura, par exemple, jamais aucun effet dissuasif pour les assassins de la famille Troadec qui ont froidement massacré leur belle famille, découpé en morceaux, enterré une partie dans leur propre jardin et l’autre brûlée/enfouie dans leur propriété, tué même leur chien et menti à la police.

                                  Ni aucune réparation (ils sont tous morts), aucun repentir ni réhabilitation possible. Et non, la »folie« n’est pas ici un motif qui expliquerait quoi que ce soit.

                                  Tout comme il serait normal que les assassins récents du peuple, qui ont tout de même tué trente mille personnes (presque toutes âgées) en provoquant un chaos sanitaire, payent réellement de leur personne pour le carnage dont ils sont les auteurs.

                                  Mais également ceux ayant participé, de près ou de loin, à la décapitation de ce professeur qui ne faisait que son travail.

                                  Ces crimes dépassent de très loin le cadre »normal« de condamnation, surtout lorsqu’on est face à des individus conscients et déterminés. C’est ce qu’on appelait autrefois des »monstres".


                                  • Pierre Pierre 19 octobre 17:10

                                    @McGurk
                                    Merci pour ce long commentaire.
                                    Je suis moi-même perplexe à vous lire.
                                    Du fait que nous vivons dans un environnement relativement sûr dans notre société, notre cerveau reptilien est rarement sollicité. Je l’ai évoqué pour introduire l’usage du cerveau cortical qui a construit des moyens de nous protéger contre les dangers.
                                    Notre société a sociologiquement changé au cours des quarante dernières années. De nouveaux arrivants avec d’autres codes se sont installés à coté de nous. 
                                    Notre société a pensé que l’école formerait leurs enfants et qu’ils s’assimileront avec le temps.
                                    Force est de constater que c’est un échec. Il y a bien sûr aussi des réussites mais cela reste globalement un échec quand on voit le nombre de musulmans de France qui placent la charia au-dessus de la loi.
                                    Voila, selon moi, la raison de modifier les moyens de nous protéger.
                                    Je ne développe justement pas la prison comme solution à la délinquance dans l’article. Je précise même que c’est une école du crime.
                                    Il est cependant impératif de ne laisser aucun délit impuni et cela même pour des mineurs. Nous savons que la gravité des infractions augmente avec l’âge, alors si vous avez une autre proposition que les courts séjours seuls en cellule, je suis intéressé de le lire.
                                    Ce que vous appelez des crimes en col blanc sont en réalité des délits et une punition financière et un séjour en prison sont certainement suffisants. Ces gens ne vont certainement pas se corrompre davantage en prison.
                                    Pour la peine de mort, j’ai relu plusieurs fois votre commentaire et je ne vois pas la cohérence. 
                                    Moi, ma position est claire. Je suis pour la condamnation à mort pour certains crimes avec préméditation, pour une exécution symbolique et pour un emprisonnement à vie sans possibilité de sortie comme décrit dans l’article. 
                                    Il n’est pas question de condamner à mort à la chaîne comme en Chine ou aux Etats-Unis. C’est au législateur de bien préciser dans quels cas la peine de mort s’appliquera.


                                  • McGurk McGurk 19 octobre 18:23

                                    @Pierre

                                    L’école n’a jamais été créée pour instruire mais « enseigner », à savoir remplir le crâne des individus avec des connaissances mais aussi une propagande et un asservissement de la manière de penser.

                                    Je m’en suis toujours rendu compte au cours de mon parcours scolaire et encore plus lorsque j’ai demandé à mes enseignants des comptes. Réponse : fuite et déni.

                                    L’école ne remplacera jamais l’éducation que l’Etat se devrait de donner aux nouveaux arrivants, càd la manière de s’intégrer et le comportement à adopter.
                                    Cette « éducation » devrait également comporter une phase d’instruction afin de donner les outils nécessaires à ladite intégration.

                                    Mais le système scolaire n’a pas, contrairement au mythe, à intervenir dans cette affaire-là.

                                    alors si vous avez une autre proposition que les courts séjours seuls en cellule, je suis intéressé de le lire.

                                    Pour moi, les deux failles du système se situent dans la faiblesse de l’Etat à ne pas appliquer fermement les peines et dans son rôle d’instructeur.

                                    J’ai lu un grand nombre d’articles faisant justement référence à tous ces gens hors système qu’on relâche au bout de quelques jours/mois alors qu’ils commettent des délits assez graves.

                                    Par exemple les bandes de roms qui pillent les gens à Paris ou bien cette mafia en caravane qui pille l’IDF ainsi que les territoires où elle s’arrête. Sous Sarkozy, ils ont retrouvé une montagne d’électroménager si impressionnante que même les flics étaient ébahis. Mais ces gens-là sont relâchés grâce aux faiblesses du système judiciaire.

                                    Pour le terroriste de Toulouse, celui-ci avait commis un nombre incalculable de braquages à main armée et toujours sorti au bout de quelques semaines/mois. Mais dans cet exemple précis, il ne s’agit hélas ni d’instruction ni d’enseignement...

                                    et un séjour en prison sont certainement suffisants. Ces gens ne vont certainement pas se corrompre davantage en prison.

                                    Donc, si vous ruinez des gens, des familles entières ou que vous détruisez une financièrement une société avec ses employés , c’est « suffisant » ? Une « destruction » immatérielle est équivalente à une matérielle. Une agression invisible mais bien réelle, pas considérée comme son pendant hélas.

                                    Je suis pour la condamnation à mort pour certains crimes avec préméditation, pour une exécution symbolique et pour un emprisonnement à vie sans possibilité de sortie comme décrit dans l’article. 
                                    Il n’est pas question de condamner à mort à la chaîne comme en Chine ou aux Etats-Unis.

                                    C’est justement ce que j’ai plaidé dans mon article.

                                    Pour moi, même si trop de gens pensent que « la mort n’est pas dissuasive », elle participe de fait à ce qu’on appelle « la crainte de la Justice » et donc, au final, au respect de l’institution et de surcroît à notre Etat de droit, à la démocratie en général et donne un sens à l’intégration.

                                    Il n’est pas étonnant qu’un certain nombre d’immigrants croient que la France est un lieu où on fait n’importe quoi et dans n’importe quelle condition. Mais, heureusement, ce n’est pas la majorité.


                                  • xana 19 octobre 15:37

                                    Il y a une chose que je ne comprendrai jamais : Pourquoi la peine de mort serait réservée aux crimes de sang, alors que le seul cas où elle serait DISSUASIVE serait de me l’appliquer qu’aux délits de CORRUPTION ?

                                    Un cinglé qui tue ne pourra jamais être dissuadé. Mais un salaud de profiteur qui corrompt des élus pour faire passer un texte le favorisant ?

                                    Or la corruption est le mal principal dans tout gouvernement. Si le corrupteur, et sans doute aussi les corrompus, risquaient leur tête, nous n’aurions jamais eu Macron au pouvoir, ni Sarkosy, ni tant d’autres.

                                    Mais c’est facile à comprendre. Si le pouvoir ne fait RIEN d’efficace contre la corruption, c’est qu’il aurait tout à y perdre, y compris la tête.


                                    • jakem jakem 19 octobre 17:19

                                      @xana
                                      Un corrupteur ou un corrompu ne tue personne. Autrement dit : il n’enlève pas la vie de quelqu’un.

                                      Des peines sévères et longues devraient être envisagées.

                                      Et saisie de toutes les possessions sauf ce qui est nécessaire à la famille pour vivre et ne pas se trouver sur le trottoir, si le conjoint/ la conjointe n’est pas coresponsable du délit.


                                    • Pierre Pierre 19 octobre 17:40

                                      @xana
                                      Il y a des pays où la corruption peut être punie par la peine de mort, en Chine notamment. Je suis personnellement contre.


                                    • Samson Samson 19 octobre 16:44

                                      Bonjour,

                                      Je suis personnellement contre l’exécution de toute peine capitale, mais il me semble que dans les cas les plus graves et pour les sujets les plus dangereux psychopathes ou sociopathes réputés incurables, terroristes, ... -, le prononcé d’une peine de « mort civile » assortie d’une perpétuité effective me paraît au moins symboliquement cohérent et rejoindre tant les principes d’exemplarité que de protection de la société.

                                      Et, hors la possibilité de repentir ou de rédemption qu’elle offre à tout condamné pour ses crimes, je considère qu’une longue réclusion est à tout prendre bien plus cruelle que la trop facile échappatoire d’une mort immédiate ou rapide.

                                      Et ce point de vue paraît pleinement partagé par les fous d’Allah, bien plus soucieux de déléguer aux forces de l’ordre un suicide leur conférant le statut de martyrs que minablement rendre compte de leurs exactions et motivations devant leurs juges, leurs victimes et l’ensemble de leurs concitoyens.

                                      Mais bon, je ne souscris guère à l’idéalisme de Rousseau, lui préférant nettement l’humanisme réaliste et bien trempé de Machiavel !

                                      En vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


                                      • Pierre Pierre 19 octobre 18:04

                                        @Samson
                                        Merci pour votre commentaire.
                                        On ne saura jamais totalement dissuader un fanatique religieux de commettre un attentat. Ils sont relativement rares et heureusement. 
                                        Même si les deux sont partiellement liés, il y a la délinquance et les trafics de drogue et autres qui sont aussi concernés par la sécurité. Eradiquer le trafic de drogue dans des quartiers assèche aussi le financement des islamistes. 
                                        Pour Rousseau, je suis d’accord avec vous quoique j’ai un point commun avec lui : j’aime aussi la marche.
                                        Avec l’âge et l’expérience, j’en suis revenu de l’idéalisme. Je préfère de loin le réalisme d’un Zemmour avec parfois des réserves au idéalisme de BHL par exemple quoique je l’ai trouvé bon lors des dernières interviews. 
                                        Aurait-il évolué ?


                                      • jakem jakem 19 octobre 17:16

                                        Article très intéressant ! L’auteur a vraiment analysé le sujet et suivi un plan et un argumentaire cohérent, et c’est agréable à lire.

                                        Je suis tout à fait d’accord avec ce procédé de « cachot » moderne, mobile et réutilisable plusieurs fois pour le même délinquant s’il n’est pas capable de se discipliner. Mais il faudrait un compte rond : 15 jours au lieu de 14.

                                        Une autre bonne idée sont la sévérité et les exigences appliquées en prison.

                                        J’ajouterais ceci : jusqu’à un certain niveau de très grande délinquance le travail serait obligatoire ( en cellule), par ex. du pliage de papier ou je ne sais quoi, afin de contribuer au paiement de l’incarcération, et aussi pour « être préservé de l’ennui, du vice et de la pauvreté » comme le préconisait Voltaire.

                                        Il conviendrait aussi d’interdire toute communication avec l’extérieur et tout accès aux médias.

                                        Ecrire et recevoir du courrier et de la visite devrait être un privilège à mériter et non pas un droit établi.

                                        En revanche l’accès à la lecture serait facilité : littérature française et occidentale. Pas de polards ni d’essais.

                                        J’aimerais aussi que soient développés très sérieusement les travaux d’intérêt civique pour les petits délinquants, y compris majeurs.

                                        Il faudrait pouvoir les envoyer à plusieurs dizaines ou centaines de km, là où on aurait besoin d’eux, pour construire des chemins de promenade accessibles à tout le monde ( poussettes, fauteuil d’handicapé, béquilles ), repeindre des grilles de parc, nettoyer les berges d’une rivière, etc... Hébergement en gite spécialisé ou en hôtel à la charge du condamné.

                                        Ou bien sur place, chez lui, nettoyer les rues dès 5h du mat, ou le soir après son travail ( s’il a un boulot, ne surtout pas l’en priver), ou le samedi et/ou pendant la moitié de ses congés ( l’autre moitié étant pour sa famille).

                                        En sachant que la République française lui fait un cadeau, et que s’il manquait à sa parole ou abusait de la bienveillance du juge, il serait immédiatement coffré, sans procès à rallonge avec appel, etc...Et identifié comme mystificateur, donc totalement indigne de confiance.

                                        Cependant je suis favorable à la peine de mort pour des types qui de toute façon ne changeront jamais, hommes et femmes, et surtout pour les ennemis indéniables de notre pays : les djihadistes.

                                        Pas de bascule à charlot ni de cravate de chanvre, mais une balle dum-dum tirée dans la tête à bout portant.


                                        • Pierre Pierre 19 octobre 18:16

                                          @jakem
                                          Bojour,
                                          J’étais presque 100 % d’accord avec vous mais pas avec les dernières lignes.
                                          Les travaux d’intérêts généraux sont une option intéressante mais je me suis renseigné. Cela demande un encadrement important durant les weekends.
                                          Pour l’exécution de la peine de mort, je suis totalement contre pour des raisons éthiques.


                                        • Septime Sévère 19 octobre 18:35

                                          @jakem
                                          .
                                          il faudrait un compte rond : 15 jours au lieu de 14
                                          .
                                          Non : avec ce système vous empêchez les incarcérations de tomber à chaque fois le même jour de la semaine et vous embrouillez la gestion de la prison. 


                                        • Pierre Pierre 19 octobre 18:43

                                          @Septime Sévère
                                          Je n’y avais pas pensé.


                                        • jakem jakem 20 octobre 09:48

                                          @Pierre
                                          Bonjour !  évidemment mon idée de TIC serait compliquée à mettre en oeuvre ; remarquez que ce n’est qu’une idée, pas un article de programme, et qu’elle ne sera jamais réalisée.
                                          Mais on peut imaginer que certains condamnés aux TIC soient laissés seuls ; ils risqueraient la taule « brute » en manquant à leur parole.
                                          Des gendarmes ou flics ou ... retraités, pourraient organiser leur arrivée et les surveiller de temps en temps.

                                          Nous restons en désaccord sur la peine de mort.


                                        • jakem jakem 20 octobre 09:54

                                          @Septime Sévère
                                          Argument recevable, votre Honneur ! j’en prends note et m’y soumets.


                                        • Pierre Pierre 20 octobre 15:45

                                          @jakem
                                          Nous pouvons rester en désaccord sur la peine de mort, ce n’est pas grave, ce n’est pas nous qui changerons la loi.
                                          Je voudrais juste ajouter deux arguments en plus de mon objection éthique.
                                          Un mort ne parle plus et il peut y avoir des cas où un criminel a encore des choses à révéler et des meurtres à avouer.
                                          Prenons le cas du pédocriminel Michel Fourniret. Il mérite cent fois la condamnation à mort or s’il avait été exécuté, de nombreux autres affaires criminelles resteraient peut-être à jamais non élucidées. Les proches des victimes ne peuvent faire leur deuil dans ce cas.
                                          Il ne faut pas non plus exclure des erreurs judiciaires. J’ai lu que plus de 200 condamnés à mort ont été innocentés ces dernières années aux Etats-Unis.
                                          Et en France, il y a toujours un doute sur la culpabilité de Christian Ranucci, un des derniers exécutés en France.
                                          Moi, ce qui me trouble aussi, c’est qu’un grand criminel peut échapper à la peine capitale avec un excellent avocat et un autre être exécuté parce qu’il est mal défendu.


                                        • jakem jakem 20 octobre 18:17

                                          @Pierre
                                          Vous avez tout à fait raison ! et j’ai moi aussi pensé à Fourniret et à l’autre salopard, le Nordhal.
                                          Malheureusement ces salopards profitent de chaque jour, même en taule, puisqu’ils peuvent s’y créer un univers tolérable. Et chaque jour, ils crachent sur leurs victimes et leurs proches.

                                          Aux E-U c’est différent ; la peine de mort est plus facilement prononcée ( dans les états où elle existe bien sûr) et les attentes « dans le couloir » peuvent durer des décennies.
                                          Et comme vous le soulignez, les erreurs judiciaires sont nombreuses.
                                          C’est pas un modèle de démocratie ni d’efficacité.

                                          Cependant il existe des culpabilités indéniables.


                                        • egos 19 octobre 18:25

                                          Il est d’usage de dire que les innovations idéologiques, culturelles, techno-scientifiques, économiques, politiques nous parviennent des USA ,

                                          avec quelques années de décalage,

                                          les faits & constats semblent démontrer, en surface, que l’écart temporel tend à se réduire.

                                          Les USA donnent toujours le la et le tempo des évolutions sociales, sociétales ;

                                          une des rasions pour lesquelles les élections présidentielles qui se déroulent outre Atlantique suscitent autant d’intérêt, de passion et d’engagement de nos media.

                                          Pour autant, la Chine avec ses méthodes de Crédit Social pourrait à terme inspirer notre classe politico-administrative,

                                          non pas en raison de son influence « philosophique, éthique, spirituelle » mais de son avance et poids en matière de technologies de l’information.

                                          La criminalité, d’état, de groupe, individuelle ou collective est consubstantielle aux régimes libéraux,

                                          elle contribue à leur dynamique sociale (dans tous les sens du terme),

                                          tous les régimes, sans exception, de dictatures de droite par un contrôle trop étroit, serré et répressif des libertés individuelles ou tué dans l’œuf, toute faculté d’évolution,

                                          la marge de manœuvre, en la manière restant ténue, notion inaccessible à un régime brutal.

                                          Dans ses ouvrages, Sylvie et plus tard les Filles de Feu, Gérard de Nerval relate les difficultés qu’il rencontre à se déplacer en Valois, il lui faut pour cela disposer d’un passeport (autorisation administrative), le contrôle se débits boisson à Paris le soir (présence d’un sergent de police),


                                          et la compare à la licence en cours à Londres aux abord de la Tamise, lorsque la nuit tombée l’Aristocratie, la Bourgeoise, la population ouvrière, thugs se mêlaient dans une atmosphère festive, pour be-sa dire licencieuse ou interlope.

                                          Le modèle anglo-saxon s’st imposé à l’échelle mondiale, 

                                          sera-t-il un jour évincé, copié, adapté par une nation plus habile, déterminée, « perfide » ?

                                          La ou les bourgeoisies ont ceci en commun qu’elles partagent ce gout immodéré viril et élitiste à s’encanailler,

                                          ne serait que pour démontrer leur supériorité morale et esthétique, éprouver les démons qui sommeille en chacun de leur représentant ?

                                          Elites tout à la fois humaines et inhumaines, 

                                          le signe d’appartenance à la catégorie des demi dieux.


                                          • Pierre Alain Reynaud Pierre Alain Reynaud 19 octobre 20:55

                                            J’approuve absolument votre article et votre analyse. Concernant la peine de mort et concernant les peines à appliquer dans les cas graves, je vous invite à lire les propositions judiciaires pour combattre toutes formes de terrorisme.

                                            http://www.lafranceliberee.fr/journal-pages/revolution-populaire/le-terrorisme-ne-doit-plus-passer-il-doit-etre-combattu-et-puni-d-une-maniere-exemplaire.html


                                            • Pierre Pierre 19 octobre 22:56

                                              @Pierre Alain Reynaud
                                              Merci. Cela me fait plaisir d’avoir l’approbation d’un bon auteur d’articles.
                                              Je voudrais quand-même préciser que je ne visais pas uniquement le terrorisme en écrivant cet article. Il a même été écrit avant l’assassinat de Samuel Paty.
                                              Je dois dire que je visais plutôt la petite délinquance des mineurs qui mène à la grande délinquance, aux trafics de drogue et à la guerre des gangs.


                                            • karim 19 octobre 22:39

                                              Vaut mieux amputer un corps d’un organe malade pour que ce corps ne vive pas malade toute sa vie.


                                              • joelim joelim 20 octobre 01:32

                                                Quand c’est la tête, c’est pas pratique.
                                                Pardon, vous avez raison.


                                              • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 19 octobre 23:35

                                                 il ;y a le meute légal ou illégal et pas vu pas pris.

                                                choisit ton camps ou pas.

                                                il n’y a pas d’enfer non plus, ni de paradis ,mais autre chose.

                                                En parlez m’expose à un gros tas d’emmerdement et j’ai foutrement d’autres affaire à régler.

                                                entretuez vous tous si cela vous conviens. 

                                                banal


                                                • joelim joelim 20 octobre 01:29

                                                  Couve-feu, décollations, la mode est au moyen-âge donc je propose non seulement la peine de mort mais aussi la torture en place publique. Un truc bien trash comme la roue, ou le pal. Attention je n’aime pas ça, mais si on réfléchit objectivement tout le monde y gagne :

                                                   d’abord, l’effet de dissuasion fait que ça sauvera des vies ; être contre la peine de mort (et la torture moyen-âgeuse) signifie choisir qu’il y ait plus de victimes ; c’est du simulacre d’humanisme ; en un sens c’est être co-responsable des crimes perpétués grâce à l’absence de cet effet dissuasif ; c’est argument est en béton et je suis curieux de voir si quelqu’un pourra le fendre (hors dégoulinance sentimentale sacrificatrice de futures victimes)

                                                  les criminels (les plus graves, bien entendu, les autres on les met dans les sanisettes-prisons de l’article, au coin de la rue smiley auraient ce que secrètement ils veulent : une belle mort avec péripéties et théâtre, mais ça ferait quand même réfléchir car le pal, c’est douloureux au bout d’un un moment.

                                                  Ne pas oublier que la grande violence ne sera arrêtée (contenue serait déjà un succès) QUE par une violence plus grande mais légitime, la violence d’État pour protéger les citoyens et baisser le nombre de victimes.


                                                  • jakem jakem 20 octobre 18:30

                                                    @joelim
                                                    Je suis favorable à la peine de mort mais pas de façon moyen-âgeuse telle que vous la décrivez, parce que ces pratiques éveillent ou suscitent ou libèrent ou provoquent ( un psy sera certainement capable de trouver un terme adéquat) des instincts primaires dont la libre expression et l’exaltation ne contribueraient pas à l’apaisement de la société.

                                                    Une balle dum-dum en pleine tête tirée à bout pourtant sans tralala serait un procédé simple, rapide, efficace et très peu coûteux.

                                                    Exécution programmée et réalisée dans la journée même de la condamnation définitive.

                                                    Je pense que ça diminuerait légèrement les meurtres, mais pas tous. La peine capitale n’est pas dissuasive.
                                                    Son intérêt est de nous débarrasser d’individus qui ne méritent pas de vivre au sein de la société. C’est pourquoi on décide de les enfermer.
                                                    Mais par une perversion intellectuello-sentimentalo-droit-de-l’hommiste on a préféré les garder en vie. En affirmant qu’ON n’avait pas le droit de tuer.

                                                    Mais on garde les tueurs, qui ont des admirateurs, reçoivent des lettres, des visites de marraines de prisonniers, etc...

                                                    Donc on protège les tueurs en leur permettant de diffuser d’une manière ou d’une autre leur instinct, leur volonté profondément perverse et anti-humaine.

                                                    Alors qu’on veut autoriser l’avortement de confort jusqu’à 14 semaines et qu’on protège les tueurs de la route en ne les condamnant qu’à des peines de principe.


                                                  • joelim joelim 20 octobre 19:43

                                                    @jakem
                                                    Bien sûr j’exagère, mais il y en a qui sont tellement en dehors de la réflexion logique qu’il faut les choquer pour tenter de les faire cesser de suivre leurs raisonnements associatifs (par amalgame).


                                                  • joelim joelim 20 octobre 01:37

                                                    Quand un mec s’approche d’une falaise et saute, c’est absurde de mettre un filet tout du long avec des coûts énormes pour le protéger : il n’avait qu’à pas sauter. Tuer quelqu’un c’est mal, si c’est pour financer un séjour long logé-nourri en prison (sûrement beaucoup plus confortable que la rue pakistanaise) il y a un problème et encore, ça, c’est quand la justice fait son boulot.


                                                    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 20 octobre 07:01

                                                      Vous êtes un grand malade , la peine de mort .
                                                      Demain on vous donne un couteau et c’est vous le bourreau qui exécute . 

                                                      Si vous voulez tuer, engagez vous dans la légion , c’est leur métier de tuer et d’être tuer pour l’intérêt de la politique française .
                                                      Mais je pense que vous n’avez que la bouche et les mots,pas le courage dans les actes.

                                                      Le renseignement intérieur a surveillé et connaissait les vidéos de ceux qui ont menacé ce prof .

                                                      Seulement et certainement sur ordre, ils ont orienté leur action sur tous ceux qui critiquaient les décisions du gouvernement concernant le covid .
                                                      Médecin mis en garde à vue .....

                                                      Avant d’arrêter les fous religieux qui menaçaient réellement la vie des gens .

                                                      Macron est responsable de ces mauvais choix ....Macron le complotiste . !

                                                      Quant à la liberté d’expression, Macron ne souhaite pas et ne veut la voire se répandre si ses intérêts sont menacés ....

                                                      Quand j’ entend Bauer le grand maître Franc-Maçon vouloir supprimer l’anonymat du web alors qu’il fait parti d’un système le plus sournois ,le plus secret et le plus conspirationniste .

                                                      Là, je cris au complot .

                                                      Attention M’sieur l’alpiniste évitez de vivre à crédit sur le dos des autres notamment pour le courage ..



                                                      • Pierre Pierre 20 octobre 07:37

                                                        @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

                                                        J’ai un cadeau pour vous.

                                                        https://www.lunettes-sur-mesure.paris/wp-content/uploads/2018/10/IMG_1537.jpg

                                                        Vous avez soit un problème de lecture soit un problème de compréhension de la langue.

                                                        Finalement, je crois que vous n’avez pas lu l’article parce qu’il se conclut pat un appel à la privation de liberté définitive sans possibilité de grâce pour les criminels les plus irrécupérables.

                                                        Pour le reste, je vous laisse à vos opinions concernant vos remarques disparates et sans rapport avec l’article.


                                                      • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 20 octobre 08:54

                                                        @Pierre
                                                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Ibrahim_Abdallah

                                                        Il est encore en prison ,Georges !

                                                        La France(des politiciens) est un pays supplétif des américains et d’ Isr,,,,,,

                                                        Donc, je n’enlève pas un mot .
                                                        Bon courage ....

                                                        https://odysee.com/@SilvanoTrotta:f/Cherche-Covid:9


                                                      • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 20 octobre 17:32

                                                        Charles Prats magistrat dans la fraude , 5 millions de fantômes français qui touchent des prestations sociales .....

                                                        Cartel des fraudes

                                                        https://www.youtube.com/watch?v=1qoA69qlm0Q


                                                        • fcpgismo fcpgismo 20 octobre 17:37

                                                          La peine de mort doit être rétablie mais pas la mise à mort, la mort sociale.


                                                          • jakem jakem 20 octobre 18:33

                                                            @fcpgismo
                                                            Ca c’est une bonne idée !  les types du genre Fourniret, Lelandais, Mehra.... sortiront au bout de 10 ou 15 ans, et porteront un joli bonnet à clochettes les signalant comme des tueurs morts socialement, n’est-ce-pas ?

                                                            Ils seront affreusement contrits et honteux, au désespoir ...


                                                          • joelim joelim 20 octobre 19:45

                                                            Menu à base de porc tous les 3 jours dans les prisons pour les criminels.

                                                            Ça a l’air bête mais un petit détail comme ça pourrait fonctionner.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité