• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour une insurrection écologique !

Pour une insurrection écologique !

Le système joue à dénoncer ses travers, le capitalisme promet sa moralisation, le libéralisme fait dans la contrition grandiloquente, l’écologisation a vraiment bon dos pour revitaliser son deal tout en muselant toute contestation. L’économie verte, celle qui propose de poser des rustines sur la planète, n'est elle-même qu'un monstrueux blanchiment vert et c’est bien pourquoi ses sbires organisent une chasse aux sorcières.

Troisième millénaire : mauvais karma pour l’espèce humaine

L'écologisme de pacotille n'arrêtera pas le massacre, il tendra à l'accélérer.

On nous bourre le mou, on nous roule dans la farine, on nous fait avaler des couleuvres en voie d’extinction.

L'invention du développement durable tombe sous le coup de l’écoblanchiment, sauf à prouver que, sur une terre aux ressources définies et finies, qui plus est exsangue et surpeuplée, le développement puisse durer ! Cette formule oxymore d’inquisition verte n’a pas d’autre objectif que de maintenir le système jusqu’à l’agonie.

Dans l’écologiquement correct, vaste secte de la langue de bois, il n’y a aucune place pour la diversité d’opinions. Point de salut hors du cosmétique et du faux-semblant.

À vouloir ménager la chèvre du capital et le chou bio, le « client » (la cible, comme ils disent…) risque de perdre les pédales.

Écolo, mais pas trop, n’est-ce pas ?

On ne peut tout de même pas arrêter la machine, fermer les usines de bagnoles et de bidets, juger Monsanto & Co lors d’un Nuremberg de l’écologie, prohiber les élevages en batteries et tous le bin’s des maîtres du monde.

Et le pouvoir va continuer à exhorter à la procréation : mieux vaut sauver les retraites que la planète ! La vie invivable de nos enfants sera donc celle d’otages sur une Terre-poubelle.

Dans écolo, dans bio et dans toute la satanée syntaxe verte, le foutage de gueule n’est jamais bien loin, c’est toujours limite, c’est affaire de créneau.

C’est con, mais nous, immensément naïfs et trop peu psychopathes, on voulait y croire !

Tromperie, trahison, entourloupe, esbroufe, boniment, manipulation, double langage, marché de dupes, arnaque, calcul politique…

Les charognards qui nous gouvernent se jouent de nous en nous encourageant dans l’inoffensive révolte écologiquement correcte de l’humble colibri… Cette simplicité volontaire de l’édenté autarcique serait donc la seule figure d’écologie radicale qui soit montrable sur les plateaux de Vivement Dimanche. Parce que Vivement le Grand soir prête désormais à rire. Ils t’ont eu Camarade ! Tu le savais pourtant bien qu’accepter l’aumône retarderait la révolution.

Ça mène à quoi tout ça ?

D'abord à une suspicion grandissante à l’égard des tribuns autoproclamés, de leurs sempiternels effets d’annonce et de leur sotte tautologie récurrente. A malin, malin et demi.

Ensuite et grave, à force de masques et de dérision, ça risque même de porter atteinte à la cause, à démobiliser les bonnes volontés déjà pas si nombreuses.

Pour une insurrection écologique !

Si ma vision décapante mais lucide est la vôtre, si vous pensez sans jamais avoir osé le dire qu’il y quelque chose de pourri au royaume récupérateur de l’écologisme, qu’il y a ceux qui trient leurs déchets et ceux qui les bouffent, qu’il y en a marre des prédicateurs fourbes au gros nez vert, résistez !

Nous n’avons plus le temps de nous laisser piéger, seule l’écologisme volontaire et radical pourrait – peut-être – sauver les restes.

Devenir écorésistant, c’est aussi une question de dignité !


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • mayla VdC 28 septembre 2011 19:13

    Agressif ou déterminé ?
    Quant aux espoirs n’y pensons pas, il n’y en aurait qu’un et simple de surcroît ; mais n’est-ce pas là ce que l’on nous sert au quotidien ? des tonnes d’espoirs ? de rêves, d’illusions, des lendemains enchanteurs ou tout ne peut qu’aller de mieux en mieux, la brioche de Marie-Antoinette puissance combien ? 

    Les gens parce qu’on les éduqués et formatés tous azimuts à la compétitivité et à consommer plus toujours plus afin d’y trouver ce bonheur tant souhaité seraient soudainement en capacité de sagesse pour se suffire d’une quantité moindre, ? 
    Quel beau rêve que cette humanité là devenant uniquement sur proposition « raisonnable » un modèle comme il n’en a jamais existé de mémoire d’homme, sauf peut-être dans quelque ethnie hors civilisation 

  • Kalki Kalki 28 septembre 2011 13:54

    Votez PIRATE

    Vous ne serez pas déçus : INTERNET, NOURRITURE, ÉNERGIE ET TRANSPORT POUR TOUS, PAR TOUS

    Ne demandez plus l’impossible, nous allons le créer pour TOUS

    Votez pirates :

    9% pour le Parti Pirate à Berlin ! Et si la politique pouvait vraiment être réformée ? Adieu l’UMPS : retour d’un meilleur niveau de vie !

    Nourriture libre et énergie libre .... ca vous dit quelque chose, vous devez vous recentrer

    50 euro de matériel pour produire votre nouriture , ca serait un bon slogan politique

    Pour des habitants totalement autonomes, il ne manque plus que a) de l’énergie renouvelable , et b) des fertilisants et engrais, biologiques, ou produit à partir d’un écosystème … les algues par exemple pour obtenir l’équivalent pétro chimique naturel. c) Soit de la conscience, et de la conscience politique : pas de la décroissance, mais du partage inconditionnel de la sur abondance ! le pouvoir d’achat conditionne la prospérité réelle d) des échanges d’informations sur un réseau respectant à jamais la neutralité du net e) Une mobilité ‘verte’ garantie, f) De la justice, et une intégrité des données / entités / individus

    Ce n’est pas tant, ou pas seulement les moyens de productions qu’il faut se réapproprier, mais bien plus le droit au dividende sur les ressources – qui surabondent  : et donc ni une taxe, ni un pouvoir d’achat basée sur le travail. Espérons que vous comprenez comment fonctionne l’économie basée sur les ressources : prenons l’exemple du pétrole ou son prix est arbitraire, sa quantité en stock truqué … « pour des raisons politiques et économiques », il n’y a pas que le pétrole … l’énergie est abondante. Second exemple : le travail qui disparait car il y a sur abondance de force de travail – y compris machine – dans tous les secteurs est il un problème ? … Est ce que cela empêche le partage pourtant nécessaire ? L’effet de comprendre l’économie de l’abondance, et de l’infinité des ressources, et le passage psychologique vers celle ci permet une « ‘explosion’ de croissance économique » … ou sinon tout du moins une vie bien remplie, pour tous.

    Les hackers / citoyennistes doivent donc prendre le pouvoir politique, suivant eux mêmes les règles des pirates : partage – celui qui a besoin assouvi son besoin, la communauté et le bien commun avant tout, et le chef n’a pas plus que deux fois la part de celle d’un autre. A l’abordage !!!


    • Marc Viot Marc Viot 28 septembre 2011 16:09

      SI VOUS NE PENSEZ PAS ÉCOLOGIQUEMENT CORRECT ET QUE VOUS EN AVEZ MARRE DE VOUS FAIRE MENER EN BATEAU : REJOIGNEZ LE GROUPE ECORESISTANCE :

      http://www.facebook.com/groups/ecoresistance/


      • LE CHAT LE CHAT 28 septembre 2011 22:18

        bravo pour ce morceau de science fiction , j’adore ! smiley


      • Michel Tarrier Michel Tarrier 28 septembre 2011 19:53

        Je ne suis que naturaliste (6 mois de terrain qui m’ont permis de voir TOUT disparaître depuis 1960 !), écologue peu écologiste, écosophe et essayiste (lisez-moi !), j’espère juste et humblement donner à penser. Pantouflard comme le dit le premier commentaire vexatoire. Pour ne parler que des géants : je n’ai jamais surpris Edgar Morin devenir apatride pour faire passer son postulat d’une Terre-patrie, jamais surpris Michel Onfray « autodafant » coran et bible, Jean Ziegler occupant Wall Street ou Stéphane Hessel à ne faire autre chose que de se résigner à admirer les indignés ! Je crois même connaître la marque des pantoufles de Noam Chomsky ! J’incite à la dissidence, à ne pas tomber dans le piège d’un écologisme politique de façade. Alors, on pourrait commencer par les coups de pieds au cul qu’inspirent les discours psychopathes de chaque instant. Vous voulez des noms ?



          • Michel Tarrier Michel Tarrier 28 septembre 2011 20:11

            À court d’initiatives ?
            Des idées neuves conjuguées à l’écologisme urgentiste peuvent germer d’un vieux postulat, ne serait-ce que pour l’ambiance, l’adrénaline qui fait Qu’ON Y VA !
            http://www.youtube.com/watch?v=tLbI5vNeqNw


            • biojm2 biojm2 29 septembre 2011 01:18

              Je retrouve enfin l’état d’ésprit et de ton des réunions écolo des années 70


              • babadjinew babadjinew 29 septembre 2011 07:37

                Trop de personnes sont incapables d’imaginer les liens et les connexions qui existent entre notre comportement criminelle vis à vis de Gaia, notre situation économique et social, et même nos capacités à imaginez et rêver.....


                Les ténèbres gagnent tous les jours plus de terrain, la TV couleurs que fut jadis la nature vire partout à une TV N&B, et l’apathie de tous à sérieusement la capacité d’enrager.....

                Maintenant pour réellement changer avoir une chance d’inverser la tendance, c’est de trouver de la lumière au coeur de ses ténèbres et de la partager.

                 Pas facile voir impossible, mais rages haines et révoltes que génèrent ce constat eco ne produisent qu’une nouvelles couche de ténèbres.... 

                Gaia est bien plus mature qu’on ne le crois, elle survivra toujours. Un jour de patience elle ne fera plus preuve, et ce jour la nous comprendrons notre insignifiance......



                • thomthom 29 septembre 2011 15:50

                  et si plutôt que de multiplier le saupoudrage de mesurette, de subventionner avec nos impôts des installation de production d’énergies « durables » aux performances dérisoires (car on ne dispose pas encore d’une techno satisfaisante), de favoriser le développement de fausses bonnes idées telles que les agrocarburants qui sont une des pires abominations écologiques et sociales qui soient, on se contentait de prendre quelques très rares mesures, mais fortes et radicales, comme par exemple convertir en urgence l’intégralité de notre écologie au bio ?


                  • ssann ssann 30 septembre 2011 01:47
                    donner à un écologiste un prix Nobel ou une grande vitrine c,est faire de lui le pantin vert du moment. On le laisse parler, on apprend des phrases, des tournures d’idées qui aident la conscience à pas empêcher d’agir...


                    Il faut pas apprendre l’écologie : faut la vivre. L’écologie ne passe pas par le cerveau elle est. C’est un état.

                    • mayla VdC 30 septembre 2011 07:06

                      Tout d’abord que signifie ce mot : « écologie » ?
                      Parce que beaucoup de personnes à sa simple évocation soit se sauvent, soit deviennent agressives, ou « dépressives »
                      L’écologie est une science récente de la biologie née vers 1800, mais le sens courant est celui de la préoccupation très (trop) récente des conditions de vie sur la planète, de l’environnement et par voie de conséquences du devenir de tout ce qui compose, participe à la planète « terre » dénommée pour l’occasion Gaïa (appellation personnifiée qui pour beaucoup suffit à faire des écologistes une secte) 

                      Etymologiquement c’est la science de l’habitat .et on doit ce terme au biologiste Ernst Haeckel qui le définissait comme étant la science des relations des organismes avec le monde environnant.
                      En raccourci mais dans un sens large c’est donc la science qui étudie les conditions d’existence et à ce titre nécessite donc pour être « appliquée » des connaissances et une l’éducation..
                      C’est ce que tente de faire ici Michel Tarrier avec ses articles toujours de bon sens, de clairvoyance, ainsi que dans ses livres, qui, si on était dégagé des gangues culturelles, intellectuelles médiatiques et bien d’autres, se révèleraient enfin être autant de messages d’amour pour le vivant et la planète

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès