• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Préemption, nationalisation provisoire, un deal militaro-industriel avec (...)

Préemption, nationalisation provisoire, un deal militaro-industriel avec Rome ?

« Montebourg en rêvait, Le Maire l’a fait  » c’est en substance ce que pas mal de commentateurs ont dit ou écrit ces derniers jours au sujet de l’avenir des chantiers de construction navale STX de St Nazaire en faisant référence aux menaces d'Arnaud Montebourg de nationalisation temporaire du site de Florange d'Arcelor-Mittal (pour mémoire : http://www.lepoint.fr/economie/florange-comprendre-le-bras-de-fer-mittal-montebourg-en-six-questions-26-11-2012-1533838_28.php).

Cette… préemption, pour ne pas se salir la bouche en prononçant nationalisation, provisoire il est vrai, d’abord n’en est pas une. Il y a utilisation d’un droit de préemption en amont d’un processus d’échange ou de vente. Or, dans le cas de STX, les chantiers de St Nazaire, au carnet de commandes bien rempli, un accord était déjà largement négocié sinon proche d’être finalisé (septembre) entre le groupe Fincantieri, l'ante-précédent gouvernement (dont le Montebourg de l’époque s’appelait…Emmanuel Macron, du moins jusqu’à la démission de ce dernier) et le gouvernement de bernard Cazeneuve, qui semblait vouloir convenir à la partie française compte tenu de garanties âprement arrachées. Notamment la conservation d’une majorité durant huit années, permettant à la France de conserver sur place l’intégralité de l’outil industriel et d’éviter tout "plan social" que pourrait annoncer la partie italienne. Ainsi, Le Figaro rappelait-il, il y a une semaine, " Selon un accord négocié par le précédent gouvernement français, le constructeur italien devait reprendre d'abord 48% du capital des chantiers de Saint-Nazaire et rester minoritaire pendant au moins huit ans, épaulé par l'investisseur italien Fondazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste à hauteur d'environ 7%. "

 

Nationalisation : construction navale en pleine charge d’un côté, hauts-fourneaux éteints de l’autre.

La comparaison ne tient pas la route. En effet, Florange concernait une industrie déplacée, pas seulement sacrifiée sur l’autel du profit au sens brut du terme, mais sur la rentabilité d’un outil presque incongru au regard de certains critères industriels et économiques. La chaîne extraction d’un minerai – traitement du minerai – affinage sidérurgique – transport des produits finis était cassée et, aujourd’hui, compte-tenu des coûts des matières premières et des coûts de transport, c’est près des ports équipés que peuvent être rentables les hauts-fourneaux et les industries d’aval (c’est l’historique même du déplacement de la sidérurgie du bassin lorrain vers Dunkerque)… et pour un industriel, en tout cas le détenteur du capital, c’est dans des ports proches des lieux d’extraction d’un minerai à bon marché mais de qualité.

Alors… nationaliser une presque certaine extinction des hauts-fourneaux ?

 

Décrivant cela, je m’arrête à l’aspect "capitalistique" de la question. Florange et le bassin lorrain posent avec acuité la question des sidérurgistes et de leurs familles et c’est sur le plan humain que Monsieur Mittal (le propriétaire indien d’Arcelor, ex Usinor-Sacilor) a été obligé de prendre des engagements en même temps que le gouvernement tentait un recyclage de techniciens par la création d’un centre de recherche adossé au pôle d’excellence sidérurgique que Mittal a mis en place. Quid de la pérennité de cette solution sparadrap ? Au passage, relevons que le bilan de Hollande-Ayrault puis Hollande-Valls à Florange, malgré les réserves de la CGT et de FO, n’est pas mauvais compte-tenu de la réalité de la sidérurgie mondiale. On en trouvera des éléments à http://luipresident.blog.lemonde.fr/2016/10/17/florange-et-hollande-promesses-tenues-ou-brisees/

Mais ce bilan est nettement obscurci par la déshérence de la sous-traitance, plans de charge et emplois directement liés à l’activité industrielle de la sidérurgie.

 

Du côté de St Nazaire, on a affaire avec une industrie en pleine activité ; le carnet de commandes est saturé, il y a de l’emploi. "Nationaliser" St Nazaire n’est en rien un sauvetage comme Montebourg le proposait pour Florange. Proposer 50/50 est d’ailleurs surprenant car si l’on veut peser sur les décisions industrielles, voire les réorienter, et avoir une majorité contrôlant bien l’aspect social du fonctionnement des chantiers et protéger l’emploi, c’est à 51 % qu’il faut porter le capital de l’État.

Cela me rappelle des débats enflammés entre 1976 et 1981 dans le cadre de l’union de la gauche puis dans celui du programme du PS entre les législatives de 1978 et la présidentielle de 1981. Se limiter à 51 % soutenait Michel Rocard, ce qui suffisait au contrôle de l’orientation de l’activité financière des banques, notamment le soutien à l’activité économique (commerces, entreprises) et les facilités d’accession à l’emprunt immobilier pour les particuliers, comme de l’activité industrielle des secteurs nationalisés (chimie-pharmacie, pétrochimie, métallurgie…), et -avant tout- y peser en termes d’emplois. On le sait, ce n'est pas ce que J-P. Chevènement et le CERES défendaient et François Mitterrand (gouvernement Mauroy) n'a pas hésité à nationaliser comme prévu au programme.

 

Un deal militaro-industriel ?

Je ne vois pas l’intérêt de cette nouvelle orientation des négociations. Qui, déjà, abîme la parole de la France et peut faire peur à des investisseurs étrangers (ce dernier point était opposé il y a quatre ans à Montebourg…). Qui, surtout, dégrade les relations entre l’Italie et la France, un axe qu’avait, au contraire, pas mal privilégié François Hollande.

D’ailleurs, notre réserve frileuse, voire hostile, à Fincantieri, à l’investisseur italien a de quoi choquer nos voisins transalpins. Car… ils n’ont pas rechigné à voir des financiers et industriels français venir faire leur moisson chez eux. Plutôt que de passer cela en revue, j’ai trouvé un article qui fait le point à ce propos : http://www.capital.fr/entreprises-marches/ces-8-fleurons-que-l-italie-nous-a-laisses-racheter-1238745#utm_campaign=20170801&utm_medium=email&utm_source=nl-cap-soir-eco

ainsi que http://www.capital.fr/entreprises-marches/carrefour-rachetes-53-magasins-billa-en-italie-945007

 

Alors… il y a le deal que Bruno Le Maire va aller négocier à Rome. C’est vrai que dans ce domaine, les coopérations (elles-mêmes issues de longues et rudes négociations) ont surtout été tournées vers l’Allemagne et vers la Grande-Bretagne. Parmi les options mentionnées, il semble que ce soit au plan naval (tiens donc !) que Le Maire fera des propositions.

On en est là ce mardi alors que le ministre est arrivé à Rome.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Clark Joseph Kent Jeussey de Sourcesûre 2 août 2017 14:55

    So what ?


    Que les rapprochements inepte de la presse soient du pipi de chat n’est pas nouveau.
    Que Saint-Nazaire ne soit pas Florange et que la sidérurgie ne soit pas la construction navale n’est pas un scoop.

    Mais alors ? Quel but poursuit donc ce gouvernement ? Quelle est sa stratégie ? C’est ça qui’il serait intéressant de comprendre et que l’article n’analyse pas.

    • Carte Senior Carte Senior 2 août 2017 15:31
      @Jeussey de Sourcesûre

      L’article ne l’analyse pas ; il pose en fait la question. Mais l’objet de l’article consiste à reprendre cette réaction journalistique d’association de procédures (ou de désirs d’icelles) et en profiter pour rappeler quelques vérités sur l’ineptie d’une nationalisation de Florange (et Hayange), même provisoire, compte tenu des réalités de ce qu’est aujourd’hui la sidérurgie.

    • baldis30 2 août 2017 19:14

      @Carte Senior
      bonjour,

      connaissez vous les réalités techniques de la sidérurgie ? et l’implication de cette industrie de base dans les autres industries ... ?

      Comptez-vous sur les autres, les plus lointains pour alimenter vos besoins en cas de crise ? Donc selon vous il n’y a pas de besoin ... pas besoin d’aciers spéciaux ... besoin de rien qui ne soit fondamental pour la Nation ? ....


    • Carte Senior Carte Senior 2 août 2017 23:36
      @baldis30

      j’ai écrit « ...création d’un centre de recherche adossé au pôle d’excellence sidérurgique que Mittal a mis en place » et ne me suis effectivement pas étendu sur ce que fait ce pôle d’excellence, notamment en matière d’aciers spéciaux. Et le centre de recherche (français) a un rôle R&D justement dans ce domaine.

    • generation désenchantée 2 août 2017 19:54

      peut être que le gouvernement veut de nouveaux mistral , les porte hélicoptères d’ assaut avec
      barges de débarquement pour véhicules , ou d’ autres nouveaux navires

      c’est ces chantiers qui les ont construit


      • Carte Senior Carte Senior 3 août 2017 00:03
        @generation désenchantée

        Une chose est certaine, les Chantiers de l’Atlantique (STX) ont un savoir faire et une capacité industrielle qui intéressent la DCNS devenue Naval Group.

      • Rincevent Rincevent 2 août 2017 22:03

        Le dossier STX est bien plus compliqué que celui de Florange. Dans le domaine civil, Fincantieri ne rassure pas ses partenaires avec l’accord passé avec les Chinois : https://www.meretmarine.com/fr/content/fincantieri-et-cssc-vont-construire-des-paquebots-en-chine et dans le militaire, sujet sensible, les craintes sont présentes aussi.

        Quant aux protestations italiennes à propos de cette nationalisation très provisoire, ils ne manquent pas d’air : Fincantieri appartient à Fintecna, contrôlé par le ministère italien de l’économie ! Ce qui fait, qu’en cas de prise de contrôle, ce serait aussi une nationalisation mais italienne et pas provisoire.


        • Carte Senior Carte Senior 2 août 2017 23:39
          @Rincevent

          Je vous remercie pour ces précisions, notamment concernant l’imbrication de l’investisseur et du financier sous le contrôle du ministère italien de l’économie.

        • Carte Senior Carte Senior 3 août 2017 00:13
          @ Jeussay de Sourcesûre et @ Rincevent

          Je viens de consulter (en ligne) l’article de l’Obs de la semaine « Saint-Nazaire une passion française », pages 31, 32 et 33.
          Les enjeux sont assez bien cernés et il est question du montage financier italien, mais aussi le rôle que pourraient jouer Trieste et Gênes dans le projet chinois de route de la soie, rendant captif des ces intérêts là le financier Fondation CR Trieste.

          • FreeDemocracy FreeDemocracy 3 août 2017 08:47
            bonjour,


            de plus les derniers investissements français en Italie se montent à des milliards, ça ne marche qu’à sens unique semblerait-il ?


            cette histoire de chinois est déjà bien élimée.... rien de nouveau encore là-dessous, suffit de lire mon article


            Un constructeur chinois Genting Hong Kong était 3ème repreneur potentiel à l’époque.... (2016)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Carte Senior

Carte Senior
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès