• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Préparez-vous à rouler à gauche !

Préparez-vous à rouler à gauche !

Depuis quelques semaines, sans discontinuer et sans avancer, Michel Barnier fait un malheur avec Theresa May aux Bouffes Parisiens dans le duo de « La Mascotte » :

"- J'aime bien mes dindons 

- J'aime bien mes moutons 

- Quand ils font leurs doux glou glou glou 

- Quand chacun d'eux fait bê bê bê 

- Mais... j'taime mieux qu'mes dindons 

- J't'aime mieux qu'mes moutons 

- Quand ils font leurs doux glou glou glou 

- Quand chacun d'eux fait bê bê bê, 

- Glou glou glou 

- Bê "

Sans doute jaloux de ce succès, Emmanuel Macron a choisi un autre registre que l’Opéra-comique et il a endossé le costume de Romeo pour contracter un mariage (presque) secret dans la maison des Capulet, avec la même Theresa devenue Juliette pour un soir.

Etrange chassé-croisé dans lequel les ténors interprètent des partitions différentes et la soprano met plusieurs fers au feu ! La remise au goût du jour de l’ « entente cordiale » entre la perfide Albion et une Marianne désabusée est-elle une initiative ayant pour but d’ancrer le vaisseau britannique dans les eaux territoriales européennes pour éviter une dérive outre Atlantique, ou bien s’agit-il d’un plan B destiné à remodeler l’Europe si l’UE part en vrille comme certains signes le laissent envisager ? Pour essayer d’y voir clair, soyons sérieux quelques instants.

Le jeudi 18 Janvier, le Premier ministre britannique Theresa May et le président français Emmanuel Macron ont tenu une réunion au sommet, somme toute discrète, à Sandhurst, école supérieure de formation des officiers militaires britanniques afin de consolider un traité franco-britannique décisif pour l’avenir de l’Europe. La réunion visait à renforcer les liens militaires et l’échange de « renseignements » entre les deux pays, conformément à la stratégie élaborée dans le Traité de Lancaster House de 2010, en réaction aux tensions croissantes avec l'administration Trump et au sein de l'OTAN et à la crise de la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, plus connue sous le nom de « Brexit ».

Les deux dirigeants se sont mis d'accord sur une série de mesures telles que l’accroissement des dépenses militaires, l’intensification des opérations d'espionnage conjointes et le contrôle de l’immigration. Ils se sont engagés à intensifier la coopération sur les programmes d'armement nucléaire, l’utilisation des porte-avions et les déploiements navals dans les océans Pacifique et Indien ainsi que dans la mer des Caraïbes. Ils ont également convenu de prendre des dispositions draconiennes pour établir conjointement une censure efficace sur Internet.

Le Financial Times a noté que le site de Sandhurst avait été choisi comme symbole du "pacte de défense de vingt ans entre la Grande-Bretagne et la France." pour bien mettre en évidence le caractère stratégique de la réunion, les chefs des principales agences de renseignement nationales et internationales étaient tous présents : le MI6 et le GCHQ britanniques et de leurs équivalents français, les directions générales de la sécurité extérieure et de la sécurité intérieure (DGSE, DGSI).

Soulignant le caractère "de plus en plus instable et incertain du monde", le communiqué du sommet a déclaré que le "traité de Lancaster House [était] le fondement de notre relation. Depuis 2010, nous avons amélioré nos capacités collectives et constaté des niveaux d'intégration sans précédent entre nos forces armées, nos services de renseignement et nos autorités diplomatiques et de développement. " en ajoutant : "Il n'y a pas de situation dans laquelle nous pourrions envisager une situation où les intérêts vitaux du Royaume-Uni ou de la France pourraient être menacés sans que les intérêts vitaux de l'autre soient également menacés."

En clair, cela signifie que la Grande-Bretagne et la France construisent une alliance séparée au sein de l'OTAN, une sorte de sous-ensemble de deux états-nations qui fondent plus d’espoir sur des relations bilatérales que sur une intégration militaire européenne. « Le Point » s'est félicité de ce « principe simple déjà esquissé en 1992 », après la dissolution de l'Union soviétique et la réunification de l'Allemagne.

Mais, si ces positions semblent mettre soudainement un coup de frein sur les relations avec les pays d’Europe centrale, y compris l’Allemagne, le document prend aussi ses distances vis-à-vis de la politique étrangère américaine en engageant les deux pays à défendre l'accord de paix nucléaire iranien de 2015, alors que l'administration Trump a déjà annoncé quelle n’y donnerait pas suite et a menacé l’Iran de « sanctions » alourdies. Le document a également appelé à un "dialogue significatif et sans a-priori" avec la Corée du Nord que Washington menace d'anéantir.

Macron qui avait inauguré sa présidence en invitant le président russe Vladimir Poutine en France et appelé à l'amélioration des relations avec Moscou semble avoir fait plus que des concessions en acceptant un document qui attaque sévèrement la Russie en affirmant que le Royaume-Uni et la France "partagent une évaluation commune de la politique étrangère et de défense plus affirmée de la Russie, ... intimidation stratégique, y compris la désinformation, la cyberactivité malveillante et la subversion politique." Le texte dénonce « l'annexion » de la Crimée par la Russie et l’accord de paix en Ukraine négocié par Berlin, Paris, Kiev et Moscou et précise : "Tant que la Russie ne remplira pas ses obligations de Minsk, les sanctions économiques [sur Moscou] ne pourront être levées".

Les deux pays ont convenu d'une série d'interventions à l'étranger pour illustrer leur alliance. La Grande-Bretagne doit envoyer trois hélicoptères, leurs pilotes et le personnel de soutien logistique pour aider les soldats français qui mènent une guerre néo-coloniale dans le Sahel. Pour sa part, la France enverra plus de troupes en 2019, « dans le cadre du groupement de bataille dirigé par le Royaume-Uni en Estonie, en s'appuyant sur le déploiement conjoint réussi en 2017." Le Royaume-Uni compte actuellement 800 soldats en Estonie. Pour ne laisser aucun doute sur la solidité de l’idylle, Theresa May a déclaré qu'un corps expéditionnaire britannique et français serait susceptible de déployer jusqu'à 10 000 soldats « rapidement et efficacement pour faire face à toute menace » d'ici 2020.

Tout en assemblant cette machine de guerre, les deux pays s'accordent également sur l’urgence à réprimer les velléités libertaires en concoctant en particulier la censure d'Internet. Sous couvert de « terrorisme » et de « criminels », le sommet a présenté un rapport contenant des propositions pour « automatiser la détection et la suppression des contenus illégaux dans les 1 à 2 heures de téléchargement » et « empêcher leur diffusion ... »

Londres et Paris ont également négocié le financement du contrôle des immigrés à Calais où la France assure la responsabilité de la police des frontières britannique pour le tunnel sous la Manche en vertu du traité du Touquet de 2003. Theresa May a accepté d'augmenter de 50 millions d’Euros la part des britanniques pour « soutenir la France dans ses réalisations d’hébergements situés en dehors des régions de Calais et de Dunkerque ». Dans la conférence de presse qui a suivi le sommet Macron a présenté comme une « approche plus humaine » l’accélération du processus d'expulsion qui réduit de six mois à un mois le délai pour les adultes et à 25 jours pour les enfants. Le Royaume-Uni a refusé de préciser le nombre de migrants qu'il accepterait au Royaume-Uni.

Le sommet mis l’accent sur l'effondrement du cadre politique international qui existait à l'époque de l'hégémonie mondiale de l'impérialisme américain et ses craintes sur le fait que les puissances impérialistes se préparent à nouveau à la guerre, mais aussi sur différences fondamentales qui séparent les grandes puissances européennes de Washington pour ce qui concerne les pays du Moyen-Orient et d'Asie, où elles ont des intérêts économiques et stratégiques majeurs, et où la politique américaine pourrait provoquer une guerre régionale ou mondiale majeure.

Dans le même temps, l'UE se désagrège rapidement, en particulier depuis le vote sur le Brexit. Il est significatif que Paris et Londres aient organisé ce sommet militaire de haut niveau au milieu de préoccupations croissantes concernant les relations avec l'Allemagne, première puissance européenne, après la crise déclenchée par les élections allemandes de septembre 2017. 

Dans un éditorial avant le sommet, le Financial Times avait écrit avait averti à propos de l’évolution des coopération militaire et de renseignement : "À l'ère du Brexit, ces liens seront réexaminés. Il y a un profond scepticisme en Grande-Bretagne à propos de l'intégration des forces armées du pays avec celles de l'Europe." 

On peut penser que Macron n’a fait aucun effort pour soutenir la Grande-Bretagne dans ses discussions controversées sur le Brexit avec l'UE, mais il a corrigé cette appréciation en indiquant que, même si c’est un Français qui représente l’UE dans les négociations, c’est bien L'UE, et non la France, négocie le Brexit. La nuance est de taille, même si elle parait trop subtile à de nombreux Britanniques.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles il s'opposait à l'inclusion des services financiers dans tout accord de libre-échange entre l'UE et le Royaume-Uni, Macron a déclaré  : "Je ne suis ici ni pour punir ni pour récompenser. Je veux m'assurer que le marché unique est préservé parce que c'est le cœur de l'UE. » En ce qui concerne le maintien d’un accès de la Grande-Bretagne au marché unique de l'UE, il a ajouté : « Le choix appartient à la Grande-Bretagne et non pas à moi. Mais on ne peut avoir aucun accès différencié aux services financiers. ... cela signifie qu’il faut contribuer au budget et reconnaître la juridiction européenne "

Il n’est pas nécessaire de consulter la Pythie ou lire dans le marc de café pour prédire à moyen terme quelques bouleversements dans la carte géopolitique de l’Europe et peut-être d’autres régions du monde. La polarité atavique de peuples européens qui, à force de se déplacer vers l’ouest, ont fini par traverser l’océan Atlantique semble ne plus jouer un rôle aussi fort aujourd’hui. La recomposition laborieuse des états d’Europe centrale semble mettre à mal le rêve européen suggéré dans les années 50 par un oncle Sam très intéressé par une extension de ses marchés. Mais ni la Pythie ni le marc de café ne sont en mesure de dessiner les contours précis de la future carte. En tous cas, si vous roulez à gauche dans dix ans, ça ne sera pas par conviction politique !

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • leypanou 7 février 09:08

    le document prend aussi ses distances vis-à-vis de la politique étrangère américaine en engageant les deux pays à défendre l’accord de paix nucléaire iranien de 2015, alors que l’administration Trump a déjà annoncé quelle n’y donnerait pas suite et a menacé l’Iran de « sanctions » alourdies : l’article n’est pas à jour car après avoir dit qu’il faut s’en tenir aux accords sur le nucléaire iranien, le président français avait demandé exactement le contraire,par exemple ici.

    Donc prendre ses distance vis-à-vis de Washington, peut-être sur des sujets plus ou moins bidons comme la COP21, mais sur la Syrie et le Moyen Orient en général, la Corée du Nord, on n’en est pas là (par exemple ici dans l’atlantisme une passion française).


    • Gwynplaine Clark Joseph Kent 7 février 09:44

      @leypanou

      c’est vrai

      mais il est intéressant de noter deux choses à l’occasion de cet accord :

      - l’impuissance de l’UE à mettre sur pied une armée ou même une coordination cohérent des armées des états qui la composent

      - la création d’une alliance séparée entre deux états dmembres de ’lOTAN.

      Les eétats-nations n’ont pas encore été dissous dans l’UE, contrairement à certaines rumeurs...

    • Ar zen Ar zen 7 février 18:04

      @Clark Joseph Kent

      « L’impuissance de l’UE à mettre sur pied une armée.... » écrivez-vous.

      Il suffit de lire l’article 42 du TUE, traité sur l’Union européenne, pour comprendre pourquoi. Cet article dit, en substance, ceci : «  La politique de l’Union au sens de la présente section n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres, elle respecte les obligations découlant du traité de l’Atlantique nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre. »

      Quant c’est signé, c’est signé. Pour en savoir plus, c’est en lien ici et parfaitement bien expliqué : 


    • Alainet Alainet 9 février 11:05

      @Ar zen   * et qui +est ; Sarkozy a réintégré la France dans l’OTAN ...en Avril 2009 :
      https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-retour-de-la-france-dans-l-otan-53191


    • JL JL 7 février 09:21

      Merci pour cet article sur lequel je me garderai bien de donner un avis, excepté sur ce point de détail :
       
      ’’Londres et Paris ont également négocié le financement du contrôle des immigrés à Calais où la France assure la responsabilité de la police des frontières britannique pour le tunnel sous la Manche en vertu du traité du Touquet de 2003.’’
       
       Depuis longtemps, je me demande bien pourquoi la police française met autant de zèle à accomplir cette mission de m...


      • Gwynplaine Clark Joseph Kent 7 février 09:39

        @JL

        Il parait que c’est une question de plomberie et qu’il vaut mieux filtrer à l’entrée du tuyau qu’à la sortie pour éviter les engorgements et les reflux générateurs d’obstructions...
        Le tunnel sous la manche est un gros tuyau doté d’un clapet anti-retour, une protection contre le refoulement.

      • JL JL 7 février 10:25

        @Clark Joseph Kent
         
         j’apprécie l’aimable plaisanterie.


      • Ar zen Ar zen 7 février 18:31

        @JL

        Je vais vous l’expliquer. Il se trouve que la GB n’appartient pas à l’espace Schengen. Pour parvenir en Grande Bretagne il y a trois moyens : le bateau, l’avion et le train. A pied, à la nage ou en pédalo, on oublie. 
        Si les contrôles n’étaient plus effectués sur le sol français, ils le seraient sur le sol britannique, c’est une lapalissade. Pour les arrivées par avion, c’est déjà le cas. Les Britannique devraient donc contrôler les arrivées des bateaux et des trains. Mais comme la G.B n’appartient pas à l’espace Schengen elle peut opérer par « non admission » ce qui est interdit dans les pays de la zone Schengen. Ces derniers doivent procéder par demande de « réadmission ». Le voyageur non admis en Grande Bretagne, reprend donc soit son bateau, soit le train dans le sens inverse sans possibilité de recours sur le sol Britannique. Et ceci se fait à la charge du transporteur. On comprend, dès lors, que les contrôles sont « accentués » au départ du voyage par le transporteur lui même. Cela a un coût très élevé. 

        Il y a, par ailleurs, une règle qui est oubliée un peu vite dans l’espace Schengen. Juste pour développer ce sujet. C’est celle de la « responsabilité » des transporteurs qui ont l’obligation de contrôler les identités des passagers. S’ils ne le font pas, ils encourent de sérieuses amendes et, de surcroit, ils ont l’obligation de prendre en charge la personne non admise sur le sol d’arrivée pour la ramener à son lieu de départ. C’est extrêmement coûteux. C’est de cette façon que les contrôles ont systématiquement lieu dans le pays de départ et non dans le pays d’arrivée. C’est ce genre de contrôles que vous subissez dans les aéroports internationaux. 

        Vous voyez du « zèle » dans cette affaire. Il ne s’agit pas de cela. Les Britanniques, si vous avez compris l’articulation des procédures de contrôle des voyageurs, sont du bon côté du manche (gag) et les Français du mauvais. Zèle ou pas zèle, la France l’a dans l’os !



      • baldis30 7 février 09:36

        bonjour,

        bien vu !

        mais qui sont les moutons de Panurge dont la chair finira comme dindons de la farce ?


        • Gwynplaine Clark Joseph Kent 7 février 09:40

          @baldis30

          et les dindons finiront pas être tondus, pas solidarité

        • Gwynplaine Clark Joseph Kent 7 février 09:56

          @baldis30

          Un petit bijou à savourer sans modération


        • baldis30 7 février 22:48

          @Clark Joseph Kent
          bonsoir et merci !


        • Diogène diogène 7 février 10:06

          Au Royaume-Uni, dans les centres urbains, la vitesse maximale est 30 mph (48km/h). Sur les routes d’une seule voie, la vitesse maximale va de 60 mph (97 km/h) pour les véhicules légers à 40 mph (64 km/h) pour les poids lourds de plus de 7.5 tonnes.


          Le terrain est progressivement préparé avec la mise en place de la limitation à 80 ! Le passage à gauche sera plus délicat, et l’abandon du système métrique encore plus ! Mais avec Macron tout est bon !

          • Trelawney Trelawney 7 février 11:39

            pour aider les soldats français qui mènent une guerre néo-coloniale dans le Sahel.

            Pouvez vous développer ?
            Parce que je peux vous expliquer l’utilité d’un intervention militaire dans une zone de recrudescence terroriste afin de le confiner là bas et d’en éviter la propagation sur notre sol, mais ça risque de prendre du temps, car je doute que vous ayez conscience de ce phénomène

            De plus, vous n’intégrez pas que l’appareil politique, économique et administratif anglais est complètement noyauté par l’administration américaine et que pactiser avec ce pays, c’est laisser entrer le loup dans la bergerie.

            • Gwynplaine Clark Joseph Kent 7 février 11:47

              @Trelawney


              « une zone de recrudescence terroriste »

              « pactiser avec ce pays, c’est laisser entrer le loup dans la bergerie. »

              si les états-unis sont le loup t nous la bergerie, pourquoi utilisez-vous le vocabulaire et la vision du monde du loup ?

            • Trelawney Trelawney 7 février 14:43

              @Clark Joseph Kent
              Ce n’est pas le vocabulaire du monde du loup, c’est simplement l’instauration d’un rapport de force entre différents belligérants. Même si les USA, pour lutter contre l’influence communiste dans les pays arabes, sont à l’origine de la création de l’intégrisme islamique (frères musulmans en Egypte, etc.) depuis la révolution iranienne, ces groupes islamiques se sont émancipés est ont acquis une indépendance néfaste pour les pays occidentaux.

              A nous de régler le problème chez eux avant qu’ils ne le fassent chez nous. A toute fin utile, la Russie adopte la même stratégie et cela depuis l’Afghanistan et ensuite la Tchétchénie

              On a la capacité politique et militaire de le faire (comme on le fait au Mali) sans demander la permission de qui que ce soit. Ce n’est pas la peine de se coltiner les traînes savates anglais formés tout droit à la CIA pour handicaper notre action

            • Gwynplaine Clark Joseph Kent 7 février 15:41

              @Trelawney

              Quand la Russie s’est laissée piéger avec l’Afghanistan, elle était encore la composante centrale de l’Union Soviétique !
              Habituellement, ceux qui parlent de « lutter contre l’influence communiste » comm vous le faîtes dans votre commentaire, parlent en fait de l’influence de l’Union Soviétique. 

              Même si les Russes de l’époque se sont tirés une balle dans le pied en se mettant dans les pattes du traffic d’opium mondial qu’ils n’avaient pas bien appréhendés, ils n’étaient pas en train de mener une opération contre eux-mêmes.

              Votre démonstration est un peu floue, là.

              Au Mali, l’armée française défend les intérêts de firmes françaises implantées de longue date, point barre.

            • Trelawney Trelawney 7 février 17:21

              @Clark Joseph Kent
              Habituellement, ceux qui parlent de « lutter contre l’influence communiste » comm vous le faîtes dans votre commentaire, parlent en fait de l’influence de l’Union Soviétique. 

              Parce que vous arrivez à faire la différence entre communisme et union soviétique. l’union soviétique est simplement la mise en application des théories communistes.

              Pour ce qui est des intêrets des entreprises française au Mali (107ème pays le plus pauvre de la planète sur 177 pays) à part quelques investissements Orange et BNP je ne vois pas trop. Pour ce qui est des mines d’uranium, c’est dans le pays d’à côté le Niger, où l’armée française n’y est justement pas présente. De plus le leader ship de la prospection minière au Niger est tenue par les chinois. les français n’ont plus que Arlit

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 18:22

              @Trelawney
              Qui a créé les terroristes, Daesh et Al Qaïda ? Les USA.
              Ils servent de mercenaires à bas coût.

              Et qui dirige l’ OTAN ? Washington.


            • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 18:45

              @Fifi Brind_acier. Ne pas oublier de préciser qui dirige Washington.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 07:13

              @JC_Lavau

              qui dirige Washington.

              Allez savoir ! On a l’embarras du choix ! Entre l’ Etat profond, Trump (de temps en temps), les néo conservateurs qui ont pris le pouvoir aux USA, et les milliers de lobbies...


            • JC_Lavau JC_Lavau 8 février 08:46

              @Fifi Brind_acier. Et israël.

              Voir par exemple Nikki Haley, et Jared Koushner.

            • Diogène diogène 8 février 08:46

              @Fifi Brind_acier

              dans une ruche, contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas la reine qui dirige, au contraire, elle n’est qu’une machine à reproduire, avec les faux bourdons peu nombreux

              chaque individu est très limité intellectuellement, mais l’essaim a une stratégie et une coordination ce qui ne signifie pas une intelligence

              cette organisation n’a rien à voir avec la « démocratie », c’est une sorte d’organisme multi-individuel, résultat de la sélection naturelle et d’une adaptation au milieu




            • zygzornifle zygzornifle 7 février 12:51

              Les Anglais ne sont pas nés de le dernière pluie et c’est pour cela qu’ils ont gardés leur monnaie .... 

              Macron se croit supérieur alors que ce n’est qu’un nain sur l’échiquier international ....
              Il peut faire encore bonne figure en Afrique car ces derniers n’attendent que du pognon que la France leur donne , coupez les vannes et ce sera fini du bon accueil ....

              • Gwynplaine Clark Joseph Kent 7 février 13:10

                @zygzornifle

                le pognon en question n’est que la contrepartie de ressources juteuses pour des compagnies françaises , surtout privées : l’état finance un « protectorat » qui profite à des requins. C’est la Françafrique relookée (ou pas) des Djouhri, Bockel, Loncle, Bongo, Gbagbo, et Bourgi, celui qui a taillé un costard à Fillon. 

                C’est du lourd, y a du cash qui circule !

              • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 février 14:54

                Autrement dit : « Je sais, de source crasse »  !

                Allô Choukassssss ?!??

                 smiley


                • JC_Lavau JC_Lavau 7 février 17:19

                  A gauche, oui, mais les camions seulement.

                  Au bout de six mois, en fonction des résultats, on pourra basculer tout le monde à gauche.

                  • Le Pret(r)e cogite 7 février 21:28

                    La seule valeur morale et charismatique sur terre se résume au pouvoir de nuire, c.a.d. de massacrer plusieurs millions, voir milliards d’ humanoïdes (conçus comme tels a priori), femmes et enfants confondus,
                    De tout évidence l’Europe a pris un retard considérable en la matière (organique il va de soit), puis-je être plus clair ?
                    Sinon l’Europe veut encore rayonner, il serait bien au qu’elle considéré que seul le compteur Geiger est fiable en terme de mesure...


                    • Alainet Alainet 9 février 11:35

                      - 1)* Thierry Meyssan * fait 1 analyse similaire du rapprochement anglo-français qui ravive« l’entente cordiale » de jadis vu le fiasco de l’UE de la détente et la politique de Trump...
                      L’abandon du couple franco-allemand pour une Entente franco-britannique annonce quant à elle le retour des tensions tant redoutées entre Paris et Berlin.
                      http://www.voltairenet.org/article199521.html
                      2)
                      En ce moment la campagne électorale législative en Italie bat son plein.
                      Si les débats de la campagne électorale législative italienne abordent la question du rôle de l’Union européenne, aucun ne s’intéresse à celui de l’Otan. Pourtant les deux institutions sont les deux faces, civile et militaire, d’une seule et même institution. Tant mieux pour le Pentagone qui peut ainsi faire avancer son agenda sans être remarqué.
                      http://www.voltairenet.org/article199606.html


                      • izarn izarn 9 février 17:20

                        Franchement cette pauvre May et ce pov Micron racontent n’importe quoi !
                        10.000 h contre 1. 900. 000 h russes !
                        Ouarf ! Ouarf ! smiley
                        Augmenter le budget de l’armée !
                        Aprés avoir sucré 900 millions d’euros à l’armée française ?
                        Ouarf ! Ouarf ! smiley
                        Un couple franco-britanique qui respecte à 100% le Pentagone ? Contre les USA ?
                        Ouarf ! Ouarf ! smiley
                        Uniquement contre Trump tu veux dire ?
                        C’est plutot évident !
                        Stratégie européenne ? AUCUNE ! Ca n’existe pas, jamais !
                        May-Macron=Pauvres LARBINS ? Pauvres clintoniens néoconnolisés ?
                        OUI !
                         smiley
                         smiley
                        Hé dites, dés fois les allemands, face à ces deux enfoirés, je les trouve sympas !
                        Deutschland uber alles !
                         smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès