• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Présidentielles 2017 : hauts risques

Présidentielles 2017 : hauts risques

Bernard Larguèze 

La violence des réactions et des déclarations des deux

Gladiateurs, l’ambiance mensongère préfigurent-elles ce que

sera le futur quinquennat ?

On assiste, en effet, à un spectacle digne du « Grand Guignol » où les protagonistes éructent et, perdant toute dignité dans leurs propos, mettent un bémol sur leurs capacités à gouverner. Les attaques directes et récurrentes des deux finalistes ne sont pas à la hauteur des enjeux considérables à régler. Cette façon de développer leurs arguments alimentera l’abstention. 

Quant aux discussions de fond, il faut bien reconnaître qu’ils passent allègrement, en grande partie, à côté.

On peut citer un exemple majeur concernant les problèmes liés à la gestion quotidienne de la vie des Français, celui de la protection sociale, dont ils parlent trop peu. C’est une chasse gardée, où aucun gouvernement n’ose s’aventurer.

Le risque est que le fameux « trou », dont on ne parle plus mais qui ne se résorbe pas, emporte tout avec lui.

Or, les gouvernements qui se succèdent refusent systématiquement d’appliquer la loi européenne (sur la fin du monopole) qui, selon les textes, prime sur la loi nationale. Pourquoi ?

Parce que les syndicats ouvriers et patronaux ont obtenu le privilège de gérer ce secteur dont le budget est équivalent à celui de la France. Cela a été possible grâce à un accord de gestion confiée aux syndicats portant le nom de « paritarisme » qui est devenu un secteur auquel aucun gouvernement n’a accès. C’est également ce paritarisme qui permet de détacher des fonctionnaires qui sont mis à la disposition des syndicats. Ce sont autant d’emplois fictifs...

Cette élection présidentielle 2017 permet aussi de relever un autre fait majeur qui est celui de la montée du Front National.

Dans « Libération » du 2 mai, son directeur M. Joffrin s’interroge ingénument sur le pourquoi du succès croissant de ce mouvement depuis trente ans, sans apporter de réponse satisfaisante.

Rafraîchissons donc sa mémoire défaillante.

En 1986, M. François Mitterrand, avec sa rouerie habituelle, avait jugé que, pour maintenir les socialistes longtemps au pouvoir, il fallait affaiblir la droite modérée. Pour cela il introduisit une dose de proportionnelle lors des législatives de 1987, pour cela il prit la décision de sortir le Front National de son ghetto. Et le miracle s’est accompli, le Front National eut des députés au Palais-Bourbon ! En même temps, François Mitterrand demanda à la presse écrite et parlée d’inviter, de temps en temps, le leader de ce parti M. Jean-Marie Le Pen. Le tour était joué. Le Front National devenait majeur.

Cette action d’éclat n’avait pas échappé à Pierre Bérégovoy, alors Premier ministre, qui déclarait : « on a tout intérêt à pousser le Front National. Il rend la droite inéligible. Plus il sera fort plus on sera imbattable. C’est la chance historique du Parti Socialiste ».

Mais à malin, malin et demi : le Front National a su depuis profiter des échecs politiques et économiques de la droite et de la gauche classiques, le voilà aux portes du Pouvoir... Avec plus de chances (ou de risques) qu’en 2002.

 

Encore une fois, comme en 2002 et 2012, on ne vote pas pour une vision de l’avenir de la France mais contre un candidat. Quel dévoiement !!!

3 mai 2017


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Dr Faustroll Jeussey de Sourcesûre 4 mai 2017 08:45

    « Encore une fois, comme en 2002 et 2012, on ne vote pas pour une vision de l’avenir de la France mais contre un candidat. »


    En votant blanc, je voterai même contre deux candidats. Quel gâchis !

    • gogoRat gogoRat 4 mai 2017 09:16

       à ce stade du refus de se comprendre , cette présidentielle ne fera qu’entériner une guerre civile larvée :
       1/6 contre 1/6 des Français en âge de veauter se disputent l’occasion d’un hold-up du Pouvoir planifié par le stratagème de légitimation que les faux démocrates, auto-persuadés d’être des Lumières, ont imposé ! ( Ils veulent leur aristocratie - pouvoir des ’meilleurs’ auto-proclamés ... en se disant, fort mensongèrement, démocrates !)
       
       rappel :
       1° sixième : les non inscrits
       2° sixième : les non-cautionneurs  : abstention, blanc, nul .
      ( Impossible d’en préciser la part de boycott : - de la royauté élective - du veaute - du type de scutin ... ou des candidats ! )
      3° sixième : Macron
      4° sixième : Le Pen
      5° sixième : Mélenchon
      6° sixième : Fillon (pour ceusse qui ne seraient pas dans le même lot que les Macron ) + autres ayant choisi un candidat plus anecdotique au 1e tour

       Les veautants ne feront que déterrer la hache de guerre.
       Et, parmi eux, celles et ceux qui choisiront un candidat, ne feront que se ranger dans un camp minoritaire !



        • Taverne Taverne 4 mai 2017 10:56

          C’est une bonne chose que le FN soit représenté davantage à l’Assemblée avec l’instauration d’une part de scrutin proportionnel dans le scrutin majoritaire à deux tours. Au mieux, les députés élus seront forcés d’être réalistes et plus responsables dans leurs propos, sinon s’ils continuent de se discréditer en vociférant ou en travaillant à côté sans faire le job que le peuple leur confie, comme faire des petits boulots au FN au lieu de voter les lois et alors ils le paieront dans les urnes.

          Surtout, la question de la colère populaire et de son désespoir ne peut plus être ignorée par le président et son gouvernement. Ce coup de semonce doit les faire réfléchir et il faut aider le pouvoir d’achat, faire baisser le chômage, sécuriser la vie sociale. 


          • Norbert 4 mai 2017 21:10

            @Taverne

            « et il faut aider le pouvoir d’achat, faire baisser le chômage, sécuriser la vie sociale.  »

            Aux antipodes de ce que permet un système économique capitaliste au stade de surproduction chronique.


          • cétacose2 4 mai 2017 13:44

            Fillon a sa Penelope et avec qui vous savez ,la république aura sa...lope... !


            • Veniza Veniza 4 mai 2017 23:06


              Pour une commission d’enquête sur le résultats des votes à l’élection présidentielle 2017 

              À l’attention : de tous les citoyens
              Car il y a un fort sentiment de défiance au sein de la population française votante quant à l’impartialité des résultats des scrutins en vue de l’élection présidentielle 2017.

              Des suspicions de manipulations et de corruptions au sein des organismes chargés de veiller à l’impartialité des scrutins. 

              Nous, peuple français, demandons une commission d’enquête et/ou d’audit des différents membres concernés. 

              Dans un soucis de transparence et afin d’écarter toute volonté de détournement des votes dans un but anti-démocratique et d’intérêts personnels des candidats présents à l’issue des votes. 

              Dans un cadre légal, le Conseil constitutionnel sera saisi dès qu’un procès-verbal validé joint a une copie de cette pétition sera édité. La suite devra faire suite à une enquête qui devra prouver qu’il y a eu irrégularité.


              Pour une commission d’enquête sur le résultats des votes à l’élection présidentielle 2017


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès