• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Privatisation EDF : le courant ne passe plus

Privatisation EDF : le courant ne passe plus

EDF péterait-il les plombs ?

Marcel Boiteux, président d’honneur d’EDF, s’exprimait récemment sur le processus de privatisation de l’entreprise qu’il dirigeait autrefois : "Il ne s’agit plus d’ouvrir la concurrence pour faire baisser les prix, mais d’élever les prix pour permettre la concurrence." (Revue Futuribles de juin 2007) (1)

Ce paradoxe apparent nous met face à un des problèmes majeurs que soulève la question de la privatisation de cette entreprise pas comme les autres, qui connaît aujourd’hui son ouverture officielle.

Le problème a été déjà analysé sur Agoravox, notamment par Forest Ent, mais il serait bon aujourd’hui d’y revenir un peu, le processus de privatisation étant enclenché. Mon but est limité, m’exprimant comme citoyen de base, consommateur d’énergie, et non comme expert... Je veux seulement souligner les grands points qui me paraissent faire problème, qui sont au cœur des débats d’aujourd’hui et qui n’ont pas fini de hanter ceux de demain :

- Si on fait un bilan de l’ouverture de la concurrence, on constate que, quel que soit le pays, les prix du marché se sont envolés : 39 % en Espagne ; 49 % en Allemagne, 67 % en Finlande, 77 % en Suède, 81 % au Royaume-Uni, 92 % au Danemark... En France, les entreprises qui ont choisi de sortir du marché public ont subi une augmentation moyenne de 76 %, les tarifs EDF restant relativement stables. Situation pour le moins paradoxale : l’ouverture au privé devait faire baisser les prix...

- L’ouverture à la concurrence pousse au sous-investissement. Investir dans les services en réseaux coûte cher. Il faut le faire là où le retour sur investissement prend du temps, beaucoup de temps... Cela n’est pas compatible avec la logique des marchés financiers, qui n’opèrent qu’à court terme. Ce qu’analysent lucidement Marcel Boiteux, ainsi que l’économiste Fitoussi. La volatilité des prix sur le marché de l’électricité et l’absence de visibilité sur leur évolution renforcent cette tendance au sous-investissement qui produit inévitablement des risques grandissants de ruptures d’approvisionnement des usagers

- De plus, l’électricité ne peut se stocker. L’ajustement constant de l’offre à la demande est un équilibre qui est déjà difficile à assurer pour un seul opérateur. Si on multiplie les intervenants, surtout avec leurs objectifs de rentabilité immédiate, on peut se demander comment cela pourra être gèrable (voir l’exemple californien).

-Le transport de l’électricité ne se fait pas sans pertes importantes. Quel sens cela a-t-il de produire de l’électricité dans un pays pour aller le revendre très loin de là ? N’est-il pas surréaliste de parler d’un "grand marché européen de l’électricité" ? Et plus les réseaux sont interconnectés, plus les risques de dysfonctionnement peuvent augmenter (voir les pannes géantes de novembre 2006 en Europe).

- Au moment où les problèmes du réchauffement climatique nous obligent à des choix fondamentaux en matière énergétique, à des orientations nouvelles, la concurrence n’est certainement pas le meilleur moyen de prendre les bonnes décisions pour l’avenir. La sobriété énergétique s’impose. Or la libéralisation n’est pas compatible avec des choix judicieux dans ce domaine. Aucune entreprise, rivée sur son chiffre d’affaires, n’a intérêt à ce que la consommation diminue. Elle incite donc au gaspillage.

- Des problèmes de sécurité risquent de se poser, car les marchés vont avoir tendance à prolonger au-delà du raisonnable la durée de vie des centrales nucléaires (au-delà de 2050 pour les plus récentes). On peut redouter aussi une réduction des frais de maintenance, au nom de la réduction des coûts, la masse salariale servant de variable d’ajustement.

Il apparait donc que l’électricité est un domaine qui semble échapper à la théorie libérale, car la concurrence n’y est pas totale. Il n’y a qu’un seul réseau de transport pour plusieurs producteurs. RTT doit gérer l’ensemble en ajustant en permanence l’offre et la demande d’un produit qui a la particularité d’être non stockable. Comme dit Marcel Boiteux « l’électricité est un cas extrême, pour ne pas dire un cas d’école, des exceptions à la théorie libérale. ». De plus, les nouveaux défis qui nous attendent en matière d’investissement exigent une stratégie industrielle cohérente, des choix politiques à long terme ne sont pas compatibles avec une vision étroitement libérale.

L’ouverture européenne a défavorisé les consommateurs français. Le consommateur allemand bénéficie du nucléaire français, mais le consommateur français paie le prix plus élevé de l’électricité produite par les centrales allemandes au charbon, plus onéreuses. Les prix risquent de monter encore rapidement, « certains producteurs trouvent un intérêt stratégique à demeurer en sous-capacité chronique : les prix monteront sur le marché et ils seront en quelque sorte récompensés de ne pas avoir investi » remarquent
des spécialistes de RTE, dans un ouvrage : "Les Réseaux électriques au cœur de la civilisation industrielle ".

Certes l’Etat doit garder au moins 70 % du capital d’EDF. Mais la partie cessible vaut aujourd’hui 23 milliards d’euros Comment l’Etat résistera -t-il à ne pas céder de nouveaux actifs ? N.Sarkozy ne l’avait pas exclu pendant sa campagne électorale...

(1)http://www.faitpasser.org/spip.php?article62 (ouvrir le dossier PDF)

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/09/45/99/ceco-henry.pdf

http://www.ofce.sciences-po.fr/fitoussi/presse/obs_24-10-05.html

http://www.reseau-ipam.org/aitec/colloque/documents/jeanmarcelmoulin.pdf

http://forum.alta.bz/kikoi2007/Programme-de-Francois-Bayrou/edf-gdf-sujet_31_1.htm

http://www.appeldes200.net/imprimer.php3?id_article=1156

http://www.dossiersdunet.com/spip.php?article645

http://www.dossiersdunet.com/rubrique63.html

http://sudenergieedf.free.fr/sections/EDF/CR/ex%E9g%E8se.htm


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

152 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 2 juillet 2007 10:03

    @ Zen

    Merci de votre article sur les conséquences de la privatisation de ces entreprises « pas comme les autres ».

    Un point que vous soulevez et qui m’inquiète particulièrement : la tendance au sous-investissemnt et les questions de sécurité induite par la logique de « la rentabilité avant le service ».

    Un ami électricien était allé en vacances il y a deux ans aux Etats Unis.

    Il était revenu totalement étonné par l’état du réseau de distribution urbain d’électricité à Los Angelès qui lui semblait anarchique, mal entretenu et dangereux.

    Vos mises en garde me rappellent aussi les accidents ferroviaires qu’avaient connu il y a quelques années la Grande Bretagne après la privatisation de son réseau ferré.

    Faut-il prévoir individuellement d’investir dès maintenant dans des générateurs de secours..

    J’en ai peur..

    gAZi bORAt


    • Niamastrachno Niamastrachno 2 juillet 2007 15:31

      @ Gazi @ l’auteur Merci pour cet article qui lève à nouveau le problème de la gestion des énergies comme cela est le cas pour l’ensemble des monopoles d’état.

      Si l’énergie a explosé c’est surtout parce que c’est une ressource de 1ère nécessité, difficile à maîtriser par l’utilisateur moyen en terme de consommation, et donc difficilement contrôlable financièrement, bref un petit cocktail sympa qui permet à n’importe qu’elle investisseur de se faire un pognon pas possible à moindres frais (et plus un investisseur fait de pognon, plus il ramène de résultat, moins il prendra de risques à investir dans l’immédiat pour ne pas tuer sa valorisation d’un coup, donc tout est fait au compte goutte).

      Une seule solution à mon sens : RESTEZ CHEZ EDF !!!


    • snoopy86 2 juillet 2007 17:01

      @ Gazi Borat

      Désolé de vous décevoir mais une des raisons de l’état de délabrement du réseau électrique aux USA est que les prix de l’electricité n’y sont pas libres mais sous contrôle de l’administration fédérale.

      Pour ce qui est des chemins de fer britanniques, quiconque a voyagé en Grande-Bretagne du temps de British Railways public se souvient que c’était déjà pas terrible. Je vous concède que la SNCF fonctionne beaucoup mieux, mais à quel prix pour le contribuable ?


    • snoopy86 2 juillet 2007 17:40

      Mon post précèdent ne signifie en aucun cas un désaccord sur le fonds avec l’auteur..


    • xa 2 juillet 2007 18:54

      @snoppy

      La tarification fédérale de l’electricité n’explique cependant pas tout... N’oubliez pas que ces sociétés sont bénéficiaires. Certaines ont, d’ailleurs, par le passé engrengé des bénéfices plus que substentiels.

      L’état de délabrement est donc en partie dû à la non volonté de ces entreprises de maintenir ce réseau en état, pour ne pas diminuer leurs marges.

      Maintenant, l’état du réseau est tel, en Californie, que ............


    • snoopy86 2 juillet 2007 19:00

      @ Xa

      La crise en Calfornie a été notamment liée au fait que certains producteurs locaux avaient fait faillite...


    • JPL 3 juillet 2007 05:02

      à snoopy86

      Vous vous précipitez pour dire à Gazi Borat « Désolé de vous décevoir mais une des raisons de l’état de délabrement du réseau électrique aux USA est que les prix de l’electricité n’y sont pas libres mais sous contrôle de l’administration fédérale. »

      C’est pourtant inexact, il n’y a pas de contrôle fédéral en la matière. Dans le cas très spécifique de la Californie il y avait (et il y a toujours) :

      - un plafond défini par l’état de Californie sur les prix de vente aux particuliers

      - des règles californiennes relatives à la pollution qui ont été contournées par les producteurs en installant les centrales dans des états voisins (aux Etats-Unis la production électrique se fait d’abord au charbon, c’est assez polluant sauf si on investit lourdement en équipements anti-pollution).

      Bilan : fragilité de l’approvisionnement très dépendant de la grille, si ça coince quelque part l’approvisionnement peut s’écrouler et, les entreprises considérant qu’elles n’avaient pas intérêt à investir (sans être certaines de monter leurs prix), phénomène de cercle vicieux parfait.

      Votre présentation de la situation est un peu sommaire et, pour parler franchement, partisane.


    • snoopy86 3 juillet 2007 08:16

      Expliquez moi la différence entre des prix « sous contrôle de l’administration fédérale » et « le plafonnement des prix au consommateur par l’administration fédérale »...


    • snoopy86 3 juillet 2007 08:22

      Je vous ai lu trop vite... Le plafonnement des s prix, qu’il soit fédéral ou par l’état de Californie n’en existe pas moins et explique la réticence des distributeurs à investir dans le réseau.


    • xa 3 juillet 2007 10:55

      @snoopy

      La faillite récente des ets productrice d’électricité justifie-t-elle le sous investissement dans le réseau éléctrique dans les années 70 et 80 ?

      Je ne pense pas. Mais, à l’époque, ces entreprises ont choisi de mettre la priorité sur la production, la conquête des parts de marché et les bénéfices.

      C’est un choix d’entreprise, et un choix non contre-balancé par une obligation de service qui aurait pû imposer la maintenance et l’amélioration du système. C’est donc aussi un choix politique (celui de ne pas intervenir pour forcer ce travail, mais faire confiance aux marchés).

      Le marché n’est généralement pas un bon « prévisionniste ». Il est très efficace lorsqu’il s’agit de réagir à un évènement.

      Avant Enron, nul ne se posait la question de la certification des comptabilités aux US. Après Enron, le marché a exigé des réformes, pour garantir ces comptes, et fait le ménage dans les sociétés douteuses.

      Pourtant, les normes comptables nouvelles existaient ailleurs (une bonne partie de ces nouvelles normes sont en vigueur en France depuis des décennies), mais à l’époque le marché jugeait, justement, ces normes européennes trop lourdes et néfastes à la bonne marche de l’entreprise.... Le marché n’est pas un bon prévisionniste.


    • JPL 4 juillet 2007 02:28

      à snoopy86

      « Expliquez moi la différence entre des prix »sous contrôle de l’administration fédérale« et »le plafonnement des prix au consommateur par l’administration fédérale« ... »

      Je n’ai pas écrit « le plafonnement des prix au consommateur par l’administration fédérale » mais « un plafond défini par l’état de Californie sur les prix de vente aux particuliers »

      Donc 1) cela ne joue que sur les prix de détail aux particuliers et pas les prix de gros (notamment pour les grands comptes) et 2) ce n’est pas l’état fédéral mais l’état de Californie

      Sur la réticence des producteurs à investir : on retrouve là le débat classique s’agissant du marché de l’électricité.

      Si on a un système privé :

      - soit il y a liberté absolue des prix, alors ils montent parfois trop haut et (offre devenue supérieure à la demande) finissent par baisser lorsque la demande a suffisamment baissé. Si cela ne joue que sur les clients industriels, c’est la loi du marché, si cela joue sur les particuliers aussi alors cela signifie que l’on accepte que des gens ne puissent parfois plus s’acheter de l’électricité

      - soit les prix aux particuliers sont encadrés, alors les fournisseurs risquent de ne pas investir en capacité en fonction de ce marché mais seulement en fonction du marché industriel. Le risque est d’aboutir parfois à une situation de sous-capacité

      Dans tous les cas on peut aussi constater une certaine tendance du secteur privé à ne pas investir sur le long terme. Pour l’électricité comme pour les réseaux ferrés l’investissement est souvent à considérer sur 30 ans, bien trop long pour les systèmes actuels de financement privé.


    • tvargentine.com lerma 2 juillet 2007 10:08

      Nous voyons bien ici le processus qui aura conduit nos amis socialistes français qui sont responsables de la liberation des biens et des services en France sans avoir cherché à défendre ou protéger la notion de service public durant les années Jospin lors des négociations européénnes sur le sujet.

      Sarkozy ne fait que mettre en application les directives européénnes.


      • maxim maxim 2 juillet 2007 10:37

        Lerma ....

        Dieu sait que je suis pour le liberalisme ,mais pas n’importe lequel au nom de ce sacro saint libéralisme ,meme si les directives Européennes l’imposent ,il n’en reste pas moins que proposer de prendre le relais d’une institution demande quelque chose de bien élaboré efficace ,établissant la confiance de l’usager et respectant la demande des clients ,l’électricité n’est pas une vulgaire denrée ,c’est l’énergie vitale ,et à ce titre on ne confie pas cette source à n’importe qui ......

        alors s’abriter sous les directives de Bruxelles soit,mais avec de pincettes ,on ne change pas quelque chose de bien sans proposer son équivalent ......

        signé Maxim ,qui a horreur de se faire enfler !!!!


      • Bulgroz 2 juillet 2007 17:23

        Sarkozy ne fait que mettre en application les directives européénnes. Je ne vois pas pourquoi Lerma se paie une notation négative. Les lecteurs auraient ils un problème avec la vérité ?

        C’est Jospin qui a transposé la directive Européenne en février 2000. Tout a été ficelé dans la loi no 2000-108 du 10 février 2000 relative à « la modernisation et au développement du service public de l’électricité ».


      • JPL 3 juillet 2007 05:10

        à Bulgroz qui écrit :

        « Sarkozy ne fait que mettre en application les directives européénnes. Je ne vois pas pourquoi Lerma se paie une notation négative. Les lecteurs auraient ils un problème avec la vérité ? »

        Vous faites exprès de donner une présentation partielle et partiale ou c’est juste faute d’avoir assez approfondi ?

        La directive de départ est une directive de 1996. Président Jacques Chirac, premier ministre Alain Juppé, majorité (écrasante) RPR-UDF (= ce qui a précédé l’UMP)

        La directive qui définit le calendrier de libéralisation = novembre 2002, président Jacques Chirac, premier ministre JP Raffarin, majorité UMP.

        Et pour mémoire, une fois une directive adoptée elle a valeur de loi et il y a obligation pour les états de la transposer. Jospin ne pouvait rien faire d’autre que transposer la directive de 1996.

        Certes le gouvernement de gauche plurielle a plus d’une fois laissé passer des libéralisations européennes contestables (ex. transports ferroviaires), mais dans ce cas, M Bulgroz, la responsabilité revient assez clairement à la droite (dont M Sarkozy fait partie aux dernières nouvelles, il se revendique lui-même d’une « droite décomplexée »).


      • Bulgroz 3 juillet 2007 08:26

        JPL,

        Voir mon post par ailleurs, votre mauvaise foi me laisse pantois.


      • JPL 6 juillet 2007 00:51

        à blugroz qui me taxe de mauvaise foi, un rappel de commentaires laissés plus bas :

        La directive européenne 96/92/CE du 19 décembre 1996 a été adoptée sous un gouvernement dirigé par Alain Juppé, Jacques Chirac étant président, donc sous la droite.

        Cette directive prévoyait l’ouverture du marché :
        - à hauteur de 27 % en février 1997 ;
        - à hauteur de 30 % en février 2000 ;
        - et de 35 % en février 2003.

        On peut certes arguer qu’elle est l’aboutissement d’un long processus de marché unique, si on veut depuis 1987, mais on pourrait aussi bien dire depuis le traité de Rome. Cette directive a été fondamentalement négociée par la droite au pouvoir entre 1995 et 1996.

        Et elle fixait un premier calendrier, révisé par la directive approuvée par le Conseil en novembre 2002 et promulguée en juin 2003 Directive 2003/54/CE du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2003. Le gouvernement était alors présidé par Jean-Pierre Raffarin (et M Sarkozy numéro 2 du gouvernement et président de l’UMP), le président étant Jacques Chirac, donc encore sous la droite.

        Sachant qu’une directive doit obligatoirement être transposée en droit national.. les décisions qui comptent sont celles de 1996 et de 2002-2003. Le fait que la loi de transposition, qui aurait dû être votée en 1999, ait été votée sous le gouvernement Jospin ne change rien à l’affaire. Les termes de la loi modulo des ajustements à la marge sont ceux imposés par la directive.

        Vous devriez vous renseigner sur le fonctionnement des institutions de l’Union Européenne.


      • Darkfox 2 juillet 2007 10:08

        Bonjour Zen, Je vous rejoins sur tous les points, autant je suis pour la privatisation de certains pan de l’économie autant l’énergie semble être un point vital et stratégique de notre pays. Nous avons l’un des prix les moins chers d’europe grâce au nucléaire et l’un des plus propre. Le recours à ouverture du marché ne fera que des perdants.


        • Darkfox 2 juillet 2007 11:47

          par rapport aux millions de tonnes de CO2 emis par les centrales thermiques... oui y a pas photos. Pourquoi croyez vous que la france exporte une partie de son énergie et reste l’un des pays émettant le moins de CO2.

          Après c’est mon point de vue. Mais entre une grange de déchet nucléaire rempli de béton et 30 cm de montée des eaux 2°C de plus et les maladie tropicales etc... j ai fait mon choix


        • Atlantis Atlantis 2 juillet 2007 12:13

          « Le recours à ouverture du marché ne fera que des perdants. »

          On voit que chez certains, la notion d’écologie n’est toujours pas rentrée dans les têtes ... Je plains vos enfants.


        • Atlantis Atlantis 2 juillet 2007 12:26

          Moi ce que j’aime bien dans les commentaires, c’est que chacun regarde son portefeuille et son petit confort. C’est bon signe, ça veut dire que le gars qui est à l’origine de cette abolition de l’interventionnisme étatique permanent a touché pile poil où il fallait. Et si vous le honnissez tous car ça touche au « pouvoir d’achat », moi je le bénis.

          Pour le plus grand bien de notre planète faudrait que les gens regardent les choses en face, et apparemment il y a qu’en maniant le baton qu’ils comprennent à quel point notre mode de vie actuel est totalement irrespectueux de nos enfants.


        • Darkfox 2 juillet 2007 12:44

          @ atlantis Travaillant dans l’environnement, votre remarque me fait sourire... Je ne pense pas que vous achetiez tout bio, que vous utilisez du sel de Guérande, allez en vélo au travail quoi que le moins polluant reste la marche .. et encore avec des sabots... (car nous utilisons encore des dérivés du pétroles. Quand à écologie énergétique, je ne pense pas que soyez prêt à sacrifier le chauffage l hiver ou à refaire votre installation complète... Nous somes humains, nous vivons avec nos moyens.C’est là la réalité, si d’un coup de baguettes magique on me disait que le panneau solaire produisait suffisament d’énergie et était à un prix acceptable ( par rapport à ce qui se fait !) il n’y aurait pas de problèmes. Maitenant regardez votre mode de vie entier et réfléchissez bien si vous êtes réeelement prêt à accepter tout ça.

          ( à propos vous avez un pc, pas très écologique car le recyclage se fait en Inde ou des gamins respereront des gazs nocifs.. et vous utilisez de l’électricité, je ne vous parle pas de votre connection adsl (les millier de mètres de câble.... )


        • Atlantis Atlantis 2 juillet 2007 15:49

          @ Darkfox : 80% de bio consommé, une maison passive en route (avec évolution en énergie positive prévue), avec récupération/potabilisation eau de pluie. Même mon électricité est en passe d’être renouvellable (la lettre est partie, mais ça sera effectif qu’en aout). Le pc est un portable qui a 7 ans (et se porte comme un charme), tant qu’il rend pas l’âme je le change pas. Je vais effectivement au boulot à pieds (25-30 minutes).

          Maintenant mon impact environnemental n’est pas nul, mais au moins j’ai conscience de celui-ci et il est bien inférieur à tous ceux qui hurlent quand ils vont devoir payer plus cher. Ils préféèrent hurler que tenter de faire des économies et s’adapter, belle mentalité.

          Et 95% du gachi, de la surconsommation actuelle on le doit au tarif de l’énergie (fossile ou électrique, toutes sont liées) beaucoup trop bas. Les subventions de l’état, c’est comme les médicaments, ça ne doit servir qu’à corriger un problème temporaire, sinon ça rend malade le patient. Aujourd’hui le patient est malade ET accro à ses médicaments. Mais il refuse de voir la situation en face, je lui souhaite donc bien du plaisir à vouloir répeter les même erreurs encore et encore.


        • NPM 2 juillet 2007 15:51

          « 80% de bio consommé, »

          Vache ! Si avec ca tu n’atrappe pas un cancer...


        • LE CHAT LE CHAT 2 juillet 2007 10:09

          salut zen , très bien cet article ! dès que ce qui était dans le service public tombe dans les mains rapaces du secteur concurentiel , l’usager trinque . l’exemple du réseau ferré britannique est également un splendide exemple des méfaits de la « concurrence libre et non faussée » que certains veulent nous imposer .

          Je garderai mes tarifs actuels , d’autant plus que l’opération sera irréversible ; méfions nous du chant des sirènes marketing


          • Le Panda Le Panda 2 juillet 2007 12:21

            Salut LE CHAT,

            je te croyais en vacances, c’est bien de lire les articles de cette qualité.

            Puis ZEN, on l’aime bien en sa qualité d’ami et de rédacteur, alors ton commentaire n’est pas dans le mêm style que le mien plus bas. Mais le fond est idem, bravo pour la qualité des commentaires.

            Amicalement,

            Le Panda

            Patrick Juan.

             smiley


          • LE CHAT LE CHAT 2 juillet 2007 12:30

            salut Panda ,

            encore une longue semaine à suer sang et eau dans la vallée de larmes ! smileymais t’inquiète pas pour moi , je tiendrai jusqu’à là . Il me reste un peu d’énergie , non polluante ,juste un peu au niveau des décibels http://www.ac-dc.net/ AC/DC veut dire courant alternatif /courant continu  smiley


          • Gasty Gasty 2 juillet 2007 10:13

            Magnifique, merci. Il s’agit d’une énorme escroquerie. Je pense que les pressions des entreprises privé vont être très forte sur les copropriétés etles locataires. Comment peux-t-on parler d’ouverture à la concurrence lorsque qu’un contrat devient irréversible, il n’est même pas reconductible, il est irréversible.Il s’agit bien d’en attraper le plus possible par des tarifs alléchants ( au début ).


            • ZEN ZEN 2 juillet 2007 10:19

              @ Le Chat et Gasty

              merci, mes minous.

              L’essentiel est dans les deux premiers liens. Longs, mais convaincants.


            • Gilles Gilles 2 juillet 2007 15:17

              Irréversible pas tout à) fait. Je crois que dans 5 ans tout le marché sera libéré avec comme conséquence la disparitions de ces clauses


            • maxim maxim 2 juillet 2007 10:20

              ce serait dommage de toucher à notre chère EDF ,un service public ,une institution ,avec certes ses qualités et ses défauts ,mais vraiment efficace ( on a vu lors des tempêtes le travail extraordinaire des ses agents pour retablir le reseau ),une machine vraiment bien rodée et qui serait difficile à égaler par des sociétés privées .....sans compter les inconveniants liés à l’adoption d’un autre fournisseur d’énergie ,( j’ai entendu une info qui rapportait qu’une fois cette option prise ,il n’était plus possible de revenir à la fourniture classique par EDF ( où quelque chose de cet ordre )....

              un atout majeur ,des prix très honnêtes et modulables suivant les prestations demandées par les utilisateurs ..... finalement un service public qui porte bien son nom.... bien réflechir donc avant de changer de fournisseur .....


              • ZEN ZEN 2 juillet 2007 11:18

                @ Maxim, salut

                Merci.Qu’un mec de droite sans complexe comme toi voie là un problème, c’est qu’il y a VRAIMENT un problème...

                Amicalement


              • NPM 2 juillet 2007 12:33

                « mais vraiment efficace ( on a vu lors des tempêtes le travail extraordinaire des ses agents pour retablir le reseau ), »

                Ces un travail largement sous traité, au privé....

                « un atout majeur ,des prix très honnêtes »

                Oui, moi aussi tu me donne 50 central nucléaire gratuitement, et je te ferais des prix trés honnetes.. Surtout sans rien provisionner pour pouvoir les remplacer...


              • maxim maxim 2 juillet 2007 14:11

                NPM ......

                le déontologie d’Agoravox stipule que chacun doit écrire selon son style et rester naturel .... nous essayons tous de respecter cette règle .... c’est bien de garder de garder le tien mais encore aurait il fallu qu’il soit comprehensible ....

                en un mot excuse moi ,mais je n’ai rien compris à ta réaction ....si tu pouvais être plus clair ....

                un dernier mot,je me permets de te tutoyer puisque tu as adopté ce style .......


              • NPM 2 juillet 2007 14:17

                « c’est bien de garder de garder le tien mais encore aurait il fallu qu’il soit comprehensible .... »

                Que ne comprend tu pas ???

                Qu’EDF n’a pas payer ses moyens de production (son capital), et ne met rien de coté pour les remplacer lorsqu’il le faudra ???

                Qu’EDF sous traite au privé 90% de ses réparation lorsqu’il y a tempette (avec autorisation du Gouv pour faire plus que 35 heures accordé aux entreprises, d’ailleur !).

                Ou est le probléme ????


              • maxim maxim 2 juillet 2007 14:43

                NPM ......

                je m’incline devant la « tempette » et de ce pas je vais faire trempette dans ma salle de bains ...... A+


              • clairette 2 juillet 2007 21:08

                @ Maxim,

                Rassurez-vous, pendant que « tu » faisais trempette dans la tempette, Snoopy86 a trouvé la trace de NPM et nous dévoile sa véritable identité un peu plus bas !

                Qui n’a pas encore en mémoire son magnifique article ?


              • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 2 juillet 2007 10:39

                « Le consommateur allemand bénéficie du nucléaire français »

                Attention : depuis 3 ans, l’Allemagne est exportatrice nette d’électricité vers la France.


                • ZEN ZEN 2 juillet 2007 10:43

                  @ Stéphane

                  Ce n’est pas ce que j’ai lu. Mais peut-être s’agit-il seulement des zônes frontalières...J’aimerais des précisions. Merci


                • Darkfox 2 juillet 2007 11:49

                  @stéphane oui j aimerai bien savoir ou vous avez vu ça ? Au derniere nouvelle l’allemagne était encore déficitaire au niveau énegétique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès