• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Protestation populaire : Que se passe-t-il en Géorgie ?

Protestation populaire : Que se passe-t-il en Géorgie ?

Si quelqu'un vous dit que vous ne pouvez pas entrer deux fois dans la même eau, le peuple géorgien, plein de tristesse et de déception, vous montrera le contraire avec l'exemple de son pays qui souffre depuis longtemps.

JPEG

Seize ans ont passé depuis que la révolution des roses a secoué les rues de Tbilissi. Le triomphe de la démocratie, la promesse d'un avenir radieux et de l'adhésion à l'OTAN. Cette protestation populaire à grande échelle semblait avoir assuré la victoire à l'élection de Mikhail Saakashvili. Personne ne savait alors que cet aventurier serait la plus grosse erreur du pays. Ils ne le savaient pas non plus en Occident, ils ont donc activement coopéré avec le futur dirigeant de la révolution.

 

Première partie : L'ère Saakashvili

 

À la veille des élections législatives de 2003, le célèbre milliardaire George Soros a financé la création de l'organisation de jeunesse géorgienne « Enough », dont les membres se sont rendus à Belgrade, où une révolution similaire avait déjà eu lieu. À ce jour, on sait de manière fiable que la Fondation Soros a payé tous les voyages et que les participants à la prochaine Révolution Rose ont acquis de l'expérience.

Lorsque les élections au corps législatif géorgien ont eu lieu et que les résultats ont été annoncés, la Géorgie s'est indignée en une grande manifestation 20 jours plus tard. Puis il y a eu un coup d'État dans le pays. Eduard Shevardnadze, qui a été renversé de la présidence, a par la suite publié un document selon lequel l’organisation « Enough » lui aurait coûté 300 000 dollars.

Quelques années plus tard, Soros lui-même a déclaré : "Je suis fier d'avoir fondé ma fondation pour préparer la Géorgie à la révolution des roses, mais le rôle de l'organisation et de moi-même est trop exagéré."

Néanmoins, il ne faut pas oublier que le gouvernement de Saakashvili, formé en février 2004, comprenait quatre ministres qui avaient déjà travaillé pour George Soros. Nous parlons du ministre de l'Économie, Irakli Rekhviashvili, qui travaillait au bureau de la fondation à Budapest, de Kakha Lomaia, ministre de l'Éducation, ancien chef de la Fondation Soros en Géorgie, et de George Gabashvili, ministre de la Culture et des Sports, et de George Papuashvili, ministre de la Justice. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant qu’un mois plus tard, Soros ait alloué 5 millions de dollars à la Géorgie pour former un appareil d’État.

Au même moment, la Géorgie était généreusement dotée d’une assistance financière des États-Unis. En retour, la Géorgie devait être un allié anti-russe dans la région. Après tout, Saakashvili prônait une politique étrangère axée sur le rapprochement avec les États-Unis. Certes, il y avait un autre élément sur sa liste : il pensait retrouver des « terres perdues ». Et la même assistance américaine, visant principalement la sphère militaire, a contribué à la réalisation des ambitieux projets de Saakashvili.

Seulement dix ans après la guerre en Ossétie du Sud, l’ancienne secrétaire d’État américaine a admis que Saakashvili avait été "mis à l'écart", bien que la partie américaine l'ait averti des conséquences de l'assaut sur Tskhinval, la capitale ossète. Malheureusement pour la Géorgie, le plan échoua, la Russie empêcha la saisie de la ville et la guerre de cinq jours marqua la fin du gouvernement Saakashvili.
Un dirigeant révolutionnaire et partisan des valeurs démocratiques a quitté la présidence en tant que responsable corrompu et criminel de guerre. Pourtant les États-Unis rêvent encore de transformer la Géorgie en un allié à part entière dans une grande confrontation géostratégique. La ferveur des partisans les plus ardents de Saakashvili a diminué, et à Tbilissi, comprenant l’importance des relations avec Moscou, ils ont au moins choisi de ne pas les aggraver.

 

Deuxième Partie : La Géorgie subit un choc économique

 

Les années passèrent, la Géorgie se remit difficilement de l'ère Saakashvili. Le pays, choisissant peut-être une approche pragmatique, essayant de ne pas gâcher les relations avec l'Occident, participa aux exercices de l'OTAN et soutint soigneusement la politique américaine. D'autre part, le pays allait normaliser ses relations avec la Russie. À l'avenir, même un assouplissement du régime des visas était prévu. De plus, les Russes constituaient la principale source de revenus du secteur du tourisme en Géorgie.

Mais en un éclair, la situation a changé. Cela s'est passé le mois dernier et pour une raison incroyablement ridicule. La participation des délégués russes à l'Assemblée interparlementaire complètement apolitique de l'Orthodoxie s'est soudainement transformée en manifestations. Des foules de manifestants, d'opposants, y compris le parti de Saakashvili, qui s'était échappé du pays depuis longtemps, la prise de contrôle du Parlement et des affrontements avec la police, l'ensemble de la série révolutionnaire a frappé du jour au lendemain Tbilissi. Son message principal était une attaque franche anti-russe.

La Russie a été accusée d'occupation, les Russes ont été invités à sortir du pays. Malheureusement pour la Géorgie, Moscou a écouté cette voix du peuple et a arrêté le trafic aérien entre les pays. Au plus fort de la saison touristique, la Géorgie subit un véritable choc économique. Selon les experts locaux, la perte de touristes russes a coûté des centaines de millions de dollars. Bien que l'économie du pays puisse survivre, le maillon faible commence déjà à s'effondrer.

Bien entendu, les citoyens ordinaires, propriétaires de mini-hôtels, de cafés et de restaurants dans les stations balnéaires désertes, sont devenus très tendus. C’était eux qui ne comptaient pas leur argent et, par conséquent, ceux qui travaillaient dans ces institutions ne recevaient pas de salaire non plus. Cela peut sembler une bagatelle à certains, mais il ne faut pas oublier que le tourisme est l’un des secteurs stratégique pour la Géorgie.

L'ironie de cette situation réside dans le fait que derrière la nouvelle vague révolutionnaire se trouvent les mêmes personnes qui ont organisé la révolution des roses. Par exemple, à la veille des manifestations, la section géorgienne de la « Open Society Foundation » a accusé les autorités du pays de violer la loi, des parlementaires russes ne reconnaissant pas l'intégrité territoriale de la Géorgie étant invités à Tbilissi. La déclaration a été publiée sur le site Web le 20 juin.
Cependant, ce qui est encore plus amusant, les gens du parti du « Mouvement national uni », dont le chef reste Mikhail Saakashvili, sont devenus les « mains » de la nouvelle révolution.

 

Conclusion : Et maintenant ?

 

Saakashvili compte sur la vengeance, dans l’espoir de renverser le pouvoir qui l’a jadis exercé. Certes, sans alliés, la campagne aurait à peine eu lieu. Par conséquent, le sujet clé était la Russie. L'ex-président espère gagner à nouveau la confiance de l'Occident, en tirant parti de la confrontation mondiale.

Une bonne question se prépare : pourquoi le peuple a-t-il de nouveau soutenu l'opposition ? Pourquoi ont-ils soutenu le mouvement anti-russe alors que la Russie est un partenaire économique important pour la Géorgie ?

George Orwell a écrit un jour que les révolutions n'apparaissent pas à cause des peuples opprimés. Les gens ne se rendent même pas compte qu'ils sont opprimés avant d'avoir eu la possibilité de comparer. C’est peut-être la principale réponse à apprendre. Mais la plupart des habitants du pays, qui se souviennent de ce que la révolution des roses a révélé, n'ont pas participé à de nouvelles manifestations. Nous parlons de la grande majorité qui, avec le souffle coupé, a attendu, quand et comment tout a pris fin.

Mais il y a des jeunes gens à la mémoire desquels l'ère de Saakashvili a été gravée de manière moins expressive. L'énergie de la jeune génération et le maximalisme juvénile sont à nouveau devenus un instrument de tentative de coup d'État.

Source : https://unitedeurope.online/2019/07/24/wer-hat-georgien-in-verlegenheit-gebracht/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • ETTORE ETTORE 25 juillet 12:35

    Vous pensez vraiment que SOROS est capable de financer un mouvement si il n’as pas une idée derrière la tête ?

    Ce pays était une proie de plus à son tableau. Financement, ou l’art et la manière d’ériger des clôtures pour le troupeau....... qui, suivras forcément, même déjà tondu.

    A voir le nombre de Géorgiens de plus en plus nombreux à venir en France.

    Et pas des meilleurs pour le moment !!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès