• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qu’est-ce qui se cache derrière la sortie des Etats-Unis (...)

Qu’est-ce qui se cache derrière la sortie des Etats-Unis d’Afghanistan ?

Dans l'accord de Doha signé en février 2020 entre l'administration Trump et les talibans, les Etats-Unis ont accepté le principe selon lequel les talibans étaient une « structure militaire et un mouvement afghan », donnant le feu vert qu'après leur retrait du territoire afghan en septembre 2021, les talibans détiennent le pouvoir en Afghanistan « tant qu'une organisation terroriste internationale qui s'oppose à leurs intérêts ne stationne pas le pays ».

JPEG

Par conséquent, la conquête du pouvoir par les talibans ne représenterait pas en soi un problème insoluble pour l'administration Biden, mais elle aurait signifié le renforcement des positions pakistanaise et chinoise, laissant l'Inde ostracisée, de sorte que cette circonstance sera utilisée par les Etats-Unis. La frontière commune aux deux pays est connue sous le nom de « ligne de contrôle réel » (en anglais LAC) puisqu'un affrontement armé indo-pakistanais signifierait la première impulsion militaire russo-chinoise sous la forme d'une collision nucléaire limitée à la zone géographique indo-pakistanaise. 

La Chine et la doctrine Kissinger. Dans un article publié par le New York Times, intitulé La Chance d'un nouvel ordre mondial, Henry Kissinger, qui considère déjà la Chine comme une grande puissance, déconseille le protectionnisme ou traite la Chine en ennemi (ce qui en ferait à terme une véritable ennemi) et demande que les relations entre les Etats-Unis et la Chine soient portées à un nouveau niveau sur la base du concept de destin commun (sur le modèle de la relation transatlantique après la Seconde Guerre mondiale), auquel nous assisterions l'intronisation de la Route du Pacifique (Amérique-Asie) comme premier axe commercial mondial au détriment de la Route de l'Atlantique (Amérique-Europe) et la mise en place du G-2 (USA et Chine) comme arbitres mondiaux. Cependant, l'objectif sans ambiguïté de l'administration Biden serait la confrontation avec l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), fondée en 2001 par les Cinq de Shanghai (Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan) plus l'Ouzbékistan et convertie avec les pays de l'ALBA et l'Iran dans le noyau dur de la résistance à l'hégémonie mondiale des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, ayant le Xinjiang, le Baloutchistan et le Cachemire comme scénarios pour les opérations déstabilisatrices des Etats-Unis contre la Chine.

Xinjiang. Le Turkestan oriental ou Xinjiang (« Nouvelle frontière ») a été incorporé à l'Empire chinois au XVIIIe siècle et représente 17% de la superficie du pays et 2% de sa population. L'ethnie ouïghoure du Xinjiang (d'origine turque-mongole et avec un total de 8,5 millions d'habitants) conserve des caractéristiques ethniques et islamiques qui les placeraient très proches de leurs semblables en Asie centrale et en Turquie, ce qui en fait le terreau idéal pour mettre en œuvre la stratégie Brzezinski du « choc des civilisations ». 

 Cette doctrine consiste à réaliser la balkanisation de la Chine et sa confrontation avec l'islam (environ 1 500 millions d'adeptes) ainsi qu'à tarir ses sources de pétrole dans les pays islamiques d'Asie centrale puisque plusieurs des plus importants gazoducs de Chine passent par le Xinjiang. La frontière sino-afghane deviendra le théâtre des opérations déstabilisatrices des États-Unis après le transfert de Syrie et d'Irak des 10 000 combattants d'ethnie ouïghoure qui combattraient avec Daech en plus de les près de 1 000 membres du Mouvement islamique du Turkestan oriental récemment libérés en Afghanistan. 

Balkanisation du Pakistan. Le rapprochement du Pakistan avec la Chine aurait accéléré la doctrine du Pentagone de parvenir à la balkanisation du Pakistan et son affaiblissement en tant qu'Etat avec le Baloutchistan comme champ d'opérations de l'insurrection. Ainsi, la Chine construirait un vaste réseau portuaire qui comprendrait des ports, des bases et des stations d'observation au Sri Lanka, au Bangladesh et en Birmanie et dont le port stratégique au Pakistan, Gwadar, (la « gorge » du golfe Persique), devrait être un paradigme. A 72 kilomètres de la frontière avec l'Iran et à environ 400 kilomètres du plus important corridor de transport pétrolier et très proche du détroit stratégique d'Ormuz, le port a été construit et financé par la Chine et est exploité par la société d'Etat China Overseas Port Holding Company (COPHC). La région entourant le port de Gwadar contient les deux tiers des réserves mondiales de pétrole et 30 % du pétrole mondial y transitent et 80 % de celui reçu par la Chine. Il se trouve aussi sur la route la plus courte vers l'Asie (Route de la soie). Ainsi, les Etats-Unis ont annoncé la suppression de l'aide militaire au Pakistan pour un montant de 300 millions de dollars en même temps qu'ils auraient favorisé le mouvement indépendantiste dans la province du Baloutchistan où se situe le port stratégique de Gwadar avec l'objectif avoué de rendre le projet non viable. 

Cachemire. Le Cachemire serait le paradigme parfait pour la mise en œuvre de la théorie de Brzezinski du « chaos constructif » dans la région, un concept qui serait basé sur la maxime attribuée à l'Empereur romain Jules César « divide et impera », pour parvenir à l'établissement d'un domaine d'instabilité et de violence (balkanisation) pour engendrer un « arc de crise » qui s'étendrait du Liban, de la Palestine et de la Syrie à l'Irak et de l'Iran et de l'Afghanistan au Pakistan, au Cachemire et à l'Anatolie (Asie Mineure). Les Etats-Unis tenteront de contrôler à distance Daesh et Al-Qaïda pour déstabiliser le Cachemire et réaliser la confrontation militaire indo-pakistanaise qui pourrait impliquer la Chine et la Russie . Pour y parvenir, Al-Qaïda aurait nommé Zakir Musa à la tête de sa nouvelle cellule au Cachemire qui serait une province traditionnellement opprimée par une armée indienne qui aurait déployé environ 500 000 soldats (1 soldat pour 9 habitants). Le gouvernement nationaliste de Modi aurait révoqué le statut spécial du Cachemire, (ce qui en pratique se traduit par une détention sine die des politiciens locaux du Cachemire et un contrôle strict du service Internet). Donc, de facto, le Cachemire serait devenu un cocktail explosif en mêlant des ingrédients aussi instables que la querelle religieuse hindo-musulmane, la querelle territoriale et cerise sur le gâteau des Cachemiris indépendants soutenus par les ex-combattants djihadistes du Soudan, du Pakistan et d'Afghanistan. 

De même, en 1962, un affrontement éclate entre l'Inde et la Chine en raison du désaccord chinois avec la ligne frontalière établie en 1914 (ligne McMahon), après quoi la Chine prend le contrôle du plateau d'Aksai Chin ainsi que du glacier de Siachen, (territoires dont l'Inde continue de se revendiquer). La Chine aspire à stocker l'eau des sources de fleuves comme le Brahmapoutre pour approvisionner les villes chinoises de l'est du pays, ce qui aurait déclenché des alarmes au sein du gouvernement Modi qui redoute une réduction notable du débit d'eau potable disponible alors il n'exclut pas le bombardement des installations hydrauliques chinoises. D'autre part, l'arrivée au pouvoir des talibans en Afghanistan aurait signifié le renforcement des positions pakistanaises et chinoises, laissant l'Inde ostracisée de sorte que cette circonstance sera utilisée par les Etats-Unis pour déstabiliser la frontière partagée par les deux pays connue sous le nom de la « ligne de contrôle réel » (LAC) en tant qu'affrontement armé indo-pakistanais. Cela supposerait la première impulsion militaire russo-chinoise sous la forme d'une collision nucléaire restreinte à la zone géographique indo-pakistanaise. 

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3024


Moyenne des avis sur cet article :  3.87/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Jelena Jelena 27 août 09:42

    >> la sortie des Etats-Unis d’Afghanistan ?

    Ce n’est plus d’actualité, il y a le Daesh qui - comme par hasard - vient de refaire surface à Kaboul... Cela permettra aux ricains sous prétexte de « lutte contre le terrorisme » de ne pas véritablement quitter l’Afghanistan.


    • Docteur Faustroll Lampion 27 août 11:28

      @Jelena
      Les gars de Lolo font toujours du bon boulot, et ils sont en pleine forme après leurs congés !


    • Attila Attila 27 août 11:43

      @Jelena
      Exactement. C’est attesté par le Renseignement Russe :

      « Nous avions beaucoup de questions sur les vols d’hélicoptères banalisés, enregistrés depuis 2017 dans les zones d’activité de Daech, surtout dans le nord de l’Afghanistan. Selon des sources afghanes, les troupes de Daech ont reçu par ce biais des renforts, des armes et des munitions. Des terroristes morts et blessés ont aussi été retirés des champs de bataille ».
      « Un faisceau d’indices permet aujourd’hui d’affirmer que Washington a coopéré avec des combattants de Daech dans le nord de l’Afghanistan, » a déclaré ce jeudi 22 juillet la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

      .


    • Attila Attila 27 août 14:28

      Afghanistan : "Nous allons vous traquer et vous faire payer le prix", promet Joe Biden à propos des auteurs du double attentat à Kaboul.
      .
      Toujours le même cirque : les américains soutiennent des islamistes, les financent et les arment. Puis après, ils les bombardent. C’est ainsi qu’ils deviennent incontrôlables.

      L’absurdité en boucle : tuer les islamistes que nous créons

      .


    • Aimable 28 août 20:52

      @Attila
      Eux les barbus , il ont une particularité , plus les ricains en tuent plus ils sont nombreux , les ricains , imaginez les s’ils avaient inventé la poudre .


    • zak5 zak5 27 août 16:00

      Les amerloques ne font que des conneries, surtout depuis qu’un sénile président est a leurs têtes. Les américains avaient les moyens d’empêcher les Talibans d’entrer à Kaboul, tout au moins jusqu’à évacuation de tous ceux qui devaient être évacués. Au lieu de cela, ils se sont retranchés dans un mouchoir de poche ou des milliers de gens s’agglutines, un avantage inespéré pour les terroristes. Rappelez-vous qui à aidé, sur le terrain, les américains à chasser les Talibans : c’est l’alliance du nord et qui à été mis au pouvoir par les américains ensuite :c’est Hamid Karzai un pachtoune, qui bien évidemment voyait d’un très mauvais œil l’alliance du nord. la suite est logique, les Talibans reprennent le pouvoir. 


      • JulietFox 31 août 11:25

        @zak5
        La France fit pire à Dien Bien Phu.


      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 27 août 16:15

        Une image qui définit la situation.

        Il est clair qu’un attentat était prévisible.

        Talibans et terrorisme de Al Qaïda n’ont jamais fait bon ménage.

        Les bombes n’épargnent personne.

        Des Talibans, des Américains et des Afghans tués ou blessés.

        L’Afghanistan est très bien décrit en quatre phases à cette adresse « Afghanistan pays meurtri par la guerre »

        C’est devenu un bourbier pour tous ceux qui ont essayé de coloniser le territoire.

        Que va pouvoir faire le fils de Massoud, assassiné par de faux journalistes belges ?


        • roby roby 27 août 18:29

          Il n’y a pas si longtemps on appelaient ceux qui avaient trahis leur pays en coopérant avec les nazis des vichystes, les soldats du Fln en Algérie ont étés massacrés pour avoir aidé les Français alors que ceux qui ont trahis l’Afghanistan on les rapatrient décidément ce monde est invivable ,les trahisons deviennent une habitude de vie, cherchez l’erreur !


          • Gerald 27 août 18:47

            Pourquoi parler d’un échec des Américains ? Leur objectif était de former une armée afghane... C’est réussi, cette armée est dotée d’un important matériel récent... et ses soldats qui savent se battre, s’appellent Taliban. 

            L’armée va gouverner comme les autres pays du moyen-orient qui ne tiennent debout que par leurs armées (Egypte,Algérie, Iran etc., etc.).

            Les Américains ont atteint leur objectif... si on oublie la démocratie, cette religion occidentale dont le moyen-orient ne veut pas... Ni la Chine et bien d’autres avec lesquels on fait du business et parfois des calins...


            • ETTORE ETTORE 27 août 19:08

              Tous les jours qui passent, des étoiles chutent du drapeau Américain.

              Ne resteras plus que la déBANDade, comme seule trace du passé, plus ou moins glorieux .

              Grandeur et décadence d’un ex emPIRE !


              • Old Dan Old Dan 28 août 05:06

                ... bonne analyse (parmi d’autres)

                Manque toujours un paramètre : Le changt. climatique = Quid des ressources et stratégies de guerre et de diplomatie ? (eau douce, énergie, métaux, aliment., population, production,...)


                • babelouest babelouest 28 août 07:23

                  @Old Dan QUEL CHANGEMENT CLIMATIQUE ? Voilà bien l’affirmation bidon inventée par les disciples de Bernays...... En moyenne il faisait plus chaud au XIIe siècle qu’aujourd’hui.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité