• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand l’anglais envahit la toile...

Quand l’anglais envahit la toile...

On assiste à une véritable invasion de la langue anglaise sur internet : les publicitaires ont constamment recours à des termes venus d'outre-Manche...

"French days, it-shoes, slingback, fashion news, sense of seduction, battle de look, sun is back, c'est le moment de shopper..." j'en passe et des meilleures...

 

Quelle est cette mode stupide à laquelle les gens se conforment ?

Notre chef de l'état lui-même a volontiers recours à des termes anglais.

 

Une de mes amies me transmet régulièrement ses "news"... et je corrige en utilisant le terme français "nouvelles".

Il est vrai qu'internet nous influence et nous façonne mais nous ne devrions pas céder à cet endoctrinement par la langue.

 

Nous devrions résister face à cette invasion qui discrédite notre propre langue, comme si le français devait se plier au joug d'un envahisseur, comme si le français ne comportait pas un vocabulaire suffisamment riche et expressif, comme s'il fallait mettre notre langue au placard...

Défendons notre langue et dénonçons cette utilisation abusive d'un globish infâme.

Cette mode de l'anglais s'immisce partout et notamment sur internet.

Ne cédons pas à la tentation du SMS, du langage tronqué ou mixé avec l'anglais.

 

Notre langue mérite qu'on la valorise, elle est à l'origine de tant de chefs d'oeuvre de la littérature !

Elle est capable d'exprimer tant de nuances !

Pourquoi lui préférer l'anglais ? 

Question de mode et de snobisme, sans doute... et aussi l'influence d' une mondialisation qui nous inciterait à employer un langage commun et universel.

C'est là une tentation dangereuse d'uniformisation des cultures et des langues.

 

 

Or, la langue, c'est bien ce qui fonde notre culture...

La langue est notre patrimoine, un héritage venu d'un lointain passé, un héritage façonné depuis des siècles, un bien précieux qu'il convient de préserver.

Qui pourrait oublier des siècles d'histoire ? La langue nous relie au passé, à tous ceux qui nous ont précédés.

La culture : c'est bien ce qui soude un peuple et le rassemble...

La langue, notre langue est un élément essentiel de cette culture : ne cédons pas à la tentation du renoncement et luttons pour préserver ce patrimoine.

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/04/quand-l-anglais-envahit-la-toile.html

 

Photos : Pixabay

Documents joints à cet article

Quand l'anglais envahit la toile...

Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • sweach 2 mai 11:31

    *Quelle est cette mode stupide à laquelle les gens se conforment ?*

    Juste la conséquence d’une langue Française qui ne sait plus évoluer et être « COOL » pour les nouvelles génération.

    *Nous devrions résister face à cette invasion qui discrédite notre propre langue*
    Vous vous y prenez bien mal, car actuellement notre system cultive la haine de la langue Française, d’autre system de communication deviennent une évidence.

    *Ne cédons pas à la tentation du SMS, du langage tronqué ou mixé avec l’anglais*
    Ce n’est pas vous qui cédez, mais les nouvelles générations qui vous l’impose.
    Vous devez avoir bien du mal à trouver une oreille éducative de la part des nouvelles générations de parent qui n’ont ni les moyens, ni l’envie d’imposer le dictate de la langue Française dont ils ont souffert eux même.

    • rosemar rosemar 2 mai 11:36

      @sweach

      Seriez vous anglophile ? Il faut être « cool » selon vous ? Comme dans les nouvelles start-up à la mode : on fait semblant, on utilise des termes anglais à tout va, mais on exploite les salariés à outrance...




    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 2 mai 11:41

      @rosemar

      Salut j’habite en Irlande et bien sur je parle et comprend bien l’anglais...quoique avec l’anglais journalistique très tordu des fois je suis paumé..mais je ne suis pas le seul...

      mes enfants ont fait des progrès en Français ici en Irlande par rapport à leur niveau en France..rien que avec 3 heures de cours par semaine..plus l’oral ici à la maison mais pas tout le temps ...

      faut dire que dans l’enseignement de l’anglais comme du français ici ils ne s’emmerdent pas avec la grammaire , elle se comprends d’elle même par déduction de ce qui est avant tout mémorisé..

      je ne mélange pas les deux langues....je n’y vois aucun intérêt ..

      sinon rien de plus à dire là dessus..

      salutations..


    • rosemar rosemar 2 mai 11:51

      @Hecetuye howahkan

      « ils ne s’emmerdent pas avec la grammaire... » dites-vous.... est-on alors capable de comprendre des textes littéraires ? Quid de la culture ?


    • Graal 2 mai 11:55

      @rosemar
      "dans les nouvelles start-up à la mode : on fait semblant, on utilise des termes anglais à tout va, mais on exploite les salariés à outrance..." 
      ça veut dire quoi, tout ça ?
      Pouvez-vous donner des exemples précis ?



    • sweach 2 mai 12:05

      @rosemar
      *Seriez vous anglophile ?*

      Pas le moins du monde, au contraire même je suis plutôt chauvin.
      Par contre beaucoup de nouveau vocabulaire est enrichie par des termes « anglais » car nous sommes bien incapable d’en produire de nouveau.

      AFK ; aggro ; bot ; box ; clean ; craft ; drop ; event ; farming ; focus ; GG ; HP ; IRL ; lag ; level ; login ; link ; loot ; mana ; mob ; newbie ; npc ; pet ; pnj ; pop ; pvp ; roll ; etc ....

      Quelques exemple de terme qui ont très facilement intégré le vocabulaire des jeunes et la grande majorité ignore la signification de ces sigles anglais mais ils connaissent le sens de ces mots et crée des verbes français pour les utiliser.

      L’objectif d’une langue est de pouvoir communiquer, chaque domaine possède son vocabulaire qui s’enrichie avec les besoins et souvent il n’est comprit que des initiés.

      J’essaye juste de vous expliquer que vous n’arriverez jamais à inculquer la langue Française aux jeunes telle que vous la conservez. Encore moins avec une approche austère et dictatorial.

    • rosemar rosemar 2 mai 12:15

      @sweach

      C’est quoi ce truc ? cette succession d’onomatopées ? C’est intelligible ? On veut supprimer les textes littéraires ? la culture ? On veut former des abrutis ? ! 

    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 2 mai 12:49

      @rosemar

      salut tu dis : « ils ne s’emmerdent pas avec la grammaire... » dites-vous.... est-on alors capable de comprendre des textes littéraires ? Quid de la culture ?

      bien sur..après c’est une démarche personnelle et l’exercice de son propre cerveau , on n’est pas obligé de rester des imbéciles..c’est un choix !! ..cela dit il y a des tas de gens cultivés qui n’ont rien à dire mais le disent avec une certaine forme d’art..mais bon c’est bien vide tout cela mais peu certes en jeter..

      Après tout nous venons d’un passé soi disant culturel et quand on voit ce que ce passé culturel donne , cette sorte de bouillie indigeste à tous niveaux..

      cela dit là on ne parle que de la surface des choses..etc


    • Ruut Ruut 2 mai 12:55


      @sweach
      AFK ; aggro ; bot ; box ; clean ; craft ; drop ; event ; farming ; focus ; GG ; HP ; IRL ; lag ; level ; login ; link ; loot ; mana ; mob ; newbie ; npc ; pet ; pnj ; pop ; pvp ; roll ; etc ....

      Traduction pour les mmorpg vf
      Loin Du Clavier ; accroché ; Intelligence Artificielle ; portail ; propre ; fabriqué ; récompense déposée ; activité ; concentre toi sur ; Bon Jeux ; Point De Vie ; Dans La Vie Réelle ; latence ; niveau ; profil ; lien ; récompense récupérée ; Point de Magie ; monstre ; novice ; Personnages Non Jouables ; animal de compagnie ; Joueur Non Humain ; Apparition ; lancé de dés ; etc....

      Ces acronymes viennent de l’obligation de côtoyer des joueurs anglophones dans de nombreux jeux en ligne faute de serveurs VF. Forcément l’anglais y est imposé.
      Et comme la plupart des nouveaux jeux sont en ligne, l’anglais gagne faute de soutien de la culture françaises par les autorités compétentes.


    • sweach 2 mai 15:33

      @Ruut
      *l’anglais gagne faute de soutien de la culture françaises par les autorités compétentes*

      Exactement Ruut, j’avais fait exprès de ne pas traduire ^^
      Ce qu’on voit dans les MMO se retrouve dans beaucoup d’autres domaine.

      @rosemar
      *C’est quoi ce truc ? cette succession d’onomatopées ? C’est intelligible ? On veut supprimer les textes littéraires ? la culture ? On veut former des abrutis ? !* 
      Je ne veux pas être méchant mais l’abruti c’est celui qui ne comprend pas les autres et la culture peu prendre de nombreuses forme, celle des MMORPG vous est totalement inconnue.

      Je ne fais que vous donner un exemple du faussé qui se creuse entre vous et le vocabulaire utilisé par les nouvelles générations qui n’est plus du Français, vous finissez par ne plus pouvoir communiquer avec les jeunes car vous ne maîtrisez pas leur vocabulaire et ils n’ont aucune envies d’apprendre le votre car il leur est inutile.

    • sweach 2 mai 16:12

      @rosemar
      *C’est quoi ce truc ?*

      Un professeur se doit de gagner le respect de ses élèves, en maîtrisant son vocabulaire + le leur, il les surpasse et impose le respect par ses connaissances.

      Hors en l’état, dans ce domaine votre vocabulaire est plus faible que celui des jeunes, pire que ça, vous le dénigrez sans chercher à le connaitre ou le comprendre.

      Là vous voulez *résister* *ne pas céder* *Défendre* bref vous voulez juste imposer votre point de vue par la force. 

      Mais cela est impossible.

      Dans un premier temps vous deviez chercher à comprendre les nouvelles génération sans les juger, ensuite cerner et répondre à leur besoin en vocabulaire qui est abyssal, enfin dépoussiérer le passé et l’adapter si vous ne voulez pas qu’il se perde.




    • Goda Goda 2 mai 17:56

      @rosemar

      @sweach
      Arpanet, et par extension Internet, ont été créés par les U.S.A. si ma memoire est bonne.
      Le paradigme meme d’internet est basé sur des codes anglo-saxons, pro-US, anglophones ; le code même, est basé sur l’anglais.

      La lutte linguistique qui débuta voilà fort longtemps a grandement évolué en faveur des anglo-saxons grâce à internet, mais aussi grâce aux ordinateurs personnels en général.
      Ainsi les traductions en français de logiciels professionnels sont souvent approximatives voire totalement dépourvues de sens et de réflexion.
      Cela est bien entendu un fait exprès. Cela permet de ralentir l’évolution des pays qui ne se mettraient pas au diapason de l’anglais, afin de détruire définitivement la « lingua franca » et de la remplacer à termes. Lingua franca qui n’est plus obligatoire dans le cadre diplomatique voire olympique comme c’était el cas autrefois.

      Il suffit de voir les réactions sanguines de certains anglo-saxons dès lors qu’un « youtubeur » ose omettre que sa vidéo n’est pas en anglais, dans le titre. 
      Il suffit de remarquer que depuis des décennies les publicitaires nous assomment de « phrases chocs » (les fameuses « punchlines ») toutes énoncées dans la langue de shakespeare, et ce, pour nous formater à la consommation aveugle et pour nous habituer, nous conditionner à la langue anglaise. Et pour créer un effet positif dès lors que l’anglais serait utilisé : à grands coup de « free hugs », de « hashtags », de « cool », de « oh yeah », de « coca cola », de « oh my god », de « for christ sake », et autres conneries...

      A cela s’ajoute la ringardisation du français qui pourtant est une langue (selon moi) bien plus nuancée que l’anglais US de base, et par extension de cet horrible « globish ». Tout cela étant bien sûr vecteur d’idiocratie. Mais hélas... Ce « globish » est pourtant le seul et unique pont linguistique permettant aux personnes de tous horizons d’échanger entre elles.
      C’est là, Rosemar, que votre problématique se « casse le nez » selon moi. Ce n’est pas internet qui devient anglophone. C’est juste qu’internet l’a toujours été, et ce, depuis le début, depuis sa genèse même et a même été créé pour la suprématie de ses créateurs anglophones. 

      La guerre linguistique et culturelle est sans merci.
      Les anglo-saxons ont plusieurs longueurs d’avance, sachant que tous les domaines technologiques leur offrent la possibilité d’étendre plus encore leur langue et de l’imposer ainsi, par voie de fait.

      La Chine a décidé également d’entrer dans l’arène en ayant inauguré il y a peu une sorte d’équivalent à Holywood et à la machine culturelle (propagandiste) US. Le but étant sans doute d’infuser du mandarin à tous les étages et, à termes, d’infuser la culture chinoise au monde... Qui sait ?


      @Sweach

      Les termes que vous utilisez sont surtout des termes de joueurs (en globish pourri : les « gamers ») et sont pour la plupart de vulgaires acronymes et autres abréviations liées au jeu.
      A chacun des termes présentés, il existe un équivalent en français, bien plus parlant au demeurant.
      Cette ignoble habitude d’utiliser l’anglais par défaut alors que l’on est français est selon moi une preuve de fainéantise intellectuelle aggravée et aussi d’acceptation aveugle voire de soumission. En tout cas elle relève clairement d’un manque de recul critique total.
      Le pire dans tout cela, est que, par effet de mode, les jeunes français eux-mêmes se font les propagateurs de ce globish débilitant et estropiant notre propre culture tout en l’annihilant de façon insidieuse, mais réelle.
      Les « domaines » que vous évoquez ne sont pas, par définition, exclusivement dédiés à l’anglais. Mais ce sont des domaines dans lesquels les anglo-saxons ont clairement tous les intérêts à imposer leur langue. Ceux qui suivent le mouvement ne se rendent sans doute pas compte à quel point ils font le jeu des néoconservateurs US pour qui toutes ces stratégies suivent la meme logique coloniale et d’acculturation. Depuis les couvertures infestées par la variole et distribuées aux populations indigènes d’Amérique du Nord jusqu’à la « mal bouffe » et l’intronisation sauvage d’espèce animales dans le but de déséquilibrer les écosystèmes des autres pays, en passant par la guerre linguistique, culturelle etc.. tous les moyens sont bons pour certaines personnes d’imposer leur domination sur les autres.

      Sinon, en effet, une approche « austère et dictatoriale » est bien moins efficace (moins « sexy ») que ce perpétuel jeu de séduction malsain dans lequel on vous fait mettre vous-meme votre chaine à boulet au pied. Et on vous apprend à vous conformer par vous-mêmes, tous enorgueillis de faire preuve de tant de « swag » (« Secretly We Are Gay » : dont shoot me, its just a private joke made in US).
      On est loin des années 90 où dans nos banlieues on critiquait vertement le style de vie à l’américaine. Le « lifestyle », « so badass ». Où on se foutait de la gueule (dans les meilleurs des cas) des imitateurs de « ricains » avec pantalon large, calebard qui sort, et « t-shirt » tombant jusqu’aux genoux (pour courir un 100mètres, un « must-have »). Bon, on laissait les minots s’amuser, mais entre ados et jeunes, ce genre de mode était sévèrement critiqué et moqué. 
      Désormais la mondialisation s’est affirmée et les codes qui naguère nous paraissaient ridicules, font désormais partie intégrante du quotidien. Et avec la mode, et avec les series et avec tout le reste, ce sont des valeurs anglo-saxonnes, pour ne pas dire de WASP, qui s’infiltrent subrepticement (je suis gentil) dans nos consciences. Effaçant par là même notre histoire, notre passif en commun avec les américains. nos meilleurs ennemis... mais pas les seuls hélas...

      Je pense que nos gouvernants ne pourraient pas s’allonger de la sorte, si la propagande US et le globish n’avaient pas envahis nos cerveaux sur des décennies et nous les avaient ramollis.

      J’ai envie d’insister sur le fait que la fainéantise et l’aspect conformiste sont très prégnants à ce sujet.
      La où je vis, il est hélas considéré comme bizarre d’utiliser des termes de français convenables voire soutenus. Je me fais toujours un plaisir d’utiliser un tel vocabulaire quand il s’agit de décrire des scènes du quotidien. Cela fait rire mes interlocuteurs et au bout d’un moment, se sentant cons ou ignares, ils se mettent des fois à rechercher la signification de tel ou tel terme. Et lorsque c’est le cas, ils l’utilisent (jouissance), et ainsi me confortent dans mon humble et sans doute futile action. Cela n’arrive que trop rarement je dois bien vous le concéder hélas.


    • Graal 2 mai 18:04

      @rosemar
      comme toujours, hélas, à question précise, pas de réponse personnelle précise, si ce n’est par procuration


    • sweach 2 mai 18:50

      @Goda
      Waw ! 


      *Les termes que vous utilisez sont surtout des termes de joueurs*
      Oui je donnais ces termes en exemple, mais j’aurai très bien put donner d’autres exemples :

      Tweeter :
      followers ; DM ; Hashtag ; Tweet ; FotD ; RT ; etc ...

      La télévision :
      prime time ; cast ; life ; guest ; live ; channel ; show ; sitcom ; etc ...

      Tout ça pour dire que ces termes sont assimilés et « Francisés » pour certain qui deviennent des verbes que les jeunes conjugue sans le moindre problème alors que officiellement ils n’existent pas.

      C’est un constat, ces mots sont utilisés par les nouvelles générations, parce qu’on a pas sue mettre en place et utiliser des mots adéquat pour répondre au besoin, mais on ne devient pas anglais pour autant smiley

      Tout ce vocabulaire qui est là pour répondre à un besoin progressivement se transforme et évolue pour devenir du Français, au grand dame de certain, qui hallucine en voyant ça, mais ils oublient que le sens du verbe halluciner n’est reconnue officiellement que depuis peu.

      Je pense qu’il faut avoir conscience que les mots sont fait pour être utilisé, hors notre system éducatif fige dans le marbre les termes du passé et oublie totalement qu’une langue doit être vivante si elle ne veut pas mourir, on fini par avoir de gros écart entre les mots utilisés quotidiennement et la langue Française.


    • Pere Plexe Pere Plexe 2 mai 18:57

      @rosemar
      Il n’est pas question d’être anglophile ou anglophobe : il est question d’être factuel.

      Oui l’anglais ou du moins les anglicismes sont partout.
      Surtout ils évincent le français de toutes les nouveautés de toutes les innovations de toutes les tendances.
      Le constat fait, il convient chez une personne normale, de réfléchir.
      Pourquoi en est on là ? Quels conséquences ? Quels mesures adoptés ?
      Sinon on reste au niveau de la pleurnicherie stérile.

      Ce pose par exemple la pertinence de la méthode dite « syllabique » qui ne marche pas pour tous ces mots et expressions de plus en plus présentes dans notre environnement .




    • Doume65 2 mai 20:20

      @Hecetuye howahkan
      « on n’est pas obligé de rester des imbéciles »
      La culture et l’intelligence sont deux choses différentes.


    • mmbbb 2 mai 20:50

      @rosemar a la fin des temps ancien, il restera Rosemar Telle la pierre de Rosette elle sera dans un musée comme le témoignage éternel de notre langue vernaculaire disparue C ’est triste Quoi qu il en soit la mondialisation faisant son oeuvre, il n y a aura plus que de 250 langues parlées d ici 50 ans au moins . Quant a vous lire , j ai l impression d entendre les profs, si nous avions pas lu Chateaubriand, nous serions des cons Enfin si vous travailleriez dans une entreprise privée, votre patron de vous ne demanderait ni de compter en chiffres romains , ni d « ecrire des alexandrins mais d inscrire dans un tableau de » reporting « vos resutats En fin d annee un » « benchmark » permettrait d evaluer vos performances Vous l avez echappée belle l analyse comparative n existe pas au sein de votre institution et heureusement cela permet de cacher les tares de profs


    • Goda Goda 3 mai 07:03

      @sweach

      « des verbes que les jeunes conjugue sans le moindre problème alors que officiellement ils n’existent pas »

      Je suis tout à fait d’accord, l’adaptation est une valeur maitresse et vitale il est vrai. 
      Mais je préfère quand on fait preuve de créativité en général. 
      Le français offre beaucoup de possibilités à ce sujet. 
      Bien plus en vérité que l’anglais simplifié censé être « cool ». 
      Après ce n’est que ma vision.

      User de termes anglo-saxons des plus basiques, ne me fait pas particulièrement plaisir. En fait.

      Ca me ferait meme presque de la peine pour ceux qui l’utilisent. 
      Passif en entreprise oblige. 
      Tetes à claques déconnectés de la réalité obligent. 
      Usant de termes aussi creux pour nous qu’ils sont anglo-saxons. 
      Cela relève, à mon sens, d’une certaine vacuité. 
      De l’ordre de celle qui consisterait à se contenter de ce que la télévision nous sert etc.
      Et aussi d’une forme de paresse intellectuelle. Et enfin d’une sorte de complexe d’infériorité vis-à-vis de la culture américaine qui, il faut le reconnaitre, a le sens du spectacle, de ce qu’ils nomment le « story telling », et de l’épique.





    • sweach 3 mai 09:39

      @Goda
      *User de termes anglo-saxons des plus basiques, ne me fait pas particulièrement plaisir. En fait.*

      Et moi dont.
      Dans mon métier, ils font des conférences en anglais alors que le public est exclusivement Français parfois, c’est d’un triste, puis totalement contre productif car le message est beaucoup moins bien compris.

      Mais la plupart des termes anglais que j’utilise sont mit au milieu de phrase en Français et prononcés à la Française, donc totalement incompréhensible pour un anglophone.

    • Personne 3 mai 23:15

      @sweach
      N’importe quoi. Revoyez les journaux des années 46, ca parlait anglais de manière totalement déplacé.

      Par exemple avant il était courant de dire « computer » (en francais), aujourd’hui ca ferait vraiment bizarre et des cas comme cela là il y en a des tonnes.

      En réalité, vous avez parfaitement la mentalité de l’asservi.


    • sweach 4 mai 10:10

      @Personne
      *Les journaux des années 46 ... il était courant de dire « computer »*

      Votre exemple illustre un mot rarement utilisé, quand il est devenu courant fin des années 90 personne n’utiliser le mot computer, pour utiliser à la place le mot ordinateur.

      *des cas comme cela là il y en a des tonnes*
      C’est exactement ce que je dis, les nouveaux mots sont appropriés et modifiés avec le temps.

      L’une des différences est qu’avant, le Français participait à tout ce vocabulaire et chez nos amis anglais on exportait aussi nos mots, aujourd’hui le Français se laisse volontiers dominer et nos anciens qui détestent le changement n’aident pas.

    • Fergus Fergus 2 mai 11:42

      Bonjour, Rosemar

      Bien d’accord avec vous. Mais je crains que cela ne soit une cause perdue - hélas ! - tant les élites elles-mêmes sont friandes d’anglicismes, sans compter les responsables marketing de la distribution qui ont bien compris qu’un slogan en anglais percute plus dans le public qu’un slogan en français.

      Un constat qui ne date pas d’hier : le phénomène était déjà engagé il y a 20 ans lorsque j’étais en charge, comme responsable de formation, de mettre sur pied des stages pour des chef de marché et des chefs de produit à l’ESCP, à, la CEGOS ou à l’ISM ! Depuis, le phénomène n’a fait que s’amplifier.


      • rosemar rosemar 2 mai 11:54

        @Fergus

        Les élites, les « start-up » utilisent l’anglais en permanence : et ce faisant, on masque les dures réalités du monde du travail... c’est un leurre !

      • Fergus Fergus 2 mai 13:45

        @ rosemar

        Vous faites erreur en ne ciblant que les « start-up »* car l’anglais est présent dans les secteurs techniques et commerciaux de très nombreuses entreprises, petites, moyennes ou grandes. Personnellement, j’ai découvert cela lorsque je suis devenu informaticien au début des années... 70. Depuis, le recours à l’anglais - souvent rendu nécessaire par la consultation des documentations techniques - n’a fait qu’essaimer dans un nombre croissant de secteurs d’activité.

        * que l’on a vainement voulu désigner comme des « nouvelles pousses » ; appellation parfaitement ridicule.


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 mai 09:03

        @rosemar

        Vous dites, rosemar : La langue, notre langue est un élément essentiel de cette culture : ne cédons pas à la tentation du renoncement et luttons pour préserver ce patrimoine.

         

        Mais comment ne pas renoncer quand France Inter, la radio populaire dite « de service public », a depuis longtemps renoncé au moins dans un domaine, celui de la chanson, domaine qui a été livré aux programmateurs de « musique » - on ne dit même plus chanson et c’est significatif - en langue anglaise ?


      • Personne 3 mai 23:17

        @Fergus
        Exactement cela n’a rien de nouveau ni de tendance. L’américanisation partiel est quelque chose qui existe depuis au moins la Libération.

        Notre époque n’a rien de différent et rien de novateur, sur ce point, par rapport aux anciennes générations (je suis de la nouvelle).

        L’usage déplacé de l’anglais comme langue d’impérialisme culturel n’est pas nouveau.

        De même l’idéologie jeune pousse est so 1990.

        On est en 2018.

        Rien de nouveau sous le soleil (comme toujours).


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 2 mai 12:07

        Ne cédons pas à la tentation du SMS, du langage tronqué ou mixé avec l’anglais.

        Je ne vous le fais pas dire, ma brave dame. Même les pédagogos moralisateurs sont atteints !
        Mixer, emprunté à l’anglais to mix (mélanger, mêler)... Du moins si j’en crois un outil dont vous ignorez à la fois l’existence et l’utilité !


        • rosemar rosemar 2 mai 12:19

          @Robert Lavigue

          Et vous oubliez de dire que ce terme vient aussi et surtout du verbe latin : « misceo », « je mélange », au supin « mixtum »...

        • Fergus Fergus 2 mai 12:28

          @ rosemar

          Comme 40 % des mots d’anglais qui sont d’origine... latine ou grecque.


        • rosemar rosemar 2 mai 12:36

          @Fergus

          Bien sûr, ainsi le mot « mixte » français vient de ce même verbe... donc l’origine est avant tout latine...

        • Aristide Aristide 2 mai 12:45

          @Fergus

          Si on ajoute à cela les mots anglais venus du français qui nous reviennent déformés.

          Enfin, se plaindre de l’usage immodéré est une chose, chouiner à la prononciation du moindre mot anglais quand il n’existe pas encore de traduction est d’une toute autre démarche.

          Par exemple, pendant des années on a utilisé « software » et « hardware », abandonnés depuis pour un mot nouveau « logiciel » et un nouveau sens au mot « matériel ». Les modes passent, les mots qui restent vivent et évoluent. Rien de dramatique.

        • Robert Lavigue Robert Lavigue 2 mai 13:06

          @rosemar

          Et vous oubliez de dire que ce terme vient aussi et surtout du verbe latin.

          Et alors ? Je parle français, pas latin !
          Et l’indo-européen qui est à l’origine du latin et du grec ? Est-ce parce que votre Gaffiot ou votre Bailly n’en parlent pas que vous ignorez cette langue qui brille de mille feux ?

          Quoi qu’il en soit, mixer (dans le sens où vous l’utilisez) n’est pas un verbe français. C’est un anglicisme, d’autant plus idiot qu’il existe des verbes français qui rendent parfaitement ce sens.

          Si vous l’utilisez comme un terme technique, liée au monde de la prise ou de la reproduction du son, ça se justifierait.

          Vous pouvez essayer de vous raccrocher aux branches du Gaffiot, ça ne changera rien à l’affaire !


        • JC_Lavau JC_Lavau 2 mai 13:17

          @Aristide. D’autant que le cibware est un logiciel qui fait sacrament sacrer !


        • Fergus Fergus 2 mai 13:31

          Bonjour, Aristide

          Pour ce qui est du mot « logiciel », il existait déjà dans les années 70 alors que je travaillais comme analyste-programmeur sur des machines IBM 360 mais ce mot ne s’est véritablement imposé qu’avec la naissance de l’informatique individuelle (les PC) et l’arrivée d’outils grand public. Car pour ce qui est des professionnels, il faut reconnaître qu’ils adorent parler le jargon de leur corporation, réputé hermétique aux profanes. smiley

          Un des rares exemples de francisation réussi.


        • Fergus Fergus 2 mai 13:37

          Bonjour, Robert Lavigue

          « C’est un anglicisme, d’autant plus idiot qu’il existe des verbes français qui rendent parfaitement ce sens. »

          En effet : mélanger, mêler, fusionner...

          Cela dit, je plaide coupable : le verbe « mixer » est l’un des rares anglicismes qu’il m’arrive d’utiliser. J’en bats ma coulpe ! smiley


        • arioul arioul 2 mai 13:38

          @JC_Lavau
          Tiens v’là maitre Capello qui met son grain de sel , et qui fait de l’humour qui ne fait rire que lui meme. Signalez cher maitre , signalez.


        • rosemar rosemar 2 mai 16:55

          @Robert Lavigue

          L’indo-européen ? C’est une langue ancienne dont on n’a pas de documents... une reconstitution...

        • Aristide Aristide 2 mai 18:56

          @Fergus


          Que les mots existent ne présument en rien de leur usage.Le mot « logiciel » a été créé de toute pièce en 1972 ( dixit wikipedia) par l’administration, comme quoi. Tous ceux qui travaillaient à cette époque n’auraient parié une ligne de COBOL sur l’avenir de ce mot. Et pourtant ...

          Pour le reste, il me semble que si les informaticiens jargonnent c’est tout de même plus pour des raisons liées à l’origine des technologies, des concepts, des architectures ... que pour rendre leur communication incompréhensible aux profanes. La francisation est tout de même assez rapide.

          Un exemple ? Le mot « informatique » une vraie création qui est à mon sens plus élégante que le ’data processing«  anglais. Comme quoi. On a échappé à »ordinatique", merci De Gaulle.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès