• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand les profs font leur université d’été

Quand les profs font leur université d’été

Eduquer c’est d’abord penser, c’est d’abord réfléchir à ce que l’on fait, c’est prendre du recul sur le moindre de ses mouvements, le moindre de ses mots, parce que c’est la réalité vécue par tous les élèves, les profs ont du pouvoir, or quand nous avons du pouvoir, nous devons faire attention sinon même sans le vouloir nous pouvons faire des dégâts. Et dans l’éducation nationale, nous pouvons nous le dire des dégâts il y en a ! « Le temps est venu pour les enseignants de France de prendre leur destin en main. » C’est la première phrase de l’appel  pour l’université d’été des enseignants rédigé en juillet. Fin août nous avions un beau programme.

Attention révolution pédagogique en cours

C’était le lundi, le premier jour, j’ai eu la chance de découvrir le film « L’arbre et le requin blanc  » où l’on voit des enfants au cœur de Berlin, apprendre autrement, libres et heureux tout simplement. On voit bien dans ce film que les adultes qui sont là accompagnent bien plus qu’ils n’éduquent. Nous devrions faire attention, il y a bien une révolution pédagogique en cours et la base en est, je l’ai entendu de mes oreilles, venant de la bouche d’une prof après le film : « La base c’est que l’enfant peut apprendre par lui-même  »… et dans la foulée cette autre idée venant d’une autre bouche : « ça remet en question l’idée de prof ». Oui c’est certain et ce qui émerge c’est l’ « accompagnatrice » ou « accompagnateur » ou « facilitateur » pourquoi pas. Et on se souvient d’Alice Miller qui disait il y a plusieurs décennies déjà « … je ne vois pas quelle signification positive on pourrait trouver au terme « éducation. » C’est dans « C’est pour ton bien ». Un autre prof dans le même contexte dira : « Je les adapte à quoi ? » Il était bien évident de constater que dans cette partie du monde une fois encore l’intelligence avait pris le pouvoir. Les profs ne sont pas ici juchés sur des certitudes, ils se confrontent aux questionnements les plus profonds, ils doutent eux-mêmes et s’en ouvrent, nous livrant par bribes des pans entiers de leur dure réalité. Il n’y avait là à s’exprimer dans le débat après le film, pratiquement que des femmes.

Pari risqué, pari gagné !

Quel étonnant moment que cette « Université d’été des enseignants et de l’éducation » qui s’est déroulé cette fin d’été à la Cartoucherie de Vincennes du 26 au 28 aout 2019. Nous n’étions pas loin de 400 inscrits au premier jour, après j’ai trouvé le chiffre de 600 et encore après 700, je ne sais combien de participants sont venus finalement, il y avait du monde, plus de 200 tous les jours. Pour plus de détails on peut regarder et. Ce moment s’est construit dans le contexte de contestation des réformes Blanquer et du blocage des notes du bac du printemps, par la mobilisation de profs qui ne souhaitent pas que les changements dans l’éducation se décident sans eux. Triste état de nos corps intermédiaires. En tout cas coup de chapeau aux organisateurs, décider ça en juillet et arriver à ça fin août, bravo. En deux clics j’étais inscrit pour 1 €, le tarif n’était pas exagéré, en deux autres la solidarité entre éducateurs avait parlé, j’avais un lit chez l’habitant pas loin de l’évènement, gratuit évidement ! 

Violence et Service National Universel (SNU)

Il y avait en plus de la salle de ciné, trois pôles : « Enseigner », « Dialoguer », « Lutter » où toute la journée sous des barnums qui nous mettaient à l’abri des rayons d’un soleil brûlant, ça parlait. C’est au pôle « Lutter » que la parole était la plus vive, les témoignages les plus poignants, les énergies les plus grandes, l’émotion la plus forte, c’est à ce pôle que nous avons parlé du SNU. Et là il y a bien des problèmes. J’ai entendu lors de cette table ronde : « on parle de violence à longueur de temps », « il y a tout un tas de gosses qui ont envie de se retrouver du bon coté du bâton » Le groupe est très critique pour ne pas dire totalement opposé à cette nouvelle mesure. On entend : « C’est une mise au pas du secteur associatif », « une subordination financière des associations et des syndicats  », « que veut dire l’engagement s’il est obligatoire ? ». Il est question d’un collectif national contre le SNU animé par l’Union Pacifiste de France  un texte à signer est en préparation.

« Le social est d’essence sacrée » Roland Gori dans les hauteurs et profondeurs

Roland Gori évoque d’emblée l’appel des appels au moment de sa présentation. Il dit que « la liberté c’est la possibilité d’agir  » Citant Simone Weil il dit que : « le lieu de la décision va passer de l’être, du professionnel, au mode d’emploi de la machine  ». Il parle de la « Théologie entrepreneuriale » D’Emmanuel Macron « auto entrepreneur de lui-même ». Parlant des violences policières il évoque Hannah Arendt qu’il citera plusieurs fois : « là où la force est utilisée, l’autorité à échoué ». Il parle de Freud et des trois métiers impossibles : « éduquer, gouverner, soigner ». Il pose qu’ « éduquer et gouverner sont indissociables ». Il dit que les hauts fonctionnaires connaissent le monde des affaires et le monde des média et qu’ « il n’y a pas d’autorité sans récit ». Il évoque le merveilleux conte d’Andersen : « Les habits neufs de l’empereur  » disant que « l’habit aujourd’hui c’est la communication, c’est ça le pouvoir, c’est nous qui l’habillons, c’est imaginaire mais c’est efficace ». Roland Gori dit que : « Le social est d’essence sacrée ». Le pouvoir est efficace parce qu’il y a croyance. Rien qui ne soit traversé par la fiction…l’Etat n’est rien si l’on ne croit pas à la puissance de l’Etat… Pour lui Blanquer « veut éliminer les humanités, il veut éliminer tout ce qui n’est pas fonctionnel  », Roland Gori qui a beaucoup lu, beaucoup étudié s’appuyant sur des références multiples nous rappelle qu’il y a de la substance politique dans chacun de nos métiers et nous atteignons les profondeurs : « le pouvoir fait écran à la mort, c’est pour cela qu’on l’aime… nous avons besoin de croire en un autre parce que c’est trop difficile d’être seul ». Il cite Jacques Elull et nous éclaire sur la distinction à faire entre connexion et relation. C’est bien la relation l’important ! or : « On n’a pas le temps de nouer des relations … il y a de plus en plus de robots à l’hôpital… des formations qui déshumanise le personnel…il faut faire vite »

Entre parents et profs, un profond fossé à combler.

Le moment de réflexion sur la relation parent-enseignant à été particulièrement riche. Il a bien démarré, sur la mode du débat inversé, l’animatrice a après avoir brièvement présenter les invités en tribune, donné la parole à la salle pour que nous puissions poser des questions. Une maman dit : « En voyant la tête des parents qui entrent dans l’école pour une réunion, j’ai l’impression de voir tout de suite ceux qui étaient des élèves en échec » On entend que les parents doivent se « sentir invités » or « l’école c’est une porte fermée » « Les parents se remettent d’eux-mêmes dans une posture d’élève, ils ont un respect immense des enseignants…ils ont peur », « les équipes enseignantes ont du mal à ouvrir la porte de l’école, on l’ouvre quand on a besoin d’eux c’est un grand tort » Un prof ajoute « les portes sont plus ouverte dans le primaire que dans le secondaire » « dans les ZEP les parents sont singulièrement absents »

8 décembre 2019 marche des mamans de Mantes la jolie pour l’anniversaire du 6.

Nous avons vécu le témoignage très poignant de Yessa Belkhodja, porte-parole du Collectif de défense des jeunes du Mantois et maman d’élève complètement choquée par ce qui c’est passé le 6 décembre à Mantes la Jolie. Elle nous a raconté ce qu’elle a vécu cette terrible journée qui a marqué des milliers de gens localement et des centaines de milliers ou des millions de par le monde, via la vidéo, tant c’était insupportable de voir des adolescents à genoux, humiliés par une République sensée les protéger et les aider à grandir. Des images qui nous ont renvoyé au Chili de 73. Elle décrit les faits en détail… « élèves à genoux de midi à 17h … on a clairement voulu faire un exemple… le plus jeune avait 12 ans… la plupart sont du Val fourré contrôlés au faciès, fouillés, ils sont habitués… sur les 151 interpellations il n’y a pas eu de poursuites… de nombreuses familles n’ont pas été prévenues… les conditions de garde à vue ont été abjectes… L’IGPN a dit qu’il n’y avait pas eu de comportement déviant... » Elle conclu qu’on « a porté atteinte à la dignité de nos mômes, on veut qu’ils aient une réparation. » Souvenons nous que cette affaire avait révélé une certaine France bien incarnée par Ségolène Royal qui a dit : « ça ne leur a pas fait de mal à ces jeunes… ». Maintenant ces femmes engagées pour le respect de leurs enfants préparent la marche des mamans pour la justice et la dignité du 8 décembre. Elle s’appelle ainsi parce qu’il n’y a pas de père dans le collectif. De la salle j’ai entendu que ça venait du « traitement colonial du problème des cités »

Et l’écologie ?

Deux organisations étaient là, « Enseignants pour la planète  » qui est née dans le sillage de la création d’ « Extinction rébellion France » et «  Youth for climat  » Ici aussi on le dit : « Il y a du retard sur le sujet dans le monde des enseignants… il y a une grande vacuité de l’institution sur le sujet… on a une école quasiment climatosceptique… notre institution n’est pas au niveau  ». J’entends : « Qu’est-ce qu’on peut dire aux élèves pour qu’ils ne tombent pas dans le désespoir ? ». Là je me permets une incise, il ne faut surtout rien leur dire, juste leur donner la possibilité de s’exprimer et pas seulement dans les rues le vendredi mais aussi dans les établissements et les quartiers dans le débat. A une prof qui s’inquiète du peu de choses dans les programmes sur l’écologie, son inspecteur lui répond : « mais madame ça c’est votre vision du monde ». Une personne dit : « parlons de climatonégationisme et non de climatoscepticisme. Des profs parlent de « hors programme » pour aborder ces questions. Un participants rappelle que les esclavagistes disaient que « l’économie ne survivrait pas à l’abolition ». Le site Notre planète info est recommandé par plusieurs enseignants qui l’utilisent. Un prof dit : « Il y a beaucoup de jeunes aujourd’hui qui ont envi e de s’engager… mais rien dans les manuels et rien sur les métiers d’avenir qui sont occultés au lycée ». « Les élèves ont des niveaux très différents à propos de la conscience écologique ». Il sera question de l’éco-anxiété beaucoup d’élèves y sont sensibles. Un parent dit : « le coté artistique, le coté expression est très important. L’art fait réfléchir ». Une intervenante dit que « la crise écologique nous invite à redéfinir ce qu’est une éducation réussie. Ça dépasse le contenu des enseignements c’est la finalité même de l’éducation que ça réinterroge ». « On peut leur donner la parole sous la forme du débat » dit une maman. Certains élèves disent que c’est le soleil qui grossit, d’autres que c’est le soleil qui se rapproche de la Terre… « Les élèves ont beaucoup de choses à dire » dit une élue. « Je ne suis pas très connecté à la nature » un prof. Un autre : « les jeunes veulent agir pour le climat, nous pouvons leur donner les moyens d’agir ».

Prendre conscience, s’émanciper, se doter des moyens d’agir

L’éducation populaire avait sa place dans le programme et fort heureux, on pourra juste regretter que la table ronde qui lui a été consacrée s’est déroulée dans une forme des moins innovantes… dommage ! Toujours est-il que ça a été un moment riche qui en particulier a permis de reposer les trois piliers qui font de l’éducation populaire un aspect essentiel de notre action pour l’éducation. Le premier pilier de l’éducation populaire c’est la conscientisation. C’est de se rendre compte soi-même et d’aider les autres à se rendre compte. Le deuxième c’est l’émancipation, parce que c’est une évidence toutes et tous nous sommes sous influence et accéder à la liberté est le travail d’une vie et on sais bien que ce ne sera pas suffisant. Le troisième pilier c’est de donner le pouvoir d’agir.

Ambitieuse, joyeuse, optimiste, déraisonnable et bienveillante

Moi, pas prof, qui y est allé sans connaitre personne, je m’y suis senti bien durant ces trois jours. Je me suis surpris à penser que ce n’est pas le thème des discussions qui en définitive était la raison de mes choix d’aller à tel ou tel atelier. Je vais là ou la méthode employée pour le débat est bonne et aussi là où la parole est libre et sincère. Là où c’est vivant en fait. Il y en a eu des moments vivants ces trois jours. Il faut dire que c’était dense. L’appel pour l’université d’été évoqué plus haut se terminait ainsi « Elle doit être ambitieuse, joyeuse, optimiste, déraisonnable et bienveillante. » Ainsi venant de l’animateur de la table ronde sur le SNU j’ai entendu « à propos de l’antimilitarisme, je ne suis pas très armé » cela m’a fait sourire, je ne sais pas si c’était volontaire… Ils m’ont bien plu ces profs dans leur diversité d’appartenance, dans leur légèreté et leur gravité. Nous pouvons nous le dire, des vestiges de l'honneur de la France se trouvent dans cette partie de notre corps social. En plus c’est bien, ça continue, ils vont se retrouver entre « Primaire, secondaire, supérieur, personnel, parent, élèves » à la bourse du travail le 16 octobre, c’est bon la diversité, c’est riche et ça nourrit l’intelligence collective, moi si je n’avais pas autre chose ce jour la, j’irai. On apprend tellement dans ce monde où l'on parle de l’éducation.

A suivre

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    



    • mmbbb 10 octobre 14:51

      @Fifi Brind_acier vous avez d autres poncifs 
      Cretin digital sauf celui ou celle qui lisent les mantras de l UPR en ligne .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 octobre 17:21

      @mmbbb
      Vous devriez essayer de lire le programme de l’ UPR et de faire une critique constructive, mais c’est sûrement trop fatiguant...
      Alors, ne changez rien, et revenez en 2e semaine !


    • mmbbb 10 octobre 18:05

      @Fifi Brind_acier non merci , j ai donne avec ton pote Levrai . C est lui qui m a detourne du vote UPR 
      je commencerais a vous lire le jour ou vous dépasserez les 25 % des voix .
      Nos points de vue sont trop divergeant , 
      Neanmoins je vous prefere au sus nommé , si tous les militants de votre parti sont ainsi , je ne vois pas en quoi ce parti se dit populaire 


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 octobre 20:10

      @mmbbb
      Si l’UPR est à 1% et le FN à 20%, c’est que Macron a besoin du FN comme épouvantail à moineaux en 2022. Le FN n’est pas anti système, il est indispensable au système. Pas de quoi se réjouir d’être un idiot utile !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 octobre 13:20

      moi, si j’étais prof, je demanderais à ma hiérarchie de pouvoir prendre mes vacances en été, en même temps que mes enfants !


      • kimonovert 10 octobre 13:49

        Penser c’est désobéir !


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 octobre 14:37

          @kimonovert

          « Penser c’est désobéir !  »... à condition de penser ce qu’on dit, dire ce qu’on pense et agir !


        • Attila Attila 10 octobre 14:46

          Réunion de profs. Censés instruire les enfants, donc.

          Sur l’avant dernière photo, il est écrit la date :

          Mardi 27 aoüt

          .


          • mmbbb 10 octobre 15:05

            «  Ségolène Royal qui a dit : « ça ne leur a pas fait de mal à ces jeunes… ». Maintenant ces femmes engagées pour le respect de leurs enfants préparent la marche des mamans pour la justice et la dignité du 8 décembre. Elle s’appelle ainsi parce qu’il n’y a pas de père dans le collectif. De la salle j’ai entendu que ça venait du « traitement colonial du problème des cités » » 


            Traitement colonial , ha bon et pourqoui tant de migrants d immigres veuillent venir dans ce pays colonial . Sont ils schizophrènes ?

            Vous étiez au Maroc , auteur , pour une conférence sur l environnement . Il est evident que la jsutice dans les pays du magrehb est plus severe .

            Ces sauvageons ne tiraient pas deux fois fils de pute a un policier 

            J espere que ces meres s engageront en fin d année afin que les voitures ne flambent pas

            En revanche , il est étonnant que ces meres ne soient pas aux cotes des pompiers qui se font a caillasser lors de leur intervention .

            Lors de votre prochaine universite d ete , vous pouvez choisir un lieu calme , le 9 — 3 .

            Les ecologistes « politqiues » desservent vraiment l ecologie .




            .



            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 octobre 17:18

              @mmbbb
              Pour le voitures qui flambent certains n’hésitent pas à donner un coup de main...


            • generation désenchantée 10 octobre 18:04

              @mmbbb
              en tout cas , cette chanson est inspirée d’une histoire vraie

              https://www.youtube.com/watch?v=irL4wJhNQX4

              Que ce soit pour une crise cardiaque , ou un incendie dans un immeuble , si il y a des morts , parce que les pompiers , secours et police n’ont pas pût arriver a temps , parce qu’ils ont été caillassés

              Que les caillasseurs ne se plaignent pas si certains membres de leurs familles ou de celles de leurs copains sont morts a cause de leurs conneries

              Sinon il y a un certain mode d’emploi pour que votre enfant devienne un bon délinquant , il y a en deux versions une de la police de seattle et l’autre a été un peu changée par l’église

              https://vosnouvellesdeparis.files.wordpress.com/2012/09/les-bons-conseils-pour-faire-de-votre-enfant-un-bon-dc3a9linquant.jpg

              https://albi.hebergement-ecclesial.fr/carmaux/wp-content/uploads/sites/9/2018/12/Comment-faire-de-votre-enfant-un-bon-d%C3%A9linquant.jpg


            • mmbbb 10 octobre 18:26

              @Fifi Brind_acier venant du Monde n est ce pas . 
              Le Monde est devenu un journal torche cul qui ne vit grace a la dotation de l etat Tu vois tu es con , parce des voitures j en ai vu bruler justement, et j ai depose une main courante . A part cela , tu persistes et signe , le petit bourgeois , tres con proche de l abruti de service . 
              Les faits delicteux , si je l ai listais ici , tu me prendrais pour un mytho . Tu peux aller de faire foutre , toi et l UPR 
              Je l ai deja dit 1 % des voix et tu te poses toujours pas les bonnes questions ! 
              Sont ce les gars du FN qui caillassent les pompiers dans les banlieues 
              Les pompiers a Lyon manifestent chaque novembre donc bientot Ces pompiets sont de la CGT un comble 
              Et pourquoi ton mentor n habite pas dans le 9  3 ; abruti .
              Il est aussi faut derche que les autres , Je l ai entendu lors du deces de Chirac 
              Pour faire aussi tordu il faut etre fort , il nous dit dans ce meme message , Chirac et l appel de Cochin en 1978. Chirac qui a su renier ses engagements et reçut a la fois les hommages de Merkel , l europeiste , et d Asselieneau qui lui pardonna son egarement il nous decrit ses ses anecdotes dont on a rien a foutre 
              Il fait fort ton mentor Il connut aussi Pasqua 
              Il est d extreme droite Asselineau ! 
              Onfray lui est plus franc . 


            • mmbbb 10 octobre 18:30

              @generation désenchantée il est bien que rappeur avance ces idees . Mais tout cela pour en arriver la , c est déconcertant . L autre con de Fi Fi dira que le FN 


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 octobre 19:11

              @mmbbb
              Vous pouvez vérifier, il n’y a pas que le Monde qui ait rendu compte de cette affaire.
               
              Sans parler de toutes les autres condamnations au FN et à ses membres...

              Asselineau d’Extrême droite, venant de la part d’un FN, c’est comique. Si c’était le cas vous en seriez enchanté, ce qui prouve que vous racontez n’importe quoi.


            • Spartacus Spartacus 11 octobre 09:43

              Une réunion d’ecolo-fascistes.

              Comme le dit si bien Nassin Nicolas Taieb le statisticien des probabilités.

              « ll suffit d’une minorité très intransigeante pour qu’elle impose ses choix et préférences à tous. »

              Ici cette minorité militante qui s’impose dans les cercles éducatifs, faiseurs d’opinion de la psychologie des foules pour imposer son idéologie au public fragile (les enfants) pour que demain leurs idées soient imposées.


              • generation désenchantée 11 octobre 10:32

                @Spartacus
                Bizarrement je pense que les « écolo-fascistes » n’ont pas imaginer les conséquences des solutions que « Greta » et ses adeptes , soutiens et le GIEC promeuvent

                http://blog.marcelsel.com/2019/10/05/le-probleme-avec-greta-acte-2-un-message-simpliste-des-exigences-dangereuses/

                90% de chômeurs , j’espère que les écologistes se sont préparer a ce genre de désastre économique , social , avec explosion de violence

                Je suis pas certain que la population leur sera reconnaissante , je pense que Greta , le GIEC , ses adeptes , soutiens , et groupes gravitant autour de son idéologie n’imagine même pas les conséquences de leurs solutions

                Imaginons qu’ils appliquent leurs solutions

                En combien de temps , il y auras une « révolution mondiale type »révolution française «  , mais ce sera les »écolos et leurs soutiens " qui seraient aussi détestés que les membres de l’ancien régime de 1789 ?


                "Voyons ce que ça donne concrètement. Accrochez-vous : en quatre ans seulement, nous devrons pratiquement supprimer tout loisir (-92%), tout achat de biens (-93%), nous passer presque totalement de restaurants et de vacances (-75%), ne plus du tout prendre l’avion (-83%), sauf pour des raisons économiques ou scientifiques, baisser notre consommation d’électricité (-27%) et le chauffage de (-54%) — essayez déjà de réduire d’un quart, vous allez rire… jaune —, émettre six fois moins de GES dans nos déplacements (-83%), et cesser tout achat de matériel de communication ou d’informatique (-93%), non sans réduire drastiquement leur utilisation. Quant aux services publics, ils devront tout de même baisser de 35%. Imaginez simplement le nombre d’hôpitaux qui devront fermer…

                Un rapide calcul théorique laisse augurer un chômage de 90% en 2028…

                Après ces quatre ans, nous devrons encore réduire au même rythme, pendant cinq autres années. Avec un peu de chances, l’isolation des logements aura apporté un peu de réserve. Mais cela ne concernera que ceux qui en auront eu les moyens. Pour la majorité des gens, il faudra sabrer dans le vital, jusqu’à vivre d’amour et d’eau fraîche ! Quoique l’eau ne parviendra plus à nos robinets, faute de services publics, qu’il faudra également sacrifier. Il restera… l’amour. Un autre rapide calcul théorique grossier et très schématique à partir d’une telle décroissance laisse augurer une perte d’emplois similaire, soit un quart de travailleurs en moins, chaque année. Jusqu’à arriver à, mettons, 90% de chômeurs en 2028.

                Là, je vous laisse imaginer les mouvements sociaux, la misère, et une guerre permanente pour la survie dans la rue. Un bon scénario pour un VRAI film d’épouvante post-apocalypse ! Et là, en effet, les enfants pourront porter plainte pour avoir été plongés dans une misère absolue."


              • Spartacus Spartacus 11 octobre 11:28

                @generation désenchantée

                Le 19eme siècle a été celui de l’illusion communiste....
                Le 20eme siècle a été celui de l’illusion socialiste
                Le 21eme siècle sera celui de l’illusion écologiste.

                Dans tous les cas des fanatiques qui veulent « changer le monde », avec une excuse « pseudo-consensuelle » pour le faire..
                Hier c’était plutôt l’égalité, l’humanisme, le social eux c’est la nature...
                Mais en réalité, ils sont très hypocrites, ils ne veulent que « changer la société ».
                Ils n’élèveront pas un croco dans leur baignoire pour prouver le bio-diversité et quand y’a une abeille, ils appellent les pompiers avec le dernier smartphone de la société de consommation qu’ils conspuent chaque jour. en pleurant qu’il n’y a plus d’abeilles. 


              • generation désenchantée 11 octobre 11:43

                @Spartacus
                Ils doivent aimer retour au 18ème siècle , ils veulent peut être le système féodal en prime

                Faut dire que vu le monde futur qu’ils prévoient , qui est leur paradis , c’est une sacrée régression dans les transports et la technologie

                https://reporterre.net/L-Ile-de-France-va-s-effondrer-et-la-vie-y-sera-belle

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès