• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quel bagou !

Quel bagou !

Pour célébrer la semaine de la langue française et de la Francophonie du 17 au 25 mars 2018...

Dis-moi dix mots sur tous les tons...

Quel bagou ! Voilà un mot familier, issu du langage populaire, aux sonorités évocatrices, la labiale "b" pouvant suggérer le plaisir de parler, la gutturale "g" traduisant une certaine audace, le son "ou" langoureux révélant un désir de subjuguer, de tromper, de faire illusion.

Venu de l'argot "bagouler", "parler inconsidérément", ce nom contient aussi le mot "goule", qui désigne anciennement la "gueule".

En latin "gula"fait référence à la gorge, au gosier. Le terme "gueule" est souvent employé dans un sens péjoratif et a aussi une connotation populaire.

Le "bagou", c'est le plaisir de parler, de manière effrontée, excessive, sans mesure... pour en imposer à autrui.

Le terme implique une envie de tromper, de dominer les autres par la parole.

Le bagou est une arme, mais on décèle assez facilement ses faiblesses : marqué par le mensonge, la tromperie, le bagou comporte parfois une nuance péjorative.

Le bagou, la parlote, le baratin, la tchatche, le blablabla, le boniment, le bobard, la gouaille... que de termes familiers et évocateurs !

Ceux qui ont du bagou font preuve d'audace mais ne sont guère crédibles : certains n'hésitent pas à mentir, inventer, se contredire, usent d'un langage outrancier, sans vergogne.

Mais le bagou peut comporter des aspects plus sympathiques quand il s'agit de raconter de belles histoires, d'embellir une réalité ordinaire...

J'aime ce mot car il semble voir aussi des accents du sud : il nous fait entendre le bagou des bonimenteurs, des poissonnières du port de Marseille, leur parler haut en couleurs, leurs cris tonitruants.

On voit des scènes familières, des vendeurs de rues qui vantent leurs marchandises, des éloges appuyés, des voix qui se haussent.

Ce mot populaire a des accents de bonheur : on entrevoit le plaisir des mots, la joie des phrases qui s'enchaînent.

Ce nom dégage une impression de gaieté, de liberté, on perçoit un certain brio, une volupté dans cette envie de s'exprimer, de dérouler des idées, de les magnifier.

Le "bagou" est un mot du sud, il représente bien ces hâbleurs de Marseille, ces gens volubiles qui ne s'arrêtent pas de raconter des histoires.

Ce nom évoque des personnages pittoresques, des Tartarins parfois comiques, des conteurs qui s'animent et font vivre leurs propos.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/03/quel-bagou.html

 

Les dix mots sélectionnés cette année :

accent, bagou, griot, jactance, ohé, placoter, susurrer, truculent, voix, volubile

 

Vidéos :


Moyenne des avis sur cet article :  1.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Pere Plexe Pere Plexe 24 mars 19:43

    La labiale « b » pouvant suggérer le plaisir de parler, la gutturale « g » traduisant une certaine audace, le son « ou » langoureux révélant un désir de subjuguer, de tromper, de faire illusion.

    Bougre !
    Ça marche aussi pour les Bourguignons ? 

    • Cyrus Cyrus 24 mars 19:54

      @Pere Plexe

      Bougre , vieux mots de la langue française .... pourtant oublier par le politiquement correcte.

    • rosemar rosemar 24 mars 20:34

      @Pere Plexe

      Le pays des Burgondes... ça marche pour les bougres et les Bourguignons !

    • rosemar rosemar 24 mars 21:04

      @Cyrus

      Bougre, bigre : des mots familiers comme je les aime...




    • Cyrus Cyrus 24 mars 21:22

      @rosemar

      Bague , pour respecter le B et le G , même si c’ est un emprunt aux langues germaniques 

    • philippe baron-abrioux 25 mars 06:59


       Bonjour Rosemar ,

       je me pâme devant un tel à- propos .

       bonne journée !

       P.B.A.


      • phan 25 mars 20:09
        Les dix mots sélectionnés cette année :
        accent, bagou, griot, jactance, ohé, placoter, susurrer, truculent, voix, volubile

        Trouvé sur le net : par invite_200​960
        « 
        Dans le métro, j’ai rencontré un griot
        Il me susurra des mots insensés
        Avec mon bagou habituel, je lui lançai
        Ohé Monsieur le Griot
        D’où vient votre accent ?
        De moments truculents
        Me répondit-il
        Sur un ton soudain volubile
        Puis il parti dans une jactance
        Qui semblait le mettre en transe
        Placotant ainsi, j’ai loupé mon métro !
         »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès