• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > QUEL CAMOUFLET !

QUEL CAMOUFLET !

QUEL CAMOUFLET À L’ONU ! L’ADMINISTRATION OBAMA ENTRE L’ENCLUME ET LE MARTEAU CUBAINS

Jacques-François Bonaldi

Quelques réflexions couchées à la va-vite… J’attends de recevoir la dernière version de l’intervention de Bruno Rodriguez, le ministre cubain des Relation extérieures, devant l’Assemblée générale des Nations Unis qui votait ce matin la résolution cubaine contre le blocus des États-Unis, pour vous faire parvenir la traduction définitive. J’ai traduit la première, mais le ministre cubain a dû rectifier son discours devant l’annonce, faite par Samantha Power, la représentante des USA auprès de l’ONU, depuis la tribune, que son administration s’abstiendrait au moment du vote. Il le savait déjà, bien entendu, puisque, loin d’improviser sur le moment face à cette annonce-surprise, il a lu des modifications écrites.

Je dis annonce-surprise, mais au fond je ne suis pas si sûr que ça en soit une. Déjà, l’an dernier, à cette même occasion, des bruits avaient couru que l’administration Obama s’abstiendrait, mais elle avait finalement voté non, comme les vingt-quatre fois antérieures. Cette année-ci, se sachant en fin de carrière à la Maison-Blanche et ne risquant donc plus de traquenards de la part de ses adversaires du Congrès et de Miami, Obama s’est rendu à l’évidence (et dans « rendu », il y a l’idée de « reddition ») : sa bataille était perdue d’avance, le monde entier est contre cette politique, même les gouvernements qui ne sont pas franchement amis de la Révolution cubaine !

En fait, je me demande qui manipule le mieux le fameux « smart power » dont Obama a fait la pierre de touche de sa politique étrangère. À ce petit jeu, la Révolution cubaine vient de l’emporter haut-la-main. En continuant de présenter sa résolution même après la reprise des relations diplomatiques, de la réouverture des ambassades, de la visite d’Obama à La Havane en mars dernier et des cinq trains de mesures que Washington a adoptés pour alléger petitement certaines restrictions du blocus (qui reste en place pour l’essentiel, puisque sa levée définitive dépend depuis 1996 du Congrès), Cuba a coincé l’administration étasunienne entre l’enclume et le marteau et l’a contrainte, pour ainsi dire, à se dédire ou à se démentir elle-même, et à devoir cesser donc d’appuyer ouvertement une politique que toutes les administrations (dont la sienne) ont mise en œuvre avec acharnement depuis 1962. Je dis « ouvertement », parce que la dernière Directive présidentielle sur la politique cubaine de la Maison-Blanche ne laisse aucun doute sur le fait que les méthodes ou les tactiques changent, mais pas l’objectif final : éliminer ce gouvernement trublion qui continue de s’affirmer et de s’afficher résolument socialiste et de parler de justice sociale dans un monde où le néolibéralisme fait loi et est roi.

Bien entendu, Samantha Power, durant son intervention, nous a refait le coup des droits de l’homme, que le gouvernement cubain continue censément de violer horriblement, mais aussi, ce qui est nouveau, le coup de la sensiblerie, nous racontant l’histoire de ce médecin cubain servant en Sierra Leone durant la lutte de ses plus de cent collègues qui se battaient contre l’épidémie à virus Ébola et qui a été touché par le mal, et qui a été sauvé parce que, censément grâce à la logistique des États-Unis, on a pu l’expédier sans retard à Genève pour y être traité et guéri. En fait, Samantha Power a présenté cette mission de lutte contre l’Ébola quasiment comme une initiative de son gouvernement, sans jamais mentionner une seule fois l’Organisation mondiale de la santé… Mais passons. Son intervention avait du moins un autre ton que celui des années précédentes.

Donc, Obama envoie un message à son Congrès : messieurs les représentants et sénateurs, à vous de jouer ! Moi, j’ai fait tout ce que j’ai pu (ce qui est faux, parce que ses prérogatives présidentielles, ce que Cuba ne cesse de répéter, lui permettraient d’en faire bien plus) ; c’est à vous maintenant de décider de la levée totale du blocus, formé d’un incroyable lacis de lois, résolutions, décrets et autres mesures dans lequel même les meilleurs avocats des États-Unis se retrouvent plus perdus que Thésée dans le labyrinthe. Et apparemment, pas d’Ariane dans l’administration…

Bref, une jolie victoire de la Révolution cubaine. Des 193 pays membres de l’ONU, tout le monde était en rendez-vous, aucun pays ne voulait perdre ça. Quand on a su avant le vote que les USA s’abstiendraient, bien entendu il ne restait plus qu’un seul « mystère » : qu’allait faire Israël ? Eh bien, il a fait ce que tout le monde supposait : il a suivi son plus fidèle allié dans le monde et voté comme lui. Dans les temps, on accusait Cuba d’être un satellite du Kremlin… ! Au moins, les choses sont claires.

Pour modifier un tel « record » : 191 pour contre 0 et deux abstentions, il faudra attendre l’an prochain : soit l’entrée d’un nouveau membre soit un vote « oui » des USA (et donc d’Israël), soit encore qu’un Congrès à majorité démocrate issu des prochaines élections du 6 novembre décide de lever le blocus une bonne fois pour toutes. Le temps le dira. En tout cas, réjouissons-nous qu’il existe encore dans notre monde à la botte une Révolution capable de battre l’Empire à son propre jeu : le smart power !

La Havane, 26 octobre 2016

QUAND ULYSSE EST COINCÉ À LA MAISON-BLANCHE

Jacques-François Bonaldi

En fait, l’une des réflexions que l’on pourrait faire sur cette décision étonnante de l’administration étasunienne de s’abstenir sur un projet de résolution demandant la levée du blocus, après avoir voté résolument NON à chacune des vingt-quatre fois précédentes, c’est qu’Obama, comme je l’ai dit hier, était coincé entre l’enclume et le marteau. À partir du moment (relativement récent, je tiens à le souligner : à peine deux petites années, contre six antérieures à la Maison-Blanche) où il a décidé de faire jouer son smart power pour se débarrasser de ce socialisme cubain qui donne l’urticaire à n’importe quel locataire de ladite Maison, le blocus, autrement dit ce que Fidel qualifiait, lui, de « guerre économique tous azimuts », fait de sanctions, de représailles, d’interdictions, de prohibitions et autres genres de mesures, non seulement ne lui servait à rien, mais s’avérait en fait absolument contre-productif. Là, il a bien tiré les leçons de plus de cinquante ans de guerre qui n’ont fait avancer en rien la classe dominante étasunienne vers l’objectif qui a toujours été le sien et que la Directive de politique présidentielle sur Cuba du 14 octobre 2016 égrène tout du long comme un leitmotiv.

Au contraire, cette guerre incessante de l’immense puissance face à un tout petit pays aux moyens incommensurablement inférieurs a provoqué la réaction habituelle de toutes les villes assiégées dont les habitants sont habités de valeurs qu’ils sont prêtes à défendre coûte que coûte (valeur, aussi, au sens de courage) : la résistance. À traiter Cuba, sa Révolution et son peuple en ennemis, les administrations étasuniennes, toutes tendances confondues, d’Eisenhower à Obama, n’ont fait que renforcer cette capacité de résistance étonnante que même les pires années de la Période spéciale, dans les années 90, quand nous avons plongé dans un gouffre qui paraissait insondable, ne sont pas parvenues à entamer.

Il fallait donc qu’Obama, plus intelligent que les autres ou moins coincé que ses prédécesseurs dans l’histoire (cette vieille dame dont il ne cesse de répéter qu’elle l’ennuie), ou parce qu’il a pris conscience que les temps ont changé et que l’Empire en déclin face à de nouvelles puissances émergentes n’a plus les moyens d’imposer sa volonté comme jadis, changeât son fusil d’épaule et se présentât, ce qu’il fit durant sa visite de mars dernier à La Havane, en « ami », voire, ce qui, avouons-le, était tout de même un peu poussé, en « frère ». C’est bien pensé, même si la Maison-Blanche a mis cinquante-quatre ans pour arriver à une conclusion qui coulait de source aux yeux de tout le monde, n’était-ce la cécité de ses locataires et de la classe dominante étasunienne, mais aussi de la mafia de Miami qui a tenu longtemps le haut du pavé en ce qui concerne la politique cubaine des États-Unis, à une vérité aveuglante : par la force, vous n’arriverez à rien face à la Révolution cubaine.

Le blocus, en place depuis 1962, était donc, non seulement inutile, mais s’avérait la pire entrave à la toute nouvelle (je le répète) politique d’Obama : si, comme les oiseaux du paradis à la parade, vous voulez déployer tous vos charmes et vos plus beaux atours, mais que vous vous attachiez les ailes au corps, vous n’aurez guère de chance de conquérir la femelle que vous convoitez. (Si je choisis l’oiseau du paradis, c’est d’une part qu’il s’agit d’une des parades les plus magnifique chez la gent ailée, mais d’autre part, que l’image de l’Éden, plus prosaïquement connu comme « rêve américain », est l’une des grandes réussites des États-Unis en matière de vente d’un imaginaire frelaté.) Obama devait donc pouvoir battre des ailes, pour ainsi dire quasiment au pied de la lettre… Il est donc devenu un opposant du blocus économique, commercial et financier (après l’avoir défendu comme « moyen de pression », même après la reprise des relations diplomatiques). D’une part parce que cette politique agressive l’empêche de se présenter en (nouvel) « ami » du peuple cubain ; d’autre part, parce que toutes les prohibitions, interdictions, représailles, etc., dont il est assorti l’empêche de déployer sa nouvelle donne politique.

Ainsi, comment « amadouer » la Révolution cubaine si vous ne pouvez pas, à cause du blocus, faire un tas de choses que vous pouvez faire ailleurs, comme investir, avoir un commerce normal aller-retour (il n’est pour l’instant qu’à sens unique, et encore à travers d’une minuscule ruelle), etc. Comment miner de l’intérieur la forteresse si vos artificiers sont interdits d’y entrer ? Comment répandre la bonne parole et le « rêve américain » si ceux que vous considérez vos meilleurs ambassadeurs des valeurs étasuniennes (ce n’est pas moi qui le dis, c’est écrit en toutes lettres dans les différents documents de la Maison-Blanche), les touristes, sont interdits d’entrée à Cuba, les visiteurs devant avoir un motif précis dans le cadre des douze catégories permises à ce jour : car s’il est vrai que ces visiteurs autorisés sont sommés de consacrer leur séjour à Cuba à des activités visant à pénétrer (les documents, eux, disent : « autonomiser ») la population cubaine, il n’en reste pas moins que tant que le Congrès ne lèvera pas le blocus, le tourisme restera interdit en tant que tel et que les « messagers » des valeurs « américaines » arriveront au compte-goutte, face aux trois millions de touristes qui pourraient déferler ici, selon toutes les prévisions, bon an mal an.

Je pourrais poursuivre les exemples. Bref, et c’est tout bête, l’existence du blocus empêche l’administration Obama de se donner les moyens réels et concrets de sa nouvelle politique. Et puisque le voilà en fin de bail à la Maison-Blanche, qu’il ne peut se représenter à la présidence, qu’il ne risque pas de trop violents coups de bâton en retour dans ce domaine de la part de ses adversaires politiques, il peut, pour ainsi dire, jouer les grands seigneurs, démentir sa propre politique, frapper un nouveau coup de théâtre (après celui de la reprise des relations diplomatiques) et s’abstenir durant le vote à l’Assemblée générale de la résolution cubaine, autrement dit d’une condamnation d’une politique que les États-Unis et Israël ont été les seuls à défendre à l’ONU pendant vingt-quatre ans (je passe sous silence les deux ou trois comparses épisodiques qui ont accompagné à différents moments ces deux-là). En fait, s’il avait voulu aller vraiment jusqu’au bout de sa propre logique, il aurait dû voter tout bonnement la résolution cubaine…

Ça, c’est de la « real politik », et on ne peut que se réjouir de voir Obama cesser de poursuivre une politique de plus de cinquante ans qu’il a taxée lui-même de « fiasco ». Le hic, c’est que sa nouvelle politique est inapplicable tant que le Congrès ne lèvera pas une bonne fois pour toutes le blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba. À cet égard, Obama n’a qu’à s’en prendre à son prédécesseur Bill Clinton qui, en signant en 1996 la Loi Helms-Burton concoctée par la mafia de Miami et les pires ennemis de la Révolution cubaine, a dessaisi la Maison-Blanche de ses prérogatives en politique extérieure cubaine aux mains du Congrès. Et là, c’est une autre paire de manches. Le président républicain de la Chambre de représentants vient de réitérer, tout récemment, qu’il n’est pas question de le lever, et l’on sait l’influence qu’on peut exercer depuis ce poste. Pour le moment, la corrélation de force au Congrès est défavorable à l’administration en place. Comme je le disais hier, il faudra attendre le résultat des élections du 6 novembre prochain pour voir si une nouvelle majorité démocrate (donc, en théorie, plus favorable à la levée du blocus) s’y installe en janvier 2017, ce qui est loin d’être sûr. Dans ce dernier cas de figure, la Révolution cubaine continuera de ferrailler dur à l’ONU et dans toutes les autres tribunes internationales pour obtenir gain de cause.

En tout cas, applaudissons au retour d’Obama à la réalité. Et espérons que son coup de théâtre aura des effets dans l’establishment politique étasunien et permettra de « débloquer » un peu les choses. Souhaitons aussi que les adversaires de la levée du blocus finissent par comprendre ce que leur président a mis du temps à saisir : si vous voulez saper l’ennemi de l’intérieur, si vous voulez l’ « amadouer », le plus intelligent et sensé que vous puissiez faire – décidément, depuis hier, me voilà en veine de comparaison mythologique – c’est vous donner tous les moyens – et non vous empêcher d’avance – d’amener du moins votre Cheval jusqu’aux plages de Troie !

Bref, réjouissons-nous de cette nouvelle belle victoire politique de la Révolution cubaine face à l’Empire. J’étais sur le point d’évoquer aussi David face à Goliath, mais celui d’aujourd’hui a les mains si dégoulinantes de sang palestinien qu’il ressemble plus à un sinistre tueur qu’à un jeune héros défenseur d’une noble cause et qu’il s’est discrédité à jamais comme figure de comparaison valable et digne.

La Havane, 27 octobre 2016


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan howahkan 29 octobre 2016 09:11

    Salut..merci smiley


    • philippe baron-abrioux 29 octobre 2016 10:01

       BONJOUR ,

       merci pour cet article !

       le régime en place à Cuba est encore bien loin de la démocratie réelle ,celle que tous les Cubains espèrent voir établie un jour . ET COMME TOUS LES PEUPLES , ils y parviendront par eux mêmes .
       
       leur niveau dans bien des domaines , éducation , médecine , entre autres démontre que les conditions qui découlent du blocus , si elles freinent les progrès , ne parviennent jamais à empêcher les avancées malgré les entraves matérielles .

       la position des U.S.A était intenable depuis bien longtemps et Cuba a bénéficié de l’apport de marques de solidarité et de pressions internationales qui insistaient sur le côté inutilement durable des difficultés découlant du blocus sur une génération de Cubains qui parvenaient par leur capacité de résistance et de créativité décuplées par le sentiment d’injustice vécue à avancer et à développer des secteurs essentiels à la société .

       espérons que le blocus sera levé et que les Cubains seront vigilants sur les conséquences qui en découleront .

       bonne fin de journée !

       P.B.A

       


      • OMAR 29 octobre 2016 17:44

        Omar9

        Bonjour Jacques-François :«  : qu’allait faire Israël ? ».

        Qu’attendre de cet état-voyou, sinon un comportement de canidé..

        Faut-il aussi rappelé que les sionistes furent les derniers à rompre avec le régime d’apartheid de l’Afrique-du-Sud et qu’aucun « officiel » israélien n’assista aux funérailles de Mandela  !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires