• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quel est le réel bénéfice/risque du vaccin contre la grippe

Quel est le réel bénéfice/risque du vaccin contre la grippe

En compulsant le Vidal des professionnels – élaboré par les laboratoires -, on découvre pour chacun des vaccins anti-grippe commercialisés en 2006, une liste importante de complications, dont certaines très graves.

 

  • Chez 10 à 90% des sujets vaccinés, on observe ainsi des réactions locales, à type d’érythème, de douleurs, d’ecchymoses, mais aussi d’arthralgies.

 

  • Peu fréquemment, dans 1 cas sur 100 à 1 cas sur 1 000 vaccinés, sont signalées des réactions cutanées, à type de prurit, d’urticaire, de rash :
    • Soit quand même 10 000 à 100 000 cas chaque année en France, puisque 10 millions de personnes sont invitées à se faire vacciner par les assurances maladies en France.

 

  • Dans un cas sur 1 000 à 1 cas sur 10 000, des névralgies, paresthésies, convulsions, thrombocytémies transitoires, ainsi que choc anaphylactique mortel sont à craindre :
    • Soit globalement chaque année en France entre 1 000 à 10 000 personnes affectées par ce genre de complications qui nécessitent une hospitalisation.

 

  • Plus rarement, moins d’un cas sur 10 000, encéphalomyélite, névrite, syndrome de Guillain-Barré ou encore vascularite avec insuffisance rénale :
    • Soit quand même chaque année en France, près de 1 000 personnes qui devront également être hospitalisées...

 

Mais en dehors de ces complication signalées par le Vidal, il n’est, bien entendu, jamais fait état du VAERS, banque de données des effets adverses des vaccins, dépendant de la FDA américaine, où sont recensés chaque année les effets secondaires des vaccins.

Entre 1999 et 2002, avaient ainsi été signalés au VAERS, 419 effets secondaires dont 41 hospitalisations et 11 décès, uniquement chez les enfants de moins de six ans avec le vaccin contre la grippe.

Or, les autorités américaines s'accordent pour reconnaître que les données du VAERS ne représentent en vérité qu'un faible pourcentage des complications survenues. Une étude parue dans la revue Money de décembre 1996, montrait en effet que les complications déclarées représentaient à peine 1 % des cas de réactions graves. Elle confirmait totalement des études d'experts américains déjà parues dans le Journal American Medical Association (Jama) du 2 juin 1993 qui reconnaissaient une sous déclaration considérable des complications post-vaccinales : « Bien que la FDA reçoive de nombreux rapports d'effets secondaires, ceux-ci ne représentent vraisemblablement qu'une fraction des réactions graves qui se produisent. (...) seulement un pour cent des réactions graves sont rapportées à la FDA”.

 

Quel est donc le réel rapport bénéfice/risque ?

 

 Les données du CepiDC (organisme dépendant de l’inserm) indiquent entre 2000 à 2008, un nombre de décès dus à la grippe « estimé » à 437 par an avec une moyenne d'âge à 82 ans (source BEH) alors qu’officieusement on avance le chiffre fantaisiste de 1 500 à 7 000 morts annuels.

 Pour l'année de la grippe "pandémique", les décès s’élevaient à 349 avec une moyenne d'âge à 59 ans.

 

 Dr Marc VERCOUTERE

 cri-vie@neuf.fr

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • lionel 11 janvier 2013 09:48

    Merci pour cet article.


    • JL JL 11 janvier 2013 10:28

      Bonjour,

      Merci pour cet article dont on pourrait dire, sauf votre respect : ’c’est un peu court, jeune homme’.

      En effet, vous écrivez sans autres formes de procès : « entre 2000 à 2008, un nombre de décès dus à la grippe « estimé » à 437 par an avec une moyenne d’âge à 82 ans »

      Les laboratoires auront beau jeu de dire que si le nombre de décès est relativement bas, c’est la preuve de l’efficacité des campagnes de vaccination.

      Et il est clair qu’il importe doublement pour les labos que ces campagnes se perpétuent, l’une des raisons étant que si elles disparaissaient, on pourrait bien voir que le roi est nu sous son riche manteau..


      • I.L. I.L. 11 janvier 2013 11:46

        A force d’être répété, un mensonge devient vérité.


        • 1984 11 janvier 2013 12:04

          Et vous, qu’est-ce qui vous distingue d’un charlatan ?


        • realTMX 11 janvier 2013 14:30

          Ce qu’il faut combattre, c’est la pensée unique qui tente de faire croire aux gens que les vaccins sont sans danger et qu’ils sont très importants. C’est vrai qu’ils sont très importants... pour l’industrie pharmaceutique.

          Le cas le plus typique des dangers de la vaccination, c’est la vaccination contre la variole au Nigéria où il n’y avait, jusqu’à l’apparition dudit vaccin, aucun cas signalé de variole. Une fois le vaccin mis en place, on recensait un nombre de cas alarmant avec beaucoup de décès.

          Toute l’industrie pharmaceutique travaille main dans la main avec les monstres du NWO dans un but de dépopulation. Bill Gates l’a avoué lui-même.

          Aujourd’hui, il est beaucoup plus raisonnable de se soigner avec des médecines naturelles qu’avec tous ces médicaments chimiques qui nécessitent d’autres médicaments pour pallier les effets secondaires.


        • lionel 11 janvier 2013 14:51
          Colignon,

          Pouvez nous nous rappeler le contexte historique qui a abouti aux vaccins ? Pouvez vous nous rappeler qui était Emile Béchamp ? Pouvez vous nous dire pourquoi certain vaccins seraient bons et d’autres non ? Lesquels ?

        • JL JL 11 janvier 2013 14:58

          Colignon,

          si vous êtiez conséquent, ce dont j’ai quelques raisons de douter, vous devriez admettre que votre liste ci-dessus est ridiculement limitée ! Seulement 5 personnes recensées ? Pfff ! Vous êtes ’petits bras’ !

           smiley


        • JL JL 11 janvier 2013 20:16

          « Qu’est-ce qui me distingue des charlatans ? Le fait que je méprise votre clique de débiles devrait vous suffir comme preuve ! NON ? » (Colignon)

          Si ça c’est pas de la pensée circulaire je ne m’y connais pas.

        • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 janvier 2013 20:33

          Il a raison le Monsieur , il faut mettre en garde les malades qui sont en mentaux .

          Et ceux en pardessus aussi .


        • JL JL 11 janvier 2013 22:29

          Mais mon petit colignon,

          personne ne vous a puni ! Et puis, n’ayez pas peur : on n’est pas à l’école, ici.

          Ceci dit, si vous persistez, je crois que c’est des gentils messieurs en blouse blanche qu’il faudrait vous envoyer, pour vous expliquer.

          Allez, dodo. Oubliez ça.


        • JL JL 12 janvier 2013 09:00

          Ho ho, c’est plus grave que je croyais : non seulement il se croit à l’école, mais en plus, il se prend pour le prof !

          Sacré Colignon, va !

           smiley


        • JL JL 12 janvier 2013 11:20

          colignon,

          retournez à l’école !

          Une métaphore n’a jamais été un argument : elle n’est qu’un moyen d’expression. Votre façon de vous en servir prouve une nouvelle fois que vous êtes dans la pensée circulaire, entre autres l’une des tares des autoritariens, lesquels usent souvent de titres ronflants qui n’existent le plus souvent que dans leur esprit qui n’a pas les moyens de ses prétentions.


        • El Lobo 11 janvier 2013 12:00

          Merci. Très bon article.


          • lulupipistrelle 11 janvier 2013 12:54

            De toute façon, tant qu’on ne donne pas le profil exact des individus décédés, on ne donne aucune information. Parce que devant une maladie infectieuse, tous les individus ne sont pas égaux . Et ce n’est pas au petit bonheur la chance... on sait identifier, plus ou moins certes, précisément les facteurs de risques ; l’âge est secondaire, mais pas les pathologies existantes, et horreur l’origine ethnique. Autrement dit les vaccins, quel qu’il soit devraient être proposés à des individus ciblés. 

            En revanche, les effets secondaires, eux sont imprévisibles pour tout le monde. 

            • lulupipistrelle 11 janvier 2013 12:55

              ...quels qu’ils soient...


              • Tall 11 janvier 2013 14:21

                Aucun vaccin n’a jamais fonctionné. Tout cela est une vaste supercherie entamée il y a bien longtemps déjà par Pasteur à la solde du Bilderberg. Ici une preuve accablante ( la dernière voiture à gauche est celle de Pasteur )


                Le gamin guéri contre la rage et le chien qui l’a mordu étaient dans la combine.
                Le gamin a reçu des bonbons et le chien un gros nonos.

                Je suis contre les vaccins et la médecine en général afin de réduire la démographie galopante source de tous nos maux.

                Je suis pour la sélection darwinienne des imbéciles.

                • Tall 11 janvier 2013 20:52

                  Oui, c’est vrai, je suis très malin.

                  Mon psychiatre me le dit tous les jours ( c’est 100€ la consultation )

                • lebreton 11 janvier 2013 16:26

                  existe t’il un vaccin pour le cancer ? non et pourtant on nous serine un tas de bobard et on fait la manche depuis 60 ans pour des gens qui se barre avec le pognon ,alors stop les menteurs et les voleurs ils font tous de la politique ,et s’engraissent comme les porcs , c’est pas beau ça ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

VERCOUTERE


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès