• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quel scrutin choisir entre le scrutin majoritaire et le scrutin à la (...)

Quel scrutin choisir entre le scrutin majoritaire et le scrutin à la proportionnelle ?

Le scrutin proportionnel permet de doter une Assemblée de personnes des tendances politiques les plus diverses. Il permet ainsi de créer un Parlement qui discute, car à chaque fois qu’il faut de nouveau adopter un texte il faut fabriquer une nouvelle majorité. De plus, le citoyen a l’impression que le suffrage n’est pas perdu.

Pourtant, le scrutin proportionnel présente des inconvénients, comme le fait que l’élection pour certains est trop facile, en effet, certains ne se battent plus pour obtenir des suffrages auprès des électeurs, puisque les premières places de la liste sont (pour les grands partis), des places où il n’y a plus élection mais nomination, ainsi au Parti Socialiste, concernant la liste Sud-Ouest (pour les élections européennes), on affirme qu’on en passera sûrement 3 pour des places de députés européens, peut-être 4, les 2 premiers de la liste savent que quoi qu’ils fassent ils seront automatiquement élus. Il a été utilisé en France sous la IVème République, et il aurait fallu 4 semaines avant que les députés ne choisissent un ministre des affaires étrangères quand Hô Chi Minh est venu en France, en Italie, le gouvernement Prodi a été renversé... Il s’agit donc d’un système qui ne favorise pas la stabilité gouvernementale. Le risque c’est de voir des gens commencer à non plus vouloir convaincre les électeurs mais le parti et donc aussi à créer de l’intégrisme. Philippe Plisson, député et signataire de la motion B au congrès de Reims, affirmait dans l’Hebdo des socialistes que c’était la première fois qu’il ne signait pas la motion d’un leader national les yeux fermés... Beaucoup agissent ainsi car dans tout parti il y a un courant majoritaire. Il y a en effet un risque de vote stratégique pour se rapprocher du pouvoir, de la position idéologique de l’élu puissant et respecté. Le risque, c’est qu’on ne puisse plus convaincre par sa personnalité ni par ses compétences. C’est aussi nier les compétences et dire que les français ne votent qu’en fonction de la tendance politique, pour le parti qu’ils représentent et pour leur programme national. Dans ce cas là, autant remplacer les députés par un porte-parole pour chaque parti avec les voix qu’ils auraient.
 
Appliqué aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, le scrutin majoritaire, lui, permet d’établir un programme qui sera défendu par une majorité forte et stable, du fait que l’appartenance à un parti repose sur l’adoption de principes communs (un fait : la plupart des députés de l’UMP sont pour le bouclier fiscal tandis que les socialistes, en général, sont contre). La majorité forte peut ainsi faire passer ses textes... On reconnait aussi un homme pour ses compétences en l’élisant, en lui permettant de se présenter sans étiquette. Selon Valérie Pécresse "Le scrutin majoritaire, en ne noyant pas le candidat au milieu d’une liste, le rend plus indépendant vis-à-vis de son parti".
 
Pourtant, le scrutin majoritaire présente lui aussi des inconvénients, en effet, les français ont l’impression qu’il se crée un bipartisme, qu’ils ne sont plus représentés : le centre et les extrêmes se battent pour avoir une représentation. De plus, le scrutin majoritaire élit des députés qui représentent inégalement la population, ainsi Christophe Barbier affirme "Un de mes collègues députés représente 38 000 habitants de Lozère et un autre 190 000 habitants du Val-d’Oise, avec le même poids à l’Assemblée et les mêmes moyens.". Aussi, poussé à l’extrême, ce système fait qu’un score de 51% dans toutes les circonscriptions françaises détenu par un parti pourrait permettre d’avoir la totalité des députés à l’Assemblée Nationale...
 
Au final on peut voir qu’il est indéniable que le scrutin proportionnel présente des avantages, tout comme le scrutin majoritaire. Il se trouve que ces systèmes de scrutin ont tous les deux des inconvénients. L’instabilité gouvernementale provoquée par la proportionnelle, l’absence de majorité forte, et pour le scrutin majoritaire le fait qu’il ne représente pas toutes les tendances politiques. Néanmoins, le mélange des deux scrutins pour fusionner les avantages pourrait permettre de gommer ces inconvénients, en effet, rajouter une petite dose de proportionnelle ne ferait pas pencher la balance dans l’instabilité gouvernementale ni dans l’absence de majorité forte. La meilleure solution d’après moi serait donc de conserver le scrutin majoritaire et d’y ajouter du scrutin proportionnel au niveau national. Les députés, seraient toujours élus de la même façon dans les circonscriptions : il y aurait toujours 577 députés élus par les citoyens. L’élection de députés à la proportionnelle qui seraient rajoutés à ces 577 députés (20 au minimum), car alors obtenir un suffrage de 5% pourrait permettre d’avoir un député, mais fixer ce nombre de députés élus à la proportionnelle au niveau national dans le cadre de cette proposition reste une question à étudier.

Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 9 avril 2009 12:01

    L’élection de députés à la proportionnelle qui seraient rajoutés à ces 577 députés (20 au minimum)

    mauvaise idée , il y a assez de députés comme ça , ils nous coûtent vachement cher pour ce qu’ils font ( quand ils daignent se rendre à l’assemblée !)
    moins de députés et 50 % élus à la proportionnelle , ça serait plus satisfaisant .


    • Fergus fergus 10 avril 2009 09:23

      Entièrement d’accord avec Le Chat : il y a assez de députés à l’Assemblée Nationale.
      Cela dit, il est urgent d’introduire une dose de proportionnelle pour qu’enfin les minorités, qui représentent des millions d’électeurs, puissent se faire entendre officiellement dans une enceinte de la République.
      Le Chat propose 50%. Sans aller jusque là, 20 à 33% me sembleraient satisfaisants.
      Reste à déterminer les circonscriptions appelées à disparaître pour faire la place aux nouveaux élus en maintenant un effectif constant. Rien de plus simple : il suffirait, là aussi pour des raisons d’éthique, d’aligner les territoires ruraux sur les territoires urbains (notamment populaires), très désavantagés en matière de représentativité par habitant.
      Enfin, il faut définitivement supprimer le cumul des mandats, cette odieuse et imbécile spécificité française.


    • patroc 9 avril 2009 16:06

       Pourquoi un pourcentage de proportionnelle ?.. Il faut la proportionnelle totale !.. C’est le but de toute démocratie que d’avoir le peuple entièrement représenté dans les hémicycles gouvernementaux.. Et organiser la politique en fonction de ce seul critère : Proportionnelle partout !.. Sans doute notre président se sentirait-il moins libre pour tout régir et légiférer à volonté.. Ne pensez pas que çà fera parti de son programme, bien trop heureux de ce bipartisme noyauté, bloqué par ces scrutins majoritaires où ce sont toujours les mêmes partis et mêmes représentants qui vont même pas sur leur lieu de travail (l’assemblée) et qui se gavent.. C’est çà aussi qu’il faut changer...


      • Romain Desbois 10 avril 2009 10:33

        Oui la démocratie impose la proportionnelle. Mais cela va bien au delà.
        Il faut qu’un moins une loi votée ne soit valable que si une majorité d’élus ont participé au vote. Actuellement on le voit une poignée d’élus suffit à voter une loi.
        De plus comme le rappelle l’auteur de l’article, la majorité, conduisant par jurisprudence la couleur du Gvt, peut être constituée par un nombre de député représentant qu’une minorité d’électeurs (et je parle même pas des voix obtenus par ces élus).

        Comme il est compliqué de mettre toutes les circonscriptions à la même taille d’électeurs (fluctuant de plus d’une élection à l’autre), je propose que les députés aient un vote correspondant au nombre d’ électeurs de leur circonscription (à la façon des millièmes d’une copropriété).
        Certes l’effet pervers fait qu’il y aura des « petits » députés et des « gros » mais c’est plus conforme à la notion de représentativité.


      • LOKERINO LOKERINO 9 avril 2009 17:17

        je sais que c’est pas le sujet de ce fil , mais je vois que vous vous revendiquez de Pau

         

        comment ce passe l’opposition municipal à Pau, F Bayrou en a t’il naturellement pris le leader ship ? prepare t’il l’alternative ? aide t’il et peut il soutenir les palois ?

         par avance merci


        • daviddepau 9 avril 2009 17:26

          Bonjour,

          Il se trouve qu’on affirme très souvent que François Bayrou n’est pas présent aux séances du Conseil Municipal, j’ai d’ailleurs pu constater dans les procès-verbaux des conseils municipaux (depuis 1995), qu’il arrive très souvent que ce soit Jean-Louis Pérès qui prenne la parole, mais est-ce au nom de François Bayrou ?

          Je crois que comme tout homme politique qu’il peut faire pour la ville de Pau, mais certains s’interrogent sur la nécessité d’un point de son projet : celui de créer un tramway.

          Merci de votre attention pour la ville de Pau,


          • HELIOS HELIOS 9 avril 2009 21:26

            Oui, bien... pour des élections publiques, dans un cadre public, cela devarit etre 100% de proportionelle !
            ... Et dans ce même contexte, c’est 0 (zero) cumul !

            Si Bayrou, et les députes ne sont pas dans l’hémicycle ou dans leurs circonscription, c’est qu’il font autre chose que ce pour quoi ils ont été elus.

            Allez, zou, du balais : 1 seul mandat, sans renouvellement possible. On ne manque pas de français pour faire le boulot. Nul n’est irremplaçable.
            Et comme ça il y a moins de chance de creer des dynasties. Au passage, il faudra songer a remettre en place une commission des comptes aux missions plus elargies que la cours des comptes et surtout avec le pouvoir de trainer devant les tribunaux, les auteurs des abus et autres malversations commises dans le cadre de leur mandat


          • LOKERINO LOKERINO 10 avril 2009 07:37

            Merci de votre réponse « hors sujet » , je vous avoue que je m’intéresse plus au personnalités qui monopolisent le débat et « l’avenir » au plan national ( Bayrou Royal pour ne citer que ceux qui sont déjà dans la course 2012 ) qu’a votre ville de Pau que j’avais pourtant apprécié lorsque je résidais à Toulouse et où je m’y rendais régulièrement pour des besoins professionnels
            Je vous donne aussi -quand même- mon avis sur le sujet principal, effectivement il pourrait sembler plus « démocratique » de tenter d’ameliorer la représentation nationale en respectant mieux les différentes sensibilités , politique d’abord et puis pourquoi pas sexiste, origine ethnique, religieux, gros ou maigre , handicapé ou sportif etc etc
            ce qui nous amènerait à un representant par français.... ! ( le referendum quoi ! )

            Plus sérieusement , ce que je crois plutot, c’est à l’efficacité du le rassemblement autour d’une majorité claire forte et stable sur un programme.

            Il n’y a pas une expérience que ce soit en France ( IV république) ou dans d’autre pays ( Italie , Allemagne ) ou la proportionelle n’ait eu d’effet négatif notamment l’instatablité politique et l’immobilisme dans les reformes


          • Kalki Kalki 9 avril 2009 22:49
            Quel scrutin choisir entre le scrutin majoritaire et le scrutin à la proportionnelle ?
            Question de sondage parfait je dois dire : VOUS DEVEZ choisir entre A ou B, faites votre choix, ( et ne pensez a rien d’autre et surtout pas a remettre en question la base meme par exemple le scrutin ou la pseudo démocratie, ou la régime représentatif)

            • non666 non666 10 avril 2009 11:33

              Si on va vers le bipartisme, surtout si c’est pour conserver les coutumes actuelles alors nous avons une revendication, en temps que citoyen :

              Puiqu’il est avéré que es députés de la majorité UMP ne sont que des potiches aux ordres de Nicolas 1er et que les députés socialistes ne sont la que pour protester vainement, autand limiter le nombre de depotés a DEUX avec des poids differends..

              Celui qui gagne l’election a Un deputé qui vaut 300 voix et le parti qui perd a UN deputé qui pèse 200....
              Ainsi nous limiterons les couts de fonctionnement(2 salaires de deputé au lieu de 577), nous pourrons imposer la presence à 100% et RIEN ne changera au niveau du fonctionnement caricatural de notre « democratie »

              Sinon, si on croit à la notion « désuete » de representativité , on est obligé dans nos sociétés moderne de passer par la proportionnelle.

              Mais il existe une 3eme option : la democratie suisse et la on se pase « d’intermediaires » , de bouches inutiles et on vote directement les lois en supprimant ces intermediaires onereux ;


              • chmoll chmoll 10 avril 2009 12:43

                Le scrutin proportionnel permet de doter une Assemblée de personnes des tendances politiques les plus diverses. Il permet ainsi de créer un Parlement qui discute, car à chaque fois qu’il faut de nouveau adopter un texte il faut fabriquer une nouvelle majorité. De plus, le citoyen a l’impression que le suffrage n’est pas perdu.

                ben ouié tiens ,une assemblée qui seul ne peut rien faire, mais ensemble décide que rien ne peut ètre fait

                rien d’tel qu’un bon vieux pavé 68

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

mikelepalois


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires